Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

De la vengeance des Sauvages

Texte intégral

  • 1 1. Dans une longue note, Jules Tailhan accuse Perrot d’être « beaucoup trop sévère » à l’endroit d (...)
  • 2 Charlevoix, aussi, estime que les peintures corporelles des Amérindiens ont, entre autres fonction (...)
  • 3 Commentaire en marge du texte : « faux, point de témérité chez eux ». Jules Tailhan, qui se fonde (...)
  • 4 Commentaire en marge du texte : « faux ». « Je serais assez porté à croire que cette fois le criti (...)
  • 5 Commentaire en marge du texte : « à la faveur de la nuit ou de quelque bois ».
  • 6 « L’une des plus estranges passions des Sauvages », écrivait J. Lallemant dans la Relation de 1645 (...)

1La vengeance des Sauvages a plustost pour principe l’ambition, que le courage, car il n’y a pas de gens au monde plus lasches qu’eux1. Cela se fait assez connoitre dans leurs emportemens par le tremblement de corps qui les saisit, et la paleur qui paroitroit sur leur visage s’il n’estoit pas coloré de noir, de rouge ou autres peintures2. Ils s’exposent au danger avec beaucoup de temerité3. C’est ce qui les rend si entreprenants, car si l’ambition les excite à se venger, ils iront de guet apend poignarder un homme au milieu de ses amis, et affronter une embuscade, quoyque persuadés de n’en pouvoir jamais revenir4. Ils sont si hardys qu’ils approcheront du camp des ennemis °de maniere à les pouvoir compter5. Mais toutes ces bravoures extraordinaires ne sont soustenües que d’une vaine gloire ou d’une passion de s’attirer des louanges pendant la vie, ou après la mort. Neantmoins on leur a reproché souvent qu’ils avoient esté assez lasches pour souffrir des insultes et les avoir laissés impunies. C’est que l’ambition n’y avoit pas de part, car pour l’amour d’elle, il n’y a pas d’extremité à laquelle ils ne se portent, jusqu’au desespoir mesme et à la trahison pour se venger6.

Notes

1 1. Dans une longue note, Jules Tailhan accuse Perrot d’être « beaucoup trop sévère » à l’endroit des Amérindiens, « ses préjugés d’Européen ne lui permettant pas de rendre à la valeur du sauvage la justice qui lui est due. De ce que ces peuples n’entendent pas le courage à notre façon, il ne s’ensuit pas qu’on puisse les accuser de lâcheté. Ils sont braves à peu près comme les héros d’Homère. C’est le succès qu’ils recherchent avant tout ; aussi, quand ils voient la chance tourner contre eux, et qu’une voie est encore ouverte à la fuite, ils n’hésitent pas à la prendre ; non pas tant par crainte de la mort, que parce qu’ils sont partis en guerre pour enlever la chevelure de leur ennemi et non pour lui laisser la leur. Ils tiennent donc en médiocre estime ces trépas glorieux (à la façon moderne) qu’une précaution prise à propos eût pu faire éviter ». Du reste, lorsqu’ils sont « animés par l’espoir de vaincre, ou placés en face d’une mort désormais inévitable », ils n’hésitent pas à « braver tous les dangers avec un courage qui ne le cède en rien à celui de nos plus intrépides soldats ; ou défier du regard et de la voix cette mort, rendue cependant si affreuse par les abominables supplices dont la haine d’un ennemi sans pitié se plaît à l’accompagner ». Pour étayer sa thèse, J. Tailhan rappelle l’assaut du fort Richelieu par les Iroquois en août 1642 (voir B. Vimont, Relation de 1642, dans JR, vol. 22, p. 276-278), ainsi que les tortures infligées à un prisonnier (J. Tailhan, Mémoire, p. 206-209, n. 7). Charlevoix, qui juge souvent sévèrement les Amérindiens, leur reconnaissait lui aussi une étonnante « fermeté d’ame », des sentiments « élevés », beaucoup d’intrépidité dans le danger et « une valeur à toute épreuve » (Journal, t. II, p. 626).

2 Charlevoix, aussi, estime que les peintures corporelles des Amérindiens ont, entre autres fonctions, celle de « cacher leur peur ». Mais c’est surtout pour « intimider leurs Ennemis » ou pour « couvrir un air de jeunesse », dans le cas des jeunes guerriers, que les Amérindiens se peignent le visage (Journal, t. II, p. 659 ; voir aussi F. G. Bressani, Relation de 1653, dans JR, vol. 38, p. 250-252 ; C. Leclercq, Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 255-257 ; A.-D. Raudot, « Relation par lettres », f. 149).

3 Commentaire en marge du texte : « faux, point de témérité chez eux ». Jules Tailhan, qui se fonde autant sur le texte de Perrot que sur le témoignage du père Jacques Bruyas (Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 53, p. 242), met en doute la pertinence du commentaire (Mémoire, p. 209, n. 8).

4 Commentaire en marge du texte : « faux ». « Je serais assez porté à croire que cette fois le critique a raison », écrit Jules Tailhan (Mémoire, p. 209, n. 9). Plus bas, Perrot rapporte les exploits de Pieskaret, un chef montagnais, qui montre jusqu’où l’intrépidité des Amérindiens pouvait aller (voir infra, p. 346-349).

5 Commentaire en marge du texte : « à la faveur de la nuit ou de quelque bois ».

6 « L’une des plus estranges passions des Sauvages », écrivait J. Lallemant dans la Relation de 1645-1646, « c’est la vengeance contre leurs ennemis » (JR, vol. 29, p. 82). Le même missionnaire observait qu’ils « sont vindicatifs au dernier point envers leurs ennemis » (Relation de 1647-1648, dans JR, vol. 32, p. 226 ; voir aussi la lettre du même missionnaire, du 16 octobre 1659, dans JR, vol. 45, p. 62). Selon Charlevoix, les Amérindiens sont « vindicatifs à l’excès : le tems ne ralentit point en eux le désir de se venger » (Journal, t. II, p. 629).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search