Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

De l’ambition et vaine gloire des Sauvages

Texte intégral

  • 1 La dénonciation de la vanité des Amérindiens constitue presque un leitmotiv des voyageurs et des r (...)
  • 2 Commentaire en marge du texte : « c’est de quoy ils manquent jamais ». Au cours de son voyage, Cha (...)
  • 3 Étrangement, Perrot ne fait pas de distinction entre l’ambition et la « vaine gloire ».

1Les Sauvages ont generalement touts beaucoup de vaine gloire dans leurs actions bonnes ou mauvaises. Ils tirent vanité aussy bien de la debauche que de la valeur, de l’excès et des insolences qu’ils font en beuvant, comme de la chasse, et de l’impudicité, ainsy que de la libéralité. Quand ils se voudront gloriffier du bien °qu’ils auront fait, ou des services °qu’ils auront rendus à quelqu’un, ils se serviront de reproches audacieux, et pour se louer des choses dignes de mepris, ils employeront des termes et une certaine maniere de parler si ridicule et si insupportable qu’il n’en faudroit pas davantage pour exciter des querelles entre les Europeans1. Vous seriez estonné de les voir s’accommoder. Ils ne sçavent quelle posture tenir. Je croy que s’ils avoient un miroir devant les yeux, ils changeroient touts les quarts d’heure de figure2. Sont ils occupés à leurs cheveux, ils y donnent tours sur tours, les plus recherchés qu’ils peuvent s’imaginer. Ils n’ont pas moins de bizarrerie en composant leurs visages par les differentes couleurs qu’ils y appliquent à tout moment. L’ambition est °en un mot une des plus fortes passions qui les anime3.

Notes

1 La dénonciation de la vanité des Amérindiens constitue presque un leitmotiv des voyageurs et des relationnaires. Par exemple, Pierre Biard observe que « ces pauvres chetifs enfants s’estiment plus que tous les hommes de la terre « (lettre du 31 janvier 1612, dans JR, vol. 2, p. 12). Pour sa part, Paul Lejeune dénonce 1’« orgueil insupportable » des guerriers, lorsqu’ils pénètrent en territoire ennemi (Relation de 1637, dans JR, vol. 11, p. 218). Quant à Charles Lallemant, il reproche aux Amérindiens d’être « superbes au possible » (lettre à Jérôme Lallemant, du 1er août 1626, dans JR, vol. 4, p. 198). Voir aussi P. Biard, lettre du 10 juin 1611, dans JR, vol. 1, p. 172 ; P. Biard, Relation de la Nouvelle France, et le Voyage des Peres Jesuites en icelle, dans JR, vol. 3, p. 74 ; F. G. Bressani, Breve relatione dans JR, vol. 38, p. 266 ; Charlevoix, Journal, t. II, p. 628 ; François Du Perron, « Lettre du P. François du Peron, de la Compagnie de Jésus, au Pere Joseph-Imbert du Peron, son Frère, Religieux de la même Compagnie », du 27 avril 1639, dans JR, vol. 15, p. 154 ; J. Lallemant, Relation de 1640, dans JR, vol. 19, p. 182 ; Chrestien Leclercq, Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 475-476.

2 Commentaire en marge du texte : « c’est de quoy ils manquent jamais ». Au cours de son voyage, Charlevoix note que l’un des Amérindiens de son canot « ne donnoit pas trois coups d’aviron, qu’il ne prit son miroir pour voir si le mouvement de ses bras n’avoit rien dérangé dans l’oeconomie de son ajustement, ou si la sueur n’avoit pas altéré les traits, qu’il s’étoit formés sur son visage avec le rouge, & les autres couleurs, dont il l’avoit peint » (Journal, t. I, p. 573). Jules Tailhan, qui rappelle, à la suite d’un missionnaire, que les Outaouais « portent toujours le miroir à la main, et [que] très souvent ils se regardent pour admirer leurs grotesques ornemens », ajoute, peut-être un peu perfidement : « Pour être témoin de pareils ridicules, il n’est pas absolument nécessaire d’aller jusque chez les sauvages » (Mémoire, p. 206, n. 6).

3 Étrangement, Perrot ne fait pas de distinction entre l’ambition et la « vaine gloire ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search