Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Justice des Sauvages

Texte intégral

  • 1 Jules Tailhan (Mémoire, p. 204-205, n. 4) rappelle que des observations semblables se trouvent dan (...)

1Quand les Sauvages ont commis un larcin et qu’ils sont reconnus, on les oblige à restituer ou à satisfaire au vol par d’autres effects, en cas qu’ils soient dissipés. Si on manquoit à cette satisfaction, celuy qui auroit esté volé, se joindrait à plusieurs de ses camarades, irait tout nud comme s’il alloit aux ennemis, son arc et ses fleches à la main, dans la cabanne du voleur, où il pille et prend tout ce qui luy appartient, sans que le coupable ose rien dire, qui se tient la tete baissée entre les genoux. Mais s’il se sent innocent du crime dont on l’accuse, il se jette à ses armes, et s’oppose au pillage. Les spectateurs qui s’y trouvent arrestent les plus emportés, mais s’il n’y avoit que les parties interessées, l’affaire ne se passerait pas sans y avoir du sang repandu ou quelqu’un de tué. Si au contraire on estoit innocent et qu’on eust tué son homme, il n’y auroit aucune satisfaction à faire, parce que son innocence le mettrait à couvert de toutes mauvaises suittes. Mais quand il est veritablement criminel, il se condamne luy meme et ne desavoüe jamais le fait. Il souffre paisiblement qu’on luy enlevé le triple et le quadruple de ce qu’il a volé. Si dans ses effects, il y avoit quelque chose d’emprunté, le proprietaire viendrait reclamer ce qui luy appartient, qu’on luy rend sans difficulté, les Sauvages ne s’attribuant jamais rien de ce qui n’est pas à eux1.

  • 2 Voir supra, p. 187, n. 6.

2Quand un de leurs alliés a commis un assassin2, et qu’il en est reconnu l’autheur, touts les anciens s’assemblent, forment entr’eux un present considerable, et l’envoyent par des deputés pour convenir des moyens d’arrester la vengeance, car ils y sont touts engagés, d’autant qu’elle regarde particulierement les premiers de la nation offensée.

  • 3 Voir supra, p. 285-286, et p. 285, n. 3.

3Les deputés, estant arrivés dans l’endroit où ils sont envoyés, entrent avec leurs presens dans la cabanne de celuy qui a esté assassiné. On leur fait une pareille reception que celle cy devant descrite au sujet de la suerie3. Aprés avoir mangé ce qui leur est presenté, ils produisent leurs presens au milieu de la cabanne, et demandent que touts les chefs soient appellés pour les entendre. Quand ils sont touts venus ils disent ce qui suit.

4Nous sommes icy pour vous confesser le crime commis par un de nos jeunes gens envers un tel, on nomme alors celuy qui a esté tué, nostre village n’approuve pas le meurtrier ; vous sçavez qu’il y a longtemps que nous sommes alliés, et que vos ancestres et les nostres se sont presenté les calumets pour fumer ensemble, on cite l’année. Depuis ce temps là, nos villages se sont tousjours mutuellement secourus contre une telle nation avec laquelle nous estions en guerre. Vous n’ignorez pas que nos morts sont en l’autre monde dans le meme endroit que les vostres ; et si le ciel a permis qu’un egaré ait renversé ou rompu l’union que nos ancestres ont eü[e] avec vous, et que nous avons tousjours conservée, nous sommes donc venus dans le dessein de prevenir vostre juste ressentiment. En attendant une plus entiere satisfaction, °ce present est pour essuyer vos larmes ; celuy là pour mettre une natte sous le cadavre de vostre mort, et l’autre une ecorce pour le couvrir et le mettre à l’abry des injures du temps.

5Si les parents du mort ne vouloient pas entendre du tout parler de satisfaction et qu’ils fussent dans la resolution d’en tirer absolument vengeance, plusieurs des anciens interviendroient avec des presens pour se rendre mediateurs. Ils representeroient qu’on se mettrait °à la veille d’avoir guerre avec des suittes très facheuses, et ayant prié les affligés d’avoir pitié de leurs terres, ils font connoitre que la guerre estant une fois allumée, il n’y aura plus de seureté en aucun endroit, que bien des personnes innocentes seront sacrifiées, que les guerriers frapperont sans egard sur touts ceux qu’ils rencontreront dans leur marche en guerre, qu’il n’y aura plus ny paix ny asseurance entre les voysins, et qu’enfin l’on verra la desolation si grande que le frere tuera son frere, le cousin son cousin, et qu’on se detruiroit soy mesme, °car on est mariés et liés si fortement °ensemble qu’on ne se compte plus du village de sa naissance, mais de celuy où l’on est estably.

  • 4 Voir appendice 14, infra, p. 458.

6Si les affligés persistent toujours à vouloir tirer vengeance, et que le village soit nombreux et porté à soustenir la querelle, les chefs se detachent pour aller trouver les principaux des parens du meurtrier, qui se tiennent tousjours sur leurs gardes ; ils font connoitre, quand il n’y a aucun moyen d’accommodement, qu’on s’expose, pour un homme, à detruire un village entier par des alliés qui cessent de l’estre en se déclarant ennemis, et qui sont bien plus forts. Ils engagent donc les parents, à force de presens, à livrer le coupable à ses camarades mesmes, qui lui cassent la teste et la coupent ensuitte pour envoyer aux parens du mort. On se fait aprés cela des presens de part et d’autre pour terminer l’accommodement4.

Notes

1 Jules Tailhan (Mémoire, p. 204-205, n. 4) rappelle que des observations semblables se trouvent dans la Relation des Hurons, de Jean de Brébeuf (Relation de 1636, dans JR, vol. 10, p. 222). Sur cette question, voir aussi Charlevoix (Journal, t. I, p. 568) et François-Joseph Le Mercier (Relation de 1637, dans JR, vol. 13, p. 12).

2 Voir supra, p. 187, n. 6.

3 Voir supra, p. 285-286, et p. 285, n. 3.

4 Voir appendice 14, infra, p. 458.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search