Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

De l'union des Sauvages

Texte intégral

  • 1 Perrot n'est pas le seul voyageur à avoir été impressionné par l'union des Amérindiens entre eux. (...)
  • 2 Au cours de son séjour en Huronie, Gabriel Sagard constata le même phénomène : voir Le Grand Voyag (...)
  • 3 « Il est honteux de se fâcher ou de s'impatienter, pour les injures qu'on peut dire, ou les disgra (...)
  • 4 « Les parens du deffunct ne poursuivent pas seulement celuy qui a fait le meurtre, mais s'addresse (...)

1L'union qui est entre les Sauvages se fait veritablement connoitre, tant par leurs paroles que dans leurs manieres d'agir. Les chefs les plus considerables, et les plus aisés vont du pair avec les plus gueux, et mesme avec les enfants. Ils conferent avec eux comme avec des personnes bien sensées. Ils se soutiennent et entreprennent chaudement la cause les uns des autres, entre alliés, et quand il y a quelque contestation, ils ne poussent pas les choses à l'extremité mais ils en usent avec beaucoup de moderation. Ils ne s'exposent que le moins qu'ils peuvent à se choquer et se broüiller ensemble1. S'il y a quelqu'un qui ait merité une reprimende, elle luy est faite avec beaucoup de douceur. Les anciens traittent les jeunes gens de nom de fils, et les autres appellent les anciens leurs peres2. Ils ont rarement querelles entre eux3. Quand quelqu'egaré a commis un mauvais coup par promptitude, et emportement, tout le village s'interesse pour accommoder l'affaire. Ils cottisent pour satisfaire la partie lesée, qui n'a pas de peine à revenir de la vengeance qu'elle s'estoit proposée d'en tirer. Ils ne se refusent guere d'en passer à la decision de quelque considerable qui s'en mesle. Il y en a quelquefois qui veulent absolument la mort du coupable, et si les vieillards en tombent d'accord, ceux qui sont portés à la vengeance ne diront mot, et ne manqueront pas, à la premiere occasion, de casser la tete à quelqu'un des parents du meurtrier, ou de sa nation, et à plusieurs suivant le nombre de gens qui auront esté assassinés. Car s'ils en tüoient davantage, ce seroit le moyen de susciter une guerre, au lieu qu'en rendant que le change, ils en sont quittes pour des presens qu'ils font, disent ils, pour essuyer le sang. Si le premier qui a esté tué est un homme, on se °vengera sur un fils. Quand les choses se passent comme il a esté dit, on est content de part et d'autre4.

  • 5 Chrestien Leclercq observe que ceux qui se « figurent un Sauvage Gaspesien comme un monstre, ne cr (...)

2S'il arrivoit à quelqu'un un accident facheux ou un malheur considerable, tout le village y prendroit part, et l'iroit consoler. Les hommes rendent ce devoir aux hommes, et les femmes s'en acquittent reciproquement entr'elles ; ces sortes de visites se font à l'affligé sans parler. Celuy qui le vient voir remplit sa pipe de tabac et la luy presente pour fumer ; aprés en avoir fumé un peu, il la remet à la personne qui la luy a donnée pour qu'il fume aussy. Cette maniere de fumer tour à tour dure quelque temps, et puis celuy qui est venu pour consoler retourne chez luy. L'affligé le remercie, en le quittant, de la part qu'il a bien voulu prendre dans ses peines. Il faut que vous sçachiez que la coustume veut que ces sortes de visittes soient serieuses, et faites dans le silence. La raison qu'ils en disent est que si on employoit des paroles dans ces conjonctures de condoleances, on agitteroit tellement le cœur de celuy qui serait dans l'affliction qu'on l'exciterait à se venger ou de l'insulte ou de celuy qui aurait insulté5.

Notes

1 Perrot n'est pas le seul voyageur à avoir été impressionné par l'union des Amérindiens entre eux. Parmi les « choses bonnes qui se trouvent dans les Sauvages », Paul Lejeune note qu'ils « s'entraiment les uns les autres, & s'accordent admirablement bien ; vous ne voyez point de disputes, de querelles, d'inimitiez, de reproches parmy eux » (Relation de 1634, dans JR, vol. 6, p. 232). Jean de Brébeuf signale la « parfaite intelligence » qui règne entre eux (Relation des Hurons, dans la Relation de 1636, dans JR, vol. 10, p. 210) et Jérôme Lallemant rapporte une anecdote qui met en scène un Iroquois qui se constitue volontairement prisonnier pour ne pas abandonner son frère (Relation de 1647-1648, dans JR, vol. 33, p. 42-44). Pour sa part, Chrestien Leclercq écrit que les Gaspésiens « vivent d'une tres-grande union, ne se querellans, ni ne se battans jamais » (Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 277). Enfin, Charlevoix observe que « ce qui surprend infiniment dans des hommes, dont tout l'extérieur n'annonce rien que de barbare, c'est de les voir se traiter entr'eux avec une douceur & des égards, qu'on ne trouve point parmi le Peuple dans les Nations les plus civilisées » (Journal, t. II, p. 627 ; voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 203-204, n. 3).

2 Au cours de son séjour en Huronie, Gabriel Sagard constata le même phénomène : voir Le Grand Voyage du pays des Hurons, p. 162-163.

3 « Il est honteux de se fâcher ou de s'impatienter, pour les injures qu'on peut dire, ou les disgraces quiarrivent aux Sauvages », écrit Chrestien Leclercq (Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 458). Plus bas, il note au sujet des Gaspésiens : « jamais ils ne se querellent & ne se fâchent entr'eux ». Mais il précise que c'est « non pas à cause de l'inclination qu'ils ont à pratiquer la vertu ; mais pour leur propre satisfaction, & dans la crainte [...] de troubler leur repos, dont ils sont tout-à-fait idolatres » (op. cit., p. 468). Voir aussi Paul Lejeune, Relation de 1634, dans JR, vol. 6, p. 230.

4 « Les parens du deffunct ne poursuivent pas seulement celuy qui a fait le meurtre, mais s'addressent à tout le Village, qui en doit faire raison », écrit Paul Lejeune dans la Relation de 1636 (JR, vol. 10, p. 214-216). L'observation est confirmée par B. Vimont, qui constate que « ce ne sont pas les coupables qui en [du crime] portent la peine, c'est au public à satisfaire pour les fautes des particuliers » (Relation de 1645-1646, dans JR, vol. 28, p. 48). Ce dernier estime même que cette forme de justice est plus efficace que celle pratiquée en France (ibid., p. 50). Sur cette question, voir aussi P. Lejeune, Relation de 1637, dans JR, vol. 13, p. 12-16 ; B. Vimont, Relation de 1642, dans JR, vol. 22, p. 290 ; Charlevoix, Journal, t. I, p. 561-562 ; Lafitau, Mœurs, t. I, p. 475-481 ; A.-D. Raudot, « Relation par lettres de l'Amerique septentrionale », ANC, MG18, E29, f. 62 et 134-136.

5 Chrestien Leclercq observe que ceux qui se « figurent un Sauvage Gaspesien comme un monstre, ne croiront que difficilement la charité avec laquelle ils se soulagent reciproquement les uns & les autres » (Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 295).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search