Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Mœurs des Sauvages

Texte intégral

1Il y a de bonnes et de mauvaises mœurs parmy les Sauvages. Les plus louables sont l’hospitalité et l’union qui regne entre eux et leurs alliés. Ils ont aussy beaucoup de deffauts. L’ambition, la vengeance, l’interest et la vaine gloire possedent leur cœur entierement. Ils suivent trois principes qui les engagent à se plonger avec excès dans toutes sortes de vices.

  • 1 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « innocent » par « inconnu ».
  • 2 Au sens d’asseoir : « on l’a fait seoir à table » (Furetière, 1690).
  • 3 Pour compléter le texte de Perrot, Jules Tailhan, qui observe que c’est là une « autre similitude (...)

2L’hospitalité qu’ils exercent surpasse toutes celles du commun chez les Europeans. Quand quelque estranger la leur demande, quoyqu’innocent1, il est on ne peut mieux receu. C’est de leur part un accueil des plus amiables. Ils vont mesme jusqu’à s’epuiser pour regaler ceux qu’ils °reçoivent. Un estranger n’est pas plustost arrivé qu’on le fait seoir2 sur une natte des plus propres pour se defatiguer ; on luy dechausse ses souliers et ses bas et on graisse ses pieds et ses jambes. Les roches sont d’abord mises au feu, et tout se prepare en diligence pour le faire süer3. Le maistre de famille avec quelqu’autres considerables de la nation entrent avec luy °dans le lieu de la suerie, où on ne laisse manquer de rien. La chaudiere est au feu pour le faire manger à la sortie des sueurs et si la cabane où il est logé, n’est pas bien provisionnée de vivres, on en cherche de meilleurs dans tout le village. Je parle de meilleur grain et de la plus excellente viande qui se trouvera, que celuy chez qui l’estranger est logé paye aprés souvent au quadruple de ce qu’ils valent communement. Pendant qu’il mange, touts les considerables du pays viennent luy rendre visitte. S’il est couvert d’etoffe, on luy oste ses hardes, et on luy en donne des pelleteries des plus belles et des plus estimées pour l’habiller de pied en cape. Il est invité dans touts les festins qui se font dans le village, et dans la conversation, on s’informe de luy de quelques nouvelles de son pays. S’il ne sçait rien de nouveau, il en imagine, et quoyqu’il mente, personne n’oseroit le contredire, supposé meme que l’on fust bien certain du contraire de ce qu’il dit. Il n’y a rien qu’un seul de toute l’assemblée qui entretient cet estranger, touts les autres observent le silence avec la reserve et la modestie ordonnées à un novice d’une religion, où il est obligé de garder sous peine des rigueurs de la regle la plus etroite à l’egard de ce point.

  • 4 L’hospitalité des Amérindiens, plus précisément celle des Hurons, a aussi frappé Gabriel Sagard : (...)

3Quand l’estranger temoigne vouloir s’en retourner, on le charge de ce qui luy convient mieux pour son voyage. Si son inclination est d’avoir des pelleteries plustost que d’autres marchandises, on luy en donne. Ils sont egalement liberaux envers ceux qui leur aportent, comme à l’egard de ceux qui ne leur donnent rien4.

4Cette reception est ordinaire parmy les Sauvages en fait d’hospitalité. Il n’y a que les Abenakis, et ceux qui demeurent avec les François, qui sont °devenus un peu plus avares par le conseil qu’on leur a donné en leur representant l’obligation où ils sont de conserver ce qu’ils ont. On les voit à present d’autant plus interessés et avaricieux qu’ils estoient hospitaliers autrefois. Ils ne sont pas cependant moins orgueilleux qu’ils l’ont esté, mais ils sont tombés dans de grandes bassesses, jusqu’à gueuser mesme. Et ce qu’il y a nonobstant tout cela de plus estrange, c’est qu’ils s’estiment non seulement si necessaires à ceux qui les aydent à subsister, mais ils les regardent encore comme leurs inferieurs et hors d’estat de se pouvoir passer d’eux.

5Ceux des Sauvages qui n’ont pas estes tant flattés, sont attachés à l’ancienne coustume de leurs ancestres et fort pitoyables entre eux. Si quelqu’un est dans la disette, ils se cottisent d’abord pour l’asister. Quand le grain a manqué chez leurs alliés, ils les ont invités d’en venir querir chez eux. Ils sont fort sensibles à l’egard des malades, car ils employent et donnent tout ce qu’ils peuvent pour les soulager. S’il y a quelqu’enfant prisonnier de leurs ennemys, auquel on ait donné la vie, que son maistre laisse patir faute de vivres, ils luy donneront à manger.

  • 5 « C’est une belle qualité parmi les Sauvages de passer pour libéral », écrit Bacqueville de La Pot (...)

6Quand l’estranger, auquel on a donné hospitalité, °veut partir, l’hoste qui l’a receu fait son paquet, et lui donne ce qu’il y a de meilleur en la cabanne, soit en pelleterie, marchandises ou vivres qui peuvent luy estre necessaires pour son voyage. Quoyque cette generosité soit surprenante, il faut avoüer que l’ambition en est plustost le motif que la charité. On les entend se vanter sans cesse de l’agreable maniere avec laquelle ils reçoivent chez eux le monde, et du bien qu’ils leur font, quoyqu’on ne disconvienne point que ce soit avec bon visage et tout l’agrement possible5.

Notes

1 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « innocent » par « inconnu ».

2 Au sens d’asseoir : « on l’a fait seoir à table » (Furetière, 1690).

3 Pour compléter le texte de Perrot, Jules Tailhan, qui observe que c’est là une « autre similitude avec les peuples septentrionaux de l’Europe orientale » (Mémoire, p. 202, n. 1), produit la description d’une « suerie » par Paul Lejeune : « Ils chantent encore & font ces bruits en leurs sueries, ils croiraient que cette medecine, qui est la meilleure de toutes, celles qu’ils ont, ne leur servirait de rien, s’ils ne chantoient en suant : Ils plantent les bastons en terre, faisants une espece de petit tabernacle fort bas : car un grand homme estant assis dedans, toucheroit de sa teste le hault de ce todis, qu’ils entourent & couvrent de peaux, de robes et de couvertures : Ils mettent dans ce four quantité de grosses pierres qu’il[s] ont faict chauffer, & rougir dans un bon feu, puis se glissent tous nuds dans ces estuves, les femmes suent par fois aussi bien que les hommes [...] ils chantent, ils crient, ils hurlent dans ce four, ils haranguent : par fois le sorcier y bat son tambour […] bref quand ils ont crié trois heures ou environ dans ces estuves, ils en sortent tout mouillés & trempés de leur sueur » (Relation de 1634, dans JR, vol. 6, p. 188-190).

4 L’hospitalité des Amérindiens, plus précisément celle des Hurons, a aussi frappé Gabriel Sagard : « ils ont cela de propre d’assister les passans, & recevoir courtoisement entr’eux toute personne qui ne leur est point ennemie : & à plus forte raison, ceux de leur propre Nation, qui se rendent l’hospitalité reciproque » (Le Grand Voyage du pays des Hurons, p. 178). L’attitude des Outaouais, qui ne contredisaient pas leur invités, passait parfois pour de la « dissimulation », et de la « condescendance » (Relation de 1668-1669, dans JR, vol. 52, p. 206).

5 « C’est une belle qualité parmi les Sauvages de passer pour libéral », écrit Bacqueville de La Potherie, qui ajoute : « c’est le propre des Chefs de prodiguer tout ce qu’ils ont, s’ils veulent être estimés. » Puis il explique qu’ils « n’ont pas de plus grande passion que de savoir que l’on vante beaucoup leur generosité » (HAS, t. II, p. 70). Lorsque des textes mettent en doute cette générosité, il faut comprendre, écrit Jules Tailhan, qu’ils portent sur « des sauvages gâtés par le voisinage des Européens, et initiés par eux aux plus vils calculs de la cupidité. Il faut bien pourtant avouer, poursuit-il, que l’hospitalité sauvage semble avoir été assez fréquemment un gaspillage aveugle dont on espérait prendre sa revanche sur autrui ; c’était tout autant camaraderie folle, et insouciance de l’avenir, que libéralité cordiale » (Mémoire, p. 203, n. 2).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search