Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Maniere dont les Sauvages font la chasse de Tours en hyver1

Texte intégral

  • 1 Sur l’ours, voir supra, p. 195, n. 9.

1Les ours cherchent vers la fin de l’automne un lieu pour se mettre à l’abry des rigueurs de l’hyver, soit dans la concavité d’un rocher, sous la racine d’un arbre, dans un bois creux, ou bien dans un trou qu’ils creuseront dans la terre. Si l’ours est bien gros, il choisira la racine d’un des plus gros arbre[s] qui se trouvera renversé et l’entourera pour s’y retrancher de quantité de branches de sapin.

  • 2 Voir supra, p. 272, n. 59.
  • 3 Sans cloute s’agit-il du noisetier à long bec (Corylus comuta), un arbrisseau de la famille des Bé (...)
  • 4 Dans le Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, le terme est associé au Malus glaucescens » (p. 159 (...)
  • 5 L’Amérique du Nord compte quelque soixante-quinze espèces de chênes (famille des Fagacées), dont l (...)
  • 6 « Feine. s. f. (Jardins) est le fruit d’un arbre appelle hêtre, que l’on mange, & qui a le goût d’ (...)
  • 7 « Alize, s. f. Sorte de petit fruit aigret de couleur rouge » de l’alizier (Académie, 1695). Selon (...)

2Cet animal est en ruth au mois de juillet. Il devient alors si maigre, et d’un goust si fade et si mauvais qu’il n’est pas possible d’en manger. Mais quand ce temps est passé, il a l’instinct de connoitre les fruits capables de le restablir, comme les framboises2, noisettes, noix3, pommes sauvages4, prunes, glands5, feines6, alyses7, et autres fruits, chacun suivant leur saison. Sitôt que l’hyver est venu, il fait sa retraitte dans un lieu le moins exposé au froid, et quoyqu’il ne mange rien pendant tout ce temps là, il sçait neantmoins conserver la graisse que luy ont donné les fruits, dont il s’est nourry pendant l’automne.

  • 8 Sur les biches et les chevreuils, voir supra, p. 182, n. 5, et p. 205, n. 2.
  • 9 « Ceux du festin, c’est-à-dire le chef qui donne le festin, car lui seul, parmi les convives, s’ab (...)
  • 10 Les Amérindiens, écrit le père Henri Nouvel, croyaient qu’ils ne pouvaient être heureux à la chass (...)
  • 11 Le rabattage des ours consistait essentiellement à ratisser le terrain afin de découvrir leurs tan (...)
  • 12 Tout en s’inspirant vraisemblablement de Perrot, Bacqueville de La Potherie explique : « lors qu’i (...)

3Les Sauvages s’appliquent à la chasse de l’ours dans le temps que les biches et les chevreuils sont maigres8. Un chef de guerre formera un party de jeunes gens, auxquels il donnera festin. Remarquez icy que ceux du festin n’y peuvent pas manger9, mais bien faire manger les autres. Ce chef, dis je, declare devant toute l’assemblée qu’il veut aller à la chasse de l’ours, et les invite à l’accompagner, leur disant le jour qu’il a resolu de partir. Il faut sçavoir °que ce festin est quelquefois precedé d’un jeune de huit jours, sans boire ny manger, afin que l’ours luy soit favorable et à ceux de son party, voulant dire qu’il desire d’en trouver et d’en tuer, sans en estre ny ses gens aucunement endommagés10. Le jour du depart estant venu, il fait assembler tout son monde, qui se noircissent comme luy le visage de charbon, demeurant touts à jeun jusqu’au soir, qu’ils mangent meme très peu. Ils partent le landemain. Le chef du party commence d’abord à aranger ses gens pour faire un circuit environ d’un quart ou demie lieüe, et finir l’enceinte qu’il est proposée dans l’endroit mesme d’où il est party. Ils battent et parcourent ensuitte le terrain qui est investy. Ils visittent soigneusement tous les arbres, racines, et rochers qui y sont renfermés, et detruisent les ours qui peuvent y estre. A mesure qu’ils en tuent, ils alument leur pipe et luy en mettant le tuyeau dans la gueule. Il[s] poussent la fumée dehors par les narines de cet animal. Ils coupent le filet qu’il a sous la langue, et l’enveloppent dans une chiffe pour la garder très soigneusement. °Après avoir bien exactement veüs, et parcourus touts les endroits de cette enceinte, le chef fait encore, si le temps permet, une autre circuit, et ses gens font pareille recherche, qu’il a esté dit cy devant11. On s’occupe aprés cela à escorcher les ours, dont on emporte la viande au camp. Si parmy ces animaux il s’en °trouvoit un plus gros et plus long extraordinairement que les autres, il est grillé ainsy qu’un porc, et destiné pour un festin solemnel à leur arrivée au village. Quand il est escorché, on ° enleve toute la graisse et on le coupe par quartiers. Quand tout le monde a mangé au camp, chacun tire le soir de son sac touts les filets de langue °qu’il a, et les met sur un brazier avec bien du respect et des invocations, croyant fermement que si ces filets en cuisant venoient à crier, ce qui ne manque jamais, ou à se tortiller, ils en tueront d’autres. Si au contraire elles cuisent paisiblement, et que la chaleur ne les fasse pas remuer, ils disent que leur chasse sera peu de chose12.

  • 13 Si l’on se fie aux pratiques des Hurons et des Iroquois, les rituels, qui suivaient la chasse, rel (...)
  • 14 « C’était en effet au sortir du gîte que les sauvages tuaient l’ours », écrit Jules Tailhan (Mémoi (...)

4Leur coustume est de chasser le landemain comme la veille, de se noircir de charbon et de garder leur jeune jusqu’au soir. Ils ont l’habitude aussy de se laver avant le repas et, dans le sentiment que s’ils manquoient de les faire, ils transgresseroient des preceptes absolus pour reussir dans la chasse des ours, et que ces animaux estant cachés dans leurs trous, ils n’en pourroient decouvrir ou bien qu’ils risqueroient beaucoup d’en estre devorés13. Ils font cette chasse avec la fleche et non du fusil parce que le bruit epouvanteroit ceux qui n’en seraient pas eloignés ou les empescheroit de sortir de leur gist[e]14.

5Cette chasse dure quelquefois huit jours ou plus. Ils retournent ensuitte à leur village, où ils transportent leur viande, je veux dire les quatre quartiers des °bestes. Le tout est partagé dans les familles.

  • 15 Ajout de J. Tailhan.

6S’il y avoit quelque estranger, et quelques alliés chez eux, ils leur en font present aussy. Si la chasse est bonne, ils invitent quelques villages voysins, et ils destinent pour cet effect deux ou trois bestes pour les leur donner. Les depoüilles sont les plus considerables [pour ceux15] qui reçoivent les estrangers chez eux pour les regaler, et faire les festins particuliers.

  • 16 « Aiguillette, s. f. Cordon ou tissu serré par les deux bouts, qui sert à attacher quelque chose à (...)
  • 17 « Tronçon, subst. masc. Partie detachée d’un tout. [...] Pour cuire les viandes à l’étuvée, on les (...)
  • 18 Ajout de J. Tailhan.
  • 19 « Escuyer, se dit aussi de quelques Officiers particuliers », écrit Furetière, qui produit l’exemp (...)
  • 20 « Fressure, s. f. Parties interieures de certains animaux, comme le foye, le cœur, la rate, le pou (...)
  • 21 « On appelle aussi Officiers dans les maisons particulieres, les Domestiques qui ont soin de la ta (...)
  • 22 Ancienne mesure valant 5 pieds, soit 1,624 m.
  • 23 En plus d’être un « festin à manger tout », la fête qui suivait la capture d’un ours était interdi (...)

7A l’egard du gros ours qu’on a fait griller et dont il a esté parlé, le chef du party de chasse en fait un festin solemnel. On y aporte cet animal en son entier, sans en excepter les intestins, et vingt hommes sont conviés à ce repas. On coupe la peau de cette beste par aiguillettes de trois ou quatre doigts de large16. Ils font un certain fard composé de tronsons de lard17 ; pour ce qui est des grosses et petites tripes [, elles18] demeurent comme elles sont. On emprunte les grosses chaudieres destinées pour ces sortes de festes ; elles sont tousjours dehors, et si on les entre dans la cabane, ce n’est que pour s’en servir dans ces occasions. Les escuyers19 ont le soin de faire cuire la viande, la teste, la fressure20, et les tripes de l’ours, mais le sang est separement assaisonné de la graisse de son lard, que l’on fond auparavant. Quand le tout est cuit et pret à manger, les officiers de cuisine21 prennent autant de buchettes qu’il y a de personnes à convier, et demandent au maistre du festin le nom de ceux qu’il veut inviter. Quand il les a nommé[s], on leur porte à chacun une de ces buchettes en les asseurant qu’ils sont priés au festin chez.........Ils ne manquent pas de s’y rendre, avec chacun leur plat, où ils prennent en arrivant place. S’il s’y trouvoit des estrang[e]rs, ils se mettent proche du maistre du festin, sinon les chefs s’y placent. Celuy qui regale a une divinité supposée par son caprice, à laquelle il voue le repas, et ses officiers servent touts ceux qui y sont. Il n’y a que trois ou quatre seulement pour manger indispensablement la teste de l’ours, son sang, sa fressure et chacun des autres une eguillette de ce lard de la longueur d’une brasse22, qui leur est separée autant qu’il se peut egalement, si on veut esperer que le Dieu de la terre favorise et comble de ses bened[ict]ions le village. Ils sont de plus encore obligés de boire entre eux toute l’huille ou la graisse qui reste au dessus du bouillon après les viandes cuittes, ce qu’ils avalent comme du vin. Ce n’est pas sans faire de grands efforts qu’ils en viennent à bout, et lorsqu’ils ne peuvent plus macher et que les morceaux ne peuvent point passer, ils prennent quelques cuillerées de bouillon pour les faire couler. Il y en a qui crevent de ces excès et d’autres qui ont de la peine à en rechaper. Voilà l’extremité où l’orgueil et la gourmandise portent ces nations. Car s’ils ont tout mangé, ils en sont felicités, et on leur vient dire comme une louange qu’ils sont des hommes. Ils repondent à touttes ces honnestetés en disant qu’il n’appartient qu’aux hommes genereux d’avoir fait leur devoir en pareille occasion23.

  • 24 Le mot évoque le terme « K’oss », recensé par Frederic Baraga pour désigner « Thy Fathers, votre p (...)
  • 25 Après avoir décrit le rituel lié aux festins d’ours chez les Montagnais et signalé sa disparition (...)

8Quand les chasseurs arrivent au village, s’ils sont chargés, tous les enfants, du plus°loin qu’ils les peuvent appercevoir, font retentir la joye qu’ils en ont par des exclam[ati]ons redoublées, en disant Kous, Kous24, et sans discontinuation, jusqu’à ce qu’ils ayent posé à la porte de leur cabane ce dont ils sont chargés. Cela se pratique tousjours à l’arrivée des chasseurs. Car sitost qu’un crie, les autres sortent de chez eux pour le seconder, et les peres et meres s’efforcent mesme de les y exciter25.

Notes

1 Sur l’ours, voir supra, p. 195, n. 9.

2 Voir supra, p. 272, n. 59.

3 Sans cloute s’agit-il du noisetier à long bec (Corylus comuta), un arbrisseau de la famille des Bétulacées, qui produit une noisette comestible. Mais il ne faut pas exclure d’autres arbustes, notamment le noisetier américain (Corylus americana) (voir P. Kalm, Voyage, p. 188 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 152 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. I, p. 540-541). Sur les noix, voir supra, p. 272, n. 57.

4 Dans le Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, le terme est associé au Malus glaucescens » (p. 159), c’est-à-dire au Malus sylvestris, ou pommier sauvage, dont le Malus pumila, un pommier nain, aussi appelé pommier sauvage, constitue une variété moderne (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 318).

5 L’Amérique du Nord compte quelque soixante-quinze espèces de chênes (famille des Fagacées), dont le chêne rouge (Quercus rubra), un arbre qui peut atteindre trente mètres de hauteur et dont le gland a un goût amer ; le chêne bicolore (Quercus bicolor), un arbre un peu plus petit que le précédent, mais au gland doux ; le chêne blanc (Quercus alba), qui peut mesurer cinquante mètres de hauteur et qui produit un gland doux ; le chêne à gros fruit (Quercus macrocarpa), un arbre qui peut atteindre cinquante-cinq mètres de hauteur et qui produit un gland doux (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 154-155 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. II, p. 542-545).

6 « Feine. s. f. (Jardins) est le fruit d’un arbre appelle hêtre, que l’on mange, & qui a le goût d’une noisette : dans les famines on en fait du pain » (Encyclopédie, 1756, t. VI). Sans doute Perrot fait-il allusion au hêtre à grande feuille (Fagus grandiflora), un arbre de la famille des Fagacées, qui peut atteindre quarante mètres de hauteur et dont le fruit renferme une huile comestible (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 155-156).

7 « Alize, s. f. Sorte de petit fruit aigret de couleur rouge » de l’alizier (Académie, 1695). Selon les rédacteurs de l’Encyclopédie, l’alisier, ou « alizier », est un « arbre dont le fruit ne differe de celui du poirier que par la forme & la grosseur. Ce fruit n’est qu’une baie remplie de semences calleuses & renfermées dans de petites loges » (Encyclopédie, 1751, t. I). Selon Jacques Rousseau, l’alisier, du moins celui identifié par Pehr Kalm, est la viorne lentago (Viburnum lentago), un petit arbre de la famille des Caprifolliacées, au fruit noir, très aplati. Mais on peut penser aussi à la viorne cassinoïde (Viburnum cassinoides), un arbuste de un à quatre mètres, au fruit d’abord rouge, puis bleu foncé (voir P. Kalm, Voyage, p. 507 ; Marie- Victorin, Flore laurentienne, p. 534 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. I, p. 287).

8 Sur les biches et les chevreuils, voir supra, p. 182, n. 5, et p. 205, n. 2.

9 « Ceux du festin, c’est-à-dire le chef qui donne le festin, car lui seul, parmi les convives, s’abstenait de prendre part au repas ; c’est du moins ce qu’affirme Charlevoix », écrit Jules Tailhan (Mémoire, p. 199, n. 18). De fait, Charlevoix écrit : « celui, qui en fait les honneurs, ne touche à rien, & toute son occupation, tandis que les autres sont à Table, est de raconter ses anciennes prouesses à la Chasse » (Journal, t. I, p. 294).

10 Les Amérindiens, écrit le père Henri Nouvel, croyaient qu’ils ne pouvaient être heureux à la chasse s’ils n’avaient vu en songe l’animal qu’ils voulaient chasser. Aussi, tout leur soin était « d’avoir en dormant la veuë » de l’animal qu’ils souhaitaient attraper. C’est pourquoi, selon le missionnaire, ils jeûnaient afin de rêver à l’animal (voir Relation de 1671, dans JR, vol. 56, p. 128).

11 Le rabattage des ours consistait essentiellement à ratisser le terrain afin de découvrir leurs tanières (HAS, t. II, p. 34 ; E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 65-66). Bacqueville de La Potherie produit quelques précisions supplémentaires ; les partis de chasse comprenaient une trentaine d’hommes et la « tournée » de chasse était « d’environ deux lieues » (op. cit., t. II, p. 33-34). Sur le rituel pratiqué par les chasseurs après la chasse, voir la note suivante. Le copiste a bel et bien écrit : « une autre circuit ».

12 Tout en s’inspirant vraisemblablement de Perrot, Bacqueville de La Potherie explique : « lors qu’ils ont tué des Ours ils les apportent dans la cabane, ils allument des pipes & en chantant ils leur coulent par maniere de Sacrifice la fumée dans la gueule & dans les narines, pour fléchir leur fureur, & ils les prient de n’avoir point de ressentiment contr’eux ny de ce qu’ils ont envie d’en tuër encor d’autres. Ils leur coupent la langue, & arrachent le filet qu’ils brûlent avec circonspection, car si le feu le fait tortiller c’est un presage qu’ils en tueront, s’il est consumé sans aucun mouvement c’est, disent-ils, un mauvais augure » (HAS, t. II, p. 34-35).

13 Si l’on se fie aux pratiques des Hurons et des Iroquois, les rituels, qui suivaient la chasse, relevaient sans doute des moyens magiques auxquels avaient recours les Amérindiens pour s’assurer de bonnes chasses (voir Annemarie Anrod Shimony, « Conservatism among the Iroquois at the Six Nations Reserve », dans Yale University Publications in Anthropology, n° 65, 1961, p. 285-288 ; E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 167, n. 126).

14 « C’était en effet au sortir du gîte que les sauvages tuaient l’ours », écrit Jules Tailhan (Mémoire, p. 199, n. 19), qui produit à l’appui de son assertion le texte de la Relation de 1634, de Paul Lejeune (JR, vol. 6, p. 306) et celui du « Recit d’un 3e voyage faict aux Ilinois par Le P. Claude Allois », c’est-à-dire Claude Allouez (JR, vol. 60, p. 150-152).

15 Ajout de J. Tailhan.

16 « Aiguillette, s. f. Cordon ou tissu serré par les deux bouts, qui sert à attacher quelque chose à une autre [...] On fait aussi des aiguillettes de cuir de mouton, coupé en bandelettes serrez par les deux bouts » (Dictionnaire de Trévoux, 1721). Dans son dictionnaire, Furetière préfère le terme « aiguille » à « aiguillette » et produit la définition suivante : « on appelle aussi aiguilles, les parties longues et menues comme des filets qui se trouvent dans les chairs des animaux, & autres corps qui souffrent semblables divisions : ce qu’en Medecine on appelle des fibres, ou plustost filamens » (Furetière, 1690).

17 « Tronçon, subst. masc. Partie detachée d’un tout. [...] Pour cuire les viandes à l’étuvée, on les couppe par tronçons » (Furetière, 1690).

18 Ajout de J. Tailhan.

19 « Escuyer, se dit aussi de quelques Officiers particuliers », écrit Furetière, qui produit l’exemple suivant : « un escuyer tranchant est celuy qui est occupé chez les Princes à despecer, à servir les viandes » (1690).

20 « Fressure, s. f. Parties interieures de certains animaux, comme le foye, le cœur, la rate, le poulmon, prises ensemble » (Furetière, 1690).

21 « On appelle aussi Officiers dans les maisons particulieres, les Domestiques qui ont soin de la table, comme Maistre d’Hostel, Cuisinier, Sommelier, &c. » (Furetière, 1690).

22 Ancienne mesure valant 5 pieds, soit 1,624 m.

23 En plus d’être un « festin à manger tout », la fête qui suivait la capture d’un ours était interdite aux filles nubiles et aux femmes mariées qui n’avaient pas encore eu d’enfant (voir P. Lejeune, Relation de 1634, dans JR, vol. 6, p. 216-218).

24 Le mot évoque le terme « K’oss », recensé par Frederic Baraga pour désigner « Thy Fathers, votre père (A Dictionary of the Otchipwe Language). Ni Jean-André Cuoq (Lexique de la langue algonquine), ni Georges Lemoine (Dictionnaire français-algonquin) ne recensent le mot « kous ».

25 Après avoir décrit le rituel lié aux festins d’ours chez les Montagnais et signalé sa disparition chez ceux qui se sont convertis au catholicisme, Jules Tailhan évoque les coutumes liées à la chasse aux ours et à leur consommation chez d’autres nations amérindiennes et chez les Finlandais (voir Mémoire, p. 199-202, n.20).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search