Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Chasse du buffle1

Texte intégral

  • 1 Sur le buffle, voir supra, p. 181, n. 3.

1J’ay cy devant remarqué que les Sauvages des prairies estoient dans un pays heureux par raport à la quantité d’animaux de toutte espece qu’ils avoient chez eux, et des graines, fruits, et racines que la terre y produit en abondance, mais, je n’ay rien dit des coustumes qu’ils ont dans leurs chasses, ny de la maniere dont ils la font, particulierement celle du buffle.

2Les Sauvages partent l’automne, la recolte estant faite, pour aller à la chasse et ne se rendent au village qu’au mois de mars pour faire les semences de leurs terres. Ils repartent aussitost qu’elles sont faites, et n’en reviennent qu’au mois de juillet, qui est le temps que le buffle commence d’estre en ruth.

3Ceux d’un village entier vont ensemble à cette chasse, et s’il n’est pas assez °fort, il se joint à un autre, et cela pour deux raisons. La premiere pour soustenir les attaques que les ennemis pourroient leur faire, et l’autre afin d’estre en estat d’investir une plus grande quantité de bestes.

  • 2 « Emulateur, ou Emule. s. m. Rival, concurrent, qui donne ou qui reçoit de l’émulation. Emule ne s (...)

4Ils s’assemblent le °soir de la veille du départ, et choisissent entre eux celuy qu’ils jugent le plus capable d’estre le maistre de la chasse. C’est ordinairement un des chefs de guerre le plus consideré. Il prend pour emules2 tous les autres chefs, et convient avec eux de tout ce qui doit estre reglé dans la marche qu’on tiendra pour la chasse des buffles. Le meme jour, un des principaux fait une harangue en presence de toute l’assemblée, dans laquelle il expose ce qui a esté prescrit au sujet des limites qui seront gardées dans cette chasse, et les punitions ordonnées pour ceux qui les passeront. Il declare qu’elles portent de les depoüiller de leurs armes, de briser leurs arcs, et leurs fleiches, de rompre leurs cabannes et de piller tout ce qui se trouvera dedans. Cette loy est parmy eux irrefragable. La raison qui les oblige d’en user avec tant de severité et d’exactitude envers ceux qui manquent d’y obeir est que si dans la chasse, on passoit les bornes prescriptes, touttes les bestes s’enfuiroient, et le village seroit en danger de mourir de faim. Touts les chefs sont generalement sujets à cette loy. °Si mesme celuy qui est par dessus touts les autres avoit commis la faute, il en subiroit pareillem[en]t la rigueur, comme un autre, sans egard à son authorité, et en cas qu’il ne voulut pas s’y soumettre, toutte la jeunesse, qui est pour ainsy dire son appuy, °se banderait contre luy et ferait main basse sur touts ceux qui se presenteroient pour soustenir son party.

5Ce premier des chefs avec ses emules fait les detachements necessaires pour aller sur les chemins à la decouverte, et s’ils presument qu’il y ait à craindre pour leurs gens, ils reviennent sur leurs pas afin de les couvrir et d’empescher qu’ils ne soient chargés par l’ennemy.

  • 3 Mesure de la lieue : 3 248 mètres (A. Champagne, Nouvelles Études sur les La Vérendrye et le poste (...)
  • 4 Dans son édition, Jules Tailhan a corrigé l’article et écrit « un ».
  • 5 Bacqueville de La Potherie se contente d’écrire que « lors que les Sauvages en veulent prendre bea (...)

6Quand le village est fort en jeunes gens capables de porter les armes, on les divise en trois corps. L’un prend sa route à la droite, l’autre à la gauche, et la moitié du troisieme se partage dans les deux premiers. L’un de ces partys s’ecarte une lieüe ou environ sur la droite3, et l’autre demeure sur la gauche, faisants tous les deux, chacun de leur costé, une grande file ; alors ils partent en se tournant le dos, et continuent à marcher ainsy jusqu’à ce qu’ils jugent s’estre assez etendus en longueur °pour avancer en profondeur. Comme ils decampent dès la mynuit, un des partys attend que le jour paroisse, pendant que les autres poussent leur pointe. Et après avoir marché une demye lieüe, ou environ, une4 autre party attend encore le jour. Le reste marche aprés une autre demye lieüe faite, et attend pareillement. Le jour estant enfin venu, ce troisieme party, qui s’estoit divisé à droite et à gauche avec les deux autres, pousse sa route plus loin, et sitost que le soleil a attiré à son lever la rosée qui est sur la terre, les partys de la droite et de la gauche estants à veüe se joignent de file, et ferment le bout de l’enceinte qu’ils veulent investir. Ils commencent d’abord à mettre le feu aux herbes seiches, qui sont en quantité dans ces prairies. Ceux qui occupent les flancs en font de meme, et dans l’instant tout le village decampe avec touts les vieillards et jeunes garçons, qui se partageant egalement des deux costez, s’eloignent, et observent à veùe les partys afin de se conformer à eux, en sorte que les feux puissent estre allumés ensemble sur les quatre faces, et se communiquent peu à peu les uns aux autres. Cela fait le meme effect à la veùe que quatre rangs de palissades, dans lesquels les buffles sont enfermés. Quand les Sauvages s’apperçoivent qu’ils veulent sortir pour eviter le feu qui les environne de toutes parts (estant la chose du monde qu’ils apprehendent le plus) ils courent à eux, et les contraignent de rentrer dans l’enceinte. C’est la maniere dont ils se servent pour les tuer touts. On asseure qu’il y a des villages qui en ont eu jusqu’à quinze cents, et d’autres plus ou moins, suivant la quantité du monde et de la grandeur de l’enceinte qu’ils font dans leur chassse : car ce pays n’est que plaines. Il y a seulement quelques islets, où ils ont coustume d’aller camper pour faire secher leurs viandes5.

  • 6 Sur les cerfs et les chevreuils, voir supra, p. 182, n. 4, et p. 205, n. 2.

7Les cerfs et les chevreüils6 sont assez souvent enveloppés dans ces sortes de feux qu’ils franchissent, et les Sauvages ne s’attachent ordinairement qu’à ceux qu’ils sont asseurés de tuer ou d’avoir par surprise.

8Le village campe ensuitte dans l’endroit le plus commode et le plus proche de celuy où s’est fait le carnage. Ce camp estant estably, on partage entre les familles les bestes qui ont esté tuées en cette chasse. Les unes en ont plus, les autres moins, à proportion qu’elles sont nombreuses. Mais tout se distribue par la voix des chefs avec beaucoup d’equité et de justice. Chacune de ces familles escorche les bestes qui leur sont escheûes en partage, et l’on reste dans le camp jusqu’à ce que toutes les viandes soient bien seiches. Ils ont grand soin d’en ronger les os de maniere qu’ils n’y laissent autour rien de tout. On acheve avant midy et le reste du jour est suffisant pour accommoder les viandes.

  • 7 À l’instar des Panis, les Aiouez savaient tirer parti des bisons pour se nourrir, pour se vêtir, o (...)

9Les Illinois et leurs voysins ne manquent pas de bois pour les faire secher, mais les Ayôes et les Panys ne se servent ordinairement que de fiante de buffles bien seches, le bois estant extremement rare chez eux7.

10Voilà quelle est la conduite de ces nations dans leurs chasses, qui sont tousjours prestes, et en estat de deffendre leurs familles contre les ennemis puisqu’elles se trouvent placé[e]s dans les °flancs, pend[an]t la marche, que la droite et la gauche des °guer-riers les couvrent et mettent à l’abry des insultes qu’on pourroit leur faire. Joint à cela, il n’y a rien à craindre derriere elle, car les gens detachés à la decouverte les soustiennent en queue et servent en cette occasion d’arriere garde. L’ennemy ne sçauroit donc paroitre qu’on ne soit en estat d’en informer tout le party par l’alarme qui se donne d’une voix à l’autre, et par le prompt secours des guerriers qui accourent en diligence pour °s’opposer à ses desseins. Les femmes et les enfans se trouvent hors de peril. Ils tiennent ferme et sont très rarement repoussés.

11L’hyver, dans leurs chasses, ils observent les memes maximes, mais la neige dont la terre est toute couverte les empeche de faire courir les feux et d’y reussir comme dans une autre saison. A l’egard des loix, on est egalement obligé de les garder, mais ils sont indis-pensablement contraints de faire une file beaucoup plus estendüe pour former l’enceinte dont il faut investir les buffles. Et si quelqu’un d’eux trouvoit jour de les forcer, ils courroient au devant pour s’opposer à leur fuite, ou bien ils les °suivent en queue avec tant de celerité qu’ils en tuent tousjours beaucoup.

  • 8 En plus de servir à faire des boucliers, les peaux de bisons entraient dans la confection des vête (...)

12Il n’y a que la peau du ventre des vaches et celle des veaux d’un an dont ils se servent pour faire des couvertes, mais celles des buffles sont employées pour les boucliers, dont ils parent contre les ennemis les fleches et les coups de casse °teste. Pour aprester cette peau, ils en coupent une piece suffisante, et l’ayant bien grattée des deux costez, ils la font bouillir un moment, et la tirent de la chaudiere. On l’estend ensuitte sur un cercle de la largeur du bouclier qu’on a dessein de faire, et estant bien seche, elle devient aussy dure que le cuir fort d’une semelle de soulier. Quand les Sauvages la veulent couper pour l’estendre, ils prennent garde de luy donner auparavant la figure la plus ronde qu’ils peuvent et lorsqu’elle est bien seche ils en ostent la superficie attachée au cercle. Voilà comme ils font les boucliers qu’ils portent à la guerre8.

Notes

1 Sur le buffle, voir supra, p. 181, n. 3.

2 « Emulateur, ou Emule. s. m. Rival, concurrent, qui donne ou qui reçoit de l’émulation. Emule ne se dit qu’au College & des escoliers. Emulateur se dit de tous les autres concurrents, soit Capitaines, soit gens d’estude » (Furetière, 1690).

3 Mesure de la lieue : 3 248 mètres (A. Champagne, Nouvelles Études sur les La Vérendrye et le poste de l’Ouest, Québec, Presses de l’Université Laval, 1971, p. 146-147).

4 Dans son édition, Jules Tailhan a corrigé l’article et écrit « un ».

5 Bacqueville de La Potherie se contente d’écrire que « lors que les Sauvages en veulent prendre beaucoup ils les entourent par une enceinte de ces feux qui brûlent les arbres dont ils ne peuvent se débarasser » (HAS, t. II, p. 181-182).

6 Sur les cerfs et les chevreuils, voir supra, p. 182, n. 4, et p. 205, n. 2.

7 À l’instar des Panis, les Aiouez savaient tirer parti des bisons pour se nourrir, pour se vêtir, ou pour faire du feu (voir Nations amérindiennes, infra, p. 515-516 et 529).

8 En plus de servir à faire des boucliers, les peaux de bisons entraient dans la confection des vêtements et les poils de la bête pouvaient être tissés (Jacques Marquette, Relation de son voyage d’exploration du Mississipi, dans JR, vol. 59, p. 110-112 ; Mathurin Le Petit, Lettre du 12 juillet 1730 au père d’Avaugour, dans JR, vol. 68, p. 132). Comme l’observe Perrot, la chair de l’animal était consommée fraîche ou séchée (Julien Binnetau, Lettre à un père de la Compagnie de Jésus, 1699, dans JR, vol. 65, p. 72-74 ; Paul du Poisson, Lettre du 3 octobre 1727, dans JR, vol. 67, p. 284).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search