Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Maniere dont les nations du Nord font la chasse

Texte intégral

  • 1 Le substantif s’écrivait aussi avec un « e ». A « tranche », Furetière renvoie à « trenche » : « u (...)
  • 2 Commentaire en marge du texte : « rompent la cabane et non pas l’escluse pour le filet, mais bien (...)
  • 3 Commentaire en marge du texte : « faux on ne tend pas ce filet au passage de l’eau, mais où il fau (...)

1Les peuples du Nord font l’hyver la chasse du castor avec une tranche1 et un filet de cordes de peau. Ils commencent premierement à rompre la cabanne où cet animal se retire. Ils deffont ensuitte les escluses2, qu’il a soin de faire pour se conserver l’eau du marest. Après les avoir fait ecouler pendant la nuit, on a ce filet qui est fait comme un sac, de la largeur de l’endroit où il doit necessairement passer, car il n’y en a pas d’autre, la glace et les escluses qu’il a faites dans l’automne ne luy permettant plus de monter ny descendre, il est contraint d’abandonner sa demeure ou de reparer la breche qu’on y a desja faite, car ce filet, comme il a esté dit, occupe le passage, et sa figure est comme celle d’une bourse, avec un maitre qui se retire pour le fermer3. Le castor voulant donc descendre au fond de l’eau, entre dans ce piege qui luy est tendu, et l’homme posté sur la glace le sentant pris, tire le filet et lui casse la teste. On le retend tousjours de meme. C’est la maniere dont les castors se prennent. Si le marest n’avoit pas le rivage escarpé, et qu’il fut au niveau de l’eau, il seroit bien plus facile de les detruire, car il n’y auroit dans ce temps là qu’à rompre leurs cabanes pour les en faire sortir.

  • 4 Commentaire en marge du texte : « faux ». Jules Tailhan dorme, cette fois, raison au critique : «  (...)
  • 5 Commentaire en marge du texte : « on ne darde jamais le castor l’hyver, on le prend avec la main p (...)

2Le bruit que les chasseurs font en frapant fortement le manche de leurs tranches donnent à connoitre aux castors4 par ce retentissement qu’il y a des concavités sous la glace, dans lesquelles ils taschent de se refugier, afin d’y reprendre haleine, car l’epouvante qui leur a esté donnée les a bien fatigués. Aprés s’estre reposés quelque temps, ils veulent retourner à leur giste ou en quelque autre endroit d’asseurance, alors tout le monde garde un grand silence, et cesse de faire du bruit. Cependant l’on continue de marcher tousjours à pas de loup les piquets à la main pour visitter les endroits où l’on aperçoit l’eau remuer, parce que l’on presume que le castor y est. On bouche sur le champ l’entrée de son trou, et connoissant par les piquets qu’il veut forcer le temps qu’il veut en sortir, on le darde incontinent avec une espée enmanchée au bout d’un bois5.

  • 6 Sur le caribou, voir supra, p. 254, n. 5.
  • 7 Pour une description plus précise de cette chasse, voir Champlain, Voyages, 1619, dans Works, t. I (...)

3La chasse aux cariboux se fait ordinairement dans de grandes savanes6, que l’on environne d’abord d’arbres et de perches de distance en distance, où se tendent des lacets de peau crue qui ferment un petit passage laissé à dessein. Quand touts ces pieges sont une fois dressés, on s’eloigne en marchand de front, et faisant continuellement de grands cris. Ce bruit extraordinaire les epouvante, et les met en fuite de touts °costés ; ne sçachant plus où aller, ils viennent rencontrer cet embarras qui leur a esté preparé, et ne le pouvant franchir, ils sont containts de le suivre pour se rendre dans le passage où sont tendus les lacets à nœuds °coulants, qui les saisissent par le col. C’est en vain qu’ils taschent d’en °sortir car ils arrachent plustot les piquets et les entrainent avec eux jusqu’aux premiers arbres. Enfin les derniers efforts qu’ils font pour en sortir ne servent qu’à les estrangler plus promptement7.

  • 8 Commentaire en marge du texte : « on tüe des biches et des cerfs comme d’autres bestes ». La descr (...)

4On chasse l’elan à peu près de la meme maniere, quand on est surtout dans un pays où ils sont communs, ou bien on tasche de les surprendre à coups de fusils et de fleches. Mais l’hyver que les neges sont hauttes, on a des espées enmanchées pour les tuer à la course, au lieu que les biches et les cerfs ne se peuvent prendre qu’au lacet8.

  • 9 Le lac Supérieur, « auquel les peres Jesuistes ont aussi donné le nom de mr de Tracy par reconnois (...)
  • 10 A notre connaissance, Perrot est le seul voyageur à décrire cette méthode de chasse, qui n’a provo (...)

5Les Kiristinaux qui hantent souvent le long des bords du lac Superieur9 et des grandes riv[iè]res, où sont plus communement les elans, ont une autre maniere d’en faire la chasse. Ils s’embarquent premierement deux à deux en chaque cannot, et se tiennent de distance en distance les uns des autres. Leurs chiens sont à terre qui avancent un peu dans la profondeur des bois pour aller chercher les bestes. Sitôt qu’ils en sentent la piste, ils ne la quittent plus qu’ils ne les ayent trouvés, et l’instinct admirable qu’ils ont de se ressouvenir où peuvent estre leurs maîtres, fait qu’ils poussent directement les elans de ce costé là, en les poursuivant tousjours jusqu’à ce qu’ils soient contraints de se jetter à l’eau. Les Sauvages qui sont d’une grande attention sur le rivage pour ecouter l’aboyement de leurs chiens, s’embarquent incontinent, donnent sur les elans et les tüent10.

  • 11 La martre d’Amérique (Martes americana) est un mammifère carnivore digitigrade au corps allongé, a (...)

6Les martres les plus estimées, et les plus belles sont celles du Nord. Le poil en est plus noir que brun, et c’est un des meilleurs commerces qui se fasse en ce pays11.

  • 12 Comme le rappelle Jules Tailhan, à la suite de Claude Dablon (Relation de 1669-1670, dans JR, vol. (...)
  • 13 Sur l’élan voir supra, p. 199, n. 21 ; sur le castor, voir supra, p. 207, n. 11.
  • 14 Voir supra p. 254, n. 5.
  • 15 Lire Sioux.
  • 16 Sur les buffles, voir supra, p. 181, n. 3.
  • 17 Sur le cerf et la biche, voir supra, p. 182, n. 4 et 5 ; sur le chevreuil, voir supra, p. 205, n. (...)

7Les Sauvages que l’on nomme Saulteurs12 sont au Sud du lac Superieur, et font la chasse du castor et de l’elan13. Ils peschent aussy d’excellens poissons et ramassent quelque bled d’Inde, mais non pas en si grande quantité que les nations des bords du lac Huron, qui demeurent dans des pays peslées ou prairies. Il s’y trouve des martres, et °s’il ne s’y voit pas de cariboux14, il y a en recomp[en]se quantités d’autres bestes en abondance qu’ils tuent avec beaucoup de facilité. Joint à cela, ils ont pour voysins et amis les Siroux15, sur les limites desquels ils chassent quand ils veulent, buffles16, cerfs, biches, chevreuils et autres gibiers17, qu’ils surprennent à coups de fusils et de fleches.

  • 18 Le lac Huron a conservé son nom ; le lac des Illinois porte maintenant celui de Michigan.
  • 19 Jules Tailhan a écrit : « un autre », pour faire l’accord avec le mot « temps », mais l’adjectif « (...)
  • 20 Il s’agit du peuplier faux-tremble (Populus tremoloides), un arbre de la famille des Salicacées, v (...)

8Il y a des nations encore le long du lac Huron et Illinois18, qui ont des terres suffisamment defrichées pour en tirer tout le grain qu’ils peuvent avoir besoin, et qui vivent parfaitement bien avec le poisson que leur produit la peche. Mais quand ils veulent aller à la chasse du castor ou de quelqu’autre beste, ils sont dans l’obligation d’aller bien loin. Les saisons qu’ils prennent ordinairement pour chasser sont l’automne et l’hyver parce que dans ce temps là les peaux des animaux sont meilleures que dans une19 autre. Ils se servent de pieges pour les prendre, dans lesquels est un appas qui est la branche d’un arbre qu’on nomme bois de tremble20. Ils l’aiment beaucoup, et voulant atteindre au fond de ce piege, où elle est mise, ils marchent sur une détente qui leur fait tomber une trape sur le °dos et qui les tue.

  • 21 Le sujet de la proposition causale a pour antécédent « ceux du Nord, et des prairies », et non « l (...)
  • 22 Sur l’ours, voir supra, p. 195, n. 9 ;sur le cerf et la biche, voir supra, p. 182, n. 4 et 5 ; sur (...)
  • 23 Perrot pense peut-être au couguar (Felix concolor), un prédateur de la famille des Félidés, qui vi (...)
  • 24 Le terme fait problème car il peut désigner différents animaux. Dans ses Mémoires de l’Amérique se (...)
  • 25 La loutre (Lontra canadensis) est un petit mammifère Carnivore de la famille des Mustélidés, à pel (...)
  • 26 « Tout ce passage n’est pas très clair », note Jules Tailhan, qui ajoute : « Perrot, je crois, a v (...)

9Ils chassent touttes les autres bestes avec le fusil quoyqu’ils ayent aussy des fleches, mais ils ne sont pas si adroits à s’en servir que ceux du Nord, et des prairies, parce qu’ils n’ont pas si communem[en]t qu’eux l’usage des armes à feu21, et que dans les °chasses eloignées, où ils ont coustume d’aller, il y a des ours, des cerfs, des biches, des chevreuils22, des chats sauvages23, des castors, quelques peccans24 et des loutres25. S’ils vont à l’ouest, ou vers le sud, ils y trouvent des buffles, mais peu d’élans, car touts les animaux que je viens de nommer cy dessus ne demeurent guerre où il y a des elans26. C’est pourquoy ils courent bien risque de jeuner quelquefois. Les martres y sont aussy fort communes, et quand le castor ne peut pas supléer au defaut des elans, le peu de neige qui empesche de les prendre à la course, les expose à une disette d’autant plus evidente, qu’il est tres difficile de s’en rendre maitre par surprise.

  • 27 Sur le maïs, les haricots et les citrouilles, voir supra, p. 186, n. 2, 4 et 5.
  • 28 La chair de la citrouille (Cucúrbita pepo) est effectivement aqueuse.
  • 29 Le melon (Cucumis melo), précisément identifié par Pehr Kalm (Voyage, p. 225), est une plante herb (...)

10Les nations sauvages qui habitent les prairies sont heureuses pour la vie. Les bestes et les oiseaux y sont en grand nombre, °avec beaucoup de rivieres fort poissonneuses. Les gens y sont naturellement laborieux, et s’attachent à cultiver la terre, qui est très fertile en bled d’Inde. Elle produit aussy des aricots, des citroüilles petites et grosses d’un goust admirable, des fruits et plusieurs differentes racines27. Ils ont surtout une certaine maniere d’accommoder les citroüilles avec le bled d’Inde cueilly en lait, qu’ils y joignent et qu’ils font cuire, et secher, dont le gout est très sucré28. Il y vient enfin des melons dont le suc n’est pas moins agrrable que rafraichissant29.

  • 30 « Il y a aussi dans les Bois du Canada beaucoup de Loups, ou plutôt de Chats serviers », écrit Cha (...)
  • 31 Le seul félin indigène à longue queue de l’Amérique du Nord est le couguar (Felix concolor). Lahon (...)
  • 32 Le loup américain (Canis lupus) est un mammifère de la famille des Canidés dont le pelage peut var (...)

11Les bestes de differente espece que le pays fournit sont des buffles, des cerfs, des ours, des chats cerviers30, chats sauvages, et des tygres d’une viande très bonne à manger31. Il y a aussy des castors, des loups noirs et gris32 dont les peaux servent à leur usage, et d’autres animaux encore qu’ils mangent aussy.

  • 33 Voir supra, p. 174, n. 4.
  • 34 La bemache canadienne (Branta canadensis), vulgairement appelée outarde, est un oiseau commun, don (...)
  • 35 Peut-être s’agit-il de l’oie blanche (Chen caerulescens), un oiseau de la famille des Anatidés, qu (...)
  • 36 On trouve plus de quarante-cinq espèces de canards de surface au Canada et plus de vingt espèces d (...)
  • 37 On pense ici au pélican blanc d’Amérique (Pelecanus erythrorhynchos), qui était abondant dans les (...)

12Les oiseaux ou gibiers de riviere ou marests sont des cignes33, des outardes34, des oyes sauvages35 et des canards de toutes les especes36. Les pelicans sont fort communs, mais d’un goust huileux, soit en vie ou morts, qui est si mauvais qu’il n’est pas possible d’en manger37.

  • 38 Le dindon sauvage (Meleagris gallopavo), un oiseau de la famille des Phasianidés, commun à l’époqu (...)
  • 39 Le faisan n’est pas un oiseau indigène du Canada ; il a été introduit bien après l’époque de Perro (...)
  • 40 Comme le remarque P.-A. Tavernier, « le nom de “caille” est improprement employé pour nos oiseaux (...)
  • 41 La tourte (Ectopistes migratorius), un pigeon de forte taille, est aujourd’hui disparue, mais elle (...)
  • 42 Selon W. F. Ganong, le terme renvoie au « courlieux », ou « courlis » (« Identity of the Animals a (...)
  • 43 La grue canadienne (Grus canadensis), un oiseau de grande taille de la famille des Gruidés, était (...)
  • 44 Voir supra, p. 196, n. 15.
  • 45 Aujourd’hui rivière Wisconsin, un affluent du Mississipi.

13Ceux des terres sont des dindes38, des faisans39, des cailles40, des tourtes41, des corbijeux42 comme de grosses poules d’un goust excellent. On y voit encore d’autres oiseaux, mais il y a surtout une infinité de grues43. Les gens du pays se servent ordinairement du fusil et de l’arc dans leurs chasses et de la tranche dans les marets, qu’ils mettent à sec. Touttes les bestes sont d’un très bon poil vers le nord ; quand on descend au sud, où l’hyver dure peu de temps, elles cessent, sitost qu’il est passé, d’estre de la mesme valeur. La chaleur y est egalle à celle des isles du Sud ou de la Provence. C’est un pays remply de perroquets44, mais si on avance dans le nord, vers l’entrée d’Ouisconching45, l’hiver y est extremement froid et long. C’est où les castors sont les meilleurs et le pays où la chasse dure plus longtemps dans l’année.

  • 46 Lacune dans le texte du manuscrit.
  • 47 La cassave est un pain « des Isles Antilles » et d’autres endroits de l’Amérique (Furetière, 1690) (...)

14Les Sauvages ont dans le pays differentes racines. Celles qu’ils nomment.........46, c’est à dire la racine de l’ours, est un veritable poyson si on la mangeoit crüe. Mais ils la coupent par tranches fort minces et la font cuire dans un fourneau pend[an]t trois jours et trois nuits ; c’est par le feu qu’ils font evaporer en fumée la substance crue qui en compose le venin, et elle devient ensuitte ce qu’on appelle communem[en]t de la cassave47.

  • 48 Le pays des Illinois, dont parle ici Perrot, a été détaché de la Nouvelle-France et rattaché à la (...)
  • 49 Selon Louis-Ovide Brunet(1826-1876), un pêtre qui a occupé la chaire d’histoire naturelle de l’Uni (...)

15Ils tirent aussy l’hyver de dessous la glace dans les marets où il y a beaucoup de vase et peu d’eau une certaine racine, meilleure que celle dont on vient de parler. Mais elle ne se trouve que dans la Louisiane à 15. lieues plus haut que l’entree d’Ouisconching48. Les Sauvages la nomment en leur langue cette racine Pokekoretch, et le François ne luy donne aucun nom parce qu’il ne s’en voit point du tout en Europe. Elle est °semblable à une rave grosse comme la moitié du bras ou un peu plus ; elle a de meme la chair ferme et luy ressemble aussy au dehors : vous diriez en un mot à les voir que ce sont veritablem[en]t de grosses raves ; mais coupez la par les deux bouts, ce n’est plus la meme chose car vous y trouvez un trou qui la perce par son milieu dans toute sa longueur, autour duquel il y a cinq ou six autres petits trous qui penetrent aussy d’un bout à l’autre. Pour la manger, vous la faites cuire sur un brazier, et vous y trouvez un goust de chatagne. La coustume des Sauvages est d’en faire provision. Ils les découpent par tronsons, et les enfilent dans une ficelle pour les faire sécher à la fumée ; quand ils sont bien secs et durs comme du bois, ils en remplissent des sacs et les conservent tant qu’ils veulent. S’ils font chaudiere avec de la viande, ils y feront cuire de cette racine qui se ramolit, et quand ils veulent manger, elle sert de pain avec la viande. La plus grasse la rend tousjours meilleure, car quoyque cette racine soit bien douce, et d’un assez bon goust en l’avalant, elle s’attache au gozier, et a de la peine à passer, parce qu’elle est trop seiche. Les fem[m]es arrachent cette racine, et la connoissent par le brin, qui se montre debout au dessus de la glace. La figure en est comme une couronne rouge, de la largeur du fond d’une assiette et remplie de graines semblables en toute façon à des noisettes, qui ont un veritable goût de chatagne, quand elles sont cuittes sous la cendre chaude49.

  • 50 Selon M. Brunet, que cite à nouveau Jules Tailhan, « la pomme de terre dont il est ici parlé n’est (...)

16Le pays produit aussy des pommes de terre. Les unes sont de la grosseur d’un œuf, et les autres comme le poing ou un peu plus50. On les fait boüillir dans l’eau à petit feu pendant vingt quatre heures. Lorsqu’elles sont bien cuittes, vous y trouvez un fort bon goust, à peu près comme celuy des prunes, qui se cuisent de la meme maniere en France pour estre servies au dessert.

  • 51 « Carier, v. act. qui se dit des dents & des os qui se gastent & se pourrissent » (Furetière, 1690 (...)
  • 52 « Les trop rares données que renferment : les deux paragraphes précédents sur les caractères spéci (...)

17Les nations des prairies trouvent encore en certains endroits des terres grasses et humectées par les ruisseaux qui les arrosent, où croissent des ognons de la grosseur du pouce. Ils ont la teste comme un poyreau et l’herbe qui y croist ressemble au certifie. Cet oignon, dis je, est d’une acreté si grande que, si l’envie prenoit d’en avaler, elle carieroit tout d’un coup la langue, le gozier et le dedans de la bouche51. Je ne sçay pas meme si elle ne feroit pas quelque mauvais effect dans l’interieur du corps, mais cet inconvenient n’arrive guerre, car aussitost qu’on l’a dans la bouche on la jette et on s’imagine que c’est un certain ail sauvage assez commun dans les mesmes endroits, et dont l’acreté est aussy insupport[a]ble52.

  • 53 Au substantif « tranchées », Furetière renvoie à « trenchées » : « en terme de Medecine, se dit d’ (...)

18Quand les Sauvages font provision de ces ognons dont la terre est couverte, ils battissent premierement un fourneau, °sur lequel ils les mettent en les couvrant d’un lit d’herbe bien espais, et par la chaleur que le feu leur communique, sans estre endommagées par la flamme, l’acreté en sort, et aprés les avoir fait secher au soleil ils deviennent un mets excellent. L’excès n’en vaut rien cependant, quoyque le goust exquis qu’on y trouve engage bien souvent à contenter son appetit, car rien au monde n’est plus indigeste et de plus nourrissant. Vous vous sentez la poitrine °chargée, le ventre dur comme un tambour et des tranchées53 qui durent des deux jours et trois jours. Quand on est prevenu là dessus, on s’abstient d’en trop manger. J’en parle en experience, m’y estant trouvé pris, et je n’en ay plus voulu gouster depuis l’incommodité que j’en ay ressenty.

  • 54 « Neffle. subst. fem. Fruit rond, & qui a cinq noyaux fort durs », écrit Furetière, qui ajoute qu’ (...)
  • 55 Le terme mûre, rappelle Marie-Victorin, prête à confusion car il s’applique à nombre de Rubus qui (...)
  • 56 Faute de précisions, il est impossible d’identifier avec certitude l’arbre auquel Perrot fait allu (...)
  • 57 Sans doute Perrot veut-il dire qu’on trouve des noix « de la grosseur d’un œuf de poule ». Le term (...)
  • 58 Le fraisier (Fragaria), une plante herbacée, vivace, de la famille des Rosacées, comprend plusieur (...)
  • 59 Le framboisier (Rubus Idaeus) pousse dans les lieux incultes, au bord des bois et dans les pâturag (...)

19Les prairies qu’habitent les Illinois produisent différents fruits, comme des mêles54, de grosses meures55, des prunes56, et quantité de noix ainsy qu’en France, et plusieurs autres fruits. A l’égard des noix, il s’en trouve de la grosseur d’une poule, qui sont si ameres et si huileuses, qu’elles ne valent rien à manger57. On y a aussy des fraises58 en abondance, framboises59 et pommes de terre. Mais les peuples plus avancés dans le nord, jusqu’à la hauteur d’Ouiskouching, n’ont plus de ces mesles, et ceux qui sont encore plus loin manquent de ces noix semblables à celles de France. A cela près, ils ont tous les autres fruits dont il a esté parlé cy dessus.

Notes

1 Le substantif s’écrivait aussi avec un « e ». A « tranche », Furetière renvoie à « trenche » : « un coin ou ciseau dont se servent les Ouvriers en fer pour le fendre, quand il est chaud » (Furetière, 1690). Sur le castor, voir supra, p. 207, n. 11.

2 Commentaire en marge du texte : « rompent la cabane et non pas l’escluse pour le filet, mais bien lorsqu’ils le veulent attraper dans les lieux où il a coutume d’aller ». Sans doute le critique affirme-t-il que c’est seulement la cabane des castors que les Amérindiens détruisent, et non les écluses, et que le filet sert alors à les prendre.

3 Commentaire en marge du texte : « faux on ne tend pas ce filet au passage de l’eau, mais où il faut que le castor passe pour venir à sa cabane lorsqu’il est chassé aux autres endroits, on on [sic] tend encore à l’entrée d’un lieu où l’on a connu qu’il c’est [sic] allé caché [sic] et où l’on a fait une barriere avec des piquets plantés dans la glace, et on laisse une porte à cette barriere où l’on tend le filet ». d’autre part, la syntaxe de la phrase laisse à désirer. Sans doute faut-il comprendre qu’un Amérindien se poste à l’endroit où passent les castors pour les prendre en les enfermant dans un filet qui a la forme d’une bourse.

4 Commentaire en marge du texte : « faux ». Jules Tailhan dorme, cette fois, raison au critique : « C’est aux chasseurs en effet », écrit-il, « et non aux castors, que le retentissement du manche de la tranche sur la glace, indique les cavités où ceux-ci ont été chercher un refuge. Aussi, suis-je très porté à croire que le copiste a par erreur substitué ici le mot castors à celui de chasseurs qu’on lisait dans l’original » (Mémoire, p. 190, n. 6). Pour corriger le texte de Perrot, Jules Tailhan se fonde sur un texte de Paul Lejeune, qui observe que les Amérindiens « se vont pourmenans sur l’estang ou sur le fleuve glacé, portans un long baston en main, armé d’un costé d’une tranche de fer, fait comme un ciseau de Menuisier, & de l’autre d’un os de Baleine [...] ils sondent la glace avec cest os, frappans dessus & prenant garde si elle sonne creux, & si elle donne quelque indice de sa concavité » (Relation de 1634, dans JR, vol. 6, p. 300 ; Mémoire, p. 190-191, n. 7).

5 Commentaire en marge du texte : « on ne darde jamais le castor l’hyver, on le prend avec la main par un trou qu’on a fait à la glace, par où l’on connoit qu’il est proche, au mouvement qu’il cause à l’eau ». Sur les différentes méthodes de chasse du castor, voir HAS, t. I, p. 266-267 ; Charlevoix, Journal, t. I, p. 274-275 ; Nicolas Denys, Description géographique et historique des costes de l’Amerique septentrionale. Avec l’histoire naturelle du Païs [...], Paris, Claude Barbin, 1671, t. I, p. 434-437 ; Louis Hennepin, Description de la Louisiane nouvellement decouverte au Sud’Oüest de la Nouvelle France Par ordre du Roy. Avec la Carte du Pays : les Mœurs & la Maniere de vivre des Sauvages, Paris, Amable Auroy, 1688, p. 76-79 ; Paul Lejeune, Relation de 1634, dans JR, vol. 6, p. 298-302.

6 Sur le caribou, voir supra, p. 254, n. 5.

7 Pour une description plus précise de cette chasse, voir Champlain, Voyages, 1619, dans Works, t. III, p. 60-61 et 84-85, et Charlevoix (Journal, t. I, p. 317-318), qui s’inspire d’ailleurs du texte de Perrot. Les lacets, dans lesquels se prenaient les bois des bêtes, servaient sans doute moins à les étrangler qu’à les empêcher de courir, ce qui permettait aux chasseurs de les abattre.

8 Commentaire en marge du texte : « on tüe des biches et des cerfs comme d’autres bestes ». La description de la chasse à l’élan par Paul Lejeune semble donner raison au critique : voir Relation de 1634, dans JR, vol. 6, p. 294, que cite, du reste, Jules Tailhan (Mémoire, p. 192-193, n. 10). Sur l’élan, voir supra, p. 199, n. 21. La biche est la femelle du cerf, ou wapiti (Cervus elaphus), un animal de la famille des Cervidés, assez semblable à l’espèce eurasienne (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 371-374).

9 Le lac Supérieur, « auquel les peres Jesuistes ont aussi donné le nom de mr de Tracy par reconnoissance des faveurs qu’ils ont reçu [sic] de Luy » (anonyme, « Description du Canada et de ce qui s’y trouve d’advantageux tant pour Les interest de Sa majesté que pour ceux des colonies françoises qui y sont establies », 1671, ANF, Col. 3, f. 192). Dans son « Journal » de voyage au pays des Outaouais, effectué en 1665, Claude Allouez note que, le 2 septembre, il gagna le lac Supérieur « qui portera desormais le nom de Monsieur de Tracy, en reconnoissance des obligations, que luy ont les peuples de ces contrées » (Relation de 1666-1667, dans JR, vol. 51, p. 264). Le toponyme donné au lac par les jésuites n’est pas resté.

10 A notre connaissance, Perrot est le seul voyageur à décrire cette méthode de chasse, qui n’a provoqué aucun commentaire de la part du critique, pourtant attentif à relever ses erreurs.

11 La martre d’Amérique (Martes americana) est un mammifère carnivore digitigrade au corps allongé, au museau pointu et au pelage brun. Elle se nourrit de petits rongeurs, écureuils, souris, notamment, et d’oiseaux. Son aire d’extension comprend toutes les régions boisées du Canada (voir A. W. F. Banfield, Mammifères du Canada, p. 293-297 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 44). Dans ses Mémoires de l’Amérique septentrionale, Lahontan, qui dit indiquer la « juste valeur » des peaux de fourrures, signale que les « Martres ordinaires » valent « 1. 1. » et que les « plus belles » atteignent « 4. 1. ». A titre de comparaison, rappelons que, selon lui, les « Castors gras » valent « 5. 1. », les « Renards argentez 4.1. », les « Renards ordinaires 2. 1. », et les « peaux de Loutres rousses & rases 2. 1. » (Œuvres complètes, t. I, p. 611-612).

12 Comme le rappelle Jules Tailhan, à la suite de Claude Dablon (Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 132), le nom « Sauteur » n’est pas le véritable nom des « Pahoüitingdach », parfois orthographié « Paüoitigoüeieuhac » (J. Lallemand, Relation de 1642-1643, dans JR, vol. 23, p. 222) ou « Paouitagoung » (P. Ragueneau, Relation de 1647-1648, dans JR, vol. 33, p. 148), une tribu du groupe Odjiwais ; ce sont les Français qui leur ont donné ce nom à cause du lieu où ils demeuraient : le Sault (aujourd’hui Sault Sainte Marie), entre les lacs Huron et Supérieur (J. Tailhan, Mémoire, p. 193-194, n. 11).

13 Sur l’élan voir supra, p. 199, n. 21 ; sur le castor, voir supra, p. 207, n. 11.

14 Voir supra p. 254, n. 5.

15 Lire Sioux.

16 Sur les buffles, voir supra, p. 181, n. 3.

17 Sur le cerf et la biche, voir supra, p. 182, n. 4 et 5 ; sur le chevreuil, voir supra, p. 205, n. 2.

18 Le lac Huron a conservé son nom ; le lac des Illinois porte maintenant celui de Michigan.

19 Jules Tailhan a écrit : « un autre », pour faire l’accord avec le mot « temps », mais l’adjectif « autre » renvoie peut-être au substantif « saison » dans l’esprit de Perrot, ou de son copiste.

20 Il s’agit du peuplier faux-tremble (Populus tremoloides), un arbre de la famille des Salicacées, vulgairement appelé tremble. L’arbre, qui s’accommode de sols pauvres, peut atteindre vingt mètres de hauteur. On le trouve surtout dans les endroits frais et humides. Son bois « mou et faible » (Marie-Victorin) est apprécié des castors (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 163 ; L.-A. Provancher, Flore Canadienne, t. II, p. 542-533).

21 Le sujet de la proposition causale a pour antécédent « ceux du Nord, et des prairies », et non « les nations » qui vivent le long des lacs Huron et Michigan.

22 Sur l’ours, voir supra, p. 195, n. 9 ;sur le cerf et la biche, voir supra, p. 182, n. 4 et 5 ; sur le chevreuil, voir supra, p. 205, n. 2.

23 Perrot pense peut-être au couguar (Felix concolor), un prédateur de la famille des Félidés, qui vit dans les zones montagneuses, mais aussi près des marais, des vallées fluviales boisées et dans les forêts résineuses (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 322-325), mais plus probablement à la martre du Canada (Martes pennanti), dont la fourrure était fort recherchée (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 297-299, et supra, p. 260, n. 11).

24 Le terme fait problème car il peut désigner différents animaux. Dans ses Mémoires de l’Amérique septentrionale, Lahontan, qui dresse la liste des « Noms des Peaux » trafiquées par les marchands, nomme les « Peckans, Chats Sauvages ou enfans du Diable » (Œuvres complètes, t. I, p. 612). Plus haut, il signalait l’existence d’« especes de chats sauvages appeliez enfans du Diable » (ibid., t. I, p. 564). Or, observent Réal Ouellet et Alain Beaulieu, « l’expression “enfant du diable” semble avoir été appliquée aux xviie et xviiie siècles, à au moins trois espèces de mustélidés : le “pécan” (Martes pennanti), le carcajou (Gulo gulo) et la mouffette (Mephitis mephitis) » (voir Lahontan, Œuvres complètes, t. i, p. 564, n. 149). Mais comme ils le font remarquer, Lahontan décrit alors des peaux qui ont une valeur marchande, ce qui exclut la mouffette (ibid., t. I, p. 564, n. 149). Restent donc le carcajou et la martre, en fait une grosse martre distincte de la martre américaine. Mais si, dans les deux textes cités plus haut, Lahontan associe « Chats Sauvage » et « enfans du Diable », il sépare par une virgule les « Peckans » des « Chats Sauvages » lorsqu’il dresse la liste des peaux échangées par les marchands. Si bien qu’on peut penser que le « Peckan » est la grosse martre (Martes pennanti). Dans son article sur les animaux rencontrés par les premiers voyageurs, W. F. Ganong écrit que le pécan est la Martes pennanti (« Identity of the Animals and Plants », p. 230). Cela dit, puisque Perrot distingue le chat sauvage du « peccan », il n’est pas exclu qu’il pense ici au carcajou, vulgairement appelé glouton, un mammifère de la famille des Mustélidés (voir A. W. F. Banfield, Les Mammiferes du Canada, p. 309-312).

25 La loutre (Lontra canadensis) est un petit mammifère Carnivore de la famille des Mustélidés, à pelage brun, épais et court, à pattes palmées, qu’on trouve près des lacs, des rivières, des marais et des baies maritimes. L’animal, dont la fourrure est recherchée, se nourrit surtout de poissons, mais aussi de grenouilles, de rats musqués, de lièvres, de canards et d’écrevisses. Son aire d’extension comprend tout le Canada (voir A. W. F. Banfield, Mammifères du Canada, p. 318-320 ; A. W. Cameron, Mammiferes du Canada, p. 50).

26 « Tout ce passage n’est pas très clair », note Jules Tailhan, qui ajoute : « Perrot, je crois, a voulu dire que les sauvages du lac Huron et de celui des Illinois [lac Michigan], ne chassent pas seulement le castor, mais aussi « toutes les autres bestes »… parce que “dans les chasses éloignées où ils ont coustume d’aller, il y a des ours, des cerfs”, etc. etc. » (Mémoire, p. 194, n. 12).

27 Sur le maïs, les haricots et les citrouilles, voir supra, p. 186, n. 2, 4 et 5.

28 La chair de la citrouille (Cucúrbita pepo) est effectivement aqueuse.

29 Le melon (Cucumis melo), précisément identifié par Pehr Kalm (Voyage, p. 225), est une plante herbacée, de la famille des Cucurbitacées. Sa tige rampante porte un fruit sphérique comestible (Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 540 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. I, p. 231-232).

30 « Il y a aussi dans les Bois du Canada beaucoup de Loups, ou plutôt de Chats serviers », écrit Charlevoix, qui ajoute : « ils n’ont du Loup, qu’une espèce de hurlement ; en tout le reste, ils sont, dit M. Sarrasin, ex genere felino » (Journal, 1.1, p. 324). Bacqueville de La Potherie les appelle aussi loups serviers (HAS, t.1, p. 273). Il s’agit du lynx du Canada (Lynx lynx camdensis), un mammifère carnassier de la famille des Félidés, à la queue courte, qu’on trouve surtout dans les forêts de conifères circumpolaires. L’animal se nourrit essentiellement de petits animaux (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 325-327 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 60). A notre connaissance, aucun texte de Michel Sarrazin ne porte sur le lynx. Peut-être Charlevoix fait-il allusion à une communication orale du médecin de Québec, qu’il a pu rencontrer lors de l’un de ses deux séjours en Nouvelle-France (1705-1709 et 1720-1722). Sur le buffle, le cerf et l’ours, voir supra, p. 181,n.3,p. 182,n. 4, etp. 195, n. 9.

31 Le seul félin indigène à longue queue de l’Amérique du Nord est le couguar (Felix concolor). Lahontan utilise lui aussi le terme « tigre » pour désigner le « Michibichi », le « Michipissy » de Perrot (voir supra, p. 205). L’animal, au pelage brun rougeâtre, gris avec des nuances intermédiaires, vit dans les lieux accidentés et sauvages. Aujourd’hui presque disparu, le couguar occupait jadis un territoire qui incluait presque toute l’Amérique du Nord (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 322-325 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 59 ; Lahontan, Mémoires de l’Amérique septentrionale, dans Œuvres complètes, t. II, p. 566).

32 Le loup américain (Canis lupus) est un mammifère de la famille des Canidés dont le pelage peut varier du blanc neige au noir jais, selon les individus. Toutefois, la couleur grise est la plus fréquente. L’aire d’extension de l’animal comprend toute l’Amérique du Nord. Perrot ne fait allusion qu’aux loups noirs et gris, les loups blancs vivant dans des régions plus nordiques (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 270-275 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 55-57). Sur le castor, voir supra, p. 207, n. 11.

33 Voir supra, p. 174, n. 4.

34 La bemache canadienne (Branta canadensis), vulgairement appelée outarde, est un oiseau commun, dont l’aire de nidification comprend tout le Canada (voir Ch.-E. Dionne, Les Oiseaux de la province de Québec, p. 111-114 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 87-97 ; C. S. Robbins et al, Guide des oiseaux, p. 42).

35 Peut-être s’agit-il de l’oie blanche (Chen caerulescens), un oiseau de la famille des Anatidés, qu’on trouve dans les régions arctiques, mais qui migre au sud (voir W. F. Ganong, « Identity of the Animais and Plants », p. 229 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 62-63 ; C. S. Robbins et al, Guide des oiseaux, p. 42-45).

36 On trouve plus de quarante-cinq espèces de canards de surface au Canada et plus de vingt espèces de canards plongeurs. Les plus communs sont le canard molard (Anas platyrhynchos), le canard noir (Anas rubripes), très abondant dans l’est du pays, jusqu’à l’extrémité du lac Supérieur, le canard pilet (Anas acuta), abondant dans l’Ouest, et le canard huppé (Aix sponsa), commun dans la région des Grands Lacs (voir W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 54 ; C. S. Robbins et al. Guide des oiseaux, p. 46-52).

37 On pense ici au pélican blanc d’Amérique (Pelecanus erythrorhynchos), qui était abondant dans les Prairies (voir C. S. Robbins et al., Guide des oiseaux, p. 32).

38 Le dindon sauvage (Meleagris gallopavo), un oiseau de la famille des Phasianidés, commun à l’époque de Perrot, est, aujourd’hui, disparu (voir W. E. Godfrey, Les Oiseauxdu Canada, p. 141-142 ; C. S. Robbins et al., Guide des oiseaux, p. 84).

39 Le faisan n’est pas un oiseau indigène du Canada ; il a été introduit bien après l’époque de Perrot. Peut-être celui-ci désigne-t-il sous ce nom une gélinotte à queue étroite, comme celle du faisan, par exemple la gélinotte à queue fine (Pedioecetes phasianellus), commune dans la région des Grands Lacs et dans toutes les Prairies (voir C. S. Robbins et al., Guide des oiseaux, p. 86).

40 Comme le remarque P.-A. Tavernier, « le nom de “caille” est improprement employé pour nos oiseaux canadiens. Ils n’ont rien de commun avec la caille d’Europe, mais ce sont de véritables perdrix » (Les Oiseaux de l’Est du Canada, Ottawa, F. A. Acland, 1922, p. 118). Mais puisque Perrot signale ailleurs l’existence de perdrix (voir supra, p. 254, n. 10), peut-être fait-il ici allusion au colin de Virginie (Colinus virginianus), vulgairement appelé caille d’Amérique, un oiseau dont l’aire d’extension comprend une partie de la région des Grands Lacs (voir W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 115).

41 La tourte (Ectopistes migratorius), un pigeon de forte taille, est aujourd’hui disparue, mais elle était fort abondante au xviie siècle (voir Ch. -E. Dionne, Les Oiseaux du Canada, p. 152-154 ; id., Les Oiseaux de la province de Québec, p. 182-187 ; W. F. Ganong, « Identity of the Animals and Plants », p. 240 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 242- 243).

42 Selon W. F. Ganong, le terme renvoie au « courlieux », ou « courlis » (« Identity of the Animals and Plants », p. 212 et 213). Mais comme le signale Jules Tailhan (Mémoire, p. 194, n. 13), le texte de Perrot ne permet pas de distinguer le courlis de la baie d’Hudson (Numenius Hudsonicus) du courlis à long bec (Numenius americanus), qui niche dans les prairies (voir C. S. Robbins et al., Guide des oiseaux, p. 118).

43 La grue canadienne (Grus canadensis), un oiseau de grande taille de la famille des Gruidés, était assez commune dans les prairies (voir W. F. Ganong, « Identity of the Animals and Plants », p. 219-220 ; W. E. Godfrey, Les Oiseauxdu Canada, p. 143-145 ; C. S. Robbins et al., Guide des oiseaux, p. 102).

44 Voir supra, p. 196, n. 15.

45 Aujourd’hui rivière Wisconsin, un affluent du Mississipi.

46 Lacune dans le texte du manuscrit.

47 La cassave est un pain « des Isles Antilles » et d’autres endroits de l’Amérique (Furetière, 1690). Une fois cuite, la racine dont parle Perrot prend sans doute l’apparence du pemmican des Amérindiens. Selon William R. Gerard, que cite E. H. Blair, la « racine de l’ours » serait l’« Indian turnip (Arisaema triphyllum) », dont le nom français pourrait être « makopin » (The Indian Tribes, t. I, p. 115, n. 88). Léon-Abel Provancher observe que la plante a un « rhizome souterrain, consistant en une espèce de tubercule rugueux, charnu, émettant des racines circulairement de sa circonférence, à saveur très piquante ». Selon lui, les Amérindiens en faisaient usage contre la colique (voir Flore canadienne, t. II, p. 617-618).

48 Le pays des Illinois, dont parle ici Perrot, a été détaché de la Nouvelle-France et rattaché à la Louisiane, le 27 septembre 1717, peu après la formation de la Compagnie d’Occident, le 6 septembre 1717 (voir HDG, t. II, p. 432).

49 Selon Louis-Ovide Brunet(1826-1876), un pêtre qui a occupé la chaire d’histoire naturelle de l’Université Laval, de 1863 à 1871 (voir J. Rousseau, DBC, t. X, p. 114-116), il s’agit sans doute du lotus jaune d’Amérique (Nelumbium luteum), une « plante aquatique à racine cylindrique et charnue, dont la fleur mesure de 6 à 20 pouces de diamètre, et flotte à la surface de l’eau. On en mange les racines et les graines. Celles-ci sont de la grosseur d’une noisette. Elles ont le goût de la châtaigne, et sont fort recherchées des sauvages » (J. Tailhan, dans Memoire, p. 194-195, n. 14 ; voir aussi Murray Wrobel et Geoffrey Creber, Elsevier’s Dictionary of Plant Names, in Latin, English, French, German and Italian, Amsterdam, Lausanne, New York, Oxford, Shannon, Tokyo, Elsevier, 1996).

50 Selon M. Brunet, que cite à nouveau Jules Tailhan, « la pomme de terre dont il est ici parlé n’est pas autre chose que la Psoralea esculenta, une plante de la famille des légumineuses, qui abonde dans les plaines élevées du Missouri, et sur les collines des environs de Saint-Louis. Les voyageurs Canadiens l’appellaient pomme ou navet de prairie. Les Sauvages la font toujours bouillir avant de la manger, quoique, même crue, cette racine n’ait point un goût désagréable » (Mémoire, p. 195, n. 15). Dans son ouvrage, Léon-Abel Provancher confirme que la racine de ce psoralier, aussi appelé pomme blanche, servait de nourriture aux Amérindiens des plaines du Missouri (Flore canadienne, t. I, p. 140). D’autre part, Perrot distingue deux variétés de légumineuses. La plus petite des deux est peut-être l’airelle vigne-d’Ida (Vaccinium Vitis-Idae), identifiée par Jacques Rousseau dans le Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, et qui est encore appelée pomme de terre (voir P. Kalm, Voyage, p. 360 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 439). Pour sa part, E. H. Blair estime qu’il s’agit de YApios tuberosa (voir The Indian Tribes, t. I, p. 117, n. 90).

51 « Carier, v. act. qui se dit des dents & des os qui se gastent & se pourrissent » (Furetière, 1690). Le Dictionnaire de l’Académie (1695) et celui de Trévoux (1721) donnent le même sens au verbe. Perrot étend le sens du verbe à une partie de la bouche peu susceptible de se carier.

52 « Les trop rares données que renferment : les deux paragraphes précédents sur les caractères spécifiques de l’ognon de Perrot, me portent à croire qu’il s’agit d’une espèce d’allium, l’allium Canadense probablement », observe M. Brunet, le botaniste consulté par J. Tailhan (voir Mémoire, p. 195, n. 16). On peut aussi penser à l’ail trilobé (Allium tricoccum), ou ail des bois, aussi appelé ail sauvage, une plante de la famille des Liliacées. Il ne faut pas, non plus, exclure un oignon sauvage à la tubercule très piquante, l’Arisaema triphyllum (voir Marie- Victorin, Flore laurentienne, p. 660 et 840 ; L-A. Provancher, Flore canadienne, t. II, p. 618).

53 Au substantif « tranchées », Furetière renvoie à « trenchées » : « en terme de Medecine, se dit d’une colique, ou d’une douleur de ventre qui est causée par des vents enfermez dans les boyaux » (Furetière, 1690).

54 « Neffle. subst. fem. Fruit rond, & qui a cinq noyaux fort durs », écrit Furetière, qui ajoute qu’en « certains lieux, on les appelle mesles » (1690). Mais le néflier commun (Mespilus germanica), un petit arbre qui produit un fruit assez « gros, d’un brun rougeâtre, charnu, acerbe, devenant pulpeux et sucré après la cueillette », n’est pas indigène au Canada (voir L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. I, p. 210). Sans doute Perrot applique-t-il au fruit d’un arbre du Canada un nom européen à cause de leur ressemblance. Le terme « nefle » apparaît aussi dans 1’« Extrait du mémoire ou instructions du gouverneur general du Canada [La Galissonnière] à tous les chefs, commandants de forteresses, etc. au Canada », que cite P. Kalm (voir P. Kalm, Voyage, p. 159). Selon E. H. Blair, il pourrait s’agir du « persimmon » (The Indian Tribes, t. I, p. 118-119, n. 92).

55 Le terme mûre, rappelle Marie-Victorin, prête à confusion car il s’applique à nombre de Rubus qui produisent des fruits noirs. Il est possible que Perrot pense ici à la ronce du Canada (Rubus canadensis), un « mûrier » qui produit un fruit noir, globuleux ou oblong, gros et très sucré, et qu’on trouve jusqu’en Virginie (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 331-334 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. I, p. 184).

56 Faute de précisions, il est impossible d’identifier avec certitude l’arbre auquel Perrot fait allusion. Au cours de son périple, Pehr Kalm signale quatre variétés de pruniers : le Prunus depressa le Prunus nigra, souvent appelé prunier sauvage, le Prunus pennsylvanica, le cerisier de Pennsylvanie, et le Prunus virginiana, ou cerisier de Virginie (voir P. Kalm, Voyage, p. 158, 196-197, et 256-257 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 320-322 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. I, p. 162-163).

57 Sans doute Perrot veut-il dire qu’on trouve des noix « de la grosseur d’un œuf de poule ». Le terme noix renvoie aussi bien aux fruits du caryer (Carya) qu’à ceux du noyer proprement dit (Juglans). De nombreuses espèces existaient sur le territoire occupé par les Illinois. Cinq espèces de noyers sont américaines, dont le noyer cendré (Juglans cinerea), un arbre pouvant atteindre une hauteur de trente-cinq mètres, et dont les noix possèdent une amande huileuse, mais douce. Dans le cas des caryers, on trouve quinze espèces américaines. Le caryer ovale (Carya ovata) est un grand arbre qui peut mesurer jusqu’à quarante mètres de hauteur et qui produit une noix de 3 à 6 cm. de diamètre, à l’amande douce. Le caryer cordiforme, aussi appelé noyer amer (Carya cordiformis), est un arbre d’environ trente-cinq mètres de hauteur qui produit un fruit d’un diamètre de 2 à 4 cm., à l’amande si amère que même les écureuils hésitent à la manger. Ces trois « noyers » sont identifiés par P. Kalm. On peut aussi penser au noyer dur (Carya amara), un arbre qui pousse dans la région qu’occupaient les Illinois et dont l’amande est très amère (voir P. Kalm, Voyage, p. 457-459 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 158-160 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. II, p. 535-537).

58 Le fraisier (Fragaria), une plante herbacée, vivace, de la famille des Rosacées, comprend plusieurs espèces communes, dont le fraisier américain (Fragaria americana) et le fraisier de Virginie (Fragaria virginiana) (voir Marie-Victorin, flore laurentienne, p. 342-343 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. I, p. 186-188).

59 Le framboisier (Rubus Idaeus) pousse dans les lieux incultes, au bord des bois et dans les pâturages. Comme Perrot décrit des nations des Prairies, il pense peut-être au framboisier commun (Rubus pennsylvanicus), qu’on trouvait dans une zone aujourd’hui comprise entre la Pennsylvanie et la Saskatchewan. Le framboisier est un arbrisseau de la famille des Rosacées qui produit une baie comestible (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 327-336 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. I, p. 182-185).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search