Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Vivres ordin[ai]res des Sauvages

Texte intégral

  • 1 Voir supra, p. 186, n. 2.
  • 2 Voir supra, p. 186, n. 4.
  • 3 Voir supra, p. 186, n. 5.

1Les vivres que les Sauvages aiment le plus et qu’ils recherchent davantage sont le bled d’Inde1, les febves d’aricots2 et la citrouille3. S’ils en manquoient, ils croiroient jeuner, quelqu’abondance de viande ou de poissons qu’ils eussent chez eux, le bled d’Inde estant pour eux ce que le pain est aux François. Les Algonkins neantmoins et touttes les nations du Nord, qui ne cultivent pas la terre, n’en font pas d’amas, mais quand on leur en donne à la chasse, ils en font un regal.

  • 4 Voir supra, p. 199, n. 21.
  • 5 Le caribou (Rangifer tarandus caribou), un ruminant de la famille des Cervidés, porte aussi le nom (...)
  • 6 Voir supra, p. 195, n. 9.
  • 7 Voir supra, p. 207, n. 11.
  • 8 Le lièvre d’Amérique (Lepus americanus) est un petit mammifère fort commun dont l’aire d’extension (...)
  • 9 Voir infra, p. 260, n. 11.
  • 10 Au xviie et au xviiie siècle, on trouvait plusieurs oiseaux de la famille des Tétraonidés, à laque (...)
  • 11 Dans le manuscrit, on peut lire « niouce », ou « viouce ». Jules Tailhan a choisi de remplacer le (...)
  • 12 La tripe de roche (Polypodium virginianum), que le père Louis André nomme « potirons de roche » (R (...)
  • 13 Le terme bleuet recouvre plusieurs variétés d’airelles, mais Perrot fait probablement allusion à l (...)

2Ces peuples ne vivent ordinairement que de la chasse ou de la pesche. Ils ont des elants4, des caribous5, des ours6, mais de touts ces animaux, le castor7 est le plus commun. Ils s’estiment fort heureux dans leurs chasses, quand ils rencontrent quelques lievres8, martres9, ou perdrix10 pour en boire le bouillon, et sans ce que nous appellons la tripe de roche que vous diriez estre une esp[è]ce de [mousse11] grise, seiche, semblable à des oublies, qui n’a d’elle meme qu’un goust de terre et celuy du bouillon, où on la fait, la plupart des familles mourroient de faim12. On en a veü qui ont esté obligés de manger leurs enfans, et d’autres que la disette a fait entierement perir. Car le pays du Nord est la terre du monde la plus ingratte, puisque dans quantités d’endroits, vous ne trouveriez pas un oiseau à chasser, on y ramasse cependant °des bluets13 dans les mois d’aoust et de septembre, qu’on a soin de faire secher et de conserver pour le besoin.

  • 14 Commentaire en marge du texte : « folle avoine vient sans cemer ». L’observation est fondée. La fo (...)

3°Les Chiripinons ou Assiniboüalas sèment dans leurs marets quelques folles avoines14 qu’ils recueillent, mais ils n’en peuvent faire le transport chez eux que dans le temps de la navigation, les canots estant trop petits, et se trouvant surchargés de leurs enfants et du butin de la chasse. Ils ont esté bien souvent reduits à jeuner pour estre trop eloignés de leurs caches et de leur pays.

Notes

1 Voir supra, p. 186, n. 2.

2 Voir supra, p. 186, n. 4.

3 Voir supra, p. 186, n. 5.

4 Voir supra, p. 199, n. 21.

5 Le caribou (Rangifer tarandus caribou), un ruminant de la famille des Cervidés, porte aussi le nom de renne du Canada (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 357- 363 ; W. F. Ganong, « Identity of the Animals and Plants », p. 208).

6 Voir supra, p. 195, n. 9.

7 Voir supra, p. 207, n. 11.

8 Le lièvre d’Amérique (Lepus americanus) est un petit mammifère fort commun dont l’aire d’extension comprend toutes les forêts de résineux du Canada. Mais il ne faut pas exclure le lièvre des prairies (Lepus townsendii), puisque Perrot décrit ici les mœurs des Amérindiens qui occupaient les rives du lac Supérieur, une région où l’on pouvait trouver cet animal (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 76-80 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 79).

9 Voir infra, p. 260, n. 11.

10 Au xviie et au xviiie siècle, on trouvait plusieurs oiseaux de la famille des Tétraonidés, à laquelle appartient la perdrix (Perdrix perdrix) : tétras, ou gélinottes, lagopèdes. Mais leur identification pose des difficultés. Compte tenu du fait que Perrot décrit les « vivres » des Algonquins et des Amérindiens de la région des Grands Lacs du Canada, il fait peut-être allusion au lagopède des saules (Lagopus lagopus) ou au lagopède des rochers (Lagopus mutus), des oiseaux blancs, l’hiver, et au plumage d’un brun mélangé de gris et de blanc, l’été. On peut aussi penser au tétra des savanes (Canachites canadensis), parfois appelé perdrix des savanes ou perdrix noire. Mais l’absence de précision de la part de Perrot laisse la porte ouverte à beaucoup d’autres possibilités (voir Ch.-E. Dionne, Les Oiseaux du Canada, p. 161-162 ; id., Les Oiseaux de la province de Québec, p. 175-178 ; W. F. Ganong, « Identity of the Animais and Plants », p. 231 ; W. E. Godfrey, Les Oiseauxdu Canada, p. 129-131, et 139-141).

11 Dans le manuscrit, on peut lire « niouce », ou « viouce ». Jules Tailhan a choisi de remplacer le mot par « mousse ». Nous suivons son texte.

12 La tripe de roche (Polypodium virginianum), que le père Louis André nomme « potirons de roche » (Relation de 1670-1671, dans JR, vol. 55, p. 148-150), est un rhizome mou et spongieux de la famille des Polypodiacées qui peut résister à de sévères conditions de sécheresse, si bien qu’il pousse sur des rochers nus et des corniches d’où sont exclus les autres végétaux. Pehr Kalm classe la tripe de roche dans les lichens et observe qu’elle « pousse sur les rochers secs et que les Sauvages [en] mangent pour assurer leur subsistance lorsque toute autre nourriture vient à faire défaut » (P. Kalm, Voyage, p. 364 ; voir aussi Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 126 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 188-189, n. 1). L’oublie, une « Pâtisserie ronde, deliée & cuite entre deux fers », était faite « avec de la pâte delayée » (Furetière, 1690).

13 Le terme bleuet recouvre plusieurs variétés d’airelles, mais Perrot fait probablement allusion à l’airelle fausse-myrtille (Vaccinium myrtilloides) ou à l’airelle à feuilles étroites (Vaccinium angustifolium), de la famille des Éricacées (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 442 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. 1, p. 360-362).

14 Commentaire en marge du texte : « folle avoine vient sans cemer ». L’observation est fondée. La folle-avoine ou zizanie aquatique (Zizania aquatica), qui est parfois appelée riz sauvage, est une graminée annuelle qui servait de nourriture à plusieurs tribus de l’Ouest du continent. P. Kalm a produit une longue description de la plante. Toutefois, comme Perrot fait allusion aux marais où pousse la plante, il est possible qu’il pense ici à la zizanie des marais (Zizania palustris), une plante très proche de la précédente, que L.-A. Provancher ne signale même pas (voir P. Kalm, Voyage, p. 147-150 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 806-807 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. II, p. 665). Dans son annotation du texte de Perrot (Mémoire, p. 189-190, n. 3), Jules Tailhan rappelle que le père Jacques Marquette, en plus de décrire la plante, explique comment on la cueillait : voir Jacques Marquette, « Le premier Voyage qu’a fait le P. Marquette vers le nouveau Mexique & Comment s’en est formé le dessein » (JR, vol. 59, p. 92-94). On peut aussi consulter le texte de Jérôme Lallemant (Relation de 1662-1663, JR, vol. 48, p. 120-122), ainsi que celui de Lafitau (Mœurs, t. II, p. 95-96).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search