Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Le jeu des pailles

Texte intégral

  • 1 « Alesne, ou Alene, s. f. Pointe d’acier emmanchée qui sert à plusieurs artisans, comme aux Bourre (...)

1Les Sauvages perdent au jeu des pailles non seulem[en]t touts ce qu’ils ont, mais encore ce qui appartient à leurs camarades. Voicy ce que c’est que ce jeu. Ils prennent une certaine quantité de pailles, ou de brins d’une herbe particuliere pour ce jeu, qui n’est pas si grosse qu’une fil à rets pour le saumon ; ils en font des brins egaux en longueur et en grosseur ; la longueur est environ de dix pouces, le nombre en est non pair. Après les avoir tournéfs] et meslé[s] dans leurs mains, ils les posent sur un tapis de peau ou de couverte, et celuy qui doit jouer le premier, ayant une alaine1 à la main, ou plus ordinairement un petit os pointu, fait des contorsions de bras et du corps, disant, Chok Chok à tout moment, qui ne signiffie rien en leur langue, mais qui sert à faire connoitre le desir qu’il a de bien jouer et d’estre heureux en jouant. Il pique donc de cet alaine en quelque endroit des pailles ou du petit os pointu, et prend à la volonté un nombre de pailles. Sa partie adverse prend celles qui restent sur le tapys, et les compte avec une vitesse inconcevable par °dix, sans se tromper. Enfin celuy qui a les non pairs a bien rencontré.

  • 2 Selon A. B. Stout, que cite Emma Helen Blair, il s’agirait des graines du « honey locust (Gleditsc (...)

2Quelquefois ils joueront avec des grains qui viennent dans les arbres qui sont à peu près comme de petits arricots2. Ils en prennent chacun un certain nombre, pour la valeur de la marchandise qu’ils veulent jouer, qui sera un fusil, une couverte ou autre chose. Celuy qui, au commencement du jeu, se trouve neuf pailles dans la main a tout gagné, et tire ce qui est au jeu. S’il se trouvoit avoir un nombre, qui ne fut pas pair, inferieur à celuy de neuf, il est le maitre de redoubler et d’honnorer le jeu de ce qu’il lui plaist. C’est pourquoy il met dans un endroit du jeu, tel qu’il veut, une paille et dans les autres, trois, cinq ou sept, car le neuf demeure tousjours supposé. C’est le nombre qui domine touts les autres. Celuy enfin qui se trouve neuf pailles à la main tire generalement tout ce qui est au jeu. Et à costé des pailles qui sont sur le tapis, se trouvent les grains dont les joueurs ont honnoré le jeu. Vous devez remarquer que sur le neuf on en met tousjours plus que sur touts les autres.

  • 3 Selon Jean-André Cuoq, « Cang » est une « racine qui se rapproche de CING -, et [qui] renferme l’i (...)

3Quand les joueurs ont mis au jeu, celuy qui a bien rencontré manie souvent les pailles, et les tourne dans ses mains bout pour bout. Il les met ensuitte sur la table disant Chank, qui veut dire neuf3, et l’autre, qui a l’alaine ou le petit os en main, picque les pailles dans l’endroit qu’il veut, et en prend comme il a esté dit cy devant à sa volonté, et l’autre le reste. Si le dernier à prendre en vouloit laisser, son adversaire est obligé de les prendre, et comptant tous deux par dix, celuy qui a le nombre non pair a gagné et tire ce qui est au jeu. Mais s’il arrivoit au gagnant de n’estre superieur que d’une paille, il ne tireroit que les grains que cette paille emporte ; par exemple trois sont plus fortes d’une que deux, cinq sont superieures à trois, et sept que cinq, mais le neuf surpasse tout.

  • 4 Pour la valeur de ce qu’il entend risquer au jeu.

4Si plusieurs jouent, et qu’un d’eux se trouve cinq à la main, ils joueront quatre à la fois deux contre deux, ou moins s’ils ne peuvent faire le nombre de quatre joueurs. Ceux là gagnent les grains qui sont pour les cinq pailles, et les autres grains qui sont au jeu pour les trois pailles et pour une. Quand personne °n’a dans la main le non pair de celles qui restent sur le tapys, c’est à dire d’un et trois, aprés avoir bien compté les pailles par dix, quand il n’a pas le neuf, il faut qu’il redouble ce qu’il a mis au jeu, quand bien meme il auroit en main cinq ou sept pailles, et le coup devient nul. Il est obligé aussy de faire deux autres tas ; dans l’un il mettra cinq et dans l’autre sept pailles, avec autant de grains qu’il voudra. Ses parties adverses picquent à leur tour, quand il les a mis sur le tapis, et puis il reprend celles qui restent. Il y en a pour lors qui ont bien rencontré. Cependant chacun ne tire que les grains qui sont destinés pour le nombre des pailles, et celuy qui a neuf ne tire seulement que les grains posés pour les neuf pailles. Quand un autre amene sept, il tire le reste, pour trois et un. C’est la meme chose, mais non pas celles qui sont au dessus. Il faut remarquer qu’après avoir perdu au jeu ce qu’on a devant soy, on continue de jouer sur la parole, si on asseure qu’on a des effets, quoyqu’ils ne soient pas presens. Mais quand on continue d’avoir du malheur, le gagnant peut refuser des grains au perdant pour la valeur qu’il luy demande °et l’obliger d’aller querir des effets sans vouloir jouer davantage qu’il ne les voye, à quoy il n’y a pas de replique à luy faire. Le perdant dira sur le champ à un de ses camarades de les luy aporter, et si le malheur continue, il perdra tout ce qu’il a. Un de ses camarades le releve ensuitte, et prend sa place, declarant à celuy qui est le gagnant ce qu’il a dessein de risquer au jeu. Il prend donc des grains pour la valeur4. Ce jeu dure quelquefois des trois et quatre jours. Quand quelqu’un du party qui perd regagne le tout, et que celuy qui a cy devant esté favorisé du jeu vient à perdre non seulement tout le profit qu’il y avoit fait, mais ce qu’il y avoit mis du sien, un autre de ses camarades reprend encore sa place, et tousjours de mesme jusqu’à ce que l’un des deux partys ait entierement perdu. Voilà comme la partie finit avec eux, la maxime des Sauvages estant celle de ne pouvoir quitter le jeu, que tout ne soit perdu d’un costé ou de l’autre. C’est pourquoy ils ne peuvent se dispenser de donner la revanche à tous ceux d’un party l’un après l’autre deffinitivem[en]t, comme je le viens de dire. Ils ont au jeu la liberté de faire jouer pour eux, qui bon leur semble, et s’il arrivoit de la contestation là dessus, je veux dire entre les gagnans et les perdans, appuyés de part et d’autre chacun de leur costé, ils en viendroient à des extremités où il y aurait du sang repandu, et qu’il seroit très difficile à raccommoder. Si l’esprit du gagnant est d’un caractere tranquille dans la perte, faisant semblant de passer par dessus de quantités de tours d’adresse et de mauvaise foy, dont on use bien souvent dans le jeu, il est loué et estimé d’un chacun, au lieu que celuy qui a voulu malverser est blasmé de tout le monde, et ne trouve personne qui veuille jouer avec luy, à moins qu’il ne restitue honteusement ce qu’il n’a pas gagné legitimement.

  • 5 « Academie, subst. fem. Assemblée de gens de lettres où l’on cultive les Sciences & les beaux Arts (...)
  • 6 Comme l’observe Bacqueville de La Potherie, « on ne connoît pas facilement [...] ce Jeu-là, à le v (...)

5Ce jeu de paille se tient ordinairement dans des cabanes de chefs, qui sont grandes et, pour ainsy dire, l’accademie des Sauvages5. On y voit tous les jeunes gens former differents partys, et les hommes spectateurs de leurs jeux. Si le joueur s’imagine avoir bien piqué les pailles et tenir de son costé le nombre qui n’est pas pair, les ayant d’une main, il frape de l’autre, et quand il en a fait le denombrement par dix, il donne sans rien dire à connoistre par signe qu’il a gagné en tirant les grains qui sont au jeu, en voyant que celuy contre qui il joüe n’en fait pas autant. Alors l’un des deux, voulant supposer que les pailles peuvent n’avoir pas esté bien comptées, ils les remettent à deux des spectateurs pour les compter, et celuy qui a veritablement gagné frape tousjours ses pailles sans rien dire, et retire ce qui est au jeu. Tout se passe sans contestation et avec beaucoup de fidelité. Vous remarquerez que ce jeu n’est pas du tout celuy des femmes, et qu’il n’y a que les hommes qui le pratiquent6.

  • 7 C’est-à-dire que les joueurs d’un village y perdaient tous les biens du village.
  • 8 Pour Richelet, un mommon « signifie aujourd’hui parmi nous l’argent que les masques jouent aux dez (...)
  • 9 Sur l’orthographe du substantif, voir supra, p. 220, n. 20.

6Les Sauvages ont aussy un certain jeu de dés, dont le cornet est un plat de bois bien rond, bien vuidé et bien poly sur les deux costés. Les dés sont faits de six petits os plats à peu près de la figure d’un noyau de prune. Ils sont bien unis, ayans sur une des faces une couleur noire, rouge, verte ou bleue, et sur l’autre, ordi-nairem[en]t blanche ou autre differente de la premiere face. Ils mettent ces dés dans le plat, dont ils tiennent les deux bords, et en l’elevant les font sauter, et jouer dedans. Ayant ensuite frapé le fond du plat sur le tapys, ils se donnent incontinent de rudes coups sur la poitrine ou sur les epaules, dans le moment que les des roulent, en disant, Dés, Dés, Dés, jusqu’à ce qu’ils soient arrestés. Quand il se trouve le nombre de cinq ou six sur une face de la meme couleur, il emporte les grains dont il est convenu avec le party contraire ; si le perdant et ses camarades n’ont plus rien à jouer, le gagnant tire tout ce qui est au jeu. On a veü des villages entiers joüer leur butin les uns contre les autres à ce jeu, et s’y epuiser7. Ils se portent aussi des momons8, et : quand il arrive à un party d’amener rafle de six, touts ceux et celles de la nation qui soustiennent pour luy, se levent et dansent en cadence au bruit des gourdes. Le tout se passe sans aucun different9.

  • 10 Charlevoix (Journal, t. I, p. 544-545), Lafitau (Mœurs, t. II, p. 339-342) et Antoine- Denis Raudo (...)

7Les femmes et filles jouent à ce jeu, mais elles ont bien souvent huit dés, et ne [se] servent point de plat comme les hommes ; elles etendent seulement une couverte, et les y jettent avec la main10.

Notes

1 « Alesne, ou Alene, s. f. Pointe d’acier emmanchée qui sert à plusieurs artisans, comme aux Bourreliers, Cordonniers, Malletiers, Savetiers, &c. Pour percer le cuir, & y passer du fil, afin d’en attacher plusieurs pieces ensemble » (Furetière, 1690). A noter que Perrot écrit le même mot au masculin quelques lignes plus bas.

2 Selon A. B. Stout, que cite Emma Helen Blair, il s’agirait des graines du « honey locust (Gleditschia triacanthos) », ou du « Kentucky coffee-tree (Gymnocladus dioica) » (TheIndian Tribes, t. I, p. 97, n. 64).

3 Selon Jean-André Cuoq, « Cang » est une « racine qui se rapproche de CING -, et [qui] renferme l’idée d’imperfection, d’infériorité ; aujourd’hui elle sert uniquement à exprimer le nombre neuf » (Lexique de la langue algonquine). Pour Frederic Baraga, le chiffre neuf se prononce « jang jangasswi » (A Dictionary of the Otchipwe Language). Enfin, Georges Lemoine traduit le chiffre neuf par « Gângäswi » (Dictionnaire français-algonquin).

4 Pour la valeur de ce qu’il entend risquer au jeu.

5 « Academie, subst. fem. Assemblée de gens de lettres où l’on cultive les Sciences & les beaux Arts » (Furetière, 1690). Sans doute faut-il donner ici au mot le sens plus large d’assemblée.

6 Comme l’observe Bacqueville de La Potherie, « on ne connoît pas facilement [...] ce Jeu-là, à le voir il semble qu’ils joüent au pair & impair » (HAS, t. III, p. 23). Lafitau (Mœurs, t. II, p. 351), Charlevoix (Journal, t. II, p. 643), à qui on a pourtant tenté d’« expliquer » la manière de jouer, et Jules Tailhan (Mémoire, p. 187-188, n. 3) avouent qu’ils n’ont pas compris le jeu. Sans doute Lafitau résume-t-il ce que l’on sait de plus certain sur le jeu lorsqu’il observe que tout ce qu’il a pu en apprendre, « c’est qu’après avoir divisé ces pailles, ils les font passer dans leurs mains avec une dextérité inconcevable : que le nombre impair est toûjours heureux, et le nombre de neuf supérieur à tous les autres : que la division des pailles fait hausser, ou baisser le jeu et redoubler les paris, selon les differens nombre, jusqu’au gain de la partie, laquelle est quelquefois si animée, lorsque les Villages jouent les uns contre les autres, qu’elle dure des deux & trois jours » (op. cit., t. II, p. 351-352). Dans son article consacré aux jeux des Amérindiens, Stewart Culin se contente de reproduire le texte de Perrot, auquel il ajoute ceux de Bacqueville de La Potherie, de Louis Hennepin et de Lahontan (voir « Games of the North American Indians », dans 24th Report of the Bureau of American Ethnology, 1902-1903, Washington, Government Printing Office, 1907, p. 241-243).

7 C’est-à-dire que les joueurs d’un village y perdaient tous les biens du village.

8 Pour Richelet, un mommon « signifie aujourd’hui parmi nous l’argent que les masques jouent aux dez & sans revanche durant le carnaval lorsqu’ils vont le soir chez les particuliers de leur connoissance » (Dictionnaire, 1680). Pour Furetière, c’est un « Deffi d’un coup de dez, qu’on fait quand on est desguisé en masque. Il est deffendu de parler, quand on porte un mommon. Quand on présente un mommon, on ne donne point de revanche » (Furetière, 1690).

9 Sur l’orthographe du substantif, voir supra, p. 220, n. 20.

10 Charlevoix (Journal, t. I, p. 544-545), Lafitau (Mœurs, t. II, p. 339-342) et Antoine- Denis Raudot (« Relation par lettres », f. 54) décrivent le même « Jeu du Plat ou des Osselets », qui avait parfois un rôle thérapeutique (E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 106-107).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search