Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Jeux et divertissemens des Sauvages

Texte intégral

  • 1 Le jeu de longue paume, un jeu avec une balle, se jouait « dans une grande place, ou campagne, qui (...)
  • 2 Dans son édition, Jules Tailhan a remplacé l’article défini par l’article indéfini « des », qui re (...)
  • 3 L’œuf de dinde est à peu près deux fois plus gros qu’un œuf de poule.
  • 4 « La partie d’honneur, La troisième partie que l’on joue, lorsque chacun des deux joueurs en a gag (...)

1Les Sauvages ont plusieurs sortes de jeux, dans lesquels ils se plaisent. Ils y sont naturellement si enclins qu’ils perdent pour jouer non seulement le boire et le manger, mais meme pour voir jouer. Il y a parmy eux un certain jeu de crosse qui a beaucoup de raport avec celuy de nostre longue paume1. Leur coustume en jouant est de se mettre nation contre nation, et s’il y en a une plus nombreuse que l’autre, ils en tirent les2 hommes pour rendre egale celle qui ne l’est pas. Vous les voyez touts armés d’une crosse, c’est à dire d’un baston qui a un gros bout au bas, lassé comme une raquette. La boule qui leur sert à jouer est de bois et à peu près de la figure d’un œuf de dinde3. Les buts du jeu sont marques dans une pleine campagne. Ces buts regardent l’orient et l’occident, le midy et le septentrion. L’un des deux partys, pour gagner, doit faire passer, en poussant, sa boule au delà des buts qui sont vers l’orient et l’occident, et l’autre la sienne au delà du midy et du septentrion. Si celuy qui a gagné une fois la faisoit encore passer par delà les buts qui sont vers l’orient et l’occident, du costé qu’il devoit gagner, il est obligé de recommencer la partye et de °prendre les buts de sa partye adverse. S’il venoit à gagner encore une fois, il n’aurait rien fait, car les partyes estant egales et à deux de jeu, on recommence tousjours afin de joüer la partye d’honneur4. Celuy des deux partys qui gagne leve ce qui a esté gagé au jeu.

2Hommes, femmes, jeunes garçons et filles sont receues dans les partyes qui se font, et gagent les uns °contre les autres plus ou moins, chacun selon ses moyens.

  • 5 Voir supra, p. 227, n. 4.
  • 6 Commentaire en marge du texte : « Partant faux. Faux jamais ny bras ny jambes cassés encore moins (...)

3Ces jeux commencent ordinairement aprés la fonte des glaces et durent jusqu’au temps des semences. On voit l’aprés midy touts les joueurs vermillonnes et apiffés5. Chaque party a son chef qui fait sa harangue, declarant à ses joueurs l’heure fixée pour commencer les jeux. On s’assemble touts en gros au milieu de la place et un des chefs des deux partys ayant la boule en main la jette en l’air. Chacun se met en devoir de l’envoyer du costé qu’il la doit pousser ; si elle tombe à terre, on tache de l’attirer à soy avec la crosse, et si elle est renvoyée hors la foule des joueurs, c’est là que les plus alertes se distinguent des autres en la suivant de pres. Vous entendez le bruit qu’ils font en se frapant les uns contre les autres, dans le temps qu’ils °veulent parer les coups pour envoyer cette boule du costé favorable. Quand quelqu’un la garde entre les pieds sans la vouloir lascher, c’est à luy d’eviter les coups que ses adversaires luy portent sans discontinuer sur les pieds, et s’il arrive dans cette conjoncture qu’il soit blessé, c’est pour son compte. Il s’en est veü qui ont eu les jambes cassées, d’autres les bras, et quelques uns ont esté mesme tués. Il est fort ordinaire d’en voir d’estropiés pour le reste de leurs jours, et qui ne l’ont esté qu’à ces sortes de jeu par un effect de leur opiniatreté6. Quand ces accidents arrivent, celuy qui a le malheur d’y tomber se retire doucement du jeu, s’il est en estat de le faire ; mais si sa blessure ne le luy permet pas, ses parents le transportent à la cabanne, et la partie se continue tousjours comme si de rien n’estoit, jusqu’à ce qu’elle soit finie. A l’egard des coureurs, quand les partyes sont egalles, ils seroient un après midy sans estre superieurs les uns aux autres, et quelquefois aussy une des deux remportera les deux partyes qu’il faut avoir pour gagner.

  • 7 Le « casse-tête » était « une petite Massue d’un bois très-dur, dont la tête, de figure ronde, avo (...)
  • 8 Commentaire en marge du texte : « faux il est aisé de connoitre qu’ils jouent ».

4Dans ce jeu de course, vous diriez voir comme deux partys qui se voudroient battre. Cet exercice contribue beaucoup à rendre les Sauvages alertes et dispos pour parer adroitement un coup de casse tete7 de la part de son ennemy, quand ils se trouvent meslés dans le combat, et à moins d’estre prevenu qu’ils jouent, on croiroit veritablement qu’ils se battent en rase campagne8. Quelqu’accident que ce jeu puisse causer, ils l’attribuent au sort du jeu, et n’en ont aucune haine les uns contre les autres. Le mal est pour les blessés, qui ont avec cela l’air aussy content, que s’il ne leur estoit rien arrivé, faisant paroitre ainsy qu’ils ont bien du courage et qu’ils sont hommes.

  • 9 Sur le terme « différent », voir supra, p. 220, n. 20. Sur le jeu de la crosse, voir les descripti (...)

5Le party qui a gagné retire °ce qu’il a mis au jeu et le profit qu’il a fait, et cela sans aucune contestation de part et d’autre quand il est question de payer, en quelque sorte de jeu que ce puisse estre. Si quelqu’un cependant qui °ne serait pas de la partye, ou °qui n’aurait rien gagé, poussoit la boule à l’avantage d’un des deux partys, un de ceux que le coup ne favoriserait pas l’attaquerait en luy demandant si ce serait ses affaires, et de quoy il se mesleroit. °Ils en sont venus souvent aux prises, et si quelque chef ne les accordoit, il y aurait du sang repandu et quelqu’un de tué mesme. Le meilleur moyen d’empescher ce desordre est de recommencer la partie du consentement de ceux qui gagnent, car s’ils refusoient de le faire, la partie est à eux. Mais quand quelqu’un des considerables s’en mesle, il n’a pas de peine à raccommoder leur different et à les engager à suivre sa decision9.

Notes

1 Le jeu de longue paume, un jeu avec une balle, se jouait « dans une grande place, ou campagne, qui [n’était] point fermée », alors que le jeu de paume se jouait dans une salle (Furetière, 1690).

2 Dans son édition, Jules Tailhan a remplacé l’article défini par l’article indéfini « des », qui rend mieux compte du sens du texte.

3 L’œuf de dinde est à peu près deux fois plus gros qu’un œuf de poule.

4 « La partie d’honneur, La troisième partie que l’on joue, lorsque chacun des deux joueurs en a gagné une » (Académie, 1835).

5 Voir supra, p. 227, n. 4.

6 Commentaire en marge du texte : « Partant faux. Faux jamais ny bras ny jambes cassés encore moins tués ». Encore ici, Jules Tailhan prend la défense de Perrot et fait observer : « Entre l’anonyme et Perrot qui passa quarante années de sa vie au milieu des sauvages, le lecteur prononcera » (Mémoire, p. 187, n. 1).

7 Le « casse-tête » était « une petite Massue d’un bois très-dur, dont la tête, de figure ronde, avoit un côté trenchant » (Charlevoix, Journal, t. I, p. 486).

8 Commentaire en marge du texte : « faux il est aisé de connoitre qu’ils jouent ».

9 Sur le terme « différent », voir supra, p. 220, n. 20. Sur le jeu de la crosse, voir les descriptions de Jean de Brébeuf, Relation de 1636, dans JR, vol. 10, p. 184- 186 ; de Charlevoix, Journal, t. II, p. 644-645 ; d’Antoine-Denis Raudot, « Relation par lettres », f. 54-55 ; section 37./ 31 A des « papiers Raudot », ANF, Colonies 122, f. 237.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search