Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Croyance des Sauvages non convertis touchant l’immortalité de l’ame et du lieu où elles sont à jamais

Texte intégral

  • 1 Voir appendice 13, infra, p. 456-458.

1Touts les Sauvages qui ne sont pas convertis croyent l’ame immortelle, mais ils pretendent qu’en se separant du corps elle va dans un beau pays de campagne où il ne fait ny froid ny chaud et que l’air y est agreablement temperé. Ils disent que la terre y est couverte d’animaux de touttes les especes et d’oiseaux de touttes les sortes. Les chasseurs en marchant ne s’y trouvent jamais exposés à la faim, ayant à choisir les bestes qu’ils veulent attaquer pour en manger. Ils nous disent que ce beau pays est bien loin au delà de la terre. C’est pour cette raison qu’ils mettent sur les echaffaux ou sur les fosses de ceux dont on fait les funerailles des vivres et des armes, croyant qu’ils retrouveront dans l’autre monde pour s’en servir tout ce qui leur aura esté donné dans celuy cy et surtout dans le voyage qu’ils y ont à faire1.

  • 2 Dans le texte, on lit : « l’ame ». Jules Tailhan a corrigé le texte par souci de logique. Nous ado (...)
  • 3 Comme le rappelle Jules Tailhan (Mémoire, p. 185-186, n. 2), les Hurons, selon Jean de Brébeuf, pr (...)
  • 4 L’esturgeon (Acipenser fulvescens), de la famille des Acipenseridés, est la seule espèce d’esturge (...)
  • 5 Commentaire en marge du texte : « Contradiction car si [mot biffé, illisible] l’âme est immortelle (...)

2Ils croyent de plus qu’aussytost que l’ame est sortie du corps elle entre dans ce pays charmant, et qu’aprés avoir marché plusieurs journées, il se presente dans son chemin une riviere fort rapide, sur laquelle il n’y a qu’un petit arbrisseau pour la traverser, et qu’en passant dessus il plie, tellement que l’ame est en danger d’estre emportée par le courant des eaux. Ils asseurent que, si par malheur cet acident arrivoit, elle se noyeroit et que tous ces perils sont evités quand elles sont une fois rendues au pays des morts. Ils croyent aussy que [les âmes2] des jeunes gens de l’un et l’autre sexe n’ont rien à craindre, parce qu’elles sont vigoureuses. Mais il n’en est pas de mesme de celles des vieillards et des enfans qui manquent d’estre assitées dans ce dangereux passage par quelqu’autres ames. C’est ce qui est bien souvent cause qu’elles perissent3. Ils nous racontent encore que cette meme riviere est poissonneuse au delà de ce qu’on peut s’imaginer. Il y a des esturgeons4 et d’autres poissons en quantités, qu’elles assomment à coups de haches et de massues °pour les faire rotir dans leur voyage, car elles ne trouvent plus aucune beste. Quand elles ont marché un assez long temps, il paroit au devant d’elles une montagne fort escarpée qui ferme leur passage et les oblige d’en chercher °un autre, mais elles n’en trouvent pas et ce n’est qu’aprés avoir bien souffert qu’elles arrivent enfin à ce passage terrible, où deux pillons d’une grosseur prodigieuse, se levans et retombans sans cesse tour à tour, forment une difficulté bien grande à surmonter, puisqu’il faut mourir absolument, si en y passant on se trouve malheureusement pris dessous ; je veux dire quand l’un des deux pillons vient à tomber5. Mais les ames ont bien soin d’espier cet heureux moment pour franchir un si dangereux passage. Plus[ieu]rs y succombent cependant et surtout celles des vieillards et des enfans qui sont moins vigoureuses et plus lentes à y passer.

  • 6 La phrase semble mal construite. Peut-être, faut-il retrancher la préposition « et », ainsi que le (...)
  • 7 Substantif ajouté par Jules Tailhan. Nous adoptons la même correction.
  • 8 Exception faite de l’épisode des pilons, qui ne menacent que les êtres vivants, Bacqueville de La (...)

3Quand elles ont une fois evité cet ecüeil, elles entrent dans un charmant pays, où d’excellents fruits se trouvent en abondance. La terre y paroist dans sa surface couverte de touttes sortes de fleurs, dont l’odeur est si admirable qu’il embaume les cœurs et charme l’imagination. Le peu de chemin qui leur reste à faire pour arriver dans le lieu où le bruit du tambour et des gourdes marquant la cadence des morts à faire plaisir se fait entendre agreablement et les excite à y courir directement avec bien de l’empressement6. A mesure qu’elles en approchent, ce retentissement devient tousjours plus grand et la joye que les danseurs expriment par des exclamations continuelles sert à les ravir davantage. Quand elles sont bien proches du lieu où le bal se tient, une partie des morts se detachent pour venir au devant d’elles et leur temoigner le plaisir sensible que leur arrivée cause communement à toutte °l’assemblée. Elles sont conduites dans l’endroit où se tient la danse, où elles sont agreablement reçeues de touts ceux qui y sont. Là elles trouvent des mets de touts les gouts et sans nombre. Rien de plus exquis et de mieux preparés. Il est à leur choix de manger ceux qu’il leur plait et de contenter leur appetit. Et quand elles ont finy de manger, elles se vont mesler parmy les autres pour danser et se divertir à jamais, sans estre plus sujettes au chagrin, à l’inquietude, aux infirmités, ny à aucune des vicissitudes de la vie mortelle. Voilà le sentiment des Sauvages touchant l’immortalité de l’ame. C’est une reverie, quoyque des plus ridicules que l’on puisse inventer, à laquelle ils adjoutent [foi7] avec tant d’opiniatreté que lorsqu’on veut leur en faire connoitre l’extravagance, ils repondent aux Europeans qui leur en parlent que nous avons un pays particulier pour ces morts et qu’ayant esté creés par des esprits qui estoient de bon accord ensemble et tous amis, ils avoient choisy dans l’autre monde un pays different du leur. Ils asseurent que c’est une verité constante et qu’ils l’ont apprise de leurs ancestres, qui furent une fois si loin en guerre qu’aprés avoir trouvé le bout et l’extremité de la terre, ils franchirent ce passage des pillons, dont je viens de faire cy devant la description, auparavant d’entrer en ce beau pays, qu’ils y entendirent un peu de loin battre le tambour et retentir les gourdes, et que la curiosité les ayant poussé à avancer pour reconnoitre ce que c’estoit, ils furent decouverts par les morts qui vinrent vers eux, qu’alors ayant voulu s’enfuir, ils furent bientot joints et conduits dans les cabannes de ces habitans de l’autre monde, qui les reçurent parfaitement bien. Ils les escorterent ensuitte jusqu’au passage des pillons, qu’ils arresterent pour les faire passer sans danger, et en les quittant là, ils leur dirent de n’y plus revenir qu’après leur mort, crainte qu’il ne leur arrivat du mal8.

Notes

1 Voir appendice 13, infra, p. 456-458.

2 Dans le texte, on lit : « l’ame ». Jules Tailhan a corrigé le texte par souci de logique. Nous adoptons la même correction.

3 Comme le rappelle Jules Tailhan (Mémoire, p. 185-186, n. 2), les Hurons, selon Jean de Brébeuf, professaient une croyance assez semblable (voir Relation de 1636, dans JR, vol. 10, p. 140-144).

4 L’esturgeon (Acipenser fulvescens), de la famille des Acipenseridés, est la seule espèce d’esturgeons qu’on trouve dans les Grands Lacs et la région décrite par Perrot (voir C. Mélançon, Les Poissons de nos eaux, p. 41-44 ; W. B. Scott et E. J. Crossman, Poissons d’eau douce du Canada, p. 87-94). Perrot s’intéresse assez peu à la faune marine. Dans son mémoire, il n’identifie que deux espèces de poissons : l’esturgeon et le poisson blanc (voir infra, p. 332).

5 Commentaire en marge du texte : « Contradiction car si [mot biffé, illisible] l’âme est immortelle, elle ne peut estre tuée ny par l’eau ny par le pillon. »

6 La phrase semble mal construite. Peut-être, faut-il retrancher la préposition « et », ainsi que les mots « à faire plaisir », et lire ainsi le texte : « Le peu de chemin qui leur reste à faire pour arriver dans le lieu, où le bruit du tambour et des gourdes, marquant la cadence des morts, se fait entendre agréablement, les excite à y courir directement avec bien de l’empressement. »

7 Substantif ajouté par Jules Tailhan. Nous adoptons la même correction.

8 Exception faite de l’épisode des pilons, qui ne menacent que les êtres vivants, Bacqueville de La Potherie résume le texte de Perrot (voir HAS, t. Il, p. 45-47). Comme le signale Jules Tailhan (Mémoire, p. 187, n. 4), Charlevoix (Journal, 1.1, p. 693-695) et Lafitau (Moeurs, 1.1, p. 401-404 et 409-410) s’inspirent du texte de Perrot pour décrire le pays des morts et la marche des âmes pour s’y rendre. Lafitau reproduit même en partie le texte de Perrot (voir Moeurs, t. I, p. 409-410 ; Charlevoix, Journal, t. II, p. 693-694). Pour sa part, Paul Lejeune, qui décrit la marche des morts vers la « grand Village, qui est vers le Soleil couchant », observe que les vieillards et les petits enfants n’entreprennent pas de migration vers le pays des morts, trop faibles qu’ils sont pour accomplir le périple. Le « chemin » qu’empruntent les âmes est « large, & assez battu ». En cours de route, les âmes passent près d’une « Cabane, où loge un certain nommé Oscotarach, ou Perce-teste, qui tire la cervelle des testes des morts, & la garde ». Les âmes doivent aussi traverser une rivière sur un pont formé du « tronc d’un arbre couché en travers, & appuyé fort legerement ». Au surplus, le passage est gardé par un chien, qui fait tomber plusieurs âmes. Le village des morts « n’est en rien dissemblable du Village des vivans, on y va à la chasse, à la pesche, & au bois ; les haches, les robbes, & les colliers y sont autant en credit, que parmy les vivans » (Relation de 1636, dans JR, vol. 10, p. 142-146). Le même missionnaire rapporte le voyage d’un Amérindien au pays des morts pour y aller chercher sa soeur qui venait de mourir (ibid., p. 148-152).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search