Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Maniere dont les Sauvages font la feste de leurs morts

Texte intégral

  • 1 « Solemniser. v. act. Observer les ceremonies ou formalitez necessaires en quelque occasion, en qu (...)
  • 2 « Espece de calebasse de courge qu’on a sechée pour en faire un vaisseau leger pour porter de quoy (...)

1Si les Sauvages ont dessein de faire la feste de leurs morts, ils ont soin de faire les provisions necessaires auparavant. Quand ils sont revenus de la traitte avec les Europeans, ils en raportent les marchand[is]es, qui leur conviennent pour cet effect, et se precautionnent chez eux de viande, de grain, pelleteries, et autres marchandises. Au retour de la chasse, touts ceux du village conviennent ensemble de solemniser cette feste1. Après l’avoir resolüe, ils envoyent des deputés de leurs gens dans touts les villages voisins alliés, et meme eloignés de plus de cent lieues, pour les inviter d’assister à cette feste. Ils indiquent, en les priant de s’y trouver, le temps, qui aura esté fixé pour la solemniser. La plus grande partie des hommes de ces villages, qui sont invités à ce festin en general, partent plusieurs en chaque cannot, et font une petite masse ensemble, pour en faire °un present en commun au village, qui les a convié[s], en y arrivant. Ceux, qui les ont invité[s], preparent pour °leur arrivée une grande cabane bien forte, et bien couverte, pour loger et recevoir touts ceux, qu’ils attendent. Aussytot que tout le monde est rendu, chaque nation separée l’une de l’autre se tiennent debout et au milieu de la cabanne, y estants ensemble, font leurs presents, et se depouillent de ce qu’ils ont de hardes, en disant, qu’on est venu les inviter, pour rendre les hommages aux manes des deffunts du village, et à leur memoire, et sur le champ se mettent à danser au bruit du tambour, et d’une gourde2, dans laquelle sont de petits gravois, qui ne font que la meme cadence. Ils dansent d’un bout à l’autre de la cabane, en retournant queue à queue tout de fil[e] à l’entour de trois sapins, ou de trois may[s] qui y sont dressés. Durant ces danses on travaille à la cuisine ; on tüe des chiens que l’on fait cuire avec d’autres mets qui sont aprestés en diligence. Quand tout est prest, on les fait reposer un peu, et après avoir cessé de danser, on sert le repas.

  • 3 J. Tailhan : « Il y a évidemment ici une lacune de quelques mots. Comme dans ce passage, il est qu (...)
  • 4 « Le Castor Sec est la Peau de Castor, qui n’a servi à aucun usage : le Castor Gras est celle, qui (...)

2J’ay oublié de remarquer, °qu’aussytost qu’on les a fait cesser de danser, on oste les presents qu’ils ont faits et touttes leurs depouilles. Ceux qui les ont conviés leur en remettent d’autres en echange qui sont plus considerables. S’ils reviennent3, ce sont des chemises, des capots, des justaucorps, des bas, des couvertes neuves ou quelques peintures et vermillons ; quoyque les conviés n’ayent aporté que des vieilles hardes, soit peaux grasses4, robes de castors, de chats, d’ours et autres animaux.

3Quand les invités des autres villages sont touts arrivés, on fait aux gens de chaque village la meme entrée et la meme recep-[ti]on. Quand ils sont touts assemblés, on les fait ° danser ensemble pendant trois jours consecutifs, durant lesquels un de ceux qui ont invité, convie vingt personnes plus ou moins au festin chez luy, un certain nombre de chaque nation, qui sont choisis et detachés par leurs gens mesme. Mais au lieu de servir des vivres dans ce festin, ce sont des presents qu’on leur donne, comme chaudieres, haches et autres marchandises ; rien cependant à manger. Les presens qu’ils ont receu deviennent communs à la nation. Si c’estoient des vivres, ils les peuvent manger, ce qu’ils font aussy très exactement, car ils ne manquent jamais d’appetit. Un autre en fera de meme à l’egard des autres danseurs. Ils seront invités de venir chez luy, et voilà leur maniere de traitter, jusqu’à ce que touts ceux du village n’ayent donné à leur tour de ces sortes de festins. Ils dissipent pendant trois jours touts ce qu’ils ont en march[andi]ses ou autres choses et se reduisent dans une extreme pauvreté, jusques là meme qu’ils ne se reservent pas une hache ny un cousteau seulement. Ils ne garderont bien souvent qu’une vieille chaudiere pour leur service ; et l’intention pour laquelle se fait cette depense n’est que pour rendre les ames des deffuncts plus heureuses et plus considerées dans le pays des morts. Car les Sauvages croyent estre dans une etroite obligation d’accomplir tout de qui est marqué dans les obseques, et qu’il n’y a que ces sortes de dissipations qui puissent les mettre bien en repos, car c’est la coustume parmy eux de donner ce qu’ils ont sans reserve dans la ceremonie des funerailles ou de quelqu’autres superstitions. Il y en a encore de ceux qui ont sucez le lait de la relligion, qui n’ont pas entierement quitté ces sortes de maximes, et qui enterrent avec le cadavre tout ce qui appartenoit à la personne pendant sa vie. Ces sortes de solemnités pour les morts se faisoient autrefois alternativement tous les ans chez chacune nation, en s’y conviant reciproquement, mais depuis quelques années, cela ne se pratique plus que parmy quelques unes. Les François qui les ont frequentés, leur ayant fait connoitre que ces inutiles profusions de leurs biens ruinoient leur famille et les reduisoient à n’avoir °seulement pas le necessaire pour la vie.

Notes

1 « Solemniser. v. act. Observer les ceremonies ou formalitez necessaires en quelque occasion, en quelque acte. On solemnise le jour du St. Sacrement avec beaucoup de ceremonies » (Furetière, 1690).

2 « Espece de calebasse de courge qu’on a sechée pour en faire un vaisseau leger pour porter de quoy boire en voyage, ou à la guerre » (Furetière, 1690).

3 J. Tailhan : « Il y a évidemment ici une lacune de quelques mots. Comme dans ce passage, il est question de présents dont la provenance Européenne ne saurait faire de doute, je restituerais ainsi la phrase mutilée : “s’ils reviennent de la traitte, ce sont” etc. etc. » (Mémoire, p. 183, n. 4).

4 « Le Castor Sec est la Peau de Castor, qui n’a servi à aucun usage : le Castor Gras est celle, qui a été portée par les Sauvages » (Charlevoix, Journal, t. I, p. 266 ; voir aussi HAS, t. I, p. 267-269).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search