Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Deüil general des Sauvages

Texte intégral

  • 1 Ajout de Jules Tailhan.
  • 2 Dans son édition, Jules Tailhan a remplacé le pronom « duquel », dont l’antécédent est le substant (...)
  • 3 Lafitau décrit lui aussi le cérémonial de l’adoption : voir Moeurs, t. IV, p. 31-32.
  • 4 Dans son Journal, Charlevoix explique qu’il s’agit « d’une espece de Calebasse remplie de petits C (...)
  • 5 Voir supra, p. 227, n. 4.
  • 6 « Capot, est aussi une espéce de capuchon que les gens de mèr mettent par dessus leur habit ordina (...)
  • 7 Si l’on se fie à Barthelemy Vimont, cette adoption se fait « pour resusciter la memoire d’un vaill (...)

1Il a esté cy devant parlé du deüil des marys, et des femmes, reciproquement les uns [pour les autres1] ; mais touts les Sauvages, qui sont dans l’obligation de satisfaire au deuil gen[é]ral ne se graissent, ny se vermillonnent pas le visage et les cheveux. Si c’est un chef qui est mort, son proche parent ne doit parler que fort °bas à celuy de ses amis, qui est chargé d’exprimer ses volontés. Il est obligé de füir les compagnies, et la conversation du monde. Il peut cependant estre des festins, où il est convié, sans y dire mot. Lorsqu’on luy aporte des presens pour le mort, cet amy proposé les reçoit et repond pour luy. Il faut observer que les enfans, et jeunes gens de l’un, et l’autre sexe ne sont pas obligés à ce deuil ; il n’y a que les personnes faites, qui ne peuvent s’en dispenser. Sa durée est d’une année entierre, au bout duquel2 les parents s’assemblent pour adopter une personne capable de remplir la charge du mort, et qui soit du meme rang. A l’egard des femmes, filles ou garçons, ils en usent pareillement, du mesme age, et de pareil sexe. Ils se parent alors, et se vermillonnent, °demeurans chacun en sa place dans la cabanne. Les parents du deffunct, ou de la defuncte s’y trouvent bien accommodes aussy de ce qu’ils ont de plus propre3. On convie premierement trois de chanter, et de battre le tambour suivant la cadence de leur chanson4. Celuy, ou celle que l’on a adopté, entre en la °cabane du mort dans le moment en dansant, et aprés les presents faits de pelleteries, ou autres march[andi]ses, qu’il presente au plus proche parent du deffunct, dont il a eu la place, il continue tout le jour à danser au bruit de cet instrument, qui dirige ordinairement la danse des Sauvages. Pendant ce temps les parents du mort l’arrestent quelquefois dans sa danse, en luy mettant sur le corps, ou à son col quelques apiffements5, ou bien ils luy donneront une couverte, une chemise, ou un capot6. Ils l’envermillonneront et l’enjoliveront du mieux, qu’ils pourront. Quand la danse est achevée, on luy donne à manger avec plusieurs presens, en memoire de celuy, qu’il releve, pour lequel il danse, et paroit en cette solemnité. Cet homme, ou cette femme les asseure, qu’ils seront tousjours prets à leur rendre touts les services, qui dependront d’eux, soit pour cuire, et aprester les mets dans les festins, ou pour s’acquitter des commissions, dont ils les chargeront. Ils se rendent enfin à servir comme valets ou servantes de la famille. Aussy cet homme ou cette femme, quand ils ont de quoy, °ils en aportent à leur maistre la plus grande partie, et se tiennent unis à cette famille, comme s’ils en estoient parents7.

Notes

1 Ajout de Jules Tailhan.

2 Dans son édition, Jules Tailhan a remplacé le pronom « duquel », dont l’antécédent est le substantif « deuil », par « de laquelle », qui renvoie au mot « année ».

3 Lafitau décrit lui aussi le cérémonial de l’adoption : voir Moeurs, t. IV, p. 31-32.

4 Dans son Journal, Charlevoix explique qu’il s’agit « d’une espece de Calebasse remplie de petits Cailloux » (op. cit., t. I, p. 464, n. 17). Plus précis, Paul Lejeune décrit ainsi le tambour des Montagnais : « Ce tambour est de la grandeur d’un tambour de basque, il est composé d’un cercle large de trois ou quatre doigts, & de deux peaux roidement estendües de part & d’autre : ils mettent dedans des petites pierres ou petits caillious pour faire plus de bruit : le diametre des plus grands tambours est de deux palmes ou environ, ils le nomment chichigouan, & le verbe nigagahiman, signifie je fais joüer ce tambour : ils ne le battent pas comme font nos Europeans : mais ils le tournent terre, tantost du bord, tantost quasi du plat » (Relation de 1634, dans JR, vol. 6, p. 184-186).

5 Voir supra, p. 227, n. 4.

6 « Capot, est aussi une espéce de capuchon que les gens de mèr mettent par dessus leur habit ordinaire pour le conserver » (Dictionnaire de Trévoux, 1721). Ce sens paraît mieux convenir au contexte que celui qu’on trouve dans le Dictionnaire de Furetière (1690), encore que la forme du vêtement y soit précisée : « c’est une espece de cape ancienne, & qui aboutit par devant en forme de scapulaire arrondi ». Selon Furetière, le « capot » faisait partie des vêtements que portaient les chevaliers du Saint-Esprit au moment de leur réception dans l’ordre.

7 Si l’on se fie à Barthelemy Vimont, cette adoption se fait « pour resusciter la memoire d’un vaillant homme, & pour exciter celuy qui portera son nom à imiter sa generosité, pour tirer vengeance des ennemis ; car celuy qui prend le nom d’un homme tué en guerre s’oblige de venger sa mort, pour secourir la famille d’un homme mort : d’autant que celuy qui le fait revivre & qui le represente, porte toutes les charges du deffunct, nourrissant ses enfans comme s’il estoit leur propre Pere, en effect ils l’appellent leur Pere, & luy ses enfans. Une mere ou un parent qui ayme tendrement son fils ou sa fille ; ou quelqu’un de ses proches, le fait resusciter par une affection de le voir auprés de soy : transportant l’amour qu’elle portoit au deffunct, à celuy ou à celle qui se charge de son nom » (Relation de 1642, dans JR, vol. 22, p. 288).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search