Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Des funerailles des Sauvages des pays d’en haut et de la maniere dont ils font les obseques

Texte intégral

  • 1 Le terme peut désigner à la fois le produit que l’on applique sur la peau, originellement une poud (...)
  • 2 « Chemise. S. f. La premiere piece d’un habillement, qu’on met immediatement sur la peau » (Fureti (...)
  • 3 « Juste-au-corps. s. m. Espece de veste qui va jusqu’aux genoux, qui serre le corps, & monstre la (...)
  • 4 « Couverture, s. f. Quelques-uns disent couverte. Piece d’etoffe qui sert à couvir » (Furetière, 1 (...)
  • 5 Voir appendice 9, infra, p. 449-450.
  • 6 « Tour, se dit aussi de ce qui se met le long des bords, ou des extremitez de quelque chose », écr (...)
  • 7 Voir supra, p. 219, n. 17.
  • 8 « Rien n’est plus touchant que de voir un Sauvage à l’extrêmité », écrit Bacqueville de La Potheri (...)
  • 9 Voir appendice 11, infra, p. 454-455.

1Quand un Outaoüas, ou autre est sur le point de mourir, on le pare de tout ce qu’il y a de beau dans la famille, je veux dire aussy chez ses parents, et alliés ; on luy accommode les cheveux avec une peinture rouge meslée de graisse ; on luy rougit le corps et le visage de vermillon1 ; on luy met, s’il y en a, une chemise2 des plus belles ; il est habillé d’un justeaucorps3, et d’une couverte4, le plus richement, qu’il est possible ; il est, en un mot, aussy propre, que s’il devoit estre l’auteur de la plus grande solemnité. On a soin d’orner la place, où il est, de colliers de porcelaine et de rassades5, de tours de ronds6, de canons7, ou d’autres bijoux. Il a ses armes à ses costés, et à ses pieds generalement tout ce qui luy a servy a la guerre pendant sa vie. Touts ses parens, et les jongleurs surtout, sont auprès de luy. Quand le malade paroist agonizer, et vouloir rendre les derniers soupirs, les femmes, et filles, qui sont de ses parentes, avec d’autres, qui sont louées, se mettent à pleurer, en commençant les chansons lugubres, dans lesquelles il est parlé des degres de parenté, qu’elles ont avec l’agonisant. Mais s’il paroissoit revenir, et reprendre ses sens, elles cessent de pleurer, en recommençant neantmoins autant de fois leurs cris, et leurs gémissem[ent]s, que le malade tombe dans des convulsions, ou des foiblesses ; quand il est mort, ou un moment avant de mourir, on le leve sur son seant, le dos appuyé comme s’il estoit vivant8. Je diray icy en passant, que j’en ay veü dont les agonies ont durées plus de vingt quatre heures, faisant des grimaces, et des contorsions terribles, en roulant les yeux de la maniere la plus affreuse du monde. Vous °eussiez crû que l’ame du mourant voyoit, et apprehendoit quelque ennemi, quoiqu’il fut sans connoissance, et presque mort. Ils demeurent dans leur seant jusqu’au landemain, et sont gardés dans cette situation le jour et la nuit par les parents et amis, qui les vont voir. °Ils sont visittes aussy de temps en temps par quelque vieille, qui se place auprès des femmes, qui sont parentes du mort. Elle commence en pleurant à chaude larme sa chanson lugubre, toutes les autres s’y joignent, qui cessent de chanter en mesme temps qu’elle. On luy presente ensuitte un morceau de viande, un plat de grain, ou bien quelque autre chose9.

  • 10 Commentaire en marge du texte : « Contes faux ».
  • 11 Commentaire en marge du texte : « faux ».
  • 12 Commentaire en marge du texte : « vrai ».
  • 13 Pour Richelet, le terme « natte » désigne une « Paille tressée » (Dictionnaire, 1680). Plus précis (...)
  • 14 Après avoir décrit les « lamentations » des femmes et signalé que « les hommes les regardent comme (...)

2A l’egard des hommes, ils ne pleurent point, cela estant au dessous d’eux. Il n’y a que le pere, qui fait voir par une chanson lugubre qu’il n’y a plus rien au monde, qui le puisse consoler de la mort de son fils. Un frere, pour son frere aisné, en use de meme, quand il en a receu pendant la vie des marques sensibles de tendresse, et d’amitié. Ce dernier se met nud, ayant le visage barboüillé de charbons, et meslé de quelque raye rouge ; il tient à la main son arc, et ses fleches, comme s’il en vouloit au premier qu’il va rencontrer10. Et chantant une chanson d’un ton le plus furieux, il courre comme un egarré dans les places, les rües, et les cabannes du village, sans verser aucune larme, faisant connoitre par cette posture extra-ord[inai]re à touts ceux, qui le voyent, combien est grand le regret, qu’il a de la mort de son frere11 : ce qui attendrit le cœur de ses concitoyens, et les engage à faire entre eux un present, pour le venir presenter au mort, en protestant, dans le discours, dont il[s] l’accompagnent, que c’est pour essuyer les larmes de ses parents12, et que la natte13, qu’ils luy donnent, est pour se coucher, ou une ecorce, pour mettre son corps à l’abry des injures du temps14.

  • 15 Commentaire en marge du texte : « Les Iroquois les enterrent ». Selon Bacqueville de La Potherie, (...)
  • 16 Voir appendice 12, infra, p. 456.
  • 17 Commentaire en marge du texte : « faux ».
  • 18 Voir appendice 12, infra, p. 456.

3Quand on est sur le point d’inhumer le corps, on cherche les personnes destinées à cette fonction, on dresse un echaffaut de sept à huit pieds de haut, qui luy tient lieu de fosse, sur lequel il est posé, ou s’il est mis en terre, on luy en creuse une de quatre à cinq pieds seulement15. Pendant tout ce temps, la famille de celuy, dont on fait les funerailles s’epuise pour luy aporter du grain, et des pelleteries, ou autres marchandises, soit sur l’echaffaut, ou près de sa fosse ; et l’un, ou bien °l’autre estant achevé, on y porte le cadavre dans la meme posture qu’il estoit en mourant, et avec les mesmes ajustemens. Il a ses armes auprès de luy, et tout ce qui luy a esté porté aux pieds, avant sa mort. Lorsque les funerailles sont faites, et son corps inhumé, on paye grassement ceux, qui l’ont enterré, en leur donnant une chaudiere, ou quelques colliers de porcelaine pour leur peine16. Touts ceux du villlage sont obligés d’assister au convoy funebre17, et le tout estant finy, il se presente un homme parmy touts les autres, qui tient à la main une petite verge de bois, grosse comme le doigt, et longue environ de quatre pouces, qu’il jette au milieu de la foule. C’est à qui pourra l’attraper ; quand elle est tombée entre les mains de quelqu’un, on s’efforce de la luy enlever ; si elle est par terre, tout le monde s’empresse de la ramasser, se tirant, et se poussant avec tant de vehemence, qu’à moins de demye heure elle a passée par les mains de touts ceux, qui sont presents. Si quelqu’un enfin de l’assemblée s’en peut rendre le maistre, et la fasse voir sans qu’on la luy oste, il la vend pour un prix fixé au premier, qui la veut achepter. Ce sera bien souvent une chaudiere, un fusil, ou une couverte. Les assis-tans sont ensuitte avertis de se trouver un[e] autre fois, suivant le jour marqué, pour une pareille ceremonie. Ce qui se pratique mesme plusieurs fois, ainsy que je le viens de dire18.

  • 19 Voir appendice 12, infra, p. 456.

4Après ce jeu, on fait publier, qu’il y a un autre prix pour le meilleur coureur de la jeunesse. Le but de cette course est marqué depuis l’endroit, d’où l’on doit partir, à celuy, où il est dit, qu’on arrivera. Touts les jeunes gens se parent, et font une grande file en pleine campagne. Au premier cry de celuy qui le doit faire, on commence à courir à quelque distance du village, et le premier, qui arrive, emporte le prix19.

  • 20 Lafitau fait aussi allusion au festin que fait chez les Iroquois « le corps de la Nation [...] pou (...)

5Les parents du mort font quelque jours apres un festin de viande, et de grain, auquel sont invités touts ceux du village, qui ne sont pas leurs alliés, et qui descendent d’autres familles, que la leur, et ceux qui particulierement ont fait quelques presents au mort. On y convie, s’il s’en trouve, les estrangers, qui sont venus des autres villages, et font connoitre à tous les conviés, que celuy, qui est mort, leur donne ce festin. S’il est de viande, ils en prendront un morceau, qu’ils doivent porter sur la fosse, ainsy de quelque autre sorte de vivres. Il est permis aux femmes, filles, et enfans de les manger, et non pas aux hommes faits ; car ils doivent regarder cela comme indigne d’eux. Il est libre dans ce festin de manger ce qu’on veut, et d’en aporter le reste chez soi. On y fait des presents consid[éra]bles en marchandises à touts ceux des estrangers, qui en ont cy devant faits au mort ; mais ceux de la nation n’en ont point. Ils sont remerciés ensuitte du souvenir qu’ils ont eu du deffunct, et congratulés sur leur charité20.

Notes

1 Le terme peut désigner à la fois le produit que l’on applique sur la peau, originellement une poudre fine de cinabre, et la couleur d’un rouge vif, éclatant et tirant sur le jaune.

2 « Chemise. S. f. La premiere piece d’un habillement, qu’on met immediatement sur la peau » (Furetière, 1690).

3 « Juste-au-corps. s. m. Espece de veste qui va jusqu’aux genoux, qui serre le corps, & monstre la taille » (Furetière, 1690).

4 « Couverture, s. f. Quelques-uns disent couverte. Piece d’etoffe qui sert à couvir » (Furetière, 1690).

5 Voir appendice 9, infra, p. 449-450.

6 « Tour, se dit aussi de ce qui se met le long des bords, ou des extremitez de quelque chose », écrit Furetière, qui produit l’exemple suivant : « Des tours de bras ou de manches de dentelles » (1690). La définition de l’Académie est encore plus large : « Tour, se dit aussi, De differentes choses, dont on se sert, soit pour l’habillement, soit pour la parure, & qui sont mises en rond. [...] Un tour de perle, un tour de cheveux » (Dictionnaire, 1694 et 1695).

7 Voir supra, p. 219, n. 17.

8 « Rien n’est plus touchant que de voir un Sauvage à l’extrêmité », écrit Bacqueville de La Potherie, « les Parentes se trouvant à ce triste spectacle toutes fondantes en larmes, des vieillards & des vieilles y accourent en foule, qui, quoique d’un grand sang froid auparavant, s’atendrissent tout-à-coup & pleurent avec autant de force que s’ils y prenoient la plus grande part du monde ; mais ce n’est qu’en v û ë d’avoir à manger, ou d’obtenir quelques coûteaux, nippes, funerailles, ou autres presens. Si un jeune homme qui soit aimé ou consideré vient à mourir, le Pere & les plus proches Parens chantent avec des Gourdes à la main des chansons lugubres. Les femmes joignent des paroles à leurs pleurs » (HAS, t. II, p. 43). Mais selon lui, ce n’est qu’une fois que le « malade est mort, [qu’]on le met sur son séant ». Alors, « on oint ses cheveux & tout son corps d’huile d’animaux, on lui applique du vermillon sur le visage ; on lui met toutes sortes de beaux plumages de la rassade de la Porcelaine, & on le pare des plus beaux habits que l’on peut trouver, pendant que les Parens & ces vieilles continuent toujours à pleurer » (HAS, t. II, p. 43-44). Lafitau, qui ne décrit pas le rituel précédant la mort, se contente d’observer que « la piété des Sauvages se signale aussi » au moment de l’agonie d’un des leurs, mais pour ajouter que « la sotte crainte qu’ils ont de ne pouvoir pas bien fermer les yeux & la bouche à leurs malades, & qu’ils n’en restent défigurés aprés la mort, rend leur piété cruelle pendant qu’ils sont à l’agonie. L’attention qu’ils ont à leur rendre ces devoirs, hâte la mort à plusieurs, sans que leurs tendresse en soit allarmée parce qu’ils n’en espérent plus rien, ou même parce qu’ils croyent abréger leurs douleurs » (Moeurs, t. IV, p. 102).

9 Voir appendice 11, infra, p. 454-455.

10 Commentaire en marge du texte : « Contes faux ».

11 Commentaire en marge du texte : « faux ».

12 Commentaire en marge du texte : « vrai ».

13 Pour Richelet, le terme « natte » désigne une « Paille tressée » (Dictionnaire, 1680). Plus précis, Furetière écrit : « Natte, subst. fem. Tissu plat fait de trois brins de paille battuë & tortillée ensemble. » Puis il produit l’exemple suivant : « Maintenant la natte ne sert plus que pour faire des parterres, pour couvrir des planchers, pour mettre au devant des fenetres, & dans les jeux de paume » (Dictionnaire, 1690).

14 Après avoir décrit les « lamentations » des femmes et signalé que « les hommes les regardent comme indignes d’eux, & contraignent leur douleur au-dedans de leur coeur, tenant leur tête baissée, & enveloppée de leur robe, sans dire mot, & sans faire le moindre éclat », Lafitau ajoute : « les hommes pleurent cependant leurs morts, mais d’une maniére noble, & qui n’a rien de foible » (Moeurs, t. IV, p. 109-110). Plus bas, il précise que les chants qu’ils entonnent dans les festins pour pleurer leurs morts « ont quelque chose de plus lugubres, que leurs festins à chanter ordinaires » (ibid., p. 110).

15 Commentaire en marge du texte : « Les Iroquois les enterrent ». Selon Bacqueville de La Potherie, après que l’on a paré le mort « des plus beaux habits que l’on peut trouver », les « Alliez apportent plusieurs presens. Les uns sont pour essuyer les larmes, & les autres pour servir des matelas au défunt, on en destine certains pour couvrir sa fosse, de peur, disent-ils, que la playe ne l’incommode, on y étend fort proprement des peaux d’Ours Si de Chevreuils qui lui servent de lit, & on lui met ses ajustemens avec un sac de farine de bled d’Inde, de la viande, sa cuillere, & generalement tout ce qu’il faut à un homme qui veut faire un long Voyage avec tous les presens qui lui ont été faits à sa mort, & s’il a été Guerrier on lui donne ses armes pour s’en servir au païs des morts. L’on couvre ensuite ce Cadavre d’écorce d’arbres, sur lesquelles on jette de la terre & quantité de pierres, & on l’entoure de pieux pour empêcher que les animaux ne le déterrent » (HAS, t. II, p. 44). En plus de noter que les « Gaspesiens » enterraient avec le mort toutes les « hardes » dont il s’était servi au cours de sa vie pour qu’elles lui tiennent « compagnie dans l’autre monde », Chrestien Leclercq écrit que les Amérindiens qu’il a visités ne conservaient rien du mort afin « d’éloigner autant qu’ils peuvent de devant leurs yeux, tous les objets qui pourroient renouveller leurs peines » (Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 386-387).

16 Voir appendice 12, infra, p. 456.

17 Commentaire en marge du texte : « faux ».

18 Voir appendice 12, infra, p. 456.

19 Voir appendice 12, infra, p. 456.

20 Lafitau fait aussi allusion au festin que fait chez les Iroquois « le corps de la Nation [...] pour pleurer les Morts », mais sans préciser à quel moment il a lieu (Moeurs, t. IV, p. 142). Sur le cérémonial mortuaire, voir aussi G. Sagard, Le Grand Voyage du pays des Hurons, p. 279-283 ; C. Leclercq, Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 576-578.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search