Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Pratique ou occupations des hommes

Texte intégral

  • 1 L’expression, employée au singulier, désigne souvent le lac Huron. Perrot utilise l’expression au (...)
  • 2 Campagne, au sens d’expédition de pêche ou de chasse.
  • 3 « Blanchir & unir le bois avec la doloire jusqu’à ce qu’il soit en état d’être emploié » (Richelet (...)
  • 4 Les hommes, écrit Charlevoix, « Font gloire de leur oisiveté, & passent en effet plus de la moitié (...)

1Les hommes sauvages sont obligés de chasser et de pescher. Ils habitent ordinairem[en]t le long des lacs, autrement dits mer douce1. Ils s’y rendent le soir pour tendre leurs filets, afin de les lever le matin. Ils sont obligés d’aporter les venaisons jusqu’à la porte de la cabane, et le poisson jusqu’au port, où ils le laissent dans le canot. Il est de leur devoir d’aller querir les bois, et perches propres à construire la cabanne, et les couvertures pour celle du vray village, et non de campagne2. Ils doivent faire les canots, s’ils en sont °capables, doler tous les bois3, dont ils ont besoin, supposé que ce soit un ouvrage un peu rude. Quand ils sont en route, c’est à l’homme de porter la charge, si la femme se trouvoit trop chargée, ou bien si l’enfant ne pouvoit pas suivre, de le porter. Quand cela ne se rencontre pas, il marche à la legere avec ses armes seulement4.

Notes

1 L’expression, employée au singulier, désigne souvent le lac Huron. Perrot utilise l’expression au pluriel pour désigner les Grands Lacs, sur les rives desquels vivaient les Amérindiens dont il décrit les moeurs.

2 Campagne, au sens d’expédition de pêche ou de chasse.

3 « Blanchir & unir le bois avec la doloire jusqu’à ce qu’il soit en état d’être emploié » (Richelet, 1680). Une « doloire », selon Furetière, qui omet le verbe « doler », est un « Instrument de Tonnelier qui a un trenchant long & fort aigu, & un manche pesant qui luy sert de contrepoids. Son usage est pour unir & aplanir le bois, tailler les cerceaux, &c. » (1690). Le Dictionnaire de Trévoux reprend la même définition du mot. Le Dictionnaire de l’Académie ignore les deux termes.

4 Les hommes, écrit Charlevoix, « Font gloire de leur oisiveté, & passent en effet plus de la moitié de la vie sans rien faire, persuadés que le travail journalier dégrade l’Homme, & n’est d’obligation que pour les Femmes. L’Homme, disent-ils, n’est que pour la Guerre, la Chasse, & la Pêche. C’est cependant à eux à faire tout ce qui est nécessaire pour ces trois exercices : ainsi les Armes, les Filets, & tout l’Equipage des Chasseurs & des Pêcheurs les regardent principalement, aussi-bien que les Canots, Se leurs Agrets, les Raquettes, la bâtisse & la réparation des Cabannes, mais ils se font souvent aider par les Femmes » (Journal, t. II, p. 667-668).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search