Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Manieres usitées parmy les Sauvages du Nord et du Sud qui parlent la langue algonkine ou qui en derivent quand ils recherchent une fille en mariage

Texte intégral

  • 1 L’exposé de Bacqueville de La Potherie sur la façon de faire la cour chez les Amérindiens diffère (...)
  • 2 Commentaire en marge du texte : « Ces amours sont fort amplifiées. » « Pas du moins quant à ce que (...)
  • 3 Chez Bacqueville de La Potherie, le rôle du père dans les demandes en mariage est plus important. (...)
  • 4 « On habille la Mariée le plus proprement que l’on peut, on lui graisse ses cheveux avec de l’huil (...)

1Ces nations se font l’amour secretement pendant un assez long temps. Le garçon commence le premier à se declarer à quelqu’un de ses amis, dont il connoit la discretion et la fidelité. La fille en fait autant de son costé, et choisit pour confidente une de ses compagnes, à laquelle elle declare son secret. Le garçon ayant avec luy le camarade, qu’il a uniquem[en]t instruit de ses amours, se rend à heure indue dans l’endroit où la fille est couchée, et la fait avertir, qu’il la voudroit voir. Si elle y consent, il se met contre elle et luy temoigne de la maniere la plus honneste l’amitié, qu’il luy porte, et l’intention, où il est de l’avoir pour sa femme. Si la fille ne luy donnoit pas de response favorable dans ces sortes d’occasion, après s’estre fait annoncer, il se retire, et y retourne le landemain de la meme maniere, qu’il a fait la veille. Il continue de s’y rendre touttes les nuits, jusqu’à ce qu’il ait eu son agrément, en luy disant que sa mere est maitresse de sa personne1. Le jeune homme va ensuitte voir la mere, et luy declare le nom de la fille, qu’il recherche en mariage avec le consentement, qu’il en a eü. La mere le temoigne au pere, ou à un oncle le plus proche, au deffaut du pere, et vont touts les deux les voir, pour y proposer l’alliance de leur fils2. Quelquefois il suffit de le faire au frere de la fille, qui en parlera à sa mere, et apres en avoir eu le consentement, les parents s’assemblent pour luy faire en pelleteries, ou autres marchand[is]es ce qu’ils veulent donner pour les establir. La mere du jeune homme emporte chez elle la moitié de ce qui luy aura esté donné en mariage, et y retourne deux, ou trois fois pour emporter quelque chose, afin de payer, dit elle, le corps de sa pretendue belle fille, pendant lequel temps touttes les marchandises sont distribuées aux parens de la fille, qui luy en rapportent °une partie avec des vivres, comme du bled d’Inde, ou autres grains ; car c’est la femme qui a soin de fournir son mary de grains3. On ajuste la nouvelle mariée le mieux, qu’il est possible, et elle est accompagnée de sa belle mere, qui luy indique auprès d’elle la place, qu’elle doit occuper avec son mary, qui se promene alors dans le village. Quand la nouvelle mariée s’est assise, la belle mere luy oste touttes les hardes qu’elle a sur elle, luy en donnant d’autres et quelques marchandises, qu’elle luy aporte. Elle retourne ensuitte chez sa mere, qui la depoüille encore une fois de tous ses ajuste-mens, et qui reçoit d’elle touttes les marchandises, qu’elle a. L’ayant habillée pour la derniere fois, elle la renvoye chez son mary, luy faisant present de quelques sacs de grains. Ces sortes de visites reiterées, se pratiquent quelque fois plus souvent : mais quand on les veut finir, la fille est habillée de haillons, et c’est par où se terminent les ceremonies du mariage. Puis elle demeure auprès de sa belle mere, qui en a soin4.

  • 5 « Recommendation, signifie aussi la veneration qu’on a pour le merite, l’estime qu’on a d’une chos (...)
  • 6 Commentaire en marge : « Contes. Cela n’arrive que quand il y a seul[leme]nt promesse entre de jeu (...)
  • 7 S’il note que la « continence » des Amérindiens peut aller jusqu’à l’« excés », Bacqueville de La (...)

2Quoique les Sauvages dans le fonds n’ont pas beaucoup la pudeur en recommandation5, ils surpassent neantmoins en bienseances les Europeans pour le dehors : car dans touttes leurs amours, ils ne se disent jamais dans la conversation une parole, qui blesse l’honnesteté. Il y en a qui après s’estre mariés ont esté six mois, et un an meme, sans se toucher, et d’autre plus ou moins6. La raison qu’ils en donnent, est qu’ils ne se marient pas par un motif de convoitise, mais purement par amitié7.

  • 8 Selon Bacqueville de La Potherie, après le mariage et les échanges de présents, la mariée vit avec (...)

3Quand le mariage a esté consommé, les nouveaux mariés vont ensemble à la chasse, ou à la peche, d’où ils reviennent au village dans la cabanne de la mere de la fille, et luy donnent tout ce qu’ils ont aporté. Cette mere en prend une partie pour la donner à la mere du garçon, qui est obligé de demeurer chez sa belle mere, pour y travailler durant deux ans ; car il doit le faire pendant tout ce temps là. Elle est dans l’obligation de le nourrir seulem[en]t et de l’entretenir. S’il doit donner quelque festin, elle en fait la depense8.

  • 9 Commentaire en marge du texte : « Les femmes iroquoises demeurent toujours à leur cabane. » Selon (...)
  • 10 Le texte, avant corrections, se lisait : « Après avoir demeuré ses deux années chez sa belle mere, (...)
  • 11 Selon Lafitau, chez les Iroquois, les parents et les amis « viennent couvrir le mort pendant que s (...)
  • 12 Voir infra, p. 228-233.

4Aprés avoir demeuré ses deux années chez sa belle mere9, il retourne avec sa femme chez sa propre mere, et quand il revient de la chasse, °ou de la peche, sa mere luy donne une partie de ce qu’il a porté °pour sa belle mere. S’il revient de traitte °pareillement, et sa femme est obligée de faire ce q[u]’il convient de faire aux femmes de faire, meme comme si elle estoit la servante de la maison10. Quand l’homme vient à mourir, ou bien elle, l’une des deux familles, à qui la personne morte appartient, °s’epuise à fournir des pelleteries, des marchandises et des vivres pour porter aux parents du mort, afin de les aider à survenir [sic] aux grands frais, qu’il leur faut faire dans cette occasion11. Il sera parlé dans la suitte de ce qui concerne la maniere, dont se font leurs funerailles12.

  • 13 Commentaire en marge du texte : « faux ». Tel n’est pas l’avis de Lafitau, qui écrit, il est vrai, (...)
  • 14 Commentaire en marge du texte : « Vrai ».
  • 15 Dans sa Relation des Hurons, Paul Ragueneau observe que le deuil des femmes « consiste en ces pays (...)

5Si le mary vient à mourir, la femme ne se peut remarier, qu’à celuy, qui sera au grés de sa belle mere13, après deux années de deuil, qu’elle observe, en se coupant les cheveux, en ne les graissant aucunement14 ; elle ne les peigne que le moins souvent qu’elle peut, et ils sont tousjours herissés et sans vermillon, dont elle ne peut non °plus servir au visage. Son habillement est un mauvais haillon, qui sera quelquefois une vieille couverte usée, ou quelque peau noircie, si mauvaise, qu’elle ne peut servir qu’à un pareil usage. Il lui est deffendu d’aller en visitte chez ses amis, à moins qu’on ne luy en ait faite auparavant, ou qu’elle ne soit rencontrée en allant quérir du bois pour la cabanne. Elle y ° occupe ordinairement la place du vivant de son mary. En quelqu’endroit qu’elle se trouve, elle ne doit donner aucune marque de joye, et ce n’est pas sans avoir à souffrir, qu’il faut qu’elle se contienne ainsy : parce que les Sauvages, qui voyent les femmes pleurer leur deffunt mary, se moquent d’elles, en leur disant mille sottises. Elle continue de rendre aux parents de son epoux les mesmes services, et une soumiss[i]on aussy entiere pour tout ce qu’ils luy ordonnent °de faire comme lorsqu’il vivoit. On a à la verité beaucoup d’egards à sa modestie, et à la conduite, qu’elle est obligée de tenir15 ; car on a un soin très particulier de ne luy pas donner lieu en la moindre chose de se chagriner, soit en luy donnant à manger, ou en faisant porter en sa consideration, chez ses parents la meilleure partie de ce qu’on a, sans qu’elle ny sa famille soient tenues de rendre, par bienseance, le reciproque.

  • 16 Voir appendice 9, infra, p. 449-450.
  • 17 En « Terme de Tailleur », le canon est un « Ornement de drap, de serge, ou de soie attaché au bas (...)
  • 18 Note de J. Tailhan : « De ce qui a été dit par Perrot dans le paragraphe précédent, on doit conclu (...)
  • 19 Charlevoix écrit qu’on « ne peut sans le consentement de ceux, de qui on dépend, en vertu des loix (...)

6Quand ses deux années de veufvage sont expirées, et qu’elle a observée exactement son deuil, on la deshabille de ses haillons, et elle reprend de belles hardes ; elle se met du vermillon aux cheveux, et au visage. Elle porte ses pendans d’oreille, son collier de rassade16, de canon de porcelaine17, et autres bijoux, que les Sauvages regardent les plus considerables. Si quelqu’un des freres, ou des parens de son feu тагу, l’aime, il l’epouse, sinon, elle18 en adopte un, avec lequel il faut qu’elle se marie sans le pouvoir refuser ; car les parents du deffunt sont maistres de son corps ; mais si on ne luy en donnoit pas un, on ne sçauroit l’empescher de se remarier avec un autre, apres le temps expiré de son veufvage ; et ils sont obligés en luy laissant cette liberté de reconnoitre sa fidelité par des presents19.

  • 20 « Different, s. m. Contestation, procés, querelle » (Furetière, 1690). Le terme « differend » appa (...)
  • 21 Commentaire en marge du texte : « souvent trois ».
  • 22 Dans son édition, Jules Tailhan a remplacé le pronom « ils » par « elles ».
  • 23 Sans doute influencé par Perrot, Charlevoix écrit : « La pluralité des Femmes est établie dans plu (...)

7Si quelqu’un de ses parents, ayant desja une femme, la prenoit pour sa deuxieme, la premiere seroit la maitresse, et si elle ne lui °estoit pas parente, et qu’il n’y fit point part au retour de sa chasse, ou de la peche de ce qu’il en aporteroit, ce seroit une jalousie entre les deux femmes si grande, qu’elles en viendroient à se battre, et que les deux familles se joignant ensemble, pour soutenir celle qui leur appartiendroit, il arriveroit des accidents très facheux, sans qu’on pût se mesler de les prevenir, ny d’y mettre le hola. Quelque chef est en droit seulement de les appaiser, quand il voit, que dans le different20 il y a eu du sang repandu. Mais bien souvent ces sortes d’accommodements ne sont pas de longue durée ; car dans les premieres occasions, ils s’en ressouviennent, et l’une de ces deux femmes est enfin contrainte de quitter le mаrу, ce qui luy est alors permis. Mais s’il a quelque chose soit viande, ou poisson, celle qui l’a quitté, assistée de sa mere, ses sœurs, cousinnes, ou niepces, lui enlevent °tout ce qu’il a, sans qu’il s’y oppose, et la querelle se renouvelle à ce sujet. On voit neantmoins parmy les Sauvages plusieurs, qui ont deux femmes21, et qui ne laissent pas de vivre avec assez d’union ensemble sans estre parentes. Car quand elles le sont, elles vivent tousjours sans aucune discussion, tout ce qui vient de leur mary estant commun à leur famille, qui defrichent conjointement les terres. Mais quand l’alliance ne se trouve pas, ils22 travaillent separement, et font leurs efforts, afin d’estre les plus riches en grains et en fruits, pour s’en faire de part et d’autre des presens, et entretenir une bonne amitié, et une bonne intelligence23.

  • 24 Chrestien Leclercq notait aussi que les « Gaspésiens » dissimulaient le plus possible leur « amert (...)

8Quand la femme meurt le mary observe pareillement le deuil. Il ne la pleure pas, mais il se dispense absolument de se vermillonner le visage, et ne se graisse que très peu les cheveux. Il fait des presents aux parents de sa deffunte femme ; s’il ne loge pas chez eux, il leur envoye la meilleure partie de sa chasse, de sa peche, ou de quelqu’autres profits. Il ne luy est pas permis de se remarier, qu’après ses deux années de deuil, quand il les a passées dans la maniere requise24. S’il est bon chasseur, ou qu’il ait quelqu’autre merite, on luy donne sa belle-sœur en mariage, ou une de ses cousines ; s’il n’y en a pas, on adopte °une fille censée naturelle, qu’il est obligé de prendre pour sa femme sans la pouvoir refuser, luy estant deffendu de se remarier, que de l’aveu, et du consentement de sa belle mere, en cas qu’elle soit en vie, ou de la volonté de ses parents, si elle n’estoit pas vivante. S’il y contrevenoit, touts les alliés de sa deffunte femme feraient mil indignités à celle, qu’il aurait prise sans cet agrement, mesme à l’autre s’il en avoit deux. Ils pousseraient leur animosité si loin, que les freres, ou les cousins de la deffunte se ligueraient avec leurs camarades pour la luy enlever, et la violer ; et cette action passerait dans l’esprit des personnes desinteressées, pour avoir esté legitimement faite. C’est pourquoy on en voit très peu tomber en cette faute quand ils se remarient, d’autant que c’est une loy chez eux qui n’est pas cependant generale.

  • 25 Dans sa Relation de 1639, Paul Lejeune observait qu’un veuf qui n’attendait pas trois années après (...)

9Les chefs des villages °ne sont dans l’obligation de demeurer veufs que six mois, parce qu’ils ne se peuvent passer de femmes pour les servir, et defricher les terres, qui leur produisent du tabac, et tout ce qui leur est necessaire pour estre en estat de recevoir ceux, qui les viennent voir, et les etrangers qui ont quelque affaire à proposer au sujet de la nation. Mais il n’en est pas de meme des chefs de guerre. Ils sont obligés au veufvage de deux ans comme les autres ; et s’il n’est pas bon chasseur, ou qu’il ne plaise pas à la famille de la deffuncte, on se contente de luy faire un present, et de luy dire de chercher son bon, où il le trouvera25.

Notes

1 L’exposé de Bacqueville de La Potherie sur la façon de faire la cour chez les Amérindiens diffère sensiblement de celui de Perrot, encore qu’on puisse reconnaître dans les deux textes des points communs. Selon lui, « les petits entretiens familiers ne se font que la nuit, en presence de quelques amis ; l’Amant entre dans la cabane de la Fille, qui n’est fermée ordinairement que d’une peau volante, il va d’abord aux charbons du foyer, qu’il trouve avec de la cendre ; il allume une buchette de bois, & s’approchant de sa Maîtresse il lui tire le nez par trois fois pour l’éveiller, ce qui est une formalité essentielle : tout se passe avec bien-seance, sans que la Fille lui disent [sic] aucune paroles. Ces sortes de témoignage d’amitie durent pré de deux mois, avec beaucoup de circonspection de part & d’autre » (HAS, t. II, p. 27-28). Mais les moeurs matrimoniales variaient d’un groupe à l’autre, comme le montrent les textes de Charlevoix (Journal, 1.1, p. 582-588), de Lafitau (Moeurs, t. II, p. 254-255), de Lahontan (OEuvres complètes, 1.1, p. 668-677) et de Lamothe-Cadillac (« Relation », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 107).

2 Commentaire en marge du texte : « Ces amours sont fort amplifiées. » « Pas du moins quant à ce que dit Perrot de l’usage universellement reçu chez ces peuples, en vertu duquel les jeunes gens allaient la nuit visiter les jeunes filles dont ils recherchaient la main », réplique Jules Tailhan, qui prend la défense de Perrot, et qui poursuit : « Les anciens missionnaires en font fréquemment mention et ne cessent de gémir sur les désordres qu’une telle coutume entraînait à sa suite » (Mémoire, p. 179, n. 4). Lahontan (OEuvres complètes, t. I, p. 670-673) et Lamothe-Cadillac (« Relation », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 107-108) donnent raison à Jules Tailhan.

3 Chez Bacqueville de La Potherie, le rôle du père dans les demandes en mariage est plus important. Selon lui, lorsqu’un jeune homme « est assuré de sa Maîtresse il en parle à son Pere, où [sic] à son plus proche Parent, qui va trouver la nuit celui de la Fille ; il l’éveille, allume sa pipe qu’il lui presente ; & en fait la demande pour son Fils. Ce Pere lui fait réponse qu’il le communiquera à sa Famille. Le Pere du jeune homme ayant sçû ses derniers sentimens dans une seconde entrevuü, fait assembler tous les Parens, & leur déclare qu’il marie son Fils ; pour lors ils apportent dans sa cabane le plus de marchandises qu’ils peuvent pour sa dotte. La Mere du Garçon en porte une partie à celle de la Fille ; & c’est en ce moment que sa Mere lui dit qu’elle l’a [sic] marie à un tel ; il faut que cette Fille y consente sans replique, il est même de son honneur de le faire. Et par un abus étrange les Peres, les Meres, & les Freres aînez, peuvent prostituer leurs Filles : car son corps, disent-ils, n’est pas à elle mais à ses Parens, pour en disposer comme ils le jugeront à propos. Cette Femme qui a reçu ces presens les distribuë à toute la Famille, lui donnant avis de cette nouvelle Alliance. Chacun contribuë aprés à la dotte de la Mariée. Les Soeurs du jeune homme, accompagnées de la Mere, apportent au bout de huit jours les restes des presens » (HAS, t. II, p. 28-29).

4 « On habille la Mariée le plus proprement que l’on peut, on lui graisse ses cheveux avec de l’huile d’Ours, & l’on apporte devant elle une partie de toutes ces marchandises, et elle en prend autant qu’elle peut, & suit sa belle Mere qui lui ôte tous ces ajustements qu’elle donne à ses Filles, qui lui donnent en échange les leurs & une chaudiere. Elle retourne chez son Pere, ses propres Soeurs la deshabillent aussi, qui lui donnent leurs propres habits. & l’ajustent comme elle le jugent à propos : la Mere leur donne une charge de bled d’Inde (bled de Turquie) qu’elle apporte à son Mari, qui lui ôte encore ses habits. Ce ne sont qu’allées & venuës pendant toute la journée. Enfin la belle Mere lui donne pour tout bien une méchante peau pour habits, sans autres ornemens. L’on partage ensuite dans les deux Familles tous les presens de la dotte » (HAS, t. II, p. 29-30).

5 « Recommendation, signifie aussi la veneration qu’on a pour le merite, l’estime qu’on a d’une chose louable [...] Les écoliers de Pythagore avoient le silence en grande recommendation » (Furetière, 1690).

6 Commentaire en marge : « Contes. Cela n’arrive que quand il y a seul[leme]nt promesse entre de jeunes gens. »

7 S’il note que la « continence » des Amérindiens peut aller jusqu’à l’« excés », Bacqueville de La Potherie explique « que cette moderation est le témoignage le plus autentique [sic] de l’estime qu’il [le marié] puisse avoir pour elle [la mariée], puisqu’il n’envisage que la seule satisfaction de s’allier dans une Famille » (HAS, t. II, p. 30). Dans la Relation de 1651-1652, Paul Ragueneau notait déjà que les nouveaux mariés pratiquaient la continence pendant les trois ou quatre premiers mois de leur mariage (JR, vol. 37, p. 154). Pour sa part, Lafitau écrit que les époux iroquois passaient une année complète sans consommer leur mariage, du moins dans l’« ancien usage » (Moeurs, t. I, p. 574-575).

8 Selon Bacqueville de La Potherie, après le mariage et les échanges de présents, la mariée vit avec son mari chez celui-ci, puis elle « retourne sans rien dire au bout de l’an chez sa Mere, qui devient maîtresse de la Chasse, de la Pêche, & de tout ce que peut avoir son Gendre. Celui-ci qui ne la trouve plus chez lui juge bien où elle est, il la va trouver quand il croit à peu prés que tout le monde dort, mais le beau Pere & la belle Mere qui se doutent bien qu’il ne manquera pas de venir, sont au guet pendant que leur Fille repose proche le feu. Le Marié n’est pas si-tôt entré qu’il connoît que ce feu lui est destiné ; il s’assiet [sic] auprés de sa Femme. Le beau Pere qui se leve avec indifference, remplit sa pippe & la lui donne à fumer. La belle Mere d’un autre côté apporte un plat de viande à ses pieds, qu’il mange sans rien dire, se tenant assis comme un Singe. Il demeure pendant deux ans auprés de son beau Pere, & sa Pêche, sa Chasse, & tout le commerce qu’il peut faire appartient à sa belle Mere » (HAS, t. II, p. 30-31). Selon Lafitau, qui a surtout étudié les moeurs des Iroquois, au cours de la première année du mariage, le produit de la chasse de l’époux appartenait à la cabane de l’épouse. Ensuite, il était « obligé de la [chasse] partager avec elle, soit que sa femme ait resté au Village, soit qu’elle l’ait accompagné » (Moeurs, t. 1, p. 579).

9 Commentaire en marge du texte : « Les femmes iroquoises demeurent toujours à leur cabane. » Selon Bacqueville de La Potherie, « lors que le Gendre a passé deux ans chez le Pere [de son épouse] il tient son ménage à part, à moins qu’il n’ait envie d’obtenir encore sa belle Soeur pour seconde Femme. Le mari ne doit & n’ose prendre d’autre Femme que de la part des Parens du beau Pere, qui peut lui donner encor deux autres de ses Filles : s’il n’en à [sic] pas la belle Mere adopte quelque Fille qu’elle a acheptée bien cher, ou lui donne ces [sic] Niéces. Le seul interêt qui domine parmi les Sauvages les entretient dans cette coutume, parce que tout ce qui est au Gendre revient à la belle Mere, & s’il prenoit une seconde Femme dans une autre Famille elle auroit le même droit, de sorte qu’il est de l’avantage des premiers de ménager toûjours ses bonnes graces » (HAS, t. II, p. 31).

10 Le texte, avant corrections, se lisait : « Après avoir demeuré ses deux années chez sa belle mere, il retourne avec sa femme chez sa propre mere, et quand il revient de la chasse ou de la peche, sa belle mere luy donne une partie de ce qu’il a porté pour sa mere. S’il revient de traitte pareillement, c’est tousjours aux volontez de sa belle mere qu’il doit avoir egard ; et sa femme est obligée de faire ce q[u]’il convient aux femmes de faire, meme comme si elle estoit la servante de la maison. » Selon Jules Tailhan, c’est le texte avant corrections qui traduit justement la pensée de Perrot, et dont les thèses se retrouvent chez Bacqueville de La Potherie (voir J. Tailhan, Mémoire, p. 180, n. 6 ; HAS, t. II, p. 30-31 ; Lafitau, Moeurs, t. II, p. 255-268).

11 Selon Lafitau, chez les Iroquois, les parents et les amis « viennent couvrir le mort pendant que son cadavre est encore exposé dans la Cabane : c’est-à-dire, qu’ils viennent apporter des présens pour honorer ses obseques. Ces présens sont comme partie du testament du défunt, dont ceux de sa Cabane fournissent le plus gros lot, ne se réservant rien [...] avec une profusion qui les épuise presque entiérement » (Moeurs, t. IV, p. 128). Pour sa part, Charlevoix écrit : « Sitôt que le Malade a rendu les derniers soupirs tout retentit de gémissemens, & cela dure autant que la Famille est en état de fournir à la dépense, car il faut tenir table ouverte pendant tout ce tems-là » (Journal, t. II, p. 727). En plus, les parents et les amis du mort offraient des présents pour l’accompagner dans sa sépulture (ibid., t. II, p. 693). Mais Jean de Brébeuf soutient qu’une partie des présents revenait « aux parens pour essuyer leurs larmes » (Relation de 1636, dans JR, vol. 10, p. 270).

12 Voir infra, p. 228-233.

13 Commentaire en marge du texte : « faux ». Tel n’est pas l’avis de Lafitau, qui écrit, il est vrai, au sujet des Iroquois : « Dès que l’un des deux époux a payé le tribut à la nature, la Cabane du défunt acquiert un droit sur celui qui reste [...] Avec cela néanmoins, il seroit honteux à un homme veuf, encore plus à une femme veuve, de se remarier avant le temps préscrit au Deuil ordinaire ; & si ils faisoient l’un ou l’autre avant que les parens du mort leur en eussent donné la liberté, ils s’exposeroient eux & les Epoux ou les Epouses qu’ils prendroient, à toutes sortes d’outrages qu’on seroit en droit, & qu’on ne manqueroit pas de leur faire » (Moeurs, t. II, p. 439-440). Pour sa part, Paul Lejeune écrit que si une veuve se remarie avant un délai de trois ans, les parents du mari trépassé pillent le nouvel époux s’ils le rencontrent (Relation de 1639, dans JR, vol. 16, p. 202).

14 Commentaire en marge du texte : « Vrai ».

15 Dans sa Relation des Hurons, Paul Ragueneau observe que le deuil des femmes « consiste en ces pays, à ne visiter personne, à marcher la teste & les yeux baissées [sic], à estre mal vestuës, mal peignées, & avoir un visage crassieux, & mesme quelquefois tout noircy de charbon » (Relation de 1645-1646, dans JR, vol. 24, p. 286). Le deuil pratiqué par les Hurons semble confirmer ce qu’écrit Perrot (voir aussi E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 122).

16 Voir appendice 9, infra, p. 449-450.

17 En « Terme de Tailleur », le canon est un « Ornement de drap, de serge, ou de soie attaché au bas de la culotte [...] embelli de rubans ou d’autre chose, faisant comme le haut d’un bas fort large » (Richelet, Dictionnaire, 1680). Pour sa part, Furetière écrit : « Canon, est aussi un ornement de toile rond fort large, & souvent orné de dentelle qu’on attache au dessous du genou, qui pend jusqu’à la moitié de la jambe pour la couvrir » (Dictionnaire, 1690).

18 Note de J. Tailhan : « De ce qui a été dit par Perrot dans le paragraphe précédent, on doit conclure qu’ici le pronom elle se rapporte, non à la veuve, mais à sa belle-mère » (Mémoire, p. 180, n. 8).

19 Charlevoix écrit qu’on « ne peut sans le consentement de ceux, de qui on dépend, en vertu des loix du Veuvage, convoler à de secondes Nôces ». Mais si ceux dont dépend la veuve « n’ont point de Mari » à lui donner, elle peut demeurer « dans l’état de viduité », si elle a des enfants pour la soutenir, ou se remarier et « choisir » son nouvel époux. Charlevoix note aussi que le deuil dure un an (Journal, t. II, p. 731). Chez les Iroquois, une fois le temps du deuil expiré, on « déclare » les veuves dont on est content « par une derniére parole, c’est-à-dire par un dernier présent, entiérement libres de se pourvoir ailleurs » (Moeurs, t. IV, p. 151).

20 « Different, s. m. Contestation, procés, querelle » (Furetière, 1690). Le terme « differend » apparaît toutefois dans le Dictionnaire universel françois et latin, plus connu sous le nom de Dictionnaire de Trévoux (1721). Les rédacteurs renvoient au substantif « Différent. S. m. Il y a de bons Auteurs qui écrivent différend ; pour dire, dispute, démêlé, contestation ». Au pluriel, le mot s’écrit « différens ».

21 Commentaire en marge du texte : « souvent trois ».

22 Dans son édition, Jules Tailhan a remplacé le pronom « ils » par « elles ».

23 Sans doute influencé par Perrot, Charlevoix écrit : « La pluralité des Femmes est établie dans plusieurs Nations de la Langue Algonquine, & il est assez ordinaire d’épouser toutes les Soeurs ; cet usage est fondé sur ce qu’on se persuade, que des Soeurs s’accommoderont mieux entre elles, que des Etrangeres. Dans ce cas, toutes les Femmes sont sur le même pied. » Mais, ajoute-t-il, « parmi les vrais Algonquins, il y en a de deux ordres, & celles du second sont les Esclaves des autres » (Journal, t. I, p. 582). Une observation semblable se trouve chez Lafitau, qui écrit que les « Algonquins distinguent fort celle qu’ils appellent de l’entrée de la Cabane, où est la place d’honneur, d’avec celles du milieu. Celles-ci sont comme les servantes de la première, & leurs enfans sont censez comme bâtards & roturiers, en comparaison de ceux qui sont nez de cette premiére Epouse Légitime ». Toujours selon Lafitau, ces femmes faisaient « assez bon ménage » (Moeurs, t. II, p. 246 et 247). Pourtant, Bacqueville de La Potherie observait que « le mari ne doit & n’ose prendre d’autre Femme que de la part des Parens du beau Pere, qui lui peut donner encor deux autres de ses Filles : s’il n’en a pas la belle Mere adopte quelque Fille qu’elle a acheptée bien cher, ou lui donne ces [sic] Nièces. Le seul interêt qui domine parmi les Sauvages les entretient dans cette coûtume, parce que tout ce qui est au Gendre revient à la belle Mere ; & s’il prenoit une seconde Femme dans une autre Famille elle auroit le même droit, de sorte qu’il est de l’avantage des premiers de ménager toujours ses bonnes graces. La premiere Femme à [sic] des prérogatives que l’autre n’a pas, & il ne faut pas s’étonner si la jalousie regne entre ces deux Femmes, quoi qu’elles soient souvent Soeurs elles en viennent quelquefois aux mains & aux coûteaux : les Familles s’en mêlent & il y a souvent du sang répandu » (HAS, t. II, p. 31-32).

24 Chrestien Leclercq notait aussi que les « Gaspésiens » dissimulaient le plus possible leur « amertume » à la mort de leur femme « parce que ces Peuples estiment que c’est une marque de foiblesse, indigne d’un homme qui est tant soit peu brave & genereux, de pleurer en public ». Mais dans leur « particulier » ils pouvaient s’abandonner « entierement à la mélancolie », jusqu’à en mourir (Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 504-505).

25 Dans sa Relation de 1639, Paul Lejeune observait qu’un veuf qui n’attendait pas trois années après le décès de son épouse pour se remarier était mal vu des parents de la défunte car ils y voyaient « une espece de mespris » à leur endroit (JR, vol. 16, p. 202-204). Pour sa part, Charlevoix note que les chefs ne gardaient « le deuil que six mois » (Journal, t. II, p. 731). Sur cette question, voir aussi Pierre-Charles de Liette, « Memoire de De Gannes », dans Collections of the Illinois State Historical Library, vol. 23, French Series, vol. 1, 1934, p. 361.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search