Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Mariage des Sauvages

Texte intégral

  • 1 Dans son Journal de voyage, Charlevoix note au sujet des « Peuples des Nations Huronnes », qui com (...)
  • 2 La phrase de Perrot est un peu ambiguë car, en même temps qu’il parle des femmes, au pluriel, qu’é (...)
  • 3 Observation semblable chez Lafitau : « dans l’Amérique Septentrionale, une femme a le droit dans l (...)
  • 4 Dans sa « relation », Lamothe-Cadillac explique que si un veuf prend une nouvelle femme alors que (...)
  • 5 Commentaire en marge du texte : « faux. Les plus durs sur ce fait sont les Miamis, mais ils ne fon (...)
  • 6 A la suite de Lafitau (Moeurs, t. I, p. 569-574), Charlevoix observe que, parmi les présents que r (...)

1Il y a des nations sauvages, qui se marient pour vivre ensemble jusqu’à la mort, et d’autres, qui se quittent quand bon leur semble. Ceux, qui observent cette derniere maxime, sont les Irroquois, les Loups, et quelques autres1. Mais les Outaoüas epousent leurs femmes pour vivre avec elles toute la vie, à moins qu’une raison bien forte ne donne lieu au mary de la repudier2 ; car l’homme s’exposeroit sans cela à estre pillé, et à mil confusions, puisque celle, qu’il auroit quitté[e] mal à propos pour en prendre une autre, se mettrait à la teste de ses parentes, et luy osteroit ce qu’il aurait sur luy, et dans sa cabanne. Elle luy arracherait les cheveux, et luy dechirerait le visage ; en un mot, il n’y a point d’indignités, et d’affronts, dont elle ne l’accablerait, et qu’elle ne soit en droit de luy faire, sans qu’il puisse s’y opposer, s’il ne veut devenir l’oprobre du village3. Quand le mary n’en epouse pas d’autre, la femme, qu’il a quittée peut le piller, lorsqu’il revient de la chasse, ou de la traitte, luy laissant ses armes seulement, qu’elle luy oste enfin, s’il ne vouloit absolument retourner avec elle. Mais quand l’homme peut prouver aussy, qu’elle luy a manqué de fidelité avant, ou bien après l’avoir laissée, il en epouse une autre sans qu’on en puisse murmurer4. La femme ne peut de son chef abandonner son mary, parce qu’il en est le maitre, qu’il l’a acheptée et payée. Les parents ne sçauroient meme la lui enlever, et si elle s’en alloit, la coustume l’authorise de la tuer, sans qu’on y trouve à redire5. Cela a causé bien des fois la guerre entre des familles qui vouloient soutenir le droit du mary, quand la femme ne consentoit pas à retourner avec luy6.

  • 7 Commentaire en marge du texte : « tous les Sauvages prennent des femmes de campagne et en ont d’au (...)
  • 8 Comme le rappelle E. Tooker au sujet des Hurons, « certains hommes n’avaient pas d’épouses (aténon (...)
  • 9 Charlevoix écrit aussi que « les Enfans n’appartiennent qu’à la Mere, & ne reconnoissent qu’elle. (...)
  • 10 Commentaire en marge du texte : « Contes ».
  • 11 A la suite de Jules Tailhan, rappelons que Lafitau note lui aussi que les enfants, du moins chez l (...)

2Les Irroquois, les Loups, et quelques autres nations n’en usent pas envers leurs femmes comme les Outaoüais. Il y en a cependant qui ne se quittent jamais, et qui s’aiment uniquement pendant la vie. Mais la plus grande partie, surtout les jeunes gens, se marient pour se quitter quand bon leur semble. Ils se prendront pour un voyage de chasse, ou de traitte, et partageront de moitié le profit, qu’ils y auront fait7. Le mary meme peut convenir avec la femme de ce qu’il luy donnera pour le temps qu’il a envie de la °garder sous condition de luy estre fidelle ; elle peut aussy aprés avoir achevé le voyage, se separer d’avec luy8. Il s’en trouve cependant qui s’aiment mutuellement, et qui demeurent tousjours unis. Ce sont ceux qui ont eü des enfans ensemble, et qui appartiennent, suivant la maxime des Sauvages, à la mere ; puisqu’ils demeurent touts auprès d’elle, sçavoir °les masles, jusques à ce qu’ils soient en estat d’estre mariés, et les filles jusqu’à la mort de la mere9. Si le pere quittoit sa femme, les enfans, qu’il en auroit eü, ne manqueraient pas, quand ils seraient grands de le traitter avec mepris10, et de l’accabler de reproches pour les avoir abandonné[s] dans leur bas age, ayant laissé à leur mere tout le soin, et toute la peine de les elever11.

Notes

1 Dans son Journal de voyage, Charlevoix note au sujet des « Peuples des Nations Huronnes », qui comprennent les Iroquois, que la polygamie n’y a « jamais été en usage » (op. cit., t. I, p. 452), alors que « la pluralité des Femmes [était] établie dans plusieurs Nations de la Langue Algonquine » (ibid., t. I, p. 582). Selon Lafitau, la polygamie n’était « gueres permise, que parmi quelques Nations de la Langue Algonquine » (Moeurs, t. I, p. 555). Les Iroquois et les Hurons étaient monogames, mais le divorce était permis et, semble-t-il, fréquent. Pour Jérôme Lallemant, les mariages, chez les Hurons n’avaient « aucune stabilité » et pouvaient se rompre « plus facilement que les promesses que les enfans se font en France les uns aux autres » (Relation des Hurons, dans la Relation de 1640-1641, dans JR, vol. 21, p. 134). Quatre ans plus tard, le même missionnaire constatait que « la foy qu’ils se donnent n’a rien de plus qu’une promesse conditionnelle de demeurer ensemble, tandis qu’un chacun continuera à rendre les services qu’ils attendent mutuellement les uns des autres, & n’offensera point l’amitié qu’ils se doivent » (lettre du 15 mai 1645, dans la Relation de 1644-1645, dans JR, vol. 28, p. 50-52). Toutefois, « si le couple avait des enfants, il se séparait rarement, et seulement pour une raison grave » (E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 116). Comme le signale Lafitau, les mariages étaient souvent liés à des enjeux socio-économiques au sein des tribus (voir Moeurs, t. I, p. 561-562). Sur le mariage chez les Hurons et chez les Iroquois, voir E. Tooker, op. cit., p. 115-117, et p. 181, n. 231.

2 La phrase de Perrot est un peu ambiguë car, en même temps qu’il parle des femmes, au pluriel, qu’épousent les Outaouais, il indique que seule une raison importante autorise le mari à « la répudier ». Si bien qu’il est difficile de savoir si les Outaouais étaient polygames, comme le suggère le pluriel, ou monogame, comme le sous-entend la fin de la phrase. Si l’on se fie à Johanna E. Feest et Christian F.Feest, la polygamie était pratiquée par les Outaouais, mais les mariages étaient stables (« Ottawa », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 777). Pourtant, dans la Relation de 1666-1667, Claude Allouez dénonçait la polygamie pratiquée par les Outaouais et l’instabilité de leurs mariages (JR, vol. 51, p. 20). Pour sa part, Jacques Marquette écrivait que « les mariages parmy les Sauvages se rompent quasi aussi facilement qu’ils se lient, & ce n’est point des-honneur de se marier à d’autres » (Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 178).

3 Observation semblable chez Lafitau : « dans l’Amérique Septentrionale, une femme a le droit dans le Divorce de dépouiller le mari qui la quitte, & elle le fait sans qu’il s’y oppose ». Mais il ajoute que « pour agir dans les formes, il faudroit rendre aussi le present ou un équivalent de celui qui a été donné pour le Mariage » (Mceurs, t. II, p. 276). Sur cette question, voir aussi la « Relation » de Lamothe-Cadillac (dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 101-103) et les « Papiers Raudot » (ANF, Col. 122, f. 233).

4 Dans sa « relation », Lamothe-Cadillac explique que si un veuf prend une nouvelle femme alors que les parents de l’épouse décédée lui en ont proposé une autre, cette dernière peut piller la cabane du veuf, sans que celui-ci ne s’y oppose (P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 102-103).

5 Commentaire en marge du texte : « faux. Les plus durs sur ce fait sont les Miamis, mais ils ne font [que] couper le nez à ces libertines. » Selon Jules Tailhan, « ce démenti est lancé un peu trop légèrement ; car parmi les tribus que Perrot visita, il en était au moins une où l’épouse infidèle était punie de mort » : celle des Illinois. En effet, selon Jacques Marquette, chez les Illinois, « un homme tue hardiment sa femme s’il apprend qu’elle n’ait pas été fidelle » (« Lettre du Pere Iacques Marquette au Reverend Pere Superieur des Missions », dans la Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 186). Il est vrai que les Illinois étaient « jaloux au dernier point », selon Raudot, et que la vengeance du mari trompé consistait à faire violer sa femme par une trentaine de jeunes gens (« Relation par lettres », f. 105-106). La même observation se trouve dans la « Relation » de Lamothe-Cadillac (dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 123) et dans le « Mémoire de De Gannes » (publié par Pierre-Charles de Liette, dans Collections of the Illinois State Historical Library, vol. 23, French Series, vol. 1,1934, p. 335).

6 A la suite de Lafitau (Moeurs, t. I, p. 569-574), Charlevoix observe que, parmi les présents que reçoit l’épouse, « il y en a, qui doivent moins être regardés comme des témoignages d’amitié, que comme des symboles & des avertissemens de l’esclavage, où elle va être réduite ; tels sont le Collier, la Chaudiere & une Buyche, qui se portent dans sa Cabanne. C’est pour lui faire entendre que ce sera à elle à porter les fardeaux, à faire la cuisine, & à fournir la provision de bois » (Journal, t. I, p. 587).

7 Commentaire en marge du texte : « tous les Sauvages prennent des femmes de campagne et en ont d’autres qui restent avec les enfans au village. »

8 Comme le rappelle E. Tooker au sujet des Hurons, « certains hommes n’avaient pas d’épouses (aténonha), mais des compagnes (asqua), parce que la cérémonie du mariage n’avait pas été célébrée. Les jeunes vivaient ensemble aussi longtemps qu’ils le voulaient et sans que cela ne les empêchât, de part et d’autre, de voir librement leurs amis sans crainte de reproche » (Ethnographie des Hurons, p. 117).

9 Charlevoix écrit aussi que « les Enfans n’appartiennent qu’à la Mere, & ne reconnoissent qu’elle. Le Pere est toujours comme Etranger par rapport à eux » (Journal, t. I, p. 588). Chez les Hurons, les filles et les garçons en bas âge demeuraient avec la mère, alors que les garçons plus âgés suivaient le père (voir E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 116, et p. 181, n. 233). Mais selon Lahontan (OEuvres complètes, t. I, p. 675), les enfants étaient partagés entre les parents au moment du divorce. Comme le remarquent Réal Ouellet et Alain Beaulieu, on peut se demander si la thèse de Lahontan repose sur la méconnaissance des moeurs amérindiennes ou sur le désir de produire l’image d’une société égalitaire, même dans le partage des enfants (op. cit., 1.1, p. 675, n. 575).

10 Commentaire en marge du texte : « Contes ».

11 A la suite de Jules Tailhan, rappelons que Lafitau note lui aussi que les enfants, du moins chez les Iroquois, prenaient le parti de leur mère contre leur père (Moeurs, t. 1, p. 589-590).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search