Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Continuation des superstitions des Sauvages

Texte intégral

  • 1 Dans la Relation de 1666-1667, Claude Allouez observe que les Outaouais ont « en veneration toute (...)
  • 2 Le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus borealis), communément appelé chevreuil, est le cervid (...)
  • 3 Comme le signale Jules Tailhan, qui cite Jacques Gravier, un culte semblable était pratiqué par le (...)
  • 4 Selon Bacqueville de La Potherie, « Meteomek » serait « le Dieu des glaces » (HAS, t. II, p. 10). (...)

1Ils honnorent le Grand Tygre, comme le dieu de l’eau, que les Algonkins, et d’autres, qui parlent la meme langue, nomment Michipissy. Ils vous disent que ce Michypissy est toujours dans un antre fort creux, qu’il a une grande queüe, qui excite de gros vents quand il la remüe pour aller boire ; mais s’il la fait joüer fortement, il cause de grandes tempestes1. Dans les voyages, qu’ils ont à faire, soit petits, ou grands, voicy leur maniere de parler dans les invoquations. Toy, qui es le maitre des vents favorise nostre voyage, et donne nous un temps calme. Cela se dit en fumant une pipe de tabac, dont ils jettent la fumée en l’air. Mais avant que d’entreprendre des voyages un peu longs, ils ont soin de casser la teste à des chiens, qu’ils pendent à un arbre, ou à une perche. Ce sont quelquefois aussy des peaux d’elans passées, de biches, ou de chevreüils2, qu’ils voüent au soleil, ou au lac pour obtenir du beau temps3. Si l’hyver ils ont quelque voyage part[iculi]er à faire sur la glace, c’est un certain esprit, qu’ils invoquent pour cet effect, appellé des Algonkins Mateomek, auquel ils donnent, et offrent pareillement de la fumée de tabac, le priant de leur estre favorable, et propice dans leur marche4 ; mais cela se pratique avec assez d’indiff[éren]ce, le peu de ferveur n’approchant pas de ce qui se passe dans les festins solemnels.

  • 5 Il s’agit des Amikoués, aussi appelés Amikouets.
  • 6 Le nom est demeuré au lac.
  • 7 Aujourd’hui French River, qui relie le lac Nipissing à la baie Georgienne, au nord du lac Huron (O (...)
  • 8 Sans doute l’actuelle rivière Mattawa, au nord-est du lac Nipissing (Ontario).
  • 9 La rivière des Outaouais, qui prend sa source dans le lac Témiscamingue (Québec).
  • 10 Aujourd’hui île du Grand Calumet, dans la rivière des Outaouais, à quelque cent kilomètres à vol d (...)
  • 11 Le texte laisse à peine deviner que le Grand Castor remonta le rivière des Outaouais jusqu’au lac (...)
  • 12 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « vissent » par le même verbe à l’indicatif p (...)
  • 13 « Cotiser, v. act. Marquer à chacun la quantité de ce qu’il doit payer d’une somme qui est à lever (...)

2Les Nepissings, ou autrement dit les Nepissiniens, Amikoüas5 et touts leurs alliés asseurent, que les Amikoüas, qui signiffie descendans du Castor, tirent leur origine du cadavre du Grand Castor, d’où est sorty le premier homme de cette nation, que ce Castor partit du lac Huron6 et entra dans la riviere, qu’on nomme des François7. Ils disent que l’eau venant à luy manquer, il y fit des escluses qui sont à present des rapides, et des portages. Quand il fust arrivé à la riviere qui prend son origine du Nepissing8, il la traversa et suivit plusieurs autres petits ruisseaux qu’il passa. Il fit ensuitte une petite digue de terre, mais s’apercevant, que le courant des eaux la penetroit d’un costé, il fut obligé de faire des escluses de distance en distance, afin d’avoir suffisament de l’eau pour passer. Il tomba enfin dans la riviere qui vient d’Outenul-kamé, où il s’attacha encore à faire des escluses dans les endroits, où il ne trouvoit pas assez d’eau9. Ce sont presentement des chaussées et des rapides, où l’on est obligé de faire des portages. Ayant ainsy passé plusieurs années dans ses voyages, il voulut remplir la terre des enfans, qu’il y laissoit, et qui s’estoient multipliés partout où il avoit passé en s’enfoumant dans les ruiss[eau]x, qu’il avoit decouverts dans son chemin, et arriva enfin au dessous des Calumets10. Ce fut là qu’il fit pour la derniere fois des escluses, et que en tournant sur ses pas, il vit qu’il avoit formé un beau lac, et y mourust. Ils croyent qu’il est enterré au nord de ce lac vers l’endroit, où la montagne paroit aux yeux comme la forme d’un castor, et que son tombeau y est. C’est pourquoy il l’appellent le lieu où repose le Castor tué11. Quand les nations passent par là, ils l’invoquent et envoyent de la fumée en l’air pour honnorer sa memoire, et le prier de leur estre favorable dans la marche, qu’ils ont à faire. Si quelque etranger ou quelque pauvre femme veuve estant en disette proche de ces Amikoüas, ou de quelqu’une de leur famille, ils vissent12 une branche rongée la nuit par quelque castor, le premier, qui la trouve à l’entrée de la tante, la ramasse, et la porte au maistre de la famille, qui fait faire aussytot un amas de vivre pour ce pauvre, qui a memoire de leurs ancestres. Et ceux des villages cottisent13 de bonne volonté pour faire un present à celuy, qui leur a fait l’honneur de les faire ressouvenir de leur origine. Ils n’en usent pas de meme avec les François depuis qu’ils se sont moqués d’eux et de leur superstition.

Notes

1 Dans la Relation de 1666-1667, Claude Allouez observe que les Outaouais ont « en veneration toute particuliere, une certaine beste chymerique, qu’ils n’ont jamais veuë, sinon en songe ; ils l’apellent Missibizi ; ils la reconnoissent pour un grand genie, auquel ils font des sacrifices, pour obtenir bonne pesche d’esturgeon » (JR, vol. 50, p. 288). Si dans la Relation de 1672-1673, on compare « Missipissi » à « Neptune » (JR, vol. 57, p. 286), Sébastien Rasles, dans une lettre à son frère, datée du 12 octobre 1723, explique que « Michibichi » est « le Manitou des eaux et des poissons » chez les Amérindiens de l’Acadie (JR, vol 67, p. 158). Sur le « tigre », voir infra, p. 265, n. 31.

2 Le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus borealis), communément appelé chevreuil, est le cervidé le plus commun de l’Amérique du Nord. Les bois du mâle repoussent chaque année, du printemps à la fin du mois d’octobre, et tombent au cours du mois de décembre. L’hiver, l’animal forme souvent des hardes impressionnantes (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 365-368 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 11-13; W. F. Ganong, « Identity of the Animais and Plants », p. 209 et 211). Sur l’élan, voir supra, p. 199, n. 21.

3 Comme le signale Jules Tailhan, qui cite Jacques Gravier, un culte semblable était pratiqué par les Illinois : voir « Lettre du Père Jacques Gravier en forme de Journal de la Mission de l’Immaculée Conception de N. D. Aux Ilinois », dans JR, vol. 64, p. 186-188, et J. Tailhan, dans Mémoire, p. 177, n. 2.

4 Selon Bacqueville de La Potherie, « Meteomek » serait « le Dieu des glaces » (HAS, t. II, p. 10). Mais peut-être Bacqueville de La Potherie ne fait-il que reprendre à son compte une information de Perrot. Nous ignorons tout de cette divinité, dont le nom provient peut-être de « Matchi manito » : mauvais esprit (voir Frederic Baraga, A Dictionary of the Otchipwe Language, Minneapolis, Ross & Haines, 1966).

5 Il s’agit des Amikoués, aussi appelés Amikouets.

6 Le nom est demeuré au lac.

7 Aujourd’hui French River, qui relie le lac Nipissing à la baie Georgienne, au nord du lac Huron (Ontario).

8 Sans doute l’actuelle rivière Mattawa, au nord-est du lac Nipissing (Ontario).

9 La rivière des Outaouais, qui prend sa source dans le lac Témiscamingue (Québec).

10 Aujourd’hui île du Grand Calumet, dans la rivière des Outaouais, à quelque cent kilomètres à vol d’oiseau au nord-ouest de Gatineau (Québec). Plusieurs rapides (rapides Noirs, rapides Norman, chute du Calumet) obligeaient les voyageurs à faire des portages à la hauteur de l’île. Selon Pierre-Georges Roy, on a ainsi nommé l’endroit parce que les Amérindiens s’y arrêtaient pour fumer le calumet de paix (Noms géographiques de la province de Québec, Lévis, s. é., 1906, p. 203). D’autres rapides (rapides Deschênes, rapides Remic, petits rapides de la Chaudière, Long Saut, pour nous en tenir aux plus connus) se trouvent en aval de l’île du Grand Calumet.

11 Le texte laisse à peine deviner que le Grand Castor remonta le rivière des Outaouais jusqu’au lac Nipissing, où il mourut. Dans son Journal, Charlevoix, qui n’est jamais passé dans la région du lac Nipissing, a repris le texte de Perrot sur les activités du Grand Castor et précise que la montagne où il serait mort se trouve « sur le bord septentrionnal, du lac Nipissing ». Mais Charlevoix insiste surtout sur le caractère fabuleux du mythe : « cette Montagne », explique-t-il, « présente assez naturellement, d’un certain côté, la figure d’un Castor ; & c’est, sans doute, ce qui a donné lieu à faire tous ces Contes ; mais les Sauvages soutiennent que c’est le grand Castor, qui a donné cette forme à la Montagne, après l’avoir choisie pour le lieu de sa sépulture » (Journal, 1.1, p. 582). Le castor américain (Castor canadensis), à tête plus large et à la robe plus foncée que celui d’Europe, est un mammifère aquatique à queue plate, aux pattes palmées et aux dents longues, pointues, poussant sans cesse. L’animal, qui vit en colonie, érige des digues pour régulariser le niveau de l’eau des plans d’eau ou des cours d’eau où il construit une hutte, qui peut atteindre quatre mètres de diamètre et un mètre et demi de hauteur. Le castor se nourrit de l’écorce des feuillus, notamment de celle des peupliers, sa nourriture préférée. La fourrure du castor a longtemps constitué la base de l’économie de la colonie (voir A. W. F. Banfield, Mammifères du Canada, p. 146-150 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 70- 73).

12 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « vissent » par le même verbe à l’indicatif présent : « voient ».

13 « Cotiser, v. act. Marquer à chacun la quantité de ce qu’il doit payer d’une somme qui est à lever sur quelque Communauté. On cotise les personnes à proportion de leurs biens, de leur industrie, de leur trafic » (Furetière, 1690).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search