Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Relligion des nations Sauvages ou plustot superstition

Texte intégral

  • 1 L’absence de culte réglé chez les Amérindiens a amené les voyageurs et les missionnaires à nier l’ (...)
  • 2 Thèse niée par Lafitau (Moeurs, t. I, p. 413-416) et par Charlevoix (Journal, t. II, p. 689).
  • 3 L’isolement de la femme au moment d’un accouchement est aussi attesté par Bacqueville de La Pother (...)

1On ne sçauroit dire, que les Sauvages professent quelque doctrine. Il est constant qu’ils ne suivent pour ainsy dire aucune relligion1. Ils observent seulement quelques coustumes judayques : car ils ont certaines festes dans lesquelles ils ne se servent point de cousteau pour couper les viandes cuittes, qu’ils devorent avec les dents2. Les femmes ont aussy coustume, quand elles mettent leurs enfants au monde, d’estre un mois sans entrer dans la cabane de leur mary, et ne peuvent pas mesme pendant tout ce temps là manger avec les hommes, ny de ce qui a esté preparé de leurs mains. C’est pourquoy elles font leur cuisine en particulier3.

  • 4 Sur le Grand-Lièvre, voir supra, p. 179, n. 16.
  • 5 Dans la cosmogonie des Hurons (voir Jean de Brébeuf, Relation des Hurons, dans Relation de 1636, d (...)
  • 6 Après avoir signalé l’existence de « genies » bienfaisants, dont le Soleil et la Lune, chez les Ou (...)
  • 7 Claude Allouez observe que les Outaouais invoquaient leurs divinités avant d’aller à la chasse, à (...)

2Les Sauvages ne connoissent pour divinités principales, que le grand Lievre, le Soleil, et les Diables, j’entends ceux qui ne sont pas convertis. Ils invoquent le plus souvent le Grand Lievre, parce qu’ils le respectent, et l’adorent comme le createur de la terre4, et le Soleil comme l’auteur de la lumiere5, mais s’ils mettent les Diables au nombre de leurs divinités, et s’ils les invoquent, c’est parce qu’ils les craignent, et qu’ils leur demandent la vie dans les invocations, qu’ils leur font6. Ceux d’entre les Sauvages, que les François nomment jongleurs, parlent au Demon, qu’ils consultent pour la guerre et la chasse7.

  • 8 Observation semblable chez Claude Allouez : voir supra, n. 6. Le griffon et le dragon sont des ani (...)
  • 9 Commentaire en marge du texte : « C’est qu’ils sont si gras qu’ils n’ont pas besoin de manger. Les (...)

3Ils ont encore plusieurs autres divinités, qu’ils prient, et qu’ils admettent dans l’air, sur la terre, et dans la terre. Celles de l’air sont le tonnerre, les esclairs, et generalement tout ce qui leur y paroit aux yeux, qu’ils ne peuvent pas concevoir, comme la lune, les éclipses, et les tourbillons de vents extraordinaires. Celles qui sont sur la terre consistent dans toutes les creatures malignes, et nuisibles, particulierement les serpens, les tygres, et autres animaux, ou °oiseaux griffons. Ils y comprennent aussy celles qui sont extraordinaires en beauté, ou difformité dans leur espece8. Celles enfin qui sont dans la terre, sont les ours qui passent l’hyver sans manger, ne se nourrissant, que de la substance qu’ils tirent de leur nombril, en le suçant9. Ils regardent de même tous les animaux, qui sejournent dans des cavernes ou dans des trous, qu’ils invoquent lorsqu’en dormant ils ont revé à quelqu’une d’elles.

  • 10 Selon Claude Allouez, le vieillard, qui officiait lors des festins en l’honneur du Soleil, harangu (...)
  • 11 Lafitau compare à « une espece d’holocauste » le festin au cours duquel il fallait manger en silen (...)

4Ils font pour ces sortes d’invocations un festin de vivres, ou de tabac, auquel les anciens sont conviés, et declarent en leur presence le reve qu’ils ont eu en vouant le festin, qui se doit faire à celuy, auquel ils ont revé. Alors un des anciens prend la parole, et nommant la creature, à laquelle se voue le festin : il luy adresse les paroles suivantes, Aye pitié, dit il, de celuy qui t’offre..........°en nommant chaque mets par leur nom, aye pitié de sa famille, accorde luy ce qu’il a besoin. Touts les assistants repondent d’une commune voix Ò O par plusieurs fois, jusqu’à ce que la priere soit achevée. Et ce mot O signiffie la meme chose chez eux qu’ainsy soit il chez nous10. Il y a des nations, °qui dans ces sortes de solemnités, obligent les invités à tout manger, et d’autres ne vous y contraignent pas, vous mangez ce que vous voulez et emportez le reste chez vous11.

  • 12 « Pîndjikosan » : sac de sorcier, selon Georges Lemoine (Dictionnaire français-algonquin, Chicouti (...)
  • 13 Le terme peut désigner plusieurs prédateurs nocturnes, à grosse tête et au cou épais, de la famill (...)
  • 14 Dans ses Mémoires de l’Amérique septentrionale, Lahontan observe que « les Couleuvres en Canada ne (...)
  • 15 On ne trouve pas de perroquets à l’état sauvage au Canada. Toutefois, dans la Relation de 1661-166 (...)
  • 16 Sans cloute la pie-grièche boréale (Lanius excubitor) ou la pie-grièche migratrice (Lanius ludovic (...)
  • 17 Le songe, explique Bacqueville de La Potherie, « n’est autre chose, [...] à les entendre parler qu (...)
  • 18 Commentaire en marge du texte : « elles estoient en terre ».
  • 19 « Se Matacher le visage, écrit Bacqueville de La Potherie, c’est se peindre le visage » (HAS, t. I (...)

5Il se fait d’autres festins parmy ces Sauvages, dans lesquels se pratique une espece d’adoration en vouant à la divinité pretendue, non seulement les mets du festin, mais en etallant à leurs pieds, ce qu’il y a dans un sac de cuir, qu’ils appellent leur sac de guerrier, ou en leur langue, leur Pindikossan12, dans lequel seront des peaux d’hiboux13, de couleuvres14, des foignes blanches, de perroquets15, de pyes16, et d’autres animaux les plus rares. Ils y auront aussy des racines ou des poudres, pour leur servir de medecines avant le festin. Ils jeunent tousjours sans boire, ny manger jusqu’à ce qu’ils ayent rêvé, et durant leur jeune, ils se noircissent de charbons le visage, les espaules, et la poitrine. Ils fument neantmoins du tabac. On asseure, qu’il y en a (ce qui paroitroit incroyable) qui ont jeune jusqu’à douze jours consecutifs, et d’autres moins17. Si le rêve qu’ils ont fait est des divinités, qui sont sur ou dedans la terre, ils continuent de se noircir comme il a esté dit, de charbons ; mais si c’est au grand Lièvre, ou bien aux esprits de l’air, ils se lavent, et se barbouillent de terre noire, et commencent dès le soir la solemnité du festin. Celuy qui en est l’autheur invite deux compagnons, pour l’assister dans cette feste, qui doivent chanter avec luy, pour fleschir la divinité à laquelle ils ont revé, et qui fait le sujet de la ceremonie. Autrefois qu’ils n’avoient pas de fusils, ils faisoient autant de cris, qu’il y avoit de grandes chaudieres au feu pour faire cuire les mets18. Ensuitte celuy, qui donne la feste se met à chanter de concert avec ses deux assistans, qui sont mattachés de vermillon ou d’une ° teinture rouge19. Cette chanson est faite uniquement à l’honneur de la divinité à laquelle il a revé ; car chaque creature animée, ou inanimée ont leur chanson particuliere. Ils continüent pend[an]t la nuit à chanter touttes celles qui sont pour les autres divinités pretendües jusques à ce que touts les conviés soient assemblés. Tout le monde estant rendu, il recommence seul à entonner la chanson qui est particuliere à la divinité du reve.

  • 20 Comme le signale Elisabeth Tooker, chez les Hurons, en plus de servir de met dans des festins, des (...)
  • 21 L’orignal, ou élan (Alces alces americana), est un mammifère de la famille des Cervidés au panache (...)
  • 22 Chez les Hurons et les Iroquois, la tête de l’animal était aussi offerte aux chefs ou à ceux qu’on (...)
  • 23 « On appelle le haut bout, le bas bout, dans les seances & ceremonies où les rangs sont distingués (...)
  • 24 Commentaire en marge du texte : « faux il est assi [sic] ». Dans une note, Jules Tailhan, qui cite (...)
  • 25 Le verbe « adore » a été biffé par une main différente de celle du copiste et remplacé par : « aun (...)
  • 26 Sans doute les Outaouais faisaient-ils en sorte que les Français n’entendent pas leurs harangues, (...)

6Ce festin est de quelque chien, qui est reputé le premier, et le plus considerable de touts les mets20. Ils l’accompagnent de plusieurs autres, comme de viande d’ours, d’orignal21, ou de celle de quelqu’autre grosse beste. S’ils n’en avoient point, on suppleeroit avec du bled d’Inde, qu’ils assaisonnent de graisse, et qu’ils versent ensuitte sur les plats de chaque convié. Vous remarquerez, que pour rendre ce repas solemnel, il faut qu’il y ait un chien, dont la teste est presentée au chef de guerre le plus consid[éra]ble, et les autres parties aux guerriers22. Quand les mets sont cuits, on descend les chaudieres, et un des escuyers va faire les cris dans le village, pour faire sçavoir, que le festin est preparé, et que chacun y peut venir. Il est permis aux hommes de s’y trouver avec leurs armes, et aux vieillards avec chacun leur plat. On n’y observe point de haut bout23. Tout le monde y prend sa place confusément. Les estrangers y sont bien venus, ainsy que ceux du lieu. °On les y sert même les premiers et de ce qu’il y a de meilleurs dans le repas. Quand un chacun a pris sa place, le maistre de cette ceremonie, qui se tient tousjours debout24 assisté de ces deux compagnons ayant sa femme et ses enfans assis à ses costés, qui sont parés de ce qu’il a de bijoux considerables, et ses deux compagnons armés comme luy d’un javelot, ou bien d’un arc, ou d’un carquois de fleches. Il eleve d’abord sa voix pour se faire entendre de touts les assistans, disant, qu’il sacrifie ces mets à un tel esprit, qu’il nomme et que c’est à luy qu’il les voue. Voicy quels sont les termes dont il se sert. °Je t’aunore ou te salue25, dit il, et t’invoque, afin que tu me sois favorable dans l’entreprise, que je fais, et que tu aye[s] pitié de moy et de toute ma famille. J’invoque touts les mechans esprits, et les bons, touts ceux qui sont dans les airs, sur la terre, et dans la terre, afin qu’ils me conservent, et ceux de mon party, et que nous puissions retourner, aprés un heureux voyage, dans nostre pays. Alors touts les assistans repondent d’une commune voix O, O. Ces sortes de festins ne se font ordinairement, que pour l’occasion d’une guerre, ou autres entreprises à faire dans les voyages contre leurs ennemis. S’il se trouve quelque François parmy eux, ils ne prononcent pas J’invoque les mechants esprits. Ils font seulement semblant de ne s’adresser qu’aux bons. Mais les mots, dont ils se servent dans ces sortes d’invocations sont si particuliers, qu’il n’y a qu’eux qui les entendent26. Ils ont ordinairement recours à ceux des esprits, qu’ils croyent les plus puissans, et qui peuvent leur estre plus propices que les autres. Ils s’imagineroient meme ne pouvoir eviter les accidents, qui leur arriveraient de la part des ennemis, maladie, ou quelqu’autre infortune, s’ils avoient obmis ces sortes d’invocations.

7Le maistre du festin, ayant achevé de les faire dans la posture, qui a esté dit cy devant avec son arc, et son carquois de fleches, son javelot, ou son poignard, monstre un visage le plus colereux, qu’il luy est possible, entonne sa chanson de guerre, et fait à chaque sillabe, qu’il prononce, des contorsions de la teste et du corps les plus terribles, qu’on puisse jamais voir. Le tout va cependant en cadence, car la voix et le corps s’accordent dans le meme instant avec les demonstrations de son animosité, qui font connoitre que son courage augmente de plus en plus, marchant tousjours, sur les tons, et la cadence de sa chanson, d’un bout à l’autre de l’endroit, où se fait le festin. Il va, et vient ainsy plusieurs fois en continuant ses gestes, et quand il passe devant les conviés, qui sont assis à platte terre des deux costés, et sur toutes les faces, ils repondent à son chant sans discorde, s’ecrians touts unanimement, Ouiy, Ouiy, du fond du gozier. Mais ce qu’il y a de plus agreable °dans les cadences, c’est qu’en certains endroits de sa chanson, il prononce deux ou trois sillabes bien plus promptement, que les autres. Touts les assistans en font de meme pour repondre Ouiy plus viste suivant le temps, que la cadence le demande. Cela est si regulierement observé, que de cinq cents ensemble il ne s’en trouverait pas un d’eux, qui y manquât.

  • 27 Dans la Relation de 1634, Paul Lejeune observe au sujet des Montagnais qu’il «n’y a que les chasse (...)

8Touttes les femmes, les enfants, et generalement ceux, qui sont dans le village, et qui ne sont pas conviés au festin s’y rendent pour estre spectateurs de la solemnité27. Ils en perdent le boire, et le manger, et abandonnent souvent leurs cabanes, qu’ils exposent à estre volées par d’autres Sauvages, qui sont naturellem[en]t portés au larcin.

9Le maistre du festin, ayant finy ses tours en chantant, reprend sa place, et se tient dans la meme situation, qu’il estoit auparavant. Un de ses compagnons le releve, qui joue le meme personnage, qu’il luy a veu faire, et qui vient, après avoir achevé, se rejoindre au maistre du festin. L’autre compagnon chante aussy à son tour, et aprés luy, enfin tous les conviés alternativement, qui s’efforcent à l’envie de paroitre les plus furieux. Les uns en chantant remplissent leurs plats de cendre rouge, et de charbons ardents, qu’ils jettent sur les spectateurs, qui s’ecrient ensemble d’une voix très forte, mais lente, ouiy. Les autres prennent des tysons de feu, qu’ils envoyent en l’air. Il y en a quelques uns, qui font mine de casser la teste à des assistans. Ces derniers sont obligés de reparer cet affront à celuy, qu’ils ont feint de fraper, en lui faisant present de vermillon, d’un cousteau, ou de quelqu’autre chose de pareille valeur. Il n’est permis qu’aux guerriers, qui ont tué, ou fait des prisonniers d’en user de la sorte, ces feintes signifiant, que c’est ainsy qu’ils ont tué des ennemis. Mais s’il luy arrivoit de ne rien donner à celuy, auquel il se seroit adressé dans la compagnie, il luy diroit en presence de tout le monde qu’il a menty, et que jamais il n’a esté capable d’en tuer aucun, ce qui le couvrirait de confusion.

  • 28 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « pour » par la préposition « par ». Plus bas (...)
  • 29 Observations semblables chez Paul Lejeune, qui écrit dans la Relation de 1636: « chacun a sa chans (...)

10Pendant que toutes ces chansons durent, ils se montrent fiers, intrepides, et prets à surmonter encore touts les dangers, qui se sont cy devant presentés dans les endroits, où ils ont esté en guerre. Et cessant de chanter en certains moments, les assistans s’ecrient tous à la fois, ouiy, et continuent aprés à chanter successivement dans l’assemblée chacun à son tour, quelquefois trois ou quatre ensemble, qui se placeront, un à chaque bout, et au milieu de l’endroit, où se fait le festin. Et marchant d’un bout à l’autre se rencontrent sans perdre la moindre cadence de leur chanson, ny changer des contorsions dans leur visage, et dans leurs corps, quoyqu’ils chantent differentes chansons avec differents gestes. Les assistans suivent, et repondent à leur tour dans le moment, que les danseurs passent devant eux. Car il faut sçavoir que chacun a sa chanson particuliere, et qu’on ne peut pas chanter celle de son camarade, sans luy faire une insulte, qui attirerait un coup de casse tete à celuy, qui auroit chanté la chanson de guerre d’un autre, estant le plus grand affront, qu’on luy sçauroit faire dans une assemblée, où il est present. Elle ne peut estre meme chantée après sa mort, les jours de solemnités, que pour28 ceux de la famille, qui relevent son nom. Il est cependant permis de la dire devant luy hors de ces jours de festes, pourveu qu’on ne s’assisse pas, et qu’il sache, qu’on ignore en la chantant que ce soit la sienne29.

  • 30 Commentaire en marge : « faux car ils ne sont point sur leur bouche, mais mangent beaucoup quand i (...)

11Quand tout le monde de l’assemblée a chanté, ceux que l’on a destiné pour servir, prennent d’abord les plats des estrangers qu’ils remplissent pour les porter devant eux. Ils servent ensuitte leurs chefs, et dans °ces deux premiers services, ils donnent ce qu’il y a de meilleur dans le festin. Ils servent les autres conviés confusément, et sans distinction, qui sont touts assis à platte terre : car elle leur sert de table où ils posent entre leurs jambes les plats, qu’on leur aporte. Chacun y doit estre °surtout muny de son plat, autrement il n’auroit pas sa part. C’est à quoy ils ne manquent guerre ; le Sauvage estant naturellement trop gourmand, pour s’oublier dans une occasion, où il s’agit de se bien remplir le ventre30.

  • 31 D’autres voyageurs ont décrit le cérémonial qui précède le départ des guerriers et leur marche en (...)

12Quand on a resolu de faire une marche generale, ou de former de petits partys, le general fait un festin de pareille nature, que celuy dont on vient de parler. Ceux °qui veulent s’y trouvent pour s’enroller avec luy : car il ne serait acccompagné de personne, s’il ne les avoit regalé[s] auparavant. On fait la marche qui se doit faire comme il l’a prescrit. Pendant qu’elle dure, ce generai a le visage, les espaules, et la poitrine noircies de terre, ou de charbons. Il a bien soin aussy de chanter en decampant touts les matins sa chanson de mort sans y manquer, jusques à ce qu’il soit hors de danger, ou retourné dans son village ; où il fait encore un festin, en cas qu’il ne luy soit arrivé aucune infortune, pour remercier l’esprit, qui l’a favorisé dans son voyage, auquel sont conviés les chefs du village, et ceux, qui l’ont accompagné dans son entreprise31.

Notes

1 L’absence de culte réglé chez les Amérindiens a amené les voyageurs et les missionnaires à nier l’existence de toute religion parmi eux. Aussi Jules Tailhan peut-il appuyer l’affirmation de Perrot par un nombre important de textes, de Samuel de Champlain à Mathurin Le Petit (voir Mémoire, p. 166-170, n. 1, et p. 338-339).

2 Thèse niée par Lafitau (Moeurs, t. I, p. 413-416) et par Charlevoix (Journal, t. II, p. 689).

3 L’isolement de la femme au moment d’un accouchement est aussi attesté par Bacqueville de La Potherie (HAS, t. II, p. 32) et par Lamothe-Cadillac (« Relation » dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 103-104).

4 Sur le Grand-Lièvre, voir supra, p. 179, n. 16.

5 Dans la cosmogonie des Hurons (voir Jean de Brébeuf, Relation des Hurons, dans Relation de 1636, dans JR, vol. 10, p. 132 ; e. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 141-142), dans celle des Micmacs (voir C. Leclercq, Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 337-340), ainsi que dans celle des Natchez, chez lesquels les chefs descendaient du soleil (voir Charlevoix, Journal, t. II, p. 805 ; Mathurin Le Petit, Lettre du 12 juillet 1730, dans JR, vol. 68, p. 124-130), le soleil occupe une place importante.

6 Après avoir signalé l’existence de « genies » bienfaisants, dont le Soleil et la Lune, chez les Outaouais, Claude Allouez rappelle que ceux-ci croient aussi à l’existence de génies « malfaisans, comme la couleuvre, le dragon, le froid & les tempestes », avant d’ajouter que « generalement tout ce qui leur semble ou advantageux, ou nuisible, ils l’appellent un Manitou, & leurs rendent le culte & la veneration que nous ne rendons qu’au vray Dieu » (Relation de 1666-1667, dans JR, vol 50, p. 284). Les Amérindiens croyaient que « chaque espece de bestes, de poissons & d’oiseaux, [avait] un genie particulier » qui veillait à sa conservation et le défendait du mal qu’on voulait lui faire (Relation de 1671-1672, dans JR, vol. 56, p. 126).

7 Claude Allouez observe que les Outaouais invoquaient leurs divinités avant d’aller à la chasse, à la pêche, à la guerre, ou avant de partir en voyage, puis il décrit le cérémonial des invocations, au cours desquelles un « vieillard des plus considerables de la Bourgade » faisait « fonction de Prestre » (voir Relation de 1666-1667, dans JR, vol. 50, p. 284). Ce rôle attribué aux « jongleurs » n’est pas exclusif aux Outaouais. On le retrouve partout en Amérique du Nord.

8 Observation semblable chez Claude Allouez : voir supra, n. 6. Le griffon et le dragon sont des animaux fabuleux.

9 Commentaire en marge du texte : « C’est qu’ils sont si gras qu’ils n’ont pas besoin de manger. Les chats ou marmottes, et les siffleurs ne mangent non plus que les ours. » Pour leur part, Bacqueville de La Potherie (HAS, t. II, p. 34), Diéreville (Relation du voyage du Port Royal de l’Acadie, édition critique par Normand Doiron, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1997, p. 249), Pénicaut (« Relation », p. 418) et l’auteur anonyme des « Lettres Canadiennes et Memoires de ce qui S’est passe de plus Remarquable dans les Cours de l’Europe et ailleurs depuis l’an 1700 » (ANC, MG 18, H 52, vol. 1, f. 176) estimaient que c’étaient leurs pattes que les ours suçaient pour en tirer une substance dont ils se nourrissaient pendant l’hiver. Sur l’ours noir (Ursus americanus), un plantigrade répandu dans tout le Canada et dans une grande partie des États-Unis, voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 283-286.

10 Selon Claude Allouez, le vieillard, qui officiait lors des festins en l’honneur du Soleil, haranguait l’astre pendant que les conviés mangeaient. Ensuite, un homme prenait un « pain de perun », le rompait en deux et le jetait dans le feu : tous criaient pendant que l’offrande brûlait et que la fumée montait au ciel (voir Relation de 1666-1667, dans JR, vol. 50, p. 282-284).

11 Lafitau compare à « une espece d’holocauste » le festin au cours duquel il fallait manger en silence tout ce que l’on présentait aux convives (Mœurs, t. 1, p. 515-516). Les Hurons distinguaient aussi deux types de festins (voir E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 73-76).

12 « Pîndjikosan » : sac de sorcier, selon Georges Lemoine (Dictionnaire français-algonquin, Chicoutimi, G. Delisle, Imprimeur, Bureaux du journal « Le Travailleur », 1909).

13 Le terme peut désigner plusieurs prédateurs nocturnes, à grosse tête et au cou épais, de la famille des Strigidés, notamment le grand-duc d’Amérique (Bubo virginianus), dont l’aire d’extension comprend toute l’Amérique du Nord, le hibou moyen-duc (Asio otus) ou le hibou des marais (Asio flammeus), dont les aires de nidification couvrent l’ensemble du Canada. Mais d’autres volatiles de la même famille ne sont pas à exclure : le harfang des neiges (Nyctea scandiaca), la chouette rayée (Strix varia), par exemple (voir C. S. Robbins et al., Guide des oiseaux, p. 174-177).

14 Dans ses Mémoires de l’Amérique septentrionale, Lahontan observe que « les Couleuvres en Canada ne font point de mal » (Œuvres complètes, t. 1, p. 581). La couleuvre est un serpent non venimeux (famille des Colubridés) qui comprend plusieurs espèces. La couleuvre la plus répandue au Canada est la couleuvre rayée (Thamnophis sirtalis), facilement identifiable à ses bandes jaunes ou brunâtres sur un fond brun ou noir (voir Francis R. Cook, Introduction aux amphibiens et reptiles du Canada, Ottawa, Musées nationaux du Canada, 1984, p. 139-151).

15 On ne trouve pas de perroquets à l’état sauvage au Canada. Toutefois, dans la Relation de 1661-1662, Jérôme Lallemant signale lui aussi l’existence de « petits Perroquets » dans les régions situées au sud du Canada (JR, vol. 47, p. 146). Sans doute s’agit-il de la perruche de la Caroline (Corunopsis carolinensis), le seul oiseau indigène de la famille des Psittacidés présent au sud-est des U. S. A. (voir Marcel Legendre, Perroquets et perruches, Paris, Éditions N. Boubée, 1962, p. 77-78). Quant aux « foignes blanches », Emma Helen Blair pense qu’il s’agit d’une erreur du copiste et qu’il faut plutôt lire « cygnes » (voir The Indian Tribes of the Upper Mississippi Valley and Region of the Great Lakes, 1911-1912, t. 1, p. 50, n. 26). De fait, ni les dictionnaires du xviie et du xviiie siècle, ni les dictionnaires des langues régionales, anciennes ou modernes, ne recensent le terme « foigne ».

16 Sans cloute la pie-grièche boréale (Lanius excubitor) ou la pie-grièche migratrice (Lanius ludovicianus), qui hivernent au Canada (voir C. S. Robbins et al., Guide des oiseaux, p. 260-261).

17 Le songe, explique Bacqueville de La Potherie, « n’est autre chose, [...] à les entendre parler que leur Ame qui sort de leur corps pendant le sommeil [...]. Cette ame va chercher quelque chose qui lui soit agreable ; quand elle l’a trouvé elle veut l’avoir. Quand l’homme pense à avoir cela, & qu’il ne s’en met pas en peine, l’Ame s’afflige & elle menace le corps de sortir pour toûjours : c’est pour cela qu’ils honorent le Songe, & font ce qu’ils peuvent pour le contenter » (HAS, t. III, p. 6). Même s’il pense ici aux Iroquois, ce que dit Bacqueville de La Potherie s’applique à l’ensemble des Amérindiens du Canada, qui attachaient beaucoup d’importance aux rêves. « Un songe en France n’est qu’un songe », écrit Barthelemy Vimont, « mais c’est icy un poinct de Theologie, ou un article de Foy » (Relation de 1642, dans JR, vol. 21, p. 226). Pour sa part, Lafitau constate que les Amérindiens ont « un entêtement pour leurs Songes, qui passe toute imagination ». À l’instar de Bacqueville de La Potherie, il explique que les Amérindiens « se persuadent, qu’effectivement leur ame voyant le corps plongé dans le sommeil, profite de ces momens pour aller se promener ; après elle revient à son gîte, ou bien que l’esprit avec qui ils sont en commerce, s’appliquant à l’ame immédiatement dans une espece d’extase, lui fait connoître ce qui lui est nécessaire. À leur réveil ils croyent qu’elle a vû réellement ce qu’ils ont pensé dans leurs Songes, & ils agissent consequemment » (Moeurs, t. I, p, 363).Voir aussi les observations de Jean de Brébeuf, dans la Relation de 1636 (JR, vol. 10, p. 168-172), celles de Claude Dablon sur le jeûne imposé aux enfants pour qu’ils trouvent leurs Manitous (Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 140-142), celles de Louis André sur les songes précédant la chasse, la pêche et la guerre (Relation de 1672-1673, dans JR, vol. 57, p. 272-274), ou celles de Charlevoix, qui précise « que ce que les Sauvages appellent jeûner, c’est ne rien prendre du tout », pas même « une goutte d’Eau » (Journal, t. I, p. 293).

18 Commentaire en marge du texte : « elles estoient en terre ».

19 « Se Matacher le visage, écrit Bacqueville de La Potherie, c’est se peindre le visage » (HAS, t. III, « Termes et expressions des Sauvages », n. p.).

20 Comme le signale Elisabeth Tooker, chez les Hurons, en plus de servir de met dans des festins, des chiens étaient souvent sacrifiés au cours des festins à caractère religieux (Ethnographie des Hurons, p. 35, 39, 67, 73, 74, 84-85, 87, 96, 105, 116, 166, n. 123, 174, n. 169, et p. 175, n. 186). Voir aussi Pierre Biard, Rektion de 1616, dans JR, vol. 3, p. 126 ; Paul Lejeune, Relation de 1634, dans JR, vol. 7, p. 222 ; P. Lejeune, Relation de 1635, dans JR, vol. 8, p. 124 ; P. Lejeune, Rektion de 1636, dans JR, vol. 9, p. 110, et vol. 10, p. 228 ; F.-J. Le Mercier, Rektion de 1637, dans JR, vol. 13, p. 42,44 et 228 ; J. Lallemant, Rektion de 1639, dans JR, vol. 17, p. 146,164 et 196 ; Rektion de 1640-1641, dans JR, vol. 20, p. 168 ; Relation de 1642-1643, dans JR, vol. 23, p. 220 ; Relation de 1652-1653, dans JR, vol. 40, p. 238 ; J. De Quen, Rektion de 1655-1656, dans JR, vol. 42, p. 196 ; « Lettre du Père Sébastien Rasles, Missionnaire de la Compagnie de Jésus dans la Nouvelle France, à Monsieur son Frère », dans JR, vol. 47, p. 162 et 222.

21 L’orignal, ou élan (Alces alces americana), est un mammifère de la famille des Cervidés au panache impressionnant. L’aire d’extension de l’animal comprenait tout le Canada (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 368-371 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 15-16 ; W. F. Ganong, « Identity of the Animals and Plants », p. 215 et 228).

22 Chez les Hurons et les Iroquois, la tête de l’animal était aussi offerte aux chefs ou à ceux qu’on respectait le plus (E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 73 ; G. Sagard, Le Grand Voyage du pays des Hurons, p. 200-201). Selon William N. Fenton, que cite E. Tooker (op. cit., p. 166, n. 123), le festin, au cours duquel on honorait la tête d’un animal, évoquait une forme de cannibalisme rituel ancien (voir W. N. Fenton, « The Iroquois Eagle Dance, an Offshoot of the Calumet Dance », dans Bureau of American Ethnology, Bulletin n° 156, 1953, p. 106-107).

23 « On appelle le haut bout, le bas bout, dans les seances & ceremonies où les rangs sont distingués, les places les plus ou les moins honorables » (Furetière, 1690).

24 Commentaire en marge du texte : « faux il est assi [sic] ». Dans une note, Jules Tailhan, qui cite Pierre Millet, donne raison à Perrot contre son critique, du moins dans le cas des Iroquois (voir Mémoire, p. 172-173, n. 7). Mais Pierre Millet n’écrit pas que celui qui fait le festin demeure debout au moment de manger. Il observe qu’il fait une « harangue, soit en se tenant debout, soit le plus souvent, en se promenant », puis que « tout se termine par un festin, et par l’offrande de plusieurs présents qu’ils se font les uns aux autres » (Relation de 1673-1674, dans JR, vol. 58, p. 184-186). Pour sa part, E. Tooker, écrit : « habituellement celui qui donnait le festin ne mangeait pas, mais il fumait, chantait et causait avec ses invités. Cependant, contrairement à l’usage, certains maîtres de festin mangeaient — il est vrai que cela était rare » (Ethnographie des Hurons, p. 73).

25 Le verbe « adore » a été biffé par une main différente de celle du copiste et remplacé par : « aunore ou te saluë ».

26 Sans doute les Outaouais faisaient-ils en sorte que les Français n’entendent pas leurs harangues, soit pour éviter leurs observations peu amènes, soit de peur qu’ils n’interfèrent dans leurs pratiques cultuelles et qu’ils n’en annulent l’efficacité.

27 Dans la Relation de 1634, Paul Lejeune observe au sujet des Montagnais qu’il «n’y a que les chasseurs effectivement & ceux qui l’ont esté, qui soient ordinairement conviez aux festins, les femmes vesves [veuves] y vont aussi: notamment si ce n’est pas un festin à manger tout, les filles, les femmes mariées, & les enfans en sont quasi tousjours exclus» (JR, vol. 6, p. 278).

28 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « pour » par la préposition « par ». Plus bas, Perrot décrit succinctement la cérémonie au cours de laquelle on remplace un mort : voir infra, p. 234-236.

29 Observations semblables chez Paul Lejeune, qui écrit dans la Relation de 1636: « chacun a sa chanson, qu’un autre n’oseroit chanter, & il s’en offenserait. C’est pour ce mesme sujet que pour déplaire à leurs ennemis, ils entonnent quelquefois de celles du party contraire » (JR, vol. 9, p. 110).

30 Commentaire en marge : « faux car ils ne sont point sur leur bouche, mais mangent beaucoup quand il le faut et jeune[nt] de même. » L’observation a étonné Jules Tailhan, qui écrit : « Ce n’était vraiment pas la peine de donner un démenti à Perrot, pour affirmer ensuite la même chose. Perrot n’a jamais nié que les Sauvages ne fussent d’intrépides jeûneurs quand ils n’avaient rien à se mettre sous la dent, ou quand la superstition, plus puissante sur eux que la gloutonnerie, leur imposait l’obligation d’une abstinence momentanée; mais ce qu’il affirme, et ce qui est vrai, c’est qu’en toute autre occasion, ils mangeaient avec un appétit qu’eussent envié les héros d’Homère, et mettaient au service de leurs hôtes une voracité que ne fatiguait pas un jour entier employé à la satisfaire» (Mémoire, p. 174, n. 11). Sur ces festins, voir HAS, t. II, p. 12-14.

31 D’autres voyageurs ont décrit le cérémonial qui précède le départ des guerriers et leur marche en des termes proches de ceux de Perrot, entre autres Charlevoix, Journal, t. I, p. 479-482, 485-488 et 506-515 ; Lafitau, Moeurs, t. III, p. 176-177, 203-206 et 219-225 ; A. Laumet, dit Lamothe-Cadillac, « Relation », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 88-91 ; Antoine- Denis Raudot, « Relation par lettres » (ANF, Col. 122, f. 63-64 et 213-214).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search