Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Premieres guerres des Irroquois voisins des Algonkins avec lesquels ils estoient en paix et le sujet de leur guerre

Texte intégral

  • 1 Commentaire ajouté en marge du texte : « faux ; ils n’ont jamais étés si proche voisins qu’à prese (...)
  • 2 « Ils ne mangent que du rôti & du boüilli, avalant quantité de bouillons de viande & de poisson », (...)
  • 3 « Jetter, signifie simplement, Pousser ou remuer sans faire un grand effort [...] Il faut jetter l (...)
  • 4 Les ravages sont les « traces du passage des gros animaux des bois » (N.-E. Dionne, Le Parler popu (...)
  • 5 Selon le Dictionnaire de Trévoux (1721), les « bancs de glace » sont de « grands glaçons ». Dans l (...)

1Le pays des Irroquois estoit autrefois le Montreal, et les trois Rivieres1. Ils avoient pour voysins les Algonkins qui demeuroient le long de la riviere des Outaoüas, au Nepissing, dans la riviere des François, et entre icelle et Taronto. Les Irroquois n’estoient pas chasseurs. Ils labouroient la terre, et vivoient des racines qu’elle produisoit, et du grain qu’ils semoient. Les Algonkins au contraire ne subsistoient que de leur chasse, meprisant l’agriculture comme une chose peu convenable à leur fiereté ambitieuse, et qu’ils regardoient infiniment au dessous d’eux, tellement que les Irroquois se consideroient en quelque maniere comme leurs vassaux. Cela ne les empeschoit pas d’estre en commerce ensemble. Ils leur aportoient du grain pour des viandes seiches, et des peaux qu’ils en retiraient. Les Irroquois ne pouvoient se dispenser de vivre avec eux de la sorte, parce qu’ils estoient bien moins guerriers. Il falloit qu’il parut de la soumission de leur part aux volontés des Algonkins. Il arriva un jour durant la paix qui regnoit entre eux que les Algonkins firent sçavoir aux Irroquois du village le plus voysin, de venir hyverner chez eux, et qu’ils les fourniraient de viandes fraiches pendant l’hyver, qui feraient de meilleur bouillon que les seiches dont la premiere saveur n’estoit que de la fumée2. Ils accepterent l’offre, qu’on leur faisoit. Ils partirent ensuitte quand la saison permit d’aller à la chasse, et s’ecarterent bien avant dans les forests, où ayant achevé de detruire toutes les bestes qui se trouverent dans la circonference des endroits, où l’on pouvoit chasser à leur proximité, ils manquerent de vivres, et furent obligés de decamper, et d’aller plus loin chercher de quoy chasser. Mais comme les Sauvages ne peuvent faire dans un jour qu’une très petite marche, à cause qu’il leur faut porter avec eux cabannes, enfans, et tout ce qui leur est necessaire, quand ils changent d’endroit pour la chasse ; les Algonkins choisirent six jeunes gens de leurs meilleurs chass[eu]rs pour aller tuer des bestes à l’arrivée des gens des deux villages, et engagerent les Irroquois à joindre avec eux six des leurs, qui partageraient la chasse, qu’ils feroient ensemble, et qui viendoient au devant des deux nations avec leur viande. Quand ces douze jeunes gens furent rendus dans un lieu où il y avoit apparence de chasse, les uns s’occuperent au campement, pend[an]t que les autres travailloient à jetter les neiges3, et °à faire des ravages d’elans4. En ayant decouverts ils retournerent vers leurs compagnons, et se fiant sur leur adresse, et leur habileté à chasser, ils conclurent entre eux, que chaque Algonkin seroit accompagné d’un Irroquois quand on escorcheroit les bestes, et qu’on en apporteroit la viande au camp avec les peaux. Le landemain les Algonkins ayant chacun un Irro-quois se disperserent. Ils trouverent plusieurs elans, qu’ils manquerent, à cause qu’ils n’avoient alors que l’usage des fleches, et furent contraints de revenir au camp sans avoir rien pris. Ils y retournerent encore le jour ensuitte, et ne lurent pas plus heureux que le precedent. Les Irroquois, qui s’estoient estudiés à retenir la maniere dont les Algonkins faisoient leurs aproches, demandèrent leur consentement pour chasser separement. Ils repondirent avec beaucoup de fiereté, qu’ils s’estonnoient fort qu’ils osassent se flatter de tüer des bestes, puisq[u]’ils n’en avoient pû tuer eux mesmes. Mais les Irroquois sans les consulter davantage là dessus partirent le lendemain °pour faire leur chasse sans les Algonkins, et arriverent ensuitte chargés de viande à leur camp. Les autres qui n’avoient rien fait voyant, que ceux qu’ils avoient meprisés avoient eu l’avantage, resolurent de leur oster la vie. Ce qu’ils firent : car un jour qu’ils dormoient, ils les assassinerent, et couvrirent leurs corps de neige : à l’egard des viandes, ils les firent secher pour estre plus legeres à porter, et vinrent au devant de leurs gens. Quand on leur demanda ce qu’estoient devenus leurs compagnons, ils repondirent, qu’ils s’estoient touts perdus dans les glaces d’une riviere, qu’ils avoient passée, et pour mieux colorer cette fausseté ils casserent un grand banc de glace5, afin de leur faire voir l’endroit où ils s’estoient noyés.

2Les Algonkins partagerent liberalement les viandes, et en donnerent la plus forte part aux Irroquois. Ils camperent touts °ensemble en cet endroit, et y passerent le reste de l’hyver à la chasse sans aucune nouvelle du meurtre qui y avoit esté commis.

  • 6 Voir supra, p. 187, n. 6.
  • 7 Lac Érié.
  • 8 Ontario « veut dire en langue iroquoise, Beau Lac », écrit Louis Hennepin, qui rappelle qu’on donn (...)
  • 9 Commentaire en marge du texte au sujet des Iroquois : « Depuis qu’ils se sont approchés du lac Ont (...)
  • 10 Voir appendice 10, infra, p. 450-453.

3Quand les neiges commencerent à fondre vers le printemps, les corps de ces morts causerent une puanteur insupportable dans leur camp, qui fit decouvrir les assassins. L’Irroquois s’en plaignit au chef des Algonkins, qui ne luy en rendit aucune justice mais il luy dit d’un air menaçant, que peu s’en falloit, qu’il ne les chassât de leur pays, et qu’il ne les exterminat entierement, que ce n’estoit que par pitié et compassion qu’il leur laissoit la vie. L’Irroquois prit le party de se retirer doucement sans avoir rien à luy repondre là dessus, et donna secretement avis sur le champ aux Irroquois ses alliés des menaces, qu’on luy venoit de faire, et de l’assassin6 qui s’estoit commis. Il fut donc resolu qu’on s’en vengeroit, et peu de temps aprés ils casserent la teste à quelques Algonkins, qu’ils trouverent à l’ecart. Mais ne se trouvant pas capables de prevenir les suittes, que leur attirerait cette action de la part des Algonkins, ils s’eloignerent et se refugierent vers le lac Erien7, où estoient les Chaoùanons, qui leur firent la guerre, et les obligerent de s’aller establir le long du lac Ontario, que l’on nomme à present le lac de Frontenac8. Après avoir enfin soustenu plusieurs années la guerre contre les Chaoüanons et leurs alliés, ils se retirerent à la Caroline où ils sont à present9. Touttes ces guerres servirent bien à aguerir les Irroquois, et à les rendre capables de combattre les Algonkins, qui portoient auparavant la terreur chez eux. Ils sont venus à bout de les detruire, et plusieurs autres nations ont éprouvé la valeur de ces redoutables ennemis, qui les ont contraints d’abandonner leur pays10.

Notes

1 Commentaire ajouté en marge du texte : « faux ; ils n’ont jamais étés si proche voisins qu’à present ». Les commentaires en marge du texte sont d’une main différente de celle du copiste, mais d’une écriture aussi ancienne. Au sujet de l’ancien pays des Iroquois. Jules Tailhan se demande si Perrot ne confond pas les Iroquois et la nation d’Iroquet (Mémoire, p. 165-166, n. 1). Selon Charlevoix, les membres de cette dernière nation, après avoir été chassés de l’île de Montréal par les Hurons, se dispersèrent parmi les Iroquois, les Hurons et les Abénaquis (HDG, t. I, p. 228).

2 « Ils ne mangent que du rôti & du boüilli, avalant quantité de bouillons de viande & de poisson », écrit Lahontan au sujet des Amérindiens (Mémoires de l’Amérique septentrionale, dans Œuvres complètes, t. I, p. 640).

3 « Jetter, signifie simplement, Pousser ou remuer sans faire un grand effort [...] Il faut jetter la terre de son costé, quand on se retranche » (Furetière, 1690).

4 Les ravages sont les « traces du passage des gros animaux des bois » (N.-E. Dionne, Le Parler populaire). Le sens de la phrase demeure obscur. Peut-être Perrot veut-il dire que, pendant que des Algonquins et des Iroquois montaient les cabanes du campement, d’autres dégageaient une aire de la neige qui la recouvrait afin de circuler plus facilement pendant qu’un dernier groupe essayait de repérer des pistes d’élans, qu’ils trouvèrent, comme le signale la phrase suivante. Mais on peut aussi donner un autre sens à la phrase : pendant que les uns montaient les cabanes du campement, les autres creusèrent des passages dans la neige jusqu’à des pistes d’élan qu’ils trouvèrent. Sur les élans, voir infra, p. 199, n. 21.

5 Selon le Dictionnaire de Trévoux (1721), les « bancs de glace » sont de « grands glaçons ». Dans le contexte du récit de Perrot, le « banc de glace » semble plutôt désigner la surface glacée de la rivière que brisent les Algonquins. Chez Bacqueville de La Potherie, on trouve l’expression « bancs de Néges » pour désigner des congères (HAS, t. I, « Avertissement », n. p.). Encore ici, le texte de Perrot manque de clarté. Sans doute faut-il comprendre qu’après être allés « au devant de leurs gens » et avoir mensongèrement expliqué comment étaient morts les Iroquois avec lesquels ils étaient partis à la chasse, les Algonquins amenèrent les membres du clan à une rivière dont ils cassèrent la glace pour indiquer l’endroit où s’étaient noyés les chasseurs. Mais comme l’explique Perrot, les Algonquins s’étaient contentés de couvrir les cadavres de neige, et non de les jeter dans une rivière, si bien qu’on les découvrit au printemps. On peut cependant s’étonner que les Algonquins aient amené leurs gens précisément à l’endroit où ils avaient enterré les corps.

6 Voir supra, p. 187, n. 6.

7 Lac Érié.

8 Ontario « veut dire en langue iroquoise, Beau Lac », écrit Louis Hennepin, qui rappelle qu’on donna au lac le nom de Frontenac en l’honneur du gouverneur de la Nouvelle-France (Nouvelle Découverte d’un tres grand pays Situé dans l’Amerique, entre le Nouveau Mexique, et la Mer Glaciale, Avec les Cartes, & les Figures necessaires, & de plus l’Histoire Naturelle & Morale, & les avantages, qu’on peut en tirer par l’établissement des Colonies. Le tout dédié à Sa Majesté Britannique. Guillaume III., Utrecht, Guillaume Brcedelet, 1697, p. 31-32). Appelé « lac des Irocois » sur la « Carte geographique de la Nouvelle Franse » (1612), de Champlain, puis « lac des Entouhonorons » (Voyages, 1619, dans Works, t. III, p. 59), le lac prit aussi le nom de « Lac St Louis » sur la « Carte de la nouvelle France » (1632), de Champlain.

9 Commentaire en marge du texte au sujet des Iroquois : « Depuis qu’ils se sont approchés du lac Ontario, ils n’ont pas retourné au Sud. » Observation fondée : ce sont les Chaouanons qui ont émigré vers la Caroline du Sud, et non les Iroquois. Sur le conflit entre les Iroquois et les Chaouanons, voir Nations amérindiennes, infra, p. 518.

10 Voir appendice 10, infra, p. 450-453.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search