Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Commencement des guerres des Sauvages

Texte intégral

  • 1 « Soustenir, en termes de Guerre signifie, Resister, s’opposer a la violence d’un ennemi », observ (...)
  • 2 Le maïs (Zea mays) est une plante monocotylédone de la famille des Graminées à racine fibreuse, à (...)
  • 3 La vraie fève (Vicia faba) est une plante annuelle de la famille des Papilionacées, dont la graine (...)
  • 4 Le haricot (Phaseolus vulgaris) est une plante dicotylédone de la famille des Papilionacées. Herba (...)
  • 5 La citrouille, parfois appelée citrouille iroquoise (Cucurbita pepo), est une courge arrondie de c (...)
  • 6 Le substantif n’a jamais le sens d’assassinat chez Richelet, chez Furetière, ou dans les différent (...)

1Chacun de ces hommes avoient à eux un pays particulier, où ils demeuroient avec leurs femmes, qui se multiplierent peu à peu. Ils vecurent en paix jusqu’à ce qu’ils devinrent plus nombreux. S’estant donc dans la suitte des temps multipliés, ils se separerent pour vivre plus à leur aise, et devinrent à force de s’étendre voisins de gens, qui leur estoient inconnus, et dont ils n’entendoient pas le langage ; car le grand Lievre leur avoit donné à chacun un patois different quand il les tira des cadavres des animaux. Il y en eust qui continuerent de vivre en paix. Les autres commencerent à se faire la guerre. Ceux qui se trouverent les plus plus foibles abandonnerent leur pays pour eviter la fureur de leur ennemis, et se retirerent plus loin où ils trouverent des nations, contre lesquelles ils eurent encore à soustenir1, quelques uns s’adonnerent à cultiver la terre, et se nourrissoient de bled d’inde2, de féve3, d’aricots4, et de citrouille5. Ceux qui ne vivoient que de chasse estoient plus adroits, et reputés plus guerriers que les autres, qui les crai-gnoient °et les redoutoient beaucoup. Cependant ils ne pouvoient se passer les uns des autres, à cause des besoins de la vie. C’est ce qui fit qu’ils vecurent plus longtemps en paix. Car le chasseur tiroit son grain du labour[eu]r, et le laboureur sa viande du chasseur. Mais dans la suite les jeunes gens, par une certaine fiereté naturelle à touts les Sauvages, ne reconnoissant plus de chef commettoient desja furtivement des assassins6 et susciterent des guerres contre leurs alliés, qui furent obligés de se deffendre.

Notes

1 « Soustenir, en termes de Guerre signifie, Resister, s’opposer a la violence d’un ennemi », observe Furetière (1690), qui ne produit, toutefois, que des exemples du verbe suivi d’un complément d’objet direct. Dans le Dictionnaire de l’Académie (1694 et 1695), le sens est presque identique : « Resister à quelque attaque, à quelque chose dont il est difficile de se deffendre ». Les exemples produits ne montrent aucun cas du verbe utilisé absolument. Pour sa part, Bacqueville de La Potherie écrit : « Les hommes vécurent pendant quelque siecles fort paisibles avec leurs semblables, faisant bonne chere ; ils en eurent plusieurs enfans qui se marierent, le grand nombre les obligea de se répandre & d’habiter un plus grand païs de chasse & quelques chasseurs qui ne se connoissoient pas s’entretuërent dans leur rencontre, les parens voulant venger la mort de leurs parens, tuërent les meurtriers ; la guerre ainsi s’aluma peu à peu entre eux, & a continué jusqu’à présent » (HAS, t. II, p. 9).

2 Le maïs (Zea mays) est une plante monocotylédone de la famille des Graminées à racine fibreuse, à tige droite, aux larges feuilles lancéolées. Son fruit, composé de grains durs de couleur jaune orangé serrés dans des épis, est comestible et constituait la nourriture de base des Amérindiens (voir L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. II, p. 666). Sur l’usage du maïs par les Amérindiens, voir Lafitau, Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 92-95.

3 La vraie fève (Vicia faba) est une plante annuelle de la famille des Papilionacées, dont la graine, vulgairement appelée gourgane au Québec, est comestible. Toutefois, le terme « fève » peut aussi désigner une variété de haricot (voir la note suivante). D’ailleurs, plus bas, Perrot parle des « febves d’aricots » (voir p. 254).

4 Le haricot (Phaseolus vulgaris) est une plante dicotylédone de la famille des Papilionacées. Herbacée annuelle au fruit comestible, elle comprend plusieurs variétés et elle était cultivée à travers tout le continent par les Amérindiens (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 348 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, 1.1, p. 155 ; J. Rousseau, dans P. Kalm, Voyage de Pehr Kalm au Canada, p. 167).

5 La citrouille, parfois appelée citrouille iroquoise (Cucurbita pepo), est une courge arrondie de couleur jaune orangé, de la famille des Cucurbitacées. Plante herbacée à la tige rampante, elle produit un fruit à la chair aqueuse et comestible. Toutefois, le potiron (Cucurbita maxima), une cucurbitacée commune, n’est pas à exclure (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 540 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, t. I, p. 233-234 ; J. Rousseau, dans P. Kalm, Voyage de Pehr Kalm au Canada, p. 379).

6 Le substantif n’a jamais le sens d’assassinat chez Richelet, chez Furetière, ou dans les différentes éditions du dictionnaire de l’Académie ou de celui de Trévoux. Mais comme le signale Jules Tailhan (Mémoire, p. 164, n. 1), le terme apparaît à plusieurs reprises dans le « Journal de la Campagne de M.r de Villiers. Depuis son arrivée au fort Duquesne jusqu’à son retour aud[it] fort ». En effet, l’officier français écrit qu’il a mission de sommer les Anglais de se retirer des « terres du domaine du Roy et venger l’assassin » perpétré le 17 mai 1754 sur Joseph Coulon de Villiers de Jumonville par les hommes de George Washington (ANF, Col. F3 14, f. 54). Dans la commission du 28 juin 1754, Claude Pierre Pécaudy de Contrecoeur ordonnait à de Villiers de s’en prendre aux Anglais « pour les châtier de l’assassin » qu’ils avaient perpétré (ANF, Col. F3 14, f. 54). Enfin, le même mot, au sens d’assassinat, se trouve dans le texte de la capitulation signée par James Mackay et George Washington au fort Necessity, près de Farmington (Pennsylvanie), le 3 juillet 1754 (ANF, Col. F3 14, f. 58). A noter que, dans le texte de la capitulation, on trouve aussi le mot « assassinat ». Voir aussi Mémoire contenant le précis des faits, avec leurs pieces justificatives, Pour servir de Réponse aux Observations envoyées par les Ministres d’Angleterre, dans les Cours de l’Europe, Paris, Imprimerie Royale, 1756, p. 112 ; Louis Etienne Dussieux, Le Canada sous la domination française d’après les archives de la Marine et de la Guerre, Paris, Ch. Tanera, Libraire-Éditeur, 1855, p. 64 et 65.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search