Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Croyance des Sauvages sur la creation de l’homme

Texte intégral

  • 1 Selon Bacqueville de La Potherie, les animaux vécurent en « bonne intelligence » tant que Michapou (...)
  • 2 Perrot ne distingue pas les différentes nations. Si les huit clans hurons portaient des noms d’ani (...)

1Aprés la creation de la terre, touts les autres animaux se retirèrent chacun dans les lieux les plus commodes, qu’ils purent trouver, pour y avoir leur pâture et leur proye. Les premiers estant morts, le Grand Lievre fit naistre des hommes de leurs cadavres, meme de ceux des poissons, qui se trouverent le long du rivage des rivières, qu’il avoit formées en creant la terre1, car les uns tirerent leur origine d’un ours, les autres d’un elant, et ainsy de plus[ieur]s differents animaux, ce qu’ils ont fermement crû avant d’avoir frequenté les Europeans, persuadés qu’ils tenoient l’estre de ces sortes de creatures, dont l’origine estoit tel qu’il a esté cy devant exposé. Cela passe encore aujourd’huy chez eux pour une verité constante, et s’il s’en °trouve qui sont dissuadés de cette reverie, ce n’a esté qu’à force de les railler sur une si ridicule croyance. Vous les entendez dire que leurs villages portent le nom de l’animal qui leur a donné l’estre, ainsy que de la grue, de l’ours et autres animaux2. Ils s’imaginent avoir esté creés par d’autres divinités que celles que nous reconnoissons, parce que nous avons plusieurs inventions qu’ils n’ont pas, comme celle de l’ecriture, de tirer du feu, de faire de la poudre, des fusils, et autres choses qui sont à l’usage de l’homme.

  • 3 Le buffle, ou bison d’Amérique (Bison bison), est un bovidé sauvage plus gros que le bœuf domestiq (...)
  • 4 Le cerf (Cervus elaphus ou Cervus canadensis, une sous-espèce aujourd’hui disparue) est un mammifè (...)
  • 5 La biche est la femelle du cerf. Il est difficile de savoir si Perrot pense ici à la femelle du wa (...)
  • 6 Le substantif, qui s’écrivait « broutilles », désigne les « menues branches qui restent dans les f (...)
  • 7 « Vireton. s. m. (Art milit.) espece de fleche qu’on appelloit ainsi, parce qu’elle viroit ou toum (...)
  • 8 Raquette : « Se dit aussi d’une certaine chaussure que les Sauvages de Canada attachent à leurs pi (...)
  • 9 Les canots « sont de petits bateaux faits seulement d’écorce d’arbre, dont se servent les Sauvages (...)

2Ces premiers hommes qui formerent le genre humain estants dispersés en differents endroits de la terre, reconnurent qu’ils avoient de l’esprit. Ils consideroient çà et là des buffles3, des cerfs4, des biches5, toutes sortes d’oiseaux et d’animaux, et quantité de rivières pleines de poissons. Ces p[remi]ers hommes, dis je, que la faim avoit affoiblis, inspirés du grand Lièvre d’une manière infuse, rompirent : la branche d’un petit arbrisseau, firent une corde de filasse d’hortye, polirent une broustille6 avec une pierre aiguisée, et l’armerent par le boût d’une pareille pour leur servir de flêche, et par ce moyen dresserent un arc avec lequel ils tüoient de petits oiseaux. Ils firent ensuitte des viretons7 pour attaquer les grosses bestes qu’ils escorcherent, et dont ils voulurent manger ; mais n’ayant trouvé de saveur, que dans la graisse, ils tacherent de tirer du feu pour en faire cuire la viande, et prirent pour cet effet du bois dur, mais inutilement, pour essayer d’en avoir. Ils en employerent de moins dur qui leur en donna. Les peaux des animaux servirent à les couvrir. Comme la chasse n’est °pas l’hyver pratiquable à cause des grandes neiges, ils inventèrent une maniere de raquettes8 pour y marcher avec plus de facilité, et construisirent des canots pour se mettre en estat de traverser les rivieres9.

  • 10 « Terrain, se dit aussi d’une place, d’un espace de terre. Ces Chanoines se sont allez promener su (...)
  • 11 Sur le Grand-Lièvre, voir supra, p. 179, n. 16 ; sur le lièvre, voir infra, p. 254, n. 8.
  • 12 Bacqueville de La Potherie signale que les autres Amérindiens, ne voyant pas revenir le premier, p (...)

3Ils raportent aussy que ces hommes formés comme il a esté dit, trouverent en chassant la trace d’un homme prodigieusement grand, suivie d’une plus petite. Chacun ayant marché dans son terrain10 sur ces vestiges avec bien de l’attention, apperçurent de loin une grande cabanne où estants arrivés ils furent surpris d’y voir les pieds et les jambes d’un homme si grand, qu’ils ne pouvoient en descouvrir la teste. Cela leur donna de la terreur, et les obligea de se retirer. Ce grand colosse s’estant eveillé jetta les yeux sur une piste qui estoit nouvelle, et qui l’engagea à faire un pas. Il vît aussytost celuy qui l’avoit decouvert, que la frayeur avoit contraint de se cacher dans un buisson, où il trembloit de peur, et luy dit, mon fils pourquoy crains tu ? Rassure toy, je suis le grand Lievre11, celuy, qui t’a fait naistre, et bien d’autres des cadavres de differents animaux. Je te veux donner aujourd’huy une compagne. Et voicy les termes, dont il se servit en luy donnant une femme. Toy, homme, dit il, tu chasseras, tu feras des canots, et tout ce que l’homme est obligé de faire. Et toy femme tu feras la cuisinne à ton mary, tu feras ses souliers, et tu passeras les peaux, tu fileras, et tu t’acquitteras de tout ce qui convient à une femme de faire12. C’est là la croyance de ces peuples touchant la creation de l’homme, qui n’est fondée que sur une des plus ridicules extravagances, à laquelle ils adjoutent foy, comme à des verités incontestables et que la honte les empesche de divulguer.

Notes

1 Selon Bacqueville de La Potherie, les animaux vécurent en « bonne intelligence » tant que Michapous demeura parmi eux, mais se mirent à s’agresser et à s’entre-dévorer dès qu’il les quitta. « Cette mesintelligence leur fit prendre chacun leur parti dans les bois écartez », où ils se multiplièrent. « Après que Michapous eut fait la visite de son Empire, il retourna aux animaux pour donner un païs à chaque espece ; mais il fut bien surpris de trouver une Guerre entre eux. Cette division lui déplût, il les en punit par des maladies qu’il leur envoya, & résolut pour les châtier avec plus de severité de créer les hommes, qui auroient une autorité absolue sur eux. La mortalité fût grande parmi les animaux & de leur cadavre Michapous forma les hommes, dont le langage se trouva aussi different que toutes les especes de ces animaux. Ces hommes voyant la quantité d’animaux dont la terre étoit remplie jugerent bien qu’ils étoient destinez pour leur usage, ils inventerent des arcs & des fléches ; & ils s’en servirent pour les poursuivre à la chasse ; & ils s’en rendirent bien-tôt maîtres » (HAS, t. II, p. 7-8). Le père Sébastien Rasles produit une version différente, sans doute en partie contaminée par le mythe du déluge et par celui de l’ascension du Christ : « Les uns sont de la famille de Michabou, c’est-à-dire, du Grand Lièvre. Ils prétendent que ce Grand Lièvre était un homme d’une prodigieuse grandeur ; qu’il tendait des filets dans l’eau à dix-huit brasses de profondeur, et que l’eau lui venait à peine aux aisselles ; qu’un jour pendant le déluge, il envoya le Castor pour découvrir la terre ; mais que cet animal n’étant point revenu, il fit partir la Loutre, qui rapporta un peu de terre couverte d’écumes ; qu’il se rendit à l’endroit du Lac où se trouvait cette terre, laquelle formait une petite île ; qu’il marcha dans l’eau tout-à-l’entour, et que cette île devint extraordinairement grande. C’est pourquoi ils lui attribuent la création de la terre. Ils ajoutent, qu’après avoir achevé cet ouvrage, il s’envola au Ciel, qui est sa demeure ordinaire » (« Lettre du Père Sébastien Rasle, Missionnaire de la Compagnie de Jésus dans la Nouvelle France, à Monsieur son Frère », du 12 octobre 1723, dans JR, vol. 67, p. 152-154).

2 Perrot ne distingue pas les différentes nations. Si les huit clans hurons portaient des noms d’animaux (Tortue, Loup, Ours, Castor, Cerf, Hérisson, Serpent et Faucon), les quatre principaux clans des Outaouais avaient des noms qui ne renvoient pas nécessairement à des animaux totémiques : les Kiskakons formaient le clan de la Queue-coupée, ou de l’Ours, les Sinagos s’appelaient Écureuil noir, mais les Sables et les Nassauakuetons, ou clan de la Fourche, portaient des noms qui renvoient plutôt à des aires géographiques (voir Conrad E. Heidenreich, « Huron », et Johanna E. Feest et Christian F. Feest, « Ottawa », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 370-371 et 776).

3 Le buffle, ou bison d’Amérique (Bison bison), est un bovidé sauvage plus gros que le bœuf domestique, caractérisé par un cou bossu et un grand collier de fourrure laineuse. Animal grégaire qui vit en vastes troupeaux, il constitua la principale ressource alimentaire des Amérindiens des plaines du centre du continent nord-américain. Sa peau servait à fabriquer vêtements et tentes (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 377-380 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 23-25).

4 Le cerf (Cervus elaphus ou Cervus canadensis, une sous-espèce aujourd’hui disparue) est un mammifère grégaire, herbivore, de la famille des Cervidés, aussi appelé wapiti, dont l’aire d’extension comprenait l’ensemble du Canada (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 371-374 ; A. W. Cameron, Mammifères du Canada, p. 7-8).

5 La biche est la femelle du cerf. Il est difficile de savoir si Perrot pense ici à la femelle du wapiti ou à celle du cerf de Virginie, communément appelé chevreuil (voir infra, p. 205, n. 2).

6 Le substantif, qui s’écrivait « broutilles », désigne les « menues branches qui restent dans les forests aprés qu’on a retranché le bois de corde, qui servent à faire des fagots » (Furetière, 1690).

7 « Vireton. s. m. (Art milit.) espece de fleche qu’on appelloit ainsi, parce qu’elle viroit ou toumoit en l’air par le moyen d’ailerons ou pennons qui lui étoient attachés » (Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1765, t. XVII).

8 Raquette : « Se dit aussi d’une certaine chaussure que les Sauvages de Canada attachent à leurs pieds pour marcher plus commodément sur la neige, & qui est faite à peu près en forme de raquette à jouer Solea latiores. Cette raquette a la figure d’un losange, dont les deux angles des côtés sont abattus & arrondis, le treillis qui porte sur le tour de bois est fait de courroies ou aiguillettes de cuir d’orignac, très-étroites & très-déliées, & les mailles en sont beaucoup plus petites que celles de nos raquettes à jouer à la paume. Au milieu est attaché un soulier, ou plutôt un chausson de cuir bien passé & bien souple, qui est garni en dedans de laine, ou de poil. C’est dans ce chausson que l’on met le pied. Il se ferme & s’attache avec des courroies sur le cou du pied » (Dictionnaire de Trévoux, 1771).

9 Les canots « sont de petits bateaux faits seulement d’écorce d’arbre, dont se servent les Sauvages de l’Amérique septentrionale. Ceux de Canada les font d’écorce de bouleau, & assez grands quelquefois pour contenir quatre ou cinq personnes » (Dictionnaire de Trévoux, 1771). Les canots d’écorce (de bouleau ou d’orme) pouvaient contenir une douzaine d’hommes (Charlevoix, Journal, t. 1, p. 440-442). On aura remarqué que Perrot omet d’indiquer comment les Algonquins apprirent à cultiver la terre. Dans sa Nouvelle Relation de la Gaspesie, Chrestien Leclercq rappelle que chez les Micmacs, ce serait Papkootparout, « le Gardien, le Maître, le Gouverneur & le Souverain de toutes les Ames », en fait un « geant, armé d’une grosse massuë, de son arc, de ses fléches & de son carquois », qui aurait commandé aux Micmacs qui s’étaient rendus au pays des âmes de planter « le bled d’Inde & le petun qu’ils avoient gagné en joüant avec luy à Leldestaganne » et qui leur aurait ainsi enseigné l’art de la culture (op. cit., p. 414-418). Mais, comme le remarque Réal Ouellet, la question de la culture du maïs chez les Micmacs fait problème dans la mesure où « il n’existe pas de preuves archéologiques de cette culture sur le territoire micmac » et que des témoignages historiques, notamment ceux de Marc Lescarbot et du père Biard, suggèrent que les Micmacs ne savaient pas cultiver la terre (op. cit., p. 417, n. 19).

10 « Terrain, se dit aussi d’une place, d’un espace de terre. Ces Chanoines se sont allez promener sur le terrain » (Furetière, 1690). Plus bas, Furetière ajoute : « On dit aussi au Manege, qu’un cheval garde bien son terrain, observe bien son terrain, embrasse bien son terrain, pour dire qu’il marque bien sa piste, sans se serrer, ni s’élargir ». Cette dernière acception se trouvait déjà chez Richelet, qui écrit que le mot terrain, en terme de manège, désigne l’endroit où le « cheval marque sa piste » (Dictionnaire, 1680).

11 Sur le Grand-Lièvre, voir supra, p. 179, n. 16 ; sur le lièvre, voir infra, p. 254, n. 8.

12 Bacqueville de La Potherie signale que les autres Amérindiens, ne voyant pas revenir le premier, partirent « alternativement » trouver Michapous, qui leur fit « la même chose qu’au premier ». En outre, Michapous les informa de leur condition mortelle, mais leur annonça qu’il « leur préparoit aprés la mort un lieu au bout de la terre où ils joüiroient de toutes sortes de plaisirs, & où ils seraient estimez & considerez selon les vertus & les bonnes actions qu’ils auraient pratiquez dans cette vie » (HAS, t. II, p. 9).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search