Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Chronologie

Texte intégral

1642-1643

  • 1 Selon le recensement de 1666, Nicolas Perrot est âgé de vingt-deux ans ; selon celui de 1681, il e (...)

1La date de naissance de Nicolas Perrot est inconnue : « vers » 1640, selon le Dictionnaire biographique du Canada (t. II, p. 540) ; en 1642 ou 1643, selon Jules Tailhan (Mémoire, p. 257, n. 1). Mais comme l’observe Benjamin Suite, « les recensements de 1667 et 1681 le font naître en 1641 et 16441 ; son acte de sépulture le ramène à 1643 » (Mélanges historiques, p. 50). En effet, Perrot meurt le 13 août 1717, âgé de 74 ans, selon le prêtre qui officie (voir infra, p. 169) : il serait alors né entre le 14 août 1642 et le 13 août 1643.

  • 2 Dans le Dictionnaire biographique du Canada (t. II, p. 540), les rédacteurs orthographient le nom (...)

2Père de Nicolas Perrot : François Perrot, lieutenant de justice de la baronnie de Darcey en Bourgogne, encore que le contrat de mariage (voir infra, p. 143) produise un autre toponyme : Davray. Selon Archange Godbout et Raymond Douville, Nicolas Perrot serait né à Darcey, une paroisse qui relevait de l’évêché d’Autun. Davray serait une erreur du copiste. Dans une lettre datée du 5 mars 1956, L. Deles-sard, l’archiviste en chef de la Côte-d’Or, expliquait à Archange Godbout que le dépouillement des registres paroissiaux de Darcey a permis de retrouver la trace des parents de Nicolas Perrot : « François Perrot, père de Nicolas Perrot, était lieutenant de la justice de la baronnie de Darcey et avait épousé Marie Sirot (ou Syrot2). De 1651, date à laquelle il figure pour la première fois dans les registres de Darcey et jusqu’en 1664, on a relevé les baptêmes de leurs enfants suivants : 2 avril 1651 - Jean Perrot / 25 avril 1655 - Mathias Perrot / 24février 1658 - Anne Perrot/ 13 juillet 1664 - François Perrot. »

3Comme le suggère L. Delessard, compte tenu de « l’apparition tardive de cette famille (au sens étroit du mot) dans cette localité, », il est probable « qu’elle ait pu s’installer auparavant dans une autre paroisse où Nicolas Perrot serait né ». Cela dit, la famille Perrot « paraissait bien établie à Darcey » (cité par A. Godbout, « Origine de Nicolas Perrot », dans Mémoires de la Société généalogique canadienne-française, vol. 7, n° 2, avril 1956, p. 128 ; voir aussi R. Douville, « Quelques notes inédites [...] ». P- 43-46).

1660

4Selon le Dictionnaire biographique du Canada (t. II, p. 540), Perrot « semble être passé en Nouvelle-France en 1660, comme donné des Jésuites, et eut ainsi l’occasion de visiter des tribus indiennes et d’apprendre leur langue ». Mais rien ne fonde cette assertion. Selon Charlevoix, « c’étoit un Homme d’esprit, d’assez bonne Famille, & qui avoit quelque étude. La nécessité l’avoit obligé de se mettre au service des Jesuites, ce qui lui avoit donné occasion de traiter avec la plûpart des Peuples du Canada, & d’apprendre leur Langue. Il s’en étoit fait estimer, & peu à peu il s’étoit insinué dans leur esprit de telle sorte, qu’il leur persuadoit aisément tout ce qu’il vouloit » (HDG, t. I, p. 436). Au sujet de l’arrivée de Nicolas Perrot au Canada, Benjamin Suite pose trois questions : « M. Gilles Perrot, prêtre, qui arriva à Montréal au mois de juillet 1663 et devint curé de cette ville le 29 septembre 1665, venait du diocèse de Chartres ; était-il parent de Nicolas ? tous deux sont-ils venus de France ensemble ? Si oui, comment ont-ils pu se diviser, l’un allant aux Jésuites, l’autre aux Sulpiciens ? » (Mélanges historiques, p. 50-51). Rappelons que Perrot a été domestique chez les sulpiciens en 1667 (voir infra).

1665

5« Selon LE ROY de La Potherie, il [Perrot] quitte les missionnaires et visite les Potéouatamis et les Renards » (DBC, t. II, p. 540). Mais ce que dit vraiment le texte de Bacqueville de La Potherie (HAS, t. II, p. 88-89), c’est que la curiosité poussa Perrot à aller chez les Potéouatamis : il n’écrit pas qu’il quitta les missionnaires pour cela. Selon J. Tailhan, le voyage a eu lieu au plus tard en 1665 puisque, d’une part, Perrot se rendit chez les Outagamis, ou Renards, « l’année même qui suivit l’établissement de cette dernière peuplade dans le voisinage des Sakis et de la Baie [...] et que de l’autre, cette migration des Outagamis était accomplie dès l’année 1665 », aux dires de Claude Allouez, qui écrit dans sa Relation de 1666-1667 : « Je joins ensuitte ces deux nations [“Ousakiouek” et “Outagamiouek”], parce qu’elles sont mélées, & alliées avec les precedentes » (JR, vol. 51, p. 42 ; voir Mémoire, p. 258). Mais peut-on se fier à cette chronologie, puisque Perrot semble avoir été domestique à Montréal au cours des années 1666 et 1667 ?

1666

6Selon le « Rolle des familles » de la colonie, « Nicolas pero ... 22 » ans, était « domestique Engaigé » chez « Marie pournin », une veuve âgée de 35 ans, qui résidait à Montréal et qui avait été mariée à « Jacques Testar sr de la forest » (ANF Col. Gl, vol. 460, p. 118 ; « Le premier recensement de la Nouvelle-France », dans Rapport de l’Archiviste de la province de Québec pour 1935-1936, s. l., Rédempti Paradis Imprimeur de Sa Majesté le Roi, 1936, p. 110 ; Benjamin Suite, Histoire des Canadiens-Français 1608-1880, Montréal, Wilson & Cie, Editeurs, 1882, t. IV, p. 60 ; DBC, t. II, p. 540).

1667

  • 3 Autre hypothèse à ne pas exclure d’emblée : les patrons de Perrot peuvent l’avoir fait inscrire su (...)
  • 4 A moins, bien sûr, que les prêtres du séminaire aient fait inscrire le nom de Perrot même s’il éta (...)

7Dans le recensement de 1667, on ne trouve plus le nom de Perrot sous celui de Marie « Pournin », maintenant âgée de 45 ans, mais avec ceux des domestiques de la « Maison des Seigneurs » de l’île de Montréal (Séminaire de Saint-Sulpice) : « Nicolas Perrot ....26 » (ANF, Col. Gl, vol. 460, n. f. ; B. Suite, op. cit., t. IV, p. 77). Cela n’exclut pas absolument que Perrot ait voyagé dans l’Ouest : rien n’assure que ses contrats fussent d’une année complète, même si la chose est probable. Toutefois, si les recensements se faisaient au printemps, il était presque impossible à Perrot de rentrer de l’Ouest à temps pour être inscrit sur le « rolle » du recenseur3. Si Perrot était domestique au cours des années 1666-1667, il faut décaler ses voyages dans l’Ouest, soit avant l’automne 1665, soit après 16674.

812 août : Société commerciale formée entre Jean Desroches et Isaac Naffechoux, d’une part, et Toussaint Baudry et N. Perrot, de l’autre (acte passé devant Me Bénigne Basset, le 12 août 1667, Chicago Historical Society, Schrnidt Papers, French Manuscripts, vol. 1, p. 58).

1670

91erseptembre : Formation d’une société entre N. Perrot, Jean Dupuis, Denis Masse, Pierre Poupart, Jean Guytard et Jacques Benoist « Pour faire Le voiage du pais des Outaouaks » (acte passé devant Me Romain Becquet, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1278, acte n° 366). Perrot a signé l’acte.

  • 5 Voir HAS, t. II, p. 124. Selon le Dictionnaire biographique du Canada (t. II, p. 540), Perrot « fo (...)

10Au cours du mois de septembre, plus précisément le 3 septembre (DBC, t. II, p. 540), l’intendant Talon demande à Perrot de servir d’interprète à Daumont de Saint-Lusson, envoyé en mission au lac Supérieur pour prendre possession des pays de l’Ouest au nom de la couronne de France5.

1671

1114 juin : Prise de possession des territoires de l’Ouest : Perrot sert d’interprète.

1225 août : « Transaction » entre Jean Bousquet et Jean Guedron, qui implique une poursuite contre Perrot (acte passé devant Me Bénigne Basset, le 25 août 1671, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2037, acte n° 703).

1326 août, 27 août et 3 septembre : Saisie du canot de Perrot et des castors ramenés de l’Ouest, à la demande de Daumont de Saint-Lusson (ANQ, Québec, Archives judiciaires, Collection de pièces judiciaires et notariales, bobine n° 1387, pièces nos 95 [ ?] et 96).

  • 6 De fait, le prénom Madeleine apparaît dans plusieurs actes notariés pour désigner l’épouse de Nico (...)

1411 novembre : Contrat de mariage de Perrot et de Marie-Madeleine Raclot, fille d’Ildebon Raclot et de Marie Viennot, devant le notaire Guillaume Larue (ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1461, acte n° 74 ; copie de l’original conservée au Séminaire de Québec) : « Séminaire de Québec, 20 juin 1951 /Extrait/du contrat de mariage/de Nicolas Perrot/(Fonds Verreau, bte 18, liasse 6)/feuillet 7 (notaire La Rue, de Champlain)/l671, nov. 11/ Contrat de mariage/entre/Nicolas "Perrot", fils de Fr. Perrot et Marie Sivot, ses père/et mère, vivant et demeurant à Davray, Evesché d’Autun, et honnête /fille Magdeleine Raclos, fille du Sr. Bon Raclot et d’honnête femme/ Marie Viennot, son épouse, ses père et mère./[...] ». (Voir aussi DBC, t. II, p. 540 ; Cyprien Tanguay, qui prénomme l’épouse « Marie-Madeleine6 », Dictionnaire généalogique, vol. 1, p. 475). « D’après l’enregistrement de sa sépulture, en 1724, aux Trois-Rivières, Marie-Madeleine serait née en 1650 » (B. Suite, Mélanges historiques, p. 53). Selon le Dictionnaire biographique du Canada (t. II, p. 540), Perrot s’établit alors à Champlain.

1672

15Naissance de François, fils de N. Perrot et de Marie-Madeleine Raclot : acte de baptême : 1672 ; acte de sépulture : 8 août 1745, à Trois-Rivières (C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475). Selon R. Douville (« Quelques notes inédites [...] », p. 47), François Perrot épouse, en 1703, Marie-Louise Macé, fille de Jacques Macé et de Catherine Guillet ; il meurt en 1704.

1673

164 et 15 août : Plaintes de François-Marie Perrot, gouverneur de Montréal, contre Nicolas Perrot (ANQ, Archives judiciaires de Montréal, « Informations » de Charles D’Aille-boust des 4 et 15 août 1673. Nous n’avons pu consulter qu’une transcription certifiée conforme aux originaux, datée du 5 décembre 1951).

1674

17Naissance de Nicolas, fils de N. Perrot et de Marie-Madeleine Raclot : acte de baptême : 1674 (C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475, et t. VI, p. 316). Selon R. Douville (« Quelques notes inédites [...] », p. 47), Nicolas épouse, en 1710, Marguerite Bourbeau, fille de Pierre Bourbeau ; il s’établit à Bécancour et succédera à son père comme capitaine de milice et de la seigneurie. Il prendra le nom de Perrot dit Turbal.

1675

1824 juin : Contrat de donation de ses services de Jean Boutilly à Nicolas Perrot (acte passé devant Me Guillaume Larue, ANQ, Greffe des notaires, bobine n° 1462, acte n° 116). Perrot a signé l’acte.

1676

19Naissance de Clémence, fille de N. Perrot et de M.-M. Raclot ; selon R. Douville (« Quelques notes inédites [...] », p. 48), elle épouse François Delpecq à Saint-Sulpice, le 26 avril 1725 (le 30 avril, selon l’acte de mariage [voir supra, p. 29, n. 96]).

1677

2011 août : Transport de droits dans une société de traite avec les Outaouais par Claude David, de la petite rivière Puante, vis-à-vis Champlain, à N. Perrot, habitant, de la rivière Saint-Michel, ou Bécancour (acte passé devant Me Bénigne Basset, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2038, acte n° 1423). Perrot a signé l’acte.

  • 7 Sur la localisation de la terre, voir supra, p. 30.

212 décembre : Concession d’une terre à Nicolas Perrot par Charles-Pierre Legardeur de Villiers, seigneur de Bécancour (acte passé devant Me Jean Cusson, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés ; voir aussi DBC, t. II, p. 540). L’acte n’est pas signé par Perrot. La terre, de quinze arpents de front sur la rivière Saint-Michel, ou Bécancour, et de vingt de profondeur dans les terres, était située sur la côte sud du fleuve7.

22Naissance de Michel, fils de N. Perrot et de M.-M. Raclot. L’enfant est baptisé au Cap-de-la- Madeleine le 25 avril 1677 (R. Douville) ou le 28 avril 1677 (H. Charbonneau et J. Légaré). Acte de mariage avec Jeanne Beaudry le 17 octobre 1712, à Trois-Rivières (C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475, et t. VI, p. 315). Décès : 11 avril 1723 (H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 48).

1678

  • 8 Sur les tribulations judiciaires de François Dufaux, voir R. Douville, « Quelques notes inédites [ (...)

23Naissance de Marie-Françoise, fille de N. Perrot et de M.-M. Raclot : baptisée le 11 septembre 1678 au Cap-de-la-Madeleine ; mariage avec François Dufaux8, fils de Gilles Dufaux et de Francine Simon, le 27 avril 1706 (H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 48). Tanguay ne fait pas allusion à cette enfant, dont le nom n’apparaît pas dans le recensement de 1681.

1679

2414 janvier : Baptême de Jeanne Bourbault, ou Bourbaut, dont Perrot est le parrain (H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 55).

25Naissance de Marie, fille de N. Perrot et de M.-M. Raclot, selon C. Tanguay (Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475). R. Douville ne signale pas la naissance de cette enfant.

1680

  • 9 C’est le nom attribué à la « femme » de « Nicholas Perrot » par Luc Filiastre, le prêtre qui a bap (...)

2625 juillet : Baptême de Marie-Anne, fille de Nicolas Perrot et d’Anne Rotrou9, à la paroisse de L’Immaculée-Conception des-Trois-Rivières (H. Charbonneau et j. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 55). Le 17 novembre 1715, elle épouse au Cap-de-la-Madeleine François Bigot. Elle est inhumée à Bécancour le 17 novembre 1745 (R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 48).

1681

  • 10 Recensement des familles de la seigneurie de Lintot, Linctot ou Lingtot, qui était située entre le (...)
  • 11 Sans doute Michel, né en 1677.

27Dans le recensement de 168110, on lit : « Nicolas Perrot 37 ; 2 fusils ; 5 bestes ; 18 arpens / Madelaine Raclot sa fem 25 / Enfans / francois 9 / / Nicolas 7 / / Clemence 5 / / Michelle11 4 / Marie 2 / Marie Anne » (ANF, Col. Gl, vol. 460, f. 118 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 55-56 ; André Lafontaine, « Recensement annoté de la Nouvelle-France, 1681 », dactylographie, s.l. s.é., 1er novembre 1981, p. 175).

28Dans les extraits des lettres en provenance du Canada, on trouve une demande de N. Perrot, clans laquelle il explique qu’il a dû laisser ses marchandises quand le roi a ordonné le retour des Français dans la colonie et dans laquelle il « demande la permission de les aller reprendre avec 2. ou 3. canots » (ANF, Col. C11A 6, f. 113).

1682

29Naissance de Pierre, fils de N. Perrot et de M.-M. Raclot. Il épouse Marie Champoux le 25 novembre 1711, au Cap-de-la-Madeleine. Devenu veuf, il épouse Marie-Anne Lescarbot le 26 avril 1718, à Saint-Sulpice. Il meurt le 7 juin 1725 (R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 48). Cyprien Tanguay ne fait pas allusion à Pierre.

3024 juin : Obligation de 236 £, 8 sols et 9 deniers de Martin Massé, habitant, et de Thérèse David, son épouse, de la rivière Saint-Michel, à Nicolas Perrot, de la rivière Saint-Michel (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 585). Perrot a signé l’acte.

3120 août : Poursuite d’un certain Macart par Perrot, qui veut récupérer treize castors. Perrot est débouté (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, f. 28v°).

3224 septembre : Poursuite d’un dénommé Lapron la Charité pour une somme de 40 £ par Perrot (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, f. 48v°).

1683

33Naissance de Madeleine Perrot, qui est baptisée le 19 février 1683 au Cap-de-la-Madeleine. Elle meurt au cours de l’été (7 août) et est inhumée le 9 août 1683 (H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 49 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 56). Cyprien Tanguay ne fait pas allusion à cette enfant.

1684

34Naissance, au début de l’année, de Claude Perrot, qui est baptisé le 27 janvier 1684, au Cap-de-la-Madeleine. En 1714, il épouse Marie Goulet à Saint-Sulpice. Il est inhumé à Saint-Sulpice le 19 mai 1741 (H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 49). Cyprien Tanguay, qui le fait naître en 1683, précise la date de l’acte de mariage (le 9 juillet 1714, à Repentigny) et place sa naissance entre celle de Marie-Anne (juillet 1681) et celle de Jean-Baptiste (1688) (Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475), mais au tome VI (p. 316), il indique la date de 1683. Selon Benjamin Suite, Claude Perrot serait né en 1685 (Mélanges historiques, p. 58).

35Opérations de la guerre contre les Iroquois, sous Le Febvre de La Barre : voir supra, p. 36-48.

3620 août : Lettre de Perrot à M. de Saint-Martin, notaire au Cap-de-la-Madeleine, l’un de ses créanciers » (B. Suite, Mélanges historiques, p. 57).

374 décembre : Perrot remet à Me Antoine Adhémar un contrat de concession de Michel de Godefroy de Lintôt à Massé Martin, daté du 22 février 1672 (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 3742, acte n° 215). Perrot a signé l’acte.

1685

3828 janvier : Fondation de messes basses de requiem par N. Perrot, de la rivière Saint-Michel, ou Bécancour, au nom et comme exécuteur testamentaire de feu Jean Vinsson-neau dit Laforest, de la rivière Saint-Michel, à la fabrique de la paroisse de l’Immaculée-Conception, de Trois-Rivières (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 828). Perrot a signé l’acte. Perrot avait été nommé exécuteur testamentaire de Jean Vinssonneau le 14 novembre 1684 (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 804).

3913 mars : Transport d’une somme de 222 £, 15 sols et 2 deniers par Pierre Leboulanger de Saint-Pierre, marchand, du Cap-de-la-Madeleine, à N. Perrot, de la rivière Saint-Michel (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 832). Perrot a signé l’acte.

4023 mars : Accord entre Jean Cusson, notaire royal, du Cap-de-la-Madeleine, agissant à titre de procureur de N. Perrot, et Michel David, de la rivière Saint-Michel, pour mettre fin aux poursuites entamées l’un contre l’autre à la suite d’un différend au sujet d’un « Leg faict aud[it] David & françoise Raclos sa femme » par Jean Vinssonneau et des autres « demandes Respectives » (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 834).

414 avril : Traduction anglaise d’une entente d’une association pour faire la traite à la baie des Puants, Mascoutins et « Nadoussaux », entre N. Perrot, Pierre Rivard, sieur de

42Lanouette, François Rivard, sieur de La Courssier, Vivien Jean, Mathurin Brunet, dit L’Estang, Jean Cusson, Michel Cusson, Louis Provancher, Antoine Cottenoir, dit Villiers, Antoine L’Ecuyer, Alexandre Truchenot et Michel Rivard. Perrot est le chef de la compagnie ainsi formée. Acte passé à Trois-Rivières, dans la maison de Boubaux, « King’s Attorney » de la ville. L’acte serait signé, mais aucun original n’est conservé (ANC, MG 18 B 10, sans numéro d’ordre ni foliotation).

4327 avril : Vente de la moitié d’un congé pour aller en traite aux Outaouais, par François Chorrel de Saint-Romain, marchand de Champlain, à N. Perrot, de la rivière Bécan-cour (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 849). Perrot a signé l’acte.

4414 mai : Perrot signe un billet, ou obligation, en faveur de Pierre Champou, qui habite Bécancour (Jugements et délibérations du Conseil souverain de la Nouvelle-France, t. III, p. 646).

4517 mai : Procuration de N. Perrot à Marie-Madeleine Raclot, son épouse, de la rivière Saint-Michel (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 17 mai 1685, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 833). Perrot a signé l’acte (l’acte est erronément placé entre les numéros 862 et 863).

4617 mai : Obligation de Mathieu Brunet dit Lestang et Marie Blanchard, de Champlain, à Nicolas Perrot, de la rivière Saint-Michel (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 862). Perrot a signé l’acte.

47Ces actes précèdent le départ de Perrot en mission : selon Bacqueville de La Potherie, au printemps 1685, Le Febvre de La Barre envoie une vingtaine de Français, sous le commandement de Perrot, pour tenter de « penetrer dans l’Oüest ». Perrot a alors le titre de « Commandant de cette contrée » (HAS, t. II, p. 166 ; voir aussi G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 113 ; B. Sulte, Mélanges historiques, p. 58 ; DBC, t. II, p. 541). Au cours de l’été ou au début de l’automne, il fait ériger un fortin au-dessus de la rivière Wisconsin, sur la rive est du Mississipi.

1686

48Après avoir passé l’hiver dans son poste, Perrot remonte le Mississipi jusqu’à la hauteur du lac Pepin, où il fait ériger le fort Saint-Antoine.

1687

49Au cours du printemps, sur ordre de Morel de la Duran-taye, Perrot rassemble tous les Français et les Amérindiens qu’il peut et rejoint l’armée de l’Ouest qui gagne Niagara, sur le lac Ontario pour aller en guerre contre les Iroquois. Il laisse alors le produit de sa traite à la mission Saint-François-Xavier, à la baie des Puants.

5010 juillet : Jonction des armées de l’Ouest et de l’armée sous le commandement de Brisay de Denonvile.

51Après avoir repoussé une attaque de l’ennemi, les Français et leurs alliés ravagent le territoire iroquois.

523 août : Brisay de Denonville congédie les Amérindiens alliés.

53Perrot rentre dans la colonie, où il apprend que l’église et les bâtiments de la mission de Saint-François-Xavier ont brûlé, ainsi que les marchandises qu’il y avait laissées.

5414 août : Transport de droits et profits de société, par Alexandre Tinchenet, de Batiscan, à N. Perrot, de la rivière Saint-Michel (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 911). Perrot a signé l’acte.

5515 août : Transport de droits et profits de société, par François Rivard, de Batiscan, faisant tant pour lui que pour et au nom de Michel Rivard, son frère, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 912). Perrot a signé l’acte.

5616 août : Transport de droits et profits de société, par Pierre Frerot dit Lafontaine, de la rivière Saint-Michel, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 917). Perrot a signé l’acte.

575 septembre : Marché d’engagement en qualité de voyageur entre N. Perrot et Laurent Benoist dit Lhivernois, Etienne Benoist dit Lhivernois, son frère, tous deux de Longueuil, Pierre Ducharme, de l’île de Montréal, Benoît Bizaillon, de La Prairie de la Madeleine, Robert Giguiere, de Québec, et Martin Ducros, de Trois-Rivières (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 940). Perrot a signé l’acte.

585 septembre : Marché d’engagement en qualité de voyageur entre N. Perrot et Léon Girard, de Montréal (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 941). Perrot a signé l’acte.

5929 novembre : Perrot remplit le rôle de parrain au Cap-de-la-Madeleine (B. Suite, Mélanges historiques, p. 59).

1688

6012 février : Engagement en qualité de voyageur de Pierre Milet, de Québec, à N. Perrot, habitant, de la rivière Puante (acte passé devant Me Gilles Rageot, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1298, acte n° 3408). Perrot a signé l’acte.

6112 février : Transport de droits d’une société aux Outaouais, par N. Perrot à Jeanne Pelletier et Noël Jeremie de Lamon-tagne, habitant, son époux, de la rivière Sainte-Anne (acte passé devant Me Gilles Rageot, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1298, acte n° 3409). Perrot a signé l’acte.

6214 mai : Engagement en qualité de voyageur de Jacques Mousseaux dit Laviolette, de l’île de Montréal, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1041). Perrot a signé l’acte.

6315 mai : Vente du fief et seigneurie de la Rivière-du-Loup, par Jean Lechasseur, conseiller du roi, lieutenant général de la Prévôté de Trois-Rivières et seigneur de Rivière-du-Loup sur le lac Saint-Pierre, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1042). Perrot a signé l’acte.

6420 mai : Engagement en qualité de voyageur de François Vaudry, de Trois-Rivières, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1151). Perrot a signé l’acte.

6530 juillet : Engagement en qualité de voyageur d’Ignace Hubert dit Lacroix, de l’île de Montréal, et Louis Hubert dit Lacroix, de l’île de Montréal, frères, à N. Perrot, (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1223). Perrot a signé l’acte.

6630 juillet : Transport de droits et profits de société, par Louis Dupuis dit Leparisien, de Québec, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1228). Perrot a signé l’acte.

6731 juillet : Engagement en qualité de voyageur de Joseph Goulet, de la côte de Beaupré, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1230). Perrot a signé l’acte.

6831 juillet : Engagement en qualité de voyageur de Raphaël Beauvais et Nicolas Godé, de l’île de Montréal, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1230a). Perrot a signé l’acte.

6931 juillet : Obligation de 1 444 £ de N. Perrot à Bertrand Arnaud, marchand (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1234). Perrot a signé l’acte.

7031 juillet : Transport de droits et profits de société, par Vivien Jean, de Champlain, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 31 juillet 1688, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1241). Perrot a signé l’acte.

711eraoût : Engagement en qualité de voyageur de Laurent Benoist, agissant tant pour lui que pour Etienne Benoist, son frère, Pierre Ducharme, Robert Giguiere et Léon Girard, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1245). Perrot a signé l’acte.

721eraoût : Transport de droits et profits de société, par Mathurin Brunet dit Lestang, de l’île de Montréal, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1249). Perrot a signé l’acte.

731eraoût : Transport et accord entre M. de La Durantaye et N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1267 : acte manquant en place, signalé par une notice).

743 août : Transport de droits et profits de société, par Jean-Baptiste Mesnard, de Longueuil, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1275). Perrot a signé l’acte.

753 août : Transport de droits et profits de société, par Antoine Lescuyer, de Batiscan, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1276). Perrot a signé l’acte.

763 août : Obligations de 10 246 £, 6 sols et 6 deniers et de 4 095 £, 8 sols et 6 deniers de N. Perrot à Charles Catignon, marchand, et François Charron de Labarre, marchand, en compagnie (acte passé devant Me Bénigne Basset, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2038, actes nos 1869 et 1869b). Perrot a signé les deux actes.

77Baptême au Cap-de-la-Madeleine de Jean-Baptiste, fils de N. Perrot et de M.-M. Raclot, le 15 juin 1688. Acte de sépulture : 29 octobre 1705, à Trois-Rivières (H. Charbon-neau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 49 ; C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475). Selon Benjamin Suite, l’enfant serait né le 24 juin 1688 (Mélanges historiques, p. 59).

78À la fin de l’été, ou au début de l’automne, Perrot reprend la route de l’Ouest.

1689

798 mai : Prise de possession par Nicolas Perrot « de la Baye des Puants, lacs et Rivieres des Outagamis et Maskoutins, Riviere de Ouiskouche et celle de Mississipi, païs des Nadouesioux, Riviere Ste Croix Et St. Pierre et autres lieux plus eloignés ».

8030 juillet : Poursuite par Perrot d’un certain Paru pour injures et diffamation (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 900-901).

815 août : Massacre de Lachine.

8226 août : Poursuite de Jeanne Dandonneau pour saisir ce que Perrot doit à Mathieu Brunet (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 921-922).

8328 août : Engagement en qualité de voyageur de Louis Duquet-Duverdier et Louis Provancher à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1483). Perrot a signé l’acte.

8430 août : Emprunt de 1600 £ de Nicolas Perrot à Jean-Baptiste Beauvais, dit Saint Jesme (acte passé devant Me Jean-Baptiste Pottier, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2427, acte n° 59). Perrot a signé l’acte.

8531 août : Transport d’une somme de 400 £ « En Castors » ou en lettres de change, par Louis Duquet-Duverdier, de

86Québec, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint- Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1484). Perrot a signé l’acte.

871erseptembre : Obligation de 682 £ de N. Perrot à Louis Provancher, du Cap-de-la-Madeleine (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1485). Perrot a signé l’acte.

881" septembre : Obligation de 428 £ de N. Perrot à Louis Duquet-Duverdier, de Québec (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1486). Perrot a signé l’acte.

899 septembre : Poursuite de Pierre Lussaud, qui réclame les sommes de 84 £ et de 32 £ à Perrot (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 961- 962).

9011 septembre : Obligation de 8 607 £ de N. Perrot à François Chorrel de St-Romain, marchand de Champlain (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1490). Perrot a signé l’acte.

9112 septembre : Convention entre Charles Patu, marchand de Québec, procureur de Messieurs les anciens Fermiers de ce pays et Charles Catignon, marchand de Québec, et N. Perrot, dans laquelle Perrot reconnaît leur devoir 16 000 £ (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1491). Perrot a signé l’acte.

9226 septembre : Transport d’une somme de 400 £, par N. Perrot à Charles Patu, marchand de Québec (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1496). Perrot a signé l’acte.

9327 septembre : Poursuite de Jeanne Dandonneau, qui veut récupérer des castors de Mathieu Brunet entre les mains de Perrot (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 1003-1005).

9428 septembre : Poursuite de Pierre Leboulanger, qui veut saisir ce que Perrot doit à Pierre Champou (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 1009-1011).

951eroctobre : Poursuite de 712 £ de François Chorel (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 1017-1018).

962 octobre : Engagement sous seing privé de Louis Cham-balon, à titre de commis-procureur, par Perrot, pour un voyage au pays des Outaouais (ANC, MG 18 B 10, sans numéro d’ordre ni foliotation ; il s’agit de la copie d’un original).

9717 octobre : Obligations de 1 401 £ et de 746 £ de N. Perrot à Laurent Benoist dit Lhivernois, de Longueuil (actes passés devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, actes n° 1512 et 1513). Perrot a signé les actes.

9818 octobre : Obligation de 1 000 £ de N. Perrot à Nicolas Godé, de l’île de Montréal (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1516). Perrot a signé l’acte.

1690

994 février : Vente et cession de droits de traite, par Charles Damours de Louvier, écuyer, de la place Notre-Dame, en la haute ville de Québec, à N. Perrot pour la somme de 425 £ (acte passé devant Me François Genaple, de Bellefonds, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1321, actes non numérotés). Perrot a signé l’acte.

1006 février : Perrot signe au bas de l’acte de mariage de Michel Dizi et Marie-Jeanne Beaudoin (greffe du notaire Séverin Ameau, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 3742, pièce n° 424 : voir B. Suite, Mélanges historiques, p. 60).

10113 février : Accord entre N. Perrot et Charles Patu de Cour-neufve, procureur de Messieurs les anciens fermiers de ce pays, et Charles Catignon, garde-magasin de Sa Majesté, pour le remboursement d’une partie de la dette de Perrot à leur endroit. Perrot s’engage à faire descendre de l’Ouest des castors pour la somme de 16 400 £ (acte passé devant Me Gilles Rageot, ANQ., Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1299, acte n° 3962). Perrot a signé l’acte.

1026 mars : Bail à ferme d’une terre située en la seigneurie de Bécancour, par N. Perrot à Jean Harel, de Gentilly (acte passé devant Me Jean Cusson, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés). Perrot a signé l’acte.

10313 mars : Enregistrement chez Me Gilles Rageot de l’entente faite le 2 octobre 1689 sous seing privé entre Louis Chambalon et N. Perrot.

10411 mai : Engagement en qualité de voyageurs de Jean Cusson et Michel Cusson, son frère, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1628). Perrot a signé l’acte.

10514 mai : Obligation de 1 371 £, 5 sols et 4 deniers de N. Perrot à Pierre Lesueur, de Montréal (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1647). Perrot a signé l’acte.

10614 mai : Procuration, devant Me Adhémar de N. Perrot à Pierre Le Sueur, avec « plain & Entier pouvoir », et pour « Recoignoistre Les soins quil prendra », sous forme de « gage ou apointements La somme de douze Cens Livre [sic] En Castor au pris du magazein De quebek », à son retour à Montréal, prévu en octobre 1691. Le texte comporte aussi un engagement de payer la même somme l’année suivante si Le Sueur montait à nouveau dans l’Ouest (ANC, MG 18 B 10, sans numéro d’ordre ni foliotation ; le texte est une copie de l’original, signé par Perrot et Le Sueur).

10716 mai : Obligation de 1 270 £ de N. Perrot à Bertrand Arnaud, un marchand de Montréal (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1667). Perrot a signé l’acte.

10816 mai : Obligation de N. Perrot à François Charron, un marchand de Montréal (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1668).

10917 mai : Bail à loyer et ferme d’une maison située rue Saint-Joseph, à Montréal, par Guillaume Gouyau dit Lagarde, à N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1670). Perrot a signé l’acte.

11017 mai : Obligation de N. Perrot à Charles Patu, un marchand de Québec (acte passé devant Me Jean-Baptiste Pottier, Archives de Montréal, bobine n° 2427, acte n° 74). Perrot a signé l’acte.

11122 mai : Départ de Perrot avec La Porte de Louvigny pour Michillimakinac. La Porte de Louvigny doit relever Morel de La Durantaye et Perrot et lui ont pour mission de dissuader les « Nations d’en haut » de s’allier avec les Iroquois.

112Perrot laisse La Porte de Louvigny à Michillimakinac et gagne Green Bay, puis le Mississipi, où il fait construire un « établissement » au-dessous de la rivière Ouiskouch (HAS, t. II, p. 260).

11310 juillet : Vente de bœufs et de vaches par l’épouse de N. Perrot à Mathieu Guillet, de Montréal (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1710).

11416 juillet : Remise d’un bail à ferme d’une terre par Jean Harel, un fermier de la rivière Bécancour, à Pierre Lhomme, fondé de pouvoir de Marie-Madeleine Raclot et de N. Perrot, son époux (acte passé devant Me Jean Cusson, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés).

11515 août : A Michillimakinac, Perrot signe un billet pour prier « mr. Arnaud », sans doute Bertrand Arnaud, de payer à Goulet, sans doute Joseph Goulet, la somme de « neuf Cens Livre [sic] en Castor pour reste de Ces [sic] Sallaires Et tout Compte fait » (Chicago Historical Society, Gunther Collection).

11615 août : Baptême à Montréal de Jean, fils de N. Perrot et de M.-M. Raclot (H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 5). Acte de mariage : 18 août 1714, à Repentigny, avec Marie Quintin (C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475, et t. VI, p. 316 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 60). Selon R. Douville, Jean épouse Marie Quentin, et non Quintin. Il prendra le nom de Perrot, dit Duchesne (R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 49).

1174 octobre : Plainte d’Alexandre Turpin qui réclame une somme de 400 £ de Nicolas Perrot en se fondant sur un « billet en Castors ». Marie-Madeleine Raclot représente son mari à titre de « procuratrice ». Perrot est condamné à payer la somme à Alexandre Turpin (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, bobine n° 2151, f. 15v°-16). Le 31 mars de l’année suivante, Claude Maugue enregistre la promesse de N. Perrot d’acquitter sa dette, en même temps qu’Alexandre Turpin la transfère à Charles de Couagne (acte passé devant Me Claude Maugue, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2043, acte n° 2407).

118« Etablissement » de Perrot « au dessous » de la rivière Wisconsin (HAS, t. II, p. 260).

1691

11918 août : Vente de deux congés par Marie-Madeleine Raclot, épouse de N. Perrot, présentement « aux Outaouaz », à Jean-Baptiste Dorval, Paul Dorval, Antoine Trudel et Philippe Trudel (acte passé devant Mc Claude Maugue, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2044, actes non numérotés).

12020 août : Société entre François Perrot et Guillaume Boucher (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 20 août 1691, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1908).

12123 août : Entente entre François Perrot, Guillaume Boucher et Jean-Baptiste Charly (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 23 août 1691, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1911).

12227 novembre : Demande de remboursement d’une somme de 11 645 £ « En Castors » de François Charron à la suite d’une « obligation » de Perrot signée le 16 mai 1690. La femme de Perrot représente son mari (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, bobine n° 2151, f. 316).

12318 décembre : Plainte de François Charron, qui n’a pas été remboursé. La femme de Perrot représente son mari (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, bobine n° 2151, f. 327v°-328r°).

1241692 22 avril : Obligation de Léonard Paillard, maître charpentier de moulin, du coteau Saint-Louis, à Montréal, à Marie-Madeleine Raclot et N. Perrot, son époux, alors « absent » (acte passé devant Me Claude Maugue, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2044, actes non numérotés).

12514 août : Cautionnement de Charles de Couagne pour les sommes que Jean-Baptiste Dorval, Paul Dorval, Antoine Trudel et Philippe Trudel doivent à Nicolas Perrot (acte passé devant Me Claude Maugue, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2044, acte n° 2569).

12626 août : Procédure de saisie à l’encontre des frères Dorval, Trudel et Deneaux de tout ce qu’ils doivent à Nicolas Perrot jusqu’à « concurrence » d’une somme de 950 £ « En Castors » par Jean et Benjamin Cusson, qui agissent en leur nom et au nom de leur père Jean (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, bobine n° 2151, f. 510v°).

1693

1279 septembre : Transport de deux permissions de traite par Nicolas Perrot, « commandant pour Le Roy aux Scioux estant presentement en ceste ville » [Montréal], à François Charron, un marchand de Montréal, afin d’acquitter en partie sa dette (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4636, acte n° 2506 ; ANC, MG8, C8, vol. 1, p. 96-98). Perrot a signé l’acte.

1289 septembre : Transport par N. Perrot à François Charron de toutes les pelleteries que lui doivent les Amérindiens, ainsi que celles « qui sont tant A Missillimakinac qu’en au[tr]es Lieux, Et Celles dont Il sera paye avec ce quy proviendra de la traicte des marchandises » fournies par Charron pour qu’il puisse poursuivre ses activités commerciales dans l’Ouest (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4636, acte n° 2507). Perrot a signé l’acte.

12913 septembre : Départ pour l’Ouest de Perrot, d’Ailleboust de Manthet, de La Porte de Louvigny et d’Ailleboust d’Argen-teuil, sous la conduite de Henri de Tonty, commandant aux Illinois. Perrot a mission de maintenir les Miamis dans l’alliance française (« Relation » de 1692-1693, ANF, Col. C11A 12, f. 203 et f. 282 ; HDG, t. II, p. 133). Perrot doit occuper le poste de Marameg.

130Selon Bacqueville de La Potherie (HAS, t. II, p. 284), Perrot faillit « être brûlé par les Mascoutechs ».

1694

  • 12 Mais Perrot accompagne des Amérindiens jusqu’à Montréal, le 14 août 1695. Il revient définitivemen (...)

131Selon Benjamin Suite (Mélanges historiques, p. 61-62), Perrot accompagne des chefs amérindiens de l’Ouest dans la colonie, puis reprend la route de 1 Ouest, où il demeure jusqu’en 169912.

1695

13226 août : Collation de plusieurs quittances de Louis Leconte-Dupré, à Pierre Guillet, dit Lajeunesse, et Madeleine Delannée, son épouse, et N. Perrot et son épouse (acte passé devant Me Jean Cusson, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés).

13314 août : Retour de Perrot de l’Ouest avec « dix ou douze canots de sauvages pouteouatamis sakis folles avoines outa-gamis et meamis & maramiek » (ANF, Col. C11A 13, f. 384-385, et Col. C11A14, f. 84).

13417 août : Départ des Amérindiens alliés de l’Ouest : Perrot doit les rejoindre le lendemain avec dix ou douze Français (« Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le Depart des vaisseaux de 1695. Jusques au commencement de Nouembre 1696. », ANF, Col. C11A 14, f. 86-91).

1352 septembre : Mémoire d’une dette de Perrot aux époux Godé, qui agissent pour leur fils défunt (acte passé devant Me Claude Maugue, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2044, actes non numérotés). Perrot a signé l’acte. Un ajout, au-dessous des signatures, précise que le 13 septembre les époux Godé « transportent] » la dette à Charles de Couagne.

1696

13618 avril : Transport par Bertrand Arnaud à Siméon Rhéaume d’une somme de 2 281 £ 8 sols et 6 deniers que lui doit N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4637, acte n° 3436).

13721 mai : « Declaration » du roi interdisant la course dans les bois, supprimant les congés, ordonnant le retour de tous les Français en course et l’abandon des postes de l’Ouest, à l’exception de celui des Illinois, donné en concession à Tonty et Laforest (ANF, Col. C11A 125, f. 195-199).

1697

13817 février : Procuration de N. Perrot à ses fils François, Nicolas et Michel pour qu’ils puissent retirer des Miamis, des Mascoutins et des Sauteux « ce qu’ils pourront des pillages et avances » qu’ils lui doivent (Chicago, Chicago Historical Society, French Manuscripts, A. L. Schmidt Collection).

13929 août : Lamothe-Cadillac rentre dans la colonie avec « quantité » de Sauvages des nations d’En Haut et plusieurs canots de Français. Il se rend à Québec avec « les plus considérables » quatre ou cinq jours après. « Le nommé Nicolas Perot voyageur françois fort connu de touttes ces nations avoit été pillé par les miamis, et en auroit été brulé, si les Outagamis ou Renards ne s’y etoient opposés » (« Relation » de 1696-1697, ANF, Col. C11A 15, f. 13).

140Retour de Perrot de l’Ouest. Il s’établit de façon définitive sur sa concession de Bécancour (DBC, t. II, p. 542).

14130 août : Comparution de N. Perrot devant le lieutenant général de Montréal, à la demande de Louis d’Ailleboust qui veut faire confirmer une saisie de castors que Perrot essayait d’éviter en attribuant les peaux à son fils Nicolas (ANQ, Archives judiciaires de Montréal, Juridiction royale, pièce n° 231).

14217 septembre : Condamnation de N. Perrot à payer la somme de 600 £ en castors à Jean Legros, dit Laviolette, à titre de « Gages & salaire de deux annees quil La servy dans L’a societte quil avoit au pais des 8ta8ois ». Perrot ne s’était pas présenté à une première assignation, le 10 septembre (ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 3, f. 650 et 655).

14322 septembre : Vente d’une permission de traite par Nicolas Perrot à Jacques Lemoine, de Batiscan (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4637, acte n° 3854). Perrot a signé l’acte.

14419 décembre : Vente par Barthelemy David à Michel et à Nicolas Perrot d’une terre de trois arpents et demi sur vingt de profondeur sur le bord de la rivière Bécancour (acte passé devant Me Jean Cusson, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés). Perrot a signé l’acte. Selon l’acte de vente, la terre voisine est occupée par Claude David et Michel David. Sur la carte de 1709 de Gédéon de Catalogne, la douzième terre attribuée à « Mi perot » est contiguë à celle attribuée à « David ».

1698

1452 juin : Achat par François Perrot d’une terre de trois arpents « joignant d’Un costé ledit Nicolas Perrot pere, et d’autre Jacob Sauvage » (greffe du notaire Jean Cusson, Jugements et délibérations du Conseil supérieur de Québec, t. V, p. 202). Après la mort de François, en 1704, un long procès opposera l’épouse de Nicolas Perrot, l’héritière de François, aux héritiers de Jacob L’Heureux et de Sébastien Provencher, qui contesteront ses droits sur la terre. Ce n’est qu’en 1711 qu’elle aura gain de cause : voir jugements du 31 août 1699 et du 7 juillet 1704 (Jugements et délibérations du Conseil souve-raindelaNouvelle-France, t. IV, p. 344-345,1030-1031,1038 et 1041-1042) ; arrêts du 27 avril 1705 et du 6 juillet 1705 (ibid., t. V, p. 82-83 et 96-98) ; ordre de comparution du 30 mars 1711 (ibid., t. VI, p. 202-203) ; voir aussi R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 52-53.

14624 novembre : Faute d’avoir pu payer les 4 000 £ qu’il doit à Jean Lechasseur pour l’achat de la seigneurie de Rivière-du-Loup, ainsi que les intérêts de 1400 £, Perrot est condamné à rendre la seigneurie à Jean Lechasseur et le contrat de vente est déclaré nul (voir jugement du 24 novembre 1698, ANQ, Juridiction royale de Trois-Rivières, Registre des procès-verbaux d’audiences, vol. 1690-1701, p. 307-311 ; Jugements et délibérations du Conseil souverain de la Nouvelle-France, t. IV, p. 486).

1699

14730 juin : Comparution de Monseignat à la demande de N. Perrot (ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 161).

1483 juillet : Tentative d’Olivier Morel de la Durantaye de se faire rembourser une somme de 6 800 £ que lui doit Perrot (ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 163v°).

14924 juillet : Condamnation de N. Perrot à rembourser à Charles de Couagne la somme de 1230 £ « en Castors au prix du bureau ou En lettres de Change pour france » (ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 168r, 170v°-171r° et 172r°-173r°).

15021 août : Jugement défavorable à l’endroit de N. Perrot, qui poursuit Nicolas Godé pour se faire rembourser la somme de « Douze livres En Castors » (ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 190r°).

15128 août : Transport de castors par N. Perrot à François Chorrel de Saint-Romain, marchand de Montréal (acte passé devant Me Pierre Raimbault, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 3504, acte n° 185). Perrot a signé l’acte.

1521erseptembre : Échec d’une tentative de N. Perrot de faire comparaître Léonard Paillard (ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 195v°).

1534 septembre : Échec d’une tentative de Marie Cartié pour faire comparaître N. Perrot (ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 196v°).

15411 septembre : Condamnation de N. Perrot à payer à Marie Cartié et à Renne Fezeret la somme de 1160 £ qu’il « Leur doit par son billet du 16 Juillet 1691 fait A la baye » (ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 198v°-199r°).

1700

15525 février : Extrait du livre de Charles de Couagne, marchand de Montréal, concernant N. Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4639, acte n° 5064). Perrot a signé l’acte.

15615 mai : Obligation de 73 £ de N. Perrot à Joseph Prieur, huissier audiencier en la Prévôté de Québec (acte passé devant Me Charles Rageot, de Saint-Luc, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 11521, actes non numérotés). Perrot a signé l’acte.

15711 octobre : Jugement du Conseil souverain qui confirme celui du 24 novembre 1698 de la Juridiction royale de Trois-Rivières qui obligeait Perrot à rendre la seigneurie de Rivière-du-Loup à Jean Lechasseur (voir Jugements et délibérations du Conseil souverain de la Nouvelle-France, t. IV, p. 486).

15823 novembre : Vente de droits successifs mobiliers et immobiliers situés en la censive de la seigneurie de Beaupré, par N. Perrot, de la ville de Québec, fondé de procuration de Joseph Parent, taillandier, et Madeleine Marette, son épouse, de Montréal, tant en son nom que comme procureur de Jean-Baptiste Marette, à Charles Marette et François Marette, frères (acte passé devant Me Étienne Jacob, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 19782, acte n° 690). Perrot a signé l’acte.

1701

15922 mars : « Jugement de Monsieur de Champigny Intendant de la Nouvelle France du 22e Mars 1701 qui renvoye quittes et absous les srs. De Monseignat et de Couagne des demandes de Nicolas et françois Perrot » (ANF, Col. C11A 19, f. 134-137).

16029 avril : Plainte de Charles de Couagne, qui accuse les frères Estienne et François Campault et Nicolas Perrot de lui avoir infligé des « mauvais traittemens » (Jugements et délibérations du Conseil souverain de la Nouvelle-France, t. IV, p. 566-567). Voir aussi audience du 6 mai (ibid., p. 582-583).

1616 août : Perrot sert d’interprète lors des pourparlers de paix (HAS, t. IV, p. 241 ; HDG, t. II, p. 281).

1702

16216 août : Renonciation à la communauté de biens par Marie-Madeleine Raclot, épouse de N. Perrot (acte passé devant

163Me Daniel Normandin, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1465, actes non numérotés).

16429 août : « Enquête faitte par nous Jean LeChasseur », ANQ, Québec, Collection des Pièces judiciaires et notariales, pièce n° 313.

165Perrot fait appel au ministre de la Marine, ce qui donne lieu à une lettre explicative de Callières et de Beauharnois, datée du 3 novembre 1702, dans laquelle ils estiment que tout « ce qui est allégué dans Lad. req[uê]te [de Perrot au ministre] contre Le Sr de Monseignat, Controlleur de La marine, cy devant Secretaire de feu M. Le Comte de Frontenac, a esté reglé et jugé » par Champigny le 22 mars 1701, Monseignat étant quitte et absout, Perrot, père et fils, « déboutez avec depens » (ANF, Col. C11A 20, f. 69-70). Il ajoutent « qu’on luy a fait beaucoup de présens, et memem[en]t depuis deux ans, pour tacher de Le faire subcister, étant absolum[en]t ruiné et accablé de dettes par les depences Extraordinaires qu’il a faites mal à propos avec les Sauvages dans les Lieux eloignez. Il est vray qu’il a beaucoup perdu dans une [sic] incendie arrivée à [Saint-François-Xavier] et qu’il a esté pillé par les Renards ». Les deux hommes concluent : « comme il est tres pauvre et tres miserable, Si Sa Maj[es]té vouloit Luy faire quelque petite pension en consideration de ces Longs services, cela l’aideroit a subcister » (ANF, Col. C11A 20, f. 70).

1703

16618 mai : Délaissement d’une terre par N. Perrot à Pierre Perrot et Claude Perrot, ses fils (acte passé devant Me Daniel Normandin, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1465, actes non numérotés). Perrot a signé l’acte.

1704

16714 novembre : Cession d’une somme de 1 000 £ par N. Perrot à Joseph Prieur, procureur du Roi et commis au siège de la Prévôté et Amirauté de Québec (acte passé devant Me Louis Chambalon, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1378, acte non numéroté). Perrot a signé l’acte.

1705

168Mémoire de Perrot sur le commerce des peaux ( ?) : « Il Expose par un narré long et confus les miseres du pays et les injustices qui s’y commettent. Il dit qu’il est à craindre les usures et les surventes ne fassent prendre aux sauvages le party de nous abandonner pour aller aux anglois ». En marge, à gauche, d’une autre écriture : « tant que la guerre durera on ne peut guere esperer que les marchandises puissent se trouver à bon marché » (« Extrait des lettres de Canada de l’année 1705 » ANF, Col. C11A 23 f. 199).

1706

16912 février : Ordonnance de Jacques Raudot l’intendant de la colonie, ordonnant l’exécution du jugement de Cham-pigny, du 22 mars 1701 (ANC, MG8, A6, vol. 1, p. 73-75).

17021 avril : Ordonnance de Raudot en faveur de Nicolas et de Michel Perrot contre le sieur Gaillard, curateur de la succession vacante de feu sieur de La Chesnaye (ANC, MG8, A6, vol. l, p. 127-128).

1707

1716 octobre : Ordonnance de Raudot pour obliger la veuve Verdier à payer à Perrot « au jour de la St Martin de chaque année » la rente des terres concédées (ANC, MG8, A6, vol. 2, p. 17-18).

1708

17215 juin (10 juin 1710, selon R. Douville) : Ordonnance de Jacques Raudot donnant raison à Perrot dans le procès qui dure depuis sept ans, au sujet d’une terre dans l’île située dans l’embouchure de la rivière Bécancour, cédée en partie à Michel, son fils, mais qui a été incluse dans les terres concédées aux Abénaquis (R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 53 ; Édits, ordonnances, déclarations et arrêts relatifs à la tenure seigneuriale, demandés par une adresse de l’Assemblée législative, 1851, Québec, Imprimerie de E. R. Fréchette, 1852, p. 38-39).

1710

17324 août : « Ordonnance [d’Antoine-Denis Raudot] qui maintient le sieur Michel Perrot dans la propriété et jouissance d’une terre à lui donnée en échange par le nommé La Rose et qui enjoint Monsr. de Bécancourt de lui en délivrer un contrat de concession » (Édits, ordonnances, déclarations et arrêts relatifs à la tenure seigneuriale, demandés par une adresse de l’Assemblée législative, p. 38-39 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 53 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 335). Dans l’ordonnance, Nicolas Perrot porte le titre de « capitaine de coste ».

1717

17413 août : Mort de Nicolas Perrot. Il est inhumé le lendemain à l’église de Bécancour : « L’an 1717 j’ay enterré dans L’église de Bekancour nicolas perrot Le 14 d’aoust il mourut Le 13 du meme mois apres avoir receu tous Les sacremens de L’eglise, agé de 74 ans. De La Chasse De la C. de Jésus » (Registre de la paroisse de Bécancour, ANQ, Centre d’archives de la Mauricie Centre-du-Québec ; voir aussi B. Suite, Mélanges historiques, p. 63).

17518 octobre : Achat par Marie-Madeleine Raclot d’une terre située à Saint-Sulpice, à Montréal (acte passé devant Me Nicolas Senet, dit Liberté, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2429, acte n° 530).

1724

176Mort de Marie-Madeleine Raclot, épouse de Nicolas Perrot (DBC, t. II, p. 542).

Notes

1 Selon le recensement de 1666, Nicolas Perrot est âgé de vingt-deux ans ; selon celui de 1681, il est âgé de trente-sept ans : il serait alors né en 1644 (voir infra, p. 141 et 146). Mais le recensement de 1667 lui donne vingt-six ans, ce qui le fait naître en 1641 (voir infra, p. 141).

2 Dans le Dictionnaire biographique du Canada (t. II, p. 540), les rédacteurs orthographient le nom Sivot.

3 Autre hypothèse à ne pas exclure d’emblée : les patrons de Perrot peuvent l’avoir fait inscrire sur le rôle du recenseur comme domestique à leur service même s’il était en dehors de la colonie.

4 A moins, bien sûr, que les prêtres du séminaire aient fait inscrire le nom de Perrot même s’il était dans l’Ouest.

5 Voir HAS, t. II, p. 124. Selon le Dictionnaire biographique du Canada (t. II, p. 540), Perrot « forme alors, c’est-à-dire après avoir été retenu pour monter dans l’Ouest avec Saint-Lusson, une nouvelle société commerciale, cette fois avec Jean Dupuis, Denis Masse, Pierre Poupart, Jean Guytard et Jacques Benoît, et se met en route avec Saint-Lusson ». Mais la société est formée le 1er septembre, alors que les ordres de Jean Talon ne furent donnés que le 3 septembre.

6 De fait, le prénom Madeleine apparaît dans plusieurs actes notariés pour désigner l’épouse de Nicolas Perrot.

7 Sur la localisation de la terre, voir supra, p. 30.

8 Sur les tribulations judiciaires de François Dufaux, voir R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 55-58.

9 C’est le nom attribué à la « femme » de « Nicholas Perrot » par Luc Filiastre, le prêtre qui a baptisé l’enfant (voir registre de la paroisse de L’Immaculée-Conception-des-Trois-Rivières, ANQ, Centre d’archives de la Mauricie Centre-du-Québec). Cyprien Tangauy (Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475) décale le baptême d’une année.

10 Recensement des familles de la seigneurie de Lintot, Linctot ou Lingtot, qui était située entre les seigneuries de Bécancour et de Jentilly, ou Gentilly, selon Gédéon de Catalogne (voir « Mémoire de Gédéon de Catalogne sur les plans des seigneuries et habitations des gouvernements de Québec, les Trois-Rivières et Montréal », du 7 octobre 1712, dans Bulletin des recherches historiques, vol. 21, n° 11, novembre 1915, p. 335 ; voir aussi M. Trudel, « Carte approximative des fiefs du gouvernement des Trois-Rivières en 1760 », dans Atlas historique du Canada français).

11 Sans doute Michel, né en 1677.

12 Mais Perrot accompagne des Amérindiens jusqu’à Montréal, le 14 août 1695. Il revient définitivement dans la colonie en 1697.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search