Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le triomphe de la scène intermédiale

 | 
Jean-Marc Larrue
, 
Giusy Pisano

Coprésence d’imaginaires

Chapitre 8. Coprésence de l’absente : le cinéma et son double dans les pièces La course à l’étoile (1928) et Les frénétiques (1929)

Jean-Pierre Sirois-Trahan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet article a été rendu possible grâce au soutien du programme Subventions de développement Savoir du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH). Guillaume Lavoie m’a fait des commentaires judicieux sur ce texte ; de même, François Gauvin m’a été d’une grande aide. Qu’ils en soient ici remerciés.

Dans un article récent, j’avais discuté de ce que j’ai nommé les « dispositifs mixtes théâtre/cinéma » et leur mise en scène/film2. Il s’agissait de faire l’archéologie du théâtre de l’image en analysant un certain nombre de pièces (des féeries, des revues et des vaudevilles – la scène populaire en somme) qui intégraient la machinerie cinématographique dans leur dispositif scénique, soit comme trucage invisible, soit en alternance avec le théâtre pour représenter une même diégèse, soit comme accessoire intradiégétique. Sur une trentaine d’années d’expérimentation, ce panorama historique allait de La biche au bois au Châtelet en 1896 jusqu’au Petit péché au théâtre de la Coméd...

Auteur

Directeur de la revue savante Nouvelles Vues, Jean-Pierre Sirois-Trahan est professeur de cinéma au Département des littératures de l’Université Laval depuis 2003. Il a dirigé avec Sophie-Jan Arrien l’ouvrage Le montage des identités (PUL, coll. Kairos, 2008). Il a codirigé un numéro de la revue Cinémas sur le dispositif cinématographique (2003), deux numéros de Nouvelles Vues sur le nouveau cinéma québécois (2011) et sur le ciné-rock (2015) et un numéro de Cinémas sur la théorie et l’histoire du son (2013) avec Martin Barnier. Il s’intéresse notamment au cinéma des débuts, sur lequel il a publié plusieurs articles et codirigé deux ouvrages : Au pays des ennemis du cinéma : Pour une nouvelle histoire des débuts du cinéma au Québec (Nuit blanche, 1996) et La vie ou du moins ses apparences : Émergence du cinéma dans la presse de la Belle Époque (Cinémathèque québécoise/Grafics, 2002). Théoricien et historien, il travaille actuellement sur l’intermédialité du cinéma, le découpage et le cinéma de Georges Méliès dont il a établi l’autobiographie : La vie et l’œuvre d’un pionnier du cinéma (La petite collection, Éditions du Sonneur, 2012).

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540