Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Note sur l’établissement du texte

Pierre Berthiaume

Texte intégral

1Le manuscrit de « Mœurs Coustumes Et Relligion des Sauvages de L’Amérique septentrion[a]le » de Nicolas Perrot se trouve dans le volume 176 du fonds Brotier des Archives de la « Province de France » de la Compagnie de Jésus, à Vanves, en banlieue de Paris.

2Le volume comprend deux textes, celui de Perrot (p. 1-284) et un « Memoire pour la Découverte de La Mer d’Ouest » (p. 285-294), attribué à Charlevoix. Le texte de Perrot porte le numéro 55, le second, le numéro 57.

  • 1 À noter que la calligraphie du manuscnt n’est pas celle de Perrot.

3Écrit sur des feuillets de 16,5 cm de largeur sur 22,4 cm de hauteur, le texte de Perrot est manifestement une transcription, sans doute faite à la demande de Charlevoix en prévision de la rédaction de son Histoire et description générale de la Nouvelle France. Peut-être la copie a-t-elle même été tirée à Québec, avant le départ de Charlevoix pour la Louisiane1. Le texte couvre le recto (page impaire) et le verso (page paire) de chacun des feuillets, avec deux exceptions. Le feuillet des pages 213 (recto) et 214 (verso) est suivi d’un feuillet dont le recto ne comporte pas de numéro de page : ce n’est qu’au verso du feuillet que l’on trouve le chiffre 215. Le recto du feuillet suivant n’est pas, lui non plus, numéroté et c’est au verso du feuillet que l’on trouve la page 216. En somme, après une pagination continue, recto verso, les deux feuillets qui suivent le feuillet des pages 213 et 214 ne sont numérotés qu’au verso. Après cette erreur du copiste, la numérotation des pages est à nouveau continue, recto verso.

  • 2 La calligraphie du texte diffère de celle du faux-titre.
  • 3 Un mot, illisible, est biffé après la parenthèse et la virgule.
  • 4 Un mot, illisible, est biffé avant l’article.
  • 5 Le nom, écrit à l’encre rouge, est souligné de deux traits parallèles.
  • 6 Au moment où il amorce le récit de la prise de possession des territoires de l’Ouest sous la condu (...)
  • 7 « J’ai encore profité de deux Manuscrits, dont le premier m’a été communiqué par M. Begon, Intenda (...)

4Sur la première page, non numérotée, du manuscrit, on lit : « PERROT », écrit à l’encre bleue et d’une calligraphie moderne. Peut-être est-ce le père Joseph Dehergne, l’ancien archiviste de la Compagnie de Jésus, qui a ajouté le nom de Perrot en lettres capitales. En haut, à gauche de la page, on peut lire : « Ce texte est connu mais à cause de ses corrections manuscrites nous le microfilmons (avril 1967) ». Au-dessous, on trouve le titre « Mœurs CoustuMes Et Relligion des Sauvages De L’Amerique septentrion[a]le » ; sous le titre, une accolade orientée vers le bas de la page, sous laquelle on lit2 : « Au dire du P. Alet (Jean, 18443),/Le4 mémoire est certainement de Nicolas Perrot5/au moins depuis la P. 133 ; et le P. Charlevoix avait vu/de cet écrit au moins la P. 217 et suivantes (v. Histoire/in 4° 1744/génerale De la N. France L. X P 436 et suivantes ; on y / voit qui était Nic. Perrot6. Et V. aussi liste des auteurs / / P. LX à la suite du T. 2e - 7/On voit p. 206 et suivantes, que l’auteur avait/été chez les Outaouas./ 253/Et p. 225, il annonce qu’il avait rédigé plusieurs autre mémoire (sic) pour Mr.../Et (p. 271) pour Mr De Vaudreuil. » Sous ces notations, Jules Tailhan a écrit : « 8 9bre 1856 Que ce mémoire soit de Nicolas Perrot ; le fait est

  • 8 Au-dessus de l’adjectif et de la conjonction, un mot, illisible, a été biffé.
  • 9 Les mots « moins c’est » sont ajoutés au-dessus de la ligne.
  • 10 Jules Tailhan a d’abord écrit : « n’est pas de son écriture ». Il a biffé « de son écriture », pui (...)
  • 11 Après « lettres », « autographes » a été biffé.c Après « lettres », « autographes » a été biffé. A (...)

5certain, mais8/ce qui ne l’est pas moins c’est9 qu’il n’est pas autographe10 ainsi que me l’a/attesté aujourd’hui même Mr. l’abbé Ferland de Québec, qui a/en sa possession plusieurs lettres11 du Susdit Perrot./ J. Tailhan. »

6A lire les observations qui précèdent, on constate que l’identité de l’auteur des « mémoires » ne semble jamais avoir été mise en doute.

7Bien que le texte du manuscrit soit une copie, il comporte deux cent trente-sept corrections, sans doute faites au moment de la transcription du texte original de Perrot : mots biffés ; mots biffés et remplacés par un autre ; doublets corrigés ; mots ajoutés dans la marge ou au-dessus de la ligne ; corrections orthographiques ou grammaticlaes. Nous signalons chacune d’elles par le signe ° qui renvoie à une liste à la fin de l’ouvrage (p. 467-474).

La langue

  • 12 Mais, étrangement, le substantif « méchant » a conservé le « t » au pluriel : « mechants ».
  • 13 Sur la même page, on lit, toutefois : « les Scioux [...] faisant », ce qui montre bien que la règl (...)

8Dans l’ensemble, l’orthographe du manuscrit n’est guère différente de celle de l’époque. Ainsi « oi » est-il toujours employé là où, en français moderne, on emploie « ai » (« François », « connoissance », « vouloit », « paroissoit »). Le plus souvent, les mots qui se terminent en « ent » ne prennent pas de « t » au pluriel (« des presens », « les parens »), tout comme les mots qui finissent par « ant » (« les enfans », « les assistans12 »). Mais dans le cas des participes présents au pluriel, Perrot, ou son copiste, ajoute souvent un « s » à la désinence, tout en conservant le « t » (« les Outaoüas, craignants », « les Hurons glissants13 »). Beaucoup de mots commençant par un « s » sont doublés d’un « c », comme le voulait l’orthographe du xviie siècle (« scavoir », « Scioux »).

9Dans le manuscrit, l’adverbe « toujours » apparaît sous la forme ancienne (« tousjours ») et l’adjectif et le pronom indéfinis « tout » conserve le plus souvent son « t » au pluriel (« touts les autres pouvoient », « ces derniers formerent de touts leurs villages »), mais pas toujours (« qui conversent tous les jours avec eux », « sur lequel estoient tous les animaux »). « Tout » est aussi l’occasion d’une autre oscillation orthographique : au féminin, « tout » prend parfois deux « t », parfois un, si bien qu’on trouve « toutte » et « toute », la première forme étant cependant de loin la plus fréquente.

10Peut-être la prononciation a-t-elle imposé certains choix orthographiques. Par exemple, la lettre « z » prend la place du « s » dans « azile » et « agonizer ». Mais dans le cas de lettres qui se prononcent de la même façon, comme le « a » et le « e », Perrot, ou son copiste, à l’instar de nombre de leurs contemporains, choisissent l’une ou l’autre lettre et écrivent : « landemain », « fiante », mais « reprimende ». La même règle, ou la même absence de règle, s’applique au « i » et au « y ». Ainsi peut-on voir le mot « parti » écrit « party », « tapis » écrit « tapys », pour ne citer que deux exemples. Les deux lettres se confondent tellement aux yeux de Perrot ou de son copiste que sur la même ligne, on lit « Michipissy » et « Michypissy ». D’autre part, comme c’était souvent le cas à l’époque, le « h » muet est omis, par exemple, dans les mots « antropophage », « autentique » et « labyrinte ».

  • 14 Par exemple, « âge » s’écrit « aage » et « rut », « ruth ».

11À la vérité, comme le suggère l’exemple de « tout », l’orthographe de Perrot, ou de son copiste, n’est pas constante : le même mot peut être écrit de façon différente d’une page à l’autre, voire à quelques lignes de distance. Par exemple, dans le cas des mots à l’orthographe qui rappelle leur étymologie, vraie ou fausse14, le rédacteur hésite sans cesse entre la forme ancienne et la forme moderne : « mesme » est aussi écrit « meme », « flesche », « fleche », « maistre », « maitre », « echappé », « eschappé », « effect », « effet », « picquet », « piquet », « fust », « fut ». Quant au mot « neige », il est parfois orthographié « nege ».

  • 15 Perrot double aussi, à l’occasion, d’autres consonnes : « rouleaux » prend deux « 1 » (« roulleaux (...)

12Le doublement des consonnes à l’intérieur d’un mot, ou l’absence de doublement, semble n’obéir à aucune logique : « cabane » s’écrit tout aussi bien « cabanne ». Mais dans le cas des mots qui comportent la lettre « t », Perrot, ou son copiste, ont tendance à doubler la lettre : en plus du mot « tout », déjà signalé, on trouve « ensuitte », « cuitte », « visitté15 », etc. En revanche, beaucoup de mots, qui ont aujourd’hui une consonne double, n’en ont qu’une dans le manuscrit (« aporter », « raporter », « raport », « aprennent », « aproche », « aprester »).

13On se doute bien que l’orthographe des toponymes et des noms de tribus amérindiennes varie, ce qui ne facilite pas toujours l’identification des lieux et des protagonistes. Par exemple, Chagouamigon s’écrit de deux façons : « Chaouamikon » et « Chagouamikon ». Perrot hésite aussi entre « Outaoüais » et « Outaoüas ».

  • 16 Mais souvent l’accent est omis : « apres ».
  • 17 Mais comme c’est souvent le cas, l’orthographe varie parfois et on peut lire : « jouer », « joueur (...)

14Les accents posent aussi quelques difficultés. Les seuls accents auxquels a recours Perrot sont l’accent aigu, le tréma et, plus rarement, l’accent circonflexe. L’accent aigu est assez souvent présent dans les participes passés écrits au singulier, mais pas toujours. On le trouve aussi sur le « e » de la préposition « après », souvent orthographiée « aprés16 ». Perrot ignore l’accent grave et les mots qui, en français moderne, prennent un accent grave, sont toujours orthographiés sans accent dans le texte (« tres », « pres », aupres », « a » préposition, « ou » pronom relatif, les adverbes « la », « au dela », « voila »). Pour sa part, le tréma permet d’indiquer que le « u » n’est pas une consonne, par exemple dans les mots « jouer », « joueur », « tué », « dépouille », « deuil », « eu », « pretendüe », « continüe17 ». Enfin, l’accent circonflexe est parfois utilisé, mais fort parcimonieusement.

  • 18 Encore qu’il arrive que l’on trouve, dans le cas des participes passés au pluriel, la désinence «  (...)

15Dans le texte, une lettre qui ressemble à un « r », auquel on aurait ajouté le début de la queue pour en faire un « z », sert à marquer le pluriel des mots se terminant en « és », notamment les participes passés18. Ainsi « alliés », « concavités », « estoient obligés » s’écrivent-ils avec ce signe à la fin du mot pour marquer le pluriel. Faute de pouvoir utiliser ce signe et dans le but d’éviter toute confusion avec la désinence « ez », nous avons choisi de moderniser l’orthographe de ces mots et d’écrire, par conséquent : « alliés », « concavités », « obligés », etc.

  • 19 À noter que le manuscrit comporte quelques rares deux-points.

16La ponctuation du texte se réduit à deux signes : la virgule, parfois suivie par un mot commençant par une majuscule, parfois par un mot commençant par une minuscule, et le point-virgule, lui aussi suivi d’une majuscule ou d’une minuscule19. Les virgules, parce qu’elles marquent parfois la fin d’une phrase et qu’à d’autres occasions elles indiquent une pause à l’intérieur d’une phrase, constituent un véritable casse-tête. En outre, il n’est pas certain qu’elles soient de la même main, certains signes étant d’une encre plus pâle que celle du reste du texte, notamment des autres signes de ponctuation. En outre, à partir du chapitre intitulé « Maniere dont les Sauvages font la feste de leurs morts », la ponctuation disparaît presque complètement du texte. Une des caractéristiques de la ponctuation est la présence de virgules « ouvrantes » pour annoncer une proposition subordonnée (« on ne sçauroit dire, que [...] » ; « vous remarquerez, que [...]) ». Le point-virgule, beaucoup moins fréquent que la virgule, marque lui aussi tout aussi bien la fin d’une phrase qu’une pause à l’intérieur d’une phrase. Comme dans le cas de la virgule, le mot qui suit, parfois écrit avec une majuscule, parfois avec une minuscule, ne permet pas toujours de deviner avec certitude le rôle du point-virgule.

  • 20 Voir infra, p. 135.
  • 21 Par exemple : « Le gros des Outaoüas, ayant reconnu que ce n’estoit que pour nous faire honneur qu (...)
  • 22 Par exemple : « Mr. de Tracy, donnant un jour à manger, temoigna à table combien la perte qu’il ve (...)

17Si la grammaire du texte ne pose pas de difficultés importantes20, la syntaxe, en revanche, fait souvent problème. Par exemple, un terme écrit au singulier, mais qui renvoie à un groupe, commande souvent le pluriel dans la suite de la phrase21. Un pronom ou un adjectif démonstratif ne renvoie pas toujours au substantif qui précède, mais à un terme plus éloigné22. Mais la difficulté la plus importante tient au fait que le même pronom puisse parfois désigner des personnes ou des groupes de personnes différents : « Il a consenty cependant à quelques paix qui ont esté faites, mais à dire le vray, il n’y en a eu aucune de bien sincere, puisqu’ils s’en sont servy fort souvent pour mieux couvrir leur jeu, et faire des coups avec plus d’asseurance. » Le premier pronom « il » désigne un clan d’Algonquins, alors que le second, il est vrai écrit au pluriel (« puisqu’ils »), renvoie aux Iroquois. Ces changements de sujet au sein d’une même phrase sont assez fréquents dans le cas des participes présents. Alors qu’il expose comment se font les demandes en mariage chez les Outaouais, Perrot écrit : « Il continue de s’y rendre touttes les nuits, jusqu’à ce qu’il ait eu son agrément, en luy disant que sa mere est maitresse de sa personne. » Le pronom « il » désigne le garçon, qui fait sa cour et qui persévère jusqu’à ce qu’il ait obtenu 1’« agrément » de la jeune fille ; or le sujet de la proposition participiale n’est pas le garçon, mais la jeune fille qui, en rappelant que « sa mere est maitresse de sa personne », indique au garçon qu’il peut maintenant faire sa demande en mariage.

18Est-il besoin d’ajouter que toutes ces caractéristiques du manuscrit (ponctuation déficiente, syntaxe fluctuante), auxquelles il faut ajouter l’apport des majuscules lié au mouvement de la main et l’absence fréquente de coupures entre les mots, rendent parfois difficile la lecture du texte ? Un exemple : « J Espere quevous voudrez bien Monseigneur Examiner ce memoire Etles autres quejay euLhonneur devous representer Et qu en y reflechissant vous Connoitrez qu en Etablissant La Colonie on Commença Dabord ase rendre maistre des Sauvages Quoyqu’on fut fort peu de François dans Cetemps La Et on eust soin dese maintenir Dans cette Superiorité malgré touttes Les Revolutions qui purent survenir Estant neantmoins bienplus nombreux Et plus Sauvages alors Je veux dire brutaux qu’ils ne sont apresent. Et aujourd’huy quils sont plus foibles Et mieux humanisés Ils veulent estre nos maistres. Ils poussent disje Leurs Insolences Jusqua pour ainsy dire se flatter d’estre en droit de nousfaireLaLoy voyant qu’on les tolere Et qu’on les laisse dans lImpunité. »

L’établissement du texte

19Nous reproduisons intégralement le manuscrit des « mémoires » de Perrot, mais nous avons dû y apporter quelques modifications afin d’en faciliter la lecture.

20Sur le plan orthographique, nous avons remplacé le « u » consonne (« ils auoient ») par le « v » (« ils avoient ») et le « v » voyelle (« vne »), par le « u » (« une »). Nous avons ajouté la cédille, toujours absente dans le manuscrit, dans tous les cas où le français moderne l’emploie (« François », « commençoient » « reçurent », « conçurent »). Nous l’avons aussi ajoutée au « c » de « scavoir », pour suivre la tradition, mais pas à celui de « Scioux », encore une fois pour nous conformer aux habitudes des éditeurs modernes. Dans tous les autres cas, nous avons respecté l’orthographe du manuscrit, même dans le cas de mots écrits de façon différente d’une page à l’autre. Mais nous n’avons pas tenu compte des majuscules, le plus souvent liées au mouvement de la main, et qui se trouvent au début de mots, alors que c’est une minuscule qui devrait s’y trouver (« et Ils furent », modernisé en « et ils furent », par exemple).

21Nous avons ajouté l’accent grave aux mots suivants : « exces », « tres », « pres », aupres », « a » préposition, « ou » pronom relatif, « la » adverbe, « au dela » adverbe, « voila » adverbe, ainsi qu’à « après », lorsqu’il n’est pas écrit avec l’accent aigu (« aprés »). Nous avons aussi remplacé la lettre qui ressemble à un « rz » par « és », afin d’éviter toute confusion avec la désinence « ez ». L’auxiliaire « être », lorsqu’il précède un participé passé écrit au pluriel, pose une difficulté particulière. Écrit « esté », quand il précède un participe passé singulier ou qu’il est lui-même au singulier, l’auxiliaire « être » est écrit avec le signe « rz » lorsqu’il précède un participe passé au pluriel. En toute logique, il aurait fallu appliquer à l’auxiliaire être la même règle que dans le cas des participes passés et écrire, par exemple « avoient estes obligés », mais par déférence à l’endroit de la grammaire française, nous avons choisi de ne pas mettre l’auxiliaire « être » au pluriel dans ces cas-là. Un problème semblable se pose dans le cas de la préposition « chez », parfois écrite avec le signe qui ressemble à un « rz » inachevé. Nous avons choisi de l’écrire de façon moderne : « chez ».

  • 23 Quelques exemples : « Croyance des nations sauvages de l’Amerique septentrionalle touchant le crea (...)
  • 24 Par « contamination », l’accord se fait avec le sujet ou avec le mot le plus proche : « le visage, (...)
  • 25 Signalons qu’à deux reprises le copiste a omis de corriger des mots écrits en double : « fond et e (...)

22La grammaire du texte de Perrot soulève quelques difficultés. En plus des variations liées au fait que Perrot passe parfois du singulier au pluriel, ou du pluriel au singulier, lorsqu’il évoque un groupe d’individus23, certains accords se font avec le mot le plus proche24. Nous avons respecté ces singularités grammaticales afin de ne pas surcharger le texte de signes. En revanche, nous avons corrigé les fautes d’accord évidentes en ajoutant entre crochets le « s » ou le « e » omis25.

23La ponctuation a posé nombre de difficultés. Dans le cas de la virgule, nous avons tenu compte de la logique de la phrase pour déterminer s’il fallait remplacer la virgule par un point, ou la conserver, puisqu’un mot commençant par une majuscule ne marque pas toujours le début d’une nouvelle phrase. Par exemple, dans le manuscrit, on trouve souvent la conjonction « et » écrite avec un « E » majuscule après une virgule, alors que la proposition qu’elle introduit constitue manifestement la suite de la phrase. Dans le cas du point-virgule, nous l’avons toujours repris et fait suivre d’un mot commençant par une minuscule. Mais comme nous l’avons signalé, les signes de ponctuation disparaissent presque complètement du manuscrit à partir du chapitre intitulé « Maniere dont les Sauvages font la feste de leurs morts ». Aussi avons-nous dû, à l’instar de Jules Tailhan, ajouter des virgules, parfois même des points, afin de faciliter l’intelligence du texte. Pour éviter de surcharger le texte, nous ne plaçons pas entre crochets les signes de ponctuation ajoutés.

24Nous avons aussi résolu les abréviations en plaçant entre crochets les lettres ajoutées. Nous avons mis entre crochets les mots que Jules Tailhan ou nous avons ajouté au texte pour le rendre intelligible.

25Dans son édition, Jules Tailhan a ajouté nombre d’alinéas, voire de sous-titres, que nous ne reprenons pas : nous avons préféré respecter le manuscrit sur ce plan.

26On trouvera à la fin du volume des notices sur les personnes nommées dans le texte (p. 475-514) et sur les nations amérindiennes (p. 515-532).

27Nous ne saurions terminer cette introduction sans rendre un hommage au travail de Jules Tailhan. Non seulement celui-ci a-t-il produit un texte sûr à partir d’un manuscrit souvent difficile à déchiffrer, mais en plus il a rédigé un commentaire critique dont nous nous sommes abondamment inspiré tant ses analyses et les renseignements qu’il a produits demeurent justes. Comme il a intitulé l’ouvrage Mémoire sur les mœurs, coustumes et relligion des Sauvages de l’Amerique septentrionale, c’est sous le titre abrégé de Mémoire que nous désignerons son édition.

28Nous tenons aussi à remercier M. Roger Perrault, un descendant de Nicolas Perrot, qui a eu la générosité de nous transmettre tous les documents relatifs à son ancêtre que lui avait remis la veuve de l’historien Claude Perrrault. Sans sa précieuse collaboration, cette édition du texte de Perrot eût été beaucoup moins complète.

Notes

1 À noter que la calligraphie du manuscnt n’est pas celle de Perrot.

2 La calligraphie du texte diffère de celle du faux-titre.

3 Un mot, illisible, est biffé après la parenthèse et la virgule.

4 Un mot, illisible, est biffé avant l’article.

5 Le nom, écrit à l’encre rouge, est souligné de deux traits parallèles.

6 Au moment où il amorce le récit de la prise de possession des territoires de l’Ouest sous la conduite de Daumont de Saint-Lusson en 1671, Charlevoix écrit : « Personne n’étoit plus propre pour cette importante Commission, qu’un Voyageur, nommé Nicolas Perrot : c’étoit un Homme d’esprit, d’assez bonne Famille, & qui avoit quelque étude. La nécessité l’avoit obligé de se mettre au service des Jesuites, ce qui lui avoit donné occasion de traiter avec la plûpart des Peuples du Canada, & d’apprendre leur Langue. Il s’en étoit fait estimer, & peu à peu il s’étoit insinué dans leur esprit de telle sorte, qu’il leur persuadoit aisément tout ce qu’il vouloit » (HDG, t. I, p. 436). Ensuite Charlevoix rapporte le voyage de Daumont de Saint-Lusson et de Perrot dans l’Ouest.

7 « J’ai encore profité de deux Manuscrits, dont le premier m’a été communiqué par M. Begon, Intendant du Havre, lorsqu’il étoit Intendant de la Nouvelle France », écrit Charlevoix, qui ajoute : « Il est d’un Voyageur de Canada, nommé Nicolas Perot, qui a parcouru lontems presque toute la Nouvelle France, qui y a été souvent employé par les Gouverneurs Généraux, à cause de son habileté à manier l’esprit des Sauvages, dont il parloit toutes les langues, & qui s’étoit instruit avec soin de leurs usages. Il étoit d’ailleurs homme de beaucoup d’esprit » (« Liste et examen des auteurs Que j’ai consultés pour composer cet Ouvrage », HDG, t. II, p. lx-lxi).

8 Au-dessus de l’adjectif et de la conjonction, un mot, illisible, a été biffé.

9 Les mots « moins c’est » sont ajoutés au-dessus de la ligne.

10 Jules Tailhan a d’abord écrit : « n’est pas de son écriture ». Il a biffé « de son écriture », puis ajouté « autographe » au-dessus de la ligne.

11 Après « lettres », « autographes » a été biffé.c Après « lettres », « autographes » a été biffé. Après « lettres », « autographes » a été biffé.

12 Mais, étrangement, le substantif « méchant » a conservé le « t » au pluriel : « mechants ».

13 Sur la même page, on lit, toutefois : « les Scioux [...] faisant », ce qui montre bien que la règle n’est pas absolue. D’ailleurs, peut-être à cause d’un phénomène de contamination, le substantif « élan », écrit au pluriel, prend parfois un « t » (« elants »), parfois pas (« élans »)c

14 Par exemple, « âge » s’écrit « aage » et « rut », « ruth ».

15 Perrot double aussi, à l’occasion, d’autres consonnes : « rouleaux » prend deux « 1 » (« roulleaux ») et « adresser » deux « d » (« addresser »).

16 Mais souvent l’accent est omis : « apres ».

17 Mais comme c’est souvent le cas, l’orthographe varie parfois et on peut lire : « jouer », « joueur », « tué ».c

18 Encore qu’il arrive que l’on trouve, dans le cas des participes passés au pluriel, la désinence « és ». A noter aussi que la lettre « z » se distingue nettement de ce signe et qu’on la reconnaît sans difficulté dans les verbes écrits à la deuxième personne du pluriel : « vous verrez », « vous remarquerez ».c

19 À noter que le manuscrit comporte quelques rares deux-points.

20 Voir infra, p. 135.

21 Par exemple : « Le gros des Outaoüas, ayant reconnu que ce n’estoit que pour nous faire honneur que l’on tiroit, reprirent leurs esprits, et mirent à terre sans debarquer les pelleteries. »

22 Par exemple : « Mr. de Tracy, donnant un jour à manger, temoigna à table combien la perte qu’il venoit de faire de Mr. son nepveu luy estoit sensible, mais que le bien du public l’avoit engagé nonobstant cela à donner la paix au Batard Flammand, qui la luy avoit demandée. Cela suffisoit pour faire comprendre à ce chef orgueilleux des Aniés la douleur que Mr. de Tracy ressentoit de la mort de Mr. de Chasy, qu’ils avoient rué, et l’obliger par bienseance à diminuer son orgueil. » L’adjectif démonstratif « ce » ne renvoie pas au Bâtard Flamand, mais à un autre chef agnier, dont Perrot parle au paragraphe précédent, mais qu’il n’identifie pas.

23 Quelques exemples : « Croyance des nations sauvages de l’Amerique septentrionalle touchant le creation du monde avant qu’ils eussent esté veues et fréquentés des Européans » (p. 173) ; « chaque creature animée, ou inanimée ont » (p. 198) ; « chaque nation separée l’une de l’autre se tiennent » (p. 237) ; « de les faire » (p. 281) ; « la jeunesse saulteuse lascha le pied, et fuirent » (p. 333) ; « aucune des nations, excepté le Huron, n’avoient » (p. 384).

24 Par « contamination », l’accord se fait avec le sujet ou avec le mot le plus proche : « le visage, les espaules, et la poitrine noircies » (p. 204) ; « et qu’elle a observée exactement son deuil » (p. 219) ; « dont les agonies ont durées » (p. 229) ; « elle a passée » (p. 232) ; « jeunes garçons et filles sont receues » (p. 245) ; « la nation auroit frapée » (p. 336) ; « les nations auroient consenties » (p. 417). Le phénomène implique aussi parfois le pluriel : « chacun de ces hommes avoient à eux un pays » (p. 185) ; « le bruit que les chasseurs font en frapant fortement le manche de leurs tranches donnent » (p. 258).

25 Signalons qu’à deux reprises le copiste a omis de corriger des mots écrits en double : « fond et et qu’ils » (p. 177) ; « les plus plus foibles » (p. 185).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search