Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Introduction

Pierre Berthiaume

Texte intégral

  • 1 « J’ai encore profité, écrivait-il, de deux Manuscrits, dont le premier m’a été communiqué par M. (...)
  • 2 Ibid., t. II, p. lxi.
  • 3 Mélanges historiques, p. 52. Jugement aussi favorable chez R. Douville : voir « Quelques notes iné (...)

1Publié pour la première fois en 1864 par Jules Tailhan, sous le titre Mémoire sur les mœurs, coustumes et relligion des Sauvages de l’Amerique septentrionale, l’ouvrage de Nicolas Perrot demeure peu connu. Pourtant, dès 1744, François-Xavier de Charlevoix, qui y a abondamment puisé pour rédiger son Histoire et Description generale de la Nouvelle France, observait, après avoir vanté les mérites et l’esprit de l’explorateur1, qu’il avait trouvé dans son texte « bien des éclaircissemens » qu’il avait « en vain cherchés dans les Livres imprimés2 ». Près de cent soixante-quinze ans plus tard, Benjamin Suite, tout aussi admiratif que Charlevoix, estimait que « Perrot possédait une belle écriture et l’art de coucher sur le papier les observations toujours si remarquables qu’il recueillait dans ses courses lointaines3 ». Pour sa part, Séraphin Marion écrivait en 1923 :

  • 4 S. Manon, Relations des voyageurs français en Nouvelle-France au xviiesiècle, p. 95.

Esprit méthodique doué d’un robuste bon sens, diplomate averti, homme de confiance des sauvages, Nicolas Perrot exerça sur la colonie une heureuse influence. Ses multiples malheurs et l’autorité volontiers ombrageuse de ses chefs ne lui permirent pas d’élargir sa sphère d’action et d’apporter à ses chers sauvages le message d’une paix définitive et durable. Il est permis de le regretter lorsqu’on songe aux néfastes expéditions de M. de La Barre et de M. de Denonville4.

  • 5 F. Parkman, La Salle and the Discovery of the Great West, Boston, Little, Brown, and Company, 1903 (...)
  • 6 Perrot, écrit-il, « was a man of intelligence, an active trader, a fearless officer, and a power i (...)

2Francis Parkman estimait que Perrot avait laissé « behind him a tolerable account of what he had seen5 » et Peter Lawrence Scanlan, en 1937, n’hésitait pas vanter son intelligence, son courage et son prestige auprès des Amérindiens6.

  • 7 J.-E. Roy, « Claude-Charles Le Roy de La Potherie », dans Mémoires et comptes rendus de la Société (...)
  • 8 W. C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, Washington, Smithsonian Institution, (...)
  • 9 F. W. Hodge, Handbook of American Indians North of Mexico, Washington, Smithsonian Institution, Bu (...)

3De leur côté, les anthropologues, de Joseph François Lafitau, qui « cite des pages entières » du mémoire7, jusqu’à William C. Sturtevant8, en passant par Frederick Webb Hodge9, se sont largement inspirés des observations de Perrot pour rendre compte des mœurs des Amérindiens de la région des Grands Lacs américains.

  • 10 Georges Boucher de Boucherville, Nicolas Perrot ou les coureurs des bois sous la domination frança (...)

4Un romancier québécois du xixe siècle, Georges Boucher de Boucherville, a même puisé la matière d’un roman chez Perrot, qu’il décrit « comme l’un des plus habiles parmi les coureurs des bois10 ».

  • 11 « Il expose par un narré long et confus les miseres du pays et les injustices qui s’y commettent. (...)
  • 12 DOLQ, t. I, p. 486.
  • 13 Anonyme, « Nicholas Perrot », dans The Historical Magazine, and Notes and Queries conceming The An (...)

5Mais les jugements à l’endroit de Perrot ne sont pas unanimement favorables. Dans l’« Extrait des lettres de Canada de l’année 1705 », on trouve un commentaire assez sévère sur un mémoire, aujourd’hui disparu, de Perrot. Selon le commentateur, le « narré » de Perrot était « long et confus11 ». Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l’Amérique septentrionale n’est malheureusement pas à l’abri de semblables critiques. Marie-Aimée Cliche, qui a rédigé la notice sur le mémoire de Perrot dans le Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, reconnaît que « le vieux voyageur n’avait pas l’intention de faire œuvre d’écrivain » et que « l’écriture » de cet « homme presque sans instruction rend parfois la compréhension du texte difficile, sans nuire, toutefois, à la qualité de l’information12 ». Sans doute est-ce un biographe américain de Perrot qui résume le mieux le jugement que l’on peut porter sur le mémoire : « a work embarassed in style, confused in matter, but still authentic and valuable13 ».

  • 14 DOLQ, t. I, p. 486.
  • 15 Henry Harrisse écrit que le mémoire « semble avoir été écrit au jour le jour, depuis 1665, lorsque (...)
  • 16 « Voilà donc, Monseigneur, ce dont je puis vous informer. Je me serois un peu plus estendu, si le (...)
  • 17 Sans doute est-ce à l’intention de Michel Bégon, l’intendant de la colonie, que Perrot a écrit son (...)
  • 18 Á la fin de son mémoire, Perrot fait une nouvelle fois allusion au manque de papier : « La disette (...)
  • 19 « Voilà, Monseigneur, mes petites pensées, qui auraient eue leurs succès[,] si j’avois accompagné (...)

6Il est vrai, comme l’observe Marie-Aimée Cliche, que Perrot n’avait pas l’intention de faire œuvre d’écrivain. Son mémoire répond à un tout autre projet. C’est « pour le bénéfice des chefs de la colonie » que Perrot, une fois « retiré dans sa seigneurie de Bécancour [...] consacra ses loisirs » à rédiger des mémoires, estime Marie-Aimée Cliche14. Sans doute l’idée est-elle juste, encore que le destinataire et les conditions de rédaction du mémoire appellent des précisions15. A lire la conclusion de Perrot16, on peut penser que le texte a pu être commandé par l’un des administrateurs de la Nouvelle-France17. Mais le fait qu’on n’a pas fourni à Perrot le papier nécessaire pour qu’il poursuive son travail laisse songeur18, d’autant plus songeur qu’une observation de Perrot sur le rôle qu’il aurait pu jouer au moment du conflit avec les Outagamis, en 1716, peut porter à croire que c’est de sa propre initiative qu’il a pris la plume19.

  • 20 « [...] si les François, explique-t-il, eussent fait connoitre, comme il faut [aux Amérindiens] le (...)

7À défaut de connaître les circonstances exactes à l’origine du texte, nous pouvons circonscrire le projet de Perrot. À l’évidence irrité par la politique des autorités coloniales de la Nouvelle-France à l’endroit des Amérindiens, Perrot décrit leurs mœurs, surtout celles des Outaouais de la région des Grands Lacs, et il fait l’historique des relations entre Amérindiens et Français pour dénoncer l’« insolence » des premiers et suggérer aux seconds l’attitude à adopter pour s’imposer20.

  • 21 Les deux chapitres consacrés aux guerres entre les Outaouais et les Iroquois sont peut-être intégr (...)
  • 22 « Mariage des Sauvages », « Manieres usitées parmy les Sauvages du Nord et du Sud qui parlent la l (...)
  • 23 « Pratique ou occupations des hommes », « Occupations de la femme », « Des enfants ».
  • 24 « Des funerailles des Sauvages des pays d’en haut et de la maniere dont ils font les obseques », « (...)
  • 25 « Croyance des Sauvages non convertis touchant l’immortalité de l’ame et du lieu où elles sont à j (...)
  • 26 « Jeux et divertissemens des Sauvages », « Le jeu des pailles ».
  • 27 « Vivres ordin[ai]res des Sauvages », « Maniere dont les nations du Nord font la chasse », « Chass (...)
  • 28 « Mœurs des Sauvages », « De l’union des Sauvages », « Justice des Sauvages », « De l’ambition et (...)

8De là l’organisation relativement cohérente du mémoire, que l’on peut diviser en trois parties. La première, de loin la plus importante, porte sur les croyances et les us des Amérindiens. Perrot y évoque d’abord la « Croyance des nations sauvages de l’Amerique septentrionalle touchant la creation du monde avant qu’ils [sic] eussent esté veues et frequentés des Europeans », puis la « Croyance des Sauvages sur la creation de l’homme ». Après quoi, il rappelle le « Commencement des guerres des Sauvages » et les « Premieres guerres des Irroquois voisins des Algonkins avec lesquels ils estoient en paix et le sujet de leur guerre21 ». Après l’exposé des mythes des origines, Perrot aborde, logiquement, la « Relligion des nations Sauvages ou plustot superstition », que complète un chapitre intitulé « Continuation des superstitions des Sauvages ». Ensuite, Perrot décrit le mode de vie et les mœurs des Amérindiens. Ainsi expose-t-il successivement les us matrimoniales22, les occupations des hommes, celles des femmes et des enfants23, leur attitude devant la mort24, leur croyance en l’immortalité de l’âme25, leurs jeux et leurs divertissements26, leur régime alimentaire et leurs méthodes de chasse27, enfin leurs mœurs et leurs caractéristiques sociales et psychiques28. Voilà pour la première partie.

  • 29 « Continuation de la guerre des Algonkins et des Irroquois qui a esté suivie contre plusieurs autr (...)
  • 30 « Assassin fait envers un Irroquois », « Justice rendue aux Irroquois au sujet de l’assassin menti (...)
  • 31 « Terreur des Outaoüas à la veüe des Irroquois qui chassoient le long de la riviere » et « Seditio (...)
  • 32 « Arrivée de Mr. Talon Intendant ayant les ordres de faire poser les armes de France dans le pays (...)

9Dans la seconde, plus historique, Perrot s’intéresse essentiellement aux guerres amérindiennes. Six chapitres lui permettent d’abord de rappeler les guerres inter-tribales29. Les cinq suivants servent à introduire les Français dans la trame historique : les trois premiers illustrent la « justice » des Français30, alors que les deux suivants marquent l’entrée de Perrot sur la scène historique31. Enfin, six chapitres font l’historique des relations et des conflits entre les Français et les Amérindiens dans la seconde moitié du xviie siècle32.

  • 33 « De l’insolence et de la vaine gloire des Sauvages et de ce qui y a donné lieu ».
  • 34 « Harangue qu’il auroit fallu faire à toutes les nations outaouases pour les obliger à la paix du (...)

10La troisième partie du mémoire, ou plutôt sa conclusion, comprend deux chapitres. Le premier fait la synthèse des idées de Perrot sur les rapports entre les Amérindiens et les Français33 ; le second propose une « harangue » à tenir aux Amérindiens34.

  • 35 Par exemple, le jeu de pailles a droit à un chapitre distinct de celui consacré aux jeux et aux di (...)

11Malgré quelques incohérences dans son ordonnancement35, le mémoire obéit à une logique à la fois analytique et démonstrative. En même temps qu’il expose les mœurs des Amérindiens, le plus souvent dans la perspective de leurs rapports avec les Européens, Perrot fait l’historique des relations entre Français et Amérindiens, tout en ne cessant de dénoncer l’arrogance des seconds.

12Que le mémoire soit le résultat d’une commande ou d’une initiative personnelle, il ne semble pas avoir servi de vade-mecum aux autorités coloniales. Pourtant Perrot a le mérite de produire des informations de première main. Explorateur qui a effectué de fréquents et de longs séjours parmi les Amérindiens de l’Ouest, traitant et interprète souvent impliqué dans des négociations avec les différentes tribus de la région des Grands Lacs, observateur perspicace, Perrot a produit un Mémoire qui, à défaut d’être objectif ou neutre, décrit avec précision les usages de communautés autochtones et leurs relations avec les Européens.

VIE D’UN TRAITANT AU xviie SIÈCLE

  • 36 J.-E. Roy, « Claude-Charles Le Roy de La Potherie », dans Mémoires et comptes rendus de la Société (...)

13Dans son mémoire, Perrot demeure discret sur lui-même et sur ses activités. L’Histoire de l’Amerique septentrionale, de Bacqueville de La Potherie, permet de combler en partie cette lacune. En effet, comme l’observe Jules-Edmond Roy, « tout ce que La Potherie dit des tribus de l’ouest, de leurs guerres et de leurs intrigues, provient sans doute de Perrot36 ». Bacqueville de La Potherie a accrédité lui-même l’idée :

  • 37 HAS, t. II, p. 87. Thèse reprise plus bas : « Le Sieur Perrot qui est le principal Acteur de tout (...)

Les entretiens particuliers que j’ai eûs avec plusieurs Voyageurs dansces païs [écrit-il] m’ont donné matiere de parler de ces Peuples ; tout ce qu’ils m’en ont dit m’a paru toûjours si uniforme que j’ai crû être obligé de donner une idée de ce vaste païs. Le Sieur Perot à [sic] le plus connu ces Nations ; les Gouverneurs generaux du Canada se sont toujours servis de lui dans tous leurs propos : l’usage qu’il avoit des langues, son savoir & la bonté de son esprit, lui ont fait faire des découvertes qui donnerent lieu à Mr de la Salle à faire toutes les tentatives qui lui avoient reüssi si heureusement37.

14Jules Tailhan estime que tout le second volume de l’Histoire de l’Amerique septentrionale repose sur des « mémoires » de Perrot, aujourd’hui disparus :

  • 38 Mémoire, p. 316. Thèse semblable chez Séraphin Marion, qui attribue le second volume de l’ouvrage (...)

Il est, en effet, à remarquer que 1 ° La Potherie connut Perrot, au Canada, et qu’il en reçut les informations les plus exactes (La Potherie, II, 87, IV, 268) ; 2° son second volume n’a pu, dans sa presque totalité, être écrit que sur les renseignements fournis par Perrot, dont les voyages, les aventures et même les nombreuses harangues aux sauvages y sont rapportées fort au long ; 3° sauf un très petit nombre de pages, le style dans ce même volume diffère sensiblement de celui des trois autres, et par sa contexture lâche, incorrecte et embarrassée, rappelle, le plus souvent, à s’y méprendre, le style de Perrot ; ce qui ne s’expliquerait point dans l’hypothèse de communications purement verbales faites par ce dernier à La Potherie38.

  • 39 Le texte a été rédigé au plus tard avant 1702, car l’approbation, à la fin du quatrième volume, es (...)

15Si l’hypothèse de Jules Tailhan est fondée, le texte de Perrot dont Bacqueville de La Potherie s’est inspiré a dû être rédigé avant 1701, date de son départ pour La Guadeloupe, où il demeurera jusqu’à sa mort, le 18 avril 173 639.

16Grâce à Bacqueville de La Potherie, le rôle et l’activité de Perrot dans l’Ouest sont mieux connus, encore que le recours au texte de ce dernier fasse problème. Toute étude historique repose sur la confrontation des sources et l’analyse croisée des données. Dans le cas de Perrot, l’historien se heurte à une difficulté de taille. Le principal document sur lequel il peut s’appuyer, l’Histoire de l’Amerique septentrionale, de Bacqueville de La Potherie, est vraisemblablement rédigé à partir d’un texte de Perrot, si bien que le biographe est amené à comparer ce qu’affirme Perrot dans son ouvrage à ce qu’écrit Bacqueville de La Potherie sous l’influence de Perrot.

17Les rapports des administrateurs et les différents « mémoires » envoyés à Versailles, notamment ceux de Charles de Monseignat, le secrétaire de Buade de Frontenac, n’aident guère à résoudre la difficulté. Ces rapports, en ce qui touche les événements survenus dans les postes occupés par Perrot, reposent, selon toute vraisemblance, sur des informations produites par ce dernier.

  • 40 Comme le rappelle Marie-Aimée Cliche, Perrot « se soucie assez peu des repères chronologiques » (D (...)

18En outre, le mémoire de Perrot et l’Histoire de l’Amerique septentrionale de Bacqueville de La Potherie ont été écrits bien après les faits qu’ils rapportent et ils présentent une chronologie des événements souvent lacunaire40. Aussi n’est-il pas toujours facile d’articuler les événements racontés par Perrot à ceux rapportés par Bacqueville de La Potherie ou par les administrateurs de la colonie dans leurs rapports officiels.

19Dans son édition du mémoire de Perrot, Jules Tailhan a tenté de résoudre ces difficultés en se fondant sur les Relations des jésuites. Mais sa méthode demeure discutable dans la mesure où il accorde une confiance absolue au témoignage des missionnaires de la Compagnie de Jésus, dont il était lui-même membre. Au reste, beaucoup de faits rapportés par Perrot et par Bacqueville de La Potherie ont eu lieu loin du regard des missionnaires.

20Faute de pouvoir confronter les sources, nous ne pouvons que produire un historique incertain, tout en souhaitant la découverte, hélas peu probable, de documents inédits susceptibles de permettre un jour une meilleure connaissance des événements dans lesquels a été impliqué Nicolas Perrot.

  • 41 Voir Journal des jésuites, dans JR, vol. 45, p. 160-162 ; J. Lallemant, Relation de 1659-1660, dan (...)

21Lorsque Nicolas Perrot arriva en Nouvelle-France, vers 1660, les nations amérindiennes de l’Ouest n’étaient pas, loin s’en faut, inconnues. Dès 1621, Etienne Brûlé s’était rendu chez les Hurons et avait probablement effectué des expéditions d’exploration qui l’avaient mené plus à l’ouest. En 1634, Jean Nicolet atteignait la baie des Puants (Green Bay). En 1654, Médard Chouart des Groseilliers accompagnait des Outaouais à Montréal. Cinq ans plus tard, il gagnait le lac Supérieur, passait l’hiver parmi les Sioux et, le 19 août 1660, quelque trois cents Outaouais se rendaient à Montréal sous sa conduite. Au cours du même été, deux missionnaires jésuites, René Ménard et Charles Albanel prenaient la route de l’Ouest, en compagnie de Jean Guérin41.

22Peut-être Nicolas Perrot fit-il ses premiers pas dans l’Ouest sous la direction des jésuites. C’est du moins ce que suggère François-Xavier de Charlevoix : Perrot, écrit-il,

  • 42 HDG, t. I, p. 436. Nicolas Perrot, écrivent les rédacteurs de la notice qui lui est consacrée dans (...)

étoit un Homme d’esprit, d’assez bonne Famille, & qui avoit quelque étude. La nécessité l’avoit obligé de se mettre au service des Jesuites, ce qui lui avoit donné occasion de traiter avec la plûpart des Peuples du Canada, & d’apprendre leur Langue. Il s’en étoit fait estimer, & peu à peu il s’étoit insinué dans leur esprit de telle sorte, qu’il leur persuadoit aisément tout ce qu’il vouloit42.

  • 43 Voir F.-X. de Charlevoix, Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale (...)
  • 44 À l’été 1664, le père Louis Nicolas, qui était peut-être monté dans l’Ouest l’année précédente, ac (...)

23Il est vrai que Charlevoix, qui a sans doute rencontré Perrot au cours de son premier séjour en Nouvelle-France, de 1705 à 170943, ne précise pas le nom des « Peuples du Canada » avec lesquels Perrot établit des liens, ni même si ceux-ci habitaient dans la colonie proprement dite ou dans l’Ouest, où les jésuites étaient fort actifs44.

  • 45 HAS, t. II, p. 88.
  • 46 Après leur retour de Montréal, les Potéouatamis « envoyerent des Députez de toutes parts pour aver (...)
  • 47 J. Tailhan, Mémoire, p. 258. J. Tailhan se fonde sur une observation de Claude Allouez, un mission (...)

24Selon Bacqueville de La Potherie, c’est « la curiosité » qui « l’engagea de vouloir connoître » les Potéouatamis, « Nation qui demeuroit au fond de la Baye des Puans45 ». Bacqueville de La Potherie n’indique pas quand eut lieu le voyage, mais Jules Tailhan, qui se fonde sur le texte de ce dernier46, estime que ce voyage de Perrot a eu lieu au plus tard en 1665, puisque, d’une part, Perrot se rendit chez les Outagamis, ou Renards, « l’année même qui suivit l’établissement de cette dernière peuplade dans le voisinage des Sakis et de la Baie [...] et que de l’autre, cette migration des Outagamis était accomplie dès l’année 166547 ».

  • 48 DBC, t. II, p. 540.
  • 49 Lettre de J. Talon du 16 novembre 1666 à Colbert (ANF, Col. C11A 2, f. 229).
  • 50 ANF, Col. G1, vol. 460, p. 118. Le « Rolle » est reproduit dans « Le premier recensement de la Nou (...)
  • 51 ANF, Col. Gl, vol. 460, n. f. ; voir aussi B. Suite, op. cit., t. IV, p. 77. À noter que « Marie P (...)

25Mais comme le font remarquer les rédacteurs de la notice consacrée à Nicolas Perrot dans le Dictionnaire biographique du Canada, en 1666, Perrot était « domestique chez une veuve, puis [l’année suivante] serviteur chez les Sulpiciens à Montréal48 ». En effet, le nom de « Nicolas pero... 22 domestique Engaigé » apparaît dans le « Rolle des familles » de la colonie, joint à la lettre du 16 novembre 1666 de Jean Talon49, sous celui de « Marie pournin », veuve de « Jacques Testar sr de la forest », une femme âgée de 35 ans qui résidait à Montréal50. Dans le recensement de 1667, « Nicolas Perrot...26 » ans est alors domestique dans la « Maison des Seigneurs » de l’île de Montréal, c’est-à-dire au Séminaire de Saint-Sulpice51.

  • 52 Un contrat d’« engagement d’Anthoine Baudet » comme domestique « A la Veufve Testard de la Forest  (...)
  • 53 Selon son acte de sépulture, Perrot mourut le 13 août 1717, âgé de 74 ans. Il serait donc né en 16 (...)
  • 54 Acte passé devant Me François Genaple de Bellefonds, le 24 avril 1690, ANQ, Greffe des notaires, Q (...)
  • 55 Voir infra, p. 31-32.

26Cela n’exclut pas que Perrot ait voyagé dans l’Ouest au cours de ces années : rien n’assure que les contrats de domestique fussent d’une année, même si la chose est probable52. De plus, il n’est pas exclu que Perrot ait été inscrit comme domestique alors même qu’il était en course en forêt pour le compte de ses patrons. Enfin, rien n’assure que le domestique de Marie Pournin ou des sulpiciens fût l’auteur de Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l’Amérique septentrionale. D’une part la date de naissance des deux domestiques ne correspond pas exactement à celle de Perrot, que l’on peut déduire de son acte de sépulture53, de l’autre, un certain Nicolas Perot, qui déclarait ne pas pouvoir signer son nom, s’engagea comme domestique des jésuites pour une seconde fois le 24 avril 169054. A l’époque, il y avait donc au moins deux Nicolas Perrot dans la colonie. Il n’est pas impossible qu’il en fût ainsi en 1666 et en 1667, voire que le même nom ait été porté par plus de deux personnes, comme le suggère l’affaire de la tentative d’empoisonnement de Cavelier de La Salle, qui mit en scène un certain Nicolas Perrot, dit Jolycœur55.

27Mais si Perrot était domestique à Montréal au cours des années 1666-1667, il faut soit avancer ses voyages dans l’Ouest avant l’automne 1665, soit les décaler après le passage des préposés au recensement de 1667.

  • 56 Leur chronologie est toutefois sujette à caution. A l’instar de Perrot, Bacqueville de La Potherie (...)

28A défaut de connaître la date des premiers voyages de Perrot dans l’Ouest, on en connaît assez bien les péripéties, grâce à Bacqueville de La Potherie56.

  • 57 HAS, t. II, p. 87.

29« On le [Perrot] prit un jour chez les Pouteouatemis pour un Dieu », écrit l’historien en guise d’introduction aux voyages de Perrot dans l’Ouest, avant d’expliquer que ce fut « la curiosité [qui] l’engagea de vouloir connoître cette Nation qui demeuroit au fond de la Baye des Puans57 ».

30De fait, la réception que les Potéouatamis firent à Perrot peut étonner : à son arrivée,

  • 58 HAS, t. II, p. 87-88.

les Vieillards alumerent un Calumet solemnel & vinrent au-devant de lui, le lui presenterent comme un hommage qu’ils lui rendoient. Aprés qu’il eut fumé le Calumet, le Chef le presenta à ceux de sa Nation qui se le presenterent tous les uns & les autres en répandant de leur bouche la fumée du tabac sur lui comme un encens, tu es un des premiers Esprits lui disoient-ils, puisque tu fais le fer, c’est toi qui doit dominer & proteger tous les hommes, loué soit le Soleil qui t’a éclairé & t’a rendu sur notre terre. Ils l’adoroient comme un Dieu, ils prenoient de ses coûteaux & de ses haches, qu’ils encensoient avec leur bouche de la fumée du tabac, la quantité des viandes qu’on lui présenta à manger l’empêchoit d’en goûter de toutes58.

  • 59 HAS, t. II, p. 88-90.

31Bien que les Amérindiens le prissent pour un « Esprit », qu’ils voulussent « le porter sur les épaules » et qu’ils n’osassent « le regarder en face », Perrot « n’avoit garde de recevoir toutes ces adorations ». Au contraire, il en aurait profité pour enseigner quelques vérités fondamentales de la religion, tout en tâchant de tisser des liens commerciaux avec les Potéouatamis59.

  • 60 HAS, t. II, p. 90-94.

32Très rapidement, Perrot dut s’interposer entre les Potéouatamis et les Malomines, ou Folles-Avoines, afin d’amener les deux tribus à faire la paix. Il se rendit chez les seconds, qu’il avait du reste envie de « connoître », et parvint à négocier à la fois leur « alliance » et la paix entre eux et les Potéouatamis. Puis il revint chez les Potéouatamis60.

  • 61 HAS, t. II, p. 95-97.

33A son retour, Perrot profita des circonstances pour assurer son autorité sur les Potéouatamis. Ceux-ci attendaient le retour « de leurs gens qui étoient allez en traite à Montréal » et ils eurent recours à « un maître Jongleur » pour connaître la date de leur arrivée. Celui-ci annonça le retour des Potéouatamis, mais Perrot l’accusa d’être un « menteur », tout en expliquant que la connaissance de l’avenir « n’appartenoit qu’à Dieu ». Mais le même Perrot, en supputant sur le temps que pourraient prendre les Potéouatamis pour revenir de la colonie, prédit avec justesse le jour de leur retour. Quand ceux-ci arrivèrent, eut lieu une cérémonie au cours de laquelle on porta Perrot en triomphe autour du « fort », les Amérindiens « marchant de file deux à deux, le fusil sur les épaules ». Le tout se termina par un grand repas d’esturgeons61.

  • 62 Mémoire, p. 262.

34Selon Jules Tailhan, qui reprend et résume le texte de La Potherie, « c’est là que fut définitivement scellée l’alliance conclue entre les Français et les Poutéouatamis62 ». Il observe aussi que les marques d’honneur à l’endroit de Perrot et les démonstrations enthousiastes n’étaient pas absolument désintéressées, car les Amérindiens se proposaient de

  • 63 Mémoire, p. 262-263. J. Tailhan s’inspire de Bacqueville de La Potherie qui note qu’après le retou (...)

gagner la confiance de Perrot et des marchands de la colonie, de les attirer chez eux à l’exclusion des autres peuples et de devenir ainsi les intermédiaires obligés du commerce de la Nouvelle-France avec tous les Indiens de l’ouest. C’est dans ce dessein qu’ils cherchaient à prévenir autant que possible l’établissement de relations directes entre Perrot et les nations plus éloignées tout en se hâtant d’envoyer à celles-ci des députés chargés de leur faire connaître l’alliance des Poutéouatamis avec les Français63.

  • 64 Voir Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 218-226.
  • 65 « En cette Baye, en un lieu qu’ils appelent Ouestatinong, à vingt cinq lieuës de là, il y a une gr (...)
  • 66 HAS, t. II, p. 98-99.

35C’est sans doute à cause de la possibilité d’établir des relations commerciales avec les traitants français que les Outagamis vinrent s’établir, l’hiver suivant, à une trentaine de lieues de la baie des Puants. Si l’on se fie au père Claude Allouez, en mission dans la région64, le village des Outagamis se trouvait dans un lieu appelé Ouestatinong, ou Ouestatimong, à vingt-cinq lieues au sud-ouest de la baie des Puants65. Selon Bacqueville de La Potherie, le village comptait environ six cents cabanes. La région était alors occupée par plusieurs nations amérindiennes. En plus des Outagamis, on trouvait les Potéouatamis, installés au « Sud de la Baye », les Sakis au « Nord » et les Puants dans « les bois66 ».

  • 67 HAS, t. II, p. 99-101.

36Au commencement du printemps suivant, les Outagamis envoyèrent des gens auprès des Sakis pour « leur faire part du nouvel établissement qu’ils avoient fait ». Ces derniers leur envoyèrent en retour une députation, qu’accompagnèrent des Français. Mais comme le village des Outagamis leur sembla pauvre, ils jugèrent à propos de laisser la traite avec les Outagamis aux Sakis et ils retournèrent chez les Potéouatamis67.

  • 68 HAS, t. II, p. 100-101. Pour Jules Tailhan, ce « troisiéme » homme était Perrot (Mémoire, p. 269). (...)

37Au cours de l’automne, une dispute opposa deux Français à un vieillard potéouatami. La querelle dégénéra, on en vint aux coups et un « troisiéme François », venu au secours de ses camarades, reçut « un coup de casse tête au front, qui le jetta à la renverse sans mouvement68 ».

  • 69 HAS, t. II, p. 101-102. Selon Bacqueville de La Potherie, Perrot porte alors le nom de Metaminens, (...)

38À une autre occasion, la tension monta entre Amérindiens et Français. Un des Français, qui « badinoit avec des fléches », en décocha une par jeu à un Saki, qu’il blessa. Perrot s’interposa, retira la flèche de la blessure, offrit un présent au blessé et évita ainsi le pire69.

  • 70 Société entre Jean Desroches et Isaac Nafrechoux, d’une part, et Toussaint Baudry et Nicolas Perro (...)

39Si Perrot a voyagé dans l’Ouest en 1665 et en 1666, il a dû rentrer à Montréal au plus tard à l’été 1667, puisque le 12 août de cette année-là, il s’associa à trois personnes pour former une société commerciale70. Mais sans doute Bacqueville de La Potherie rapporte-t-il ici les péripéties du voyage commandé par la « société » créée par les signataires du contrat.

  • 71 HAS, t. II, p. 102.
  • 72 « C’est le long de cette Riviere où sont les autres nombreuses Nations : A quatre lieuës d’icy son (...)
  • 73 JR, vol. 56, p. 142 ; voir J. Tailhan, Mémoire, p. 270.

40Si l’on se fie à la chronologie de Bacqueville de La Potherie, au cours de l’été 1667, les Miamis, les Mascoutins, les Kikapous et cinquante cabanes d’Illinois s’installèrent à côté des Outagamis, à trente lieues « vers le Sud71 ». Mais Jules Tailhan estime que Bacqueville de La Potherie se trompe : selon une lettre de Claude Allouez, insérée dans la Relation de 1669-1670, à l’été 1667, les Kikapous n’étaient pas encore réunis aux Miamis et aux Maskoutens ; ils vivaient alors sur les rives de la même rivière, mais à quatre lieues plus loin72. Quant aux Illinois, toujours selon Tailhan, ils étaient encore au-delà du Mississipi. Ceux d’entre eux qui se joignirent aux Miamis et aux Maskoutens ne le firent qu’en 1672, car, dans la Relation de 1671-1672, le relationnaire signale que le père Allouez « fut reçu comme un Ange venu du Ciel [par les trois peuples Miamis, Maskoutens et Illinois-Kikapous], particulierement de ceux qui estant arrivez de nouveau des quartiers du Sud, n’avoient jamais eu connoissance d’aucun François », ce qui ne peut s’appliquer ni aux Miamis, ni aux Maskoutens, qui avaient déjà reçu la visite de Perrot73.

  • 74 HAS, t. II, p. 109. Voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 271-275. Selon Louise P. Kellogg, le villag (...)
  • 75 J. Tailhan, Mémoire, p. 275.

41Au cours de l’été, malgré les efforts des Potéouatamis pour les empêcher d’entrer en contact avec les tribus venues s’établir à la baie des Puants, les Français se rendirent au village où s’étaient installés les Miamis, les Mascoutins, les Kikapous et les Illinois. Ils y furent reçus cérémonieusement et Perrot conclut une alliance avec les Miamis74. Comme le rappelle Jules Tailhan, même si la traite ne fut guère fructueuse, la venue de Perrot n’était pas sans intérêt : « L’alliance conclue avec les Miamis, et, par eux, avec leurs alliés de race Illinoise, ouvrait à la France, représentée par ses missionnaires et ses marchands, les plaines du Wisconsin et de l’Illinois, et la vallée du Mississipi75. »

  • 76 HAS, t. II, p. 110-112 ; voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 278-279. Accusés par Perrot d’avoir fo (...)

42Les Potéouatamis entendaient toutefois servir d’intermédiaires entre les Français et les Miamis. Aussi tentèrent-ils, en vain, de discréditer Perrot auprès de ces derniers76.

La mission de Daumont de Saint-Lusson

43Les années 1669-1670 marquent une date importante dans l’exploration de l’Ouest. Dans son « Memoire sur le Canada », du 10 octobre 1670, Jean Talon écrit :

  • 77 ANF, Col. C11A 3, f. 96.

Depuis mon arrivée [au Canada] j’ay fait partir des gens de resolution qui promettent de percer plus avant qu’on a jamais fait, les uns à L’ouest et au Noroüest du Canada et les autres au surouest et au Sud [...] Ils doivent prendre possession, arborer les Armes du Roy, et dresser des proces verbaux pour servir de titres77.

44Dans son « Addition » au mémoire, Jean Talon précisait que Rémy de Courcelle, le gouverneur de la colonie, et lui avaient envoyé Cavelier de La Salle pour découvrir « L’ouverture au Mexique » et Daumont de Saint-Lusson

  • 78 ANF, Col. C11A 3, f. 106-107. Une mission avait précédé celle de Daumont de Saint-Lusson. Jean Tal (...)

pour pousser vers L’ouest tant qu’il trouvera de quoy subsister avec ordre de rechercher soigneusement, S’Il y a par lacs ou par rivieres quelque communication avec la mer du Sud qui separe ce continent de la chine apres cependant qu’il aura donné sa premiere aplication à la decouverte des mines de cuivre qui fait le principal sujet de sa mission, et qu’il aura veriffié les memoires qui luy ont esté remis à cet effect78.

  • 79 ANF., Col. C11A 125, f. 39.

45Talon ne faisait qu’obéir aux ordres de la Cour : le « Memoire succinct des principaux points des intentions du Roy sur le païs de Canada que sa Ma[jes]té veut étre mis es mains du s[ieu]r Tallon s’en allant servir d’intendant de la Justice, police et finances aud[i]t pais », du 17 mai 1669, précise que celui-ci doit « travailler à la recherche et êtablissemens de mines de fer et de plomb, cuivre et êtain, et considerer ce travail comme le plus important qu’il y ait à faire pour l’augmentation du canada79 ».

  • 80 Bacqueville de La Potherie : « Peu de temps aprés que ces Nations [celles du Sud, de l’Ouest et du (...)

46A l’été 1670, Talon demanda à Perrot d’accompagner Daumont de Saint-Lusson comme interprète, ce qui implique que Perrot possédait déjà une bonne connaissance des langues amérindiennes et qu’il avait déjà voyagé dans l’Ouest80.

  • 81 DBC, t. II, p. 540.
  • 82 B. Suite, Mélanges historiques, p. 51.
  • 83 HAS, t. II, p. 124 ; voir aussi DBC, t. II, p. 540.
  • 84 HAS, t. II, p. 124-128.

47Les étapes du voyage de Saint-Lusson et de Perrot sont relativement bien connues. Après s’être arrêtés à Montréal, les deux hommes gagnèrent le lac Huron, par la rivière des Outaouais, puis le lac Nipissing et la rivière des Français81, pour hiverner chez les « Amikoués ou peuple du Castor », au nord du lac Huron82. Ils passèrent l’hiver sur l’île Mani-toulin et, au printemps, Perrot envoya des émissaires amérindiens vers les nations du Nord pour les inviter au Sault Sainte Marie, où devait avoir heu la prise de possession du territoire : « l’on fut cinq à six mois pour les avertir ». Pendant ce temps, Perrot alla inviter les nations de la baie des Puants à venir au Saut83. En cours de route, il rencontra le père Claude Allouez, qui avait hiverné à la Baie avec quelques Français, où ils avaient reçu « tous les desagrémens possibles », les Amérindiens de la région ayant été « choquez » de ce qu’on leur avait vendu des marchandises à un prix excessif à Montréal, l’année précédente. Mais Perrot ne se laissa pas rebuter et il gagna la Baie, où il arriva en mai. Il parvint à persuader les Puants de venir à la prise de possession, puis il se rendit chez les Miamis, où les Potéouatamis qui l’accompagnaient et lui furent reçus « en guerriers ». Pendant son séjour parmi les Miamis, Perrot guérit un malade à l’aide d’un « Teriaque », puis, à la fin du mois de mai, il conduisit son monde au Saut84.

48Le 14 juin 1671, à la « bourgade de Sainte-Marie du Sault, lieu où les Révérends Pères Jésuites font leurs missions », en présence de

  • 85 Voir appendice 1, infra, p. 421-427.

quatorze nations, à savoir : les Achipoés, les Malamechs et les Noquets, habitant ledit lieu de Sainte-Marie du Sault, et les Banabeouiks et Makomiteks, les Poulteattemis, Oumalominis, Sassassaouacottons, habitant dans la baye nommée des Puants, et lesquels se sont chargez de le faire savoir à leurs voisins qui sont les Illinois, Mascouttins, Outtougamis et autres nations ; les Christinos, Assinipoals, Aumous-sonnites, Outaouois, Bouscouttons, Niscaks et Masquikoukiceks, tous habitants des terres du nord et proches voisins de la mer, lesquels se sont chargez de le dire et faire sçavoir à leurs voisins, que l’on tient estre en très-grand nombre, habitant sur le bord de la mer mesme, eut lieu la prise de possession du « pays des sauvages, Outaouacs, Nez-Percez, Illinois, et autres nations descouvertes et à descouvrir en l’Amérique septentrionale, du costé du lac Supérieur ou mer Douce », en présence des pères Claude Dablon, Gabriel Dreuillettes, Claude Allouez, Louis André, de la Compagnie de Jésus, de seize Français et de quelques « autres témoins85 ».

  • 86 Voir « Extrait du memoire au Roy par Mr Talon Intendant en Canada », de novembre 1671 (ANF, Col., (...)

49En plus de prendre possession d’un immense territoire au nom de la couronne de France, Saint-Lusson découvrit une mine de cuivre et de plomb, si bien que Talon put annoncer à la Cour que sa mission avait été un franc succès86.

  • 87 Voir le procès-verbal de la prise de possession du territoire : ANF, Col., F32, f. 21. Même si Jul (...)

50À la même époque, après que Cavelier de La Salle eut abandonné l’expédition qu’il avait lui-même mise sur pied pour découvrir l’Ohio, François Dollier de Casson et Bréhant de Galinée prenaient possession des « terres du lac nommé d’Erie87 ».

  • 88 ANF, Col., B3, f. 29.

51Tout en se montrant satisfait de l’envoi de « la Salle du Costé du Sud et le Sr de S.t Lusson du Costé du Nord pour decouvrir le passage de la mer du Sud », Colbert rappela à l’intendant que « la principalle chose à laquelle » il devait s’appliquer « dans ces sortes de decouvertes » était la recherche de « la mine de cuivre88 ».

  • 89 Voir JR, vol. 55, p. 158.
  • 90 Voir JR, vol. 55, p. 132.
  • 91 Voir JR, vol. 55, p. 170. Des meurtres avaient même été commis de part et d’autre. Voir aussi la R (...)

52Pendant que les Français prenaient possession des territoires de l’Ouest, d’importants mouvements de tribus avaient lieu. Dans sa Relation des Outaouais de 1670-1671, Claude Dablon, alors supérieur de la mission de Sault Sainte Marie, observait que les Amérindiens qui s’étaient regroupés dans la région de Michillimakinac pour échapper aux Iroquois89 étaient maintenant en butte à l’hostilité des Sioux. Si bien que les Outaouais établis à la pointe Saint-Esprit, située presque à l’extrémité ouest du lac Supérieur, avaient décidé de s’établir sur une île du lac Huron90. Toujours selon lui, une brouille entre Hurons et Outaouais avait amené les Outaouais demeurés à la mission Saint-Esprit à rejoindre les autres membres de la tribu sur le lac Huron91.

53Quant à Perrot, deux événements importants marquèrent son retour dans la colonie.

  • 92 Voir « Transaction » entre Jean Bousquet et Jean Guedron, qui implique une poursuite contre Perrot (...)

54Au cours de son expédition, Perrot avait pratiqué la traite des fourrures : elles furent saisies à Québec, en août et en septembre, à la demande de Saint-Lusson. Selon Benjamin Suite, Perrot rentra de l’Ouest au cours de l’été ou au début de l’automne92. Compte tenu de la date de la saisie de ses pelleteries, c’est plus vraisemblablement au cours de l’été qu’il revint dans la colonie.

  • 93 Voir infra, p. 143. Le couple s’établit à Champlain (DBC, t. II, p. 540). Comme Marie-Madeleine Ra (...)

55Par ailleurs, le 11 novembre 1671, Perrot signait son contrat de mariage avec Marie-Madeleine Raclot93.

  • 94 Voir C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475 ; R. Douville, « Quelques notes inédites (...)
  • 95 Voir C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475, et t. VI, p. 316 ; R. Douville, « Quelqu (...)
  • 96 Voir R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 48. C’est sur la foi du recensement de 168 (...)
  • 97 L’enfant est baptisé à la paroisse Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine le 28 avril 1677 (...)
  • 98 Voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. IV ; R. Douville, « Quelques notes inédites [.. (...)
  • 99 Voir C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475. R. Douville ne signale pas la naissance (...)
  • 100 Elle est baptisée le 25 juillet 1680, à Trois-Rivières (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoi (...)

56Au cours des années qui suivirent, la vie du couple Perrot-Raclot a dû ressembler à celle de beaucoup d’autres colons. En 1672, Marie-Madeleine Raclot donnait naissance à un premier enfant, François94. En 1674, naissait Nicolas95, puis Clémence96, en 1676, et Michel97 en 1677. Le 11 septembre 1678, Marie-Françoise, la seconde fille du couple Perrot, était baptisée au Cap-de-la-Madeleine98. En 1679, naissait Marie99 et en 1680, Marie-Anne100.

  • 101 Acte passé devant Me Jean Cusson, le 2 décembre 1677, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bo (...)

57Au cours de ces années, Perrot s’établit à la rivière Saint-Michel, aujourd’hui rivière Bécancour, « sur une concession de Charles-Pierre Legardeur de Villiers, seigneur de Bécancour. La terre, située sur la côte sud du Fleuve, avait quinze arpents de front sur la rivière Saint-Michel et vingt de profondeur dans les terres101 ».

  • 102 Mélanges historiques, p. 53.

58Tout en estimant que les naissances successives des enfants de Perret impliquent la « présence » de celui-ci sur « les bords du Saint-Laurent de 1672 à 1678102 », Benjamin Suite croit qu’il est

  • 103 Mélanges historiques, p. 54. Selon B. Suite, Perrot, qui obtint un congé de traite en 1671-1673, l (...)

hors de doute que, de 1672 ou 1673 jusqu’en 1683, il [Perrot] était redevenu coureur de bois, exploitant son permis de traite avec l’aide que lui avait procuré l’argent de sa femme. Durant cette période d’une dizaine d’années, il devait faire un voyage chaque été aux pays des grands lacs, où il étendait ses connaissances chez les tribus indigènes103.

  • 104 ANQ, Archives judiciaires de Montréal, « Informations » de Charles D’Ailleboust des 4 et 15 août 1 (...)

59Il est en effet probable que Perrot ait été impliqué dans la traite des fourrures dès les années 1672-1673. C’est ce que suggère l’enquête dont il a été l’objet en août 1673 à la demande de François-Marie Perrot, le gouverneur de Montréal. Nicolas Perrot était accusé d’avoir soutenu que les Outaouais avaient « esté bien plus mal traittez cette année a Montreal » que l’année précédente et d’avoir refusé d’expliquer aux Amérindiens, « dans le Conseil » où il servit d’interprète, que les présents qu’ils faisaient devaient revenir à François-Marie Perrot et non à Buade de Frontenac, le gouverneur de la colonie104. L’attitude de Perrot suggère qu’il participait à la traite, peut-être même comme homme de main du gouverneur de la colonie.

Un « empoisonneur »

  • 105 « On avait vu même Nicolas Perrot, qui avait tenté d’empoisonner l’illustre Découvreur [La Salle], (...)
  • 106 P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 345.
  • 107 P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 390. L’homme confessa son crime et (...)

60Au cours des mêmes années, Perrot, selon Pierre Margry, aurait tenté d’empoisonner Cavelier de La Salle105. Margry se fonde sur le « Récit d’un ami de l’abbé de Gallinée », c’est-à- dire sur un texte qu’il attribue à Eusèbe Renaudot et qui porte le titre d’« Entretiens de Cavelier de La Salle sur ses onze premières années au Canada106 ». Selon ce document, Cavelier de La Salle fut victime d’un complot au cours de l’été 1677, alors qu’il se trouvait au fort Frontenac, et « celuy qui lui donna le poison fut un nommé Nicolas Perrot, autrement Joly-Cceur, l’un de ses domestiques107 ».

  • 108 P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 296-297.

61Mais s’agit-il bien de Nicolas Perrot, l’explorateur de l’Ouest ? Parmi les noms qui apparaissent dans l’« Extrait de la Revueu faite au fort de Frontenac par Monseigneur le Gouverneur », datée du 7 septembre 1677, on trouve le nom de « Joly-Cceur » parmi les « Travaillants », mais pas celui de Nicolas Perrot108. Comme le font remarquer les rédacteurs du Dictionnaire biographique du Canada, il y a confusion entre deux homonymes :

  • 109 DBC, t. II, p. 540.

Cette même année [1677], un certain Nicolas Perrot, dit Joly-Cceur, ou Jolycœur, avait tenté d’empoisonner Cavelier de La Salle au fort Frontenac (Kingston, Ont), peu après que le gouverneur Buade de Frontenac eut passé en revue les soldats du fort, le 7 septembre. Cet individu, dont le surnom seul était sur la liste des soldats mais qui fut identifié par la suite, avoua son crime et fut mis aux fers ; en janvier 1679, selon Benjamin Suite, il était encore à la prison de Québec. Des historiens, tels Margry et Parkman, se basant sur le récit d’un ami de l’abbé René de Bréhant de Galinée attribué à Eusèbe Renaudot, ont vu en cet homme Perrot l’explorateur et le trafiquant de fourrures. Or ce récit, qui est un compte rendu de prétendues conversations tenues en 1678 à Paris entre La Salle et Renaudot en présence d’amis, n’est pas un document original mais une copie dont l’auteur et la date nous sont inconnus. Un tel témoignage peut sérieusement être mis en doute ; la confusion qui existe jusqu’ici a d’autant moins de raison d’être que le surnom de Joly-Cœur n’a jamais été appliqué à notre personnage dans les actes notariés, les registres d’état civil ni les Relations des Jésuites. Cet incident lui est donc tout à fait étranger109.

Le problème iroquois

  • 110 Voir extrait de la lettre 25 avril 1676 du père Pierson, écrite de Michillimakinac (JR, vol. 60, p (...)
  • 111 Voir JR, vol. 60, p. 166.

62Au cours de l’hiver 1675-1676, des Iroquois étaient venus à Michilli-makinac et avaient offert des présents aux Hurons pour les inviter à se joindre à eux contre les Sioux, à qui ils voulaient faire la guerre110. Dans la Relation de 1676-1677, Claude Dablon fait allusion à une « excursion » des Iroquois en territoire illinois, où ils auraient subi une défaite111. Malgré la paix de 1666, les Iroquois continuaient à s’en prendre à des tribus avec lesquelles les Français entendaient établir des liens commerciaux.

  • 112 « Memoire pour faire connoistre à Monseigneur les nations Sauvages desquelles nous tirons nos pell (...)
  • 113 « Memoire pour [...] » (ANF, Col. C11A 5, f. 310).
  • 114 « Memoire pour [...] » (ANF, Col. C11A 5, f. 311-312).

63Au début de la décennie suivante, le problème iroquois prit de l’ampleur : selon l’intendant Duchesneau, en avril 1680, les Iroquois firent partir une armée de cinq cents à six cents hommes pour attaquer un village illinois, où se trouvait Henri de Tonty, avec quelques Français et deux récollets. Malgré l’intervention de Tonty, qui fut blessé d’un coup de couteau, les Iroquois attaquèrent les Illinois, « en tuerent et prirent jusques à douze cens tant hommes, femmes qu’enfans sans avoir perdu que trente hommes112 ». Pendant ce temps, d’autres Iro-quois rencontrèrent des chasseurs puants, les firent prisonniers et les amenèrent dans leur pays, mais « sans neantmoins leur faire les mauvais traittemens dont ils maltraittent les captifs113. La même année, un Tsonnontouan, pris par des Puants et amené à Michillimakinac, était tué par un Illinois114.

64Tous ces événements risquaient de rallumer la guerre, les Iroquois n’attendant qu’une occasion pour s’en prendre aux nations de l’Ouest et les disperser, partant, les empêcher « d’apporter leurs pelleteries » dans les postes français. De là la « necessitté absolue de nous les rendre amis ou de les Detruire », estimait l’intendant. Sur sa lancée, Duchesneau expliquait aussi le rôle des hommes envoyés dans l’Ouest :

  • 115 « Memoire pour [...] » (ANF, Col. C11A 5, f. 308). Dans un autre texte, Duchesneau distinguait deu (...)

Nos Interest sont de tenir ces peuples en union, de prendre connois-sance de tous leurs differends quelque petits qu’ils soient, de veiller avec soing qu’il ne s’en termine pas un sans nostre media[t]ion et de nous rendre en touttes choses leurs arbitres et leurs protecteurs, et les engager par là dans une grande deppendance, et par la douceur avec laquelle on les trouvera leur faisants des caresses, leur donnants quelques presens, les envoyants visitter et ne souffrant pas qu’un grand nombre de ffançois qui font tousjours beaucoup d’insollances aillent dans leur pays115.

65Ces consignes correspondent précisément au rôle joué par Perrot.

  • 116 Lors du recensement de 1681, Nicolas Perrot et sa femme déclarèrent avoir six enfants : François, (...)
  • 117 Ordonnance du 2 mai 1681 à l’endroit de tous ceux qui se sont trouvés « engagez en ce commerce ill (...)
  • 118 ANF, Col. A21, f. 73-74; Col., B8, f. 87-88.
  • 119 ANF, Col. B8, f. 88-89; Col. F3 6, f. 10. Sur l’ensemble de la question, voir G. Lanctot, Histoire (...)

66L’année 1681 marque un changement important dans la politique commerciale des Français116. Le régime de traite des fourrures donnait lieu à des plaintes incessantes des autorités religieuses et à des conflits entre l’intendant et le gouverneur de la colonie. Aussi Louis XIV modifia-t-il les règles du jeu. En même temps qu’il amnistiait les coureurs des bois qui n’avaient pas obéi aux injonctions passées117, il émettait une nouvelle ordonnance pour interdire aux habitants de la colonie « de faire la traite des pelleteries dans les habitations des Sauvages et profondeur des bois118 » et il instaurait le système des « congés », qui autorisait les autorités coloniales à délivrer une « permission à 25. Canots equipés de 3. Hommes chacun » pour aller faire la traite. Les congés étaient octroyés par le gouverneur, mais ils devaient être « visés » par l’intendant. En principe, aucun habitant ne devait bénéficier d’un congé « deux années de suite119 ».

  • 120 ANF, Col. C11A 6, f. 113. Le 20 août 1682, Perrot perdait une poursuite contre un certain Macart q (...)

67Sans doute Perrot a-t-il été obligé de rentrer assez précipitamment dans la colonie, puisque dans l’« Extrait des lettres de Canada », de 1682, on trouve le résumé d’une lettre de Perrot, dans laquelle il explique qu’il a dû laisser, l’année précédente, ses « marchandises chez les Peres Jesuittes au pays des outaouaks » quand le roi a ordonné le retour des Français dans la colonie. Le but de la lettre était de demander « la permission de les aller reprendre avec 2. ou 3. canots120 ».

  • 121 Voir Claude Chauchetière, texte du 14 octobre 1682, dans JR, vol. 62, p. 184.
  • 122 Voir Buade de Frontenac, lettre du 2 novembre 1681 (ANF, Col. C11A 5, f. 386) ; C. de Rochemonteix (...)

68Les modifications au régime de la traite des fourrures n’affectèrent pas les relations entre les tribus. Au cours de l’année 1681 et de la suivante, les Iroquois et les Illinois s’affrontèrent violemment121 et les Iroquois tuèrent quelque cinq cents à six cents Illinois, en plus de faire environ sept cents prisonniers, surtout des enfants et des vieilles femmes122.

  • 123 ANF, Col. C11A 6, f. 5. Pour le couple Perrot-Raclot, 1682 marque la naissance d’un autre garçon, (...)
  • 124 ANF, Col. C11A 6, f. 5-12.

69Mais les Iroquois n’étaient pas les seuls à donner de l’inquiétude aux autorités coloniales. Le 11 août 1682, arrivaient à Montréal vingt-six canots de Kiskakons, d’Outaouais Sinagos, d’Outaouais du Sable et de Miamis123. Le 13, dix canots de Tionontatés accostaient. Le même jour, Buade de Frontenac donna audience aux Amérindiens. Au cours des discussions, les Kiskakons se plaignirent des Hurons, qu’ils accusaient de s’entendre en secret avec les Iroquois. Le gouverneur fit des efforts pour rétablir la paix entre les tribus, tout en invitant les alliés des Français à être sur leurs gardes. En outre, au moment du départ des Amérindiens, le 20 août, Buade de Frontenac, qui souhaitait ménager les Iroquois et éviter tout conflit ouvert avec eux, leur fit promettre de ne pas poser de gestes d’hostilité à l’endroit des Iroquois s’ils en rencontraient sur le chemin du retour124.

  • 125 ANF, Col. C11A 6, f. 15-20.

70À peine trois semaines plus tard, c’était au tour des Iroquois de venir en ambassade. Le 11 septembre, Buade de Frontenac recevait leur député et, le lendemain, il tentait de le persuader de ne pas faire la guerre125.

  • 126 Voir ANF, Col. C11A 6, f. 28. De fait, un Iroquois avait été tué l’été précédent (voir ANF, Col. C(...)

71Mais les efforts du gouverneur pour maintenir la paix étaient vains. Dans sa lettre du 28 juillet, l’intendant Duchesneau signalait la « mauvaise disposition des Iroquois » à l’égard des Français. Il ajoutait, un peu perfidement, que l’hostilité des Iroquois tenait en partie au fait que Buade de Frontenac ne leur avait pas fait rendre justice d’un meurtre perpétré par les Kiskakons contre un des leurs126 et qu’il ne s’était pas rendu au fort Frontenac pour les rencontrer, comme il l’avait promis, si bien qu’il n’avait pas empêché le départ de leurs guerriers contre les Illinois.

  • 127 ANF, Col. C11A 6, f. 85.

72Irritée par la mésentente entre l’intendant et le gouverneur de la colonie, la Cour les rappela en France et les remplaça par Jacques de Meulles et par Joseph Antoine Le Febvre de La Barre. Dès son arrivée dans la colonie, le nouvel intendant ne put que constater l’hostilité des Iroquois à l’endroit des Français et de leurs alliés amérindiens. Dans sa lettre du 12 novembre 1682, de Meulles écrivait que le député iroquois, venu rencontrer Buade de Frontenac au cours de l’été, n’était en réalité qu’un « Espion » envoyé « pour amuser Monsieur Le Comte Et sçavoir ses sentimens127 ».

Le conflit de 1684

  • 128 « Instruction » (ANF, Col. B8, f. 103-104).

73Avant même le départ de Le Febvre de La Barre pour le Canada, le roi, à qui on avait fait savoir que les Iroquois continuaient à s’en prendre aux Français et à leurs alliés et qu’ils avaient l’intention d’attaquer la colonie, donnait l’ordre au nouveau gouverneur d’en imposer aux Iroquois par une démonstration de force, mais d’éviter tout conflit ouvert, à moins d’être assuré « de finir promptement et avec advantage la guerre ». D’ailleurs, le nouveau gouverneur ne devait compter que sur la milice locale, le roi n’ayant pas l’intention « d’envoyer des troupes reglées128 ».

  • 129 Le roi, lit-on, « n’estime pas que ces decouvertes soient avantageuses et qu’il vaut bien mieux s’ (...)

74Dans la même « instruction », le roi se montrait opposé aux découvertes « dans le pays des nadoussioux, la Riviere de mississipy et autres endroits de l’Amerique Septentrionale129 ».

  • 130 Procès-verbal de « l’Assemblée tenue le dixie[me] octobre 1682 », dans lequel figurent le nom du g (...)
  • 131 ANF, Col. C11A 6, f. 68-70.
  • 132 Lettre du 12 novembre 1682 (ANF, Col. C11A 6, f. 85).

75Le 10 octobre 1682, Le Febvre de La Barre réunit les notables du pays afin d’arrêter une politique à l’endroit des Iroquois130. Les membres de l’assemblée, qui insistèrent sur la nécessité de protéger le commerce des pelleteries, prônèrent une attitude agressive à l’endroit des Iroquois, mais sans opter ouvertement pour la guerre131. Cette politique reçut l’aval de l’intendant de Meulles, qui écrivait : « il paroist d’une necessité absolue d’Estre en Estat de Leur [Iroquois] pouvoir resister, Et d’Empescher qu’ils n’attaquent nos aliez, Et nos voisins132. »

  • 133 Lettre de 1682 (ANF, Col. C11A 6, f. 60).
  • 134 Lettre de 1682 (ANF, Col. C11A 6, f. 61).
  • 135 Lettre de 1682 (ANF, Col. C11A 6, f. 61) ; voir aussi ANF, Col. C11A 6, f. 66-67). On peut toutefo (...)

76Aussi, malgré les instructions du roi, Le Febvre de La Barre, qui observait qu’il avait trouvé le pays « à la veille d’une guerre forcée avec les Iroquois133 » et que ces derniers s’en prenaient aux Illinois, en plus de vouloir « destruire toutes les nations » de la baie des Puants, pour ensuite « enlever les Kiskakons » établis à Michillimakinac134, demandait-il, pour assurer la défense du pays, « quatre Compagnies de Marine Complettes [...] Les Fonds pour bastir deux barques et deux doubles Chalouppes, Deux cens Engagez », des armes et des munitions135.

  • 136 L’année 1683 marque la naissance de Madeleine Perrot, baptisée le 19 février au Cap-de-la-Madelein (...)
  • 137 ANF, Col. C11A 6, f. 127.
  • 138 « Comme nous ne pouuons rien faire d’utile qu’entrant et hyvernant dans le pays Ennemy, nous ne po (...)

77Le 30 mai 1683136, Le Febvre de La Barre demandait à nouveau de l’aide pour pouvoir « dompter ses Ennemis et mettre ce pays-cy en seureté pour un très long temps, ou mesme pour toujours137 ». En même temps, sa stratégie militaire évoluait, car il estimait maintenant nécessaire d’occuper le territoire iroquois138. Ici encore, de Meulles appuyait le gouverneur dans sa lettre du 2 juin 1683 en rappelant qu’avec les six cents hommes demandés, on pouvait « mettre les iroquois hors d’estat de ne pouvoir jamais insulter cette colonie ».

  • 139 ANF, Col. B10, f. 3-4 ; voir aussi la lettre du roi à de Meulles, ANF, Col. B10, f. 6-7.

78Dans sa lettre du 5 août 1683, le roi marquait quelque réticence au sujet de la guerre, « quand mesme on la feroit avec advantage », car un conflit, quelqu’en fût le résultat, nuirait à la culture des terres et au commerce. Il demandait plutôt au gouverneur « de ramener les esprits de ces Iroquois par la douceur ». Toutefois, afin d’intimider l’ennemi, il envoyait deux cents hommes au Canada, tout en précisant qu’il entendait que la guerre durât peu, s’il fallait la faire139.

  • 140 Il est difficile de savoir précisément quand Perrot revint dans l’Ouest. Il n’est pas impossible q (...)
  • 141 HAS, t. II, p. 151-154. Comme l’observe Deborah Martin, Perrot devait alors posséder un magasin ou (...)

79D’autre part, sur le front de l’Ouest, Le Febvre de La Barre devait à la fois faire appliquer les nouvelles consignes royales sur la traite des fourrures et s’assurer de l’allégeance des tribus alliées. En juillet 1683, Olivier Morel de La Durantaye et Louis Henri de Baugy prenaient le chemin des Grands Lacs, le premier pour assumer le commandement de Michillimakinac, le second pour relever Henri de Tonty, le lieutenant de Cavelier de La Salle, de son commandement au fort Saint-Louis des Illinois. Sans doute Perrot accompagna-t-il le convoi français jusqu’à Michillimakinac140, où on lui demanda de pacifier un différend entre les Outagamis et les Sauteux après que les premiers eurent enlevé une douzaine de femmes et d’enfants sauteux. Perrot se rendit à la baie des Puants, où il harangua les Outagamis et obtint la restitution des prisonniers141.

  • 142 Lettre de Le Febvre de La Barre du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A 6, f. 135).
  • 143 Ibid.

80La paix demeurait précaire, les Tsonnontouans, les Onontagués et les Goyogouins ayant « despesché Cinq Cens guerriers ce mois de may [1684] pour attaquer les Outaouax & s’emparer de Missilimakinak ». En même temps, deux partis de cent cinquante hommes chacun étaient envoyés contre les Miamis142. Et Le Febvre de La Barre d’expliquer : comme « le sujet de la querelle [était] de sçavoir qui sera[it] maistre de la traitte du Castor du costé du sud et du sud ouest [...] Et qu’ainsy quelque traitté que l’on [fit] avec Eux La cause subsistant toujours, ils ne manquer[aie]nt pas de profitter des moindres Occasions pour entreprendre de se rendre Maitres de ces peuples et de ces postes143 », il devenait impératif de mettre un terme à la politique expansionniste des Iroquois.

  • 144 Lettre du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A 6, f. 135).
  • 145 Il envoya Le Moyne de Longueuil chez les Iroquois pour savoir pourquoi ils ne lui avaient pas envo (...)

81Aussi Le Febvre de La Barre renforça-t-il le dispositif militaire de Michillimakinac144, tout en tentant un rapprochement avec les Iroquois par l’intermédiaire de Charles Le Moyne de Longueuil145.

  • 146 Lettre du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A 6, f. 136-137).

82La mission de Le Moyne réussit en partie. Le 20 juillet, il revenait à Montréal en compagnie de treize envoyés Tsonnontouans, les quatre autres nations iroquoises s’étant engagées à envoyer des délégués en août. De fait, le 14 août, une trentaine de députés iroquois arrivaient à Montréal. Le gouverneur leur offrit des présents pour la mort d’un des leurs, tué quatre ans plus tôt par des Illinois à Michillimakinac, mais lorsque les députés partirent de Montréal, le 30 août, aucun accord formel n’avait été entériné. Plus grave, Le Febvre de La Barre commit l’erreur d’autoriser les Iroquois à « tailler en pieces les deserteurs fran-çois qui vouloient Enseigner et frayer le Chemin aux anglois et flamans pour les Outaoûax146 ». C’était autoriser les Iroquois à s’en prendre à tous les traitants français, sans distinction.

  • 147 Lettre du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A 6, f. 142).
  • 148 ANF, Col. C11A 6, f. 152-153.

83Le Febvre de La Barre ne nourrissait guère d’illusion sur les résultats de la députation : il demanda à nouveau les « Cinq Cens hommes » déjà réclamés ainsi que des munitions. Selon lui, les Iroquois ne pensaient pas vraiment à la paix147. Dans une autre lettre, elle aussi datée du 4 novembre 1683, il évoquait à nouveau l’intention des Iroquois de s’emparer de toute la traite et il ajoutait que Buade de Frontenac s’était « lourdement trompé de Croire l’année der[niè]re en septem[bre] D’avoir accommodé les affaires avec ces peuples ». La conclusion de sa lettre ne laisse aucun doute sur ses intentions : « il est Certain qu’il n’y a d’esperance de Salut que par la guerre en les attaquant148. »

  • 149 Voir l’apostille à la seconde lettre de Le Febvre de La Barre, du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A (...)

84La Cour ne l’entendait pas ainsi et elle s’opposa à la guerre avec les Iroquois149.

  • 150 ANF, Col. C11A 6, f. 178. Voir le compte rendu de sa mission, daté du 10 septembre 1684 (ANF, Col. (...)
  • 151 ANF, Col. C11A 6, f. 178. Parmi eux, se trouvait Nicolas Perrot.
  • 152 ANF, Col. C11A 6, f. 194.

85D’autre part, les relations entre l’intendant et le gouverneur s’étaient détériorées au cours des mois précédents. Dans sa lettre du 4 novembre 1683, de Meulles dénonçait le gouverneur qui, en plus des vingt-cinq congés autorisés, avait envoyé Dulhut « du costé du Lac Superieur » avec quinze canots, sous prétexte d’empêcher les Amérindiens d’aller vendre leurs pelleteries aux Anglais de la baie d’Hudson150. Toujours selon l’intendant, Morel de La Durantaye et Baugy étaient partis « d’un autre » côté, sans compter qu’un « grand nombre d’autres particuliers » étaient allés à la traite avec des congés signés du gouverneur151. En somme, le gouverneur ne respectait pas les ordonnances du roi, qu’il était chargé de faire appliquer. Cela n’empêcha pas de Meulles, dans une autre lettre, datée elle aussi du 4 novembre, d’insister sur la nécessité de détruire les Iroquois152.

  • 153 Au début de l’année, Madeleine Perrot donna naissance à un autre enfant : Claude. L’enfant fut bap (...)
  • 154 ANF, Col. B11, f. 7. Le roi donna toutefois ordre d’envoyer deux cents hommes, car, l’année précéd (...)
  • 155 ANF, Col. B11, f. 10.
  • 156 Le Febvre de La Barre devait réparer son tort et remettre le fort et ses effets à Laforest, qui ét (...)

86La Cour ne se montrait guère convaincue par la rhétorique du gouverneur et de l’intendant et, le 10 avril 1684153, le roi rappelait au gouverneur qu’il y avait « beaucoup à perdre et peu à gagner » à faire la guerre aux Iroquois. Il l’incitait, au contraire, à rechercher la paix et il lui rappelait qu’il ne devait se lancer dans des opérations militaires « qu’avec une certitude presque asseurée de succés » et qu’à la condition d’être sûr de terminer la « guerre en une seule campagne154 ». Le roi en profita aussi pour reprocher au gouverneur d’avoir autorisé Dulhut et Baugy à aller en traite155 et d’avoir chassé Cavelier de La Salle du fort Frontenac156.

  • 157 ANF, Col. C11A 6, f. 250.

87Le 12 mai 1684, Le Febvre de La Barre faisait acheminer à Michilli-makinac, « Cent Cinquante Livres de poudre, Trois Cens Livres de plomb » et treize fusils157.

  • 158 Voir « Rapport de quelques particuliers françois habitans de Quebec », daté du 28 mai 1684 (ANF, C (...)

88Petit à petit, une logique de guerre remplaçait celle de la paix. Il est vrai qu’en mai on apprit, à Québec, que deux mois plus tôt, le dimanche 5 mars 1684, des Iroquois avaient pillé sept canots français pourtant munis de congés en bonne et due forme et qu’ils avaient attaqué le fort Saint-Louis des Illinois158.

  • 159 Lettre du 5 juin (ANF, Col. C11A 6, f. 273-274). Il demandait aussi des « secours » pour réussir d (...)

89Dans sa lettre du 5 juin 1684, Le Febvre de La Barre, en plus de rapporter ces faits, ajoutait que les Iroquois avaient envoyé une ambassade aux Sauvages de la Virginie pour faire la paix, ce qui suggérait qu’ils entendaient concentrer leurs forces contre les Amérindiens alliés, sinon contre la colonie. De là sa décision de prendre les devants et de « Commencer la guerre159 ».

  • 160 Lettre du 5 juin 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 275).
  • 161 Lettre du 5 juin 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 280). Pour faire bonne mesure, il demanda d’avance son (...)

90Aussi, après s’être plaint que les cent cinquante soldats qu’on avait envoyés en Nouvelle- France, l’année précédente, étaient des recrues peu aguerries160, Le Febvre de La Barre demandait-il « sept à huit Cens hommes de bonnes trouppes du desarmement des Vaiss[eau]x et accoutumés à la guerre161 ».

  • 162 Lettre du 5 juin 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 274).

91Il ordonna alors à Dulhut de rassembler tous les Français qu’il pouvait, de rallier Morel de La Durantaye, le commandant de Michilli-makinac, et de se rendre à Niagara avec le plus d’Amérindiens alliés possible pour attaquer les Tsonnontouans. Le rendez-vous des troupes était fixé « vers » le 15 août162.

  • 163 ANF, Col. C11A 6, f. 265. Jacques de Meulles lui reprochera sa naïveté (voir la lettre du 10 octob (...)

92Le 15 juin, Le Febvre de La Barre informa Thomas Dongan, le gouverneur de New York, de ses intentions et il lui demanda d’interdire que l’on fournît des munitions aux Iroquois163.

  • 164 ANF, Col. C11A 6, f. 284.
  • 165 ANF, Col. C11A 6, f. 285. Il annonçait aussi la levée, le 28 mars, du siège du fort Saint-Louis, a (...)

93Dans sa lettre du 9 juillet à Seignelay, Le Febvre de La Barre précisait à nouveau qu’il avait envoyé des ordres à Dulhut pour rassembler les Français et les Amérindiens alliés, afin qu’ils rejoignissent Morel de La Durantaye et ses hommes et passassent par le lac Érié pour rejoindre les troupes de Montréal164. Lui-même comptait partir de la colonie « avec cent cinq[an]te Canots d’Ecorce et douze batteaux plats165.

  • 166 ANF, Col. C11A 6, f. 286.

94Dans la même lettre, Le Febvre de La Barre, qui croyait Dulhut à l’extrémité du lac Supérieur en train de pacifier les Sauteux et les Sioux, disait craindre qu’il n’eût pas reçu ses ordres, si bien qu’il n’était pas assuré que la jonction des troupes se fît au bon moment166.

  • 167 ANF, Col. C11A 6, f. 287. Voir aussi copie de sa lettre du 9 juillet 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 27 (...)

95Mais l’attaque contre les Iroquois ne fut pas différée : dans sa lettre du 9 juillet, Le Febvre de La Barre annonçait qu’il s’apprêtait à marcher contre les Tsonnontouans, à la tête de sept cents habitants du Canada, de cent trente hommes de troupe et de quelque deux cents Amérindiens. Il rappelait qu’il avait donné ordre à Morel de La Durantaye de lever un corps de cent Français et « un corps considerable de Sauvages » et il ajoutait qu’il savait que Dulhut travaillait « puissamment vers l’Oüest a en assember plus de 1000. [Sauvages] et Cent ffançois qu’il a[vait] auec luy ». Il espérait alors que la jonction des troupes s’effectuât le 1er septembre167.

  • 168 Voir infra, p. 384 ; voir aussi HAS, t. II, p. 157.

96Dans son mémoire, Perrot rapporte que, dans un premier temps, seuls les Hurons, parmi les Amérindiens de l’Ouest, « reçurent la hache » de guerre, c’est-à-dire acceptèrent de participer aux opérations contre les Iroquois. Greysolon Dulhut, qui revenait du lac Supérieur, arriva à Michillimakinac la nuit même où fut connue la réponse des Amérindiens. Il demanda alors à Perrot d’intervenir. Celui-ci se rendit chez les Outaouais et les convainquit de faire la guerre aux Iroquois168.

  • 169 ANF, Col. C11A 6, f. 289; ANF, Col. B11, f. 43-45.

97Le 31 juillet, à la suite du pillage des canots français et de l’attaque du fort Saint-Louis des Illinois, le roi approuva, avec réserve, la décision de Le Febvre de La Barre de faire la guerre aux Iroquois. Il annonçait aussi l’envoi de trois cents soldats et il demandait de faire des prisonniers de guerre pour les galères169.

  • 170 Voir infra, p. 390-391.
  • 171 ANF, Col. C11A 6, f. 382-383.
  • 172 ANF, Col. C11A 6, f. 384-385.

98Mais comme le signale Perrot170, ceux qui avaient appuyé le projet de Le Febvre de La Barre se retournèrent contre lui. Dans sa lettre du 12 juillet 1684, adressée à Seignelay, donc avant les opérations militaires, de Meulles observait que les gens dans la colonie accusaient Le Febvre de La Barre de n’entreprendre cette guerre « que pour Conserver le Castor de Cinq ou six Marchands de la basse ville de Quebec qui font uniquement tout le commerce ». De Meulles, qui précisait que la « chose » était « veritable », accusait même le gouverneur de pratiquer la traite, voire d’être impliqué dans le commerce illicite avec les Anglais171. Plus bas, tout en soutenant que Le Febvre de La Barre avait « Entrepris la guerre sans Consulter personne dans le païs que les marchands », de Meulles affirmait qu’il n’avait « trouvé aucune disposition dans l’esprit de Mon[sieu]r le General pour faire la guerre auxd[its] sauvages » et concluait : « je croy qu’il se contentera d’aller en canot Jusques à Cataraquoüy ou fort frontenac, et ensuite faire venir lesdpts] Sonnontoüans pour traitter de paix avec eux, et Joüer le peuple172. »

  • 173 ANF, Col. C11A 6, f. 245. Mais le roi avait donné ordre d’effectuer une « levée de 200. Nouveaux s (...)

99En août, le roi, qui se montrait encore fort réticent au sujet de la guerre, estimait qu’il y avait « beaucoup à perdre et peu à gagner » dans une guerre contre les Iroquois. A nouveau, il recommandait de l’éviter ou de ne la faire, si elle était absolument nécessaire, qu’en étant assuré de pouvoir la terminer « en une seule campagne173 ».

100Mais il était trop tard : les opérations militaires contre les Tsonnon-touans étaient déjà commencées.

  • 174 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 295).
  • 175 Lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 388).
  • 176 Selon Morel de La Durantaye, qui le tenait d’un chef miami (voir lettre de De Meulles, du 10 octob (...)

101La « Reveüe » des troupes qui ont accompagné M. de la Barre », du 14 août 1684, indique un total de sept cent quatre-vingt-onze soldats, auxquels s’ajoutèrent quelque vingt-cinq autres hommes174. Selon de Meulles, l’armée comptait en réalité neuf cents Français et trois cents Amérindiens. Environ six cents hommes de l’Ouest, dont un tiers de Français, devaient rejoindre l’armée à Niagara175. En plus, mille Illinois étaient attendus176.

  • 177 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 308-309).
  • 178 Lettre du 12 juillet 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 382).

102À Montréal, où il s’était rendu le 10 juin, Le Febvre de La Barre invita les Agniers, les Onneiouts et les Onontagués à demeurer neutres. Le 20 juin, il envoya une avant-garde de cinquante-six soldats et six ouvriers au fort Frontenac pour en assurer la défense177. Le 24 juin, il quitta Montréal pour Québec, où il arriva le 26. Il fit alors construire quinze bateaux plats pour porter chacun quatorze ou quinze hommes. Selon de Meulles, les bateaux mesuraient vingt-cinq pieds de long, soit environ sept mètres178.

103Le 9 juillet, à la tête de trois cents miliciens, Le Febvre de La Barre quitta Québec et il arriva à Montréal le 16. Le 21, Claude Gillouet D’Orvilliers le rejoignit avec les bateaux et deux cent cinquante hommes. Le Febvre de La Barre envoya alors une brigade en avant-garde. Le 30 juillet, le gouverneur, suivi de D’Orvilliers, qui servait d’arrière-garde, rejoignit l’avant-garde.

104Le 1er août, les jésuites Jean de Lamberville et Pierre Millet arrivaient à l’armée avec des Onontagués, des Onneiouts et des Goyo-gouins, à qui les Tsonnontouans avaient demandé de jouer le rôle de médiateurs. Les députés iroquois réclamèrent que Le Moyne de Longueuil fut envoyé chez les Tsonnontouans pour négocier la paix.

105L’armée poursuivit cependant son chemin et, le 2 août, arriva au Long Sault, qu’elle franchit avec peine. En même temps, Le Febvre de La Barre fit savoir aux députés iroquois qu’il était prêt à avoir recours à leur médiation, mais à la condition d’obtenir une « satisfaction raisonnable » de la part des Tsonnontouans. C’est qu’il craignait que les Anglais n’appuyassent l’ennemi, qu’il y eût du retard dans l’acheminement des vivres de Montréal et que des vents contraires retardassent les barques envoyées à la rencontre de l’armée de l’Ouest.

  • 179 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 308-311).
  • 180 Lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 388).

106Le 16 août, Le Febvre de La Barre envoya Le Moyne de Longueuil chez les Onontagués179. De plus en plus critique à l’endroit du gouverneur, de Meulles, qui soutenait maintenant que tous les hommes « ne respiroient que la guerre », écrivit que Le Febvre de La Barre avait envoyé Le Moyne de Longueuil « sans aucune necessité » auprès des ennemis180.

  • 181 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 311).
  • 182 Ibid. Comme le signale Furetière (1690), le substantif « livres » est sous-entendu : « Le fer de f (...)
  • 183 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 311). Jacques de Meulles reconnut l’importanc (...)

107À la vérité, la situation de l’armée se détériorait et on commença même à manquer de vivres, lorsque que Le Febvre de La Barre fit camper les hommes à l’anse à La Famine, sur la rive est du lac Ontario181. La situation ne s’améliora guère lorsque, le 25 août, Le Febvre de La Barre reçut de Montréal huit à neuf milliers de farine, au lieu des vingt attendus182. Qui pis est, la maladie se déclara au camp de La Famine : quelque cent cinquante hommes furent touchés183.

  • 184 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 312).
  • 185 Ibid.

108Le 3 septembre, Le Moyne de Longueuil revint au camp en compagnie de quatorze députés, neuf Onontagués, trois Onneiouts et deux Goyogouins, qui, constatant la situation difficile dans laquelle se trouvaient les Français, négocièrent en conséquence184. Dès le lendemain, la paix, qui excluait les Illinois, était conclue, en présence d’un Tsonnon-touan, venu précédemment en ambassade à Québec185.

  • 186 Lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 391). Voir aussi Gédéon de Catalogne, (...)
  • 187 Lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 391).

109Peu après, Le Febvre de La Barre quitta le camp. De Meulles, en plus de dénoncer la « paix honteuse186 » qu’il avait signée avec les Iroquois, l’accusa d’être parti précipitamment en « abandonnant entierement » ses hommes par crainte « d’Estre surpris par les Iroquois, et si on le peut dire ayant perdu la Tramontane, se souciant peu de ce que deviendroit L’armée187 ».

  • 188 Lettre du 10 mars 1685 adressée à l’intendant (ANF, Col. B11, f. 96).

110Est-il besoin d’ajouter que le roi se montra peu satisfait de la conduite du gouverneur188, qui fut rappelé et remplacé par Brisay de Denonville ?

  • 189 Au moment où les Français et leurs alliés de l’Ouest arrivèrent à Niagara pour rejoindre le gros d (...)
  • 190 C’est ce qu’il écrit : voir infra, p. 391. Selon Benjamin Suite, Perrot « a dû se rendre à Bécanco (...)
  • 191 Traduction anglaise d’une entente pour faire la traite à la baie des Puants, Mascoutins et Nadouss (...)
  • 192 Vente de la moitié d’un congé pour aller en traite aux Outaouais, par François Chorrel de Saint-Ro (...)
  • 193 Billet, ou obligation, de Perrot en faveur de Pierre Champou, de Bécancour (voir Jugements et déli (...)
  • 194 Obligation de Mathieu Brunet dit Lestang et Marie Blanchard, de Champlain, à Nicolas Perrot, de la (...)
  • 195 Procuration de N. Perrot à Marie-Madeleine Raclot, son épouse, de la rivière Saint-Michel (acte pa (...)

111Après les opérations militaires, auxquelles il n’a pas participé189, Perrot revint dans la colonie, où il passa l’hiver190. Il profita de son séjour pour préparer un nouveau voyage dans l’Ouest. Le 4 avril, il était partie prenante dans une association pour faire la traite des fourrures à la baie des Puants191 ; le 27 avril, un marchand de Champlain, François Chorrel de Sainct-Romain, lui vendait une moitié de congé pour faire la traite des fourrures aux Outaouais192 ; le 14 mai, Perrot signait une « obligation » en faveur de Pierre Champou, un colon de Bécancour193 ; trois jours plus tard, le 17 mai, Mathieu Brunet et Marie Blanchard signaient une « obligation » à Perrot194 ; enfin, le même jour, Perrot remettait une procuration à son épouse195.

  • 196 Voir Bacqueville de La Potherie, qui explique que Perrot avait le titre de « Commandant de cette c (...)

112Perrot se préparait à retourner dans l’Ouest sur ordre du gouverneur, qui, au printemps 1685, avait décidé d’envoyer une vingtaine de Français sous son commandement pour tenter de « penetrer dans l’Ouest196 ».

  • 197 ANF, Col. B11, f. 87-88 ; voir aussi J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 34-35 et 111-112.
  • 198 ANF, Col. B11, f. 88. Sur la question des opérations militaires, le roi s’en remettait « à luy de (...)
  • 199 ANF, Col. B11, f. 89.

113Mais le 1er août, Brisay de Denonville, le nouveau gouverneur de la colonie, arrivait à Québec. Selon l’« Instruction » du roi, du 10 mars 1685, il avait pour mission de « ranger les Irroquois dans le devoir et de restablir le credit de la nation » française dans l’esprit des alliés, en somme, d’imposer « une paix ferme et solide197 ». Les consignes royales incluaient même une option militaire, Brisay de Denonville devant bien faire savoir à tous qu’il entendait « proteger de toutes ses forces les Alliés des françois » et, si cela s’avérait nécessaire, « soustenir cette declaration par des troupes et par quelque entreprise contre les Sonnontoüans198 ». Dans le but de consolider les positions françaises dans l’Ouest, Brisay de Denonville devait enfin effectuer un voyage à Michillimakinac afin « d’examiner les endroits où il sera[it] necessaire de faire de nouveaux establissemens, de faire construire des forts, et establir des garnisons199 ».

  • 200 ANF, Col. B11, f. 92.

114Le roi profitait aussi de l’occasion pour rappeler au nouveau gouverneur qu’il devait faire observer les ordonnances sur la traite des fourrures et il terminait en signalant qu’il estimait peu avantageuses les découvertes vers l’Ouest, notamment du côté des Sioux, si bien qu’il ne voulait pas qu’on continuât à donner des permissions d’exploration, hormis dans le cas de Cavelier de La Salle pour la découverte de l’embouchure du Mississipi200.

  • 201 J. Tailhan, Mémoire, p. 305-306.
  • 202 Voir son « Memoire concernant l’estat present du Canada, et les mesures que l’on peut prendre pour (...)
  • 203 Voir ANF, Col. C11A 8, f. 51-52.
  • 204 ANF, Col. C11A 8, f. 52.
  • 205 Voir la lettre de Brisay de Denonville, du 12 juin 1686, dans laquelle on lit que Morel de La Dura (...)

115Aussi Perrot ne conserva-t-il pas longtemps son titre de commandant. Dès « le mois de Septembre où d’Octobre201 », Brisay de Denonville soumettait les Français dans l’Ouest à l’autorité de Morel de la Durantaye, le commandant de Micliillimakinac202. Dans sa lettre du 6 juin 1686, adressée à Morel de La Durantaye, promu « Commandant aux Outaouax203 », Brisay de Denonville ajoutait : « Si Nicolas Perrot nous pouvoit assembler quelques Sauvages pour les joindre à Mr Du Lhude lorsqu’il en sera temps, il faudroit y songer de bonne heure204 ». Àl’évidence, Perrot, quelque fut son titre au moment de son départ de Montréal, était maintenant sous les ordres de Morel de La Durantaye, dont l’autorité s’étendait à toute la région205.

  • 206 Voir J. Tailhan, Mémoire, p. 306.

116Comme l’observe Jules Tailhan, à son retour dans la colonie en 1689, Buade de Frontenac ne changea pas cet ordre et les commandants des différents postes de l’Ouest demeurèrent subordonnés au commandant de Michillimakinac206. Pour preuve, le discours de Buade de Frontenac aux députés des nations de l’Ouest venus à Montréal à l’été 1695 :

  • 207 HAS, t. IV, p. 67-68.

Au reste, Ounanguicé, et vous autres Chefs des Nations, je suis bien aise de vous avertir principalement, avant que vous me quittiez, que le Commandant de Michillimakinak est le seul à qui j’ai remis mon autorité dans tous vos quartiers, et qui doit vous expliquer mes pensées et mes intentions. Les autres Officiers François comme Courtemanche, Mantet, d’Argenteuil, de l’Isle, Vincennes, La Découverte et Perrot, qui sont parmi vous, lui devant être entièrement soumis. Que ce soit donc sa voix seule que vous écoutiez parce qu’il n’y a que lui qui puisse véritablement vous expliquer la mienne, et que vous ne pouvez pas manquer de la suivre sans m’être en même temps désobéissants : mais comme il ne peut pas être partout, il est obligé par nécessité de se servir des Officiers que je viens de vous nommer pour être ses Porte-paroles, et vous faire savoir ses intentions qui ne peuvent être autres que les miennes, et auxquelles pas un de tous ces Officiers, ni autres de tous les François qui sont parmi vous, ne peuvent ajouter ou diminuer sans manquer à leur devoir207.

  • 208 Voir G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 113, et J. Tailhan, Mémoire, p.  (...)

117Perrot a dû se mettre en route pour gagner la mission de Saint-François-Xavier, dans la baie des Puants, peu de temps après avoir remis sa procuration à son épouse, « aussitôt la rivière Ottawa [des Outaouais] libre de glace208 ».

  • 209 HAS, t. II, p. 166 ; voir aussi DBC, t. II, p. 541. Selon Gérard Malchelosse, c’est au lac Des Chê (...)
  • 210 HAS, t. II, p. 166-167 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 307.

118À une cinquantaine de lieues de Montréal, Perrot rencontra des Outaouais qui lui annoncèrent que les Sauteux avaient été attaqués par les Outagamis et qu’eux-mêmes étaient en route pour acheter des armes afin de venger les Sauteux209. Il remit alors une lettre aux Outaouais dans laquelle il rendait compte au gouverneur de ce qu’il venait d’apprendre et dans laquelle il lui demandait de faire intervenir les jésuites et le commandant de Michillimakinac afin d’empêcher les Outaouais de s’en prendre aux Outagamis210.

119Peu après son arrivée à la baie des Puants, il apprit que la fille d’un chef sauteux était retenue prisonnière depuis un an par les Outagamis, à la suite d’un conflit qui les avait opposés aux Sauteux et aux Sioux. Les Outagamis, craignait-on, risquaient d’exécuter la jeune fille en sacrifice aux mânes d’un chef outagami tué lors de l’affrontement.

  • 211 HAS, t. II, p. 168-177 (à noter que la pagination du texte de Bacqueville de La Potherie passe de (...)
  • 212 HAS, t. II, p. 177 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 307-308.

120Il se rendit chez les Outagamis pour les persuader de rendre la prisonnière, mais le frère du chef outagami tué au cours du combat refusa le calumet de paix. Heureusement, le chef d’un autre clan s’interposa et récupéra la jeune Sauteuse, si bien que Perrot parvint à calmer les esprits, surtout qu’une forte tempête, survenue à point nommée, donna à penser aux Outagamis que les Esprits étaient en colère contre eux211. De retour à la baie des Puants, il remit la jeune fille à son père et persuada le Sauteux de ne pas chercher à se venger des Outagamis212.

  • 213 Un des plus importants villages de la tribu se trouvait au haut de la rivière Fox.
  • 214 HAS, t. II, p. 178-179.

121Peu après, les Français partirent de la Baie « avec quelques Sauvages qui avoient accompagné des Illinois dans l’Ouest » et remontèrent la rivière Fox jusqu’au lac Winnebago (Wisconsin). Arrivés « vis-à-vis » le village des Miamis et des Mascoutins, les Français trouvèrent une cinquantaine de Sokokis et quelques Loups qui avaient fait partie de l’expédition de Cavelier de La Salle. Le « grand Chef des Miamis », qui apprit que Perrot et ses hommes n’étaient qu’à trois quarts de lieues de son village, alla au-devant des Français pour inviter Perrot à « se reposer dans sa Cabane », où il lui fit part de son intention de se fixer auprès des Français213. Après avoir indiqué au chef miami son intention de « s’établir dans le haut Missisipi en deçà des » Sioux afin de « servir de barrière » entre les Miamis et les Sioux, Perrot en profita pour inciter tout le monde à faire la paix214.

  • 215 HAS, t. II, p. 180.
  • 216 HAS, t. II, p. 180.
  • 217 HAS, t. II, p. 181-182.
  • 218 HAS, t. II, p. 182.

122Après quoi, Perrot poursuivit sa route en passant vraisemblablement par le lac Butte des Morts pour rejoindre la rivière Fox au sud-ouest. Au portage « qu’il faloit faire pour entrer dans une riviere qui tomboit dans le Missisipi215 », c’est-à-dire au portage entre la rivière Fox et la rivière Wisconsin, à la hauteur sans doute de l’actuelle ville de Portage (Wisconsin), il rencontra des Hurons qui entendaient « traverser » son dessein de s’établir près des Sioux, car ils étaient en conflit avec eux. Perrot parvint à les calmer216. Rendu à l’embouchure de la rivière Wisconsin, il envoya des Puants à la découverte vers « l’Ouest & le Sud-Ouest217 », pendant que lui et ses hommes « mon-toient en Canots vers l’Ouest » et trouvaient « un endroit où il y avoit du bois, qui leur servit à faire un Fort : ils s’établirent au pied d’une montagne, derrière laquelle il y avoit une grande prairie, remplie de bestiaux218 ».

  • 219 Sur cette question, voir appendice 3, infra, p. 430-441.

123Peut-être l’endroit décrit par Bacqueville de La Potherie correspond-il au site de « La Butte d’hyvernement », au-dessus de la rivière Noire, aujourd’hui Black River, sur la « Carte de l’Amerique Septen-trionnalle », de 1688, de Jean-Baptiste-Louis Franquelin, à la hauteur de l’actuel Trempealeau (Wisconsin). Mais il n’est pas impossible que le fort érigé en 1685 fût le fort Saint-Nicolas, que Franquelin place sur la rive est du fleuve, au-dessus de l’embouchure de la rivière Wisconsin, à la hauteur de Prairie du Chien219.

  • 220 HAS, t. II, p. 182.

124Une trentaine de jours après l’érection du fortin, les Français aperçurent des feux au loin, auxquels ils répondirent ; onze jours plus tard, des Aiouez arrivèrent en députation et informèrent Perrot que les gens de leur village suivaient et qu’ils avaient l’intention de s’établir près des Français220. Ils s’installèrent à neuf lieues en amont, sur le bord du fleuve. Invités à venir les visiter, les Français se rendirent au village des Aiouez, où

  • 221 HAS, t. II, p. 183. Pourune description complète de la cérémonie, voir HAS, t. II, p. 183-184.

vingt considerables presenterent à Perrot le Calumet, & le porterent sur une peau de bœuf dans la cabane du Chef, qui marchoit à la tête de ce Cortege. Quand ils se furent mis sur la natte ce Chef se mit à pleurer sur sa tête, en la mouillant de ses larmes, & des eaux qui distilloient de sa bouche & du nez ; ceux qui l’avoient porté en firent de même221.

  • 222 HAS, t. II, p. 185-187.

125À leur retour au fort, les Français trouvèrent un Mascoutin et un Kikapou qui les informèrent que « leurs villages » se trouvaient sur les rives du fleuve, à quelque dix-huit lieues au-dessus du poste français. Perrot partit avec eux et rencontra le chef mascoutin Kikirinous, qui lui annonça qu’il avait l’intention d’établir son village près du fort français et lui demanda d’être médiateur entre lui et les Sioux, avec lesquels les Mascoutins avaient maille à partir. Perrot s’engagea à « arrêter » les Sioux, mais se montra réticent à voir les Mascoutins se rapprocher du fort français, car il craignait que les Mascoutins ne voulussent le faire que pour se rapprocher des Aiouez et s’en prendre à eux222.

  • 223 Au moment du passage de Perrot, le lac ne semble pas avoir encore de nom.
  • 224 Voir G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 120. Le nom donné au fortin sugg (...)

126Les Français passèrent l’hiver dans leur fort et, au printemps ou à l’été 1686, Perrot remonta le Mississipi jusqu’au lac Pepin223, pour s’arrêter à l’embouchure de la rivière Chippewa (Wisconsin), où il fit ériger le fort Saint-Antoine224.

  • 225 Selon Gardner P. Stickney, des vestiges d’un bâtiment étaient encore visibles sur la rive est du l (...)
  • 226 Journal, t. II, p. 767. Charlevoix, qui n’a pas visité la région, s’inspire sans doute de Pénicaut (...)
  • 227 Dans son étude sur l’emplacement des forts érigés par Nicolas Perrot, Lyman C. Draper place lui au (...)

127La localisation exacte du fort demeure incertaine. Sur la « Carte de l’Amerique Septentrionnalle », de 1688, de Jean-Baptiste-Louis Fran-quelin, le « Fort S. Antoine » est placé sur la rive est, ou gauche, du Mississipi, immédiatement sous un lac non identifié, constitué par l’élargissement du Mississipi, un peu au-dessus de la « R. des Sauteurs », aujourd’hui Chippewa River225. Mais dans son journal de voyage, Charlevoix, qui décrit le « lac de Bonsecours », c’est-à-dire le lac Pepin, soutient que « Nicolas Perrot avoit bâti un Fort sur la droite » du lac226. Cela explique sans doute que sur la carte du « Canada Louisiane et Terres Angloises », de 1755, de Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, le « Ft. Perrot » soit placé à l’embouchure de la « R. des Bois » et du lac de Bonsecours, c’est-à-dire sur la rive ouest, ou droite, du Mississipi227.

  • 228 ANF, Col. C11A 7, f.58 ; voir aussi son « Memoire », ANF, Col. C11A 7, f. 182-183.

128La mission de Perrot dans l’Ouest allait bientôt être modifiée. Dans sa lettre du 20 août 1685 à Seignelay, Brisay de Denonville, qui signalait qu’il y avait plus de cinq cents coureurs des bois en course, annonçait qu’il allait écrire à Morel de La Durantaye, à Dulhut et aux « autres » commandants de postes pour qu’ils fassent revenir les traiteurs dans la colonie228.

  • 229 ANF, Col. C11A 7, f. 66 ; voir aussi « Mémoire », ANF, Col. C11A 7, f. 183.
  • 230 ANF, Col. C11A 7, f.87. Brisay de Denonville signalait notamment que le jésuite Jean de Lambervill (...)

129Dans la même lettre, il informait le ministre qu’il avait appris que les Outaouais et les autres nations étaient sur le point de se faire la guerre, mais il ajoutait qu’il espérait que Morel de La Durantaye et les missionnaires parviendraient à pacifier les esprits229. Plus grave, les Iroquois se montraient de plus en plus hostiles, si bien que dans sa lettre du 13 novembre 1685, le gouverneur annonçait à Seignelay qu’il fallait s’attendre à une nouvelle guerre230.

  • 231 ANF, Col. C11A7,f. 88.

130D’autre part, Cavelier de La Salle et Henri de Tonty donnaient du filàretordre au gouverneur. Dans sa lettre du 13novembre 1685, Brisay de Denonville accusait le premier de miner son autorité auprès du commandant du fort Saint-Louis des Illinois et le second d’empêcher les Français de pratiquer la traite « du costé des Illinois », malgré la permission donnée naguère par Le Febvre de La Barre231.

  • 232 Voir infra, p. 392. De l’aveu même de Perrot, des intérêts commerciaux expliquent sa lenteur à obé (...)

131Lorsque l’ordre de rentrer lui parvint, sans doute à la fin de l’été ou à l’automne 1686, Perrot était « dans le pays des Scioux », selon toute vraisemblance au fort Saint-Antoine qu’il venait de faire bâtir, mais il était dans l’impossibilité de quitter son poste, ses canots ayant été détruits par la gelée. Il n’en put trouver à temps pour se rendre à Michillimakinac232.

  • 233 Chiffres indiqués dans le rapport : 1675 : 61 000 £ ; 1676 : 70 000 £ ; 1677 : 92 000 £ ; 1678 : 8 (...)

132L’ordre du gouverneur de faire revenir les coureurs des bois et ses diatribes contre Cavelier de La Salle et ses hommes s’expliquent en grande partie par les enjeux commerciaux de la traite des fourrures. Celle-ci rapportait de moins en moins, si l’on se fie aux chiffres avancés par l’auteur anonyme d’un mémoire sur la « Quantité de Castors venus du Canada233 ».

  • 234 Voir ANF, Col. C11A 8, f. 8. Voir aussi infra, son « Memoire Instructif ».
  • 235 ANF, Col. C11A 8, f. 9.
  • 236 ANF, Col. C11A 8, f. 10. Voir aussi son autre lettre du 8 mai 1686, dans laquelle il insiste sur l (...)

133En outre, des Anglais, conduits, semble-t-il, par des déserteurs français, avaient été aperçus sur les lacs Ontario et Érié. Brisay de Denonville, qui en informa Seignelay dans sa lettre du 8 mai 1686234, signalait aussi que les Iroquois cherchaient à faire alliance avec les Outaouais de Michillimakinac235. Le gouverneur, qui hésitait à se lancer dans des opérations militaires hasardeuses, suggéra d’établir un « bon poste à Niagara » afin de contenir les Iroquois, de les inciter à vendre leurs pelleteries aux Français et de fermer le passage vers l’Ouest aux Anglais236.

  • 237 ANF, Col. B12, f. 3. Si, pour soutenir les Illinois et protéger les alliés, il fallait faire la gu (...)

134Dans son « Memoire » du 31 mai 1686, le roi semble avoir adopté une politique plus agressive à l’endroit des Iroquois. Tout en souhaitant la paix, il demandait à Brisay de Denonville de soumettre les Iroquois à son autorité et, en cas de conflit, de « prendre de bonnes mesures pour exterminer promptement cette nation, et eviter de tirer la guerre en longueur237 ».

Le conflit de 1687

  • 238 HAS, t. II, p. 188-191. Selon François Vachon de Belmont, les Iroquois s’emparèrent du village où (...)
  • 239 Lettre du 6 juin 1686 à Morel de La Durantaye, à Greysolon Dulhut et à François Dauphin de La Fore (...)
  • 240 Lettre du 6 juin 1686 (ANF, Col. C11A 8, f. 51).
  • 241 Lettre du 6 juin 1686 (ANF, Col. C11A 8, f. 52). François Vachon de Belmont donne alors le titre d (...)
  • 242 Lettre du 6 juin 1686 (ANF, Col. C11A 8, f. 53). Dans une « Instruction » additionnelle, datée du (...)
  • 243 Lettre du 6 juin 1686 (ANF, Col. C11A 8, f. 57).

135Le massacre des Miamis de « Chicagon » par les Iroquois en 1687238 ne fit que confirmer le gouverneur dans ses intentions belliqueuses. Déjà, le 6 juin 1686, il avait ordonné à Morel de La Durantaye de prendre avec lui le plus de Français possible et d’envoyer Greysolon Dulhut établir une garnison d’une cinquantaine d’hommes au « Detroit du lac Erié » et de faire occuper le « Portage De Taronto » par autant d’hommes afin de « Couvrir les Chasses Des Outaoüax, et De leur Servir de retraitte Contre ceux qui voudraient les inquiéter239 ». En même temps, Brisay de Denonville demandait à La Durantaye de s’assurer de la collaboration des hommes de Cavelier de La Salle et « de prendre les mesures necessaires » pour que les Miamis soient prêts à « marcher », le printemps suivant240. Il ajoutait : « Si Nicolas Perrot nous pouvoit assembler quelques Sauvages pour les joindre à Mr Du Lhude lorsqu’il en sera temps, Il faudrait y songer de bonne heure241 ». En même temps, Brisay de Denonville demandait à François Dauphin de La Forest, alors commandant aux Illinois, d’inciter ces derniers « à se mettre en estat de marcher » au moment voulu, c’est-à-dire quand le père Jean Enjalran, qui était porteur d’instruction secrètes242, le lui ferait « Sçavoir », ou, à défaut d’ordres du missionnaire, « au petit printemps243 ».

  • 244 ANF, Col. C11A 8, f. 98-99. Voir aussi « Memoire Instructif des Mesures que J’ay pris [sic] pour L (...)
  • 245 Il ne devait laisser que six hommes à son poste. Le père Henri Nouvel, lui aussi porteur d’instruc (...)
  • 246 Le mot de passe pour se reconnaître était « Louis » et les Amérindiens alliés devaient porter un r (...)

136Le « Memoire instructif des mesures que M. de Denonuille a prises pour la guerre resolue contre les Iroquois au Printemps pour les S.rs de Tonty, La Durantaye, et du Lhude chargez de rassembler les fran-çois qui sont dans les bois pour marcher avec les Sauvages amis qui se pourront ramener244 », daté du 6 août 1686, permet de mieux saisir la stratégie de Brisay de Denonville. Comme en 1684, deux corps d’armée, l’un en provenance de la colonie, l’autre de l’Ouest, devaient faire leur jonction sur les rives du lac Ontario avant d’attaquer l’ennemi. L’armée en provenance de la colonie, forte de quelque deux mille soldats et de six cents Amérindiens, devait établir son camp sur le lac Ontario avant la fin de juin 1687. Dans l’Ouest, Perrot devait rassembler le plus grand nombre possible de Français et d’Amérindiens « qu’il y a au Missipy » et les conduire à Michillimakinac, où Morel de La Duran-taye devait prendre la tête de tous les hommes, tant Français qu’Amérindiens, et les conduire à Niagara245. De son côté, Dulhut avait ordre de rassembler tous les hommes du Détroit et de rejoindre La Durantaye à Niagara « vers la fin de Juin ». A Niagara, où des vivres l’attendraient, l’armée de l’Ouest devait reconnaître la côte sud du lac Ontario pour voir si on pouvait y faire un chemin et étudier la qualité des sols, en attendant les ordres du gouverneur. Quant à Henri de Tonty, il devait rejoindre Dulhut au Détroit et empêcher la retraite de l’ennemi246.

  • 247 ANF, Col. C11A 8, f. 99. Dans son « Instruction » additionnelle du 26 août 1686, le gouverneur ann (...)

137Morel de La Durantaye et Dulhut avaient aussi ordre de s’en prendre aux Anglais qui, selon les renseignements du gouverneur, voulaient s’installer à l’embouchure de la rivière Niagara247.

  • 248 ANF, Col. C11A 8, f. 60.

138Comme le suggère la reconnaissance que devait effectuer l’armée de l’Ouest sur la rive sud du lac Ontario, le projet militaire français impliquait l’érection de fortins après l’expédition. Brisay de Denonville souhaitait établir trois « postes de deux cents hommes chasqu’un » en territoire iroquois248.

  • 249 ANF, Col. B13, f. 172.

139À la fin de son « Memoire instructif », Brisay de Denonville demandait au ministre « de bonnes troupes ». Ce dernier, dès le 30 mars 1686, avait confirmé l’envoi de huit cents soldats pour l’année suivante249.

  • 250 Lettre du 12 juin 1686 à Seignelay (ANF, Col. C11A 8, f. 59).
  • 251 ANF, Col. C11A 8, f. 62.

140Bien qu’il comptât sur les Outaouais et les Hurons de l’Ouest pour grossir son armée, Brisay de Denonville ne semble pas avoir nourri beaucoup d’illusions à leur endroit. Il estimait, au contraire, qu’on ne pouvait « plus faire aucun fond » sur les Outaouais, « veu le decry » où étaient les Français. En plus, les Iroquois travaillaient « puissemment » à dévoyer les « aliés ». Un Huron, croyait-on, était même allé négocier chez les Iroquois afin de tenter un rapprochement entre les deux nations250. Brisay de Denonville faisait si peu confiance aux Outaouais qu’il croyait qu’il ne fallait « pas leur demander autre chose que de [...] venir voir faire » les Français251. Pourtant, leur rôle sera prépondérant au cours de la journée du 13 juillet 1687, lorsque les Iroquois tendront une embuscade à l’armée française.

  • 252 Brisay de Denonville entendait leur donner une permission exclusive de « remonter avec quelques No (...)

141Dans sa lettre du 8 septembre 1686, Brisay de Denonville confirmait sa résolution de faire la guerre et informait Versailles qu’il avait ordonné aux Français de déposer leurs pelleteries dans les postes de Michillimakinac, du Sault Sainte Marie, de la baie des Puants, du Mississipi et de Saint-Louis des Illinois, et qu’il leur avait fait la promesse de les renvoyer dans l’Ouest après la guerre pour qu’ils poursuivissent leur traite252.

  • 253 Selon l’intendant Champigny, plusieurs des recrues étaient « incapables de servir » (lettre du 16 (...)
  • 254 Voir le résumé de la lettre du gouverneur (ANF, Col. C11A 8, f. 107). Le 19 octobre 1686, Champign (...)
  • 255 ANF, Col. C11A 8, f. 118-119. Il s’agit en fait d’une copie du texte.
  • 256 ANF, Col. C11A 8, f. 120.

142Au cours de l’été et de l’automne, la situation se dégrada. Dans sa lettre du 15 octobre 1686, Brisay de Denonville, qui signalait l’arrivée de cent cinquante soldats253, expliquait que les Anglais faisaient « agir » les Iroquois dans le but de s’emparer du commerce de Michillimakinac254. Dans son « Memoire De L’estat Present des Affaires De Canada », du 8 novembre 1686, il revenait à la charge et il écrivait que les Anglais avaient établi des relations commerciales avec les Hurons et les Outaouais et que les Iroquois avaient l’intention de détruire tous les « alliez les uns après les autres pour ensuitte [...] anneantir » les Français255. Puis il rappelait que les Iroquois venaient de détruire un village de Miamis, qu’Os faisaient depuis deux ans un « grand carnage » parmi les Illinois, qu’ils pillaient les canots français chaque fois qu’ils le pouvaient, en somme qu’ils ne gardaient « plus aucunes mesures », si bien qu’il fallait « Compter la Colonie perdue » si l’on ne leur faisait pas la guerre256.

  • 257 ANF, Col. C11A 8, f. 133.
  • 258 ANF, Col. C11A 8, f. 155.
  • 259 ANF, Col. C11A 8, f. 168.
  • 260 ANF, Col. C11A 8, f. 171. Le danger lui paraissait d’autant plus grand qu’il croyait, comme il l’a (...)
  • 261 ANF, Col. C11A 8, f. 169.
  • 262 ANF, Col. C11A 8, f. 169.

143Dans sa lettre du 10 novembre 1686 à Seignelay, Brisay de Denon-ville, de plus en plus inquiet, expliquait que la traite qui se faisait au fort Frontenac était « absolument ruinée par le commerce que les Iroquois » faisaient avec les Anglais257, qui n’avaient « pas d’autres desseins » que de « Serrer de si prez » les Français qu’ils ne puissent « avoir aucun commerce en ce pays258 ». Six jours plus tard, le 16 novembre, Brisay de Denonville informait Seignelay de l’intention des Anglais et des Iroquois de ramener des prisonniers hurons à Michillimakinac pour les rendre à leurs familles et amener ainsi les Hurons à changer d’allégeance259. Il disait même craindre une révolte des Ouaouais contre les Français260. « Toutes ces Entreprises Mgr nous metent ce me semble dans une necessité indispensable de faire la Guerre261 », concluait-il, avant de demander le soutien de Versailles : « La Guerre de M. de La Barre Commancée et mal soutenue a fait tout nostre malheur et a uny les iroquois avec les Anglois qui prenent le veritable moyen de detruire cette Colonie en peu d’années luy ostant et ses aliés et le Commerce262. »

  • 263 ANF, Col. C11A 8, f. 176. Huit cents hommes devaient passer en Nouvelle-France. Voir aussi le « Me (...)
  • 264 ANF, Col. C11A 8, f. 177.

144La Cour, semble-t-il, n’avait plus à être convaincue de la nécessité de faire la guerre. Dans le « Conseil de Canada », daté de 1686, qui comprend les demandes de Brisay de Denonville avec les réponses à lui faire, on lit que le roi a ordonné d’envoyer des troupes, des vivres et des munitions au Canada263. Comme dans le passé, le roi, qui demandait que l’on fît des prisonniers pour les galères, exigeait que les opérations militaires fussent de courte durée264.

  • 265 Voir infra, p. 392.
  • 266 HAS, t. II, p. 193.
  • 267 Voir infra, p. 393.
  • 268 HAS, t. II, p. 193-194. En acceptant le casse-tête, les Amérindiens s’engageaient à faire la guerr (...)
  • 269 Voir infra, p. 392-393.
  • 270 HAS, t. II, p. 194-195.
  • 271 Il n’y avait que quinze hommes au fort (HAS, t. II, p. 196).
  • 272 HAS, t. II, p. 195.

145Au commencement de l’hiver 1686-1687, Perrot reçut les nouveaux ordres du gouverneur : au lieu de rentrer, il devait plutôt rassembler le plus de Français et d’Amérindiens alliés qu’il pouvait et rallier Morel de La Durantaye afin de participer aux opérations militaires contre les Iroquois265. Il se mit alors « aussytot en chemin » et gagna par voie terrestre le village des Miamis « du bas du Mississipi266 », à quelque « soixante lieues » du fort Saint-Antoine267. Perrot leur présenta le casse-tête, qu’ils acceptèrent268, mais les Loups les dissuadèrent peu après de suivre les Français à la guerre269. Pendant son retour, un chef mascoutin l’informa que les Outagamis, les Kikapous, les Mascoutins et « tous les gens de la Baye » devaient s’assembler pour venir piller les magasins du fort français afin de s’emparer des armes et des munitions pour ensuite s’en prendre aux Sioux270. La situation était d’autant plus grave que des espions amérindiens s’étaient rendu compte qu’il y avait à peine quelques Français pour défendre le fort. Perrot, une fois de retour, eut recours à un stratagème pour tromper les Amérindiens venus s’assurer de la faiblesse des effectifs militaires français : il fit changer d’habits aux soldats qui se présentaient devant les Amérindiens, si bien que ces derniers crurent qu’il y avait une quarantaine d’hommes dans le fort271. Pour faire bonne mesure, Perrot leur annonça aussi l’arrivée imminente de renforts272.

  • 273 HAS, t. II, p. 195-196.
  • 274 HAS, t. II, p. 196-197 ; voir aussi infra, p. 393-394.
  • 275 HAS, t. II, p. 197-198.

146Ensuite, il invita les chefs à venir le rencontrer : six se présentèrent, qu’on désarma à l’entrée du fortin, et que Perrot « regala », avant de leur faire avouer leur dessein273. Tout danger n’était pas écarté pour autant. Le lendemain, le gros des troupes amérindiennes s’approcha du fort. Perrot, qui n’avait que quinze hommes avec lui, se saisit des Chefs et les menaça de les faire exécuter s’ils ne faisaient pas retirer leurs guerriers. L’un des chefs obtempéra et les Amérindiens se replièrent274. Perrot en profita pour les engager à s’en prendre plutôt aux Iroquois : les Potéoua-tamis, les Malomines, les Puants, les Outagamis, les Kikapous et les Mascoutins présents décidèrent alors de se joindre aux Miamis, que Perrot avait déjà embrigadés275.

  • 276 HAS, t. II, p. 198-199. Comme le rappelle Benjamin Suite, Perrot « paraît avoir demeuré » dans son (...)

147Mais peu après, des Sokokis et des Loups, alliés des Iroquois, dissuadèrent les Outagamis et les Mascoutins de suivre les Français en soutenant que ceux-ci se joindraient aux Iroquois pour les détruire276.

  • 277 ANF, Col. C11A 9, f. 206.
  • 278 ANF, Col. C11A 9, f. 21.
  • 279 ANF, Col. C11A 9, f. 23. Sur le rôle des autorités coloniales anglaises dans le conflit, voir J. L (...)
  • 280 Il reconnaissait agir « contre l’avis de bien des gens », mais il pensait ainsi « tenir l’ennemi d (...)
  • 281 ANF, Col. C11A 9, f. 27.
  • 282 ANF, Col. C11A 9, f. 28.

148Pendant ce temps, plus précisément le 7 juin 1687, Morel de La Durantaye réitérait la prise de possession des terres près du Détroit, déjà faite par Cavelier de La Salle277. Mais dans sa lettre du 8 juin, adressée à Seignelay, Brisay de Denonville signalait que le père Enjalran et Morel de La Durantaye éprouvaient « de grandes peines à retenir tous les hurons et autres Sauvages Outaouacs » dans l’allégeance des Français depuis que les Anglais leur avaient « fait une forte Impression par le bon marché des marchandises » qu’ils avaient pu échanger avec eux278. Il signalait aussi que les Anglais avaient prévenu les Tsonnontouans de l’imminence d’une attaque française, si bien qu’ils avaient rappelé six cents hommes partis en guerre contre les Miamis, ainsi que leurs guerriers partis du côté de la Virginie279. Surtout, il annonçait le début de la campagne le 13 juin et rappelait son projet d’attaquer l’ennemi en passant par la rive sud du lac Ontario280. Il espérait être le premier arrivé à Niagara et il avait en conséquence retardé le rendez-vous avec les troupes de l’Ouest. Brisay de Denonville précisait aussi qu’il avait modifié les ordres transmis à Morel de La Durantaye, qui devait, originellement, passer par Toronto et rejoindre Dulhut à Niagara ; Morel de La Durantaye devait maintenant opérer sa jonction avec Dulhut au Détroit afin « d’estre plus fort et en estat de Soutenir l’ennemy281 ». Enfin, Brisay de Denonville espérait même, après avoir vaincu les Tsonnontouans, faire une expédition contre les Agniers282.

  • 283 En 1802, on a retrouvé, à la hauteur du rapide De Pere (Wisconsin), un ostensoir en argent qui por (...)
  • 284 HAS, t. II, p. 199-200 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 59.
  • 285 HAS, t. II, p. 200-201.
  • 286 HAS, t. II, p. 201.
  • 287 HAS, t. II, p. 201. La crainte que les Outaouais, plus nombreux qu’eux, ne fissent main basse sur (...)
  • 288 HAS, t. II, p. 201-205.

149Perrot gagna la baie des Puants où il laissa le produit de sa traite à la mission Saint-François-Xavier283. Ensuite, Français et Amérindiens gagnèrent Michillimakinac, où les Outaouais, peu enclins à participer aux opérations militaires, tentèrent de détourner les Potéouatamis d’accompagner les Français, « afin de pouvoir se dispenser d’être de leur partie284 ». Alors que les Français faisaient tous leurs efforts pour s’assurer de l’appui des Amérindiens, arriva un canot porteur des instructions de Brisay de Denonville sur la marche à suivre et la jonction des armées285. Fait inquiétant, les hommes du canot avaient repéré des Anglais qui, croyant Michillimakinac abandonné par les Français, se dirigeaient vers le poste pour s’en emparer286. Les Français interceptèrent les Anglais, malgré l’opposition des Hurons287, puis ils tentèrent à nouveau de persuader les Amérindiens de les suivre à la guerre. Seuls les Outaouais refusèrent de partir288.

  • 289 HAS, t. II, p. 205. Selon Champigny, les Anglais étaient escortés par des Iroquois et des déserteu (...)

150La flottille quitta Michillimakinac et gagna le lac Érié, où les Français apprirent qu’une trentaine d’Anglais avaient aussi été arrêtés par Tonty et Dauphin de La Forest289.

  • 290 HAS, t. II, p. 206-207.

151Après la jonction avec les hommes de Dulhut, l’armée de l’Ouest gagna Niagara, où l’on bâtit un « réduit ». Le lendemain, une barque parut sur le lac Ontario et peu après on vit arriver les Outaouais, qui avaient finalement décidé de participer aux opérations290.

  • 291 « Memoire Du Voyage Pour L’entreprise De M. Le Marquis De Denonville Contre Les Sonontouans Ennemi (...)
  • 292 Lettre de Champigny à Seignelay, du 16 juillet 1687 (ANF, Col. C11A 9, f. 32-33). Pour sa part, Br (...)

152De son côté, Brisay de Denonville, qui avait demandé au père Jean de Lamberville d’inciter les Iroquois à envoyer des députés à Catarocouy pour discuter de paix291, quitta Québec le 31 mai 1687 et arriva à Montréal le 7 juin, où il passa en revue l’armée, forte de huit cent trente-deux soldats et de neuf cent trente miliciens, auxquels s’ajoutaient une centaine d’hommes occupés à conduire les convois et quelque trois cents Amérindiens292. Vingt-quatre bateaux devaient permettre de transporter rapidement l’armée en territoire ennemi.

  • 293 Baugy, « Journal », p. 58 ; lettre de Champigny à Seignelay, du 16 juillet 1687 (ANF, Col. C11A 9, (...)

153Le départ eut lieu le 11 juin ; on avait prévu des vivres pour trois mois293.

  • 294 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 107-108).
  • 295 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 108) ; Baugy, « Journal », p. 66-67 ; lettre de Champi (...)
  • 296 Lettre de Champigny (ANF, Col. C11A 9, f. 34) ; Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 184-185.

154Le 16, l’armée gagna Le Buisson, sur le fleuve Saint-Laurent294 ; le 18, elle franchit les rapides du Coteau des Cèdres, puis Les Cèdres, et Champigny prit les devants avec un détachement de trente hommes pour gagner Catarocouy295. En cours de route, il fit prisonniers des Iroquois, autant pour les empêcher de donner l’alerte que pour affaiblir l’ennemi296.

  • 297 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 108).

155Toujours le 18 juin, l’armée arriva à un quart de lieue du lac Saint-François. Le 19, à cause de la pluie, on ne fit que trois lieues et Peré arriva avec des prisonniers Iroquois, dont un chef goyogouin297. Tous les Iroquois, une vingtaine au total, furent envoyés à Montréal.

  • 298 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 108-109).
  • 299 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 109) ; Baugy, « Journal », p. 67-70.
  • 300 Ce jour-là, un autre soldat se noya et des Algonquins se joignirent à l’armée.
  • 301 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110) ; Baugy, « Journal », p. 73-75.

156L’armée gagna le bout du lac Saint-François et campa dans les îles qui s’y trouvent298. Le 21, on campa aux pieds des Petits Chenaux, par temps orageux ; le 22, on franchit le rapide des Petits Chenaux et celui du Long Saut, où un soldat se noya ; le 23, les derniers bateaux passèrent les rapides ; on captura un Goyogouin, trois femmes et des enfants envoyés en éclaireurs ; le 24, on ne progressa que de trois lieues299. Le 25, on franchit le Rapide plat et on fit trois lieues et demie300 ; le 26, on franchit le dernier rapide (Les Galots) et on progressa de quatre lieues301.

  • 302 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 111).
  • 303 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110) ; lettre de Champigny (ANF, Col. C11A 9, f. 34). (...)

157Le 26, Champigny, qui avait gagné Catarocouy, dépêcha une barque à Morel de La Durantaye, avec vivres et munitions302 et, le lendemain, il revint au camp avec quelque cent vingt Iroquois capturés près de Catarocouy303.

  • 304 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110).
  • 305 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110).

158L’armée se remit en route au cours de la nuit, mais on dut camper, le 28, à cause du mauvais temps304. Le 29, l’armée progressa d’environ neuf lieues et le père Jean de Lamberville arriva au camp, sur ordre de Brisay de Denonville, qui voulait sans doute éviter qu’il soit pris à partie par les Iroquois après que les opérations militaires seraient commencées305.

  • 306 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110-112) ; Baugy, « Journal », p. 78.

159Le 30 juin, l’armée se trouvait à une demie-lieue de Catarocouy, où elle arriva le lendemain, 1er juillet, et où La Forest apporta des lettres de Morel de La Durantaye, de Tonty et de Dulhut, qui annonçaient qu’ils étaient arrivés à Niagara le 27 juin, avec près de cent quatre-vingts Français et quatre cents Amérindiens, et qu’ils attendaient encore la barque qu’on leur avait envoyée. Selon Denonville, elle dut arriver le 2 juillet. Grâce aux lettres des commandants de l’Ouest, Brisay de Denonville apprit la capture des Anglais, près de Michillimakinac et du Détroit306.

  • 307 Aujourd’hui rivière Genesee (New York).
  • 308 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 112).
  • 309 Lettre de Champigny (ANF, Col. C11A 9, f. 35).

160Brisay de Denonville fixa le rendez-vous près de l’embouchure de la rivière des Tsonnontouans307 et, le 3 juillet, Peré, qui avait été envoyé en éclaireur, arriva avec quatre-vingts prisonniers Iroquois, dont dix-huit hommes, le reste étant des femmes et des enfants308. Champigny eut ordre de faire passer une cinquantaine d’Iroquois en France pour qu’ils servissent sur les galères309.

  • 310 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 112) ; Baugy, « Journal », p. 88-90.
  • 311 Aujourd’hui rivière Oswego (New York).

161Le 4 juillet, l’armée leva le camp et rangea la rive sud du lac Ontario310. Le 5, le mauvais temps empêcha les soldats de poursuivre leur route, mais, le 6, les troupes purent lever le camp et, le 7, elles arrivèrent à l’embouchure de la rivière des Onontagués311.

  • 312 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 113) ; Baugy, « Journal », p. 90-93.

162Les 8 et 9 juillet, l’armée avança peu, à cause du mauvais temps. La barque envoyée à Niagara pour fixer le rendez-vous des armées revint au camp et on apprit que l’armée de l’Ouest était partie de son camp le 6 juillet pour faire sa jonction avec le gros des troupes312.

  • 313 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 113-114) ; Baugy, « Journal », p. 95-96 ; lettre de Br (...)
  • 314 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 114) ; Baugy, « Journal », p. 96.

163Le 10, vers les dix heures du matin, la jonction des deux corps d’armée eut lieu et Brisay de Denonville choisit l’endroit où l’on devait faire un retranchement313. Commencé le 11, il fut achevé le 12 juillet314.

  • 315 Letter de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 64) ; Baugy, « Journal », p. 98 ; « Memoire Du Voyage » (...)

164Le même jour, « sur les trois heures du soir », l’armée se remit en marche avec des vivres pour quinze jours et pénétra en territoire ennemi. L’armée, qui marchait sur trois colonnes, ne fit que trois lieues à travers les bois315.

  • 316 Trois cents, selon Baugy (« Journal », p. 99).
  • 317 Lettre de Denonville à Seignelay (ANF, Col. C11A 9, f. 64-65) ; Baugy, « Journal », p. 99-101.
  • 318 Lettre à Seignelay (ANF, Col. C11A 9, f. 65). Selon Baugy, deux Français furent tués ; quinze autr (...)

165Le 13, après avoir franchi deux « tres dangereux » défilés, l’armée arriva « sur les quatre heures du soir » à un troisième défilé où des Tsonnontouans316 en embuscade firent une décharge, avant de prendre la fuite après la riposte des Français et de leurs alliés317. Cinq ou six hommes furent tués, une vingtaine blessés, mais l’ennemi perdit quarante-cinq hommes et eut une soixantaine de blessés318.

  • 319 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 114-115). Selon François Vachon de Belmont, « les Outa (...)

166Selon Brisay de Denonville, l’attaque des Iroquois eut lieu vers les trois heures de l’après-midi. Callières qui tenait la tête des trois compagnies de Morel de La Durantaye, de Tonty, de Dulhut et des Amérindiens de l’Ouest sous leurs ordres, subit le premier choc, mais les Iroquois s’enfuirent presque aussitôt après le premier tir des alliés. De l’aveu même de Brisay de Denonville, les Outaouais, dont il craignait la trahison, se distinguèrent particulièrement au cours de l’attaque319.

  • 320 HAS, t. II, p. 207-208. Perrot, qui était incorporé dans les troupes de l’Ouest, fut sans doute pa (...)

167Pour sa part, Bacqueville de La Potherie rapporte un peu différemment les événements. C’est à moins de trois quarts de lieue du retranchement établi près du rivage du lac Ontario que les alliés se seraient heurtés à cinq cents ennemis. Au début, le feu « très violent » des Iroquois provoqua du désordre parmi les miliciens, mais les Amérindiens « Alliez » forcèrent l’ennemi à se retirer320.

  • 321 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 115) ; Baugy, « Journal », p. 100-101.

168À cause de la fatigue et faute de connaître le terrain, Brisay de Denonville choisit de ne pas poursuivre les fuyards et fit camper l’armée sur place321.

  • 322 Le village comprenait un retranchement, qui avait échappé au feu. Les Français le brûlèrent avant (...)
  • 323 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 116-119) ; lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. (...)

169Le 14, l’armée gagna un des villages, que les Iroquois, selon leur tactique habituelle, avaient incendié après l’avoir abandonné. L’armée campa dans le village322. Le lendemain, on ravagea les blés. Les opérations se poursuivirent jusqu’au 23 juillet : les Français et leurs alliés occupèrent successivement trois autres villages, incendièrent tout le maïs qu’ils trouvèrent, tant sur pied que récolté, et détruisirent le cheptel des Iroquois323.

  • 324 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 116).

170Le 19, une prisonnière illinoise qui avait réussi à s’échapper des mains des Iroquois apprit aux Français qu’une quarantaine d’Iroquois avaient été tués et une cinquantaine blessés au cours de l’échauffourée du 13 juillet324.

  • 325 « Acte de prise de possession du Pays des Iroquois ou Tsonnontouans » (ANF, Col. C11A 9, f. 40-42)
  • 326 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f, 119) ; Baugy, « Journal », p. 104-112. Selon Bacquevil (...)

171Le 19 juillet, eut lieu une prise de possession officielle du territoire tsonnontouan325 et, le 23, l’armée se remit en marche pour regagner le retranchement bâti sur les rives du lac Ontario, où elle arriva le lendemain326.

  • 327 Entre le 30 juillet et le 2 août (« Memoire Du Voyage », ANF, Col. C11A 9, f. 119).
  • 328 Lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 66-67) ; HAS, t. II, p. 208 ; Baugy, « Journal », p. 11 (...)

172Le 26, l’armée prit la route de Niagara, où elle arriva le 30. Brisay de Denonville fit alors ériger un fort327, où il laissa cent hommes, sous le commandement de Pierre de Troyes328.

  • 329 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 119) ; Baugy, « Journal », p. 121.
  • 330 « Mémoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 120) ; lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 63)  (...)

173Le 3 août, après avoir congédié les alliés et laissé à Philippe Rigaud de Vaudreuil le soin de ramener les troupes régulières, Brisay de Denonville quitta l’armée pour rejoindre la milice, partie la veille, et revenir dans la colonie329. Il gagna Catarocouy le 9 août, où il laissa cent hommes pour y passer l’hiver, sous le commandement de Claude Guillouet D’Orvilliers, et il rentra à Montréal le mercredi 13 août330.

  • 331 Lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 68).
  • 332 Lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 71).
  • 333 Lettre de Denonville à Seignelay (ANF, Col C11A 9, f. 71-72). Il annonçait aussi l’envoi d’une par (...)
  • 334 ANF, Col. C11A 9, f. 81.
  • 335 Sur l’ensemble des opérations de Brisay de Denonville, voir aussi C. de Rochemonteix, Les Jésuites (...)

174Dans sa lettre du 25 août 1687 au ministre, Brisay de Denonville, peu satisfait des résultats de la campagne, expliqua qu’il n’avait pu faire mieux à cause du manque de vivres et de « la peine et la fatigue », dont il n’avait « rien veu d’aprochant » en trente ans de carrière331. En outre, il n’avait pas même pu se servir des troupes envoyées de France, car elles étaient arrivées trop tard332. Malgré cet échec, ou à cause de celui-ci, le gouverneur concluait qu’il fallait « songer [...] à une seconde Campagne333 ». Dans une autre lettre, elle aussi datée du 25 août, le gouverneur, après avoir expliqué qu’il n’avait « pas pu plus faire » que ce qu’il avait fait, ajoutait que la guerre pouvait durer longtemps et qu’il n’était pas en son pouvoir de la faire cesser quand il le voudrait334. Ce que Versailles craignait, une guerre d’usure, était en train de se produire335.

  • 336 Lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 74) ; HAS, t. II, p. 211.
  • 337 « Memoire De L’estat Present Des Affaires de Canada Sur la guerre des Iroquois », du 27 octobre 16 (...)
  • 338 HAS, t. II, p. 209.

175Comme on l’a vu, Brisay de Denonville avait décidé d’autoriser les coureurs des bois qui avaient participé aux opérations militaires à remonter dans l’Ouest pour qu’ils pussent « achever leurs traittes336 ». Mais, après la guerre, le voyage vers les Pays d’en Haut était devenu des plus risqués, les Iroquois ayant « des partis sur la Riviere des Outaouacs337 ». Qui pis est, en arrivant à Montréal, les Français apprirent que l’église de Saint-François-Xavier de la baie des Puants et une partie des bâtiments de la mission, où ils avaient déposé le produit de leur traite avant de participer aux opérations militaires, avaient été détruits par un incendie. Selon Bacqueville de La Potherie, Perrot « y perdit pour plus de quarante mille francs de Castors338 ».

  • 339 ANF, Col. C11A 9, f. 127-129. Brisay de Denonville, qui demandait des troupes, annonçait aussi son (...)
  • 340 Lettre du 5 novembre 1687 (ANF, Col. C11A 9, f. 200). Sur l’hostilité des Iroquois après la guerre (...)

176Le bilan des opérations militaires n’était guère reluisant. Les Iroquois n’avaient pas été vraiment défaits et la guerre menée contre eux n’avait fait qu’accroître leur hostilité. Ainsi, dans son « Memoire De L’estat Present Des Affaires de Canada Sur la guerre des Iroquois », du 27 octobre 1687, Brisay de Denonville, qui venait de nommer Morel de La Durantaye capitaine, annonçait qu’un convoi avait été attaqué par les Iroquois et que huit hommes avaient été tués. Il signalait aussi qu’un parti d’Agniers venait d’être surpris alors qu’il s’apprêtait à attaquer les Français et leurs alliés, qu’un groupe composé d’une soixantaine d’Iro-quois avait attaqué un colon à la Pointe de l’île et que des Iroquois avaient même tué quatre hommes à Montréal339. Pour sa part, Cham-pigny annonçait la prise de huit canots par les Iroquois à Catarocouy340.

  • 341 « Memoire de L’Estat present des Affaires de ce pays depuis le dixiéme Aoust 1688. Jusqu’au Dernie (...)
  • 342 « Memoire de L’Estat present » (ANF, Col. C11A 10, f. 101) ; « Memoire instructif de L’Estat Des a (...)
  • 343 « Memoire instructif » (ANF, Col. C11A 10, f. 67).

177La situation de la colonie devenait de plus en plus difficile : les Iroquois ne cessaient de menacer la colonie341, le fort de Niagara devait être abandonné en octobre 1688342 et les Outaouais ne cherchaient qu’une occasion favorable « pour se donner à L’Anglois343 ».

  • 344 « Memoire instructif » (ANF, Col, C11A 10, f. 69-70) ; voir aussi J. Leclerc, Le Marquis de Denonv (...)
  • 345 « Memoire de L’Estat present » (ANF, Col. C11A 10, f. 107).
  • 346 Voir ANF, Col. C11A 10, f. 90 ; Brisay de Denonville, « Memoire de L’Estat present » ANF, Col. C11 (...)

178Aussi Brisay de Denonville chercha-t-il à faire la paix avec les Iroquois et demanda-t-il le retour des Iroquois envoyés sur les galères344. Dans son « Memoire de L’Estat present », le gouverneur avouait qu’il croyait « avantageux » de temporiser avec les Iroquois, plutôt que de les attaquer345. Les démarches de Brisay de Denonville pour rétablir les relations avec les Iroquois auraient peut-être réussi, sans l’intervention de Sastaretsi, un chef huron, surnommé Le Rat. Lui et ses hommes rencontrèrent à l’anse à La Famine quatre députés iroquois qui revenaient de Montréal, où ils avaient vu le gouverneur afin de discuter des conditions de paix. Comme les Hurons craignaient que la paix ne se fît à leur détriment, ils tuèrent un des Iroquois et en retinrent trois autres prisonniers. Un des trois put s’échapper et se réfugier au fort Frontenac. Les autres prisonniers furent amenés à Michillimakinac. Malgré cela, les Iroquois auraient peut-être envoyé de nouveaux délégués au mois d’août, comme ils s’y étaient engagés, si un envoyé d’Edmund Andros, le nouveau gouverneur de New York, ne les eût détournés de leur projet346.

Missions de Perrot dans l’Ouest

  • 347 Laurent et Etienne Benoist dit Lhivemois, de Longueuil, Pierre Ducharme, de Montréal, Benoît Bizai (...)
  • 348 Transport de droits et profits de société, par Alexandre Tinchenet, de Batiscan, à Perrot (acte pa (...)
  • 349 Voir appendice 4, infra, p. 441-443.
  • 350 Vente pour la somme de 4 000 £ du fief et seigneurie de la Rivière du Loup, par Jean Lechasseur, c (...)

179Après les opérations militaires de l’été 1687, Perrot rentra dans la colonie, où il s’occupa à recruter des « voyageurs347 » et à réunir des fonds pour repartir en traite348. Au cours de l’hiver et pendant une partie de l’année 1688, il poursuivit le recrutement de voyageurs ainsi que le montage financier des opérations qu’il entendait faire dans l’Ouest349. En même temps, Perrot achetait la seigneurie de Rivière-du-Loup350.

  • 351 « Memoire instructif », du 10 août 1688 (ANF, Col. C11A 10, f. 70).
  • 352 « Car si tout ce qui y est de pelleteries estoit perdu tout le pays seroit ruiné » (lettre du 6 no (...)
  • 353 Selon Bacqueville de La Potherie, les Outagamis se vantaient de « fermer le passage » des Sioux au (...)

180Les transactions commerciales de Perrot étaient liées à une mission dans l’Ouest ordonnée par Brisay de Denonville. Le gouverneur, qui avait constaté que les Iroquois ne cessaient pas de harceler les Illinois et qui craignait que les Amérindiens de l’Ouest ne cherchassent à « s’accommoder » avec les Iroquois351, estimait que l’envoi de Français dans la région était « L’affaire la plus importante du pays352 ». Il entendait aussi assurer le commerce avec les tribus de l’Ouest, notamment avec les Sioux353.

  • 354 J. Tailhan, Mémoire, p. 319. J. Tailhan s’inspire de Bacqueville de La Potherie (voir pages suivan (...)
  • 355 Mélanges historiques, p. 60-61.

181Selon Jules Tailhan, Perrot partit « très vraisemblablement vers l’automne de 1687 à la tête d’une quarantaine de Français354 ». Selon Benjamin Suite, il ne partit qu’au printemps de 1688355. Mais comme en font foi les actes notariés signés par Perrot, celui-ci était encore à Montréal au début du mois d’août 1688. Son départ pour l’Ouest a dû avoir lieu en août ou en septembre 1688.

  • 356 HAS, t. II, p. 212.
  • 357 HAS, t. II, p. 212-213.

182En arrivant à Michillimakinac, les Français apprirent que les Hurons « avoient défait un parti de quarante Iroquois » et que les Outagamis avaient fait un « coup » sur les Sauteux356. Les Outagamis tentèrent bien de minimiser leur faute en expliquant que tout le mal venait de quelques jeunes guerriers de leur tribu, qui, partis en guerre contre les Sioux, avaient rencontré des Sauteux, « sur lesquels ils avoient pris trois filles & un jeune homme357 ».

  • 358 Les Outagamis étaient établis autour du lac Winnebago et sur la rivière Fox.
  • 359 HAS, t. II, p. 213-214. Le texte de Bacqueville de La Potherie fait toutefois problème dans la mes (...)
  • 360 HAS, t. II, p. 214.

183Perrot quitta Michillimakinac pour gagner la baie des Puants et, de là, rejoindre la rivière Wisconsin en empruntant la rivière Fox. Le chef des Outagamis vint au-devant de lui et lui demanda de passer par son village358. Perrot obtint alors la restitution des prisonnières sauteuses, qui furent envoyées à la baie des Puants359. Il laissa quelques hommes chez les Outagamis « pour entretenir le commerce » et les Français poursuivirent leur route sur la rivière Fox360.

  • 361 HAS, t. II, p. 215.

184Les glaces arrêtèrent le convoi à une douzaine de lieues d’un village de Potéouatamis. Ces derniers aidèrent les Français à transporter leurs effets jusqu’à la rivière « Ouiskouch », ou Wisconsin, que les Français suivirent jusqu’au Mississipi. Ensuite, ils remontèrent le fleuve jusqu’au pays des Sioux, pour gagner, selon toute vraisemblance, le fort Saint-Antoine361.

  • 362 HAS, t. II, p. 215-216.

185Ils informèrent alors les Sauteux qu’ils avaient retiré les leurs des mains des Outagamis. Malheureusement, peu après les trois filles furent reprises par les Outagamis, qui les laissèrent toutefois libres chez eux362.

  • 363 HAS, t. II, p. 216-219.

186Aussitôt que les rivières furent navigables au début du printemps 1689, les Sioux descendirent au poste français et emmènent « le Commandant à leur village, où il fut reçû avec pompe ». Celui-ci en profita pour leur reprocher d’avoir voulu piller le fortin pendant le conflit avec les Tsonnontouans, mais renouvela « l’alliance » avec eux. Après quoi, Perrot regagna son fort363.

  • 364 HAS, t. II, p. 219-221. Perrot remit les prisonnières à leurs familles au moment de son retour à M (...)

187Après son retour au fort, Perrot vit arriver des Outagamis, qui l’informèrent qu’après qu’il les eut quittés ils s’étaient établis sur les rives du Mississipi. Ils lui demandèrent de négocier une paix entre eux et les Sioux, mais les négociations n’aboutirent pas car les Français reçurent l’ordre de rentrer dans la colonie. Toutefois, pendant son retour à Michillimakinac, Perrot put retirer des mains des Outagamis les trois Sauteuses qu’ils avaient encore avec eux364.

  • 365 HAS, t. II, p. 221-227 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 320-321.

188Lorsque Perrot arriva à Michillimakinac, la situation était devenue préoccupante : malgré une trêve conclue avec les Iroquois, les Hurons et les Outaouais continuaient à lancer des partis de guerre contre eux. Cinq Iroquois, ramenés par une bande d’Outaouais, allaient être brûlés, malgré les efforts de Morel de La Durantaye pour les sauver, lorsque Perrot s’interposa et sauva la vie des prisonniers365.

  • 366 HAS, t. II, p. 221.

189En cela, Perrot se conformait à la politique de Brisay de Denonville, qui cherchait à négocier une paix avec les Iroquois. Ces derniers souhaitaient aussi faire la paix, si l’on en croit Bacqueville de La Potherie, qui écrit qu’ils avaient même demandé aux Anglais « de négocier leur paix » avec le gouverneur de la Nouvelle-France366.

  • 367 Aujourd’hui rivière Fox (Wisconsin).
  • 368 Aujourd’hui rivière Wisconsin (Wisconsin).
  • 369 Aujourd’hui rivière Saint Croix. La rivière sert de frontière entre les États de Wisconsin et de M (...)
  • 370 Aujourd’hui rivière Minnesota (Minnesota).
  • 371 Collationné sur l’original le 25 juillet 1750, signé Du Laurent, notaire royal, certifié par Franç (...)

190Perrot ne demeura sans doute pas à Michillimakinac après avoir sauvé la vie des cinq prisonniers iroquois. Il rentra au fort Saint-Antoine, où, le 8 mai 1689, il prit officiellement possession « au nom de Sa majesté de la Baye des Puants, lacs et Rivières des Outagamis et Maskoutins367, Rivière de Ouiskouche368 et celle de Mississipi, païs des Nadouesioux, Riviere Ste Croix369 Et St. Pierre370 et autres lieux plus eloignés371 ». Au cours de l’été, il revint dans la colonie.

  • 372 ANF, Col., B15, f. 63.
  • 373 Sur le massacre de Lachine, voir HAS, t. II, p. 228-230 ; « Registre de la paroisse des Saints-Ang (...)
  • 374 HAS, t. II, p. 233.

191L’invasion de l’Angleterre par Guillaume d’Orange, à l’automne 1688, et la proclamation qui lui donnait le titre de roi d’Angleterre, le 14 février 1689, eurent des répercussions sur la colonie. La France et l’Angleterre entrèrent à nouveau en guerre et les Français ne purent plus compter sur les Anglais pour les aider à négocier avec les Iroquois. Aussi, dans sa lettre du 1er mai 1689, Seignelay avait-il indiqué à Brisay de Denonville que « le service le plus important » qu’il pouvait rendre à la Cour « seroit de parvenir à faire la paix avec les Iroquois directement sans passer par le canal des Anglois372 ». Mais les Iroquois, à nouveau appuyés par les Anglais, étaient beaucoup moins intéressés à discuter de paix : le 5 août 1689, leur raid meurtrier contre le village de Lachine, en banlieue de Montréal, sonnait le glas de tout espoir de paix avec eux373. Lorsque Buade de Frontenac, nommé à nouveau gouverneur, arriva à Québec, à la fin du mois d’octobre 1689, il ne put que constater la situation périlleuse dans laquelle se trouvait la colonie374.

  • 375 Bail à ferme d’une terre située en la seigneurie de Bécancour par Perrot à Jean Harel, de Gentily (...)
  • 376 Le 26 août 1689, poursuite de Jeanne Dandonneau pour saisir ce que Perrot doit à Mathieu Brunet (A (...)
  • 377 Engagement en qualité de voyageur de Louis Duquet-Duverdier et de Louis Provancher (acte passé dev (...)
  • 378 Voir appendice 6, infra, p. 445-446.
  • 379 Bail à loyer et ferme d’une maison située à Montréal, rue Saint-Joseph, par Guillaume Gouyau dit L (...)
  • 380 Vente de boeufs et de vaches par Marie-Madeleine Raclot, « demeurant en la ville de Villemarie », (...)

192Après son retour, tout en administrant sa seigneurie375, Perrot, qui dut faire face à des accusations376, s’occupa à préparer un nouveau voyage dans l’Ouest. L’engagement de voyageurs377 et les négociations commerciales378 liées au voyage l’occupèrent une bonne partie de l’été 1689 et du printemps 1690. En mai 1690, Perrot loua une maison à Montréal379, où son épouse séjourna, puisqu’elle y effectua des transactions commerciales et qu’elle y accoucha d’un enfant380.

  • 381 ANF, Col. B15, f. 90.
  • 382 Dans le résumé des lettres de Brisay de Denonville, de Buade de Frontenac et de l’intendant Champi (...)

193Pendant que Perrot préparait son voyage dans l’Ouest, le nouveau conflit avec l’Angleterre occupait les autorités coloniales. Dans son « Instruction » du 7 juin 1689, le roi demandait à Buade de Frontenac d’attaquer la « nouvelle York » et d’imposer la paix aux Iroquois381. Les autorités coloniales pensèrent même à Perrot pour faire partie d’une expédition contre New York ou Albany382.

  • 383 Surtout que les Iroquois se montraient de plus en plus menaçants : le 28 octobre 1689, Dulhut et v (...)
  • 384 Une « forte et vigoureuse deffensive est plus convenable presentem[en]t », y lit-on (ANF, Col. B15 (...)
  • 385 ANF, Col. B15, f. 121-123.
  • 386 ANF, Col. B15, f. 123-124.

194Mais au lieu d’attaquer l’ennemi, les Français durent penser à défendre la colonie383. Si l’« Instruction » du 7 juin 1689 annonçait une politique agressive, le « Memoire » du roi, du 14juillet 1690, montre que Versailles mettait davantage l’accent sur la défense de la colonie384. Encore que si le gouverneur pouvait attaquer l’ennemi avec « avantage », il ne devait pas laisser passer l’occasion « de les reduire de vive force à la paix ». Mais pris entre la « necessité d’estre sur la deffensive et la negociation pour la paix », Frontenac devait avoir recours à la « crainte » pour faire la paix, tout en « conservant l’honneur de ses armes par tous les menagemens possibles ». En même temps, le roi demandait à Frontenac de maintenir l’alliance des Outaouais et de les empêcher de se rapprocher des Iroquois385. Versailles s’en remettait à Frontenac pour faire « ce qu’il estimera[it] de plus convenable », tout en insistant sur l’importance de faire la paix386.

  • 387 ANF, Col. C11A11, f. 8.

195Le danger de voir les tribus de l’Ouest se détacher des Français était réel. Comme le rappelle Charles de Monseignat dans sa « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis Le Départ des Vaisseaux au mois de Nouembre 1689 Jusqu’au mois de Nouembre 1690 », les députés iroquois qui devaient venir à Montréal en 1690 n’étaient venus qu’après que des Outaouais de Michillimakinac, qui représentaient quelque neuf nations de l’Ouest, eurent ramené des prisonniers iroquois chez les Tsonnontouans pour les inviter à venir « mettre la derniere main aux bonnes affaires de la paix387 ». Bien que les Hurons ne fussent pas représentés par la délégation des Outaouais, le rapprochement entre les Amérindiens de l’Ouest et les Iroquois avait de quoi inquiéter les autorités françaises, qui devaient impérativement faire une démonstration de force, sous peine de perdre tout crédit auprès de leurs alliés.

  • 388 Opérations contre Salmon Falls, au nord de Boston (Massachusetts), en janvier 1690, contre Corlaer (...)
  • 389 Au printemps 1690, Pierre d’Aux de Joliet alla négocier chez les Iroquois, après que Lahontan eut (...)
  • 390 Monseignat, « Relation », ANF, Col. C11A 11, f. 14. Dans son Histoire de l’Amerique septemtrionale (...)

196Aussi, en même temps qu’il prenait des mesures pour montrer que les Français étaient capables de reprendre l’initiative sur le plan militaire388, Buade de Frontenac chercha-t-il à négocier avec les Iroquois et à consolider l’alliance avec les tribus de l’Ouest. Il envoya Pierre d’Aux de Joliet auprès des Iroquois389 et fit monter Louis La Porte de Louvigny à Michillimakinac pour relever Morel de La Durantaye. La Porte de Louvigny était accompagné par « Nicolas perrot qui estoit chargé de presens et de parolles » pour les nations de l’Ouest. « Il devoit les dissuader de l’alliance qu’Ils negocioient auec L’Iroquois et L’Anglois et qui estoit presque conclue390 ».

  • 391 Monseignat, « Relation », ANF, Col. C11A 11, f. 14 ; HAS, t. III, p. 74-75 ; Champigny, lettre du (...)

197Le départ eut lieu le 22 mai 1690 ; le convoi, qui comprenait cent quarante-trois « François Voyageurs » et « six Sauvages391 », était escorté jusqu’aux Calumets, sur la rivière des Outaouais, par trente hommes, sous le commandement de François-Christophe Dufrost de la Jemerai et D’Hosta.

  • 392 HDG, t. II, p. 56.

198Le 2 juin, à la hauteur du rapide des Chats, les Français aperçurent deux canots d’Iroquois392. On dépêcha trois canots, montés par dix hommes chacun. Ils tombèrent dans une embuscade et, dès la première décharge, quatre Français furent tués.

  • 393 Monseignat, « Relation », ANF, Col. C11A 11, f. 15. Selon Bacqueville de La Potherie, une trentain (...)

199La Porte de Louvigny hésita à porter secours à ses gens, de crainte de « risquer trop les presens du Roy » et de ne plus être en état de poursuivre le voyage. Mais « Sur Les raisons de Perrot », les officiers français se mirent « à la teste de Cinquante à soixante hommes et Coururent par terre donner dans L’Embuscade des Ennemis », qu’ils poussèrent à l’eau et dont ils firent deux prisonniers393. Après quoi, le convoi reprit sa route.

  • 394 HAS, t. II, p. 234-235.
  • 395 HAS, t. II, p. 235-236.

200Pendant la navigation, La Porte de Louvigny fut informé que le rapprochement entre les Outaouais et les Iroquois semblait se concrétiser ; il envoya Perrot au-devant avec deux canots afin de préparer son arrivée et d’éviter le désordre que celle-ci pouvait causer394. A l’arrivée du gros du convoi, les quelque cent Français déjà présents à Michillimakinac étaient « sous les armes sur le bord de l’eau [...] balle en bouche » et La Porte de Louvigny fit débarquer ses hommes « les armes à la main395 ».

  • 396 HAS, t. II, p. 236-238.

201Les Hurons tentèrent vainement de différer le supplice du prisonnier iroquois ramené par les Français, afin de pouvoir s’en attribuer le mérite auprès des Iroquois. Mais le prisonnier ne fut pas torturé longtemps ; il fit paraître trop de faiblesse, si bien que les Amérindiens jugèrent « qu’il étoit indigne de mourir en guerrier, & ils le passerent par les armes396 ».

  • 397 HAS, t. II, p. 238-239. Voir « Parole qui doit estre ditte [par Perrot] a L’outaouac pour le dissu (...)
  • 398 HAS, t. II, p. 240.

202Ensuite, on fit assembler les chefs des différentes nations dans « la maison des Peres Jesuites », où Perrot les harangua pour les dissuader de s’allier avec les Iroquois et les Anglais397. Après la harangue, un des chefs outaouais assura les Français de son appui, après quoi les chefs des autres tribus « protesterent qu’ils n’entreprendroient rien contre la volonté de leur Pere398 ».

  • 399 HAS, t. II, p. 240-243.

203Cela n’empêcha pas les Français de se méfier des Outaouais, qu’on soupçonnait de vouloir envoyer en cachette des députés aux Iroquois. Leurs craintes étaient justifiées : un Sauteux prévint Perrot que les Outaouais étaient sur le point d’envoyer une ambassade secrète auprès des Iroquois. Un nouveau conseil eut lieu, au cours duquel le chef de l’ambassade, sur qui tout retomba parce que les siens l’abandonnèrent, reconnut les faits. Après quoi, les Outaouais semblèrent se rallier, mais cela ne les empêcha pas de continuer à « susciter des traverses » aux Français399.

  • 400 HAS, t. II, p. 243-244.
  • 401 HAS, t. II, p. 244. Le complot échoua grâce au chef des Puants de la Baie, qui détourna les Outaga (...)
  • 402 HAS, t. II, p. 247.

204La situation des Français dans l’Ouest demeurait précaire. En même temps qu’ils durent intervenir pour empêcher les Outaouais de s’en prendre aux Miamis400, ils eurent à faire face à un complot des Outa-gamis et des Mascoutins, qui voulaient « massacrer tous les François qui décendroient du païs des Nadonaissioux401 », puis à un conflit entre les Outagamis et les Sioux402.

  • 403 Bacqueville de La Potherie écrit qu’ils ont « calmé les Nations Alliées » (HAS, t. III, p. 79). Da (...)
  • 404 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 23) ; HDG, t. II, p. 59. Selon Charlevoix le convo (...)

205Ces difficultés n’empêchèrent pas La Porte de Louvigny et Perrot de convaincre les nations de l’Ouest de rester dans l’alliance des Français et de se rendre à Montréal, autant pour vendre leurs pelleteries que pour assurer le gouverneur de leur fidélité403. Le 19 août 1690, un convoi d’une centaine de canots montés par quelque cinq cents Amérindiens de l’Ouest abordait à Montréal404. C’était le résultat des efforts de Perrot et de La Porte de Louvigny.

  • 405 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 9-13) ; HDG, t. II, p. 59.
  • 406 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 25).
  • 407 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 26). Sans doute faut-il se méfier des propos prêté (...)
  • 408 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 26-27). Sur l’attitude équivoque de ce chef huron, (...)

206Le 22 août, un « Conseil solemnel405 » précéda l’ouverture de la traite, au cours de laquelle on apprit la nouvelle de la marche d’une armée ennemie sur le lac Saint-Sacrement. Buade de Frontenac invita les nations de l’Ouest à retarder leur départ pour faire le coup de feu, puis les autorisa à rentrer chez elles406. Peu avant le départ des Amérindiens, Frontenac informa les Outaouais qu’il savait qu’ils négociaient en secret avec les Iroquois et exigea des explications. Les Outaouais reconnurent le fait, mais en imputèrent la responsabilité à Brisay de Denonville qui n’avait pas su les protéger. Aussi avaient-ils été « contraints de Songer eux mesmes à leur seureté et de prevenir leur perte par un accommodement » avec l’ennemi. Mais, précisèrent-ils, depuis le retour de Perrot dans l’Ouest, ils n’avaient plus voulu poursuivre leurs négociations avec les Iroquois et étaient descendus à Montréal pour connaître les « Volontés » du gouverneur407. Pour sa part, Le Baron, un chef huron soupçonné de vouloir se rapprocher des Iroquois, réfuta l’accusation et rappela que les Hurons avaient envoyé des jeunes guerriers contre les Iroquois dès qu’ils avaient appris que le gouverneur voulait leur faire la guerre408.

  • 409 HDG, t. II, p. 63.
  • 410 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 26).

207Au moment de leur congé, le 4 septembre409, Buade de Frontenac dit aux Outaouais : « Qu’à l’egard de La guerre il approuvoit tout ce que Nicolas perrot leur avoit dit et qu’il leur redonnoit de nouveau des haches tant pour eux que pour leurs alliez », afin qu’ils harcelassent l’ennemi410.

  • 411 « Pendant la marche generale » des troupes contre les Iroquois en 1687, des Mascoutins, qui ne par (...)
  • 412 HAS, t. II, p. 248-251.
  • 413 HAS, t. II, p. 251. Plus bas, un chef miami donne à nouveau un échantillon de plomb à Perrot (HAS,(...)
  • 414 HAS, t. II, p. 251.

208Sans doute Perrot, qui n’avait pas accompagné les Amérindiens à Montréal, quitta-t-il Michillimakinac peu après s’être assuré de l’allégeance, toute relative, des tribus de l’Ouest à la couronne de France. En passant par la baie des Puants, Perrot put rencontrer une quarantaine de Miamis à la mission Saint-François-Xavier, dans la maison même des jésuites. Les Amérindiens avaient à se plaindre des Mascoutins, qui avaient fait coup sur eux, mais Perrot les persuada de tourner leurs armes contre les Iroquois plutôt que de se venger411. Les Miamis sortirent satisfaits des pourparlers avec Perrot et ils « le prierent de faire son établissement sur le Mississipi, vers Ouiskonsing, afin d’y pouvoir commercer leurs Pelleteries412 ». En outre, le chef miami donna à Perrot un morceau de minerai qui provenait d’une « trés-bonne Mine de Plomb, qu’il avoit trouvée sur le bord d’un ruisseau qui se dégorge dans le Missisipi413 ». Perrot promit de faire son établissement « dans vingt jours au dessous de la riviere Douiskouche414 ».

  • 415 HAS, t. II, p. 251-252 ; voir aussi HAS, t. II, p. 238-249 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et l (...)

209Pendant qu’il était dans la maison des jésuites, les Sakis et les Potéouatamis vinrent à leur tour le rencontrer. Il les incita à ne pas se laisser influencer par les Outaouais et à s’en prendre aux Iroquois415.

  • 416 HAS, t. II, p. 252-253. Les Outagamis et les Mascoutins avaient fait savoir qu’ils avaient l’inten (...)
  • 417 HAS, t. II, p. 253-254.

210Puis il poursuivit sa route vers le lac Winnebago et la rivière Fox. Arrivé à un petit village de Puants, voisin des Outagamis, il fut invité par le chef des Mascoutins et deux de ses guerriers à passer par leur village, ce qu’il accepta de faire, même si les Français avaient à se plaindre d’eux416. En cours de route, deux chefs outagamis vinrent au-devant de lui pour l’assurer de leur bonne foi417.

  • 418 HAS, t. II, p. 254-256.

211Les Français n’avaient pas les moyens de s’imposer dans la région contrôlée par les Outagamis, notamment à cause de son « grand éloignement ». Aussi Perrot devait-il faire des « rodomontades » pour se faire respecter et pour inciter les Amérindiens à se conformer à la politique des autorités coloniales. De leur côté, les Outagamis n’acceptaient la présence des Français que pour pratiquer la traite et se procurer des armes et des munitions, si bien que les rapports entre eux et Perrot demeurèrent tendus418.

  • 419 HAS, t. II, p. 257-259.

212Après avoir quitté les Outagamis, Perrot et ses hommes se rendirent « un peu au dessous du village des Mascoutechs, où ils camperent ». Perrot invita les Amérindiens à s’en prendre aux Iroquois plutôt qu’aux Sioux. Pendant le séjour des Français parmi les Mascoutins, des Outagamis, qui apportaient la nouvelle de la défaite des leurs aux mains des Sioux, tentèrent d’engager les Mascoutins à se joindre à eux contre les Français, puisque ces derniers avaient fourni des armes aux Sioux. Mais les Mascoutins « n’eurent garde de se brouiller avec les François419 ».

  • 420 Un canot plein de pelleteries qu’il envoya à la baie des Puants échappa de justesse au pillage des (...)
  • 421 HAS, t. II, p. 260.

213Perrot put se rembarquer et poursuivre sa route420. Il gagna le Mississipi et détacha une dizaine d’hommes pour aller prévenir les Français qui étaient parmi les Sioux de se rendre à Michillimakinac, selon les ordres de Buade de Frontenac421.

  • 422 HAS, t. II, p. 260.

214En même temps, il faisait ériger un fortin « au dessous d’Ouis-kouche, dans une situation fort avantageuse contre les insultes des nations voisines422 ».

  • 423 HAS, t. II, p. 260.
  • 424 Bacqueville de La Potherie se serait alors trompé à deux reprises, puisque Perrot, selon lui, anno (...)
  • 425 Sur cette question, voir appendice 3, infra, p. 430-441.

215Le site de cet « établissement423 » demeure difficile à situer. Pour certains historiens, Bacqueville de La Potherie se serait trompé et c’est au-dessus de la rivière Wisconsin que Perrot aurait fait ériger son fort424 ; pour d’autres, c’est près de Dubuque (Wisconsin), à la hauteur des mines de plomb qu’il découvrit peu de temps après, que Perrot s’établit425.

  • 426 HAS, t. II, p. 260-263.
  • 427 HAS, t. II, p. 263-264.
  • 428 HAS, t. II, p. 264-169. Lorsque les Sioux arrivèrent au fort, ils avaient même l’intention de le p (...)

216Une fois le fort construit, Perrot dut intervenir pour empêcher les Miamis de rejoindre les Outagamis, qui avaient l’intention d’attaquer les Sioux pour se venger du coup que ces derniers avaient fait sur eux. Il réussit difficilement à calmer les esprits426. Pendant que Perrot éteignait cet incendie, un autre menaçait de s’allumer. Des jongleurs outaouais annonçaient aux Outagamis que les Sauteux et les Sioux s’assemblaient pour fondre sur eux. Apeurés, les Outagamis érigèrent des retranchements et demandèrent à Perrot d’arrêter les Sioux427. Celui-ci se rendit au fort Saint-Antoine, rencontra les Sioux, qui, effectivement, étaient sur le sentier de la guerre, et il parvint à leur faire mettre bas les armes428.

  • 429 HAS, t. II, p. 270.
  • 430 HAS, t. II, p. 270. Dans son journal de voyage, Charlevoix écrit que les mines de plomb découverte (...)

217De retour à son « établissement » près de la rivière Wisconsin, Perrot convainquit les Mascoutins de s’établir « à deux journées de lui », avec les Kikapous, auprès d’un village de Miamis429. Peu après, on découvrit une mine de plomb un peu au-dessus de la rivière Moingona, ou Des Moines, dans l’actuel État de l’Iowa430.

  • 431 HAS, t. II, p. 271-276.

218Pendant que Perrot essayait de pacifier la région sous ses ordres, La Porte de Louvigny devait aussi faire tous ses efforts pour empêcher les Outaouais d’allumer la guerre. Un parti d’Outaouais devait rejoindre des Illinois pour attaquer les Osages et les Kansas, au bas du Mississipi ; un autre devait s’en prendre aux Sioux. Mais parvenus à la baie des Puants, les Outaouais décidèrent de rebrousser chemin, de crainte que « Metamminens », c’est-à-dire Perrot, ne mît « des jambes de fer » et qu’il ne les contraignît de retourner sur leurs pas. Perrot intervint effectivement et il réussit, grâce notamment à l’aide d’un chef des Puants, à persuader les quelque trois cents guerriers outaouais de retourner à Michillimakinac431.

  • 432 En septembre 1690, après avoir surpris des habitants dans leurs champs et des soldats à la Prairie (...)
  • 433 HAS, t. II, p. 281-283.

219Les Outaouais continuèrent toutefois à saper la confiance des Amérindiens de la région à l’endroit des Français jusqu’à ce qu’on eût appris que les Français avaient repoussé les Iroquois et les Anglais à la Prairie-de-la-Madeleine et obligé les Anglais à lever le siège de Québec432. Mais si cette nouvelle fit « quelque impression sur l’esprit des Outaouaks », elle n’eut guère d’influence sur les Miamis établis à la rivière Saint-Joseph, qui se rapprochèrent des Loups afin de commercer avec les Anglais. De leur côté, les Mascoutins, au lieu de suivre les ordres des Français, « s’amuserent à faire des courses sur les terres des Nadouais-sioux, où ils enlevèrent des Puans & des Ayoës qui y avoient fait leur établissement, sans s’embarasser si ces deux nations étoient alliées ». Ils essayèrent aussi de détacher les Miamis des Français433.

220Malgré les difficultés rencontrées par les Français dans l’Ouest et, plus largement, par les Français au Canada, la victoire remportée sur les Iroquois à la Prairie-de-la-Madeleine et, surtout, l’échec des Anglais devant Québec avaient modifié la situation en faveur des Français.

  • 434 ANF, Col. B16, f. 34. Par exemple, le roi reprenait l’idée d’attaquer New York (ANF, Col. B16, f. (...)
  • 435 ANF, Col. B16, f. 34.
  • 436 ANF, Col. B16, f. 37. Le roi demandait aussi qu’on examinât la proposition de La Porte de Louvigny (...)

221Dans son « Memoire » du 7 avril 1691, adressé à Buade de Frontenac et à Champigny, le roi, après avoir marqué sa satisfaction à l’endroit de Frontenac pour sa victoire de l’année précédente, annonçait qu’il envoyait des hommes, comme l’avait demandé l’intendant, pour qu’on pût poursuivre « la guerre encore plus fortement que par le passé434 ». Le vent avait tourné et il s’agissait maintenant d’exploiter l’avantage. Aussi le roi souhaitait-il que le gouverneur incitât les Amérindiens de l’Ouest à porter la guerre chez les Iroquois435, ce qui ne l’empêchait pas d’approuver en même temps les tentatives de Frontenac de faire la paix436.

  • 437 « Relation de ce qui s’est passé de plus considerable en Canada depuis le depart de la fregate La (...)
  • 438 « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 49). Voir aussi le « Journal du S.r de Courtemanc (...)

222Lorsqu’en avril 1691, Le Gardeur de Courtemanche fut envoyé à Michillimakinac pour informer les nations d’en-haut de la victoire française sur les Anglais437, il put constater, sur place, que les Amérindiens de Michillimakinac, tout comme les Miamis et les Illinois, avaient bien dépêché des guerriers contre les Iroquois438.

  • 439 « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 49).
  • 440 Voir « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 49-51) ; lettre de Champigny du 12 août 1691 (...)
  • 441 ANF, Col. C11A11, f. 234.
  • 442 « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 52).

223Harcelés de tous côtés, les Iroquois voyaient leurs forces diminuer. Les Tsonnontouans abandonnèrent même leurs villages, car trop exposés, et ils se joignirent aux Goyogouins439. Mais cela ne les empêcha pas de poursuive leurs attaques contre la colonie, de tuer des colons et de faire des prisonniers440. Toutefois, dans sa lettre du 20 octobre 1691 à Pontchartrain, Buade de Frontenac observait que les « mouvements que les outaouacs et hurons [avaient] fait en hiver Et ce printemps [avaient] beaucoup Embarrassé Les iroquois » et les avaient sans doute « empêché d’attaquer la colonie en plus grand nombre » qu’ils ne l’avaient fait441. En même temps, comme on l’a signalé, des négociations avaient lieu avec les Iroquois442.

  • 443 « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 59-61). Les Outaouais furent congédiés le 23 juil (...)

224Vers la mi-juillet, « quelques canots Outaouacs au nombre de seize hommes » arrivèrent à Montréal. N’y trouvant pas Frontenac, les Outaouais descendirent à Québec, où ils furent impressionnés par la présence dans le port de quatorze navires et par des réjouissances publiques pour fêter une victoire française443.

  • 444 Société entre François Perrot et Guillaume Boucher (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Sain (...)
  • 445 Entente entre François Perrot, Guillaume Boucher et Jean-Baptiste Charly (acte passé devant Me Ant (...)

225Sans doute François Perrot, le fils aîné de Nicolas Perrot, rejoignit-il son père aux Outaouais au cours de l’année 1691. Le 20 août, il formait une société avec Guillaume Boucher dans le but d’exploiter un congé qu’il avait obtenu du gouverneur et de « faire Le voiage des 8ta8ois444 ». Le 23 août, les deux hommes, auxquels s’était associé Jean-Baptiste Charly, s’engageaient à transporter à Michillimakinac pour Nicolas Perrot six « pots d’Eau de vie », deux livres de vermillon et six chemises445.

  • 446 Le 4 octobre 1690, plainte d’Alexandre Turpin, (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des (...)
  • 447 Acte passé devant Me Claude Maugue, le 18 août 1691, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° (...)
  • 448 Le 27 novembre et le 18 décembre 1691, poursuites de François Charron (ANQ, Archives judiciaires, (...)
  • 449 Acte passé devant Me Claude Maugue, le 22 avril 1692, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n (...)
  • 450 Voir le jugement du 30 juin 1692 de Rouer de Villeray (Jugements et délibérations du Conseil souve (...)

226Sur un autre plan, la décennie de 1690 montre Perrot aux prises avec des difficultés économiques et juridiques de plus en plus inquiétantes. Dès le 4 octobre 1690, sa femme dut comparaître à titre de « procuratrice » pour répondre à une plainte déposée par Alexandre Turpin, qui exigeait le remboursement d’une somme de 400 £446. Le 18 août 1691, elle vendait deux « congés » à un groupe composé de Jean-Baptiste Dorval, Paul Dorval, Antoine Trudel et Philippe Trudel447. Le 27 novembre, elle devait représenter à nouveau son mari, poursuivi par François Charron pour une somme de 11 645 £ « En Castors448 ». L’année suivante, en avril, Léonard Paillard, un maître charpentier de moulin, du coteau Saint-Louis à Montréal, signait une « obligation » à Marie-Madeleine Raclot, l’épouse de Perrot449. En mai, la femme de Perrot dut répondre à une assignation au sujet d’une dette contractée par Perrot auprès de Pierre Champou, dit Jolycöeur, sept ans plus tôt, en 168 5450.

  • 451 ANF, Col. B16, f. 92-93. Sur le projet de La Porte de Louvigny, voir supra, p. 93, n. 436. Buade d (...)
  • 452 ANF, Col. B16, f. 93. Dans leur lettre commune du 15 septembre 1692, Buade de Frontenac et Champig (...)

227Dans son « Memoire » d’avril 1692, adressé à Buade de Frontenac et à Champigny, le roi, qui signale qu’il n’a pas reçu l’avis demandé au sujet de la proposition de La Porte de Louvigny, annonce qu’il a rejeté son projet451. En revanche, il a donné le fort Saint-Louis des Illinois à Tonty et à Dauphin de Laforest452.

  • 453 HDG, t. II, p. 116. Le gouverneur leur proposa de faire une expédition contre les Iroquois, mais l (...)
  • 454 HAS, t. III, p. 157-159.

228Au commencement d’août 1692, quand Frontenac vint à Montréal, il trouva deux cents Outaouais, venus de l’Ouest, mais sans pelleteries à vendre : ils avaient craint d’être pillés par les Iroquois453. Preuve que, malgré leurs pertes, les Iroquois demeuraient redoutables. A tel point, d’ailleurs, que La Noue, l’officier qui escortait les Français dans l’Ouest, rebroussa chemin lorsque ses hommes et lui aperçurent des Iroquois aux rapides des Calumets, sur la rivière des Outaouais. Un second départ avorta pour les mêmes raisons. Buade de Frontenac confia alors le commandement de la flottille à La Jemmeraye, mais le convoi fut attaqué aux rapides du Long-Sault454.

  • 455 ANF, Col. C11A 12, f. 91.

229Pendant ce temps, les relations entre le gouverneur et l’intendant se détérioraient. Dans sa lettre du 10 novembre 1692 à Pontchartrain, Champigny dénonçait La Porte de Louvigny, qui commandait à Michillimakinac, en l’accusant d’avoir voulu « tirer un castor de chaque voyageur » qui allait faire la traite, sous prétexte que les rations alimentaires prévues étaient insuffisantes pour nourrir la garnison. La Porte de Louvigny, précisait l’intendant, avait eu l’autorisation de Buade de Frontenac d’agir ainsi455.

  • 456 Mélanges historiques, p. 61. Le convoi ne partit que le 10 ou le 11 septembre.
  • 457 HDG, t. II, p. 133.

230Selon Benjamin Suite, « il est probable que Perrot passa l’hiver 1692-93 dans sa famille, puisque Charlevoix le fait repartir pour l’Ouest au mois d’août 1693456 ». Il est vrai que Charlevoix fait repartir Perrot vers l’Ouest en 1693 dans le convoi conduit par Henri de Tonty457, mais rien dans le texte de Charlevoix ne permet d’affirmer que Perrot avait passé l’hiver dans la colonie. Perrot a pu tout aussi bien rentrer de l’Ouest au cours de l’été 1693 et repartir en septembre. L’absence d’activités commerciales dans la colonie au cours de l’hiver 1692-1693 nous porte plutôt à penser qu’il était à l’extérieur de la colonie.

  • 458 « Relation de ce qui s’est passé en Canada depuis le mois de Septembre 1692. Jusques au depart des (...)

231En mai 1693, comme il craignait une attaque générale contre la colonie, Buade de Frontenac dépêcha Pierre d’Ailleboust d’Argenteuil, un lieutenant réformé, avec dix-huit Canadiens à Michillimakinac pour ordonner à La Porte de Louvigny « de faire descendre le plus de françois qu’il pourroit » et de hâter le départ des nations d’en-haut afin de prévenir les Iroquois qu’il soupçonnait vouloir se rendre maîtres des passages458.

  • 459 « Relation » de 1692-1693 (ANF, Col. C11A 12, f. 201 -202). Dans sa lettre du 4 novembre 1693 à Po (...)
  • 460 « Relation » de 1692-1693 (ANF, Col. C11A 12, f. 202-203). Dans sa lettre du 4 novembre 1693, Cham (...)

232Le 17 août, quelque deux cents canots d’Amérindiens et de Français, en provenance de Michillimakinac et « chargez d’un nombre prodigieux de pelleteries » étaient aperçus près de Montréal459. Une fois les hommes débarqués, on apprit, par une lettre de La Porte de Louvigny, que les Miamis avaient reçu des présents des Anglais par l’entremise des Loups, si bien qu’il craignait que les Anglais pussent établir des liens commerciaux avec les Miamis et, par leur intermédiaire, avec toutes les autres nations. Aussi le gouverneur décida-t-il de renforcer le poste des Miamis et d’y envoyer Nicolas d’Ailleboust de Manthet et Augustin Le Gardeur de Courtemanche460.

  • 461 HDG, t. II, p. 132.
  • 462 Selon Champigny, le départ du convoi eut lieu le 13 septembre, sous le commandement de Tonty (lett (...)

233Un « grand Conseil » eut lieu à Trois-Rivières461 et, au cours des festins, le dimanche 6 septembre et le lundi 7, on distribua des présents aux Amérindiens. Le départ pour le retour se fit : trois ou quatre jours plus tard462. Les Français étaient sous la conduite de Tonty, qui avait le grade de commandant aux Illinois, de Nicolas d’Ailleboust de Manthet, de Louis Laporte de Louvigny et de Pierre d’Ailleboust d’Argenteuil.

  • 463 « Relation » de 1692-1693 (ANF, Col. C11A 12, f. 203). Selon Jules Tailhan, c’est en 1692 que Perr (...)

Outre ces Officiers qui ont chacun leur poste fixé [expliqua le gouverneur aux Amérindiens] le nommé Perrot en doit occuper un assez pres des Miamis pour executer ce qui luy sera ordonnez, ce lieu se trouve maramet et le grand nombre de sauvages qui s’y rendent parmy lesquels cet homme a un tres grand credit l’a fait choisir par m.r le Comte pour mettre entre les miamis et les autres nations qui pourraient recevoir les propositions des Anglois une barriere qui detruise tous leurs desseins463.

  • 464 Louise P. Kellogg explique: « This post, formely believed to have been on the Kalamazoo River, Mic (...)

234L’endroit où Perrot établit son « poste » demeure incertain. Comme le rappelle Louise P. Kellogg, on situa d’abord l’établissement de Perrot sur une des rives de la rivière Kalamazoo (Michigan), mais le toponyme « Maramec », sur les cartes de Franquelin, correspond plutôt à la rivière Fox qui se jette dans la rivière Illinois (Illinois), au sud-ouest de l’actuelle ville de Chicago464.

  • 465 Ils avaient « deja plusieurs fois pillé les françois sous pretexte qu’ils alloient porter des muni (...)

235Pour sa part, Lesueur devait occuper le poste de Chagouamigon (Chequamegon Bay) pour y entretenir la paix « nouvellement faite entre les Sauteurs et les Sioux », ce qui était d’autant plus important qu’on ne pouvait communiquer avec les Sioux que par les Sauteux, la route du sud étant occupée par les Outagamis et les Mascoutins, peu sûrs465.

  • 466 ANF, Col. C11A 12, f. 284. L’année suivante, dans sa lettre du 24 octobre 1694 à Pontchartrain, Ch (...)

236Le départ du convoi se déroula sur fond de querelle entre le gouverneur et l’intendant, Buade de Frontenac ayant autorisé les hommes à transporter des marchandises en sus des congés octroyés et à transporter de l’eau-de-vie, ce qui était interdit. Dans sa lettre du 4 novembre 1693, Champigny écrit que Charles de Monseignat, le secrétaire du gouverneur, « faisoit de grands profits sur lesd[its] ordres ou congez » et que les « ordres » de Frontenac « n’estoient que des Congez dont il n’y a[vait] que le nom et la forme de changez pour oster à l’intendant le droit de les viser et d’en prendre connoissance466 ».

  • 467 Lettre du 4 novembre 1693 (ANF, Col. C11A 12, f. 285).

237De leur côté, Tonty et Laforest, qui occupaient le poste des Illinois, prétendaient être exemptés de faire viser leurs permissions par l’intendant et ils entendaient ne faire leur déclaration de traite qu’à Frontenac : « si cela estoit ils pourroient sous leurs noms faire passer autant d’hommes, de canots et de marchandises qu’ils jugeroient à propos », expliquait Champigny, qui les accusait aussi de ne prendre aucune mesure pour inciter les Illinois à attaquer les Iroquois467.

  • 468 HAS, t. II, p. 284.
  • 469 HAS, t. II, p. 284. Selon Jules Tailhan, l’événement aurait eu lieu « vers 1692 ou 1693 » (Mémoire (...)
  • 470 HAS, t. II, p. 284-285.

238Dans l’Ouest, les Français, rappelle Bacqueville de La Potherie, étaient « exposez à bien des disgraces468 ». Pour preuve, « on vit Perrot sur le point d’être brûlé par les Mascoutechs, qui avoient reçû tant de bienfaits de sa part469 ». Invité à venir « traiter du Castor » à leur village, Perrot se rendit sur place en compagnie de six Français et d’un chef potéouatami. A peine arrivés au village, ils furent dépouillés de leurs marchandises et on voulut sacrifier Perrot « aux manes de plusieurs de leurs gens qui avoient été tuez dans plusieurs occasions, ils disoient qu’il étoit auteur de leur mort470 ».

  • 471 « Un des guerriers qui lui [Perrot] vint prononcer son Arrêt », raconte Bacqueville de La Potherie (...)
  • 472 HAS, t. II, p. 286-287.

239Les Mascoutins avaient décidé de sacrifier les prisonniers à l’extérieur du village afin d’éviter que tous les membres de la tribus ne fussent témoins de leur mort. Pour la même raison, les prisonniers devaient se rendre sans escorte apparente sur le Heu du sacrifice471. Le jour de l’exécution, les prisonniers sortirent du village sans gardiens, « avancerent un peu dans un chemin frayé, puis ils s’aviserent de faire plusieurs fausses routes sans se quitter de vue ». Les guerriers détachés après eux « ne purent suivre leur piste ; l’on ne sait s’ils ne purent veritablement les découvrir, ou s’ils affecterent de ne les pas trouver », écrit Bacqueville de La Potherie. Perrot put ainsi échapper à la mort et rejoindre des Puants, qui voulurent le venger, mais il les détourna de leur dessein472.

  • 473 HAS, t. II, p. 287.
  • 474 HAS, t. II, p. 287-290. Ces observations sur l’intervention des Français auprès des Miamis de Mara (...)

240Les ordres du gouverneur de s’en prendre aux Iroquois furent suivis car, observe Bacqueville de La Potherie, « on commença de toutes parts à faire la guerre tout de bon aux Iroquois »473. Pendant l’été, les Outaouais capturèrent même une cinquantaine d’ennemis. Quant aux Miamis établis à Marameg, où était Perrot, on leur fit présent de cinquante livres de poudre et deux cents des leurs se mirent en marche pour attaquer les Iroquois474.

  • 475 Les Mascoutins voulaient « le manger » (HAS, t. II, p. 291).
  • 476 HAS, t. II, p. 290-293.

241Les Français ne parvinrent pas pour autant à canaliser toutes les énergies des Amérindiens alliés contre l’ennemi commun : des Mascou-tins attaquèrent les Aiouez, alliés des Français, et « taillerent en pieces tous les habitans de leur grand village ». Après leur coup, les Mascoutins tentèrent d’attirer Perrot chez eux, mais les Miamis, chez qui était Perrot et qui savaient que les Mascoutins lui en voulaient encore, s’interposèrent475. Aussi les Mascoutins envoyèrent-ils à Perrot des députés, dont le chef de la tribu, afin de se disculper et de se réconcilier avec les Français. Perrot tenta à nouveau de les inciter à s’en prendre aux Iroquois et le chef des Mascoutins résolut de se rendre à Montréal pour « détourner le ressentiment de Mr de Frontenac ». Il se rendit jusqu’à la baie des Puants, où les Outagamis le dissuadèrent d’aller plus loin en lui expliquant « que la maxime des François étoit de faire pendre sans remission les voleurs, & qu’il pourroit bien subir la même destinée476 ».

  • 477 HAS, t. II, p. 293-295.

242De leur côté, les Anglais travaillaient à détourner les Outaouais et les autres tribus des Français. Ils rendirent même un prisonnier que les Iroquois avaient fait sur les Sauteux, si bien que ces derniers ne voulurent plus s’en prendre aux Iroquois et qu’ils essayèrent de détourner les Sakis des Français au cours de l’hiver. Heureusement, les Sakis refusèrent de changer d’allégeance. Alors les Outaouais, qui craignaient que les Sakis s’en prissent aux Sauteux, tentèrent de « raccommoder » les Sauteux et les Sakis, tout en les incitant à ne pas faire la guerre aux Iroquois477.

  • 478 Les événements rapportés par Bacqueville de La Potherie ont lieu au plus tard en 1694, puisqu’il f (...)

243Les Amérindiens, qui n’entendaient pas subordonner leurs intérêts à ceux des Français, cherchaient autant à ménager les Iroquois et les Anglais que les Français et ne cessaient de négocier des alliances entre eux à travers un jeu diplomatique complexe, à l’équilibre toujours fragile478.

  • 479 HAS, t. II, p. 295-299.

244Malgré tout, l’influence française demeurait prépondérante dans la région et les Français parvinrent à désabuser les Hurons et les Outaouais sur les avances amicales des Iroquois. La guerre contre eux reprit de plus belle, du moins en apparence, car les Hurons cherchaient à ménager les prisonniers iroquois, selon une entente secrète passée entre eux de ne pas exécuter les prisonniers des uns et des autres. Afin de briser cette entente, les Français firent sacrifier un prisonnier iroquois479.

  • 480 HAS, t. II, p. 303-304.

245Les Miamis, les Sakis et leurs alliés continuèrent à s’en prendre aux Iroquois, mais les Outaouais et les Mascoutins, qui « s’acharnoient uniquement contre » les Sioux, massacrèrent quelque « quatre-vingt [sic] cabanes de Nadouaissioux, & taillerent en pieces tout ce qui leur faisoit resistance »480.

  • 481 Bacqueville de La Potherie rapporte les discours de Perrot (HAS, t. II, p. 305-307 et 307-308).
  • 482 HAS, t. II, p. 304-311.

246Les Miamis, qui craignaient d’être enveloppés dans la vengeance des Sioux, demandèrent à Perrot d’aller les assurer « de la part qu’ils prenoient à leur affliction ». Perrot intervint et tenta d’éviter que les Sioux ne s’en prissent aux Miamis et aux Mascoutins, tout en refusant de prendre expressément parti contre ces derniers481. Les Sioux et les Miamis renouvelèrent leur alliance, mais en même temps, ils s’entendirent pour détruire les Mascoutins482.

  • 483 HAS, t. II, p. 311-312.

247Les Mascoutins, qui eurent vent de cette entente, crurent Perrot responsable de celle-ci et voulurent « le surprendre une nuit » dans son poste, mais ils furent découverts par des chiens, qui donnèrent l’alarme483.

  • 484 HAS, t. II, p. 314. Selon Benjamin Suite, Perrot, qui faisait partie du voyage, retourna avec les (...)
  • 485 Lettre de Callières, du 19 octobre 1694, à Pontchartrain (ANF, Col. C11A 13, f. 106).

248À l’été 1694, les Français prirent le chemin de Montréal en compagnie des nombreux chefs des tribus alliées : « on ne voyoit de toutes parts qu’empressemens pour aller écouter la voix de Mr. de Frontenac484. » Le 31 août, soixante-quatre canots de Français et une quarantaine de canots d’Amérindiens en provenance de Michillimakinac arrivaient à Montréal. Le convoi comprenait des députés que Buade de Frontenac avait invités à des pourparlers avec les Goyogouins. Ces derniers arrivèrent le 10 septembre485.

  • 486 Lettre du 19 octobre 1694 (ANF, Col. C11A 13, f. 107). Si l’on se fie à l’extrait des dépêches de (...)

249Mais comme les députés iroquois ne représentaient que les Tsonnontouans et les Goyogouins, les discussions n’aboutirent pas. Au cours des échanges, Buade de Frontenac se montra ferme en refusant de discuter d’une paix qui ne comprendrait pas les nations amérindiennes alliées des Français : « si cette negociation n’a pas produit la paix du moins a t’elle retably la confiance pour nous dans l’esprit de nos Sauvages alliés », écrivait Louis Hector de Callière en guise de conclusion aux pourparlers486.

  • 487 Lettre commune de Buade de Frontenac et de Champigny du 5 novembre 1694 (ANF, Col. C11A 13, f. 20) (...)
  • 488 « Quoique les Sauvages n’eussent aucune envie de faire une marche generale contre l’ennemy, ils ne (...)
  • 489 Voir extrait des lettres de 1695 de Buade de Frontenac et de Champigny (ANF, Col. C11A 13, f. 249) (...)
  • 490 HAS, t. II, p. 316.

250À sa demande, La Porte de Louvigny, qui commandait à Michillimakinac depuis quatre ans, fut remplacé par Antoine Laumet, dit Lamothe-Cadillac487. Celui-ci, qui avait lui aussi pour mission d’inciter les Hurons et les Outaouais à faire la guerre aux Iroquois et de les empêcher de se rapprocher des Iroquois488, se heurta aux mêmes difficultés que celles rencontrées par son prédécesseur. D’une part, les Hurons et les Outaouais, malgré leurs assurances de fidélité, ne cessaient de négocier en cachette avec les Iroquois489 ; de l’autre, les relations entre les différentes nations de l’Ouest demeuraient difficiles à gérer. Par exemple, lors de la venue des Amérindiens à Montréal, les Outaouais, qui avaient conçu de la « jalousie » à l’endroit des Outagamis, « firent ce qu’ils purent pour les faire retourner » dans leur pays490.

  • 491 ANF, Col. B17, f. 173.
  • 492 « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le Depart des vaisseaux 1695 (...)

251L’initiative de Buade de Frontenac inquiéta sans doute les autorités françaises. Dans son « Memoire » du 14 juin 1695, le roi se montrait étonné que le gouverneur eût poursuivi les pourparlers de paix avec des Amérindiens, dont il connaissait la mauvaise foi ; il souhaitait plutôt qu’on poursuivît la guerre et qu’on obligeât les Iroquois à demander la paix491. Il est vrai que ces derniers continuaient à harceler les alliés des Français, voire, à s’en prendre aux colons et aux soldats. Au printemps, le fortin français de Saint-Joseph, situé en territoire miami, où commandait Le Gardeur de Courtemanche, fut assiégé « par deux cent cinquante Iroquois », qui durent toutefois se retirer après avoir perdu une cinquantaine d’hommes492.

  • 493 Selon Callières, Crisafy partit de Montréal le 20 juillet et mit quatorze jours pour se rendre à C (...)
  • 494 HAS, t. IV, p. 49. Bacqueville de la Potherie s’inspire de la « Relation » de 1695-1696 : « Ce for (...)
  • 495 HDG, t. II, p. 158.
  • 496 Voir lettre de Callières du 27 octobre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 384).

252Lorsque Antoine de Crisafy, après avoir été relever le fort Frontenac, rentra dans la colonie493, il fut précédé, de quelques heures, par l’arrivée de « dix à douze canots de Pouteouatamis, Folles Avoines, Outagamis, & Miamis de Maramek », conduits par Perrot494. Des Sioux, conduits par Le Sueur, arrivèrent aussi à Montréal à peu près en même temps, selon Charlevoix495. C’était la première fois que des Sioux venaient dans la colonie496.

  • 497 ANF, Col. C11A 14, f. 84.
  • 498 Lettre du 4 novembre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 292). Voir aussi la lettre commune de Frontenac e (...)
  • 499 HAS, t. IV, p. 50-51; HDG, t. II, p. 156.
  • 500 « Relation » de 1695-1696 (ANF, Col. C11A 14, f. 85-86). Selon Charlevoix, Le Baron s’établira prè (...)

253Dans la lettre que lui adressait Lamothe-Cadillac, et dont Perrot était porteur, ainsi que « par le raport dud[it] perrot et des françois descendus auec luy497 », Buade de Frontenac apprit que les Hurons et les Outaouais de Michillimakinac, qui étaient en pourparlers avec les Iroquois498, avaient consenti à surseoir à l’exécution du traité qu’ils négociaient499. En fait, les Hurons étaient divisés en deux camps : un groupe, sous l’autorité de Le Baron, était hostile aux Français, alors que le second, sous l’autorité de Sastaretsi, semblait plus sûr500. Les dépêches de l’Ouest mettaient aussi le gouverneur en garde contre les Outagamis et les Mascoutins.

  • 501 Lettre de Callières du 27 octobre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 384).
  • 502 ANF, Col. C11A 13, f. 260. Sans doute Frontenac tentait-il de justifier le rétablissement du fort. (...)

254Au cours de l’audience qu’il donna aux Amérindiens, Buade de Frontenac les invita à oublier leurs querelles entre eux et à s’unir contre les Iroquois. Il en profita aussi pour tancer Le Baron501. Selon la dépêche de Frontenac du 4 novembre 1695, la vue des détachements qu’il fit partir pour relever le fort Frontenac aurait ramené la confiance des nations alliées de l’Ouest car le fort pouvait leur servir de « retraite assurée dans toutes les entreprises qu’ils voudroient desormais former contre les Iroquois502 ».

  • 503 Lettre de Callières du 27 octobre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 384). Voir aussi J. Tailhan, Mémoire (...)

255Si Perrot avait accompagné le convoi de l’Ouest, c’était sur l’ordre de Frontenac, qui voulait le consulter dans le but de « voir aux moyens de faire joindre les Miamys » de Marameg à ceux de la rivière Saint-Joseph afin « de soustenir » ce dernier poste contre de « nouvelles entreprises que les Iroquois pourraient y faire503 ».

  • 504 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 89-90 ; HAS, t. II, p. 318-319. Mais selon Bacque (...)

256Pendant le séjour des Amérindiens de l’Ouest à Montréal, une belle occasion de mesurer leur volonté de faire la guerre aux Iroquois se présenta. Des Iroquois furent aperçus sur le lac Saint-François, près de Montréal ; Frontenac invita tout le monde à participer à un raid contre eux ; les Amérindiens partirent, mais ne s’en prirent pas vraiment à l’ennemi, impatients qu’ils étaient de rentrer à Michillimakinac504.

  • 505 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 91. Le convoi composé de quatre-vingt-dix canots (...)
  • 506 Allusion au pillage des canots de Perrot par les Mascoutins : voir supra, p. 100.
  • 507 Lettre de Callières du 27 octobre 1695, ANF, Col. C11A 13, f. 384-385. Selon le rédacteur de la «  (...)

257Les Amérindiens reprirent la route de l’Ouest ; Perrot devait les rejoindre le lendemain avec dix ou douze Français, lorsque quatre-vingt-dix canots d’Outaouais arrivèrent sous la conduite de Nicolas d’Ailleboust de Manthet505. On apprit alors que les Outagamis, à qui les Miamis de « Chikagou » avaient donné deux prisonniers iroquois le printemps précédent, ne les avaient pas exécutés afin « de s’en servir pour negotier la paix avec les Iroquois et de s’en aprocher en s’habituant [s’établissant] Vers la riviere Ouaback », ou Wabash, et ce « dans la crainte du ressentiment des françois de ce qu’ils en [avaient] pillé quelques canots506 », et dans la crainte « d’estre enlevés des Cioux ». En outre, leur nouvel établissement leur donnerait « la facilité de commercer avec les anglois ». Comme ils étaient liés aux Kikapous et aux Mascoutins, leur changement d’allégeance risquait d’avoir un fâcheux effet d’entraînement sur d’autres nations. Aussi Buade de Frontenac devait-il profiter de la présence des « envoyés » sioux à Montréal pour « s’employer a pascifîer leur guerre507 ».

Le conflit de 1696

  • 508 Dans sa lettre à Pontchartrain, du 11 août 1695, Champigny expliquait que, puisque les Iroquois ne (...)
  • 509 Lettre de Callières du 27 octobre 1695, ANF, Col. C11A 13, f. 385 ; voir aussi HDG, t. II, p. 162. (...)
  • 510 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. С11A 14, f. 40-43 ; HAS, t. III, p. 260-267. Sur l’ensemble d (...)

258Buade de Frontenac pensait sans doute moins à « pacifier » les Amérindiens alliés qu’à les impliquer dans une nouvelle guerre contre les Iroquois. Il ne croyait plus à la possibilité de faire la paix avec les Iroquois. Seule la force pourrait les obliger à entamer des négociations sérieuses508. Mais il fallait agir vite. Le 18 septembre, Pierre d’Ailleboust d’Argenteuil, qui arrivait à Montréal, informa les autorités coloniales qu’une ambassade huronne auprès des Iroquois avait été suivie par la venue, à Michillimakinac, de trois envoyés iroquois qui amenaient avec eux des colliers, deux prisonniers outaouais, ainsi que des présents de la part des Anglais. Les Iroquois avaient même invité les Hurons et les Outaouais à venir négocier à Niagara. Malgré ses efforts, Lamothe-Cadillac n’avait pu empêcher les alliés d’écouter les propositions des Iroquois509. Les difficultés rencontrées par Lamothe-Cadillac pour s’opposer aux manœuvres des Iroquois devinrent d’autant plus grandes qu’à leur retour de Montréal les Amérindiens annoncèrent « que tous les françois etoient morts, que la Riviere de Quebec [fleuve Saint-Laurent] etoit bouchée » et que les Français n’osaient plus « paroistre sur le grand Lac (C’est à dire Sur La Mer) ». Lamothe-Cadillac commençait à craindre que les Anglais n’eussent attaqué une fois encore la colonie, lorsqu’un Français, porteur des lettres de Buade de Frontenac, le rassura. Pour s’assurer de la fidélité des Amérindiens, Lamothe-Cadillac s’engagea alors à vendre les produits du magasin de Michillimakinac au même prix que les années précédentes. Le 24 octobre, une fois les esprits apaisés, Lamothe-Cadillac réunit tout le monde pour un conseil général, harangua les Amérindiens et les décida à participer à la guerre qui se préparait contre les Iroquois. Il put même persuader les Amérindiens d’entreprendre un raid contre les Iroquois, ce qui rompit « entierement les commencemens de paix entre les Iroquois et les nations alliées d’en haut510 ».

  • 511 C’est du moins ce que Pierre d’Ailleboust d’Argenteuil affirma à son retour de Michillimakinac («  (...)
  • 512 « Relation »de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 46-47 ; HDG, t. II, p. 164.
  • 513 Les Iroquois tuèrent un Amérindien et blessèrent trois hommes, dont un Français (« Relation » de 1 (...)

259La partie n’était pas gagnée pour autant. Bien qu’ils eussent participé à un raid contre les Iroquois au cours de l’automne précédent, lorsqu’il fut question de faire une véritable guerre aux Iroquois, les Amérindiens se défilèrent511. En outre, des Outaouais de la tribu du Sable avaient voulu faire un coup contre les Hurons et Lamothe-Cadillac n’avait pu éviter le conflit que de justesse. Aussi éprouvait-il beaucoup de difficulté à embrigader les Amérindiens contre les Iroquois512, alors même que ces derniers se montraient de plus en plus agressifs et qu’ils attaquaient un convoi parti de Michillimakinac qui comprenait une centaine de canots513.

  • 514 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f.39-40 ; HDG, t.II, p. 167-168. À noter que Charlev (...)

260Pendant ce temps, Buade de Frontenac mettait en branle son expédition contre les Iroquois. Le 6 juin, devançant les miliciens et les Amérindiens alliés, le gouverneur quittait Québec. Il arriva à Montréal le 22 juin, avec les troupes, prêtes à se mettre en marche514.

  • 515 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 40-47.
  • 516 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 48 ; HDG, t. II, p. 168.
  • 517 Lettre de Frontenac et de Champigny du 26 octobre 1696 (ANF, Col. C11A 14, f. 120).

261Le 25 juin, il reçut une lettre de Lamothe-Cadillac qui confirmait les faits rapportés par d’Ailleboust d’Argenteuil, partant, le peu de fond à faire sur les Outaouais et les Hurons515. Mais Buade de Frontenac ne modifia pas ses plans pour autant. Le 4 juillet, l’armée se rendit à Lachine et, le 6, elle campa à l’île Perrot, à l’embouchure de la rivière des Outaouais516. Si l’on en croit Frontenac et Champigny, l’armée, composée de troupes régulières, de la milice et d’Amérindiens alliés, était forte de quelque deux mille cinq cents hommes517.

  • 518 Dans leur lettre commune du 26 octobre 1696 à Pontchartrain, Frontenac et Champigny écrivent : « N (...)
  • 519 HDG, t. II, p. 169-170.
  • 520 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 53.
  • 521 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 56-57 ; HDG, t. II, p. 171-173.
  • 522 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 49-60 ; HDG, t. II, p. 173-173. Voir aussi HAS, t (...)

262Le 10 juillet, l’armée gagnait le Côteau du Lac, sur le Saint-Laurent ; le 14 juillet elle atteignait le Rapide plat ; le 15, les Galots ; le 16, elle se trouvait à trois lieues de La Galette. Le 17, à cause de la pluie, on ne marcha pas ; le 18 juillet, l’armée n’était plus qu’à quatre lieues de Catarocouy, où elle arriva le 19. Elle demeura au fort quelques jours pour attendre les Outaouais, qui ne vinrent pas518. Le 26 juillet, elle quitta Catarocouy et établit son campement sur l’île aux Chevreuils. Le 27, les troupes n’étaient plus qu’à trois lieues de l’anse de La Famine et le 28, elles arrivaient à l’entrée de la rivière des Onontagués, ou Oswego (New York). Le 29 juillet, après avoir envoyé des éclaireurs, Frontenac fit avancer les hommes en occupant les deux rives de la rivière. On ne fit que deux lieues, trois le lendemain, jusqu’à un rapide. Le 30 juillet, on franchit le rapide et le 1er août, Frontenac détacha la moitié de l’armée au-dessus de la rivière des Onneiouts (Oneidas) jusqu’au lac Ganentaha519 (Onondaga Lake). Le 3 août, les Français entreprirent l’érection d’un fort, qui fut presque achevé le même jour. Le soir, on aperçut une grande lueur, ce qui donna à penser que les Iroquois brûlaient leur village520. Le 4, l’armée arriva en ordre de bataille au village iroquois incendié. Le 5, dans l’après-midi, arrivèrent un Iroquois et un Français prisonnier des Onneiouts. L’Amérindien venait proposer la paix, mais Frontenac exigea que les Iroquois s’établissent dans la colonie. Du 6 au 8 août, Philippe Rigaud de Vaudreuil s’occupa à ruiner le pays521 et, le 9 août, sur les neuf heures du matin, il regagnait le camp principal. Un conseil de guerre eut lieu, au cours duquel les officiers manifestèrent leur désir de poursuivre l’expédition jusqu’en territoire goyogouin, mais Buade de Frontenac donna l’ordre de rentrer à Montréal. Le 10, l’armée regagna le fortin bâti le 3 août et le détruisit ; le 11, elle campa au-dessous du portage et le 12, elle avait regagné le lac Ontario. Le 15 août, l’armée était de retour au fort Frontenac522.

  • 523 HAS, t. III, p. 270-282.

263Bacqueville de La Potherie, qui rapporte l’expédition de Buade de Frontenac, ne fait pas allusion à Perrot, sans doute parce que celui-ci était demeuré dans l’Ouest523.

La fin de la course dans les bois

  • 524 Voir le texte de la déclaration (ANF, Col. C11A 125, f. 195-199).

264Avant même que Buade de Frontenac n’entreprît la guerre contre les Iroquois, la politique coloniale française connaissait un changement important. Le 21 mai 1696, le roi émettait une « Declaration » qui supprimait les congés, ordonnait le retour de tous les Français en course dans les bois et décrétait l’abandon des postes de l’Ouest, à l’exception de celui des Illinois, donné en concession à Tonty et à Laforest524.

  • 525 ANF, Col. C11A 125, f. 196. L’arrivée de castors en provenance du Canada étant plus grande que la (...)

265La décision du roi reposait sur des raisons économiques, la « ferme » étant « surchargée de Castor » en provenance du Canada525. Mais peut-être le roi a-t-il aussi été sensible aux plaintes sur les désordres causés par la traite et l’eau-de-vie, voire inquiet du dépeuplement de la colonie, dont on rendait responsable la course dans les bois.

  • 526 ANF, Col. C11A 14, f. 158-159. Voir aussi la lettre de Champigny du 25 octobre 1696 (ANF, Col. C11 (...)

266On se doute que les administrateurs coloniaux, qui profitaient de la traite, ne recevraient pas l’ordre royal sans protester. Dans sa lettre du 25 octobre 1696 à Pontchartrain, Buade de Frontenac insista sur les conséquences désastreuses de la déclaration pour la colonie : si l’on retirait les commandants des postes de l’Ouest, surtout de Michillima-kinac, les nations de l’Ouest, qui ne comprendraient pas la raison de ce retrait, se croiraient abandonnées des Français. Elle feraient alors la paix avec les Iroquois, tout le commerce passerait aux mains des Anglais et la colonie serait « entierement ruinée526 ».

  • 527 ANF, Col., B19, f. 235.
  • 528 ANF, Col. B19, f. 241. Le roi admettait toutefois qu’il pût y avoir des délais dans l’abandon des (...)
  • 529 Lettre du 28 avril 1697 (ANF, Col. B19, f. 249).

267Les protestations du gouverneur et de l’intendant ne modifièrent en rien l’attitude des autorités françaises. Dans son « Memoire » du 27 avril 1697, le roi, tout en se disant satisfait de l’expédition de l’année précédente contre les Iroquois527, exigeait que la déclaration de 1696 fût exécutée528. Même son de cloche dans la lettre du ministre à Buade de Frontenac. En même temps qu’il marquait sa satisfaction au sujet de l’expédition de l’année précédente contre les Iroquois, il lui reprochait son attitude au sujet de la course dans les bois, le gouverneur ne paraissant guère pressé de supprimer les congés et toutes les autres « sortes de permissions529 ».

  • 530 ANF, Col. C11A 15, f. 6-7.

268Malgré les pressions que la Cour exerçait sur lui, Frontenac continua de résister. La « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis Le Depart des Vaisseaux 1696. Jusqu’à Ceux de L’automne de l’année Suivante 1697. », rédigée sous l’œil du gouverneur, signalait, au sujet des postes de l’Ouest, que « les Affaires y etoient Extremement brouillées par la guerre que la plus part » des Amérindiens « alliés se faisoient les uns aux autres et que le defaut de monde et de presents ne permettoit pas de pouvoir empescher530 ».

  • 531 « Relation » de 1696-1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 13). Selon Callières, le convoi comprenait soixan (...)
  • 532 « Relation » de 1696-1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 13).
  • 533 ANF, Col. C11A 15, f. 151.
  • 534 « Relation » de 1696-1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 13). Les informations de Lamothe-Cadillac furent (...)
  • 535 « Le nommé Nicolas Perot, voyageur françois fort connu de touttes ces nations », lit-on dans la «  (...)

269Buade de Frontenac n’avait pas tout à fait tort. Le 29 août 1697, Lamothe-Cadillac revenait dans la colonie avec « quantité » de Sauvages des nations d’En-Haut et plusieurs canots de Français. Quatre ou cinq jours plus tard, il se rendait à Québec avec « les plus considerables531 ». On apprit alors que les Miamis avaient été attaqués par les Sioux et par les Sauteux et que les Outaouais étaient sur le point de prendre parti contre eux532. Plus précis, Callières expliquait, dans sa lettre du 15 octobre 1697, que les Miamis avaient tué des Sauteux et que les Outaouais entendaient les venger, tout en voulant aussi s’en prendre à d’autres tribus533. En outre, le chefhuron Le Baron, qui était hostile aux Français, était allé s’établir avec « trois ou 4. Cabannes chez les miamis et ne cessoit point de negotier avec les Iroquois pour introduire les Anglois dans Ces terres534 ». Ces tensions entre tribus de l’Ouest enveloppèrent les Français, notamment Perrot, qui fut pillé par les Miamis et qui aurait peut-être été exécuté, n’eût été de l’intervention des Outagamis535.

  • 536 HAS, t. II, p. 323-324.

270Les circonstances exactes de l’événement demeurent obscures, mais Bacqueville de La Potherie rapporte les faits suivants. Comme les Sioux menaçaient les tribus alliées de l’Ouest, et plus particulièrement les Outagamis et les Sakis, ces derniers s’engagèrent à envoyer mille deux cents à mille cinq cents hommes contre les Iroquois si l’on pouvait arrêter les courses des Sioux contre eux. Les Français rachetèrent alors six garçons et six filles sioux, retenus prisonniers par les Outagamis, auxquels ils joignirent la femme du grand chef des Sioux qu’ils avaient déjà retirée des mains de leurs alliés. Perrot fut choisi pour mener la négociation auprès des Sioux536.

  • 537 HAS, t. II, p. 324-325.
  • 538 HAS, t. II, p. 326.

271Arrivé sur le territoire des Miamis de la rivière Marameg, au sud-est du lac Michigan, il en profita pour leur demander qu’ils « quittassent leur feu, & qu’ils le fissent à la riviere saint Joseph », comme le demandait le gouverneur. Il les informa aussi qu’il allait tenter de négocier la paix avec les Sioux537. Mais « douze cens Nadouaissioux, Sauteurs, Ayoës & même quelques Outaotiaks, étoient pour lors en marche contre les Outagamis & les Maskoutechs, & ne devoient point épargner aussi les Miamis ». Ils entendaient même s’en prendre aux Français s’ils ne trouvaient pas leurs ennemis. Ils n’étaient plus qu’à trois jours de marche du village des Miamis, lorsqu’ils apprirent que Perrot s’y trouvait et qu’il venait « chez eux [les Sioux] avec leurs femmes & enfans. C’en fut assez pour leur faire mettre bas les armes & pour surseoir la guerre jusque à ce qu’ils eussent appris ce qu’il avoit à leur dire538. »

  • 539 HAS, t. II, p. 327-328.

272Perrot, qui, entre-temps, avait quitté le village des Miamis et regagné son fort, fut informé de la marche des Sioux et de leurs alliés. Faute d’en connaître tous les détails, il envoya deux Français aux informations. Ceux-ci ramenèrent, le lendemain, le grand chef des Sioux, à qui Perrot rendit les femmes et les enfants rachetés aux Outagamis539.

  • 540 HAS, t. II, p. 328-329.

273Les Sioux, les Sauteux et les Aiouez vinrent alors camper sous le fort des Français. Au cours des pourparlers qui suivirent, un Sioux « appercevant un Saki s’écria qu’il étoit Outagamis ; voilà, dit-il, celui qui m’a mangé ». Inquiet, le Saki lui présenta son calumet, que le Sioux refusa. En revanche, un Miami offrit le sien, que le Sioux accepta. Perrot remit alors son propre calumet au Saki, puis lui ordonna de le présenter au Sioux. Celui-ci n’osa refuser de le prendre, mais protesta qu’on lui faisait violence. Perrot put ainsi atténuer les tensions, si bien que les Sioux acceptèrent de faire la paix avec les Outagamis, à la condition que ceux-ci leur rendissent leurs prisonniers. Mais ils refusèrent toute entente avec les Mascoutins. Au moment de se séparer, Perrot tenta à nouveau de persuader les Miamis d’abandonner « Maramek pour s’établir à la riviere de saint Joseph540 ».

  • 541 HAS, t. II, p. 329-331.

274Le Saki, qui avait craint pour sa vie, alarma les Outagamis, qui se préparèrent au pire. Perrot, « qui étoit pour lors chez eux voulut aller lui-même » vérifier si les Sioux, dont les Outagamis se croyaient menacés, étaient vraiment sur le sentier de la guerre. Les Outagamis empêchèrent Perrot de partir, mais celui-ci réussit à calmer les esprits, si bien qu’on ne chercha plus que les moyens de renvoyer les prisonniers pour cimenter la paix avec les Sioux. Les Outagamis demandèrent à Perrot d’être leur médiateur541.

  • 542 HAS, t. II, p. 331-332.

275Perrot se rendit chez les Sioux et leur proposa de ramener les prisonniers que détenaient les Outagamis. Les Sioux acceptèrent et Perrot promit d’amener les prisonniers « à l’embouchure » de la rivière Wisconsin, « dans la Lune que les taureaux seroient en rut », c’est-à-dire en août. Mais lorsque les Outagamis reçurent le message de Perrot qui leur demandait de tenir les prisonniers prêts, on apprit que les Sioux venaient de faire un coup sur les Miamis542.

  • 543 HAS, t. II, p. 333.

276Douze Français partirent avec Perrot pour persuader les Sioux de rendre les prisonniers qu’ils venaient de faire. Ils pénétrèrent en territoire sioux, mais ne purent rejoindre les guerriers sioux. Les Français « se retirerent dans une petite isle », à l’exception de deux d’entre eux qui rencontrèrent deux chasseurs qui les menèrent au village des Sioux. Ces derniers refusèrent d’aller chercher les Français qui campaient sur l’île car ils craignaient leur réaction après ce qu’ils venaient de faire aux Miamis543. Les Français durent rebrousser chemin sans avoir obtenu quoi que ce fut.

  • 544 C’est-à-dire l’hiver 1696-1697.
  • 545 HAS, t. II, p. 333. Il était « même résolu de faire perir cette nation qui avoit defait nos meille (...)

277Pendant ce temps, les Miamis tentèrent de persuader les Outagamis de s’unir à eux pour s’en prendre aux Sioux au cours de l’hiver suivant544. Lamothe-Cadillac, qui n’avait pas encore quitté son poste pour rentrer à Montréal, demanda alors à Perrot « de faire suspendre le casse-tête aux Miamis » afin de donner le temps aux Français de se retirer du territoire des Sioux545.

  • 546 Ils pillèrent d’ailleurs leurs canots.
  • 547 HAS, t. II, p. 333-335.
  • 548 HAS, t. II, p. 335-336.

278Au printemps 1697, les Outagamis et les Kikapous se mirent en route pour aller appuyer les Miamis contre les Sioux. Perrot, qui les accompagnait, les précéda au village des Miamis. A peine arrivé au village, Perrot se rendit compte que les Miamis étaient montés contre lui et qu’on en voulait même à sa vie. Il tenta de redresser la situation en expliquant aux Miamis qu’il avait engagé les Outagamis et les Kikapous, qui le suivaient, à marcher contre les Sioux. Malheureusement, les Miamis repérèrent alors des Français qui revenaient des Sioux après avoir fait la traite chez eux546. Du coup, la tension monta d’un cran. Mais les Miamis étaient divisés : certains voulaient s’en prendre aux Français, d’autres les appuyaient547. Après s’être concertés, ils demandèrent que quatre Français les accompagnassent dans leur marche contre les Sioux afin de les aider à saper leur fort. Les deux autres Français devaient, quant à eux, retourner à la baie des Puants. On conseilla aux quatre Français qui devaient accompagner les Miamis de se méfier d’eux, de déserter quand ils seraient assez proches du fortin français en territoire sioux et de prévenir les Sauteux des mauvais desseins que les Miamis avaient aussi à leur endroit548.

  • 549 HAS, t. II, p. 336-338.

279Les Miamis partirent avec les quatre Français. Des chefs demeurèrent toutefois sur place avec les autres Français, qui tentèrent, en vain, de les persuader de rendre le produit du pillage des canots français. Les Français prirent ensuite le chemin de la Baie, où ils trouvèrent cent cinquante Outaouais, soixante Sakis et vingt-cinq Potéouatamis « qui alloient à la chasse du Castor vers les Frontieres » des Sioux549.

  • 550 HAS, t. II, p. 338-339.

280Au cours d’un conseil, les Outaouais invitèrent les Français à les accompagner afin d’« empêcher la perte des Sauteurs par le moyen des Outagamis ». Après quelques jours de marche, on délégua deux Sakis aux Outagamis pour leur demander d’attendre les Outaouais et les Français, dont Perret, avant de se rendre à la rivière Wisconsin, où ils devaient rejoindre les Miamis550.

  • 551 HAS, t. II, p. 339-340.

281À leur retour, les deux Sakis rapportèrent que les Outagamis et les Kikapous, que le pillage des canots français par les Miamis avait irrités, allaient attendre les Français, malgré les sollicitations du chef des Miamis qui les incitait à s’en prendre aux Sioux551.

  • 552 HAS, t. II, p. 340-341.

282Les Français et les Outaouais se rendirent au camp des Outagamis, mais des chefs outagamis, qui s’étaient trop avancés vers le Wisconsin, avaient été contraints par des Miamis de se rendre à leur camp. « Deux ou trois François » se rendirent dans la cabane du chef des Outagamis. Aussitôt que les Miamis apprirent la chose, ils envoyèrent des députés et on fixa le rendez-vous général « à l’entrée d’une petite rivière552 ».

  • 553 HAS, t. II, p. 341-343.
  • 554 Le texte de Bacqueville de La Potherie ne permet pas de dire avec certitude que Perrot était un de (...)
  • 555 HAS, t. II, p. 343-344.

283Les Miamis, les Outagamis, les Outaouais et les Français se rendirent au lieu du rendez-vous, mais, compte tenu de ce qui avait précédé, tous se méfiaient les uns des autres553. Au cours d’une nuit, des Miamis s’assemblèrent chez les Outagamis ; ils croyaient que les Français, plus précisément deux d’entre eux, dont Perrot554, n’étaient venus les rejoindre que pour détourner les Outagamis de participer à la guerre contre les Sioux. Un des chefs de guerre proposa de faire brûler les deux Français. « Ce ne fut pendant toute la nuit que mouvemens de la part des Miamis, qui ne respiroient que le moment de donner sur les Outaouaks, qu’ils disoient amis des Sioux & des Iroquois. » Mais les Outagamis ne se laissèrent pas impressionner ; ils se mirent sous les armes et « s’attacherent uniquement à suivre la volonté des François ». Les Français échappèrent ainsi à la mort555.

  • 556 HAS, t. II, p. 344-345.

284Au matin, les Miamis se préparèrent à partir en guerre contre les Sioux. Les Outagamis et les Kikapous ne firent aucun mouvement, mais les Français les incitèrent à suivre les Miamis, surtout pour les empêcher de s’en prendre aux Sauteux et aux Français qui seraient demeurés chez les Sioux556.

  • 557 HAS, t. II, p. 346-348.
  • 558 HAS, t. II, p. 348-351. Dans le troisième volume de son ouvrage, Bacqueville de La Potherie repren (...)

285Selon le récit d’un Outagami, lorsque les Miamis furent arrivés « sur un des bras du Mississipi, huit Miamis qui étoient à la découverte emmenerent au camp deux François qui venoient de chez les Sauteurs ». Les Miamis voulurent les brûler, mais les Outagamis s’y opposèrent. Au cours de la nuit qui suivit, les Miamis tentèrent vainement de persuader les Outagamis de s’en prendre aux Sauteux. Les Miamis se rapprochèrent du village des Sioux, mais comme les Sioux y avaient fait un « bon Fort pour s’y retirer en cas de besoin », ils firent demi-tour557. Ils envoyèrent alors une quarantaine de guerriers au fort des Français en s’imaginant qu’ils pourraient y entrer sans difficulté. Les chiens dans le fort donnèrent l’alarme et les Français obligèrent les Miamis à se retirer. Peu après, les Miamis demandèrent aux Français de les accompagner chez les Sioux pour retirer leurs femmes et leurs enfants qui y étaient prisonniers. Au vrai, ils voulaient à nouveau attaquer le fort. Ils détachèrent quelque trois cents guerriers, mais durent se retirer après avoir subi des pertes558.

  • 559 HDG, t. II, p. 210-211. Voir aussi G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 175-176 ; J. Tailhan, Mémoir (...)

286Dans son Histoire et description générale de la Nouvelle France, Charle-voix produit un récit différent de celui de Bacqueville de La Potherie, voire inverse l’ordre des événements. Après avoir rappelé que les Miamis de la rivière « Maramek, une de celles, qui se déchargent dans la partie Orientale du Lac Michigan », avaient rejoint les Miamis de la rivière Saint-Joseph, située plus au sud, en 1696, et qu’ils avaient été attaqués en chemin par des Sioux, il poursuit en racontant que les Miamis de la rivière Saint-Joseph voulurent les venger, mais qu’ils trouvèrent les Sioux retranchés dans un fort avec des Français. Les Miamis prirent d’assaut le fort à plusieurs reprises, sans succès, si bien qu’ils finirent par se retirer. Alors qu’ils rentraient chez eux, ils rencontrèrent des Français « qui portoient des armes & des munitions aux Sioux ». Ils leur enlevèrent tout ce qu’ils avaient. Buade de Frontenac prit alors des mesures pour « apaiser les Miamis » de peur qu’ils ne se rapprochassent des Anglais, mais les Miamis continuèrent à user de représailles contre les Français et « Nicolas Perrot, si accrédité parmi eux, fut sur le point d’être brûlé, & n’échappa à leur fureur, que par le moyen des Outagamis, qui le tirerent d’entre leurs mains559 ».

  • 560 « Harangue » du 10 septembre 1696 (« Relation » de 1696-1697, ANF, Col. C11A 15, f. 17). Voir auss (...)
  • 561 « Relation » de 1696-1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 18). D’autre part, dans sa lettre du 13 octobre 1 (...)

287Lorsque les Amérindiens vinrent dans la colonie, Buade de Frontenac en profita pour les inviter, une fois encore, à tourner leurs armes contre les Iroquois, tout en essayant de les détourner de s’en prendre aux Miamis560. Le gouverneur essaya aussi d’intimider les Outagamis et il s’engagea à ce qu’on ne portât plus d’armes ni de munitions aux Sioux561.

  • 562 « Relation » de 1697-1698 (ANF, Col. C11A 15, f. 30). Voir appendice 7, infra, p. 446-447.

288Cela dit, le gouverneur, pour se conformer à la déclaration royale, ordonna le retour de tous les Français encore dans l’Ouest, « tant officiers soldats que voyageurs », pour l’année suivante562.

  • 563 Le 30 août 1697 (ANQ, Archives judiciaires de Montréal, Juridiction royale, pièce n° 231). Le 17 s (...)
  • 564 Vente par Barthelemy David à Michel et Nicolas Perrot d’une terre de trois arpents et demi sur vin (...)
  • 565 R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 52. Après la mort de François, en 1704, un long (...)
  • 566 Voir appendices 8a et 8b, infra, p. 447-449.

289Perrot rentra vraisemblablement dans la colonie le 29 août 1697, en même temps que Lamothe-Cadillac. Dès le lendemain, il comparaissait devant le lieutenant général de Montréal, à la demande de Louis d’Ailleboust qui voulait faire confirmer une saisie de castors que Perrot essayait d’éviter en attribuant les peaux à son fils Nicolas563. Puis 0 s’installa définitivement à Bécancour : le 19 décembre 1697, il achetait, avec son fils Michel, une terre adjacente à la rivière Bécancour564. Le 2 juin 1698, son fils François achetait une terre à côté de la sienne565. Après son retour dans la colonie, Perrot ne fut presque plus mêlé à l’activité politique. En revanche, il dut faire face à de nombreuses difficultés financières566.

  • 567 Voirl’audience du 30juin 1699 (ANQ, Archives judiciaires juridiction de Montréal, Registre des aud (...)
  • 568 ANF.Col. C11A19, f. 134.
  • 569 ANF, Col. C11A 19, f. 134.

290En février ou en mars 1699, il entreprit des poursuites contre Charles de Monseignat et Charles de Couagne, un marchand de Montréal, qui lui avaient avancé des fonds et qui avaient été ses associés. Une première demande était « signiffiée » le 26 juin 1699, puis le 30567. Le 4 juillet de la même année, puis les 28 septembre, « 3 Sept. Octobre 1699 », lel4 janvier 1700 et le 7 août 1700568, Perrot faisait à nouveau intervenir la justice pour récupérer mille deux cents Livres, c’est-à-dire la valeur d’un congé, ou autorisation de traite, qui lui avait été accordé pour son fils François par Buade de Frontenac, et que Perrot accusait Monseignat et Couagne de lui avoir « usurpé ». En plus d’exiger le remboursement de la valeur des castors que ses associés avaient reçus de lui, Perrot demandait une somme de « Deux mil livres » à Charles de Couagne, que celui-ci aurait « touchez des nommez d’Orval et Trudel pour une permission de six hommes, et de luy rendre compte de Deux permissions accordées à son fils569 ».

  • 570 Parmi les pièces du dossier, figurent le certificat d’un armurier, daté du 4 avril 1690, certifian (...)
  • 571 ANF, Col. C11A 19, f. 136-137. Le 24 juillet, ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, (...)
  • 572 Voir « Jugement de Monsieur de Champigny Intendant de la Nouvelle France du 22e Mars 1701 qui renv (...)

291L’affaire, qui remontait à 1690 et 1695570, tourna au désavantage de Perrot : le 24 juillet 1699, il fut condamné à payer la « somme de douze Centz trente Livres en Castors au prix du bureau ou En lettres de Change pour france » à Charles de Couagne sur une « obligation » qu’il avait signée en faveur de Nicolas Godé le 2 septembre 1695 et « transporté » par ce dernier à Charles de Couagne le lendemain571. Perrot en appela du jugement, mais le 22 mars 1701, l’intendant Champigny donnait raison à Monseignat et à Couagne : Perrot et son fils, qui était partie prenante dans le procès, étaient « Débouttés avec Depens572 ».

  • 573 HAS, t. IV, p. 241. Bacqueville de La Potherie orthographie son nom « Peraut », ce qui est excepti (...)

292Les déboires juridiques et économiques de Perrot ne l’empêchèrent pas d’assister aux pourparlers de paix de 1701 à Montréal. Le 4 août 1701, il servit d’interprète et il expliqua « aux Islinois & Miamis » le contenu du traité de paix573.

  • 574 Acte passé devant Me Daniel Normandin, le 16 août 1702 (ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, (...)
  • 575 ANF, Col. C11A 20, f. 69-70. Nous n’avons toutefois pas retrouvé la lettre de Perrot.

293L’année suivante, sans doute à cause de la situation financière de son mari, Marie-Madeleine Raclot renonçait à la communauté de biens574. Pour sa part, Perrot continua à demander justice et il a dû faire appel au ministre de la Marine car, dans une lettre datée du 3 novembre 1702, Callières et Beauharnois soutenaient que tout ce qui était « allégué dans Lad. req[uê]te contre Le Sr de Monseignat, Controlleur de La marine, cy devant Secretaire de feu M. Le Comte de Frontenac » avait « esté reglé et jugé » par l’intendant Champigny le 22 mars 1701575.

294La lettre des deux administrateurs témoigne aussi de la difficile situation financière de Perrot, dont Callières et Beauharnois disaient :

  • 576 Le nom est laissé en blanc dans le texte.

on luy a fait beaucoup de présens, et memem[en]t depuis deux ans, pour tacher de Le faire subcister, étant absolum[en]t ruiné et accablé de dettes par les depences Extraordinaires qu’il a faites mal à propos avec les Sauvages dans les Lieux eloignez. Il est vray qu’il a beaucoup perdu dans une [sic] incendie arrivée à [Saint-François-Xavier576] et qu’il a esté pillé par les Renards.

  • 577 ANF, Col. C11A 20, f. 70. Jules Tailhan n’a pas trouvé de réponse à cette demande (voir Mémoire, p (...)
  • 578 « Enquete faitte par nous Jean LeChasseur », du 29 août 1702, ANQ, Québec, Collection des Pièces j (...)
  • 579 Délaissement d’une terre par Nicolas Perrot, de la seigneurie de Bécancour, à Pierre Perrot et Cla (...)
  • 580 Cession d’une somme d’argent, par Perrot, à Joseph Prieur, procureur du Roi et commis au siège de (...)

295En guise de conclusion, les deux hommes ajoutaient : « comme il est tres pauvre et tres miserable, Si Sa Maj[es]té vouloit Luy faire quelque petite pension en consideration de ces Longs services, cela l’aideroit a subcister577 ». Sans doute n’exagéraient-ils pas la détresse de Perrot. Dans son « enquête » du 29 août 1702, faite à la suite de la requête de Marie-Madeleine Raclot pour obtenir une séparation de biens, Jean Lechasseur, le Lieutenant général de la juridiction de Trois-Rivières, constatait que Perrot s’était ruiné dans l’Ouest, sa « mechante conduitte » l’ayant poussé à « faire divers pres[en]ts aux sauvages indife-rament des marchandises qu’il empruntoit de divers marchands auxquels il les avoit pris a Credit, sans se soucier de les payer ». Si bien que pendant ses activités commerciales, il n’avait pas même réussi à subvenir aux besoins de sa famille, alors obligée « pour vivre de se cabaner au bois de la grande Riviere pour y pescher de la barbue & autres poissons pour se substanter estant Reduit dans une extreme Necessite578 ». À son retour dans la colonie, complètement ruiné, poursuivi par ses créanciers, Perrot avait effectivement besoin qu’on l’aide. Le 18 mai 1703, il délaissait une terre en faveur de deux de ses fils, Pierre et Claude579. L’année suivante, il devait céder une somme d’argent à Joseph Prieur, le procureur du Roi et commis au siège de la Prévôté et Amirauté de Québec580.

  • 581 ANF, Col. C11A 23 f. 199. Le commentaire est reproduit plus bas : voir p. 168.
  • 582 ANF, Col. C11A 23 f. 199. Sans doute le mémoire ne persuada-t-il pas les autorités coloniales de m (...)

296En 1705, Perrot produisit sans doute un mémoire sur le commerce des peaux, puisque dans 1’« Extrait des lettres de Canada de l’année 1705 », on trouve un commentaire, assez peu élogieux, du texte de Perrot581. Si l’on se fie au commentaire, Perrot, en plus de dénoncer les injustices qui se commettaient dans la colonie, disait craindre que « les usures et les surventes » ne poussassent les Amérindiens dans les bras des Anglais582.

  • 583 ANC, MG8, A6, vol. 1, p. 73-75. L’ordonnance tenait toutefois compte d’une erreur de 5 £ 10 sols t (...)

297Malgré le rejet de sa requête contre Charles de Monseignat, Perrot poursuivit le combat. Malheureusement pour lui, le 12 février 1706, l’intendant Jacques Raudot émettait une ordonnance qui confirmait le jugement de Champigny et il ordonnait l’exécution de la sentence du 24 juillet 1699 en faveur de Charles de Couagne583. Pour Perrot, dont l’équilibre financier était plus que précaire, c’était un dernier coup dont il n’allait pas se relever.

  • 584 Il s’agit d’une île située dans l’embouchure de la rivière Bécancour. La partie de l’île cédée à M (...)
  • 585 B. Suite, Mélanges historiques, p. 62. Le 21 avril 1706, l’intendant jacques Raudot avait dû déjà (...)

Un autre procès occupait aussi Perrot. Selon Benjamin Suite, Louis Chefdeville dit Larose avait obtenu une concession dans l’île584, le 9 septembre 1700. Le 22 février 1703, l’arpenteur Michel Lefebvre mesura le lot de Larose, en vue d’un échange entre Perrot et Larose, mais comme le terrain en question se trouva en partie enclavé dans l’espace mesuré, le 2 juillet 1707, en faveur des Sauvages qui voulaient y construire un fort, Perrot s’en tint à son échange et plaida contre le Père Rasle, missionnaire, et contre le seigneur, devant le juge de Tonnancourt, aux Trois-Rivières, le 10 juin 1708. Par une ordonnance du 15 juin 1708, l’intendant Raudot, père, déclara que Perrot avait droit à un titre pour la terre qu’il tenait de Larose, moins un arpent et un demi-quart, destinés aux Sauvages585.

  • 586 B. Suite, Mélanges historiques, p. 63.
  • 587 « Ordonnance qui maintient le sieur Michel Perrot dans la propriété et jouissance d’une terre à lu (...)

298Le conflit au sujet de cette terre n’était pas terminé pour autant. Le 24 août 1709, Antoine-Denis Raudot, le fils de Jacques Raudot qui avait émis l’ordonnance du 15 juin 1708, confirma à nouveau les droits de Michel Perrot sur la terre en question586. L’année suivante, Perrot était chargé, à titre de « capitaine de coste », de poursuivre l’exécution de la sentence rendue en faveur de son fils contre le seigneur de Bécan-cour587.

299Après la « grande paix de Montréal », Perrot ne semble plus être mêlé de près ou de loin à l’activité coloniale. Il est vrai que les hommes à la tête de la colonie n’étaient plus les mêmes. Pourtant, sa réputation était suffisamment importante pour qu’on lui commande un mémoire sur les us et coutumes des Amérindiens de l’Ouest et sur les événements dans lesquels il avait été impliqué. Mais ce mémoire, qu’on lira ici, les autorités le cédèrent à François-Xavier de Charlevoix, ce qui en dit long sur l’intérêt qu’elles y portaient.

300Sans doute les dernières années de Perrot furent-elles difficiles. Cet homme qui avait participé à deux prises de possession des territoires de l’Ouest, qui avait plusieurs fois risqué sa vie en défendant les intérêts de la France, terminait sa carrière, abandonné par ses protecteurs, en butte à d’incessantes difficultés financières.

  • 588 « L’an 1717 j’ay enterré dans L’eglïse de Bekancour nicolas perrot Le 14 d’aoust il mourut Le 13 d (...)

301Le 13 août 1717, Nicolas Perrot mourait. Il était inhumé le lendemain à l’église de Bécancour588.

Notes

1 « J’ai encore profité, écrivait-il, de deux Manuscrits, dont le premier m’a été communiqué par M. Begon, Intendant du Havre, lorsqu’il étoit Intendant de la Nouvelle France. Il est d’un Voyageur de Canada, nommé Nicolas Perot, qui a parcouru lontems presque toute la Nouvelle France, qui y a été souvent employé par les Gouverneurs Généraux, à cause de son habileté à manier l’esprit des Sauvages, dont il parloit toutes les langues, & qui s’étoit instruit avec soin de leurs usages. Il étoit d’ailleurs homme de beaucoup d’esprit » (« Liste et examen des auteurs Que j’ai consultés pour composer cet Ouvrage », HDG, t. II, p. lx-lxi).

2 Ibid., t. II, p. lxi.

3 Mélanges historiques, p. 52. Jugement aussi favorable chez R. Douville : voir « Quelques notes inédites sur Nicolas Perrot et sa famille », dans Les Cahiers des dix, 1963, vol. 28, p. 50-51.

4 S. Manon, Relations des voyageurs français en Nouvelle-France au xviie siècle, p. 95.

5 F. Parkman, La Salle and the Discovery of the Great West, Boston, Little, Brown, and Company, 1903 (1869), p. 49.

6 Perrot, écrit-il, « was a man of intelligence, an active trader, a fearless officer, and a power in handling the Indians who loved and feared him » (P. L. Scanlan, Prairie du Chien: French British American, s. 1., s. é 1985 [1937], p. 13).

7 J.-E. Roy, « Claude-Charles Le Roy de La Potherie », dans Mémoires et comptes rendus de la Société royale du Canada, 1897, seconde série, vol. 3, section I, p. 36.

8 W. C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, Washington, Smithsonian Institution, 10 volumes parus depuis 1978.

9 F. W. Hodge, Handbook of American Indians North of Mexico, Washington, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology, 1907, Bulletin 30/1; 1910, Bulletin 30/2.

10 Georges Boucher de Boucherville, Nicolas Perrot ou les coureurs des bois sous la domination française, p. 2. Le roman, originellement publié dans La Revue de Québec en 1889, est resté inachevé (voir Rémi Ferland, dans G. Boucher de Boucherville, op. cit., p. vii-viii ; Maurice Lemire, « Nicolas Perrot ou les Coureurs de bois sous la domination française, roman de Georges Boucher de Boucherville », dans DOLQ, t. I, p. 515-516).

11 « Il expose par un narré long et confus les miseres du pays et les injustices qui s’y commettent. Il dit qu’il est à craindre que les usures et les surventes ne fassent prendre aux sauvages le party de nous abandonner pour aller aux anglois. » En marge, à gauche, on trouve cette apostille, d’une autre écriture : « tant que la guerre durera on ne peut guere esperer que les marchandises puissent se trouver à bon marché » (« Extrait des lettres de Canada de l’année 1705 », ANF, Col. C11A 23, f. 199). Le même commentaire est reproduit plus bas (ANF, Col. C11A 23, f. 307).

12 DOLQ, t. I, p. 486.

13 Anonyme, « Nicholas Perrot », dans The Historical Magazine, and Notes and Queries conceming The Antiquities and Biography of America, vol. 9, n° 7, juillet 1865, p. 205.

14 DOLQ, t. I, p. 486.

15 Henry Harrisse écrit que le mémoire « semble avoir été écrit au jour le jour, depuis 1665, lorsque Perrot commença son utile carrière comme simple coureur des bois jusqu’à sa mort » (Notes pour servir à l’histoire, à la bibliographie et à la cartographie de la Nouvelle-France et des pays adjacents 1545-1700, p. 354, n° 833). Toutefois, l’absence de chronologie précise suggère au contraire que Perrot rédigea son texte sans aide-mémoire et bien après les événements qu’il rapporte. Jules-Edmond Roy pense lui aussi que Perrot a « tenu au jour le jour un journal de ses aventureuses expéditions depuis 1665 », mais ce journal aurait surtout servi à Bacqueville de La Potherie, qui « y puisa à volonté » la matière du second livre de son Histoire de l’Amerique septentrionale (J.-E. Roy, « Claude-Charles Le Roy de La Potherie », dans Mémoires et comptes rendus de la Société royale du Canada, 1897, seconde série, vol. 3, section I, p. 36). Il est vrai que la chronologie et les informations produites dans l’Histoire sont plus précises que dans l’ouvrage de Perrot, mais pas assez pour penser qu’elles reposent sur un journal tenu au jour le jour. Sur l’apport de Perrot à l’ouvrage de Bacqueville de La Potherie, voir infra, p. 13-15.

16 « Voilà donc, Monseigneur, ce dont je puis vous informer. Je me serois un peu plus estendu, si le papier me l’avoit permis, mais, suivant ce que j’ay marqué, vous pourez facilement connoitre quels sont les mœurs des Sauvages » (infra, p. 406).

17 Sans doute est-ce à l’intention de Michel Bégon, l’intendant de la colonie, que Perrot a écrit son mémoire, puisque c’est celui-ci qui l’a communiqué à Charlevoix (voir « Liste des auteurs », dans HDG, t. II, p. lx-lxj). Jules Tailhan soutient la même thèse en se fondant sur le titre de « monseigneur », attribué au destinataire du texte et qui ne pouvait s’appliquer qu’à l’évêque, à l’intendant ou au gouverneur de la colonie. Or le contenu du texte ne saurait intéresser ni l’évêque, ni le gouverneur. Reste donc l’intendant (voir Mémoire, p. 315, n. 4).

18 Á la fin de son mémoire, Perrot fait une nouvelle fois allusion au manque de papier : « La disette de papier ne me permet pas de m’estendre sur ces sortes de harangues comme j’aurais eu lieu de le faire, si je n’en avois pas esté depourveu » (infra, p. 417).

19 « Voilà, Monseigneur, mes petites pensées, qui auraient eue leurs succès[,] si j’avois accompagné Mr. de Louvigny » (infra, p. 417). Rappelons qu’en 1716, Perrot était âgé de plus de soixante-dix ans.

20 « [...] si les François, explique-t-il, eussent fait connoitre, comme il faut [aux Amérindiens] les obligations qu’ils leur ont, les secours qu’ils leur ont donné [sic] et qu’ils tiennent en un mot la vie de leur appuy et de leur protection, ils auroient plus de respect, d’egard et d’obeissance pour leurs bienfaiteurs » (infra, p. 408). Thèse semblable chez Marie-Aimée Cliche (voir DOLQ, t. I, p. 486-487).

21 Les deux chapitres consacrés aux guerres entre les Outaouais et les Iroquois sont peut-être intégrés aux mythes des origines parce que l’origine du conflit relève du domaine fabuleux et que les premières guerres appartiennent à une forme de préhistoire avant l’arrivée des Français.

22 « Mariage des Sauvages », « Manieres usitées parmy les Sauvages du Nord et du Sud qui parlent la langue algonkine ou qui en derivent quand ils recherchent une fille en mariage ».

23 « Pratique ou occupations des hommes », « Occupations de la femme », « Des enfants ».

24 « Des funerailles des Sauvages des pays d’en haut et de la maniere dont ils font les obseques », « Deuil general des Sauvages », « Maniere dont les Sauvages font la feste de leurs morts ».

25 « Croyance des Sauvages non convertis touchant l’immortalité de l’ame et du lieu où elles sont à jamais ».

26 « Jeux et divertissemens des Sauvages », « Le jeu des pailles ».

27 « Vivres ordin[ai]res des Sauvages », « Maniere dont les nations du Nord font la chasse », « Chasse du buffle », « Maniere dont les Sauvages font la chasse de l’ours en hyver ».

28 « Mœurs des Sauvages », « De l’union des Sauvages », « Justice des Sauvages », « De l’ambition et vaine gloire des Sauvages », « De la vengeance des Sauvages », « L’interest domine chez les Sauvages l’ambition et la vengeance », « La subordination n’est pas une maxime chez les Sauvages ».

29 « Continuation de la guerre des Algonkins et des Irroquois qui a esté suivie contre plusieurs autres nations », « Deffaite et füitte des Hurons chassés de leur pays », « Fiiitte des Hurons et des Outaoùas dans le Micissypy », « Je reprendray icy le detail que j’ay laissé touchant la guerre des Algonkins contre les Irroquois », « Deffaite des Hurons », enfin « Deffaite des Algonkins par les Irroquois ».

30 « Assassin fait envers un Irroquois », « Justice rendue aux Irroquois au sujet de l’assassin mentionné cy dessus », « Autre assassin ».

31 « Terreur des Outaoüas à la veüe des Irroquois qui chassoient le long de la riviere » et « Sedition esmeüe par les Outaoüas d’une maniere inopinée à Montreal ».

32 « Arrivée de Mr. Talon Intendant ayant les ordres de faire poser les armes de France dans le pays des Outaouas et en prendre possession au nom du Roy », « L’Irroquois n’estant plus en guerre avec les François ny leurs alliés la porte chez les Andastes et les Chanouanons », « Guerre entreprise par Mr. de la Barre contre les Irroquois », « Trahison du Huron avortée contre touttes les nations outaoüases », « Autre trahison des Hurons », « Trahison des Outaoüas envers les François ».

33 « De l’insolence et de la vaine gloire des Sauvages et de ce qui y a donné lieu ».

34 « Harangue qu’il auroit fallu faire à toutes les nations outaouases pour les obliger à la paix du Renard et ses alliés ».

35 Par exemple, le jeu de pailles a droit à un chapitre distinct de celui consacré aux jeux et aux divertissements ; une partie du chapitre sur la chasse porte sur la cueillette des plantes.

36 J.-E. Roy, « Claude-Charles Le Roy de La Potherie », dans Mémoires et comptes rendus de la Société royale du Canada, 1897, seconde série, vol. 3, section I, p. 35. Selon lui, Bacqueville de La Potherie aurait puisé « à volonté » dans le « journal » que Perrot aurait tenu au cours de ses expéditions dans l’Ouest (ibid., p. 36). Pour sa part, Robert Le Blant, qui dénonce « l’élégance prétentieuse et emberlificotée du style » de l’Histoire de l’Amerique septentrionale, « la confusion des exposés, l’aridité avec laquelle les sujets sont traités », estime qu’« aucun élément » ne permet de penser que Bacqueville de La Potherie a « bénéficié d’une aide quelconque pour sa rédaction » (Histoire de la Nouvelle France, p. 79). Mais plus bas, il reconnaît que « l’intervention de Jolliet et de Perrot explique l’étendue des descriptions portant sur des régions alors peu connues » (ibid., p. 81).

37 HAS, t. II, p. 87. Thèse reprise plus bas : « Le Sieur Perrot qui est le principal Acteur de tout ce qui s’est passé pendant plus de quarante ans parmi ces peuples, l’a [Bacqueville de La Potherie] informé à fond, & avec la plus grande exactitude de tout ce qu’il rapporte » (« Lettre de Mr. Bobé, Missionnaire. A Monsieur Raudot Intendant general des Classes, ci-devant Intendant de la Nouvelle France », dans Histoire de l’Amerique septentrionale, t. IV, p. 268). Toujours selon Bobé, Bacqueville de La Potherie aurait consulté Perrot pour l’ensemble de son ouvrage. Dans le cas des Amérindiens, « il les lui lisoit afin d’y faire les corrections convenables » (HAS, t. IV, p. 269). C’est sous Jean Talon que Cavelier de La Salle et Daumont de Saint-Lusson ont été envoyés explorer l’Ouest. Il est possible que La Salle et Perrot, qui devait accompagner Saint- Lusson, se soient rencontrés et aient échangé des renseignements.

38 Mémoire, p. 316. Thèse semblable chez Séraphin Marion, qui attribue le second volume de l’ouvrage de Bacqueville de La Potherie à Perrot : « tout le volume est, en réalité, l’œuvre de ce dernier » (Relations des voyageurs français en Nouvelle-France au xviie siècle, p. 103). Plus bas, il ajoute, au sujet des « mémoires » aujourd’hui perdus de Perrot, que « La Potherie semble les avoir mis à contribution copieusement » (ibid., p. 104).

39 Le texte a été rédigé au plus tard avant 1702, car l’approbation, à la fin du quatrième volume, est datée du 9 juin 1702. Il est vrai toutefois que l’approbation a dû précéder la fin de la rédaction car Bacqueville de La Potherie fait allusion à la paix d’Utrecht, en 1714 (HAS, t. IV, p. 114). Nos recherches aux Archives départementales de La Guadeloupe et à celles de la ville de Basse-Terre n’ont donné aucun résultat. Exception faite de quelques documents, les archives conservées à La Guadeloupe ne comportent pas de pièces antérieures à la seconde moitié du xviiie siècle.

40 Comme le rappelle Marie-Aimée Cliche, Perrot « se soucie assez peu des repères chronologiques » (DOLQ, t. I, p. 487). De son côté, dans sa notice sur Cavelier de La Salle, Céline Dupré observe que « Perrot est généralement en brouille avec la chronologie » (DBC, t. I, p. 179).

41 Voir Journal des jésuites, dans JR, vol. 45, p. 160-162 ; J. Lallemant, Relation de 1659-1660, dans JR, vol. 46, p. 74 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 340, n. 7. Au reste, des coureurs des bois avaient sans doute précédé Médard Chouart des Groseilliers et les missionnaires

42 HDG, t. I, p. 436. Nicolas Perrot, écrivent les rédacteurs de la notice qui lui est consacrée dans le Dictionnaire biographique du Canada, « semble être passé en Nouvelle-France en 1660, comme donné des Jésuites » (DBC, t. II, p. 540). À la vérité, rien ne permet de lui conférer ce statut bien particulier, qui impliquait un engagement à vie (voir Jean Côté, « Domestique séculier d’habit, mais religieux de coeur », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 10, n° 2, 1956, p. 183-190, et « L’institution des donnés », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 15, n° 3, 1961, p. 344-378 ; Narcisse-Eutrope Dionne, « Des figures oubliées de notre histoire », Revue canadienne, 3e série, t. I, 1888, p. 382-391). Sans doute Perrot vint-il au Canada comme « engagé » des jésuites.

43 Voir F.-X. de Charlevoix, Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale, édition critique par P. Berthiaume, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1994, t. I, p. 78.

44 À l’été 1664, le père Louis Nicolas, qui était peut-être monté dans l’Ouest l’année précédente, accompagna jusqu’à Montréal un convoi de quelque deux cents « Canots D’outaouacs, chargez de Castors » (Anonyme, « Memoires sur le Canada », BNF, mss., F. F. 25055, p. 475). Ce même été, Claude Allouez prenait la route de l’Ouest et créait une mission jésuite à la Pointe-Saint-Esprit dans la baie de Chequamegon, à l’ouest du lac Supérieur. En 1669, Claude Dablon prenait la direction des missions de l’Ouest et s’établissait à Sainte-Marie-du-Sault (Sault Sainte Marie). Deux ans plus tard, Claude Allouez établissait la mission Saint-François-Xavier sur la rivière Fox (Wisconsin).

45 HAS, t. II, p. 88.

46 Après leur retour de Montréal, les Potéouatamis « envoyerent des Députez de toutes parts pour avertir les Islinois, Miamis, Outagamis, Maskoutecks, & Kikabons, qu’ils avoient été à Montréal, d’où ils avoient apporter [sic] du Castor. Ces Nations étoient trop éloignées pour profiter d’abord de cet avantage, il n’y eut que les Outagamis qui vinrent s’établir pendant l’Hiver, à trente lieuës de la Baye, pour participer à l’utilité des choses qu’ils pourroient tirer des Pouteouatemis » (HAS, t. II, p. 98-99).

47 J. Tailhan, Mémoire, p. 258. J. Tailhan se fonde sur une observation de Claude Allouez, un missionnaire jésuite, qui écrivait dans la Relation de 1666- 1667 : « Je joins en suitte ces deux nations [« Ousakiouek » et « Outagamiouek »], parce qu’elles sont mélées, & alliées avec les precedentes » (JR, vol. 51, p. 42).

48 DBC, t. II, p. 540.

49 Lettre de J. Talon du 16 novembre 1666 à Colbert (ANF, Col. C11A 2, f. 229).

50 ANF, Col. G1, vol. 460, p. 118. Le « Rolle » est reproduit dans « Le premier recensement de la Nouvelle-France », dans le Rapport de l’Archiviste de la province de Québec pour 1935-1936 (s. l., Rédempti Paradis Imprimeur de Sa Majesté le Roi, 1936, p. 110), et par Benjamin Suite, qui orthographie « Perot », au lieu de « Pero » (Histoire des Canadiens-Français 1608-1880, Montréal, Wilson & Cie, Editeurs, 1882, t. IV, p. 60).

51 ANF, Col. Gl, vol. 460, n. f. ; voir aussi B. Suite, op. cit., t. IV, p. 77. À noter que « Marie Pournin » est âgée de 45 ans dans le recensement de 1667.

52 Un contrat d’« engagement d’Anthoine Baudet » comme domestique « A la Veufve Testard de la Forest », c’est-à-dire Marie Pournin, en 1665, était d’une durée d’« Une annee finie & accomplie » (acte passé devant Me Bénigne Basset, le 29 mai 1665, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2036, acte n° 324).

53 Selon son acte de sépulture, Perrot mourut le 13 août 1717, âgé de 74 ans. Il serait donc né en 1643 (voir infra, p. 126).

54 Acte passé devant Me François Genaple de Bellefonds, le 24 avril 1690, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1321, actes non numérotés.

55 Voir infra, p. 31-32.

56 Leur chronologie est toutefois sujette à caution. A l’instar de Perrot, Bacqueville de La Potherie produit peu de repères chronologiques. Mais on peut penser que le voyage de Perrot auquel il fait allusion eut lieu quelque temps après la création d’une « société » entre Jean Desroches et Isaac Nafrechoux, d’une part, et Toussaint Baudry et Nicolas Perrot, de l’autre, en août 1667 (voir infra, p. 23, n. 70).

57 HAS, t. II, p. 87.

58 HAS, t. II, p. 87-88.

59 HAS, t. II, p. 88-90.

60 HAS, t. II, p. 90-94.

61 HAS, t. II, p. 95-97.

62 Mémoire, p. 262.

63 Mémoire, p. 262-263. J. Tailhan s’inspire de Bacqueville de La Potherie qui note qu’après le retour des leurs de Montréal les Potéouatamis informèrent les tribus des environs, c’est-à-dire les Illinois, les Miamis, les Outagamis, les Mascoutins et les Kikapous, qu’ils étaient allés à la traite à Montréal et ils les invitèrent à leur apporter leurs castors (HAS, t. II, p. 98).

64 Voir Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 218-226.

65 « En cette Baye, en un lieu qu’ils appelent Ouestatinong, à vingt cinq lieuës de là, il y a une grande Nation nommée Outagami, & à une journée de celle-cy, il y en a deux autres, Oumami & Makskouteng » (lettre du père Claude Allouez, écrite de la mission de Saint-François-Xavier, de la Baie des Puants, dans la Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 206. Voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 263 ; Helen H. Tanner, Atlas of Great Lakes Indian History, p. 32-33). Louise P. Kellogg situe le village sur les rives de la rivière Wolf, dans le comté de Waupaca (Wisconsin) (The French Régime in Wisconsin, p. 127, n. 50).

66 HAS, t. II, p. 98-99.

67 HAS, t. II, p. 99-101.

68 HAS, t. II, p. 100-101. Pour Jules Tailhan, ce « troisiéme » homme était Perrot (Mémoire, p. 269). Mais rien dans le texte de Bacqueville de La Potherie, qui identifie nommément Perrot lors d’une autre algarade, ne permet de penser qu’il s’agit de Perrot, sinon, peut-être, que le blessé « avoit rendu plusieurs services au Village » (HAS, t. II, p. 101).

69 HAS, t. II, p. 101-102. Selon Bacqueville de La Potherie, Perrot porte alors le nom de Metaminens, mot qui signifie, selon lui, « le petit bled d’Inde » (HAS, t. II, p. 102).

70 Société entre Jean Desroches et Isaac Nafrechoux, d’une part, et Toussaint Baudry et Nicolas Perrot, de l’autre (acte passé devant Me Bénigne Basset, le 12 août 1667, Chicago Historical Society, Schmidt Papers, French Manuscripts, vol. 1, p. 58). Selon L. P. Kellogg, c’est en 1667 que Perrot et Toussaint Baudry, son associé, gagnèrent le village potéouatami, où Perrot fut si singulièrement reçu. Le village amérindien aurait été situé sur la rivière Oconto, dans le Wisconsin (The French Régime in Wisconsin, p. 125, n. 46).

71 HAS, t. II, p. 102.

72 « C’est le long de cette Riviere où sont les autres nombreuses Nations : A quatre lieuës d’icy sont les Kikabou, & les Kitichigamich, qui parlent la même langue que les Machkouteng » (JR, vol. 54, p. 232 ; voir J. Tailhan, Mémoire, p. 269).

73 JR, vol. 56, p. 142 ; voir J. Tailhan, Mémoire, p. 270.

74 HAS, t. II, p. 109. Voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 271-275. Selon Louise P. Kellogg, le village se trouvait près de l’actuelle ville de Berlin, dans le comté de Green Lake, dans l’État du Wisconsin, à l’ouest du lac Winnebago (The French Régime in Wisconsin, p. 129, n. 53).

75 J. Tailhan, Mémoire, p. 275.

76 HAS, t. II, p. 110-112 ; voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 278-279. Accusés par Perrot d’avoir fomenté une intrigue contre lui, ils lui offrirent du blé et des peaux de castor pour atténuer ses soupçons et arrêter sa colère.

77 ANF, Col. C11A 3, f. 96.

78 ANF, Col. C11A 3, f. 106-107. Une mission avait précédé celle de Daumont de Saint-Lusson. Jean Talon : « N’ayant pû jusqu’icy developper par quelles raisons ou quelles intrigues je n’avois pas trouvé à mon arrivée les eclaircissemens que j’attendois du sr Peré envoyé l’an passé avec plus de cent pistolles de gratiffication, Ce peré n’est pas revenu, et est demeuré avec les peres qui font la mission chez les Outaouacs d’où il n’escrit que fort obscurement, ce qui donne lieu de douter qu’on n’ait retardé les connoissances qu’il devoit prendre de cette mine, et empesché qu’il ne communiquast ses lumieres dans leur pureté » (ANF, Col. C11A 3, f. 106-107). Talon semble accuser les jésuites d’être responsables de l’échec de la mission de Jean Péré. Voir aussi la lettre du secrétaire de Talon, du 11 novembre 1669 (ANF, Col. C11A 3, f. 63). Rappelons que Buade de Frontenac fit poursuivre les recherches pour découvrir la mine de cuivre du lac Supérieur (lettre du 2 novembre 1672, ANF, Col. C11A 3, f. 243).

79 ANF., Col. C11A 125, f. 39.

80 Bacqueville de La Potherie : « Peu de temps aprés que ces Nations [celles du Sud, de l’Ouest et du Nord] se furent retirez dans leur païs, Mr Talon Intendant de Canada y envoya en 1667. [sic] un Subdelegué, & le Sieur Perot qui fut trouvé le plus capable pour conduire cette affaire. Ils partirent avec ordre d’aller prendre possession au nom du Roi de tout le païs des Outaouaks » (HAS, t. II, p. 124 ; voir aussi DBC, t. II, p. 540). Sans doute en prévision de son voyage, Perrot formait, le 1er septembre 1670, une société avec Jean Dupuis, Denis Masse, Pierre Poupart, Jean Guytard et Jacques Benoist « Pour faire Le voiage du pais des Outaouaks » (acte passé devant Me Romain Becquet, le 1 er septembre 1670, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1278, acte n ° 366).

81 DBC, t. II, p. 540.

82 B. Suite, Mélanges historiques, p. 51.

83 HAS, t. II, p. 124 ; voir aussi DBC, t. II, p. 540.

84 HAS, t. II, p. 124-128.

85 Voir appendice 1, infra, p. 421-427.

86 Voir « Extrait du memoire au Roy par Mr Talon Intendant en Canada », de novembre 1671 (ANF, Col., F32, f. 22).

87 Voir le procès-verbal de la prise de possession du territoire : ANF, Col., F32, f. 21. Même si Jules Tailhan estime qu’il « est certain que Perrot fit, avant 1670, plusieurs voyages chez les diverses nations de la baie des Puans et du Wisconsin » (Mémoire, p. 259), il est peu probable que celui-ci ait fait partie de l’expédition de La Salle. En effet, rappelle Benjamin Suite, Cavelier de La Salle « se mit en route l’été de 1669 et remonta le fleuve de Lachine au lac Erié. Deux prêtres du séminaire de Saint-Sulpice, MM. Dollier et Galinée, étaient du voyage. La Salle se sépara d’eux entre Toronto et Niagara et dit qu’il allait se rendre à l’Ohio. Au mois de mai 1670, ces deux prêtres arrivaient au Sault Sainte Marie, d’où plusieurs bandes de canots partaient en ce moment pour se rendre à Montréal par la voie de la rivière Ottawa. Perrot et quatre Français étaient sur l’une de ces flottilles. A sa grande surprise, il rencontra Cavelier de la Salle qui était à la chasse avec cinq ou six Français et dix ou douze Iroquois, un peu au-dessous des Chats, rivière Ottawa. C’était vers le commencement de juin » (Mélanges historiques, p. 51). Sur cette rencontre, rapportée par Perrot, voir infra, p. 365-366.

88 ANF, Col., B3, f. 29.

89 Voir JR, vol. 55, p. 158.

90 Voir JR, vol. 55, p. 132.

91 Voir JR, vol. 55, p. 170. Des meurtres avaient même été commis de part et d’autre. Voir aussi la Relation de 1672-1673, dans laquelle on dit que « la guerre que tous ces peuples [Outaouais] ont eu avec Les Nadouessi Les a obligez a quitter Le lac superieur et a venir se placer dans le lac Huron, ou La paix qu’ils ont avec L’Iroquois Leur a preparé un asile contre leur nouvel ennemy » (JR, vol. 57, p. 202).

92 Voir « Transaction » entre Jean Bousquet et Jean Guedron, qui implique une poursuite contre Perrot (acte passé devant Me Bénigne Basset, le 25 août 1671, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2037, acte n° 703) et les actes de saisie des 26 août, 27 août et 3 septembre 1671 (ANQ, Québec, Archives judiciaires, Collection de pièces judiciaires et notariales, bobine n° 1387, pièces nos 95 [ ?] et 96) ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 52.

93 Voir infra, p. 143. Le couple s’établit à Champlain (DBC, t. II, p. 540). Comme Marie-Madeleine Raclot signe les actes notariés de l’un ou l’autre prénom, nous lui conservons les deux.

94 Voir C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475 ; R. Douville, « Quelques notes inédites sur Nicolas Perrot et sa famille », dans Les Cahiers des dix, 1963, vol. 28, p. 47.

95 Voir C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475, et t. VI, p. 316 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 47.

96 Voir R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 48. C’est sur la foi du recensement de 1681, qui indique qu’elle est âgée de cinq ans (voir infra, p. 34, n. 116), que l’on fait naître Clémence en 1676. Or elle épouse François Dalpec (ou Delpecq) le 30 avril 1725 et l’acte de mariage indique qu’elle est alors âgée de quarante-huit ans (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire des actes de baptême, mariage, sépulture et des recensements du Québec ancien, vol. 14). Elle serait donc née entre le 1er mai 1676 et le 30 avril 1677. Selon que le recensement a été fait à l’été ou à l’automne 1681, Clémence est née entre les mois de mai et de décembre 1676.

97 L’enfant est baptisé à la paroisse Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine le 28 avril 1677 (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475, et t. VI, p. 315 ; Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 48). Au moment du mariage de Michel Perrot et Jeanne Baudry, le 17 octobre 1712, Nicolas Perrot a le titre de capitaine de la côte (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 22).

98 Voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. IV ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 48. Cyprien Tanguay ne fait pas allusion à Françoise.

99 Voir C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475. R. Douville ne signale pas la naissance de Marie. D’autre part, le 14 janvier 1679, Perrot assistait, comme parrain, au baptême de Jeanne Bourbault, ou Bourbaut, à la rivière Bécancour (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 55).

100 Elle est baptisée le 25 juillet 1680, à Trois-Rivières (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 55). Étrangement, le nom de la mère n’est pas Marie-Madeleine Raclot. Sur l’acte de baptême, Luc Filiastre, le prêtre qui a baptisé l’enfant, a écrit : « J’ai encore baptisé le 2 9 m e de Juillet de l’an 1680, a la Riviere St François Marie Anne, fille de Nicholas Perrot et de Anne Rotrou sa femme » (registre de la paroisse de L’Immaculée-Conception-des-Trois-Rivières, ANQ, Centre d’archives de la Mauricie Centre-du-Québec).

101 Acte passé devant Me Jean Cusson, le 2 décembre 1677, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés. Voir aussi DBC, t. II, p. 540. À noter qu’aucune carte de l’époque ne signale l’existence du toponyme « rivière Saint-Michel » pour désigner l’actuelle rivière Bécancour. Le plus souvent, c’est le nom de « Riviere Puante » que porte le cours d’eau.

102 Mélanges historiques, p. 53.

103 Mélanges historiques, p. 54. Selon B. Suite, Perrot, qui obtint un congé de traite en 1671-1673, le conserva jusqu’en 1683 (ibid., p. 53-54). Le 11 août 1677, Claude David, un habitant de la région de Champlain, « transportait » à celui-ci ses droits dans une société de traite avec les Outaouais (acte passé devant Me Bénigne Basset, le 11 août 1677, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2038, acte n° 1423).

104 ANQ, Archives judiciaires de Montréal, « Informations » de Charles D’Ailleboust des 4 et 15 août 1673. Nous n’avons pu consulter qu’une transcription certifiée conforme aux originaux, datée du 5 décembre 1951.

105 « On avait vu même Nicolas Perrot, qui avait tenté d’empoisonner l’illustre Découvreur [La Salle], devenir un des chefs des postes de l’Ouest », écrit P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. V, p. xxxiv ; voir aussi p. xlii).

106 P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 345.

107 P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 390. L’homme confessa son crime et fut enfermé, les fers aux pieds (ibid., t. I, p. 390 et 397). L’accusation est reprise par Francis Parkman, dans La Salle and the Discovery of the Great West (p. 116, n. 1), et par Edward Duffield Neill, dans The History of Minnesota from Earliest French Explorations to the Present Time (p. 833).

108 P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 296-297.

109 DBC, t. II, p. 540.

110 Voir extrait de la lettre 25 avril 1676 du père Pierson, écrite de Michillimakinac (JR, vol. 60, p. 210).

111 Voir JR, vol. 60, p. 166.

112 « Memoire pour faire connoistre à Monseigneur les nations Sauvages desquelles nous tirons nos pelleteries, Leurs Interests, Les nostres et l’estat dans lequel se trouvent presentement ces nations, avec une petitte description du pays qu’habittent les Anglois et De l’accadie qui en est voisine » (ANF, Col. C11A 5, f. 310).

113 « Memoire pour [...] » (ANF, Col. C11A 5, f. 310).

114 « Memoire pour [...] » (ANF, Col. C11A 5, f. 311-312).

115 « Memoire pour [...] » (ANF, Col. C11A 5, f. 308). Dans un autre texte, Duchesneau distinguait deux types de coureurs des bois : « les premiers vont à la source du castor dans les nations Sauvages des Assinibouels, Nadouesseux, Miamis, Illinois, et Autres, et ceux là ne peuvent faire leurs voyages qu’en deux ou trois ans. Les seconds qui ne sont pas en si grand nombre vont seullement au devant des Sauvages et des François qui descendent jusques au Long Sault, la petite nation et quelque fois jusques à Michillimakinac afin de profiter seuls de leurs pelleteries, pour lesquelles Ils leur portent des marchandises et le plus souvent rien que De l’eau De vie contre la deffence du roy » (lettre du 13 novembre 1681, ANF, Col. C11A 5, f. 296-297).

116 Lors du recensement de 1681, Nicolas Perrot et sa femme déclarèrent avoir six enfants : François, 9 ans ; Nicolas, 7 ans ; Clémence, 5 ans ; Michelle [sic], 4 ans ; Marie, 2 ans, et Marie-Anne, 1 an. En plus de leur terre de 18 arpents, le couple possédait deux fusils et cinq bêtes (ANF, Col. Gl, vol. 460, f. 106 ; voir aussi B. Suite, Mélanges historiques, p. 55-56 ; DBC, t. II, p. 540).

117 Ordonnance du 2 mai 1681 à l’endroit de tous ceux qui se sont trouvés « engagez en ce commerce illicite » (ANF, Col. A21, f. 73 ; Col. B8, f. 86-87).

118 ANF, Col. A21, f. 73-74; Col., B8, f. 87-88.

119 ANF, Col. B8, f. 88-89; Col. F3 6, f. 10. Sur l’ensemble de la question, voir G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 100-102 ; appendice 2, infra, p. 427-429.

120 ANF, Col. C11A 6, f. 113. Le 20 août 1682, Perrot perdait une poursuite contre un certain Macart qui, selon lui, devait lui rendre treize castors (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, f. 28v°). Le 24 septembre de la même année, Perrot poursuivait un dénommé Lapron la Charité pour une somme de 40 £ (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, f. 48v°).

121 Voir Claude Chauchetière, texte du 14 octobre 1682, dans JR, vol. 62, p. 184.

122 Voir Buade de Frontenac, lettre du 2 novembre 1681 (ANF, Col. C11A 5, f. 386) ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle d’après beaucoup de documents inédits, t. III, p. 158-159.

123 ANF, Col. C11A 6, f. 5. Pour le couple Perrot-Raclot, 1682 marque la naissance d’un autre garçon, Pierre (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 22 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 48 ; C. Tanguay ne fait pas allusion à la naissance de Pierre). D’autre part, le 24 juin, Massé Martin, un habitant établi près de la rivière Bécancour, et Thérèse David, son épouse, signaient une « obligation » en faveur de Nicolas Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 24 juin 1682, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 585).

124 ANF, Col. C11A 6, f. 5-12.

125 ANF, Col. C11A 6, f. 15-20.

126 Voir ANF, Col. C11A 6, f. 28. De fait, un Iroquois avait été tué l’été précédent (voir ANF, Col. C11A 6, f. 5).

127 ANF, Col. C11A 6, f. 85.

128 « Instruction » (ANF, Col. B8, f. 103-104).

129 Le roi, lit-on, « n’estime pas que ces decouvertes soient avantageuses et qu’il vaut bien mieux s’appliquer à la culture de la terre dans les habitations defrichées, Sa Ma.té ne veut point qu’il [Le Febvre de La Barre] continue à donner de ces permissions, mais seulement qu’il laisse achever celle commencée par le S.r de la Salle », si, après examen avec l’intendant, il juge cette découverte utile (ANF, Col. B8, f. 107-108).

130 Procès-verbal de « l’Assemblée tenue le dixie[me] octobre 1682 », dans lequel figurent le nom du gouverneur et ceux de l’intendant, de l’évêque de Québec, du supérieur du séminaire de Saint-Sulpice, des jésuites Beschefer, Dablon, Fremin, du major de Québec, du gouverneur de Trois-Rivières et de plusieurs marchands et traitants (ANF, Col. C11A 6, f. 68).

131 ANF, Col. C11A 6, f. 68-70.

132 Lettre du 12 novembre 1682 (ANF, Col. C11A 6, f. 85).

133 Lettre de 1682 (ANF, Col. C11A 6, f. 60).

134 Lettre de 1682 (ANF, Col. C11A 6, f. 61).

135 Lettre de 1682 (ANF, Col. C11A 6, f. 61) ; voir aussi ANF, Col. C11A 6, f. 66-67). On peut toutefois se demander si cette lettre non datée a été écrite avant l’assemblée du 10 octobre 1682 ou après. Mais qu’elle ait été écrite avant ou après ne change rien à sa teneur : l’option militaire semble emporter les suffrages dans la colonie, du moins chez les notables.

136 L’année 1683 marque la naissance de Madeleine Perrot, baptisée le 19 février au Cap-de-la-Madeleine (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 49 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 56). C. Tanguay ne fait pas allusion à cette enfant, qui meurt le 7 août de la même année et est inhumée le 9 août (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 56).

137 ANF, Col. C11A 6, f. 127.

138 « Comme nous ne pouuons rien faire d’utile qu’entrant et hyvernant dans le pays Ennemy, nous ne pouvons sans secours d’hommes de la part de V. M. abandonner le nôtre à la mercy de peuples qui sont comme les Tartares accoutumez à faire des Courses de deux ou Trois Cens Lieues » (ANF, Col. C11A 6, f. 127) ; voir aussi copie de la lettre, ANF, Col. C11A 6, f. 125).

139 ANF, Col. B10, f. 3-4 ; voir aussi la lettre du roi à de Meulles, ANF, Col. B10, f. 6-7.

140 Il est difficile de savoir précisément quand Perrot revint dans l’Ouest. Il n’est pas impossible qu’il soit parti en traite dès l’été 1682, après en avoir fait la demande (voir supra, p. 34), mais il a dû rentrer dans la colonie dès l’automne suivant, puisque sa femme mit au monde un enfant au début de 1684, ce qui suppose sa présence à la rivière Bécancour en avril 1683. Compte tenu des délais inévitables avant qu’il ne reçût une réponse favorable à sa demande, Perrot est plus vraisemblablement remonté dans l’Ouest à l’été 1683.

141 HAS, t. II, p. 151-154. Comme l’observe Deborah Martin, Perrot devait alors posséder un magasin ou un entrepôt à la baie des Puants (« Border Forts of the Great Lakes », dans Wisconsin Club Woman, février 1923, p. 3).

142 Lettre de Le Febvre de La Barre du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A 6, f. 135).

143 Ibid.

144 Lettre du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A 6, f. 135).

145 Il envoya Le Moyne de Longueuil chez les Iroquois pour savoir pourquoi ils ne lui avaient pas envoyé de députés, comme ils s’y étaient engagés, l’année précédente. Le Moyne de Longueuil devait aussi les informer qu’il savait qu’ils avaient des « detachemens qui estoient en marche » contre les alliés (ANF, Col. C11A 6, f. 135). Selon Gédéon de Catalogne, Le Moyne de Longueuil avait aussi pour mission d’obtenir la restitution des produits pillés par les Iroquois en 1682 (voir « Recuil de se qui s’est passé en Canada au suyet de la guerre tant des anglois que des iroquois depuis l’année 1682 », dans R. Le Blant, Histoire de la Nouvelle France, p. 170-172). Mais Gédéon de Catalogne confond sans doute les dates, les pillages ayant eu lieu après l’ambassade de Le Moyne de Longueuil.

146 Lettre du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A 6, f. 136-137).

147 Lettre du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A 6, f. 142).

148 ANF, Col. C11A 6, f. 152-153.

149 Voir l’apostille à la seconde lettre de Le Febvre de La Barre, du 4 novembre 1683 (ANF, Col. C11A 6, f. 147). Versailles envoya trois compagnies de cinquante soldats chacune (voir Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 172-173).

150 ANF, Col. C11A 6, f. 178. Voir le compte rendu de sa mission, daté du 10 septembre 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 301).

151 ANF, Col. C11A 6, f. 178. Parmi eux, se trouvait Nicolas Perrot.

152 ANF, Col. C11A 6, f. 194.

153 Au début de l’année, Madeleine Perrot donna naissance à un autre enfant : Claude. L’enfant fut baptisé le 27 janvier 1684, au Cap-de-la-Madeleine (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 49). Pour sa part, C. Tanguay fait naître l’enfant en 1683 (Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475), mais plus bas, il indique la date de 1685 (ibid., t. VI, p. 316). Benjamin Suite a aussi retenu la même année 1685 (Mélanges historiques, p. 58).

154 ANF, Col. B11, f. 7. Le roi donna toutefois ordre d’envoyer deux cents hommes, car, l’année précédente, seulement cent cinquante hommes étaient passés en Nouvelle-France (ANF, Col. B11, f. 7).

155 ANF, Col. B11, f. 10.

156 Le Febvre de La Barre devait réparer son tort et remettre le fort et ses effets à Laforest, qui était délégué à cette fin (ANF, Col. B11, f. 10-11). Dans l’Ouest, la situation demeurait tendue. Dans sa lettre du 12 avril 1684, écrite de Michillimakinac, Dulhut, faisait allusion à l’assassinat de deux Français, au cours de l’automne de l’année précédente, avant d’ajouter qu’il avait pu s’emparer des assassins, des Folles Avoines, et qu’il en avait fait exécuter deux, selon la tradition amérindienne (voir ANF, Col. C11A 6, f. 231-239).

157 ANF, Col. C11A 6, f. 250.

158 Voir « Rapport de quelques particuliers françois habitans de Quebec », daté du 28 mai 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 253-254) ; « Relation d’un voyage », datée du 28 mai 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 255-259) ; J. Leclerc, Le Marquis de Denonville gouverneur de la Nouvelle-France 1685-1689, p. 7-12.

159 Lettre du 5 juin (ANF, Col. C11A 6, f. 273-274). Il demandait aussi des « secours » pour réussir dans son entreprise.

160 Lettre du 5 juin 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 275).

161 Lettre du 5 juin 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 280). Pour faire bonne mesure, il demanda d’avance son congé si on ne lui fournissait pas les hommes dont il avait besoin, « pour ne pas avoir le desplaisir vers la fin de sa vie de voir succomber un pays obeissant et fidelle faute d’assistance dans son dernier besoin » (ANF, Col. C11A 6, f. 281).

162 Lettre du 5 juin 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 274).

163 ANF, Col. C11A 6, f. 265. Jacques de Meulles lui reprochera sa naïveté (voir la lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay, ANF, Col. C11A 6, f. 389) ; voir aussi J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 14-15).

164 ANF, Col. C11A 6, f. 284.

165 ANF, Col. C11A 6, f. 285. Il annonçait aussi la levée, le 28 mars, du siège du fort Saint-Louis, au cours duquel les Iroquois avaient subi des « pertes considerables » (ANF, Col. C11A 6, f. 285). Sur le siège du fortin par les Iroquois, voir la copie de la lettre de Baugy, du 24 mars 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 519) et la lettre du 22 avril 1684, de Morel de La Durantaye, venu en renfort (ANF, Col. C11A 6, f. 521-522).

166 ANF, Col. C11A 6, f. 286.

167 ANF, Col. C11A 6, f. 287. Voir aussi copie de sa lettre du 9 juillet 1684 (ANF, Col. C11A 6, f. 272). Les instructions du gouverneur sont confirmées par le « Memoire de la depanse faite par Le Sieur de la Durantaye aux outaouacs pour le service du Roy et L’execution des ordres de Monsieur Le General de la barre es années 1683. et 1684. » (ANF, Col. C11A 6, f. 451-452). Le « memoire », signé par l’intendant Champigny précise aussi que le 20 novembre 1683 Perrot, au nom des autorités coloniales, avait donné du tabac aux Puants, aux Sakis, aux Outagamis et aux Malhomines pour les inciter à descendre à Montréal.

168 Voir infra, p. 384 ; voir aussi HAS, t. II, p. 157.

169 ANF, Col. C11A 6, f. 289; ANF, Col. B11, f. 43-45.

170 Voir infra, p. 390-391.

171 ANF, Col. C11A 6, f. 382-383.

172 ANF, Col. C11A 6, f. 384-385.

173 ANF, Col. C11A 6, f. 245. Mais le roi avait donné ordre d’effectuer une « levée de 200. Nouveaux soldats » (ANF, Col. C11A 6, f. 245).

174 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 295).

175 Lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 388).

176 Selon Morel de La Durantaye, qui le tenait d’un chef miami (voir lettre de De Meulles, du 10 octobre 1684, à Seignelay, ANF, Col. C11A 6, f. 388). Selon Le Febvre de La Barre, quelque sept cents hommes, dont cent cinquante Français, vinrent de l’Ouest (Récit de Le Febvre de La Barre, ANF, Col. C11A 6, f. 312).

177 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 308-309).

178 Lettre du 12 juillet 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 382).

179 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 308-311).

180 Lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 388).

181 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 311).

182 Ibid. Comme le signale Furetière (1690), le substantif « livres » est sous-entendu : « Le fer de fonte vaut tant le millier, on entend de livres. » Commentaire de De Meulles : « quand cela seroit vray il en seroit cause et ne pourrait que s’accuser d’imprudence » (lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay, ANF, Col. C11A 6, f. 389).

183 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 311). Jacques de Meulles reconnut l’importance de la maladie, mais en rendit Le Febvre de La Barre responsable pour avoir fait camper les hommes « dans des prairies entre des bois et un estang » (lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay, ANF, Col. C11A 6, f. 389). Pour une lecture des événements plus favorable à Le Febvre de La Barre, voir J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 15-24.

184 Récit de Le Febvre de La Barre (ANF, Col. C11A 6, f. 312).

185 Ibid.

186 Lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 391). Voir aussi Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 173-174 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 117-119 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle d’après beaucoup de documents inédits, t. III, p. 164-182.

187 Lettre du 10 octobre 1684 à Seignelay (ANF, Col. C11A 6, f. 391).

188 Lettre du 10 mars 1685 adressée à l’intendant (ANF, Col. B11, f. 96).

189 Au moment où les Français et leurs alliés de l’Ouest arrivèrent à Niagara pour rejoindre le gros de l’armée, ils apprirent que la paix était conclue : voir infra, p. 390.

190 C’est ce qu’il écrit : voir infra, p. 391. Selon Benjamin Suite, Perrot « a dû se rendre à Bécancour au commencement du mois d’août, puisqu’il écrivit de ce lieu [une lettre] à M. de Saint-Martin, notaire au Cap-de-la-Madeleine, l’un de ses créanciers » (Mélanges historiques, p. 57). Voir aussi G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 113. Le 28 janvier 1685, il agissait en tant qu’exécuteur testamentaire de Jean Vinssonneau, dit Laforest, qui résidait près de chez lui (greffe de Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n ° 828).

191 Traduction anglaise d’une entente pour faire la traite à la baie des Puants, Mascoutins et Nadoussaux, entre Nicolas Perrot, Pierre Rivard, sieur de Lanouette, François Rivard, sieur de La Coursier, Vivien Jean, Mathurin Brunet, dit L’Estang, Jean Cusson, Michel Cusson, Louis Provencher, Antoine Cottenoir, dit Villiers, Antoine L’Ecuyer, Alexandre Truchenot et Michel Rivard. Perrot était nommé chef de la compagnie. L’acte fut fait à Trois- Rivières, dans la maison de Boubaux, le notaire royal de la ville, mais l’original est perdu (ANC, MG 18 B 10, sans numéro d’ordre ni folio). D’autres documents attestent son activité commerciale ; « Transport » d’une somme d’argent par Pierre Leboulanger de Saint-Pierre, marchand, du Cap-de-la-Madeleine, à Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit : Saint-Martin, le 13 mars 1685, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 832) ; « Accord » entre Jean Cusson, notaire royal, du Cap-de-la-Madeleine, agissant au nom de Perrot, et Michel David, de la rivière Saint-Michel, ou Bécancour (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 23 mars 1685, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n ° 834).

192 Vente de la moitié d’un congé pour aller en traite aux Outaouais, par François Chorrel de Saint-Romain, marchand de Champlain, à Perrot, de la rivière Saint-Michel (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 27 avril 1685, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 849). Perrot a signé l’acte, ce qui implique qu’il était alors à Montréal.

193 Billet, ou obligation, de Perrot en faveur de Pierre Champou, de Bécancour (voir Jugements et délibérations du Conseil souverain de la Nouvelle-France, Québec, Imprimerie A. Côté et Cie, 1887, t. III, p. 646 ; G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 113).

194 Obligation de Mathieu Brunet dit Lestang et Marie Blanchard, de Champlain, à Nicolas Perrot, de la rivière Saint-Michel (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 17 mai 1685, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 862).

195 Procuration de N. Perrot à Marie-Madeleine Raclot, son épouse, de la rivière Saint-Michel (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 17mai 1685, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4633, acte n° 833. Une erreur s’étant glissée dans le classement des actes, celui-ci est placé entre les numéros 862 et 863). Perrot a signé l’acte. Voir aussi DBC, t. II, p. 541.

196 Voir Bacqueville de La Potherie, qui explique que Perrot avait le titre de « Commandant de cette contrée » (HAS, t. II, p. 166 ; voir aussi infra, p. 391 ; G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 113 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 58 ; DBC, t. II, p. 541).

197 ANF, Col. B11, f. 87-88 ; voir aussi J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 34-35 et 111-112.

198 ANF, Col. B11, f. 88. Sur la question des opérations militaires, le roi s’en remettait « à luy de prendre à cet esgard les resolutions qu’il estimera[it] les plus convenables ».

199 ANF, Col. B11, f. 89.

200 ANF, Col. B11, f. 92.

201 J. Tailhan, Mémoire, p. 305-306.

202 Voir son « Memoire concernant l’estat present du Canada, et les mesures que l’on peut prendre pour la seureté du Pays », du 12 novembre 1685 (ANF, Col. C11A 7, f. 183). Denonville écrit qu’il a donné « ordre à Mr de La Durantaye pour Rassembler Nos françois et se mettre à leur teste ».

203 Voir ANF, Col. C11A 8, f. 51-52.

204 ANF, Col. C11A 8, f. 52.

205 Voir la lettre de Brisay de Denonville, du 12 juin 1686, dans laquelle on lit que Morel de La Durantaye doit « commander à tous nos françois aux outaouas » (ANF, Col. C11A 8, f. 62).

206 Voir J. Tailhan, Mémoire, p. 306.

207 HAS, t. IV, p. 67-68.

208 Voir G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 113, et J. Tailhan, Mémoire, p. 303, n. 1.

209 HAS, t. II, p. 166 ; voir aussi DBC, t. II, p. 541. Selon Gérard Malchelosse, c’est au lac Des Chênes qu’eut lieu la rencontre (« Nicolas Perrot au Fort Saint- Antoine », p. 113).

210 HAS, t. II, p. 166-167 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 307.

211 HAS, t. II, p. 168-177 (à noter que la pagination du texte de Bacqueville de La Potherie passe de la page 169 à la page 172).

212 HAS, t. II, p. 177 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 307-308.

213 Un des plus importants villages de la tribu se trouvait au haut de la rivière Fox.

214 HAS, t. II, p. 178-179.

215 HAS, t. II, p. 180.

216 HAS, t. II, p. 180.

217 HAS, t. II, p. 181-182.

218 HAS, t. II, p. 182.

219 Sur cette question, voir appendice 3, infra, p. 430-441.

220 HAS, t. II, p. 182.

221 HAS, t. II, p. 183. Pourune description complète de la cérémonie, voir HAS, t. II, p. 183-184.

222 HAS, t. II, p. 185-187.

223 Au moment du passage de Perrot, le lac ne semble pas avoir encore de nom.

224 Voir G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 120. Le nom donné au fortin suggère que Perrot, qui était parti avant l’arrivée de Brisay de Denonville, ignorait le départ d’Antoine Le Febvre de La Barre. Sur le fort Saint-Antoine, voir appendice 3, infra, p. 430-441.

225 Selon Gardner P. Stickney, des vestiges d’un bâtiment étaient encore visibles sur la rive est du lac Pépin en 1856 (Nicholas Perrot. A Study in Wisconsin History, s. 1., s. é., 1896, p. 11). Mais plus bas, il écrit que Perrot fit aussi construire un fortin de moindre importance sur la rive ouest du lac Pépin, à l’embouchure du lac (ibid., p. 12). Dans The French Régime in Wisconsin and the Northwest, Louise P. Kellogg reproduit un relevé topographique qui montre l’emplacement (supposé) du fort : voir « Site of Fort St. Antoine from a sketch by A. W. Miller, surveyor of Pepin County 1887 » (op. rit.,p. 243). Selon J. Tailhan, le « fort de Perrot était placé sur la rive gauche du Mississipi, à quatre-vingts ou quatre-vingt-dix lieues de l’embouchure du Wisconsin, et non loin de l’île Pelée » (Mémoire, p. 308, n. 2). A notre connaissance, aucunes ruines n’ont été exhumées.

226 Journal, t. II, p. 767. Charlevoix, qui n’a pas visité la région, s’inspire sans doute de Pénicaut, qui écrit dans sa « Relation » que le fort se trouvait sur une prairie à « droite », sur « le bord du lac » (P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 412). Sur la « Carte de la Louisiane Cours du Mississipi et Pais voisins », Nicolas Bellin place un « V[ieux] Fort » à la sortie du lac « Pépin » (qu’il situe erronément un peu à l’est du fleuve, sur le cours de la rivière Sainte-Croix), sur la rive droite, ou ouest, du fleuve (HDG, t. II).

227 Dans son étude sur l’emplacement des forts érigés par Nicolas Perrot, Lyman C. Draper place lui aussi le fort Saint-Antoine un peu au-dessus du lac Pepin (voir « Early French Forts in Western Wisconsin », dans Report and Collections of the State Historical Society of Wisconsin, Madison, 1888, vol. 10, p. 368-371). Marcel Giraud, qui donne le nom de Bon Secours au fort, le situe sur la rive du lac Pepin (voir Histoire de la Louisiane française, t.I).

228 ANF, Col. C11A 7, f.58 ; voir aussi son « Memoire », ANF, Col. C11A 7, f. 182-183.

229 ANF, Col. C11A 7, f. 66 ; voir aussi « Mémoire », ANF, Col. C11A 7, f. 183.

230 ANF, Col. C11A 7, f.87. Brisay de Denonville signalait notamment que le jésuite Jean de Lamberville l’avait informé que les Iroquois avaient envoyé « quelques gens en Guerre contre Les Illinois et autres nations nos Aliez » (« Mémoire », ANF, Col. C11A 7, f. 193).

231 ANF, Col. C11A7,f. 88.

232 Voir infra, p. 392. De l’aveu même de Perrot, des intérêts commerciaux expliquent sa lenteur à obéir aux ordres du gouverneur : au moment où il reçut l’ordre de rentrer, il ne pouvait le faire « sans abandonner les effects » qu’il avait dû « emprunter des marchands » pour effectuer son voyage (voir infra, p. 392).

233 Chiffres indiqués dans le rapport : 1675 : 61 000 £ ; 1676 : 70 000 £ ; 1677 : 92 000 £ ; 1678 : 80135 £ ; 1679 : 68 080 £ ; 1680 : 69 000 £ ; 1681 : 82900 £ ; 1682 : 90353 £ ; 1683 :95 489 £ ; 1684 :49 056 £ ; 1685 :23 568 £. (ANF, Col.C11A7, f. 131).

234 Voir ANF, Col. C11A 8, f. 8. Voir aussi infra, son « Memoire Instructif ».

235 ANF, Col. C11A 8, f. 9.

236 ANF, Col. C11A 8, f. 10. Voir aussi son autre lettre du 8 mai 1686, dans laquelle il insiste sur l’importance du poste du Niagara et sur sa mission de protéger les Minois (ANF, Col. C11A 8, f. 31-32).

237 ANF, Col. B12, f. 3. Si, pour soutenir les Illinois et protéger les alliés, il fallait faire la guerre, écrivait le roi, il « vaudrait mieux s’y engager que de laisser destruire ces nations » (ANF, Col. B12, f. 31). Dans son « Instruction » du 31 mai 1686, adressée à l’intendant Champigny, le roi l’informait qu’il avait demandé à Brisay de Denonville de faire la guerre aux Iroquois (ANF, Col. B12, f. 11). Il lui demandait aussi d’empêcher la traite illicite et « le desordre des Coureurs de bois » (ANF, Col. B12, f. 15). A noter que dans le « Memoire » adressé à Brisay de Denonville, le roi jugeait « ridicule » la prétention de Tonty de contrôler la traite aux Illinois (ANF, Col. B12, f. 31).

238 HAS, t. II, p. 188-191. Selon François Vachon de Belmont, les Iroquois s’emparèrent du village où il n’y avait que des femmes et des enfants. Lorsque les guerriers miamis connurent le raid iroquois, ils poursuivirent l’ennemi, l’attaquèrent et tuèrent cent vingt-sept Iroquois, avant de délivrer les prison-niers qui n’avaient pas été exécutés (Histoire du Canada, p. 18).

239 Lettre du 6 juin 1686 à Morel de La Durantaye, à Greysolon Dulhut et à François Dauphin de La Forest (ANF, Col. C11A 8, f. 51 ; voir aussi Bacqueveille de La Potherie, HAS, t. II, p. 193).

240 Lettre du 6 juin 1686 (ANF, Col. C11A 8, f. 51).

241 Lettre du 6 juin 1686 (ANF, Col. C11A 8, f. 52). François Vachon de Belmont donne alors le titre de « chef des Poux [Potéouatamis ?], Michiloque [Miamis ?], etc. » à Perrot. Il estimait qu’il était aussi le « chef des coureurs des bois » (Histoire du Canada, p. 20).

242 Lettre du 6 juin 1686 (ANF, Col. C11A 8, f. 53). Dans une « Instruction » additionnelle, datée du 26 août 1686, Brisay de Denonville, qui signalait son intention d’envoyer un canot à Michillimakinac pour y porter ses ordres « des la sortie de L’hyver », ajoutait que le père Enjalran les connaissait déjà, si bien que, si des difficultés se présentaient et que la barque ne pût gagner Michillimakinac, l’armée de l’Ouest pourrait se mettre en marche sans attendre de nouveaux ordres (ANF, Col. F36, f. 223).

243 Lettre du 6 juin 1686 (ANF, Col. C11A 8, f. 57).

244 ANF, Col. C11A 8, f. 98-99. Voir aussi « Memoire Instructif des Mesures que J’ay pris [sic] pour La Guerre Resolüe Contre Les Iroquois au Printemps de L’année prochaine 1687. Pour Messieurs De Tonty, La Durantaye Et Du Lhut Chargez de Rasssembler Les François qui sont dans Les Bois pour marcher avec Les Sauvages Amis qui se pourront ramasser » (ANF, Col., F36, f. 218-221).

245 Il ne devait laisser que six hommes à son poste. Le père Henri Nouvel, lui aussi porteur d’instructions comme le père Enjalran, devait dire à « Nicolas Perrot de se rendre à Michilimaquina avec Les françois qu’il a au Micissipy ». S’il n’était pas encore descendu, il fallait « le faire descendre Incessamment Ne laissant que six hommes à son Poste du Micissipi pour la seureté de ses marchandises ». Perrot devait aussi prévenir les Sioux que s’ils donnaient « la moindre Inquietude aux femmes des peuples de La Baye », pendant l’absence des hommes partis à la guerre, le gouverneur se faisait fort de les punir (ANF, Col., F36, f. 219). Après avoir laissé les six hommes au poste de Saint-François- Xavier, il devait se mettre à la tête des Français et des Amérindiens « pour les conduire par Michilimaquina », où le père Enjalran devait lui transmettre des ordres (ANF, Col., F36, f. 219). Brisay de Denonville ajoutait : si Perrot était encore au Mississipi, « lorsque les ordres arriveront au R. P. Nouvel il faudra les luy faire tenir et luy mander de se mettre en marche avec tous les françois pour me venir joindre par le chemin le plus court passant par Le Poste de Mr Du Lhude au Detroit du Lac erié » (ANF, Col., F36, f. 219). S’il passait par le Détroit, Perrot devait se mettre aux ordres de Dulhut ; s’il passait par Michillimakinac, il devait obéir « aveuglement » aux ordres du père Enjalran (ANF, Col., F36, f. 219).

246 Le mot de passe pour se reconnaître était « Louis » et les Amérindiens alliés devaient porter un ruban rouge autour de la tête pour éviter toute confusion avec les ennemis.

247 ANF, Col. C11A 8, f. 99. Dans son « Instruction » additionnelle du 26 août 1686, le gouverneur annonçait qu’il avait donné l’ordre à Morel de La Durantaye et à Dulhut de se poster sur la rive opposée, à proximité du fort anglais, afin de pouvoir en « empecher l’entrée et la navigation » aux Anglais. S’ils jugeaient leurs forces supérieures à celle des Anglais, les Français devaient s’emparer du poste (ANF, Col., F36, f. 222). Le 29 septembre 1686, il envoya même une lettre à Thomas Dongan, le gouverneur de New York, dans laquelle il lui reprochait d’armer les Iroquois et de les pousser à piller les Français et à leur faire la guerre (ANF, Col. C11A 8, f. 101).

248 ANF, Col. C11A 8, f. 60.

249 ANF, Col. B13, f. 172.

250 Lettre du 12 juin 1686 à Seignelay (ANF, Col. C11A 8, f. 59).

251 ANF, Col. C11A 8, f. 62.

252 Brisay de Denonville entendait leur donner une permission exclusive de « remonter avec quelques Nouvelles marchandises pour les dedommager » (ANF, Col. F36, f. 270-271). Sur la stratégie de Brisay de Denonville, voir J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 112-130 ; T. Prince-Falmagne, Un Marquis du grand siècle, p. 117-126.

253 Selon l’intendant Champigny, plusieurs des recrues étaient « incapables de servir » (lettre du 16 novembre 1686 à Seignelay, ANF, Col. C11A 8, f. 242).

254 Voir le résumé de la lettre du gouverneur (ANF, Col. C11A 8, f. 107). Le 19 octobre 1686, Champigny confirmait ce que le gouverneur écrivait plus tôt : « Les affaires se gatent de plus en plus et les menées des Anglois qui font agir les iroquois nous sont des preuves de leurs mechans desseins » (ANF, Col. C11A 8, f. 65).

255 ANF, Col. C11A 8, f. 118-119. Il s’agit en fait d’une copie du texte.

256 ANF, Col. C11A 8, f. 120.

257 ANF, Col. C11A 8, f. 133.

258 ANF, Col. C11A 8, f. 155.

259 ANF, Col. C11A 8, f. 168.

260 ANF, Col. C11A 8, f. 171. Le danger lui paraissait d’autant plus grand qu’il croyait, comme il l’avait déjà affirmé précédemment, qu’un détachement anglais devait s’emparer de Niagara au printemps 1687 (ANF, Col. C11A 8, f. 168).

261 ANF, Col. C11A 8, f. 169.

262 ANF, Col. C11A 8, f. 169.

263 ANF, Col. C11A 8, f. 176. Huit cents hommes devaient passer en Nouvelle-France. Voir aussi le « Memoire » du roi, du 30 mars 1687 (ANF, Col., B13, f. 156).

264 ANF, Col. C11A 8, f. 177.

265 Voir infra, p. 392.

266 HAS, t. II, p. 193.

267 Voir infra, p. 393.

268 HAS, t. II, p. 193-194. En acceptant le casse-tête, les Amérindiens s’engageaient à faire la guerre.

269 Voir infra, p. 392-393.

270 HAS, t. II, p. 194-195.

271 Il n’y avait que quinze hommes au fort (HAS, t. II, p. 196).

272 HAS, t. II, p. 195.

273 HAS, t. II, p. 195-196.

274 HAS, t. II, p. 196-197 ; voir aussi infra, p. 393-394.

275 HAS, t. II, p. 197-198.

276 HAS, t. II, p. 198-199. Comme le rappelle Benjamin Suite, Perrot « paraît avoir demeuré » dans son fort jusqu’à l’automne 1686 et il y passa sans doute l’hiver de 1686-1687 (Mélanges historiques, p. 59). Rappelons que Benjamin Suite nomme erronément le fort de Perrot fort Saint-Nicolas.

277 ANF, Col. C11A 9, f. 206.

278 ANF, Col. C11A 9, f. 21.

279 ANF, Col. C11A 9, f. 23. Sur le rôle des autorités coloniales anglaises dans le conflit, voir J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 134 ; T. Prince-Falmagne, Un Marquis du grand siècle, p. 126-127.

280 Il reconnaissait agir « contre l’avis de bien des gens », mais il pensait ainsi « tenir l’ennemi dans l’ignorance du village » qu’il voulait attaquer, et « engager l’ennemi à venir au-devant de lui, ce qui libérerait les troupes de l’Ouest, alors qu’en prenant par le nord, l’ennemi pourrait l’attendre à Niagara et même tomber sur les troupes de l’Ouest » qui devaient l’attendre là (ANF, Col. C11A 9, f. 26-27).

281 ANF, Col. C11A 9, f. 27.

282 ANF, Col. C11A 9, f. 28.

283 En 1802, on a retrouvé, à la hauteur du rapide De Pere (Wisconsin), un ostensoir en argent qui porte l’inscription suivante sous sa base : « CE SOLEIL A ESTE DONNE PAR MR NICOLAS PERROT A LA MISSION DE ST FRANCOIS XAVIER EN LA BAYE DES PUANTS + 1686 ». La pièce d’orfèvrerie, qui avait sans doute été enterrée au moment de l’incendie de la mission, en 1687 (voir infra, p. 73), fut conservée par la famille Grignon jusqu’à la construction d’une église catholique à Green Bay en 1823. L’ostensoir demeura dans la paroisse jusque vers 1828, alors que le père Badin l’apporta à Détroit. En 1838, l’ostensoir devenait la propriété du diocèse de Green Bay. Plus tard, il fut offert au State Historical Museum du Wisconsin. Louise P. Kellogg pense que l’ostensoir a pu être donné à Perrot par Le Febvre de La Barre dans le but de resserrer les liens entre les Français qu’il envoyait dans l’Ouest et les jésuites qui y avaient établi des missions (The French Régime in Wisconsin, p. 231, n. 20, et p. 232-233). Une reproduction photographique de l’ostensoir, qui fait maintenant partie de la collection du Neville Public Museum of Brown County and the Catholic Diocese of Green Bay (Wisconsin), se trouve dans l’ouvrage d’Alain Beaulieu et Roland Viau, La Grande Paix. Chronique d’une saga diplomatique. Illustrations originales de Francis Bach Montréal, Éditions Libre Expression, 2001, p. 90 et 91. Voir aussi G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 131-132 ; Collections of the State Historical Society of Wisconsin, vol. 8, p. 199-202).

284 HAS, t. II, p. 199-200 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 59.

285 HAS, t. II, p. 200-201.

286 HAS, t. II, p. 201.

287 HAS, t. II, p. 201. La crainte que les Outaouais, plus nombreux qu’eux, ne fissent main basse sur leurs familles détourna les Hurons de leur projet, selon Bacqueville de La Potherie (HAS, t. II, p. 201).

288 HAS, t. II, p. 201-205.

289 HAS, t. II, p. 205. Selon Champigny, les Anglais étaient escortés par des Iroquois et des déserteurs français (lettre du 16 juillet 1687 à Seignelay, ANF, Col. C11A 9, f. 36). Johannes Roseboon conduisit une vingtaine de canots et une cinquantaine de voyageurs dans l’Ouest, alors que le major Patrick McGregor partit d’Albany avec un autre groupe. Roseboon et ses hommes furent interceptés sur le lac Huron ; McGregor et les siens, sur le lac Érié (L. P. Kellogg, The French Régime in Wisconsin, p. 234-235).

290 HAS, t. II, p. 206-207.

291 « Memoire Du Voyage Pour L’entreprise De M. Le Marquis De Denonville Contre Les Sonontouans Ennemis de La Colonie, Selon les ordres Du Roy » (ANF, Col. C11A 9, f. 105).

292 Lettre de Champigny à Seignelay, du 16 juillet 1687 (ANF, Col. C11A 9, f. 32-33). Pour sa part, Brisay de Denonville dénombrait huit cents soldats et huit cents miliciens, pour un total de mille six cents hommes, répartis en huit compagnies de deux cents hommes chacune, auxquels s’ajoutaient quatre cents Amérindiens (« Memoire Du Voyage », ANF, Col. C11A 9, f. 106).

293 Baugy, « Journal », p. 58 ; lettre de Champigny à Seignelay, du 16 juillet 1687 (ANF, Col. C11A 9, f. 33). Selon Brisay de Denonville, le départ n’eut lieu que le 14 juin et l’armée campa à l’île Perrot (« Memoire Du Voyage », ANF, Col. C11A 9, f. 107).

294 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 107-108).

295 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 108) ; Baugy, « Journal », p. 66-67 ; lettre de Champigny à Seignelay, du 16 juillet 1687 (ANF, Col. C11A 9, f. 33).

296 Lettre de Champigny (ANF, Col. C11A 9, f. 34) ; Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 184-185.

297 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 108).

298 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 108-109).

299 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 109) ; Baugy, « Journal », p. 67-70.

300 Ce jour-là, un autre soldat se noya et des Algonquins se joignirent à l’armée.

301 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110) ; Baugy, « Journal », p. 73-75.

302 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 111).

303 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110) ; lettre de Champigny (ANF, Col. C11A 9, f. 34). Sur les cent vingt prisonniers, il n’y avait qu’une trentaine d’hommes, le reste étant des femmes et des enfants.

304 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110).

305 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110).

306 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 110-112) ; Baugy, « Journal », p. 78.

307 Aujourd’hui rivière Genesee (New York).

308 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 112).

309 Lettre de Champigny (ANF, Col. C11A 9, f. 35).

310 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 112) ; Baugy, « Journal », p. 88-90.

311 Aujourd’hui rivière Oswego (New York).

312 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 113) ; Baugy, « Journal », p. 90-93.

313 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 113-114) ; Baugy, « Journal », p. 95-96 ; lettre de Brisay de Denonville à Seignelay, du 25 août 1686 (ANF, Col. C11A 9, f. 64) ; lettre de Champigny (ANF, Col. C11A 9, f. 35).

314 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 114) ; Baugy, « Journal », p. 96.

315 Letter de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 64) ; Baugy, « Journal », p. 98 ; « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 114).

316 Trois cents, selon Baugy (« Journal », p. 99).

317 Lettre de Denonville à Seignelay (ANF, Col. C11A 9, f. 64-65) ; Baugy, « Journal », p. 99-101.

318 Lettre à Seignelay (ANF, Col. C11A 9, f. 65). Selon Baugy, deux Français furent tués ; quinze autres blessés ; quinze Amérindiens alliés furent tués ou blessés et l’ennemi laissa quatorze des siens sur le champ de bataille (Baugy, « Journal », p. 100). Selon Brisay de Denonville, l’ennemi perdit vingt-sept hommes, alors que les alliés eurent cinq blessés et ne perdirent que six soldats et cinq Amérindiens (« Memoire Du Voyage », ANF, Col. C11A 9, f. 115). Le 15 juillet, on apprit que deux cents Iroquois avaient participé à l’embuscade (« Memoire Du Voyage », ANF, Col. C11A 9, f. 116).

319 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 114-115). Selon François Vachon de Belmont, « les Outaouais et les Sauvages non-chrestiens s’enfuirent tous ; ils estoient à la gauche de l’avant-garde françoise, composée des trois compagnies de Du Luth, La Durantaye, et Tonti, laquelle ils laissèrent découverte. Les Sauvages chrestiens de la Montagne et du Sault et les Abénaquis tinrent bon, et firent deux décharges » (Histoire du Canada, p. 23). Précisons que François Vachon de Belmont n’a pas assisté aux opérations militaires. Pour une analyse de celles-ci, voir J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 148-151.

320 HAS, t. II, p. 207-208. Perrot, qui était incorporé dans les troupes de l’Ouest, fut sans doute parmi ceux qui eurent à subir le choc de l’attaque.

321 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 115) ; Baugy, « Journal », p. 100-101.

322 Le village comprenait un retranchement, qui avait échappé au feu. Les Français le brûlèrent avant de quitter le village : voir lettre de Denonville à Seignelay, du 25 août 1686 (ANF, Col. C11A 9, f. 65) ; « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 115) ; Baugy, « Journal », p. 104-105.

323 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 116-119) ; lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 66).

324 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 116).

325 « Acte de prise de possession du Pays des Iroquois ou Tsonnontouans » (ANF, Col. C11A 9, f. 40-42).

326 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f, 119) ; Baugy, « Journal », p. 104-112. Selon Bacqueville de La Potherie, « le seul avantage que l’on tira de cette grande entreprise fut de ravager toutes les campagnes, ce qui causa une grande famine parmi les Iroquois, qui leur fit perir bien du monde dans la suite » (HAS, t. II, p. 208).

327 Entre le 30 juillet et le 2 août (« Memoire Du Voyage », ANF, Col. C11A 9, f. 119).

328 Lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 66-67) ; HAS, t. II, p. 208 ; Baugy, « Journal », p. 115.

329 « Memoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 119) ; Baugy, « Journal », p. 121.

330 « Mémoire Du Voyage » (ANF, Col. C11A 9, f. 120) ; lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 63) ; Léo-Paul, Desrosiers, « L’expédition de M. de La Barre », dans Cahiers des dix, vol. 22, 1957, p. 105-135 ; Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 186-191 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 138-140 ; J. Ledere, Le Marquis de Denonville, p.l33-160 ; T. Prince-Falmagne, Un Marquis du grand siècle, p. 145-184. D’autres opérations eurent aussi lieu à la baie d’Hudson, où des forts et des navires anglais furent pris (ANF, Col. C11A 9, f. 52-53). D’autre part, Tonry, qui n’avait pu rassembler les effectifs qu’il souhaitait, n’avait pu prendre l’ennemi à revers, comme prévu, et s’était contenté de rejoindre La Durantaye et Dulhut au Détroit (lettre de Denonville à Seignelay, du 25 août 1686, ANF, Col. C11A 9, f. 67).

331 Lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 68).

332 Lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 71).

333 Lettre de Denonville à Seignelay (ANF, Col C11A 9, f. 71-72). Il annonçait aussi l’envoi d’une partie des prisonniers en France, comme le lui avait demandé la Cour (ANF, Col. C11A 9, f. 70).

334 ANF, Col. C11A 9, f. 81.

335 Sur l’ensemble des opérations de Brisay de Denonville, voir aussi C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle d’après beaucoup de documents inédits, t. III, p. 185-197.

336 Lettre de Denonville (ANF, Col. C11A 9, f. 74) ; HAS, t. II, p. 211.

337 « Memoire De L’estat Present Des Affaires de Canada Sur la guerre des Iroquois », du 27 octobre 1687 (ANF, Col. C11A 9, f. 126 et f. 130).

338 HAS, t. II, p. 209.

339 ANF, Col. C11A 9, f. 127-129. Brisay de Denonville, qui demandait des troupes, annonçait aussi son intention de monter une seconde expédition contre les Iroquois (ANF, Col. C11A 9, f. 131).

340 Lettre du 5 novembre 1687 (ANF, Col. C11A 9, f. 200). Sur l’hostilité des Iroquois après la guerre de 1687, voir aussi Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 191-193.

341 « Memoire de L’Estat present des Affaires de ce pays depuis le dixiéme Aoust 1688. Jusqu’au Dernier Octobre de La mesme année », du 6 novembre 1688 (ANF, Col. C11A 10, f. 92).

342 « Memoire de L’Estat present » (ANF, Col. C11A 10, f. 101) ; « Memoire instructif de L’Estat Des affaires de La Nouvelle France et de la conduitte De Denonville depuis la campagne derniere 1687. », daté du 10 août 1688 (ANF, Col. C11A 10, f. 63). Voir aussi Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 194-198. Dans une lettre datée du 6 novembre et adressée à Seignelay, Brisay de Denonville lui rappelait qu’il l’avait déjà informé de la nécessité d’abandonner le fort de Niagara, « tant par la depense que pour la difficulté de le soutenir » (ANF, Col. C11A 10, f. 11). Malgré les résultats assez peu convaincants de la guerre, le roi, qui se montra satisfait de la conduite du gouverneur et de l’intendant, leur annonça l’envoi de trois cents soldats (ANF, Col. B15, f. 18). L’envoi fut confirmé par Seignelay, qui expliqua qu’il ne pouvait envoyer que trois cents hommes, des huit cents demandés par le gouverneur (ANF, Col. B15, f. 25). Voir aussi J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 239-243 et 246-249.

343 « Memoire instructif » (ANF, Col. C11A 10, f. 67).

344 « Memoire instructif » (ANF, Col, C11A 10, f. 69-70) ; voir aussi J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 177-211, p. 239 et p. 243-246.

345 « Memoire de L’Estat present » (ANF, Col. C11A 10, f. 107).

346 Voir ANF, Col. C11A 10, f. 90 ; Brisay de Denonville, « Memoire de L’Estat present » ANF, Col. C11A 10, f. 100-101). Dans ses Nouveaux Voyages, Lahontan produit une version plus dramatique de l’événement (Œuvres complètes, t. I, p. 439-444).

347 Laurent et Etienne Benoist dit Lhivemois, de Longueuil, Pierre Ducharme, de Montréal, Benoît Bizaillon, de La Prairie-de-la-Madeleine, Robert Giguiere, de Québec, et Martin Ducros, de Trois-Rivières (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 5 septembre 1687, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine 4634, acte n° 940 ; les mêmes engagés signeront un second acte le 1er août 1688). Le même jour, Léon Girard signait aussi un acte d’engagement (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint- Martin, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 941).

348 Transport de droits et profits de société, par Alexandre Tinchenet, de Batiscan, à Perrot (acte passé devant Me A. Adhémar, dit Saint-Martin, le 14 août 1687, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 931) ; transport de droits et profits, par Nicolas Jeremie, de Batiscan, à Perrot (acte passé devant Me A. Adhémar, dit Saint-Martin, le 15 août 1687, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 916) ; transport de droits et profits de société, par François Rivard, de Batiscan, à Perrot (François Rivard agissait en son propre nom et au nom de son frère Michel : acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 15 août 1687, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 912) ; transport de droits et profits de société, par Pierre Frerot dit Lafontaine, de la rivière Saint-Michel, ou Bécancour, à Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 16 août 1687, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 917).

349 Voir appendice 4, infra, p. 441-443.

350 Vente pour la somme de 4 000 £ du fief et seigneurie de la Rivière du Loup, par Jean Lechasseur, conseiller du roi, lieutenant général de la prévôté de Trois-Rivières et seigneur de Rivière du Loup sur le lac Saint-Pierre, à Nicolas Perrot, habitant de la rivière Saint-Michel, ou Bécancour (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 15 mai 1688, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1042). Perrot a signé l’acte. Voir aussi G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 134, n. 36 ; DBC, t. II, p. 541. Faute d’avoir pu effectuer le paiement, Perrot devra restituer la seigneurie à son ancien propriétaire quelques années plus tard (jugement du 24 novembre 1698 de la Juridiction royale de Trois-Rivières, confirmé par le Conseil souverain le 11 octobre 1700 : voir ANQ, Juridiction royale de Trois-Rivières, Registre des procès-verbaux d’audiences, vol. 1690- 1701, p. 307-311 ; Jugements et délibérations du Conseil souverain de la Nouvelle- France, Québec, Imprimerie A. Côté et Cie, 1888, t. IV, p. 486). Dans le « Memoire de Gédéon de Catalogne sur les plans des seigneuries et habitations des gouvernements de Québec, les Trois-Rivières et Montréal », du 7 octobre 1712, on lit que « la seigneurie de la Riviere du Loup appartient au Sr. Beaubien marchand par l’acquisition qu’il en a faite au Sr. le Chasseur Lieutenant generai de la Juris-diction de 3 Rivieres, les terres y sont fort basses et unies fertilles en toute sorte de grains et legumes il y a de toute sorte de bois melangez » (Bulletin des recherches historiques, vol. 21, n° 10, octobre 1915, p. 299). Comme le montre la carte cadastrale que Gédéon de Catalogne a dressée en 1709, la seigneurie se trouvait à l’embouchure de la Rivière du Loup, au nord du lac Saint-Pierre. Voir aussi P.-G. Roy, Inventaire des concessions en fiefs et seigneuries. Fois et hommages et aveux et dénombrements conservés aux Archives de la province de Québec, Beauceville, L’« Éclaireur », 1928,vol. 3, p. 61-64 ; M. Trudel, « Carte approximative des fiefs du gouvernement des Trois-Rivières en 1760 », dans Atlas historique du Canada français. En 1688, naissait Jean-Baptiste Perrot, dont l’acte de baptême est daté du 15 juin (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 4 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 49 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 59 ; C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475).

351 « Memoire instructif », du 10 août 1688 (ANF, Col. C11A 10, f. 70).

352 « Car si tout ce qui y est de pelleteries estoit perdu tout le pays seroit ruiné » (lettre du 6 novembre 1688 à Seignelay, ANF, Col. C11A 10, f. 9).

353 Selon Bacqueville de La Potherie, les Outagamis se vantaient de « fermer le passage » des Sioux aux Français (HAS, t. II, p. 212).

354 J. Tailhan, Mémoire, p. 319. J. Tailhan s’inspire de Bacqueville de La Potherie (voir pages suivantes), comme en fait foi l’itinéraire qu’il prête à Perrot, qu’il fait passer par la baie des Puants, puis emprunter la rivière des Outagamis (Fox River) et la rivière Wisconsin, avant de rejoindre le Mississipi et de remonter le fleuve pour gagner son fort « sur la rive orientale de ce fleuve et dans le pays des Sioux ».

355 Mélanges historiques, p. 60-61.

356 HAS, t. II, p. 212.

357 HAS, t. II, p. 212-213.

358 Les Outagamis étaient établis autour du lac Winnebago et sur la rivière Fox.

359 HAS, t. II, p. 213-214. Le texte de Bacqueville de La Potherie fait toutefois problème dans la mesure où, selon l’historien, c’est à « Mr. du Luth » que les Outagamis auraient demandé de s’interposer auprès des Sauteux et que le « commandant » qui obtint la restitution des prisonnières n’est pas identifié. Or, après la campagne de 1687, Greysolon Dulhut rentra dans la colonie. Il est donc peu probable que les Outagamis lui aient demandé de jouer un rôle de médiateur à Michillimakinac en 1688. Mais comme la chronologie du texte de Bacqueville de La Potherie demeure incertaine, il est possible que le « coup » des Outagamis auquel fait allusion l’historien ait eu lieu plus tôt. Quant au « commandant » qui passa en 1688 au village des Outagamis, sans doute était-ce Perrot, car celui-ci allait alors rejoindre son poste chez les Sioux.

360 HAS, t. II, p. 214.

361 HAS, t. II, p. 215.

362 HAS, t. II, p. 215-216.

363 HAS, t. II, p. 216-219.

364 HAS, t. II, p. 219-221. Perrot remit les prisonnières à leurs familles au moment de son retour à Michillimakinac (HAS, t. II, p. 225). Les Français reçurent-ils vraiment l’ordre de rentrer dans la colonie ? Au moment de fermer sa lettre du 6 novembre 1688, Brisay de Denonville écrit qu’il vient de recevoir des « nouvelles certaines » qu’il se faisait en Nouvelle-Angleterre « un grand mouvement pour quelque entreprise du costé des Outaouacs ». Il annonce alors qu’il entend dépêcher un canot à Michillimakinac pour prévenir les Français et les Amérindiens de la région « afin qu’ils se precautionnent tous du mieux qu’ils pourront et que nos françois s’assemblent » (« Memoire de L’Estat present », ANF, Col. C11A 10, f. 110). C’est peut-être cet ordre qui incita les Français à revenir à Michillimakinac et à se préparer à rentrer dans la colonie.

365 HAS, t. II, p. 221-227 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 320-321.

366 HAS, t. II, p. 221.

367 Aujourd’hui rivière Fox (Wisconsin).

368 Aujourd’hui rivière Wisconsin (Wisconsin).

369 Aujourd’hui rivière Saint Croix. La rivière sert de frontière entre les États de Wisconsin et de Minnesota.

370 Aujourd’hui rivière Minnesota (Minnesota).

371 Collationné sur l’original le 25 juillet 1750, signé Du Laurent, notaire royal, certifié par François Bigot, témoin, le 1er août 1750 (ANF, Col. C11A 10, f. 211-212 ; voir appendice 5, infra, p. 443-445). Selon Pierre Margry, Perrot résida au poste des Sioux, avec le titre de « commis pour négocier les intérêts du commerce, tant au haut du Mississipi que parmi les Sauvages de la baie des Puants et Maskoutens et autres » (Découvertes et établissements des Français, t. V, p. xxix). Toujours selon P. Margry, le jésuite Pierre Gabriel Marais était alors avec Perrot (ibid.).

372 ANF, Col., B15, f. 63.

373 Sur le massacre de Lachine, voir HAS, t. II, p. 228-230 ; « Registre de la paroisse des Saints-Anges de Lachine », p. 45-47 ; Champigny, lettre du 16 novembre 1689 à Seignelay (ANF, Col. C11A 10, f. 244) ; Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 199-203 ; Désiré Girouard, « Les victimes du massacre de Lachine », Bulletin des recherches historiques, vol. 6, n° 1, janvier 1900, p. 47-49 ; Désiré Girouard, Le Vieux Lachine et le massacre du 5 août 1689, Montréal, Gebhardt- Berthiaume, 1889 ; J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 256-259. Après le coup de force des Iroquois, les Outaouais changèrent d’attitude à l’endroit des Français et Morel de La Durantaye dut avoir recours à « toute son experience & toute sa bonne conduite pour conserver son fort » (HAS, t. II, p. 232). Sur cette question, voir aussi J. Tailhan, qui s’inspire de Bacqueville de La Potherie (Mémoires, p. 321-322), et C. de Rochemonteix (Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle d’après beaucoup de documents inédits, t. III, p. 329, n. 1).

374 HAS, t. II, p. 233.

375 Bail à ferme d’une terre située en la seigneurie de Bécancour par Perrot à Jean Harel, de Gentily (acte passé devant Me Jean Cusson, le 6 mars 1690, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés) ; remise d’un bail à ferme d’une terre par Jean Harel, un fermier de la rivière Bécancour, à Pierre Lhomme, fondé de pouvoir de Marie-Madeleine Raclot et de Nicolas Perrot (acte passé devant Me Jean Cusson, le 16 juillet 1690, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés).

376 Le 26 août 1689, poursuite de Jeanne Dandonneau pour saisir ce que Perrot doit à Mathieu Brunet (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 921-922) ; 9 septembre 1689, poursuite de Pierre Lussaud, qui lui réclame les sommes de 84 £ et de 32 £ (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 961- 962) ; 27 septembre 1689, poursuite de Jeanne Dandonneau, qui veut récupérer des castors de Mathieu Brunet entre les mains de Perrot (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 1003- 1005) ; 28 septembre 1689, poursuite de Pierre Leboulanger, qui veut saisir ce que Perrot doit à Pierre Champou (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 1009-1011) ; 1er octobre 1689, poursuite de 712 £ de François Chorel (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 1017-1018). En même temps, le 30 juillet 1689, Perrot poursuivait un certain Patu pour injures et diffamation (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, p. 900-901).

377 Engagement en qualité de voyageur de Louis Duquet-Duverdier et de Louis Provancher (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 28 août 1689, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1483) ; engagement sous seing privé de Louis Chambalon, à titre de commis-procureur, par Perrot, pour un voyage au pays des Outaouais : Chabalon s’engageait à monter dans l’Ouest dans un canot « en mesme temps » que Perrot, si celui-ci obtenait une permission « de monter ou faire monter » deux canots aux Outaouais. Les émoluments de Chambalon s’élevaient à « mil liures en castor ou en lettres de chanches » [change]. L’entente fut entérinée le 13 mars 1690 devant Me Gilles Rageot, de Québec (ANC, MG 18 B 10, sans numéro d’ordre ni pagination. Il s’agit de la photocopie d’un original) ; engagement en qualité de voyageur de Jean Cusson et Michel Cusson (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 11 mai 1690, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4634, acte n° 1628).

378 Voir appendice 6, infra, p. 445-446.

379 Bail à loyer et ferme d’une maison située à Montréal, rue Saint-Joseph, par Guillaume Gouyau dit Lagarde, à Perrot (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 17 mai 1690, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1670). Avant de quitter sa région pour Montréal, Perrot avait été témoin à un mariage : sa signature apparaît au bas de l’acte de mariage de Michel Dizi et de Marie-Jeanne Beaudoin, daté du 6 février 1690 (greffe du notaire Séverin Ameau, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 3742, pièce n° 424 de Trois-Rivières ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 60).

380 Vente de boeufs et de vaches par Marie-Madeleine Raclot, « demeurant en la ville de Villemarie », à Mathieu Guillet, de la même ville (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 10 juillet 1690, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1710). Le 15 août 1690, naissait Jean Perrot (voir H. Charbonneau et J. Légaré, Répertoire, vol. 5 ; R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 49 ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 60 ; C. Tanguay, Dictionnaire généalogique, t. I, p. 475, et t. VI, p. 316).

381 ANF, Col. B15, f. 90.

382 Dans le résumé des lettres de Brisay de Denonville, de Buade de Frontenac et de l’intendant Champigny, de 1689, on lit, dans les « Observations et projets pour la guerre », que « Les Srs Perrot, de Villebon, la Motte Cadillac, et Peré » pourraient servir dans une expédition contre « Manhatte » et « Orange » (ANF, Col. C11A 10, f. 342). Une note marginale signale que le projet « est rapporté » [reporté]. Il s’agit bien de Nicolas Perrot et non de François-Marie Perrot, le gouverneur de l’Acadie, de septembre 1685 à avril 1687, qui fut fait prisonnier par les Anglais en 1690 et qui mourut en 1691.

383 Surtout que les Iroquois se montraient de plus en plus menaçants : le 28 octobre 1689, Dulhut et vingt-huit « cadets canadiens » étaient attaqués par des Iroquois sur le lac des Deux-Montagnes (voir Champigny, lettre du 16 novembre 1689, ANF, Col. C11A10, f. 244) ; le 13 novembre, des habitants de La Chesnaye et de l’île Jésus étaient massacrés par des Iroquois (voir Buade de Frontenac, lettre du 17 novembre 1698, ANF, C11A 10, f. 207). Avant de quitter la colonie, Brisay de Denonville fit même évacuer Catarocouy (voir ANF, Col. C11A 10, f. 194-198). Buade de Frontenac annula trop tard l’ordre, si bien que le poste fut déserté (voir Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 205-206 ; J. Leclerc, Le Marquis de Denonville, p. 260-261).

384 Une « forte et vigoureuse deffensive est plus convenable presentem[en]t », y lit-on (ANF, Col. B15, f. 121).

385 ANF, Col. B15, f. 121-123.

386 ANF, Col. B15, f. 123-124.

387 ANF, Col. C11A11, f. 8.

388 Opérations contre Salmon Falls, au nord de Boston (Massachusetts), en janvier 1690, contre Corlaer (Schenectady), près d’Albany (New York), en février 1690, et contre Casco, au nord de Boston, en mai 1690 (voir Bacqueville de La Potherie, HAS, t. III, p. 61-62, 67-70 et 76-81 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 152-154 ; Monseignat, « Relation », ANF, Col. C11A 11, f. 9-13).

389 Au printemps 1690, Pierre d’Aux de Joliet alla négocier chez les Iroquois, après que Lahontan eut refusé la mission, la jugeant trop périlleuse. Retenu de force par les Iroquois, il fut torturé et deux de ses compagnons furent brûlés vifs. Peter Schuyler, alors maire d’Albany, le retira des mains des Iroquois et le fit conduire à New York, où il fut retenu prisonnier. Pierre d’Aux de Joliet parvint à s’évader et à regagner Québec, en septembre 1692 (voir Lahontan, Œuvres complètes, t. I, p. 454-455, t. II, p. 1029 et 1238 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 154 ; R. Le Blant, Histoire de la Nouvelle France. Les sources narratives du début du xviie siècle et le recueil de Gédéon de Catalogne, p. 207 ; M. G. S. Van Rensselaer, History of the City of New York in the Seventeenth Century, New York, The Macmillan Company, 1909, t. II, p. 472, 474 et 483-484).

390 Monseignat, « Relation », ANF, Col. C11A 11, f. 14. Dans son Histoire de l’Amerique septemtrionale, Bacqueville copie mot à mot le texte de Monseignat (HAS, t. III, p. 74 ; voir aussi HAS, t. II, p. 233-234 ; HDG, t. II, p. 55). Champigny se montra critique au sujet de la nomination de La Porte de Louvigny : voir le « Memoire » du 10 mai 1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 267 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 154-155).

391 Monseignat, « Relation », ANF, Col. C11A 11, f. 14 ; HAS, t. III, p. 74-75 ; Champigny, lettre du 14 novembre 1690 à Pontchartrain (ANF, Col. C11A 11, f. 133) ; B. Suite, Mélanges historiques, p. 61. Selon Monseignat, les Français allaient chercher les pelleteries qu’ils n’avaient pu ramener à cause de la guerre (« Relation », ANF, Col. C11A 11, f. 14). Mais dès 1688, sinon 1687, des trafiquants étaient revenus dans l’Ouest.

392 HDG, t. II, p. 56.

393 Monseignat, « Relation », ANF, Col. C11A 11, f. 15. Selon Bacqueville de La Potherie, une trentaine d’Iroquois furent tués, mais il y eut plusieurs tués et blessés parmi les Français (HAS, t. III, p. 75-76). Le récit de Charlevoix diffère de celui de Monseignat. Selon lui, au moment où on découvrit l’ennemi, on envoya trois canots avec trente hommes, qui tombèrent dans une embuscade. En même temps, une soixantaine d’hommes marchèrent sur la rive vers l’ennemi. Alors, Perrot, et non La Porte de Louvigny, s’opposa à ce qu’on allât les secourir : Perrot, « à qui il [Louvigny] avoit un ordre exprès d’obéir pendant le chemin, ne vouloit point lui permettre d’avancer, de peur de risquer les présens, dont il étoit Porteur, & avec eux tout le succès de la négociation, dont il étoit chargé ». Finalement, Perrot se laissa persuader par Louvigny et d’Hosta de charger les Iroquois (HDG, t. II, p. 56-57). Des deux prisonniers iroquois, un fut conduit à Québec, l’autre à Michillimakinac (Monseignat, « Relation », ANF, Col. C11A 11, f. 15 ; Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 226).

394 HAS, t. II, p. 234-235.

395 HAS, t. II, p. 235-236.

396 HAS, t. II, p. 236-238.

397 HAS, t. II, p. 238-239. Voir « Parole qui doit estre ditte [par Perrot] a L’outaouac pour le dissuader de L’alliance qu’il veut faire auec L’yroquois et L’anglois » (ANF, Col. C11A 11, f. 130-133 ; HAS, t. II, p. 239-240).

398 HAS, t. II, p. 240.

399 HAS, t. II, p. 240-243.

400 HAS, t. II, p. 243-244.

401 HAS, t. II, p. 244. Le complot échoua grâce au chef des Puants de la Baie, qui détourna les Outagamis et les Mascoutins de leur projet (HAS, t. II, p. 244-245).

402 HAS, t. II, p. 247.

403 Bacqueville de La Potherie écrit qu’ils ont « calmé les Nations Alliées » (HAS, t. III, p. 79). Dans sa lettre du 12 novembre 1690, adressée au ministre, Buade de Frontenac, qui rappelle tous les faits signalés par Monseignat (ANF, Col. C11A 11, f. 86), explique qu’il a envoyé en mai La Porte de Louvigny avec cent soixante-dix hommes, « et luy ayant joint avec des presens considerables le s.r Nicolas Perrot h[abit]ant de ce pais, Lequel par la longue pratique et connoissance qu’il a de l’humeur, des manieres et de la langue de toutes ces nations d’en haut s’est acquis beaucoup de credit parmy elles » (ANF, Col. C11A 11, f. 86). Voir aussi sa lettre du 20 novembre 1690 à Pontchartrain (ANF, Col. C11A 11, f. 112-114).

404 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 23) ; HDG, t. II, p. 59. Selon Charlevoix le convoi se composait de cent dix canots « portant pour cent mille écus de Pelleteries, conduits par plus de trois-cent [sic] Sauvages de toutes les Nations Septentrionales » (HDG, t. II, p. 57).

405 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 9-13) ; HDG, t. II, p. 59.

406 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 25).

407 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 26). Sans doute faut-il se méfier des propos prêtés par Frontenac aux Outaouais, qui lui permettent de rendre son prédécesseur responsable des malheurs de la colonie.

408 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 26-27). Sur l’attitude équivoque de ce chef huron, voir Bacqueville de La Potherie, HAS, t. IV, p. 16- 27, 50-51.

409 HDG, t. II, p. 63.

410 Monseignat, « Relation » (ANF, Col. C11A 11, f. 26).

411 « Pendant la marche generale » des troupes contre les Iroquois en 1687, des Mascoutins, qui ne participaient pas au conflit, allèrent aux nouvelles. En cours de route, ils rencontrèrent trois femmes miamises qui avaient profité de la déroute des Iroquois pour s’enfuir et ils les prirent avec eux. Alors qu’ils rentraient chez eux, les Mascoutins rencontrèrent deux Français chargés de castors. Ils les tuèrent, ainsi que les trois Miamises, et brûlèrent les corps pour cacher leur crime. Rendus à leur village, ils donnèrent à leurs chefs les chevelures des trois femmes et les deux fusils des Français. « Ces Chefs les envoyerent aux Miamis, qui leur firent en reconnoissance plusieurs presens. D’autres François qui revenoient des Islinois reconnurent les fusils de leurs camarades, & n’en ayant pas de nouvelles ils accuserent les Miamis de les avoir assasinez. Ceux-ci s’en defendirent disant que les Maskoutechs leur en avoient fait present avec trois chevelures d’Iroquois. » Les Français s’excusèrent alors des soupçons qu’ils avaient eus (HAS, t. II, p. 210-211). Ce sont ces faits que le chef des Miamis expliqua à Perrot lors de son passage.

412 HAS, t. II, p. 248-251.

413 HAS, t. II, p. 251. Plus bas, un chef miami donne à nouveau un échantillon de plomb à Perrot (HAS, t. II, p. 260).

414 HAS, t. II, p. 251.

415 HAS, t. II, p. 251-252 ; voir aussi HAS, t. II, p. 238-249 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle d’après beaucoup de documents inédits, t. III, p. 251-252.

416 HAS, t. II, p. 252-253. Les Outagamis et les Mascoutins avaient fait savoir qu’ils avaient l’intention de massacrer tous les Français qui iraient chez les Sioux et avaient même préparé une embuscade. Prévenu du danger, Perrot avait menacé de punir les Outagamis et de tirer sur eux s’ils essayaient de l’empêcher de passer (Bacqueville de La Potherie, HAS, t. II, p. 244-246).

417 HAS, t. II, p. 253-254.

418 HAS, t. II, p. 254-256.

419 HAS, t. II, p. 257-259.

420 Un canot plein de pelleteries qu’il envoya à la baie des Puants échappa de justesse au pillage des Outagamis. En revanche, des Français, à qui Perrot avait dit de se méfier des Mascoutins, furent pillés (HAS, t. II, p. 259-260).

421 HAS, t. II, p. 260.

422 HAS, t. II, p. 260.

423 HAS, t. II, p. 260.

424 Bacqueville de La Potherie se serait alors trompé à deux reprises, puisque Perrot, selon lui, annonça aux Miamis qu’il s’établirait « au dessous » de la rivière (HAS, t. II, p. 251). Le site au-dessus de la rivière Wisconsin correspond à celui du fort Saint-Nicolas, ce qui n’est pas sans faire problème. Selon Gérard Malchelosse, qui se fonde sur le texte de Bacqueville de La Potherie, le fort n’a pu être érigé avant 1688 (« Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 134). Plus précis, Benjamin Suite estime que c’est en 1690, après avoir quitté Michillimakinac, où il laissa « M. de Louvigny [que Perrot] se rendit à la baie Verte, d’où il parvint de nouveau au Mississipi, et, vers l’automne, éleva un autre fort sur ce fleuve, toujours en vue de la traite avec les Sioux, en même temps que pour des fins politiques » (Mélanges historiques, p. 61). Comment expliquer alors que l’emplacement du fort soit indiqué sur la « Carte de l’Amerique Septentrionnalle » de 1688 de Franquelin ? Presque à mi-chemin entre l’embouchure de la rivière Chippewa, où se trouvait le fort Saint-Antoine, et celle de la rivière Wisconsin, site du fort Saint-Nicolas, un « Perrot State Park », situé à l’ouest de Trempealeau (Wisconsin) rappelle le passage de Perrot dans la région.

425 Sur cette question, voir appendice 3, infra, p. 430-441.

426 HAS, t. II, p. 260-263.

427 HAS, t. II, p. 263-264.

428 HAS, t. II, p. 264-169. Lorsque les Sioux arrivèrent au fort, ils avaient même l’intention de le piller. Perrot leur annonça alors que les Outagamis, les Mascoutins, les Miamis et les Illinois avaient formé une armée de quatre mille hommes pour fondre sur eux, mais les Sioux ne se laissèrent pas impressionner. Perrot dut se faire menaçant pour obtenir des Sioux qu’ils n’attaquassent pas les Amérindiens alliés des Français.

429 HAS, t. II, p. 270.

430 HAS, t. II, p. 270. Dans son journal de voyage, Charlevoix écrit que les mines de plomb découvertes par Perrot se trouvaient à vingt et une lieues au-dessus de la rivière Moingona, des deux côtés du Mississipi (Journal, t. II, p. 766). La distance entre la rivière Des Moines et les mines de plomb est en réalité trois fois plus grande. Dans sa relation, Pénicaut les situe plus précisément à vingt lieues au-dessous de la rivière Wisconsin, à la hauteur des actuelles villes de Dubuque (Iowa) et de Galena (Illinois), où il y a bel et bien des mines de plomb (Pénicaut, « Relation », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 412 ; voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 328).

431 HAS, t. II, p. 271-276.

432 En septembre 1690, après avoir surpris des habitants dans leurs champs et des soldats à la Prairie-de-la-Madeleine, une armée composée d’Anglais et d’Iroquois se retira à l’arrivée de renforts de Montréal. Les Anglais et les Iroquois formaient l’avant-garde d’une armée d’invasion de près de deux mille cinq cents hommes. Décimés par la variole, les Iroquois abandonnèrent le camp et l’invasion avorta. En octobre, une armée navale anglaise échouait dans sa tentative de s’emparer de Québec (voir HAS, t. II, p. 277-281, et t. III, p. 138-145 ; Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 222-225 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 155-159). Sur la mission de Le Gardeur de Courtemanche, qui se rendit dans l’Ouest en avril 1691 pour informer La Porte de Louvigny des victoires françaises, voir infra, p. 93.

433 HAS, t. II, p. 281-283.

434 ANF, Col. B16, f. 34. Par exemple, le roi reprenait l’idée d’attaquer New York (ANF, Col. B16, f. 36).

435 ANF, Col. B16, f. 34.

436 ANF, Col. B16, f. 37. Le roi demandait aussi qu’on examinât la proposition de La Porte de Louvigny d’avoir la jouissance du poste des Miamis en échange de l’entretien de troupes et il attendait des autorités coloniales du Canada qu’elles lui donnassent un avis sur la question (ANF, Col. B16, f. 38).

437 « Relation de ce qui s’est passé de plus considerable en Canada depuis le depart de la fregate La fleur de May le 27. Novembre 1690 jusqu’au départ de 91 » (ANF, Col. C11A 11, f. 48).

438 « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 49). Voir aussi le « Journal du S.r de Courtemanche Envoyé aux Outaouas par Monseigneur Le Gouverneur », du 18 juin 1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 205-207) ; lettre de Buade de Frontenac du 20 octobre 1691 à Pontchartrain (ANF, Col. C11A 11, f. 234). Parti de Montréal le 22 avril 1691, Le Gardeur de Courtemanche arriva à Michillimakinac le 18 mai. Il prit le chemin du retour le 30 mai et rentra à Montréal le 18 juin.

439 « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 49).

440 Voir « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 49-51) ; lettre de Champigny du 12 août 1691 à Pontchartrain (ANF, Col. C11A 11, f. 271-272) ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 165-167.

441 ANF, Col. C11A11, f. 234.

442 « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 52).

443 « Relation » de 1690-1691 (ANF, Col. C11A 11, f. 59-61). Les Outaouais furent congédiés le 23 juillet.

444 Société entre François Perrot et Guillaume Boucher (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 20 août 1691, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1908).

445 Entente entre François Perrot, Guillaume Boucher et Jean-Baptiste Charly (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 23 août 1691, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4635, acte n° 1911). L’entente prévoyait même le partage des objets transportés si les trois hommes rencontraient Nicolas Perrot entre Montréal et Michillimakinac.

446 Le 4 octobre 1690, plainte d’Alexandre Turpin, (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, bobine n° 2151, f. 15v°-16).

447 Acte passé devant Me Claude Maugue, le 18 août 1691, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2044, actes non numérotés. L’acte précise que Perrot est alors « aux Out2aouaz ». Le 26 août de l’année suivante, Jean et Benjamin Cusson, qui agissaient pour eux et pour leur père, Jean Cusson, notaire du Cap-de-la-Madeleine, déposaient une demande de saisie des sommes dues à Perrot par les frères Dorval, Trudel et Denaux jusqu’à concurrence de 900 £ « En Castors » (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, bobine n° 2151, f. 510v°). Marie-Madeleine Raclot déposait aussi à la même époque une plainte en son nom pour récupérer un canot prêté à Jérôme Le Gay de Beaulieu, un marchand (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, bobine n° 2151, f. 254v°-255r°).

448 Le 27 novembre et le 18 décembre 1691, poursuites de François Charron (ANQ, Archives judiciaires, Bailliage, Registre des audiences, Juridiction de Montréal, bobine n° 2151, f. 316 et 327v°-328r°).

449 Acte passé devant Me Claude Maugue, le 22 avril 1692, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2044, actes non numérotés. Comme le précédent document, l’acte signale l’absence de Perrot.

450 Voir le jugement du 30 juin 1692 de Rouer de Villeray (Jugements et délibérations du Conseil souverain de la Nouvelle-France, t. III, p. 645-647).

451 ANF, Col. B16, f. 92-93. Sur le projet de La Porte de Louvigny, voir supra, p. 93, n. 436. Buade de Frontenac et Champigny avaient bel et bien une opinion sur la question : dans leur lettre commune du 15 septembre 1692 à Pontchartrain, ils rejetaient la proposition de Louvigny d’occuper le poste de la rivière des Miamis, à charge d’y entretenir quarante soldats à ses frais, car cela exclurait les habitants de la traite (ANF, Col. C11A 12, f. 6). L’année suivante, dans leur lettre commune du 4 novembre 1693, ils indiquaient que le projet de Louvigny n’avait « eu aucune Execution ny Suitte » (ANF, Col. C11A 12, f. 214). Sur les prétentions de La Porte de Louvigny, voir ANF, Col. C11A 12, f. 348.

452 ANF, Col. B16, f. 93. Dans leur lettre commune du 15 septembre 1692, Buade de Frontenac et Champigny observaient que Tonty et Laforest, à qui on avait accordé le fort Saint-Louis des Illinois à condition qu’ils missent les Amérindiens « En action Contre les Ennemis [avaient] commencé de satisfaire à cet Engagement » (ANF, Col. C11A 12, f. 7).

453 HDG, t. II, p. 116. Le gouverneur leur proposa de faire une expédition contre les Iroquois, mais les Outaouais déclinèrent 1 offre (HDG, t. II, p. 116). Dans sa lettre du 15 septembre 1692 à Pontchartrain, Buade de Frontenac écrivait toutefois : « Toutes les nations d’En haut paroissent fort bien Intentionnées » (ANF, Col. C11A 12, f. 24).

454 HAS, t. III, p. 157-159.

455 ANF, Col. C11A 12, f. 91.

456 Mélanges historiques, p. 61. Le convoi ne partit que le 10 ou le 11 septembre.

457 HDG, t. II, p. 133.

458 « Relation de ce qui s’est passé en Canada depuis le mois de Septembre 1692. Jusques au depart des Vaisseaux en 1693 » (ANF, Col. C11A 12, f. 192-193). Dans sa « Relation de ce qui s’est passé en Canada au sujet de la guerre Contre les Anglois et Iroquois depuis le mois de novembre 1692. », du 7 août 1693, l’intendant Champigny précisait que le gouverneur avait fait partir en mai 1693 vingt-trois hommes pour Michillimakinac, escortés par vingt-sept soldats, pour y porter ses ordres et prendre des « mesures pour faire descendre les Pelleteries ». Au retour, l’escorte fut attaquée (ANF, Col. C11A 12, f. 258-259). Dans son « Memoire » de mars 1693, adressé à Buade de Frontenac et à Champigny, le roi disait s’en remettre au gouverneur au sujet de la guerre (ANF, Col. B16, f. 236). Fin janvier 1693, un parti de quelque six cents hommes, tant Français qu’Amérindiens, quittait la colonie pour attaquer des villages agniers. Après avoir pris trois places des Iroquois, les alliés rentrèrent dans la colonie, sans trop de pertes, bien qu’ils fussent poursuivis par des troupes anglaises (HAS, t. I, p. 320-323, et t. III, p. 170-175).

459 « Relation » de 1692-1693 (ANF, Col. C11A 12, f. 201 -202). Dans sa lettre du 4 novembre 1693 à Pontchartrain, Champigny signalait l’arrivée de cent quatre-vingt-sept canots en provenance de l’Ouest (ANF, Col. C11A 12, f. 281). Selon Charlevoix, le convoi de deux cents canots était sous la conduite de Pierre d’Ailleboust d’Argenteuil et il amenait dans la colonie les principaux chefs des nations du Nord et de l’Ouest (HDG, t. II, p. 132).

460 « Relation » de 1692-1693 (ANF, Col. C11A 12, f. 202-203). Dans sa lettre du 4 novembre 1693, Champigny écrivait que Buade de Frontenac faisait monter cent quarante-six hommes afin d’assurer la défense des postes de l’Ouest (ANF, Col. C11A 12, f. 281-282).

461 HDG, t. II, p. 132.

462 Selon Champigny, le départ du convoi eut lieu le 13 septembre, sous le commandement de Tonty (lettre du 4 novembre 1693, ANF, Col. C11A 12, f. 282-283 ; HAS, t. III, p. 186). Juste avant son départ pour l’Ouest, plus précisément le 9 septembre 1693, Perrot, qui avait le titre de « commandant pour Le Roy aux Scioux » et qui était « presentement en ceste ville [Montréal] », remettait à François Charron les deux permissions qui lui avaient été octroyées par Buade de Frontenac pour « aller traiter avec Les Sauvages des nations d’en haut » afin de « satisfaire à une partie » de sa dette. Il remettait aussi au marchand de Montréal toutes les pelleteries que lui devaient les Amérindiens, celles qui étaient « tant A Missillimakinac qu’en au[tr]es Lieux », ainsi que celles qu’il allait traiter avec les « marchandises » fournies par Charron (actes passés devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, ANC, MG8, C8, vol. 1, p. 96-98 ; ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4636, actes no s 2506 et 2507).

463 « Relation » de 1692-1693 (ANF, Col. C11A 12, f. 203). Selon Jules Tailhan, c’est en 1692 que Perrot est dépêché à Marameg pour s’y fixer parmi les Amérindiens afin de maintenir l’alliance des Miamis et des autres nations de la région avec les Français (Mémoire, p. 328-329). Mais Charlevoix confirme la date de 1693 : en 1693, Tonty remonta aux Illinois, « MM. de Courtemanche & de Mantet furent aussi de ce voyage, aussi-bien que Nicolas Perrot, à qui le Général recommanda d’empêcher de gré ou de force les Miamis de traiter avec les Anglois » (HDG, t. II, p. 133). Pour sa part, Pierre Margry écrit que Perrot « était à la rivière Maramek, qui était l’abord d’une infinité de Nations » (Découvertes et établissements des Français, t. V, p. lvii).

464 Louise P. Kellogg explique: « This post, formely believed to have been on the Kalamazoo River, Michigan, is now thought to have been situated at the "Maramech"öof Franquelin’s map of 1684, and the "Maramec" of 1688, near Fox River of the Illinois » (The French Régime in Wisconsin, p. 248, n. 10; voir aussi J. F. Steward, Lost Maramech and Earliest Chicago, p. 22-29 et 70-75). Louise P. Kellogg situe l’érection de ce poste en 1691, et non en 1693. L’endroit correspond à peu près à la boucle que dessine la rivière Fox près de l’actuelle ville de Norway, avant sa jonction avec la rivière Big Indian (Illinois).

465 Ils avaient « deja plusieurs fois pillé les françois sous pretexte qu’ils alloient porter des munitions de guerre chez les Scioux leurs anciens ennemis » (« Relation » de 1692-1693, ANF, Col. C11A 12, f. 203-204 ; voir aussi HAS, t. III, p. 187 ; HDG, t. II, p. 133).

466 ANF, Col. C11A 12, f. 284. L’année suivante, dans sa lettre du 24 octobre 1694 à Pontchartrain, Champigny accusait Monseignat d’être « de moitié avec le nommé le Sueur » et de toucher de la part de La Porte de Louvigny la somme de 500 £ par an « en consideration de ce que mons[ieu]r de Frontenac luy avoit donné le commandement de Michilimakina » (ANF, Col. C11A 13, f. 88).

467 Lettre du 4 novembre 1693 (ANF, Col. C11A 12, f. 285).

468 HAS, t. II, p. 284.

469 HAS, t. II, p. 284. Selon Jules Tailhan, l’événement aurait eu lieu « vers 1692 ou 1693 » (Mémoire, p. 331). Comme il indique la mauvaise date pour la mission de Perrot (1692, au lieu de 1693), sans doute faut-il, ici, retenir la seconde date (1693). Si l’on se fie à Bacqueville de La Potherie, l’événement eut lieu avant 1694, année au cours de laquelle La Porte de Louvigny a été relevé de son poste, car il fait allusion à des tractations entre La Porte de Louvigny et les Outaouais plus bas dans son texte (voir HAS, t. II, p. 295-296). Mais la chronologie de l’ouvrage de Bacqueville de La Potherie est si peu précise qu’il est difficile de savoir avec certitude si l’incident entre Perrot et les Mascoutins eut lieu avant le retour de Perrot dans la colonie, en 1692 ou 1693, ou après son retour dans l’Ouest, en 1693. Bacqueville de La Potherie rapporte un autre incident au cours duquel ce sont les Mascoutins qui s’opposèrent aux Outagamis, qui voulaient s’en prendre à Perrot (voir supra, p. 89, n. 416).

470 HAS, t. II, p. 284-285.

471 « Un des guerriers qui lui [Perrot] vint prononcer son Arrêt », raconte Bacqueville de La Potherie, « lui dit que l’on avoit voulu le brûler dans le village, mais qu’une partie ne devoit pas être témoin de cette execution. » Aussi Perrot et les autres prisonniers devaient-ils partir « au Soleil levant », être suivis « de prés » par des guerriers mascoutins et être sacrifiés « dans la campagne » à midi (HAS, t. II, p. 285).

472 HAS, t. II, p. 286-287.

473 HAS, t. II, p. 287.

474 HAS, t. II, p. 287-290. Ces observations sur l’intervention des Français auprès des Miamis de Marameg, de toute évidence liée à la mission de Perrot, incitent à croire que Bacqueville de La Potherie rapporte des événements ayant eu lieu à l’été 1694, puisque les Français ne remontèrent dans l’Ouest qu’en septembre 1693 (voir supra, p. 98, n. 462).

475 Les Mascoutins voulaient « le manger » (HAS, t. II, p. 291).

476 HAS, t. II, p. 290-293.

477 HAS, t. II, p. 293-295.

478 Les événements rapportés par Bacqueville de La Potherie ont lieu au plus tard en 1694, puisqu’il fait nommément allusion à La Porte de Louvigny, qui fut remplacé précisément cette année-là par Antoine Laumet, dit Lamothe-Cadillac (HAS, t. II, p. 295).

479 HAS, t. II, p. 295-299.

480 HAS, t. II, p. 303-304.

481 Bacqueville de La Potherie rapporte les discours de Perrot (HAS, t. II, p. 305-307 et 307-308).

482 HAS, t. II, p. 304-311.

483 HAS, t. II, p. 311-312.

484 HAS, t. II, p. 314. Selon Benjamin Suite, Perrot, qui faisait partie du voyage, retourna avec les chefs amérindiens dans l’Ouest, où il demeura jusqu’en 1699 (Mélanges historiques, p. 61- 62). Le 26 août 1695, Me Jean Cusson, de Trois- Rivières, faisait la collation de différentes quittances, dont celles de Nicolas Perrot et de son épouse (ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés). Selon Gardner P. Stickney, le Millwaukee Sentinel publiait, le 26 mai 1895, une reconnaissance de dette de Perrot à l’endroit de Lesueur, datée du 28 août 1695, en indiquant que le document appartenait à la Wisconsin Historical Society. Mais l’inventaire des manuscrits de l’association effectué par Alice E. Smith ne comprend aucun document de Perrot (voir Guide to the manuscripts of the Wisconsin Historical Society et le Supplement (Madison, Wisconsin Historical Society, 1944). A toutes fins utiles, nous produisons le texte attribué à Perrot: « J consent that from the first beaver which M. Le Sueur will find at the Ottawas or elsewhere, belonging to me, he pay himself the sum of two thousand and two hundred and eighty one livres, eight sols, six deniers, in beaver at the rate of the Quebec office, and this for a same amount which he paid to me to my quittance to M. Bertrand Armand, merchant at Montreal. In testimony of which I have signed the present, made in duplicate at Montreal this 28th August 1695.I will pay the cartage of said beaver. N. Perrot » (cité par G. P. Stickney, Nicholas Perrot. A Study in Wisconsin History, p. 13).

485 Lettre de Callières, du 19 octobre 1694, à Pontchartrain (ANF, Col. C11A 13, f. 106).

486 Lettre du 19 octobre 1694 (ANF, Col. C11A 13, f. 107). Si l’on se fie à l’extrait des dépêches de 1695 de Buade de Frontenac et de Champigny, les Iroquois avaient envoyé, l’hiver précédent, un « gros party » contre les Miamis et les Hurons et les Outaouais craignaient que les Français ne conclussent la paix sans eux, ce qui leur « inspira le dessein de la faire sans les François » (ANF, Col. C11A 13, f. 259 ; voir aussi G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 168-169).

487 Lettre commune de Buade de Frontenac et de Champigny du 5 novembre 1694 (ANF, Col. C11A 13, f. 20). La nomination de Lamothe-Cadillac serait du 16 septembre 1694 (voir C. de Rochemonteix, Les Jésuites[...] xviie siècle, t. III, p. 495).

488 « Quoique les Sauvages n’eussent aucune envie de faire une marche generale contre l’ennemy, ils ne laisserent pas de temoigner le contraire » (Mémoire sur les affaires de 1694-1695, ANF, Col. C11A 13, f. 227).

489 Voir extrait des lettres de 1695 de Buade de Frontenac et de Champigny (ANF, Col. C11A 13, f. 249) ; HAS, t. II, p. 316-317.

490 HAS, t. II, p. 316.

491 ANF, Col. B17, f. 173.

492 « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le Depart des vaisseaux 1695. Jusques au commencement de Novembre 1696. » (ANF, Col. C11A 14, f. 81-82) ; lettre de Champigny du 11 août 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 340) ; lettre de Callières du 27octobre 1695 à Pontchartrain (ANF, Col. C11A 13, f. 383). Selon Callières, des Hurons sous l’autorité de Le Baron et des Outaouais s’étaient entendus avec les Iroquois pour attaquer les Miamis (lettre du 27 octobre 1695, ANF, Col. C11A 13, f. 383). De là, sans doute, le désir, l’année suivante, de Buade de Frontenac de voir réunis les Miamis de Saint-Joseph et ceux de Marameg afin qu’ils pussent mieux résister à une attaque des Iroquois.

493 Selon Callières, Crisafy partit de Montréal le 20 juillet et mit quatorze jours pour se rendre à Catarocouy. Huit jours suffirent pour effectuer les travaux et Crisafy était de retour à Montréal le 14 août (lettre du 27 octobre 1695, ANF, Col. C11A 13, f. 379). Selon Callières, la flotte, qui comprenait douze canots « de plusieurs nations Eloignez », arriva le 14 août 1695 (lettre du 27 octobre 1695, ANF, Col. C11A 13, f. 384 ; voir aussi G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 169-170).

494 HAS, t. IV, p. 49. Bacqueville de la Potherie s’inspire de la « Relation » de 1695-1696 : « Ce fortuné retour du Convoy du fort de frontenac ne fut pas le seul agrement d’une si belle journée il avoit eté precedé de quelques heures par l’arrivée du Sr Nicolas perrot venant des Outaouia, et nations les plus eloignées avec dix ou douze canots de sauvages pouteouatamis sakis folles avoines outagamis et meamis & maramiek ce fut le 14 d’aoust » (ANF, Col. C11A 14, f. 84).

495 HDG, t. II, p. 158.

496 Voir lettre de Callières du 27 octobre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 384).

497 ANF, Col. C11A 14, f. 84.

498 Lettre du 4 novembre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 292). Voir aussi la lettre commune de Frontenac et de Champigny du 10 novembre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 296) ; lettre de Callières du 27 octobre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 385). Selon Charlevoix, Le Baron envoya secrètement son fils négocier avec les Iroquois (HDG, t. II, p. 156).

499 HAS, t. IV, p. 50-51; HDG, t. II, p. 156.

500 « Relation » de 1695-1696 (ANF, Col. C11A 14, f. 85-86). Selon Charlevoix, Le Baron s’établira près d’Orange avec une trentaine de familles en 1697 (HDG, t. II, p. 213).

501 Lettre de Callières du 27 octobre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 384).

502 ANF, Col. C11A 13, f. 260. Sans doute Frontenac tentait-il de justifier le rétablissement du fort. Une note, ajoutée dans la marge du texte, mettait en doute la valeur de l’argument avancé par le gouverneur : « Nota le fort de frontenac n’est pas le chemin pour aller aux nations d’en haut » (ANF, Col. C11A 13, f. 260). La remarque fait problème. Elle est pertinente dans la mesure où le fort était situé sur le Saint-Laurent et que les Outaouais et les coureurs des bois empruntaient la rivière des Outaouais pour se rendre dans l’Ouest. Mais elle témoigne aussi d’une méconnaissance de la géographie canadienne, car le fort, situé aux marches du territoire des Iroquois, pouvait effectivement servir de base de repli à tous ceux qui les attaqueraient.

503 Lettre de Callières du 27 octobre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 384). Voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 329. Le projet de Buade de Frontenac est repris dans sa harangue aux Miamis, le 16 août : voir « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le Depart des vaisseaux de 1695. Jusques au commencement de Novembre 1696. », ANF, Col. C11A 14, f. 86-91 ; HAS, t. IV, p. 64-65. Perrot profita de son court séjour dans la colonie pour signer une nouvelle « obligation » (obligation à Nicolas Godé et son épouse, acceptant pour leur fils défunt Nicolas Godé, acte passé devant Me Claude Maugue, le 2 septembre 1695, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2044, actes non numérotés).

504 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 89-90 ; HAS, t. II, p. 318-319. Mais selon Bacqueville de La Potherie, les Potéouatamis, les Sakis, les Folles-Avoines et même le fils d’un chef des Outagamis témoignèrent d’un « zéle » qui toucha le gouverneur.

505 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 91. Le convoi composé de quatre-vingt-dix canots sous la conduite de quelque cent quatre-vingts Français avec des pelleteries pour 40 000 £ arriva à Montréal au début du mois de septembre. En cours de route, les Français avaient rencontré près de Michillimakinac le convoi conduit par Laforest et destiné aux Outaouais (lettre de Callières du 27 octobre 1695, ANF, Col. C11A 13, f. 385). Sans doute deux fils de Nicolas Perrot, François et Nicolas, accompagnèrent-ils leur père dans l’Ouest. Le 7 septembre, François et Nicolas signaient une créance pour des marchandises et leur équipement pour aller aux Outaouais, en même temps qu’ils formaient une société avec Pierre Lesueur et Jean Le Mercher, dit La Roche, et empruntaient 1546 £,12 sols et 6 deniers à Monseignat (actes signés devant Me Claude Maugue, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 2043, actes nos 2309, 2310 et 2311).

506 Allusion au pillage des canots de Perrot par les Mascoutins : voir supra, p. 100.

507 Lettre de Callières du 27 octobre 1695, ANF, Col. C11A 13, f. 384-385. Selon le rédacteur de la « Relation » de 1695-1696, les Sioux avaient effectivement formé une armée de quelque deux mille à trois mille hommes pour se défendre et pour s’en prendre aux alliés des Français (« Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 84-85 ; voir aussi la lettre du 17 août 1695 de Champigny à Pontchartrain, ANF, Col. C11A 13, f. 343 ; HAS, t. IV, p. 49-50). En même temps, les Français durent empêcher un parti de trente Hurons d’attaquer les Sioux (« Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 85 ; HAS, t. IV, p. 50).

508 Dans sa lettre à Pontchartrain, du 11 août 1695, Champigny expliquait que, puisque les Iroquois ne négociaient pas sincèrement et qu’ils continuaient à faire des « Entreprises » contre les Français et les Amérindiens alliés, il fallait « par consequent à ne songer qu’à les humilier par une guerre plus forte que par le passé » (ANF, Col. C11A 13, f. 339). Voir aussi lettre de Champigny du 6 novembre 1695 (ANF, Col. C11A 13, f. 260) ; lettre de Callières du 27 octobrel695 (ANF, Col. C11A 13, f. 376-377).

509 Lettre de Callières du 27 octobre 1695, ANF, Col. C11A 13, f. 385 ; voir aussi HDG, t. II, p. 162. Les députés iroquois étaient partis de Michillimakinac le 10 octobre 1695 (« Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 41-42).

510 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. С11A 14, f. 40-43 ; HAS, t. III, p. 260-267. Sur l’ensemble de l’affaire, voir HDG, t. II, p. 162-163. La brouille entre les Outaouais, les Hurons et les Iroquois après le raid des premiers est confirmée par Frontenac et par Champigny dans leur lettre commune du 26 octobre 1696 (ANF, Col. C11A 14, f. 121). Voir aussi la lettre de Frontenac à Pontchartrain du 25 octobre 1696 (ANF, Col. C11A 14, f. 154-155) et la lettre de Champigny du 18 août 1696 (ANF, Col. C11A 14, f. 183).

511 C’est du moins ce que Pierre d’Ailleboust d’Argenteuil affirma à son retour de Michillimakinac (« Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 46 et f. 81-82).

512 « Relation »de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 46-47 ; HDG, t. II, p. 164.

513 Les Iroquois tuèrent un Amérindien et blessèrent trois hommes, dont un Français (« Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 80). Les autorités françaises jugeaient la route de l’Ouest si dangereuse que ce n’est qu’après s’être assuré que la « Grande Riviere » était sûre que Callières fit partir un convoi pour Michillimakinac, le 15 juin 1696 (« Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 77).

514 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f.39-40 ; HDG, t.II, p. 167-168. À noter que Charlevoix suit de près la « Relation » de 1695-1696 (voir ANF, Col. C11A 14, f. 40-60).

515 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 40-47.

516 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 48 ; HDG, t. II, p. 168.

517 Lettre de Frontenac et de Champigny du 26 octobre 1696 (ANF, Col. C11A 14, f. 120).

518 Dans leur lettre commune du 26 octobre 1696 à Pontchartrain, Frontenac et Champigny écrivent : « Nous avons eté assez heureux que les Outaoüacs n’ayent eu aucune part dans cette expedition, ce qui fait connoitre à nos Ennemis que nous sommes en êtat de leur faire la guerre de nous mêmes, et à nos Alliez que nous pouvons nous passer d’eux. Cela nous doit rendre redoutables parmy les uns et les autres » (ANF, Col. C11A 14, f. 120). On ne peut pas reprocher aux autorités coloniales de ne pas connaître l’art de transformer une défaite diplomatique en victoire politique. Voir aussi HDG, t. II, p. 169.

519 HDG, t. II, p. 169-170.

520 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 53.

521 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 56-57 ; HDG, t. II, p. 171-173.

522 « Relation » de 1695-1696, ANF, Col. C11A 14, f. 49-60 ; HDG, t. II, p. 173-173. Voir aussi HAS, t. III, p. 270-282 ; Callières, lettre du 20 octobre 1696 à Pontchartrain, ANF, Col. CllA 14, f. 217-222 ; Gédéon de Catalogne, « Recuil », p. 239-241 ; G. Lanctot, Histoire. Au Canada, p. 170-171.

523 HAS, t. III, p. 270-282.

524 Voir le texte de la déclaration (ANF, Col. C11A 125, f. 195-199).

525 ANF, Col. C11A 125, f. 196. L’arrivée de castors en provenance du Canada étant plus grande que la « consomation du Royaume, et que la quantité qu’on peut en envoyer aux Etrangers », le marché s’était saturé (« Memoire sur le Commerce des Castors », de 1696, ANF, Col. C11A 14, f. 272-277). Sur les excédents de peaux de fourrures, voir aussi ANF, Col. C11A 14, f. 293-294.

526 ANF, Col. C11A 14, f. 158-159. Voir aussi la lettre de Champigny du 25 octobre 1696 (ANF, Col. C11A 14, f. 197-199).

527 ANF, Col., B19, f. 235.

528 ANF, Col. B19, f. 241. Le roi admettait toutefois qu’il pût y avoir des délais dans l’abandon des postes de l’Ouest.

529 Lettre du 28 avril 1697 (ANF, Col. B19, f. 249).

530 ANF, Col. C11A 15, f. 6-7.

531 « Relation » de 1696-1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 13). Selon Callières, le convoi comprenait soixante-deux canots de Français et trente-cinq d’Amérindiens (lettre du 15 octobre 1697, ANF, Col. C11A 15, f. 151). Dans sa lettre du 15 octobre 1697, Frontenac expliquait que Lamothe-Cadillac ramenait trois cents Amérindiens de l’Ouest pour défendre la colonie, que l’on croyait menacée (ANF, Col. C11A 15, f. 96). Voir aussi les lettres de Champigny du 26 août 1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 109) et du 12 juillet 1698 (ANF, Col. C11A 16, f. 99-100) et la lettre de Callières du 15 octobre 1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 151) ; HDG, t. II, p. 213.

532 « Relation » de 1696-1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 13).

533 ANF, Col. C11A 15, f. 151.

534 « Relation » de 1696-1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 13). Les informations de Lamothe-Cadillac furent confirmées par une Iroquoise, qui rapporta que trente Hurons de Michillimakinac s’étaient rendus à Albany, où on leur avait donné des terres (ANF, Col. C11A f. 11 ; HAS, t. III, p. 298). Au cours des pourparlers qui eurent lieu, les Hurons assurèrent cependant le gouverneur de leur fidélité, « malgré les Intrigues secretes du Baron l’un de leurs Chefs et de sa famille » (« Relation » de 1696-1697, ANF, Col. C11A 15, f. 7).

535 « Le nommé Nicolas Perot, voyageur françois fort connu de touttes ces nations », lit-on dans la « Relation » de 1696-1697, « avoit été pillé par les miamis, et en auroit été brulé, si les Outagamis ou Renards ne s’y etoient opposés » (ANF, Col. C11A 15, f. 13). Mais Lamothe-Cadillac n’avait pas que des mauvaises nouvelles à transmettre au gouverneur. Alors qu’il était en route vers Montréal, il avait appris qu’un combat avait eu lieu sur le lac Érié, au cours duquel plus de cinquante Iroquois avaient été tués par un parti d’Outaouais, de Potéouatamis et de Hurons. Le fait était d’autant plus important que ce conflit rompait « les mesures que le Baron avoit prises avec ces memes Iroquois pour defaire entierement Les Miamis (« Relation » de 1696-1697, ANF, Col. C11A 15, f. 13-14). Voir aussi la lettre de Buade de Frontenac du 15 octobre 1697 à Pontchartrain (ANF, Col. C11A 15, f. 96) et la lettre de Callières du 15 octobre 1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 151). Dans son ouvrage, Bacqueville de La Potherie, qui signale le combat, rappelle que les Hurons et les Iroquois avaient négocié ensemble, l’automne précédent, pour attaquer les Miamis et s’en prendre aux Outaouais (HAS, t. II, p. 353-356).

536 HAS, t. II, p. 323-324.

537 HAS, t. II, p. 324-325.

538 HAS, t. II, p. 326.

539 HAS, t. II, p. 327-328.

540 HAS, t. II, p. 328-329.

541 HAS, t. II, p. 329-331.

542 HAS, t. II, p. 331-332.

543 HAS, t. II, p. 333.

544 C’est-à-dire l’hiver 1696-1697.

545 HAS, t. II, p. 333. Il était « même résolu de faire perir cette nation qui avoit defait nos meilleurs amis » (ibid.).

546 Ils pillèrent d’ailleurs leurs canots.

547 HAS, t. II, p. 333-335.

548 HAS, t. II, p. 335-336.

549 HAS, t. II, p. 336-338.

550 HAS, t. II, p. 338-339.

551 HAS, t. II, p. 339-340.

552 HAS, t. II, p. 340-341.

553 HAS, t. II, p. 341-343.

554 Le texte de Bacqueville de La Potherie ne permet pas de dire avec certitude que Perrot était un des deux Français plus particulièrement menacés. Mais compte tenu de l’importance de Perrot et de son rôle, il est probable que c’est de lui qu’il est question, comme le suggère, du reste, le texte de la « Relation » de 1696-1697, cité plus haut (p. 113-114, n. 535).

555 HAS, t. II, p. 343-344.

556 HAS, t. II, p. 344-345.

557 HAS, t. II, p. 346-348.

558 HAS, t. II, p. 348-351. Dans le troisième volume de son ouvrage, Bacqueville de La Potherie reprend le même récit, en le réduisant. Après avoir signalé que les Sioux « avoient fait deux coups sur les Miamis, & [que] ceux-ci furent attaquez par les Sauteurs », il ajoute : Perrot « fut pillé par les Miamis, & auroit même été brûlé si les Outagamis, ou Renards, ne s’y étoient opposez » (HAS, t. III, p. 298). Bacqueville de La Potherie reprend à son compte le texte de la « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis Le Depart des vaisseaux 1696. jusqu’à ceux de l’automne de l’année Suivante 1697. » (ANF, Col. C11A 15, f. 13). Dans sa lettre du 13 octobre 1697, adressée à Pontchartrain, Champigny résumait ainsi l’affaire : « plusieurs ffançois qui se sont trouvez sur les lieux se sont declarez pour les derniers Contre les autres et en ont tué quelques uns » (ANF, Col. C11A 15, f. 129). Ce que les Amérindiens reprochaient aux Français, c’était de fournir des armes aux Sioux, qui ne cessaient de les agresser.

559 HDG, t. II, p. 210-211. Voir aussi G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 175-176 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 331.

560 « Harangue » du 10 septembre 1696 (« Relation » de 1696-1697, ANF, Col. C11A 15, f. 17). Voir aussi Bacqueville de La Potherie (qui indique la date du 20 septembre pour la harangue de Buade de Frontenac), HAS, t. III, p. 299-310 ; lettre de Callières du 15 octobre 1697, ANF, Col. C11A 15, f. 151 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 331-332.

561 « Relation » de 1696-1697 (ANF, Col. C11A 15, f. 18). D’autre part, dans sa lettre du 13 octobre 1697 à Pontchartrain, Champigny l’informait que deux canots de Tonty qui devaient passer aux Sioux avaient été pillés par des Illinois (ANF, Col. C11A 15, f. 129).

562 « Relation » de 1697-1698 (ANF, Col. C11A 15, f. 30). Voir appendice 7, infra, p. 446-447.

563 Le 30 août 1697 (ANQ, Archives judiciaires de Montréal, Juridiction royale, pièce n° 231). Le 17 septembre, il devait à nouveau se présenter en cour, à la demande de Jean Legros, dit Laviolette, qui avait entrepris des démarches pour l’obliger à lui payer la somme de 600 £ en castors à titre de « Gages & salaire » de deux années (ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 3, f. 650 et 655). A noter que Perrot ne s’était pas présenté à une première assignation, le 10 septembre.

564 Vente par Barthelemy David à Michel et Nicolas Perrot d’une terre de trois arpents et demi sur vingt de profondeur sur le bord de la rivière Bécancour (acte passé devant Me Jean Cusson, le 19 décembre 1697, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1455, actes non numérotés). Perrot a signé l’acte. Selon l’acte de vente, la terre voisine est occupée par Claude David et Michel David. Sur la carte de 1709 de Gédéon de Catalogne, la douzième terre, attribuée à « Mi perot », est contiguë à celle attribuée à « David ». Dans son mémoire sur les seigneuries, Gédéon de Catalogne indique que « les Terres » de la seigneurie de Bécancour « sont très bonnes produisant toutes sortes de grains et legumes », avant d’ajouter qu’il « y a de gros bois de toutes sortes » (« Mémoire de Gédéon de Catalogne sur les plans des seigneuries et habitations des gouvernements de Québec, les Trois-Rivières et Montréal », du 7 octobre 1712, dans Bulletin des recherches historiques, vol. 21, n° 10, octobre 1915, p. 302).

565 R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 52. Après la mort de François, en 1704, un long procès opposera Marie-Madeleine Raclot, l’héritière de François, aux héritiers de Jacob L’Heureux et de Sébastien Provencher. Elle n’aura gain de cause qu’en 1711 (ibid., p. 52-53). Nous n’avons pas retrouvé cet acte, signé au greffe de Jean Cusson, mais un ordre de comparution, daté du 30 mars 1711, indique le nom du notaire ainsi que l’emplacement de la terre, qui « joigna[i]t d’Un Costé ledit Nicolas Perrot pere, et d’autre Jacob Sauvage » (Jugements et délibérations du Conseil souverain de la Nouvelle-France, t. VI, p. 202).

566 Voir appendices 8a et 8b, infra, p. 447-449.

567 Voirl’audience du 30juin 1699 (ANQ, Archives judiciaires juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 161). Selon son procureur, Monseignat dit avoir déjà rejeté les « pretentions » de Perrot formulées dans une requête présentée « Il y a quatre mois ».

568 ANF.Col. C11A19, f. 134.

569 ANF, Col. C11A 19, f. 134.

570 Parmi les pièces du dossier, figurent le certificat d’un armurier, daté du 4 avril 1690, certifiant qu’il « a visitté les fusils appartenant au Roy étant es mains dud. Perrot et qu’il les a trouvé hors de service », un « écrit signé Le Sueur » du 11 août 1690, dans lequel il dit avoir livré au fils de Perrot « mil trente six livres de Castor sec », une lettre de Charles de Couagne, du 17 avril 1691, adressée à Perrot, deux lettres, respectivement du 6 juillet 1691 et du 5 mars 1692, de Buade de Frontenac à la femme de Perrot, deux lettres de Charles de Monseignat, des 22 juillet et 8 août 1691 à la femme de Perrot, un mémoire de Laporte de Louvigny et du père Henri Nouvel, daté du 4 octobre 1691, sur les présents et des effets remis aux Amérindiens par Perrot (ANF, Col. C11A 19, f. 134).

571 ANF, Col. C11A 19, f. 136-137. Le 24 juillet, ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 168r°, 170v°-171r° et 172r°-173r°.

572 Voir « Jugement de Monsieur de Champigny Intendant de la Nouvelle France du 22e Mars 1701 qui renvoyé quittes et absous les srs. De Monseignat et de Couagne des demandes de Nicolas et françois Perrot » (ANF, Col. C11A 19, f. 134-137). Restait un différend au sujet des sommes indiquées dans les livres de Charles de Couagne, au sujet duquel l’intendant ordonnait au marchand et à Perrot de venir « a nouveau compte pour raison seulement des prétendus doubles emplois et erreurs d’aucunes des Dites sommes portées aud. Extrait de journal et livre et ce par devant les srs. Gobin et Lestaige », avec maintien de la sentence obtenue par Charles de Couagne contre Perrot en 1699 (ANF, Col. C11A 19, f. 137 ; voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 332-333).

573 HAS, t. IV, p. 241. Bacqueville de La Potherie orthographie son nom « Peraut », ce qui est exceptionnel, mais Charlevoix confirme la présence de Perrot comme interprète « aux Miamis, aux Illinois, & aux autres Sauvages Occidentaux » (HDG, t. II, p. 281 ; voir aussi P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. CLIII). D’ailleurs, le 6 août, Jean Le Blanc, ou Le Bland, de son vrai nom Outoutagan, le chef des Outaouais du Sable, demanda le retour de Perrot dans l’Ouest (ANF, Col. F38, f. 271 ; HAS, t. IV, p. 257-258). Callières répondit : « pour ce qui est de Nicolas perrot que vous me demandez il ne peut encore vous le promettre parce que i’ay affaire de luy » (ANF, Col. F32, f. 272 ; voir aussi HAS, t. IV, p. 259 ; HDG, t. II, p. 213). Raymond Douville, qui a tendance à amplifier le rôle de Perrot, écrit que celui-ci, « à la demande expresse du gouverneur Callières, [...] a sauvé la grande réunion de 1701 à Montréal » (« Quelques notes inédites [...] », p. 51). Selon Benjamin Suite, Perrot « se retira ensuite à Bécancour » (Mélanges historiques, p. 62).

574 Acte passé devant Me Daniel Normandin, le 16 août 1702 (ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1465, actes non numérotés). Des créanciers de Perrot, dont François Chorel d’Orvilliers, vont contester la séparation afin de se faire payer leurs créances (voir Jugements et délibérations du Conseil supérieur de Québec, t. VI, appel de F. Chorel d’Orvilliers du 13 janvier 1716, p. 1078-1079 ; « défaut » de Nicolas Perrot, qui ne se présente pas à l’appel, du 9 mars 1716, p. 1105 ; arrêt du 16 mars 1716 en faveur de Marie-Madeleine Raclot, p. 1107-1109). Sur cette question, voir R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 55.

575 ANF, Col. C11A 20, f. 69-70. Nous n’avons toutefois pas retrouvé la lettre de Perrot.

576 Le nom est laissé en blanc dans le texte.

577 ANF, Col. C11A 20, f. 70. Jules Tailhan n’a pas trouvé de réponse à cette demande (voir Mémoire, p. 333-334). Nous non plus.

578 « Enquete faitte par nous Jean LeChasseur », du 29 août 1702, ANQ, Québec, Collection des Pièces judiciaires et notariales, pièce n° 313.

579 Délaissement d’une terre par Nicolas Perrot, de la seigneurie de Bécancour, à Pierre Perrot et Claude Perrot, ses fils (acte passé devant Me Daniel Normandin, le 18 mai 1703, ANQ, Greffe des notaires, Trois-Rivières, bobine n° 1465, actes non numérotés). Selon Benjamin Suite, « La carte cadastrale de Gédéon de Catalogne nous montre sur la rive gauche de la rivière Bécancour, deux terres portant le nom de Perrot ; l’une est située un peu au-dessus de la grande île et l’autre est la sixième terre plus haut. Je pense que cette dernière était la résidence de Nicolas Perrot, tandis que celle plus près de l’île appartenait à son fils Michel » (Mélanges historiques, p. 62). En effet, sur sa carte de 1709, Gédéon de Catalogne identifie deux terres au nom de Perrot sur la rive gauche de la rivière Bécancour ; la sixième terre, au nom de « Claude Perot », et la douzième au nom de « Mi perot ».

580 Cession d’une somme d’argent, par Perrot, à Joseph Prieur, procureur du Roi et commis au siège de la Prévôté et Amirauté de Québec, demeurant à Québec (acte passé devant Me Louis Chambalon, le 14 novembre 1704, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1378, non numéroté).

581 ANF, Col. C11A 23 f. 199. Le commentaire est reproduit plus bas : voir p. 168.

582 ANF, Col. C11A 23 f. 199. Sans doute le mémoire ne persuada-t-il pas les autorités coloniales de modifier leur politique car, en marge du texte, à gauche, on trouve ce bref apostille d’une autre écriture : « tant que la guerre durera on ne peut guere esperer que les marchandises puissent se trouver à bon marché ». Le même commentaire est reproduit plus bas : voir ANF, Col. C11A 23 f. 307.

583 ANC, MG8, A6, vol. 1, p. 73-75. L’ordonnance tenait toutefois compte d’une erreur de 5 £ 10 sols trouvée dans les livres de Charles de Couagne au sujet d’une « obligation » de 1230 £ passée le 2 septembre 1695 par Perrot au profit de Nicolas Godé et « transportée » par ce dernier à Charles de Couagne, si bien que Perrot devait payer la somme de 1224 £ et 10 sols, en plus des deux tiers « des depens ».

584 Il s’agit d’une île située dans l’embouchure de la rivière Bécancour. La partie de l’île cédée à Michel Perrot avait été incluse dans les terres concédées aux Abénaquis.

585 B. Suite, Mélanges historiques, p. 62. Le 21 avril 1706, l’intendant jacques Raudot avait dû déjà émettre une ordonnance en faveur de Nicolas et de Michel Perrot contre le sieur Gaillard, le curateur de la succession de La Chesnaye, qui était décédé (ANC, MG8, A6, vol. 1, p. 127-128).

586 B. Suite, Mélanges historiques, p. 63.

587 « Ordonnance qui maintient le sieur Michel Perrot dans la propriété et jouissance d’une terre à lui donnée en échange par le nommé La Rose et qui enjoint Mons. de Bécancourt de lui en délivrer un contrat de concession ». L’ordonnance d’Antoine-Denis Raudot est du 24 août 1710. Nicolas Perrot, qui porte alors le titre de « capitaine de coste » doit en faire lecture et la faire appliquer. Cette ordonnance confirmait celle du 15 juin 1708, de Jacques Raudot, le père d’Antoine-Denis (Edits, ordonnances, déclarations et arrêts relatifs à la tenure seigneuriale, demandés par une adresse de l’Assemblée législative, 1851, Québec, Imprimerie de E. R. Fréchette, 1852, p. 38s-39 ; voir aussi R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 53 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 335). D’autres affaires occupèrent aussi Perrot : par exemple, en 1707, il dut avoir recours aux tribunaux pour se faire payer la rente d’une terre qu’il avait concédée à une veuve dénommée Verdier (voir ordonnance du 6 octobre 1707, ANC, MG8, A6, vol. 2, p. 17-18).

588 « L’an 1717 j’ay enterré dans L’eglïse de Bekancour nicolas perrot Le 14 d’aoust il mourut Le 13 du meme mois apres avoir receu tous Les sacremens de L’eglise, agé de 74 ans. De La Chasse De la C. de Jésus » (registre de la paroisse de Bécancour, ANQ, Centre d’archives de la Mauricie Centre-du-Québec). Voir aussi B. Suite, Mélanges historiques, p. 63. Sa femme lui survécut jusqu’en 1724 (voir DBC, t. II, p. 542).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search