Version classiqueVersion mobile

Sade

 | 
Laurence L. Bongie

Appendice II. La critique sadienne. Post-scriptum

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La presse négative de Sade, fondée surtout sur des bruits exagérés concernant les affaires d’Arcueil et de Marseille, atteignit des proportions désespérantes bien avant la publication de ses écrits. Dès 1775, il se plaignit à son notaire qu’« il ne se fouettera pas un chat dans la province sans qu’on ne dise, c’est le marquis de S[ade] » (O.C., XII, 87). En 1790, le « premier biographe » de Sade, le futur membre de la Convention Jacques-Antoine Dulaure (voir le chapitre 19 et Papiers, II, 715-717), n’eut aucune pitié pour le prisonnier qu’on venait de relâcher de Charenton, qu’il jugeait l’un des représentants survivants les plus vicieux des monstres à talons rouges de l’Ancien Régime, aussi répréhensible sur les plans criminel et moral que l’ogre médiéval Gilles de Rais. La justice française avait finalement puni ce Barbe Bleue perverti en 1440. Chose étonnante, le marquis de Sade, « coupable des mêmes atrocités », était libre de se promener dans les rues de Paris et entrait dans d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search