Version classiqueVersion mobile

L'interaction professionnelle

 | 
Yves Saint-Arnaud

Glossaire

Texte intégral

1Les mots en italique renvoient à d’autres mots du glossaire.

2Acteur : Position qu’occupe, dans un dialogue, la personne dont on évalue le comportement, la compétence ou l’efficacité.

3Atelier de praxéologie : Démarche structurée au cours de laquelle plusieurs acteurs s’entraident pour rendre leur action plus consciente, plus autonome et plus efficace ; le recours au test personnel d’efficacité et aux jeux de rôles les aide à résoudre les difficultés qu’ils ont éprouvées dans leur pratique.

4Autodétermination : Processus psychologique qui consiste à considérer différentes options et à faire un choix personnel.

5Autogestion : Processus psychologique qui consiste à définir et à reconnaître ses besoins fondamentaux, et à trouver dans l’action les meilleurs moyens pour les satisfaire.

6Autorégulation : Processus qui consiste pour un acteur à observer l’effet qu’il produit chez son interlocuteur après chacune de ses réparties, à évaluer son degré d’efficacité professionnelle et à corriger, le cas échéant, l'erreur qu’il a commise.

7Autosignifiance : Processus psychologique qui consiste à recevoir, puis à s’approprier l’information en provenance de son organisme et de son environnement, et à lui donner un sens personnel.

8Boucle d’autorégulation de niveau i : Repérage d’une erreur technique et correction de cette erreur en modifiant le moyen utilisé pour produire l’effet visé.

9Boucle d’autorégulation de niveau ii : Repérage d’une erreur de visée et correction de cette erreur en modifiant sa visée.

10Boucle d’autorégulation de niveau iii : Repérage d’une erreur d’aspiration et correction de cette erreur en renonçant à satisfaire un besoin dont on comprend le caractère irréaliste et en modifiant son aspiration.

11But commun : Élément indispensable pour qu’une structure de coopération puisse s’établir et se maintenir. Il n’existe jamais au point de départ d’un dialogue, mais il peut apparaître rapidement lorsque l’acteur et l’interlocuteur s’entendent explicitement sur la formulation du résultat qu’ils souhaitent avoir obtenu au terme du dialogue, chacun des partenaires y trouvant son intérêt.

12Camouflage : Procédé qui consiste à transmettre un double message dans une seule question : le premier message, implicite, offre une information, le second, explicite, sollicite la réaction de l'interlocuteur. Par exemple : « As-tu pensé à parler de ton problème avec ton patron ? » Premier message : « Ce serait une bonne chose de parler à ton patron. » Deuxième message : « Y as-tu déjà pensé ? » ou « Es-tu d’accord ? ».

13Canal de communication : Image pour caractériser la technique d’intervention utilisée au cours d’un dialogue. Tous les procédés employés par l'acteur sont classés en quatre catégories : les procédés de réception, les procédés de facilitation, les procédés d’entretien de la relation et les procédés d’information sur le contenu, chaque catégorie correspondant à un canal particulier.

14Cercle d’inefficacité : Enchaînement de réparties inefficaces émanant d’un acteur qui tente en vain d’exercer son emprise sur son interlocuteur, alors que celui-ci se différencie de plus en plus de l'interlocuteur virtuel auquel s’adresse implicitement l’acteur.

15Champ de compétence exclusif : Informations pour lesquelles l'acteur ou l'interlocuteur est considéré comme l’expert ayant le dernier mot en cas de divergence.

16Champ de compétence partagé : Informations que l’on détient en commun avec l’autre (l’acteur ou l’interlocuteur), sans pouvoir réclamer le droit de trancher en cas de divergence.

17Choix personnel : Processus mental d’une personne qui, avant de prendre une décision, entrevoit au moins deux possibilités ; elle ne se sent pas contrainte de se décider dans un sens ou dans l’autre, elle fait preuve de réalisme et reconnaît qu'elle court le risque de se tromper. De plus, une fois la décision prise, cette personne éprouve une mobilisation d’énergie, conserve le souvenir de la décision prise, assume la responsabilité de cette décision et se sent autorisée à modifier celle-ci.

18Cible commune : Élément du dialogue qui assure que l'acteur et l'interlocuteur sont axés sur le même sujet à chaque moment du dialogue. Elle concerne le déroulement même de la relation, le pas à pas, ce qui la distingue du but commun, qui précise le résultat que l’on cherche à obtenir au terme de la rencontre.

19Compétence : Connaissance basée sur le savoir disciplinaire ou sur son expérience personnelle ; elle confère le droit de juger ou de décider en certaines matières.

20Compétence disciplinaire : Maîtrise du savoir théorique et du savoir-faire qui, dans le cadre d’une discipline professionnelle, permet d’analyser des situations, de résoudre des problèmes ou d’encadrer un changement.

21Compétence relationnelle : Capacité d’établir et de maintenir avec ses interlocuteurs une relation qui débouche sur un maximum d’efficacité professionnelle.

22Compétence technique : Élément de la compétence disciplinaire qui consiste à appliquer correctement à une situation particulière une façon de faire reconnue comme efficace dans le cadre d’une discipline ou d’un modèle d’intervention particulier.

23Complicité avec l’ingérence : Toute répartie dans laquelle l'acteur accepte ou encourage une ingérence de la part de l'interlocuteur.

24Contrôle bilatéral : Surveillance qu’exercent conjointement l'acteur et l'interlocuteur concernant le déroulement de la relation et la reconnaissance du champ de compétence exclusif de chacun.

25Contrôle unilatéral : Surveillance qu’exerce l'acteur, en vertu de sa compétence disciplinaire, concernant le déroulement de la relation ou la pertinence des idées émises par l'interlocuteur.

26Coopération : Type particulier de relation où les partenaires se concertent dans la poursuite d’un but commun, se reconnaissent mutuellement des compétences à l’égard du but visé et partagent le pouvoir, chacun exerçant une influence sur l’autre et respectant son champ de compétence.

27Couleur jaune : Lorsqu’on utilise le test personnel d’efficacité, expression d’un vécu mixte : l’effet immédiatement visé ne s’est pas produit, mais on a le sentiment qu’il y a une ouverture, qu’il est possible de produire l’effet visé en modifiant la technique utilisée, sans qu’il soit nécessaire de modifier sa visée.

28Couleur rouge : Lorsqu’on utilise le test personnel d’efficacité, expression d’un vécu désagréable, indice affectif que l’interlocuteur ne réagit pas du tout dans le sens de l’effet visé, parfois même qu’il réagit à l’opposé. Aux yeux de l'acteur, l’interlocuteur apparaît comme un « sujet récalcitrant », pour dire les choses avec humour ; il ne dit pas ou ne fait pas ce qu’il « devrait » dire ou faire pour que l'acteur soit satisfait ; il résiste à l’influence qu’on tente d’exercer sur lui. La voie étant bloquée, il faut faire un détour pour progresser vers l’objectif de la rencontre.

29Couleur verte : Lorsqu’on utilise le test personnel d’efficacité, expression d’un vécu agréable, indice affectif que l’effet immédiat que l’on veut produire chez l’interlocuteur est bel et bien observable dans le comportement de celui-ci ; la voie est libre pour progresser vers l’objectif de la rencontre, vers le résultat souhaité.

30Décodage empathique : Activité mentale qui consiste à reconstituer, à partir du comportement verbal et non verbal de l'interlocuteur, ce que celui-ci perçoit, ressent, pense et veut.

31Dépendance : Forme de passivité qui se manifeste surtout dans la structure de service lorsque l’interlocuteur ne prend aucune initiative et demande qu’on lui dicte ses moindres gestes.

32échelle d’efficacité : Représentation graphique qui permet de comparer l’efficacité des praticiens lorsqu’ils utilisent une technique d’intervention ou un modèle d’intervention dont ils font l’apprentissage, en fonction de leur degré d’expérience. La comparaison peut porter sur l’efficacité extrinsèque ou sur l’efficacité intrinsèque.

33Effet immédiat : Au cours d’un dialogue, comportement observable de l'interlocuteur considéré comme la conséquence d’une répartie de Y acteur.

34Effet psychologique : Au cours d’un dialogue, réaction attribuée à l’interlocuteur à la suite d’une répartie de l’acteur, sans qu’il soit possible de vérifier cette attribution dans le comportement de l’interlocuteur et, par conséquent, sans utilité pour l'autorégulation.

35Efficacité extrinsèque : Qualité d’une action qui produit l’effet attendu, celui-ci étant défini à partir de critères reconnus dans une discipline.

36Efficacité intrinsèque : Qualité d’une action qui produit l’effet immédiat attendu sans provoquer d’effet secondaire indésirable, l’effet étant évalué à partir de l’intention de l'acteur.

37Empathie : Activité mentale qui consiste à entendre et à voir ce qu’un interlocuteur transmet en adoptant le point de vue et le cadre de référence particulier de celui-ci.

38Entrée : Moyen utilisé par l'acteur pour préparer le terrain, soit au début du dialogue quand il prend le temps d’établir une structure de coopération (on parle alors de l’entrée initiale), soit pendant le dialogue pour annoncer le type d’information qu’il souhaite apporter (voir toc, toc).

39Erreur : Action à laquelle on attribue la cause de l’écart observé entre l'effet immédiat et l’effet que l'acteur avait souhaité obtenir à la suite d’une répartie particulière.

40Erreur d’aspiration : Inefficacité attribuable au fait que l'acteur persiste à vouloir produire un effet immédiat pour répondre à un besoin personnel, et cela en répétant des paroles ou des comportements qui relèvent d’une visée considérée comme irréaliste.

41Erreur de visée : Inefficacité attribuable au caractère irréaliste de la visée de l'acteur, lorsque l’écart entre l’effet produit et l’effet visé se maintient bien que les moyens utilisés pour produire cet effet immédiat aient été modifiés.

42Erreur technique : Inefficacité attribuable à un procédé particulier (parole ou geste), au moyen utilisé par l'acteur pour produire un effet immédiat (question ambiguë, faux argument, langage inapproprié, etc.).

43Facteur G : Le G, signifiant « général », désigne ce qui, dans une situation particulière, permet de la comparer à ce qu’on a observé ailleurs, dans d’autres situations relativement semblables à celle qu’on examine. Ce facteur G permet d’analyser une situation particulière en se référant au savoir disciplinaire ; grâce à lui, on peut contribuer au changement souhaité en s’inspirant des conclusions fondées sur l’expérience (parfois sur des données de recherche).

44Facteur P : Le P, signifiant « particulier », désigne ce qui est propre à chaque situation ou à chaque interlocuteur. Ce facteur P comprend tout ce qui échappe à la généralisation et rend la situation imprédictible. C’est la part du non-savoir.

45Fil conducteur : Résultat que l'acteur veut obtenir au terme d’un dialogue ; il s’y réfère pour préparer, puis adapter sa stratégie d’intervention.

46Filtre perceptuel : Grille qui affecte la réception de l’information en provenance de l’interlocuteur et qui risque de la déformer, de la minimiser ou de l’amplifier en fonction des attentes de l'acteur.

47Idée : Dans le décodage empathique, terme générique qui désigne la pensée, l’interprétation, le jugement, l’évaluation, l’opinion ou tout autre résultat d’un traitement cognitif de l’information en provenance des sens.

48Inefficacité : Écart entre l’effet immédiat observé chez l’interlocuteur, après chaque répartie d’un dialogue, et l’effet visé par l’acteur dans cette répartie, ou présence d’un effet secondaire indésirable.

49Ingérence : Toute répartie au cours de laquelle une personne présente comme définitive une opinion concernant ce que quelqu’un d’autre devrait penser, ressentir, décider ou faire et qui constitue une intrusion dans le champ de compétence exclusif de cette personne.

50Intention : 1. Processus complexe qui comporte toujours trois éléments : un besoin, une visée et un moyen (technique). Dans toute répartie d’un dialogue, on présume que l'acteur cherche toujours à produire un effet immédiat chez son interlocuteur, c’est ce qu’on nomme sa visée. Tout comportement verbal ou non verbal de l'acteur est alors considéré comme un moyen qu’il prend pour produire cet effet. Enfin, chaque action est reliée à un besoin personnel de l'acteur. 2. Dans le décodage empathique, terme générique qui désigne le projet, le motif, la planification, le désir, l’appétit, le besoin, le goût ou toute autre manifestation du processus de motivation.

51Interlocuteur : Position attribuée, dans un dialogue, à la personne ou au groupe avec lequel l’acteur interagit. On parle de l’interlocuteur réel pour le distinguer de l'interlocuteur virtuel.

52Interlocuteur virtuel : Représentation mentale plus ou moins consciente qu’a l'acteur de son interlocuteur. Basée sur l’expérience personnelle ou sur les descriptions théoriques utilisées dans la présentation des techniques d’intervention ou des modèles d’intervention, elle définit les réactions qu’on attend de l'interlocuteur. Cette représentation guide l'acteur dans l’élaboration de sa stratégie d’intervention.

53Loi D’Argyris et schön : Dans une situation difficile, il y a un écart systématique entre, d’une part, la théorie de référence de l'acteur, autrement dit le discours utilisé pour expliquer son comportement et, d’autre part, sa théorie d’usage, telle qu’on peut l’inférer à partir d’un dialogue réel.

54Modèle d’intervention : Ensemble cohérent de principes, de règles et de procédés qui guide l’action d’un praticien.

55Modèle i : Généralisation proposée par Argyris et Schön (1999, p. 150) pour désigner le mode de fonctionnement habituel des praticiens, l'acteur étant guidé par les principes suivants : définir les buts et tenter de les atteindre ; multiplier les victoires et réduire le nombre des défaites (win loose principle) ; restreindre autant que faire se peut les occasions d’entretenir ou d’exprimer des sentiments négatifs ; demeurer rationnel.

56Modèle ii : Généralisation proposée par Argyris et Schön (1999, p. 178) pour désigner un mode de fonctionnement qui accroît l’efficacité professionnelle, l'acteur étant guidé par les principes suivants : maximiser l’information valide ; multiplier les choix libres et éclairés ; intensifier l’engagement intérieur envers les décisions qui sont prises et en surveiller fidèlement la mise en pratique. Il correspond à la structure de coopération.

57Partenaires : Terme utilisé pour désigner l'acteur et l'interlocuteur lorsqu’ils s’entendent sur la formulation d’un but commun et se trouvent dans une structure de coopération.

58Passivité : Réaction du client qui accepte a priori, sans aucun sens critique, tout ce que dit le professionnel, sans indiquer d’aucune manière qu’il entend mettre en application les avis qu’on lui donne.

59Pause empathique : Temps d’arrêt au cours du dialogue où l’acteur prend quelques secondes pour procéder à un décodage empathique ou pour faire le point sur l’information dont il dispose.

60Perception des faits : Dans le décodage empathique, terme générique qui désigne ce qu’une personne a vu, entendu, touché, fait comme geste, éprouvé dans son corps, résultat de l’activité des sens internes et externes.

61Pouvoir d’autorité : La possibilité d’agir sur une situation et d’influencer le cours des événements en vertu d’une autorité naturelle (celle des parents) ou reçue par mandat (élection ou nomination légitime).

62Pouvoir d’expert : La possibilité d’agir sur une situation et d’influencer le cours des événements en vertu d’un savoir théorique et d’un savoir-faire acquis au cours d’une formation professionnelle ou d’une expérience équivalente.

63Pouvoir personnel : La possibilité d’agir sur une situation et d’influencer le cours des événements en vertu de sa personnalité et des choix personnels que l’on fait.

64Praticien-chercheur : Nom donné au praticien qui s’affranchit des modèles appris au cours de sa formation et qui prend en considération le non-savoir. Il aborde toute situation nouvelle comme une occasion d’y vérifier dans l’action la pertinence du savoir disciplinaire. Confronté aux limites de son savoir, il invente de nouvelles stratégies grâce aux méthodes de la praxéologie.

65Praticien débutant : Position qu’occupe sur une échelle de performance un praticien qui commence à s’exercer à l’utilisation dans sa pratique d’une technique d’intervention ou d’un modèle d’intervention, et ce quelle que soit son expérience en tant que professionnel.

66Praticien expérimenté : Position qu’occupe sur une échelle de performance un praticien qui a utilisé plusieurs fois dans sa pratique une technique d’intervention ou un modèle d’intervention dont il a fait l’apprentissage.

67Praxéologie : Toute activité par laquelle un ou plusieurs acteurs (avec ou sans assistance) cherchent à créer ou à valider un discours portant sur l’action à partir de données observables dans l’action. Cette activité vise à assurer le perfectionnement professionnel de l’acteur ou à produire une contribution scientifique. Sur le plan professionnel, il s’agit d’une démarche structurée visant à rendre l’action plus consciente, plus autonome et plus efficace. Sur le plan de la recherche, elle est synonyme de science-action.

68Praxéologue : Nom donné à un praticien qui met au premier plan de son action professionnelle l'autorégulation dans l’action, considérant que les évaluations et les avis professionnels basés sur le savoir disciplinaire ne fournissent qu’un point de départ et ne sont utiles, dans un cas particulier, que si l’interlocuteur est de cet avis.

69Principe de l’autorégulation : S’adapter en fonction de l’effet produit. J’évalue continuellement l’effet produit chez mon interlocuteur en fonction de mon intention et, au premier signe d’escalade, je modifie selon le cas ma technique, ma visée ou mon aspiration. Maxime : Savoir ce que je veux et vouloir ce que je peux.

70Problémation : Néologisme destiné à rendre l’expression problem setting utilisée par Schön. Selon lui, la façon de formuler un problème a plus importance que la méthode de résolution de problème qui a mobilisé l’attention des praticiens au cours des dernières décennies.

71Procédés d’entretien : Tout moyen utilisé par l’acteur pour prévenir ou surmonter les obstacles qui surgissent au cours d’un dialogue en donnant, selon les besoins, de l’information sur le processus même de l’interaction, c’est-à-dire sur ce qui se passe entre lui et son interlocuteur.

72Procédés d’information sur le contenu : Tout moyen utilisé par l'acteur pour transmettre de l’information sur le contenu qui fait l’objet du dialogue : évaluation, interprétation, commentaire, suggestion, conseil, prescription, avis personnel ou professionnel, etc.

73Procédés de facilitation : Tout comportement verbal par lequel l'acteur incite l'interlocuteur à proposer de nouvelles informations ou lui soumet pour confirmation sa compréhension de l’information déjà fournie.

74Procédés de réception : Tout moyen non verbal (silence, posture) utilisé par l' acteur pour encourager l' interlocuteur à lui communiquer de l’information, accompagné d’une activité mentale qui aide à recevoir ou à interpréter correctement l’information en provenance de l'interlocuteur (décodage empathique).

75Processus d’autodéveloppement : Développement psychologique d’une personne, caractérisé par deux mouvements complémentaires d’ouverture et de fermeture. Le mouvement d’ouverture consiste à recevoir sans la déformer l’information en provenance de son organisme ou de son environnement ; le mouvement de fermeture permet d’assimiler l’information reçue, de la traiter consciemment et de l’organiser pour éviter d’être envahi par un trop-plein d’information. Le choix personnel est un exemple de fermeture qui permet de passer à l’action pour répondre à ses besoins.

76Réaction affective : Dans le décodage empathique, terme générique qui désigne l’émotion, le sentiment, l’appréhension ou tout autre résultat d’un traitement affectif de l’information qui provient des sens.

77Recadrage : Reformulation d’une situation ou d’un problème qui dans sa formulation initiale ne peut donner lieu à un traitement professionnel ou ne cadre pas avec le modèle d’intervention de l'acteur. La nature de cette reformulation peut déterminer la structure de la relation. Cette notion a été popularisée par Watzlawick et ses collaborateurs, qui la définissent ainsi : « Recadrer signifie modifier le contexte conceptuel ou émotionnel d’une situation, ou les deux, ou le point de vue selon lequel elle est vécue, en la plaçant dans un autre cadre qui correspond aussi bien, ou même mieux, aux faits de cette situation concrète dont le sens, par conséquent, change complètement » (Watzlawick et al., 1975, p. 95).

78Réflexion-dans-l’action : Processus mental plus ou moins conscient qui guide le praticien alors qu’il élabore et adapte sa stratégie d’intervention au cours d’un dialogue professionnel.

79Réflexion-sur-l’action : Retour que Ton fait sur un dialogue professionnel pour en évaluer l'efficacité extrinsèque ou l'efficacité intrinsèque en vue de repérer et de corriger les erreurs commises.

80Règle de fonctionnement : Balise que se donne l'acteur dans la façon de gérer sa relation avec son interlocuteur.

81Règle de l’alternance : Changer souvent de canal de communication. J’utilise des canaux de communication spécifiques pour la réception, la facilitation, l’entretien de la relation et l’information sur le contenu ; je passe souvent d’un canal à l’autre. Maxime : Sans feed-back, on rate la cible.

82Règle de la concertation : Gérer le processus de communication. Tout au long de la rencontre, une partie de mon attention est orientée vers le processus : je prends le temps de préparer le terrain par une entrée où j’associe mon interlocuteur à la structuration de la rencontre ; puis je préviens ou supprime les obstacles en m’assurant qu’à chaque instant du dialogue nous poursuivons une cible commune. Maxime : Rien ne sert de courir, il faut partir ensemble.

83Règle de la responsabilisation : Susciter des choix éclairés. Je nous traite, mon interlocuteur et moi, comme des êtres uniques, capables de faire des choix personnels ; j’invite mon interlocuteur à utiliser son pouvoir personnel en faisant des choix éclairés pour tout ce qui relève de sa compétence. Maxime : Mieux vaut choisir de ne rien faire que d’agir sans choisir.

84Règle de non-ingérence : Reconnaître ses limites et exclure toute ingérence. Lorsque je vise à obtenir un changement, je reconnais les limites de mon pouvoir, puis j’utilise celui-ci sans interférer avec le pouvoir de mon interlocuteur ; j’évite l'ingérence et la complicité avec l’ingérence pour favoriser les choix personnels. Maxime : Prendre sa place, toute sa place et rien que sa place.

85Règle du partenariat : Chercher et désigner un intérêt commun. Quelle que soit la structure de la relation au point de départ—structure de pression ou structure de service—, je crée un partenariat en recherchant avec mon interlocuteur un objectif vers lequel nos intérêts convergent de façon à pouvoir travailler ensemble. Maxime : Pourquoi se battre lorsqu’on peut s’entendre ?

86Résistance : Difficulté typique que l’on rencontre surtout dans une structure de pression lorsque l'interlocuteur s’objecte ouvertement et systématiquement aux demandes d’information ou aux avis de l’intervenant.

87Savoir homologué : Savoir fondé sur les résultats de la recherche ou de l’expérience professionnelle et reconnu comme valide dans le cadre d’une discipline professionnelle.

88Science-action : Notion utilisée par Chris Argyris (1985, p. x) « dans le but de développer un savoir qui soit utile, valide, descriptif de la réalité humaine et sociale et source d’informations sur la façon de changer cette réalité ». Pour Donald A. Schön (1983, p. 319), « la science-action est une façon d’introduire dans l’univers scientifique des situations qui, en raison de leur unicité, de leur degré élevé d’incertitude et de leur instabilité, ne permettent pas l’application des théories et des techniques de la science traditionnelle ».

89Stratégie d’intervention : Enchaînement des visées et des moyens que l'acteur met en œuvre, au cours d’un dialogue, pour atteindre le résultat souhaité.

90Structure de coopération : Relation où l'acteur et l'interlocuteur déterminent conjointement le but de la rencontre ; ce but sert les intérêts de chacun et ne peut être atteint sans que chacun utilise ses ressources tout en respectant les champs de compétence.

91Structure de pression : Relation où l' acteur détermine le but de la rencontre ; ce but ne peut être atteint sans que l'interlocuteur fasse quelque chose, mais il sert en premier lieu les intérêts de l'acteur.

92Structure de service : Relation où Y interlocuteur détermine le but de la rencontre ; ce but ne peut être atteint sans que l'acteur fasse quelque chose, mais il sert en premier lieu les intérêts de l'interlocuteur.

93Surmoi professionnel : Par analogie avec le surmoi qui se développe chez l’enfant tandis qu’il intériorise les exigences et les interdits parentaux, ensemble des normes et des valeurs professionnelles intériorisées par le praticien.

94Technique d’intervention : Moyen ou ensemble des moyens utilisés par l'acteur au cours d’un dialogue afin de produire un effet immédiat chez son interlocuteur.

95Tendance à l’actualisation : Mécanisme qui oriente le développement personnel d’une personne, assurant le maintien d’un mode de fonctionnement optimal. Il permet la mise en opération du potentiel de chacun. Il dirige le processus d’autodéveloppement.

96Test personnel d’efficacité : Instrument visant à aider l'acteur à améliorer sa compétence relationnelle en développant sa lucidité, son autonomie et son efficacité au cours d’un dialogue. Le mot test est utilisé dans son sens courant : « Opération ou fait témoin permettant de juger, de confronter un fait avec une hypothèse » (Le Petit Robert). Il s’agit d’une activité mentale qui permet de s’autoréguler dans le feu de l’action à partir des comportements que l’on observe chez l'interlocuteur.

97Toc, toc : Procédé par lequel l'acteur prépare l'interlocuteur à recevoir une information ou sollicite la permission de fournir son point de vue. Ce procédé fait partie de ce qu’on appelle l'entrée, mais il ne se limite pas à la période initiale d’un dialogue, tandis que l'acteur structure la rencontre. Il est ainsi désigné par analogie avec le bruit que l’on fait lorsqu’on toque à la porte de quelqu’un.

98Visée : Élément de toute intention, défini par l'effet immédiat que l'acteur souhaite observer chez son interlocuteur à la suite d’une répartie du dialogue.

99Vision ajustée : Formulation d’une intention où l'acteur précise sa visée en désignant le comportement qu’il souhaite observer chez l'interlocuteur à la suite d’une répartie du dialogue.

100Vision myope : Formulation d’une intention où l'acteur parle de sa technique ou de ses besoins, sans préciser sa visée.

101Vision presbyte : Formulation d’une intention où l'acteur parle du résultat souhaité au terme du dialogue ou de l’effet à long terme de son intervention, sans préciser sa visée.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search