Version classiqueVersion mobile

Introduction à la victimologie

 | 
Jo-Anne Wemmers

Première partie. L'histoire

2. L’histoire de la victimologie

Texte intégral

1Si la notion de victime d’un acte criminel est nouvelle, la victimologie est encore plus récente. En 1968, Denis Szabo, fondateur de l’École de criminologie de l’Université de Montréal, écrivait dans le nouveau périodique Acta Criminologica que la victimologie serait une piste importante dans l’avenir de la criminologie. En effet, la victimologie est apparue en Europe et aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, on s’en servait surtout pour comprendre la relation criminel-victime. La victimologie s’est rapidement répandue par la suite si ce n’est que les inventeurs de ce terme ont dû s’exiler à cause de la situation politique de leur pays.

2Dans ce chapitre, nous passerons en revue l’évolution de la victimologie. Après une présentation des premiers victimologues, Hans von Hentig et Benjamin Mendelsohn, nous parlerons des études de la victimologie naissante et de l’évolution des organismes scientifiques pour les victimologues.

les pères de la victimologie

3En 1948, l’Allemand Hans von Hentig (1887-1974), professeur à la prestigieuse Université Yale aux États-Unis, publie son célèbre livre Le criminel et sa victime. Dans cet ouvrage, il examine la relation entre le criminel et sa victime ou, comme il dit « the doer-sufferer relation ». Selon lui, la victime elle-même constitue l’un des nombreux facteurs qui peuvent mener au crime. Il avance que, d’une certaine façon, la victime façonne le criminel et son crime. Selon lui, il faut étudier la relation entre le criminel et sa victime pour comprendre et prévenir les crimes.

La plupart des crimes se soldent ainsi : nous connaissons la victime, mais le criminel reste inconnu. Un examen méticuleux de tous les liens possibles et caractéristiques pouvant unir l’individu qui a causé le tort et la personne qui a subi ce tort livre à l’enquêteur de précieux indices, tout comme en révèlent le mode d’exécution du crime, ainsi que le lieu et le moment où il a été commis. Ce type d’informations pourrait être également crucial dans le domaine de la prévention du crime et permettrait de reconnaître les victimes potentielles, les situations à risque, bref, tout ces facteurs qui font que la dangereuse relation entre l’auteur d’un crime et sa victime puisse se produire (Von Hentig, 1948, p. 387 ; nous traduisons).

4Il met également en question les définitions du droit pénal, souvent brèves, parfois mécaniques et, selon lui, incapables de saisir la relation complexe entre l’infracteur et sa victime. Dans son approche, la distinction entre victime et criminel n’existe pas toujours et, parfois, le criminel peut être victimisé. Il affirme que les aspects psychologiques ou sociologiques de la situation peuvent jouer un rôle dans le crime. Utilisant les statistiques américaines et allemandes en ce qui concerne l’homicide, la documentation des cas et les observations non officielles, il décrit les différentes relations possibles entre les criminels et leurs victimes.

5Né en Roumanie en 1900 et mort en 1998, l’avocat pénaliste Benjamin Mendelsohn a introduit le mot « victimologie » pour désigner la science de la victime. C’est au cours de sa pratique comme avocat de la défense, en écoutant la version des accusés qu’il défend, que Benjamin Mendelsohn se rend compte que la victime peut jouer un rôle considérable dans le passage à l’acte du criminel. Il développe un questionnaire de 300 variables pour décrire la personnalité de l’infracteur et publie ses résultats en 1937 dans la Revue de droit pénal et de criminologie. Selon lui, cette publication marque la naissance de la science de la victimologie (Mendelsohn, 1974). Il passe ensuite de la personnalité de l’infracteur à celle de la victime et il applique sa méthode dans son article « Le viol dans la criminologie », qui est publié en 1940 dans le périodique italien Giustiza penale. Dans cet article, il suit une approche biopsychosociale pour décrire la personnalité de la victime. Mendelsohn étant juif, il s’enfuit de la Roumanie pendant la guerre pour se rendre en Israël. Après la guerre, lors d’un congrès organisé par la Société roumaine de psychiatrie, il introduit le 29 mars 1947 « la science de la victime », baptisée dès lors « victimologie ».

6Cependant, ce n’est qu’en 1956 que le mot apparaît pour la première fois dans une publication. Il s’agit d’un article de Mendelsohn intitulé « Une nouvelle branche de la science biopsychosociale : la victimologie » et publié en français dans la Revue internationale de criminologie et police technique. Selon Mendelsohn, la criminologie a complètement oublié la victime. Il se demande : « Pourquoi cette société, si humaine lorsqu’il s’agit de celui qui enfreint la loi, se désintéresse-t-elle de la victime, qui à part la souffrance infligée par l’agresseur, doit aussi supporter le fardeau de la preuve ? Pourquoi ne se demandet-elle pas ce que devient la victime, qui, ayant obtenu en justice droit à des dommages et intérêts, ne peut rien percevoir, le criminel étant insolvable ? » (Mendelsohn, 1956, p. 96). La réponse, d’après Mendelsohn, est « parce qu’elle est inoffensive » (ibid.). Ainsi, Mendelsohn semble être sensible aux besoins des victimes. Il a remarqué les conséquences que le crime a sur elles, le rôle important qu’elles jouent dans le système pénal et le manque d’intérêt général pour la situation qu'elles vivent.

7Pour Mendelsohn, il est absolument nécessaire que la victime soit étudiée dans une mesure égale à celle que la criminologie accorde au criminel. Le problème de la criminalité doit, selon lui, « être étudié aussi en d’autres termes, sous l’aspect de la personnalité de la victime, du point de vue préventif et curatif, biologique, psychologique et sociologique » (1956, p. 97). La victimologie de Mendelsohn est l’inverse de la criminologie. Il propose plusieurs nouveaux termes, tels que « victimel », qui représente l’antithèse du criminel, et « victimité », qui représente l’antithèse de la criminalité. Utilisant les statistiques américaines concernant les accidents mortels de la circulation, il développe un « index de victimité » pour indiquer le risque de victimisation. Comme Von Hentig, Mendelsohn voit que la victimologie peut jouer un rôle important dans la prévention du crime.

8De plus, Mendelsohn a introduit l’expression « couple pénal » pour décrire le couple infracteur-victime. Pour lui, le degré de culpabilité de la victime est important. Dans ses écrits, il fait mention de « la corrélation entre la culpabilité de la victime et celle de l’infracteur » (1956, p. 105). L’idée est que, dans plusieurs cas, la victime provoque en partie l’acte criminel. Par cette théorie, et ceci est à mettre en exergue pour toute réflexion ultérieure concernant les victimes, Benjamin Mendelsohn veut démontrer la part de responsabilité de la victime à l’acte criminel. Il décrit cinq catégories de victimes, allant de la victime innocente à la victime coupable.

9Plus tard, Mendelsohn (1982) va modifier son point de vue et affirmer que, grâce à la victimologie, on sait que la majorité des victimes ne jouent pas un rôle actif dans leur victimisation. Selon lui, la condition de victime provient de causes biologiques, psychologiques et, plus particulièrement, sociales. La plus importante de ces causes est le défaut d’intégration des événements au moment crucial : défaut d’attention, mauvaise appréhension de la situation, hasard, etc. Au lieu de mettre la responsabilité sur les épaules de la victime, il propose que l’exploitation de la faiblesse d’une victime par le criminel soit un facteur aggravant.

10Dans ses derniers écrits, Mendelsohn a développé l’idée d’une victimologie générale qui s’occupe de toutes sortes de victimes et qui étudie les origines de la victimisation pour les combattre. Déjà, en 1956, Mendelsohn s’était demandé si la victimologie devait inclure les recherches des collectivités, des victimes politiques, nationales ou internationales. Il avait alors conclu que c’était possible, bien qu’il trouvât encore prématuré de définir les catégories des victimes à inclure dans le cadre de cette nouvelle science : la victimologie. À la fin des années 1960, il a publié quelques articles au sujet du rapport entre le génocide perpétré par le régime nazi et la victimologie. Il avait subi et vu subir les effets de la Seconde Guerre mondiale, mais l’impact de cette violence sur la victimologie n’a vu le jour que des années plus tard. Il s’agit d’une véritable révolution dans la réflexion sur les victimes qui, jusqu’à ce moment-là, avait été centrée sur les victimes d’actes criminels.

la diffusion de la victimologie

11Pendant les années 1950, plusieurs autres universitaires s’intéressent à la science de la victime. En 1950, l’Américaine Rhoda Milliken, policière à Washington (DC), attire l’attention sur les douleurs éprouvées par les victimes d’agression sexuelle après la victimisation. En 1952, R. Tahone, procureur général à la Cour d’appel de Liège, publie sa critique de la notion du consentement de la victime dans la Revue de droit pénal et de criminologie. Selon Tahone, l’acquiescement de la victime n’enlève pas à l’acte son caractère délictuel et n’empêche pas les poursuites. En 1954, Henri Ellenberger, professeur à la Menninger Foundation, à Zopeca, Kansas (États-Unis), publie un article sur les relations psychologiques entre criminel et victime, dans la Revue internationale de criminologie et de police technique. Puis, en 1958, le professeur Paul Cornil, de Bruxelles, organise une conférence sur la victimologie. Les participants sont, entre autres, le professeur Willem Nagel, de Leiden aux Pays-Bas, le professeur Willy Callewaert, de Ghent en Belgique, et Willem Noach, d’Utrecht aux Pays-Bas (Screvens, 1959). Un an plus tard, en avril 1959, la Revue de droit pénal et de criminologie publie un numéro spécial sur la victimologie. Ainsi, lentement, la victimologie commence à susciter de l’intérêt chez les universitaires en Europe et en Amérique du Nord.

12Il faut mentionner le rôle particulier joué par l’École de criminologie de l’Université de Montréal dans l’évolution de la victimologie. Après avoir fondé l’École de criminologie en 1960, Denis Szabo a engagé Henri Ellenberger comme professeur. Historien de la médecine, Ellenberger suit une approche légèrement psychanalytique. Il met l’accent sur les aspects psychologiques de la relation entre le criminel et sa victime. Dans son article de 1954, il écrit : « D’après le point de vue populaire, qui est celui du “bon sens”, le criminel et la victime diffèrent radicalement, comme noir et blanc. Le méchant Caïn tue le bon Abel. La conception juridique s’en écarte peu. Dans tout crime s’opposent nécessairement un criminel coupable et une victime innocente. La pratique juridique apporte, il est vrai, un petit nombre d’exceptions » (p. 103). Selon lui, une personne peut être victime et agresseur, et il donne l’exemple d’un enfant qui, terrorisé par son père pendant des années, un jour le tua. Ellenberger propose qu’en pratique criminologique on pense beaucoup plus souvent à examiner la victime. Il introduit le concept de « victimogénèse » pour désigner les facteurs qui mènent à la victimisation. Selon lui, chaque personne a le droit de savoir si elle présente un risque élevé de devenir victime à cause de son emploi ou de sa classe sociale, « pour la protection contre les criminels et la prophylaxie du crime » (p. 121). En fait, comme Von Hentig et Mendelsohn, il est l’un des pionniers de la prévention de la criminalité.

13Le travail d’un ancien étudiant de H. Ellenberger, Ezzat Fattah, est également important. Déjà, en 1966, il avait publié un article, dont le titre était « Quelques problèmes posés à la justice pénale par la victimologie », dans les Annales internationales de la criminologie. En 1971, sous la direction d’Ellenberger, Fattah publie sa thèse de doctorat intitulée « La victime est-elle coupable ? » Après avoir terminé son doctorat, Fattah part pour la Colombie-Britannique, où il fonde l’École de criminologie de l’Université Simon Fraser. Il écrit plusieurs livres sur la victimologie, dont Understanding Criminal Victimization : An Introduction to Theoretical Victimology (1991). Comme Ellenberger, Fattah s’occupe de la relation entre la victime et le criminel : le problème de la victime coupable joue un rôle central dans son œuvre. Il parle des rôles interchangeables des victimes et des délinquants ; les rôles de la victime et du contrevenant ne sont pas permanents et peuvent changer dans le temps (Fattah, 1994). Selon lui, il cherche « un droit pénal moderne qui tienne compte du taux de la responsabilité des deux parties dans la perpétration de l’infraction et qui fonde la faute et la sanction sur la culpabilité réelle et non sur une culpabilité formelle et sans nuances » (Fattah, 1966, p. 357). Nous retournerons aux idées de Fattah concernant le droit pénal moderne plus loin quand nous discuterons de la justice réparatrice.

14Finalement, il faut mentionner Micheline Baril, également étudiante, puis professeure à l’École de criminologie. Elle joue un rôle important dans le développement de la recherche victimologique et des services offerts aux victimes au Québec. C’est grâce à elle que la déclaration de la victime, une déclaration écrite par celle-ci concernant l’impact du crime, est acceptée au palais de justice et que l’on y crée un service à la clientèle. Malheureusement, elle est morte jeune, en 1993. Sa thèse de doctorat, intitulée L’envers du crime, a été l’objet d’une publication posthume en 2002 pour commémorer sa mort.

La Société mondiale de victimologie

15Les conférences internationales constituent un élément important dans l’expansion de la victimologie. Déjà en 1956, Mendelsohn disait qu’il fallait établir une société internationale de victimologie et que « le premier congrès mondial de victimologie devrait se tenir dans la plus vieille cité du monde, Jérusalem » (p. 109). Bien que plusieurs idées de Mendelsohn, comme la notion de la victimité et le développement d’un institut international de recherche victimologique, n’aient jamais été intégrées à la victimologie dominante, quelques-unes de ses propositions se sont concrétisées. En 1973, le premier congrès mondial a lieu à Jérusalem. Ce congrès est organisé par Israel Drapkin, d’Israël. Trois ans plus tard, l'Américain Stephan Schafer organise le deuxième congrès mondial à Boston. Ces premiers congrès et les actes de congrès ont été très importants pour faire connaître la victimologie sur le plan mondial. Une autre idée de Mendelsohn était la publication d’une revue internationale de victimologie. C’est en 1976 que cet objectif a été réalisé : Emilio Viano lance la première revue en victimologie, Victimology : An International Journal.

16La Société mondiale de victimologie est fondée en 1979 à Münster, en Allemagne, sous la direction de Hans Joachim Schneider, après la troisième conférence internationale de victimologie. Cette société a été cruciale pour consolider l’intérêt pour cette nouvelle science. Il s’agit d’une plateforme d’échanges où les victimologues, les experts en intervention auprès des victimes ainsi que les gens qui élaborent des politiques concernant les victimes d’actes criminels se rencontrent. Actuellement, elle compte plus de 400 membres dispersés à travers le monde. Parmi ses membres honoraires, on trouve les pères de la victimologie, comme Benjamin Mendelsohn, Willem Nagel et Henri Ellenberger.

17Depuis 1979, la Société continue à organiser des congrès internationaux tous les trois ans : à Tokyo (Japon) en 1982, à Zagreb (Yougoslavie) en 1985, à Jérusalem (Israël) en 1988, à Rio de Janeiro (Brésil) en 1991, à Adelaïde (Australie) en 1994, à Amsterdam (Pays-Bas) en 1997, à Montréal en 2000 et à Stellenbosch (Afrique de Sud) en 2003. Ces conférences sont fondamentales, puisqu’elles permettent l’échange de connaissances parmi les victimologues. Les actes des colloques sont publiés et s’ajoutent au bulletin de la Société. Au début, ce dernier était rédigé par Gerd Kirchhoff et intitulé The World Society of Victimology Newsletter. En 1997, il est remplacé par The Victimologist, actuellement sous la direction de Jo-Anne Wemmers. Depuis 1989, un périodique spécialisé, International Review of Victimology, est publié en collaboration avec la Société.

18Parmi ces activités, la plus importante pour le développement continu de la victimologie est la mise en place de cours de formation. En effet, depuis 1976, la Société organise annuellement le cours Victimology, Victim Assistance and Criminal Justice, offert au Centre interuniversitaire de Dubrovnik, en Croatie. Organisé pour les étudiants universitaires, ce cours contribue à la formation de nouveaux victimologues depuis près de 30 ans. Plus récemment, la Société a introduit des cours similaires en Asie et en Amérique du Sud.

le champ d’action de la victimologie

19La question du domaine de la victimologie, à savoir si la victimologie existe indépendamment de la criminologie, est très importante. Comme nous l’avons vu, Mendelsohn a créé le mot « victimologie » dans le but de désigner une nouvelle science, distincte de la criminologie. Au contraire, Von Hentig et ses partisans défendent l’option d’une victimologie pénale dans le cadre de laquelle seules les victimes de crimes seraient prises en considération. En 1963, Willem Nagel prend position en affirmant que la criminologie ne devrait pas s’occuper seulement du criminel. Ainsi, selon lui, il n’est pas nécessaire de créer une science indépendante. En fait, la victimologie au sens large du terme est rarement au centre des intérêts des victimologues actuels ou des acteurs en matière d’aide aux victimes. Ceux-ci se tournent plutôt vers la victimologie pénale.

20Cette constatation amène Gerd Kirchhoff (1994) à définir la victimologie à l’aide d’une distinction fondamentale :

  • La victimologie pénale, qui ne prend en considération que les victimes d’infractions pénales et qui est étroitement liée à la criminologie.
  • La victimologie générale, qui s’intéresse à toutes les victimes (les victimes d’actes criminels, d’accidents, de la société ainsi que de l’État et de ses représentants) et qui est interdisciplinaire.

21Kirchhoff (1994) souligne en outre que le modèle de victimologie proposé par Von Hentig, qui met l’accent sur les victimes d’actes criminels, ne doit pas être considéré comme un domaine séparé de la criminologie. Cependant, si l’on suit l’approche généraliste de Mendelsohn, tout un chacun peut être victime, ce qui rend le concept insignifiant. La victimologie appartient-elle au domaine de la criminologie ou existe-t-elle de façon autonome, en tant que science indépendante ?

22Entre ces deux extrémités, on trouve une troisième approche : celle qui s’intéresse aux victimes de violation des droits de la personne. Kirchhoff associe cette approche à Paul Separovic (Croatie), à Elias Neuman (Argentine) et à Robert Elias (États-Unis). Elle consiste à étudier les victimes d’actes commis par des êtres humains, tels que la criminalité, le génocide, la torture et l’esclavage. Elle exclut les victimes de catastrophes naturelles, telles que les tremblements de terre et les tornades.

23Comme Robert Elias (1985), Kirchhoff souligne les similarités existant entre les victimes d’actes criminels et les victimes de violation des droits de l’homme. Pour les avocats, ces deux types de victimes relèvent de situations différentes : dans le premier cas, le délinquant est un individu, alors que dans le second, il s’agit d’un État. Kirchhoff (1994) se demande donc quelle peut être la différence entre les personnes qui ont « disparu » sous le régime de Pinochet au Chili et, par exemple, une personne enlevée par un groupe de motards. Y a-t-il une différence en ce qui concerne la souffrance des victimes ? Pinochet est un dictateur qui a régné au Chili de 1973 à 1990. Sous son pouvoir, des milliers de personnes ont disparu. Malgré quelques tentatives, notamment de l’Espagne, il n’a jamais été condamné par un tribunal pour les disparitions survenues sous son régime. Ainsi, selon Kirchhoff (1994), la seule différence entre les deux types de victimisation repose sur le fait que, dans le cas de la victimisation causée par l’État, ce dernier ne respecte pas la loi pénale qui exigerait de poursuivre les délinquants.

24À la suite de cette approche, Kirchhoff propose la définition suivante de la victimologie : « La victimologie est l’étude scientifique des victimes et des victimisations attribuables à la violation des droits de la personne ; elle étudie également le crime, ainsi que la réaction par rapport au crime et à la victimisation. D’une façon scientifique, la victimologie décrit, mesure, analyse et interprète les structures et modèles, les configurations, les relations associatives (et éventuellement causales) et calcule les probabilités » (1994, p. 46 ; nous traduisons). Ainsi, selon Kirchhoff, la victimologie s’occupe des violations des droits de la personne, et il voit les crimes comme des violations de ces mêmes droits chez les victimes. Par contre, comme nous l’avons déjà vu au chapitre 1, la loi pénale ne considère pas le crime comme un acte contre la victime mais comme un acte contre l’État.

25On peut trouver cette approche de Kirchhoff dans la Déclaration des principes fondamentaux de justice relatifs aux victimes de la criminalité et aux victimes d’abus de pouvoir, acceptée par l’Assemblée générale de l’ONU en 1985. À cette époque, il y avait un débat entre les différents membres de la Société mondiale de victimologie concernant l’étendue du domaine : un groupe voulait limiter le terrain aux victimes d’actes criminels, alors que l’autre voulait y inclure les victimes de violation des droits de la personne.

26Aujourd’hui, l’introduction des victimes d’abus de pouvoir dans la Déclaration est devenue plus convaincante grâce à l'établissement de la Cour pénale internationale (CPI) aux Pays-Bas. Les membres de l’ONU décident en juillet 1998, à Rome, que la Cour y sera établie et, le 1er juillet 2002, le CPI ouvre son bureau à La Haye. Cette cour succède aux tribunaux pénaux internationaux (TPI) pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda. Sa juridiction comprend les crimes de guerre, les génocides ainsi que les crimes contre l’humanité, tels que l’exportation ou le transfert forcé de populations, la torture, le viol et sa conséquence éventuelle, la grossesse forcée. Cette cour poursuivra les instances responsables de ces crimes.

les typologies

27Après la Seconde Guerre mondiale, plusieurs études publiées au sujet des victimes présentent des typologies. Il est quelque peu ironique d’observer que la victimologie de l’époque laisse quelquefois entendre que la victime est peut-être responsable de l’acte criminel. En effet, à ses débuts, la science de la victimologie était entièrement et exclusivement orientée vers l’étude de la participation de la victime à l’acte criminel et vers l’examen des relations criminel-victime. Les premières typologies sont celles de Von Hentig et de Mendelsohn. Bien que leurs travaux soient uniques, ils ne sont pas empiriques, mais plutôt spéculatifs.

28La typologie de Von Hentig (1948) prend en considération des facteurs psychologiques, sociaux et biologiques. Ce victimologue fait une distinction entre les personnes qui sont nées victimes et celles qui le sont devenues sous la pression de la société. Tout d’abord, il décrit ce qu’il appelle les types généraux des victimes. Dans ce groupe se retrouvent les personnes qui sont victimisées à cause de leur faiblesse, comme les jeunes, les personnes âgées et les femmes. En plus, les minorités et les immigrants entrent dans cette catégorie générale à cause de leur marginalisation dans la société dominante. Ensuite, il décrit des types psychologiques, comme les personnes déprimées, celles qui veulent s’enrichir, les femmes qui séduisent les hommes. Aux types psychologiques appartiennent aussi les personnes qui se trouvent dans une situation sans issue et qui n’y voient aucune échappatoire. Von Hentig donne l’exemple d’un banquier qui avait fraudé et qui avait été escroqué dans l’espoir de se sauver lui-même.

LA TYPOLOGIE DE VON HENTIG
I. Les types généraux
• les jeunes
• les femmes
• les personnes âgées
• les personnes malades
• les immigrants
• les minorités
• les personnes de faible intelligence
II. Les types psychologiques
• les personnes déprimées
• les personnes avides
• les personnes dévergondées (surtout les femmes)
• les personnes solitaires
• les personnes qui tourmentent les autres (surtout dans les situations familiales)
• les personnes acculées à une situation impossible à vivre

29Mendelsohn (1956) développe, quant à lui, cinq groupes basés sur le degré de culpabilité de la victime :

  1. La victime entièrement innocente. Selon lui, ce groupe est considéré comme idéal, n’ayant aucun rôle dans la provocation du délit. Il donne l’exemple d’un enfant-victime, qui, à cause de son âge, n’est jamais responsable de sa victimisation.
  2. La victime de culpabilité moindre : la victime par ignorance. Il donne l’exemple d’une femme qui provoque une fausse-couche.
  3. La victime aussi coupable que l’infracteur : la victime volontaire. Mendelsohn pense par exemple au suicide et à l’euthanasie.
  4. La victime plus coupable que l’infracteur. Mendelsohn donne deux exemples : la victime-provocatrice, qui incite l’auteur à commettre l’infraction et la victime par imprudence, qui provoque le crime par manque de maîtrise de soi.
  5. La victime la plus coupable ou uniquement coupable. Mendelsohn distingue trois sous-groupes chez ce type. Le premier sous-groupe est celui de la victime-infracteur qui, en perpétrant un crime, en devient la victime. Le deuxième sous-groupe est celui de la victime simulante. Il s’agit du « plaignant qui sciemment ou inconsciemment accable l’accusé, ayant recours à toute espèce de manœuvre pour induire la justice en erreur » (p. 107). Le troisième sous-groupe est celui de la victime imaginaire. Mendelsohn pense ici aux personnes qui souffrent de troubles mentaux, comme la paranoïa et l’hystérie, et qui imaginent avoir été victimes d’un crime.

30Une autre typologie est celle d’Ellenberger (1954), qui est adoptée plus tard par Fattah (1971). Cette typologie souligne l’aspect transformateur de la victimisation. Ellenberger introduit le terme « criminel-victime » pour indiquer qu’une personne qui était victime à un certain moment de sa vie pourrait devenir l’infracteur à un autre moment. Il donne l’exemple d’un enfant maltraité qui devient délinquant. Récemment, cette relation entre la victime et l’infracteur a gagné en popularité dans les recherches, surtout dans le domaine de l’évolution de la violence. La deuxième catégorie d’Ellenberger est « la victime latente ». Elle correspond aux idées de Von Hentig, qui montre la vulnérabilité de certaines personnes. Fattah décrit les individus faisant partie de cette catégorie comme étant « les sujets qui révèlent une disposition inconsciente à devenir victimes, et qui de ce fait exercent sur le criminel une attraction semblable à celle que l’agneau exerce sur le loup » (1971, p. 26). La troisième catégorie d’Ellenberger concerne la relation spécifique entre le criminel et la victime, c’est-à-dire les rapports de réciprocité qui existent dans certains cas entre criminel et victime.

31On a continué de développer encore d’autres typologies jusqu’aux années 1980. Par exemple, dans son livre Victimology : The Victim and His Criminal, Stephan Schafer (1977) a consacré tout un chapitre aux typologies et présente une nouvelle typologie des victimes en sept catégories. Les typologies deviennent ainsi de plus en plus raffinées et développées. Les premières typologies de victimes avaient comme critères de classification les degrés de responsabilité, de participation ou de vulnérabilité de la victime. Bien que leur but fut de classifier les caractéristiques des victimes, elles décrivaient souvent les situations sociales et psychologiques du crime plutôt que la personnalité de la victime (Schafer, 1974). On a aussi développé de nouveaux concepts pour rendre compte d’une nouvelle perspective. Par exemple, des concepts comme le « couple pénal », un terme introduit par Mendelsohn en 1956 qui réfère à la victime et au délinquant, celui du « victim precipitation » (introduit par Marvin Wolfgang en 1958) et celui de la « victime catalyseuse » (introduit par Ezzat Fattah en 1973), qui expriment le rôle provocateur que peut jouer la victime. La victimologie classique propose une perspective certes nouvelle, mais nullement révolutionnaire. Essentiellement positiviste et conservatrice par son approche, elle ne remet en cause ni les théories criminologiques, ni la définition légale du crime, ni les fondements du droit (Baril, 1984). Sa contribution est surtout d’améliorer notre compréhension du crime et du criminel et d’ouvrir la voie à des formes novatrices de prévention centrées sur les victimes. En plus, elle questionne une doctrine juridique dépourvue de nuances qui n’accepte que culpabilité ou innocence, ignorant les zones grises.

32Le but des typologies est d’expliquer le crime. En effet, le développement scientifique de la victimologie est fortement influencé par des considérations de prévention, et il ne peut y avoir de prévention sans explication des causes et motifs. La question posée est de savoir pourquoi certaines personnes sont plus susceptibles que d’autres de devenir victimes. En résumé, on trouve trois explications possibles. La première est le rôle provocateur que peut jouer la victime. La prochaine se base sur l’observation d’un lien malsain pouvant unir les personnes impliquées. Ici, le caractère négatif n’est pas imputable à l’un ou à l’autre des protagonistes, mais plutôt à la relation pathogène qu’ils ont développée. On peut finalement expliquer le crime par le mode de vie de la victime. Selon cette approche, certaines personnes courent un plus grand risque d’être victimisées à cause de leur mode de vie particulier (Cohen et Felson, 1979). Par exemple, les personnes qui sortent souvent de la maison, surtout pendant la nuit, et les personnes qui fréquentent les bars courent un plus grand risque de victimisation que les personnes qui ne sortent pas.

la responsabilisation de la victime

33Les premiers victimologues, tels Mendelsohn (1956) et plus tard, Fattah (1966), ont souligné la responsabilité de la victime dans sa propre victimisation. De plus, selon ces auteurs, les tribunaux devraient prendre en considération le rôle de la victime. Par exemple, concernant les catégories de victimes qui « collaborent » à leur victimisation, Mendelsohn dit : « Dans ce cas, il y a culpabilité de deux parts [de la victime et du contrevenant] et la peine infligée à l’infracteur sera moindre » (1956, p. 107). Même si la collaboration de la victime n’est pas intentionnelle, Mendelsohn pense qu’il faut que la peine soit allégée.

34Bien qu’en 1952, Tahone ait déjà critiqué cette notion selon laquelle les victimes sont (en partie) responsables de leur victimisation, ce n’est que vers 1960 que l’accent mis sur le rôle joué par la victime dans sa victimisation se déplace vers l’impact du crime sur la victime. Ainsi, les typologies de la victimologie « classique » qui blâment la victime sont fortement critiquées et, à partir des années 1970, il devient inacceptable de parler du rôle de la victime. Sous l’influence du mouvement féministe et du mouvement en faveur des victimes, la théorie selon laquelle la victime serait responsable de sa victimisation est rejetée ouvertement, les tenants de ces mouvements affirmant qu’il faut cesser de blâmer la victime.

35Les études cliniques auprès des victimes d’évènements catastrophiques comme l’Holocauste (Maguire, 1991) jouent un rôle central dans ce changement de perception. Nous avons déjà vu que le travail de Mendelsohn sur le génocide des juifs avait contribué à son changement de point de vue concernant la culpabilité des victimes. De plus, pendant les années 1970, il y a eu plusieurs études victimologiques concernant l’impact du crime sur les victimes (Maguire, 1991). Ces études ont démontré que les victimes se sentent souvent coupables et qu’elles ont honte de leur victimisation (Bard et Sangry, 1979). Par exemple, les victimes de viol peuvent se considérer comme responsables de leur victimisation et les victimes qui cherchent à s’expliquer leur victimisation par leur comportement ou leur personnalité supportent moins bien leur état que les victimes qui blâment le contrevenant (Resick, 1993).

36L’une des études importantes dans le cadre de ce nouveau développement est la recherche de Melvin Lerner, psychologue social à l’Université de Waterloo, en Ontario. Il développe sa théorie « d’un monde juste » (Just World Theory) pendant les années 1960 et 1970. Pour la tester, il fait des expériences dans lesquelles il étudie les réactions de plusieurs individus face à la victimisation. Selon Lerner, les gens ont tendance à considérer les victimes comme responsables de leur malheur, ce qui leur permet de continuer de croire en leur propre invulnérabilité. En effet, si l’entourage de la victime se convainc que celle-ci méritait ce qui lui est arrivé, leur conception d’un monde juste, où chacun a ce qu’il mérite, ne sera pas altérée. Les expériences de Lerner démontrent que l’on blâme la victime plutôt que de changer sa conception d’un monde juste (Lerner, 1980 ; Lerner et Simmons, 1971). Ainsi, elles corroborent le point de vue des féministes, selon lequel la victime est blâmée même si elle ne devrait pas l’être.

37Pendant les années 1980, les typologies perdent beaucoup de popularité et, à part quelques exceptions, comme Ezzat Fattah, les victimologues oublient leur but premier, qui était la prévention, et ce, jusqu’à la publication de recherches au sujet de la victimisation multiple dans les années 1990 (voir le chapitre 7).

***

38Bien que la victimologie soit une science relativement nouvelle, elle a déjà subi certaines modifications. À partir de typologies d’auteurs comme Mendelsohn et Von Hentig, elle a rapidement gagné l’intérêt des spécialistes partout dans le monde pendant les années 1950-1960. Puis, pendant les années 1970, à la suite d’une série de conférences internationales lui étant dédiées, elle s’est implantée dans le milieu universitaire. Cependant, c’est pendant les années 1980 que la victimologie s’est développée avec le plus de rapidité (Van Dijk, 1988). La victimologie d’aujourd’hui est très différente de ce qu’avait prévu Mendelsohn en 1956. Elle s’occupe désormais des victimes de violation des droits de la personne, incluant les victimes d’actes criminels. Néanmoins, quelques-unes des prédictions de Mendelsohn se sont révélées justes. En effet, la victimologie est un domaine important de la recherche criminologique, avec sa propre société professionnelle et ses propres revues savantes.

Bibliographie

lectures recommandées

Schafer, S. (1974), « The Beginnings of “Victimology” », dans I. Drapkin et E. Viano (dir.), Victimology, Lexington (MA), Lexington Books, p. 17-30.

Lerner, M. et C. Simmons (1971), « Observer’s Reaction to the Innocent Victim: Compassion or Rejection? », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 20, 1971, p. 127-135.

Kirchhoff, G. F (1994), « Victimology, History and Basic Concepts », dans G. E Kirchhoff, E. Kosovski et H.-J. Schneider (dir.), International Debates of Victimology, Mönchengladbach, WSV Publishing, p. 1-81.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search