Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autoformation

 | 
Nicole Anne Tremblay

Conclusion

Texte intégral

1Les recherches qui ont été effectuées au cours de ces 30 dernières années représentent des avancées importantes dans la connaissance de l’autoformation. Dans un premier temps, elles auront révélé l’importance que l’autodidaxie a toujours eue, même dans nos sociétés modernes occidentales où l’école est devenue accessible à tous. Ensuite, elles auront permis de comprendre cette réalité dans toute sa complexité au plan psychologique, méthodologique et social. De ce deuxième temps de la recherche, sont nées des définitions du concept et des propositions théoriques. Enfin, la recherche aura permis au cours de ces dernières années d’étudier les conditions de sa mise en œuvre, que ce soit en milieu scolaire, au sein de l’entreprise ou dans le cadre de l’action communautaire.

2Sur le plan de la pratique, il est possible d’observer une multiplication d’approches et de méthodes susceptibles de développer l’autoformation ou, à tout le moins, exigeant une grande part d’autonomie de la part de l’apprenant. Sans doute l’avènement des technologies de l’information et de la communication a-t-il eu une grande influence sur ce développement, mais il ne suffit pas à tout expliquer. Certaines méthodes, comme la mise sur pied de projets d’apprentissage et la passation de contrats d’apprentissage, ont clairement montré qu’elles pouvaient s’avérer des supports efficaces et recherchés. D’autres méthodes, plus récentes ou moins utilisées à ce jour, mériteraient sans doute de connaître une meilleure utilisation. C’est le cas de l’approche par problèmes, de la méthode des cas, de l’entraînement mental ou encore des histoires de vie, qui pourraient être reconsidérés et réadaptés dans d’autres contextes que ceux où ils se sont développés jusqu’ici. Nous sommes tous conviés à faire preuve d’initiative et de créativité dans le développement d’instruments pertinents à l’autoformation. Les années à venir seront vraisemblablement celles de la mise en œuvre de l’autoformation.

3La recherche aura également permis d’identifier de nouvelles compétences qu’exige une situation d’autonomie en formation, tant de la part des apprenants que des facilitateurs impliqués. Les consensus qui se dégagent des diverses recherches sont assez clairs : pour bien fonctionner en autoformation, l’apprenant doit être capable d’exercer une forme d’autorégulation de sa démarche (métaapprentissage), de se construire un réseau de ressources, de réfléchir sur ses actions et d’apprendre de ses expériences (notion de praxis) enfin, de développer sa capacité à tolérer l’incertitude et d’avoir la souplesse nécessaire pour s’adapter. D’un autre côté, la recherche sur les compétences du facilitateur s’est un peu moins développée. Cependant, les quelques résultats qui existent tracent le portrait d’un formateur nécessairement plus souple et capable de se centrer sur les besoins de l’autre sans mettre en veilleuse pour autant la fonction d’expert qu’il est appelé à exercer.

4Les nouvelles compétences de l’apprenant et du facilitateur de l'auto-formation, si elles sont clairement identifiées, n’en présentent pas moins un véritable défi quant à leur développement. Cette manière nouvelle de faire et de penser n’arrivera pas spontanément parce qu’on a décidé d’implanter l’autoformation dans un contexte donné. Au contraire, il faut de toute évidence et de toute urgence tenter de trouver des activités et des moyens pour permettre l’acquisition de ces nouvelles compétences. S’il s’agit d’apprendre à fonctionner autrement, il s’agit également d’étendre d’anciennes manières de faire qui, bien qu’elles ne soient plus tout à fait adaptées, étaient quand même bien sécurisantes. Le développement de l’autoformation et son implantation sont exigeants et demandent qu’on réserve le temps nécessaire à sa réussite.

5Jusqu’à récemment, l’étude de l’autoformation s’est limitée presque exclusivement au domaine de l’éducation et de la formation des adultes. Pour beaucoup d’adultes cependant l’acquisition des compétences nécessaires à une activité autoformatrice réussie n’a jamais été complète. Puisque l’autoformation semble une stratégie bien adaptée aux défis d’aujourd’hui, ne serait-il pas sage, comme le propose Bédard (1993), de favoriser le développement de l’autonomie dans l’apprentissage dès le plus jeune âge ?

Très tôt à l’école primaire, on devrait présenter à l’enfant des situations d’apprentissage où il serait appelé à apprendre comment exercer un contrôle sur ses apprentissages. De ce fait, il développerait plus de liberté en regard des contenus, des méthodes et de l’évaluation. Il deviendrait ainsi conscient des nombreuses ressources qui sont en lui et autour de lui. (p. 281)

6N’est-ce pas à cela que nous convie la réforme actuelle de l’éducation au Québec ? L’approche par compétences qu’on y prône et l’utilisation du projet comme cadre d’apprentissage semblent ramener directement à l’autoformation.

7Ce n’est pas par hasard que l’autoformation ait connu une telle évolution au niveau de la recherche au cours des dernières décennies. Cela s’inscrit dans un contexte social qui a connu de nombreux changements et où la notion d’autonomie s’est trouvée inscrite au cœur de nombreuses considérations. Il y a une forte tendance à faire reposer sur l’individu le poids de nombreuses responsabilités dans divers secteurs de l’activité économique et sociale. Rendre plus responsable le travailleur, le citoyen, le malade, le consommateur est devenu un leitmotiv utilisé pour des raisons pas toujours avouables. Cette dimension pose des problèmes au plan éthique. Jusqu’où une société, une entreprise ou un organisme peuvent-ils aller dans l’imposition d’un tel poids sur l’individu sans que cela soit assorti, en contrepartie, des obligations ainsi créées au niveau organisationnel ? N’y a-t-il pas danger à faire porter par le seul individu toute la responsabilité de ses actes sans qu’aucun soutien lui soit offert ? Si l’organisation ou l’État providence ont parfois créé des situations de dépendance dont il n’est pas toujours facile de se défaire, le mouvement contraire risquerait d’avoir des effets tout aussi nocifs en faisant porter toute la honte de l’échec sur la personne.

8Une autre considération d’ordre éthique porte sur les différences individuelles quant à la capacité de chacun de fonctionner en situation d’autoformation. Là aussi, évitons les extrêmes. Nous ne sommes pas tous égaux devant l’autoformation. Pour peu que l’on soit sensible à un idéal de justice, il est évident que certaines personnes auront besoin davantage d’être aidées dans leur quête d’autonomie en regard de l’apprentissage. Si l’autoformation s’impose comme nouveau paradigme, il faudra alors consentir les efforts nécessaires pour la mettre à la disposition de tous, quelle que soit la propension de chacun en regard de l’apprentissage et quel que soit le niveau d’autodirection. Déjà, les quelques instruments de mesure existants témoignent des différences individuelles dans la population quant à la capacité à s’autodiriger ou, à tout le moins, quant à la disposition en regard de l’apprentissage. Considérant les aspects tant éthiques que méthodologiques de l’autoformation, Carré a écrit :

La porte étroite, aujourd’hui, en matière d’autoformation, est donc située à la croisée de la conviction militante, de la recherche scientifique et de la vigilance éthique. (1997, p. 268)

9L’autoformation a connu un essor peu commun au cours des dernières années. L’évolution rapide des recherches, des publications et des expériences en témoignent abondamment. Longtemps considérée comme voie compensatoire, puis comme voie de remplacement de l’enseignement traditionnel, l’autoformation s’impose de plus en plus comme modèle de référence en regard d’un ensemble de mutations que nous apporte la société actuelle. Par la souplesse qu’elle offre, par l’efficacité qu’elle a démontrée dans l’apport de réponses nouvelles et adaptées, par les valeurs démocratiques et de liberté auxquelles elle se réfère, l’autoformation est porteuse de sens pour notre époque. De tout temps, il y a eu des autodidactes qui ont apporté des contributions sociales importantes ; cela n’est plus à démontrer. Les autodidactes d’aujourd’hui participent à cette même mission éducative qui est de trouver par soi-même son achèvement dans l’apprentissage et ainsi participer à l’avènement d’une Cité vraiment éducative.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540