Version classiqueVersion mobile

L'autoformation

 | 
Nicole Anne Tremblay

Introduction

Texte intégral

1Ce livre a été écrit avant tout en pensant aux nombreux praticiens qui, ayant récemment découvert l’autoformation, désireraient en comprendre les notions essentielles et en faire une mise en pratique. Il s’est publié, au cours des ans, de nombreux ouvrages sur le sujet, des ouvrages spécialisés surtout qui, jusqu’à maintenant, ont circulé dans les milieux avertis de la recherche scientifique ou dans celui des professionnels experts en formation.

2L’idée m’est venue d’écrire ce livre après avoir donné un cours à des professionnels inscrits à la maîtrise en andragogie ou encore à des étudiants-chercheurs inscrits au niveau doctoral. Plusieurs d’entre eux, désireux de se familiariser avec le domaine, achetaient les dernières parutions, croyant ainsi comprendre les rudiments du domaine tout en étant à jour. Malheureusement, ces publications, pour toutes récentes qu’elles aient été, s’avéraient trop spécialisées pour un débutant. J’avais alors l’impression que chacun avait trouvé un morceau du casse-tête sans avoir idée de la scène à laquelle il appartenait. Les questions précises que les étudiants m’adressaient m’obligeaient souvent à reconsidérer mes connaissances de manière à les vulgariser sans trahir les sources auxquelles je me référais. Je dois l’avouer, leurs questions m’ont fait progresser et ont été à l’origine des quelques clarifications que je présenterai surtout dans la première partie à propos du concept d’autoformation et de sa définition. Leurs nombreuses questions et les incompréhensions qu’elles traduisaient parfois m’ont également fait réaliser combien une synthèse des principales recherches s’imposait.

3L’étude de l’autoformation existe depuis plus de trente ans maintenant, si on considère que les travaux du Torontois Allen Tough (1967) constituent le coup d’envoi de l’étude systématique du domaine. Les résultats des centaines de recherches produites au cours de toutes ces années ont connu une large diffusion auprès de la communauté scientifique internationale. Les chercheurs qui suivent l’évolution du domaine ont fini par développer une vision d’ensemble de ce qui s’y déroule. Selon toute vraisemblance, cela doit représenter une cinquantaine de personnes, tout au plus, disséminées en Amérique du Nord et en Europe surtout. Les résultats des recherches menées à ce jour commencent à peine à sortir du cercle fermé des experts pour être diffusés à un public plus large, comme on a pu l’observer au cours d’initiatives récentes menées auprès d’entreprises.

4Les problèmes actuels pour lesquels l’autoformation pourrait représenter une solution originale ont exercé une pression bénéfique dans le sens d’une plus grande démocratisation du savoir qui s’est lentement constitué au plan scientifique. La mise en évidence de la place prépondérante du sujet comme acteur de sa formation a remis en question les connaissances acquises au sujet de l’autoformation. Que peut apporter l’autoformation aux travailleurs que l’on souhaiterait plus responsables face au maintien et au développement de leurs compétences ? L’autoformation pourrait-elle représenter une nouvelle voie pour tous ceux que l’école n’a pas su retenir et instruire ? En quoi l’avènement des technologies de l’information et de la communication bénéficierait-elle du développement de compétences en autoformation ? Dans une perspective d’éducation permanente (de l’apprentissage à vie, diront certains) quelle place l’autoformation pourrait-elle tenir dans les projets éducatifs des citoyens et des travailleurs aux divers âges de leur vie ?

5Au manque de synthèse déjà mentionné, il faut ajouter une actualité du propos qui imprime une certaine urgence à définir l’autoformation et à en délimiter les attributs et les contours. L’autoformation n’est certes pas la panacée, il faudrait bien se garder de la considérer ainsi. Et ce n’est pas parce que nous baignons actuellement dans une véritable culture du « sujet » que nous sommes tenus d’y avoir recours sans un examen attentif. Afin d’en faire un usage intelligent, il conviendrait de tenter d’en saisir les fondements et de faire les nuances qui s’imposent. À plusieurs reprises, au cours des trente dernières années, on a invoqué le fait que l’autoformation reposait sur un concept neuf aux contours imprécis. On n’a certes pas levé toutes les ambiguïtés que présente sa définition, mais plusieurs consensus se font jour actuellement qui sont, à mon avis, fort réjouissants tant sur le plan de la théorie que sur celui de la pratique.

6La première partie de ce livre présente les fondements de l’autoformation : son histoire, l’évolution des équipes de recherche qui l’étudient, les notions sur lesquelles elle repose et les courants qui la traversent. La deuxième partie s’attarde à quelques considérations d’ordre pratique. Les deux premiers chapitres de cette partie présentent les principaux résultats de mes recherches qui ont porté sur les éléments caractéristiques de ce type de démarche, sur les besoins qui surgissent, sur les nouvelles compétences que cela demande de la part des formateurs (appelés « facilitateurs » en pareille circonstance), ainsi que sur les éléments caractéristiques des démarches d’autoformation et des implications que cela peut avoir sur la pratique. Les deux derniers chapitres du livre sont consacrés à des aspects instrumentaux. Ils suggèrent des tests et des questionnaires susceptibles d’aider à l’évaluation et des méthodes qui pourraient aider à lui donner forme dans la réalité.

7J’ai cherché à ne rien sacrifier à la rigueur qui a présidé aux études sur l’autoformation. Je n’ai pas essayé d’en faire un concept facile à comprendre ni essayé de le mettre à la portée de tous. Pour parodier de nombreux livres d’informatique à succès, je n’ai pas écrit une introduction à l'autoformation pour les nuls. Ce que j’ai tenté avec application, c’est de parler avec le plus de clarté possible, en respectant toutefois les zones d’ombre qui subsistent étant donné l’avancement actuel des connaissances. Mon plus grand souhait serait d’avoir réussi à susciter la réflexion et aussi à suggérer l’amorce d’un réalignement des attitudes traditionnelles auxquelles nous continuerons de nous référer tant et aussi longtemps que nous n’aurons pas entrevu que « peut-être, oui, à tout bien considérer, à bien y penser, nous pourrions commencer à apprendre et aider à apprendre autrement ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search