Version classiqueVersion mobile

La gestion environnementale et la norme ISO 14001

 | 
Corinne Gendron

Avant-Propos

Texte intégral

1L’idée de cet ouvrage a germé dans l’esprit de plusieurs personnes qui ont eu le bonheur de se rencontrer au hasard de leurs activités professionnelles. Bien avant que le système de certification ISO 14001 ne soit adopté en 1996, de nombreuses entreprises avaient commencé à s’intéresser à la gestion environnementale et avaient développé différents systèmes et pratiques de gestion. Or, les ouvrages susceptibles d’aider les gestionnaires environnementaux dans leur tâche étaient rares, pour ne pas dire inexistants au Québec. Avec l’arrivée des normes ISO 14000 et l’intérêt accru pour la gestion environnementale dont témoigne la multiplication des colloques mais aussi des cours universitaires portant sur la question, il nous a semblé qu’un ouvrage tel que celui-ci était plus que nécessaire au début de ce nouveau millénaire.

2À l’époque où le projet mûrissait dans nos esprits, nous avons rencontré Jim Lamprech, auteur d’un livre sur l’ISO 14000 publié aux États-Unis. Une collaboration s’est imposée tout naturellement avec l’équipe de rédaction québécoise en vue de produire un ouvrage en français adapté à l’Amérique du Nord, au contexte particulier du Québec, mais aussi à la France où une bonne partie de la recherche a été menée.

3Destiné à la fois aux dirigeants, aux gestionnaires en environnement et aux étudiants désireux de se familiariser avec la gestion environnementale, cet ouvrage comporte à la fois un volet théorique visant à présenter les concepts et un volet pratique permettant d’illustrer comment les principes de gestion environnementale se traduisent dans l’entreprise. Nous tenons à remercier ici tout particulièrement Nicole Moreau, qui a effectué une partie importante de la recherche, ainsi que les entreprises qui ont accepté de se prêter à l’exercice et de figurer comme cas type.

4L’ouvrage est divisé en trois grandes parties. La première vise à initier le lecteur à la problématique environnementale et aux défis qu’elle représente pour l’entreprise contemporaine. Le premier chapitre propose un survol nécessaire, mais malheureusement trop bref et bien incomplet, de la crise environnementale, du concept de développement durable et des politiques publiques de protection de l’environnement. Le deuxième chapitre propose un portrait actuel du comportement des entreprises en matière d’environnement et expose les différentes stratégies environnementales possibles face à cet enjeu.

5La deuxième partie constitue en quelque sorte le cœur de l’ouvrage puisqu’on y présente les grands principes de gestion environnementale en les illustrant systématiquement par des cas concrets. Le chapitre 3 explique la gestion environnementale et situe la série ISO 14000 par rapport aux autres initiatives de gestion environnementale qui ont vu le jour à travers le monde au cours des dernières décennies. Plus pratique, le chapitre 4 explique et illustre l’implantation de chacune des exigences de la norme ISO 14001. Dans le chapitre 5, nous expliquons les mécanismes de certification des principaux pays industrialisés et brossons un tableau des certifications ISO 14001 à travers le monde. Enfin, le chapitre 6 aborde la délicate question de la certification de l’ISO 14001 et de la loi.

6La troisième partie de l’ouvrage est consacrée aux outils de la gestion environnementale : la vérification, la communication et la gestion du risque. Le chapitre 7 définit la vérification environnementale, sa fonction et son déroulement, puis présente les normes ISO concernées. Tout comme le chapitre 9, le chapitre 8 déborde du cadre strict des normes ISO 14000 en expliquant la communication environnementale et ses particularités. Enfin, le chapitre 9 est consacré à la gestion du risque.

7Les chapitres comportent généralement une ou plusieurs annexes visant à compléter les informations contenues dans le texte ou encore à illustrer certains propos. De plus, il faut souligner que chaque chapitre a été révisé par au moins deux personnes œuvrant dans le domaine. Nous profitons de l’occasion pour les remercier, notamment Robert Daigneault, Marie-Claude Caron, Johann Ellefsen, Dominique Ferrand, Jean-Paul Lacoursière et Pierre Laporte, et particulièrement Michel Beauchamp, qui a fait office de réviseur général et qui a lu, corrigé et révisé trois fois plutôt qu’une chacun des chapitres.

8Nous voulons également remercier Jacques Girard, directeur du BNQ, ainsi que Gilles Lessard, ancien directeur du BNQ et initiateur du projet, pour leur soutien et leur confiance.

9Nous remercions aussi Jim Lamprech dont les travaux ont inspiré ce projet à ses débuts, de même que Marc-André Lafrance, Julie St-Pierre, Guylaine Mireault pour leur contribution au manuscrit. Enfin, un merci tout particulier à Isabelle Landry qui a cru à cet ouvrage et en a appuyé la réalisation à toutes les étapes malgré les nombreux écueils rencontrés.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search