Version classiqueVersion mobile

Introduction aux littératures francophones

 | 
Christiane Ndiaye

Avant-propos

Christiane Ndiaye

Texte intégral

1L’étude des littératures francophones du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et de la Caraïbe est aujourd’hui inscrite au programme d’études françaises des universités et collèges à travers le monde : au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Australie, en Amérique du Sud, etc. En croissance continuelle du fait d’une production constante de la part des écrivains, ces littératures font également l’objet de lectures et relectures incessantes de la part de la critique. Cet ouvrage se propose de présenter des faits marquants de l’histoire de ces littératures en tenant compte de l’évolution des perspectives de la critique littéraire. Il s’agit en même temps de faire apparaître toute la richesse et le dynamisme de ces littératures dans un aperçu d’ensemble qui cherche à situer les œuvres par rapport à l’évolution de l’écriture littéraire au fil du temps et dans le cadre des principaux genres. Dans ce sens, au lieu d’établir un découpage chronologique strict qui serait le même pour les différentes aires culturelles concernées et qui créerait une fausse impression d’homogénéité, l’ouvrage adopte plutôt une approche souple qui tient compte des générations d’écrivains, des mouvements littéraires, des œuvres et dates marquantes, selon ce qui paraît significatif avec le recul du temps. En procédant ainsi à un recoupement entre les genres, les faits historiques, les appartenances nationales, et les questions d’esthétique, cette introduction à la lecture des littératures francophones vise à mieux faire ressortir l’importance relative de certains pays, écrivains, genres ou courants littéraires à un moment donné de l’histoire littéraire de ces régions. Nous voudrions ainsi offrir aux étudiants des institutions post-secondaires et à tout lecteur qui aborde ces littératures francophones pour la première fois un cadre historique qui soit le moins réducteur possible afin que chacun puisse contextualiser ses lectures et mieux en découvrir les multiples facettes.

2Nous avons tenu compte, par ailleurs, du fait que la définition de la notion même de « littérature francophone » en tant que champ d’études n’a cessé d’évoluer et n’est pas la même partout dans le monde. Ainsi, aux États-Unis, les « études francophones » incluent à la fois les littératures d’Afrique subsaharienne, de la Caraïbe et du Maghreb et celles du Québec, de la Suisse et de la Belgique ; en Europe, on inclut généralement le Québec dans le champ dit francophone, alors que les littératures suisse et belge font partie de la littérature française ; les institutions québécoises distinguent trois corpus : littérature française, littérature québécoise, littérature francophone qui englobe alors toutes les autres littératures de langue française. Vu ces divergences, il nous a paru utile de commencer par un survol d’ensemble de l’histoire des principales littératures francophones autres que celle de la France. Cet aperçu compréhensif vise à faire ressortir le processus d’autonomisation graduelle de ces champs littéraires qui ont longtemps été inféodés à la littérature française. Ainsi, le premier chapitre, consacré à un bref historique, inclut, outre les trois grandes régions de la francophonie issues de la colonisation, un survol historique des littératures suisse, belge et québécoise. Les littératures suisse et belge ont longtemps été assimilées à la littérature française si bien que les manuels d’histoire n’ont pas toujours adéquatement mis en évidence leur spécificité ; la littérature québécoise, considérée comme une littérature émergente tout comme celles de la Caraïbe, de l’Afrique subsaharienne et du Maghreb, a aussi occupé une place secondaire de « littérature de la périphérie » dans le panorama des littératures de langue française. La mise en parallèle de l’évolution vers l’autonomie de ces différentes littératures perçues autrefois comme mineures est donc éclairante dans la perspective de la constitution des champs littéraires de la francophonie (du point de vue institutionnel). Toutefois, dans le cas du Québec, cette autonomie est désormais acquise et l’émergence des littératures suisse et belge suit un parcours assez différent de celui des anciennes colonies de la France : en dehors de l’aperçu d’ensemble du premier chapitre, ces trois champs littéraires de la francophonie ne sont donc pas réexaminés individuellement dans le corps de notre ouvrage. La mise à jour de l’histoire de ces littératures francophones d’Europe et du Québec s’est faite plus adéquatement que dans le cas des littératures d’Afrique, de la Caraïbe et du Maghreb. La suite de l’ouvrage est donc consacrée à ces trois littératures, prises individuellement, et l’on constatera que ces « autres francophonies » suivent en quelque sorte la voie tracée par le Québec dans le sens d’une autonomisation croissante.

3Les trois principaux chapitres de l’ouvrage visent à faire ressortir à la fois les convergences et les divergences entre les littératures africaine, caribéenne et maghrébine. Nous commençons par l’Afrique subsaharienne, qui est la région la plus importante en termes géographiques et par le rôle que le mouvement de la négritude des années 1930 a joué dans l’émergence des littératures francophones au cours de la première moitié du XXe siècle. Plusieurs des écrivains noirs de la Caraïbe ont participé à ce mouvement, si bien que l’histoire littéraire de ces deux régions converge assez étroitement au cours des années 1930 à 1950, ce qui nous amène à traiter des littératures de la Caraïbe dans la deuxième partie du volume, avant de revenir sur le continent africain, en dernier lieu, pour présenter les littératures du Maghreb. Le Maghreb se démarque en effet non seulement par certaines écoles littéraires, mais aussi par le fait que la transition des littératures précoloniales à la littérature d’expression française comporte d’autres enjeux qu’en Afrique subsaharienne et aux Caraïbes. Alors que l’on passe directement des littératures orales en langues indigènes à l’écriture en français, en Afrique subsaharienne et à la Caraïbe, le Maghreb possède une double tradition, orale et écrite. Ainsi, les littératures de langues française et arabe coexistent aujourd’hui et évoluent parallèlement, alors que les littératures écrites en langues africaines et en créole occupent encore une place secondaire par rapport à la littérature francophone.

4Cependant, si l’organisation du volume reflète ces affinités et divergences, l’organisation des chapitres est essentiellement la même. À la suite de la présentation de quelques précurseurs, l’histoire littéraire de chaque région est abordée à partir des principaux genres, ceci afin de rectifier quelque peu l’impression créée par certains ouvrages et enseignements axés presque uniquement sur le roman, alors que tous les genres occupent une place importante dans les littératures francophones. Ainsi l’on notera, par exemple, que les véritables précurseurs de ces littératures sont en fait des poètes, dramaturges, romanciers et essayistes haïtiens du XIXe siècle, dont la plupart demeurent méconnus encore aujourd’hui. Bref, c’est un portrait d’ensemble que nous voulons brosser, en évitant les lacunes que comportent bon nombre d’ouvrages d’introduction.

5Il faut toutefois noter que même cette présentation qu’on voudrait compréhensive reste un survol et il ne saurait être question dans un tel panorama d’ensemble de citer tous les titres, anciens ou récents, des auteurs présentés ; les œuvres particulières citées le sont à titre indicatif, soit parce que les titres reflètent des traits caractéristiques de l’œuvre de tel écrivain, soit parce qu’il s’agit d’une œuvre marquante. C’est dire aussi que ce n’est pas la biographie des écrivains qui est privilégiée (encore là, quelques faits sont retenus à l’occasion à titre indicatif ou anecdotique et les dates de naissance sont données lorsque disponibles), mais bien l’œuvre littéraire. D’autre part, bien que l’ensemble de l’ouvrage suive les mêmes objectifs, il est évident que chaque section porte aussi les traces des intérêts personnels et de la réflexion critique propre de chacun des coauteurs du livre.

6En résumé, il s’agit d’une introduction qui vise à actualiser l’histoire littéraire et à fournir quelques pistes de lecture et des informations de base aux lecteurs et lectrices qui s’intéressent à ces littératures.

Auteur

Professeure agrégée à l’Université de Montréal où elle enseigne les littératures francophones de la Caraïbe, de l’Afrique et du Maghreb. Elle a publié un recueil d’essais sur les littératures francophones, trois volumes collectifs et de multiples articles. Elle a mené un projet de recherche sur les « Parcours figuratifs du roman africain » (travaux à paraître) et est actuellement chercheure principale du projet « Mythes et stéréotypes dans la réception des littératures francophones ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search