Version classiqueVersion mobile

L'art de soigner en soins palliatifs

 | 
Claudette Foucault
, 
Suzanne Mongeau

Annexes

Texte intégral

  • Directives au personnel soignant 282

  • Attestation de maladie terminale. Formulaire de non-réanimation cardiorespiratoire 284

Directives d’utilisation de la grille d’évolution de la douleur et autres symptômes

Clientèle cible :

  • Intervention de soins de niveau palliatif ;

  • Prescription d’analgésique régulier par voie orale, transdermique, sous-cutanée intermittente, ou sous perfusion sous-cutanée continue ;

Notation de la douleur et des symptômes :

  • Faire évaluer par la personne, à l’aide du tableau d’évaluation de la douleur, les 5 paramètres de la douleur, 2 fois par service de 8 heures :

  • soit avant l’administration de l’analgésique si toutes les 4 heures ;

  • soit avant l’administration de l’analgésique si toutes les 12 heures, puis refaire une évaluation toutes les 4 heures ;

  • soit toutes les 4 heures si perfusion sous-cutanée continue ou si administration par voie transdermique ;

  • soit avant l’administration d’une entredose ;

  • soit avant l’administration d’un analgésique prn (au besoin).

1Noter la présence des autres symptômes à l’aide d’un crochet, 1 fois par service de 8 heures.

Sites

2Indiquer dans la marge à côté de la lettre A le site primaire de la douleur décrit par la personne.

3Indiquer dans la marge à côté de B ou de C s’il y a un ou des sites de douleur additionnels.

Ex.

A : omoplate gauche

B : irradiation bras gauche

4indique que la personne a identifié une douleur dans cette région sur une période de 8 heures.

Indicateurs d’intensité de la douleur et degré de soulagement

Analgésiques rég. Heure

5Inscrire dans la case l’heure d’administration de la médication régulière.

6Si la médication ne se donne pas toutes les 4 heures, par exemple, lors d’une perfusion sous-cutanée continue (PSCC), l’indiquer dans les cases sans noter une heure précise :

• Intensité préanalgésique

Légende — échelle d’intensité de la douleur

0 : aucune

1-2 : légère

3-4 : modérée

5-6 : intense

7-8 : accablante

9-10 : la pire douleur à ce jour

7À l’aide de l’échelle de la douleur (0 à 10), inscrire dans la case l’évaluation faite par la personne de l’intensité de sa douleur avant l’administration de l’analgésique régulier. Si l’analgésie régulière est à un horaire différent de q 4 heures (exemple q 12 heures, q 72 heures, sous PSCC), l’infirmière doit tout de même faire une évaluation toutes les 4 heures de l’intensité de la douleur de la personne et l’inscrire dans la case 2 fois par quart de travail.

8Si la personne ne peut évaluer elle-même l’intensité de sa douleur, l’infirmière procède à une évaluation subjective de la douleur à partir du comportement observé chez la personne. Elle note son évaluation suivie d’un point d’interrogation :

• Indicateurs non verbaux

Légende

91 : plaintes somatiques (gémissements/cris/pleurs)

102 : positions antalgiques au repos

113 : faciès crispé/saillie des sourcils

124 : protection de zones douloureuses/rigidité du corps

135 : évite la mobilisation ou l’utilisation d’une partie de son corps

14À l’aide de l’échelle des indicateurs non verbaux de la douleur, inscrire dans la case l’évaluation par l’infirmière d’indicateurs non verbaux observés chez la personne pouvant dénoter une douleur. Ce paramètre est particulièrement important chez un client qui ne peut communiquer verbalement d’information au sujet de la présence ou non de douleur (exemple : personne avec un trouble cognitif).

• Degré de confort postanalgésique

Légende — échelle de soulagement

A : aucun

B : faible (25 %)

C : moyen (50 %)

D : très bon (75 %)

E : complet (100 %)

15À l’aide de l’échelle de soulagement, indiquer dans la case le niveau de soulagement de la personne, soit 60 minutes postanalgésie si médication en per os, ou 30 minutes postanalgésie si médication en sous-cutané.

16Chez la personne dont l’analgésie régulière est q 12 heures, q 72 heures ou en PSCC, une évaluation de son niveau de confort doit tout de même être notée 1 fois par quart de travail.

Entredose/heure

17Inscrire dans la case l’heure d’administration de l’entredose.

18Le grille prévoit la possibilité d’inscrire 4 entredoses par quart de travail, si la condition de la personne en nécessite plus, une note détaillée de l’infirmière est requise au dossier pour documenter ce fait.

Intensité pré-entredose

19À l’aide de l’échelle de la douleur (0 à 10), inscrire dans la case l’évaluation faite par la personne de l’intensité de sa douleur avant l’administration de l’entredose.

20Si la personne ne peut évaluer elle-même l’intensité de sa douleur, l’infirmière procède à une évaluation subjective de la douleur à partir du comportement observé. Elle note son évaluation suivie d’un point d’interrogation (ex. : 3 ?).

Indicateurs non verbaux

21À l’aide de l’échelle des indicateurs non verbaux de la douleur, inscrire dans la case l’évaluation par l’infirmière d’indicateurs non verbaux observés chez la personne qui justifie l’administration de l’entredose. Ce paramètre est particulièrement important chez une personne qui ne peut communiquer d’informations au sujet de la présence de sa douleur, par exemple une personne avec un trouble cognitif.

Degré de confort post-entredose

22À l’aide de l’échelle de soulagement, indiquer dans la case le niveau de soulagement de la personne, soit 60 minutes post-entredose si médication en per os, ou 30 minutes post-entredose si médication en sous-cutané.

Entredose : nombre total/8 heures

23Faire le total des entredoses prises durant un service de 8 heures. La prise de 4 entredoses et plus nécessite que le médecin traitant soit avisé et qu’une note de suivi détaillée soit faite par l’infirmière au dossier de la personne tant que la situation de cette dernière n’est pas stabilisée.

24Nature : qualité de la douleur

Légende

S : sourde

CE : choc électrique

B : brûlure

É : élancement

EG : engourdissement

P : picotement

CP : coup de poignard

T : torsion/noeud

 : non évaluable

A : autre

25Inscrire la lettre de la légende correspondant à la description que la personne donne de la caractéristique de sa douleur dans ses mots à elle.

26Inscrire NÉ si ce paramètre n’est pas évaluable par la personne compte tenu de sa situation.

Durée de la douleur

Légende

C : continue

P : intermittente

B : brève

 : non évaluable

27Inscrire la lettre de la légende correspondant à la description de la personne.

28Inscrire NÉ si ce paramètre ne peut être évalué par la personne compte tenu de sa situation.

Facteurs

Légende

1 : mouvement

2 : posture

3 : action de manger

4 : action de respirer

5 : émotions

6 : autre

29Inscrire le chiffre de la légende correspondant à la description de la personne.

30Comme précédemment, si la personne ne peut décrire ce paramètre compte tenu de sa situation, l’infirmière peut noter son observation du comportement de la personne à l’aide de la légende en faisant suivre ce chiffre d’un point d’interrogation (ex. : 1 ?).

31Toute douleur nouvelle ou présentant des changements dans l’évaluation des paramètres doit être documentée (actions entreprises et résultats obtenus) par l’infirmière au dossier de la personne.

Confusion

32Désorientation pet (personne/espace/temps) : manifestations verbales ou comportementales indiquant des perceptions erronées par rapport aux personnes dans l’entourage ou indiquant une mauvaise orientation dans le temps et dans l’espace.

33pet : indique une désorientation dans les 3 sphères (personne/espace/temps).

34pe : indique une désorientation dans les sphères personne et espace.

35pt : indique une désorientation dans les sphères personne et temps.

36et : indique une désorientation dans les sphères espace et temps.

37p ou e ou t : indique une désorientation dans la seule sphère notée.

38• Comportement inapproprié : comportement inapproprié aux circonstances, par exemple, arracher sa sonde ou ses pansements ou des comportements similaires.

39• Communication inappropriée : communication inappropriée aux circonstances, par exemple, discours inintelligible ou n’ayant aucun rapport avec la communication en cours ; incohérence de l’esprit.

40• Hallucinations V : visuelles/A : auditives : voir ou entendre des choses qui ne sont pas réellement présentes ou distorsion dans la perception des objets.

  • V : indique présence d’hallucinations visuelles.

  • A : indique présence d’hallucinations auditives.

  • V + A : indique présence d’hallucinations visuelles et auditives.

État d’éveil

Légende — échelle d’intensité de l’état d’éveil

410 : éveillé

421 : endormi, facilement réveillable

432 : endormi, difficilement réveillable

443 : endormi, non réveillable

45Noter par un ✓ état d’éveil de la personne selon l’échelle d’intensité.

Myoclonies

Légende

O : aucune

F : focales

G : généralisées

C : constantes

P : ponctuelles

46Noter dans la case l’absence ou la présence de myoclonies et si présence, indiquer la caractéristique à l’aide de la légende.

Selles

Légende

N : normales

D : dures

M : molles

SL : semi-liquides

F : fécalome

Sg : sang

47Quantité : + ++ +++ +++

Fréquence/aspect/quantité

48Noter dans la case le nombre de selle(s) durant le quart de travail (o, 1, 2).

49Décrire l’aspect des selles selon la légende (/si non évalué).

50Noter la quantité selon + ++ +++ +++ ou par/si non évalué.

Présence de gaz

51 : indique que la personne évacue des gaz intestinaux.

52* : si le client est ballonné ou inconfortable.

Suppositoire/lavement

53Inscrire dans la case si la personne a nécessité un suppositoire (S) ou un lavement (L), selon le protocole de l’unité.

Diurèse

Légende

N : normale

: trouble

: concentrée

: anurie

: hématurie

: odeur nauséabonde

Quantité : …. ml

Fréquence/aspect/quantité

54Indiquer dans la case la caractéristique appropriée à la situation de la personne selon la légende.

Nausées/vomissements

55Nausées

56Noter dans la case, le chiffre qui correspond à la situation de la personne.

Légende

0 : aucune

1 : légères (peut s’alimenter)

2 : modérées (s’alimente occasionnellement)

3 : sévères (ne peut s’alimenter)

Vomissements : Fréquence/quantité

Si vomissements, noter le nombre de fois et la quantité en ml dans la case.

Indiquer dans la marge l’antiémétique prescrit, s’il y a lieu.

Indiquer l’heure à laquelle l’antiémétique a dû être administré.

Degré de confort post-Rx

57Indiquer dans la case le chiffre correspondant à l’évaluation faite par la personne de son niveau de soulagement (légende : o à 4) à la suite de la prise de l’antiémétique.

58L’évaluation se fait 60 minutes, post-dose si administration en per os ou 30 minutes post-dose si en sous-cutané.

59Si la situation est inhabituelle ou requiert des interventions de l’infirmière autres que celles déjà mentionnées dans la grille, une note détaillée est à faire au dossier de la personne.

Soins de bouche — protocole*

60Légende

1 : muqueuses saines

2 : croûtes/dépôts

3 : saignement

4 : odeur

5 : bouche sèche

6 : stomatite

7 : infection

61Indiquer à l’aide de la légende l’état des muqueuses buccales indiquant la mise en place du protocole pour les soins de bouche.

TABLEAU A.1. Grille d’évolution de la douleur et autres symptômes

TABLEAU A.1. Grille d’évolution de la douleur et autres symptômes

TABLEAU A.1. Grille d'évolution de la douleur et autres symptômes (suite et fin)

TABLEAU A.1. Grille d'évolution de la douleur et autres symptômes (suite et fin)

Administration sous-cutanée d’un médicament via un système à perfusion de type aiguille papillon ou jelco

Définition

62Administration de médicaments, sur un mode intermittent ou continu dans un même site, via une tubulure avec aiguille de type papillon, ou par un jelco, installée dans le tissu sous-cutané et maintenue en place à l’aide d’un pansement transparent pour utilisation répétée.

Buts

  • Permettre l’administration de différents médicaments analgésiques et coanalgésiques pour le contrôle de la douleur et autres symptômes en soins palliatifs lorsque la voie orale n’est pas indiquée ou n’est plus possible.

  • Offrir un accès simple, à faible coût, avec un minimum de désagrément.

  • Permettre d’administrer à un même site cutané une combinaison de quelques médicaments compatibles en perfusion continue.

Pré-requis

Prescription médicale.

Matériel nécessaire :

  • Médicament prescrit selon l’ordonnance médicale ;

  • Seringue de 1 ou 2 ml et aiguille 25G x 1 po ;

  • Aiguille à ailettes type papillon 25G 3/8 po ou jelco pédiatrique ;

  • Bouchon d’injection (membrane) ;

  • Pansement adhésif transparent (type Flexigrid, Op-Site ou Tegaderm) ;

  • Tampon de chlorhéxidine.

Procédure

1. Installation du système à perfusion SC (type aiguille papillon ou jelco)

631.1 Préparer de façon aseptique la médication prescrite et prévoir 0,3 ml supplémentaire de médicament pour faire le vide d’air du circuit. Cette dose supplémentaire n’est requise qu’au moment initial d’installation car cette quantité restera dans la tubulure entre chaque dose et permettra à la personne de recevoir sa dose exacte dès la première injection ainsi qu’aux doses subséquentes.

641.2 Relier de façon aseptique le bouchon d’injection (membrane) à la tubulure de l’aiguille papillon ou au jelco.

651.3 Nettoyer le bouchon d’injection (membrane) et faire le vide d’air de la tubulure avec le 0,3 ml supplémentaire de la médication à injecter.

661.4 Choisir le site d’installation de l’aiguille papillon, ou jelco, en respectant l’anatomie et la physiologie du drainage sous-cutané qui privilégie par ordre décroissant le choix des sites suivants :

671 a) Région thoracique antérieure haute (aiguille orientée vers le mamelon) ;

681 b) Région abdominale sus-ombilicale (aiguille orientée vers le nombril, dans le sens des plis cutanés) ;

692) Région abdominale sous-ombilicale (aiguille orientée vers l’aine, dans le sens des plis cutanés) ;

703 a) Bras (aiguille orientée vers l’épaule) ;

713 b) Cuisse (aiguille orientée vers l’aine).

72Il faut éviter les régions irradiées, les régions où il y a eu dissection ganglionnaire, les régions oedématiées, la proximité des cicatrices chirurgicales, de même que le site cancéreux primaire et ses métastases, car le système lymphatique est perturbé dans ces régions.

Source : Dr René Dugas, chum pavillon Notre-Dame, Bulletin aqsp, vol. 6 n° 3, déc. 1998.

73Choisir un site qui ne limitera pas les mouvements ni n’affectera le confort de la personne.

741.5 Désinfecter le site avec un tampon de chlorhéxidine en faisant un mouvement circulaire à partir du point central. Au préalable et s’il y a lieu, couper aux ciseaux les poils de la région.

751.6 Pincer la peau au site d’injection pour dégager le tissu sous-cutané ; introduire l’aiguille de type papillon ou le jelco à un angle de150 à la base du pli formé, le biseau de l’aiguille dirigé vers le haut.

761.7 Fixer le système à perfusion (papillon ou jelco) à l’aide d’un pansement adhésif transparent en laissant le bouchon membrane à découvert pour l’administration ultérieure de médicament.

771.8 Inscrire sur le pansement le nom du médicament, la date et l’heure d’installation de l’aiguille type papillon ou du jelco.

2. Administration du médicament via le système de perfusion (papillon ou jelco)

782.1 Vérifier l’intégrité du site d’injection avant l’administration du médicament.

792.2 Préparer le médicament selon la prescription médicale.

802.3 Nettoyer le bouchon d’injection (membrane) avec le tampon de chlorhéxidine et y injecter lentement (1 ml par minute) le médicament.

812.4 S’assurer que la solution ne s’écoule pas à côté du site d’injection ; si tel est le cas, cesser l’injection et administrer le médicament dans un autre site sous-cutané.

822.5 Retirer la seringue du bouchon d’injection (membrane) et ne pas rincer la tubulure.

« Alerte soins »

83S’il y a réaction locale, changer le système à perfusion (papillon ou jelco) de site d’injection avant d’administrer le médicament : érythème ou blancheur extrême, induration, douleur, prurit, ou traînée de poudre blanche sous la pellicule transparente indiquant un écoulement du médicament hors du site.

Informations complémentaires

84Les antithrombotiques, les anticoagulants et l’insuline ne doivent jamais être administrés par un système à perfusion intermittent car celui-ci requiert une rotation des sites à chaque injection.

85Utiliser une aiguille papillon ou un jelco par médicament différent pour éviter l’incompatibilité de certains médicaments et la surutilisation du site. Le volume maximal à injecter est de 2 ml pour l’injection intermittente.

86En l’absence de réactions locales au site d’injection, changer l’aiguille de site tous les 10 jours.

87En guise d’information, voici une liste des différents analgésiques et coanalgésiques dont l’administration par voie sous-cutanée a été décrite dans la documentation scientifique ou a été utilisée en clinique avec succès :

  • Atropine

  • Decadron (dexaméthasone)

  • Gravol (dimenhydrinate)

  • Fentanyl

  • Haldol (halopéridol)

  • Atarax (hydroxyzine)

  • Toradol (kétorolac)

  • Ativan (lorazépam)

  • Maxeran (métoclopramide)

  • Morphine

  • Octréotide (sandostatin)

  • Stemetil (prochlorpérazine)

  • Calcitonine (calcimar)

  • Benadryl (diphénhydramine)

  • Lasix (furosémide)

  • Robinul (glycopyrrolate)

  • Dilaudid (hydromorphone)

  • Buscopan (hyoscine)

  • Lidocaïne (xylocard)

  • Nozinan (méthotriméprazine)

  • Versed (midazolam)

  • Narcan (naloxone)

  • Scopolamine

  • Zantac (ranitidine)

Notes à consigner au dossier

  • La date, l’heure et le site d’installation du microperfuseur, ou jelco.

  • La date, l’heure, le nom, le dosage et la voie d’administration du médicament administré.

  • Les réactions de la personne concernant le soulagement ou non des symptômes et la présence d’effets secondaires.

  • L’enseignement fait à la personne malade et à ses proches.

TABLEAU A.2. Fiche aide-mémoire des médicaments pour le domicile

TABLEAU A.2. Fiche aide-mémoire des médicaments pour le domicile

TABLEAU A.3. Fiche de surveillance de la douleur et des principaux symptômes (à remettre à l’aidant familial lors du suivi à domicile)

TABLEAU A.3. Fiche de surveillance de la douleur et des principaux symptômes (à remettre à l’aidant familial lors du suivi à domicile)

Sources : Comité régional d’harmonisation des pratiques en soins palliatifs de Laval (2002). Guide en soins palliatifs à l’intention des intervenants cliniques.

TABLEAU A.4. Échelle de Karnofsky pour les patients en soins palliatifs

TABLEAU A.4. Échelle de Karnofsky pour les patients en soins palliatifs

Directives dans le cas d’une ordonnance médicale téléphonique (personnel soignant)

Indications

88Les lignes directrices s’appliquent à chaque fois qu’une infirmière évalue devoir modifier ou cesser une médication ou un traitement ne correspondant pas à la prescription en cours, soit :

  • à l’apparition d’un nouveau symptôme non couvert par la prescription en cours ;

  • à l’apparition d’un nouveau symptôme à la suite d’une modification récente de la médication ;

  • si un changement dans la condition de la personne malade nécessite de prévoir le transfert de la médication per os sous une forme parentérale ou autre.

  • si la personne malade suivie à domicile (ou ses proches) apporte un changement significatif dans son plan thérapeutique sans en avoir avisé le médecin.

Processus

  1. Évaluer, à l’aide de la fiche référence (voir tableau A.5), la condition générale de la personne et documenter le ou les problèmes actuels avant l’appel téléphonique au médecin. Cette fiche est aussi un guide pour l’évaluation de symptômes par contact téléphonique avec le proche aidant lors d’un suivi au domicile.

  2. Avoir en main le numéro d’assurance-maladie de la personne malade, le nom et le numéro de téléphone et de télécopieur de sa pharmacie afin que le médecin puisse contacter le pharmacien si nécessaire (si suivi à domicile).

  3. Communiquer avec le médecin traitant par téléphone et lui transmettre les données objectives sur la condition de la personne malade recueillies à l’aide de la fiche référence.

  4. Mettre à jour la fiche aide-mémoire (si suivi à domicile) sur la médication et indiquer au dossier :

  • La nouvelle ordonnance du traitement ou du médicament avec sa posologie, sa voie d’administration et sa fréquence.

  • La cessation du ou des médicaments occasionnée par la nouvelle prescription.

  • La date et l’heure de l’ordonnance téléphonique.

  • Le nom et le prénom du médecin.

  • La signature de l’infirmière.

  1. Demander au médecin de vous faire parvenir une copie de la nouvelle prescription ou, s’il prévoit une visite dans les prochaines 24-48 heures, lui demander de la déposer au cahier de communication au domicile.

  2. Vérifier et ajuster le contenu du pilulier si nécessaire.

  3. Vérifier si la personne malade et son aidant comprennent l’indication de la médication et faire l’enseignement nécessaire.

  4. Faire une relance auprès du médecin si vous n’avez pas la prescription écrite après 48 heures et la noter dans vos notes d’observation dans le dossier établissement.

  5. Vérifier la condition de la personne malade 24 heures après la modification de la prescription.

TABLEAU A.5. Fiche référence pour l’évaluation des principaux symptômes (personnel soignant)

TABLEAU A.5. Fiche référence pour l’évaluation des principaux symptômes (personnel soignant)

TABLEAU A.5. Fiche référence pour l’évaluation des principaux symptômes (personnel soignant) (suite et fin)

TABLEAU A.5. Fiche référence pour l’évaluation des principaux symptômes (personnel soignant) (suite et fin)

Soins palliatifs : formulaire de non-réanimation pour le domicile

Directives au personnel soignant

Buts

  • Humaniser les procédures légales liées au décès à domicile des personnes en phase pré-terminale ou terminale d’un cancer.

  • Uniformiser et objectiver la décision prise concernant la non-réanimation cardiorespiratoire dans un contexte de fin de vie à domicile, afin d’orienter l’agir des divers intervenants susceptibles d’intervenir à ce moment.

Objectifs

  • Respecter le voeu exprimé par la personne gravement malade et ses proches de ne pas entreprendre de manoeuvres de réanimation cardio-respiratoire advenant des complications de son état de santé dans le cadre du processus terminal de sa maladie.

  • Dégager légalement le personnel soignant, médical et les ambulanciers de l’obligation de tenter une réanimation advenant des complications dans l’état de santé d’une personne en fin de vie et dont le décès se produit à domicile ou au cours d’un transfert vers l’hôpital si la condition de la personne l’exige.

Procédure

89L’utilisation de ce formulaire s’inscrit dans le cadre d’un accompagnement de fin de vie.

90Ainsi, dans un premier temps, l’infirmière et le médecin évaluent les souhaits, les attentes et la compréhension de la personne malade et de ses proches concernant les soins de confort appropriés à la condition terminale de la maladie ; à la suite de cette discussion, le médecin offre de compléter le formulaire de non-réanimation si tel est le souhait des personnes.

91Lorsque l’inaptitude d’un majeur à consentir aux soins requis par son état de santé est constatée, le consentement est donné par le mandataire, le tuteur ou le curateur. Si le majeur n’est pas ainsi représenté, le consentement est donné par le conjoint ou, à défaut de conjoint ou en cas d’empêchement de celui-ci, par un proche parent ou par une personne qui démontre pour le majeur un intérêt particulier (article 15 du code civil du Québec).

92Il est important de rappeler à la personne malade et à ses proches que tous les soins nécessaires seront maintenus pour le confort et le soulagement de la douleur ou autres symptômes.

  • Le médecin traitant demeure l’intervenant responsable de signer le formulaire. Il doit s’assurer que le formulaire rempli est inséré dans l’outil de communication des intervenants au domicile. Tout intervenant impliqué dans l’épisode de soins doit être au courant de l’existence de ce formulaire.

  • Il est important que l’aidant naturel soit informé du processus de la prise de contact avec les intervenants au moment du décès (infirmière et médecin assurent le suivi clinique).

  • Il est utile que l’infirmière rappelle à l’aidant naturel de remettre ce formulaire aux ambulanciers si un transfert vers l’hôpital s’avère nécessaire.

TABLEAU A.6. Attestation de maladie terminale. Formulaire de non-réanimation cardiorespiratoire

TABLEAU A.6. Attestation de maladie terminale. Formulaire de non-réanimation cardiorespiratoire

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre TABLEAU A.1. Grille d’évolution de la douleur et autres symptômes
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre TABLEAU A.1. Grille d'évolution de la douleur et autres symptômes (suite et fin)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Source : Dr René Dugas, chum pavillon Notre-Dame, Bulletin aqsp, vol. 6 n° 3, déc. 1998.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre TABLEAU A.2. Fiche aide-mémoire des médicaments pour le domicile
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre TABLEAU A.3. Fiche de surveillance de la douleur et des principaux symptômes (à remettre à l’aidant familial lors du suivi à domicile)
Légende Sources : Comité régional d’harmonisation des pratiques en soins palliatifs de Laval (2002). Guide en soins palliatifs à l’intention des intervenants cliniques.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU A.4. Échelle de Karnofsky pour les patients en soins palliatifs
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU A.5. Fiche référence pour l’évaluation des principaux symptômes (personnel soignant)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre TABLEAU A.5. Fiche référence pour l’évaluation des principaux symptômes (personnel soignant) (suite et fin)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU A.6. Attestation de maladie terminale. Formulaire de non-réanimation cardiorespiratoire
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10625/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search