Version classiqueVersion mobile

Paysages en perspective

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Gérald Domon
, 
Sylvain Paquette

Notices biographiques

Texte intégral

1 Gérard Beaudet, urbaniste, est professeur titulaire à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal. Après avoir obtenu un baccalauréat en architecture et une maîtrise en urbanisme, il a été chargé de projets, puis associé à la Sotar. Il y a réalisé plus de deux cents études et expertises en urbanisme, dans le domaine du patrimoine et du récréo-tourisme. Il est entré à l’Institut d’urbanisme en 1989 et en a été nommé directeur en 2001. Ses principaux champs d’intérêt sont le patrimoine, la régénération urbaine, la morphologie, l’urbanisme métropolitain, l’aménagement régional, le paysage et le tourisme. Depuis quinze ans, il a participé à plus d’une centaine de colloques, congrès et activités professionnelles, à titre de conférencier ou de participant à des tables rondes. Outre ses publications, dont Le pays réel sacrifié, il a donné au cours des dernières années plus d’une centaine d’entrevues dans les médias écrits et électroniques, a participé à plusieurs émissions d’affaires publiques et a régulièrement publié des analyses et des textes d’opinion dans les quotidiens montréalais.

2 Sabine Courcier est agente de recherche à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Après avoir obtenu un DÉUG en sciences de la nature et de la vie à l’Université Paris XII et une maîtrise en environnement et aménagement régional à l’Université de Lille 1, elle a travaillé en bureau d’études d’urbanisme et société de conseil pendant huit ans. Elle a par la suite obtenu un doctorat en aménagement à l’Université de Montréal ; sa thèse porte sur l’effet structurant du réaménagement du Vieux-Port de Montréal et analyse les congruences entre les stratégies des acteurs. Depuis, ses activités d’enseignement et de recherche portent sur différentes dimensions de la gestion de l’environnement, notamment l’insertion des panneaux publicitaires et des réseaux électriques dans les territoires, ainsi que la protection des paysages.

3 Ludwig Desjardins détient un baccalauréat en urbanisme de l’Université du Québec à Montréal et une maîtrise en urbanisme de l’Université de Montréal. Il poursuit actuellement des études doctorales en cotutelle au Ph. D. en aménagement à l’Université de Montréal et au doctorat en urbanisme au Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés de l’École nationale des ponts et chaussées de Paris. Son projet de thèse, sous la direction de Michel Gariépy et Jean-Marc Offner, porte sur le rôle des rapports d’acteurs dans l’évolution de la forme et de la conduite des projets routiers au ministère des Transports du Québec. Pour la réalisation de ces travaux, il reçoit un financement du CRSH (bourse d’étude supérieure du Canada) et du FQRSC (bourse du ministère des Transports du Québec).

4 Gérald Domon est professeur titulaire à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal où il enseigne dans les domaines de l’écologie du paysage et de l’aménagement des paysages ruraux. Directeur scientifique associé à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal ainsi qu’à la Chaire UNESCO en paysage et environnement de la même institution, il est membre du comité de direction de la commission Landscape Analysis de l’Union géographique internationale et co-dirige un vaste projet multidisciplinaire « Haut-Saint-Laurent : Écologie et aménagement ». Auteur de trois livres et de plus d’une centaine d’articles, ses recherches actuelles portent principalement sur la dynamique spatio-temporelle des paysages ruraux du sud du Québec, la reconstitution de la dynamique des territoires agro-forestiers anciens, l’élaboration d’outils de caractérisation des paysages et la gestion écologique des espaces protégés.

5 José Froment est architecte paysagiste et détient une maîtrise en aménagement de l’Université de Montréal. Elle collabore depuis janvier 2003 à la Chaire en paysage et environnement comme agente de recherche. Elle a contribué à plusieurs recherches et publications, portant notamment sur le suivi des paysages autoroutiers soumis à la gestion écologique, les méthodes d’évaluation des paysages autoroutiers et forestiers, et l’aménagement des appareils résultant de l’enfouissement des réseaux câblés dans des milieux d’intérêt patrimonial, culturel et touristique. Elle est aussi chargée de cours à l’École d’architecture du paysage, où elle participe depuis plusieurs années à l’atelier Espace régional. Son expertise en évaluation paysagère est mise à profit pour le développement des méthodes de caractérisation, d’évaluation et d’interventions paysagères dans les milieux ruraux.

6 Caroline Gagnon a obtenu un baccalauréat en design de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal et une maîtrise en aménagement de l’Université de Montréal. Elle termine actuellement son projet de thèse de doctorat, dirigée par Philippe Poullaouec-Gonidec et Diane Bisson, qui porte sur l’appréciation esthétique des équipements de transport d’énergie au Québec. Elle est boursière du FCAR (bourse de doctorat de recherche) et de la fondation Desjardins (subvention « société et environnement »). Elle travaille depuis plus de cinq ans à la Chaire en paysage et environnement sur des recherches qui lui permettent d’approfondir les questions d’évaluation esthétique et d’acceptabilité sociale des lignes de transport d’énergie selon les logiques propres au paysage, tout en contribuant à positionner le rôle du design industriel parmi ces préoccupations. Elle agit également à titre de chargée de cours à l’École de design industriel de l’Université de Montréal.

7 Michel Gariépy est professeur titulaire à l’Institut d’urbanisme de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Après avoir été directeur de l’Institut de 1989 à 1993, il a été doyen de la Faculté de 1993 à 2000. Ingénieur civil et urbaniste de formation, il est détenteur d’un Ph. D. de l’Université de Londres. Ses champs de recherche principaux concernent l’arrimage de l’évaluation environnementale et de la participation publique aux stratégies planificatrices des grands maîtres d’ouvrage, ainsi qu’au projet urbain. Il a été cofondateur de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal et dirigeait la recherche du ministère des Transports du Québec sur les entrées routières de Montréal, recherche sur laquelle prend appui sa contribution dans cet ouvrage.

8 Paul Lewis est professeur agrégé et vice-doyen aux études supérieures et à la recherche à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Ses travaux de recherche portent principalement sur les transports et le commerce de détail, de même que sur l’impact spatial des nouvelles technologies de communication. Parmi ses publications, on notera : Le pays réel et sacrifié, un livre écrit en collaboration avec Gérard Beaudet et d’autres (2001) ; Développement commercial : stratégies d’acteurs et pratiques d’urbanisme/Retail Development : Private and Public Planning Strategies, un ouvrage publié en collaboration avec Michel Boisvert et Iskandar Gabbour (1992) ; de même que plusieurs recherches sur les transports et l’aménagement du territoire, dont deux études (2002) commandées par la Commission de consultation sur l’amélioration de la mobilité entre Montréal et la Rive-Sud, sur l’impact de l’aménagement du territoire, du transport collectif et de la gestion de la demande sur la mobilité.

9 Sylvain Paquette est chercheur adjoint à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal ainsi qu’à la Chaire UNESCO en paysage et environnement de la même institution. Titulaire d’un Ph. D. (2001) en aménagement à l’Université de Montréal, il a séjourné en 2003, grâce à une bourse de recherche postdoctorale du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), au Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS), unité de recherche affiliée au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et aux Universités de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), 8 et 10. Sur les milieux ruraux, urbains et périurbains, il développe des points de vue qui se réclament du domaine émergent de la « sociologie du paysage ». Ses travaux ont fait l’objet de nombreuses publications dans des revues sur le plan national et international.

10 Philippe Poullaouec-Gonidec est titulaire et cofondateur de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Depuis 2003, il est également titulaire et fondateur de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM). Architecte paysagiste et plasticien de l’environnement, il est professeur titulaire à l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal dont il a été le directeur de 1991 à 1996. Engagé activement à faire reconnaître la portée culturelle et sociale de l’enjeu du paysage auprès des pouvoirs publics, il a obtenu récemment l’un des cinq prestigieux prix de recherche Trudeau (Lauréat 2005 de la Fondation Trudeau).

11 Julie Ruiz est doctorante à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal et assistante de recherche à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur l’intégration des dynamiques spatio-temporelles et socioculturelles des paysages en zone d’intensification agricole au Québec. Elle a récemment contribué à l’ouvrage Front Landscape Research to Landscape Planning : Aspects of Integration, Education and Application dirigé par B. Tress, G. Tress, P. Opdam et G. Fry et publié chez Springer. Elle est également chargée de cours et chargée de formation pratique à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal.

12 François Tremblay a obtenu son Ph. D. en aménagement à l’Université de Montréal en mai 2004. Depuis la fin de sa maîtrise en urbanisme, en 1995, la complémentarité de ses activités professionnelles et académiques l’aide à mener un programme de recherche orienté autour des dimensions culturelles, sociales et politiques des enjeux actuels d’aménagement du territoire, principalement les préoccupations pour la qualité de vie, pour les paysages et pour l’environnement.

13 Marie-Odile Trépanier est professeure titulaire à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal. Avec sa double formation de juriste et d’urbaniste, elle y est responsable des cours sur les institutions municipales et sur les outils juridiques en urbanisme. En outre, elle a notamment consacré plusieurs travaux de recherche à la protection des espaces naturels et des paysages, entre autres en collaborant à plusieurs projets au sein de la Chaire en paysage et environnement.

14 Nicole Valois est professeure adjointe à l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal et chercheure associée à la Chaire en paysage et environnement de la même université. Diplômée de l’École d’architecture de Paris La Villette et de l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal, elle a acquis au cours de sa carrière une grande expérience de réalisation qui lui permet d’intervenir dans divers projets en milieu urbain. Entre autres, elle a travaillé en France chez Bernard Lassus et au Service des parcs, jardins et espaces verts de la Ville de Montréal. Elle a fondé sa propre agence en 1995 et, depuis, partage son temps entre l’enseignement, la recherche appliquée et la recherche-création dans le domaine du paysage urbain et des paysages d’infrastructures.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search