Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages en perspective

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Gérald Domon
, 
Sylvain Paquette

Première partie. Paysages en territoires ressources

Chapitre 3. Paysages et exploitation forestière

Gérald Domon, François Tremblay, José Froment et Julie Ruiz

Note de l’auteur

Ce texte est issu d’une recherche menée pour le compte de la Commission d’étude scientifique, technique, publique et indépendante chargée d’examiner la gestion des forêts du domaine de l’État. Les auteurs remercient également Louis Bélanger pour sa précieuse contribution à certaines parties du texte.

Texte intégral

  • 1 Gaffield, C., A. Cellard, G. Pelletier, O. Vincent-Domey, C. Andrew, A. Beaucage, N. Fortier, J. H (...)

1 Les synthèses historiques régionales de l’Institut recherche sur la culture1 le rappellent québécois de invariablement, le Québec a toujours été d’abord et avant tout un territoire de ressources. Que ce soit en Outaouais, en Mauricie, en Abitibi, en Matapédia, sur la Côte-Nord ou ailleurs, le développement et l’occupation du territoire ont historiquement été indissociables de la mise en valeur des ressources hydriques (flottage de bois, production hydroélectrique, etc.), agricoles ou forestières. Or, il paraît pour le moins révélateur de constater qu’à travers les débats sur l’harnachement des rivières pour implanter des centrales privées vouées à la production hydroélectrique, les audiences publiques sur la production porcine et les travaux de la Commission d’étude sur la gestion de la forêt québécoise, les modèles dominants d’exploitation de ces trois grandes familles de ressources ont été successivement remis en cause au tournant des années 2000. Tout aussi révélateur est le fait que le paysage a, dans les trois cas, agi comme catalyseur dans l’émergence des débats.

  • 2 Commission d’étude sur la gestion de la forêt publique québécoise, Rapport, Québec, 2004, 262 p. e (...)

2Dans le cas de la forêt par exemple, si le film L'erreur boréale a constitué une véritable onde de choc c’est notamment, voire principalement, en raison de ses vues aériennes sur des parterres de coupe, soit sur des secteurs immenses, coupés à blanc et bordés par de minces bandes boisées. Le paysage étant littéralement « la portion de territoire qui s’offre à la vue », il est en quelque sorte l’incontournable « porte d’entrée » que la population emprunte pour apprécier la qualité de la gestion des territoires et des ressources. À ce titre, au Québec comme ailleurs, il est devenu au cours des dernières années, un enjeu inéluctable de cette gestion2.

3La vision traditionnelle du territoire québécois, de la forêt en particulier, se trouve ainsi fortement ébranlée. La valeur du territoire forestier ne serait plus uniquement tributaire du volume de matière ligneuse qu’il est susceptible de produire, mais également de ses dimensions qualitatives, voire subjectives. L’émergence du paysage en tant qu’enjeu de la gestion du territoire soulève en fait bien des questions. Comment donc poser la problématique du paysage dans un domaine qui lui est historiquement aussi étranger que celui de l’exploitation de la ressource forestière ? Dans quelle mesure et de quelles manières a-t-on jusqu’à maintenant pris en compte, implicitement ou explicitement, le paysage dans la mise en valeur du territoire forestier québécois ? Quels enseignements peut-on tirer de l’expérience passée et de certaines autres en cours ailleurs ? Enfin et surtout, quelles sont les balises à mettre en place pour assurer une véritable prise en compte du paysage dans l’exploitation de la ressource forestière ?

4C’est précisément à ces questions que le texte qui suit vise à apporter quelques éléments de réponse. Après avoir mis à jour, sur un plan plus conceptuel, les rapports entre paysage et milieu forestier, il analyse brièvement les moyens et les mécanismes par lesquels on a jusqu’à maintenant pris en considération le paysage dans l’exploitation de la ressource forestière au Québec et cela pour en faire ressortir la portée et les limites. Sur la base de ces constats et à partir de l’examen des pratiques à l’œuvre dans des lieux reconnus pour être novateurs, il propose finalement un certain nombre de balises susceptibles de conduire à une prise en compte véritable du paysage en aménagement forestier.

Figure 3.1 : Vue aérienne de parterres de coupe. (Source : Stéphane Tremblay, 2005)

PAYSAGES ET EXPLOITATION DE LA FORÊT

  • 3 Rougerie, G. et N. Beroutchachvili, Géosystèmes et paysages, bilan et méthodes, Paris, Armand Coli (...)
  • 4 U.S.D.A. Forest Service, National Forest Landscape Management, volume 2, USDA, Agricultural Handbo (...)
  • 5 Hunziker, M., « The Spontaneous Reafforestation in Abandoned Agricultural Lands : Perception and A (...)

5Le champ d’étude du paysage a longtemps été associé au domaine des arts, à la peinture en particulier3. Cette analogie avec la peinture et le tableau a fortement teinté les premières méthodes d’analyse des paysages mises au point dans les années 19604. Pour la plupart, ces méthodes visaient à analyser les vues qui s’offrent à l’utilisateur en un certain nombre de points fixes et ce, en fonction de critères dérivés du domaine des arts : composition et importance relative des plans (premier, deuxième, troisième), diversité de la composition, contraste et harmonie des couleurs, etc. Or, les enquêtes auprès des résidants et usagers5 ont, de manière récurrente, fait ressortir qu’à la suite de la montée des préoccupations environnementales et patrimoniales au cours des vingt dernières années, une telle conception « picturale » du paysage présentait aujourd’hui des limites considérables.

6Ainsi, contrairement au peintre qui cadre très fortement le paysage à voir, le regard de l’usager n’est jamais fixe. L’œil se promène constamment de haut en bas, de gauche à droite, l’usager peut tourner la tête, permettant l’observation à 360°. Or, un tel balayage modifie substantiellement l’appréciation d’une scène : la scène champêtre qui est représentée n’est pas le paysage mais bien une portion, souvent infime de celui-ci. De même, on sait aujourd’hui que l’appréciation du paysage ne résulte pas uniquement de la vue, mais aussi des autres sens. Par exemple, aussi « beau » soit-il, un paysage rural ne pourra être pleinement apprécié s’il borde une autoroute achalandée dégageant un fort niveau sonore. Enfin, et plus important encore, il est maintenant admis que les individus n’évaluent pas la qualité paysagère des lieux uniquement sur la base de critères esthétiques universels. La sensibilité environnementale, la connaissance et la compréhension des pratiques qui façonnent les lieux et, de manière plus générale, la « culture » des individus sont autant de facteurs qui agissent sur l’appréciation. Ainsi, le touriste européen appréciera rarement les paysages de la forêt boréale de la même manière que le fera le Montréalais ou le résidant d’une région nordique. Ces limites des approches « classiques » ont au moins deux conséquences majeures en ce qui a trait aux paysages forestiers.

7D’abord, puisque d’autres sens interviennent, l’analyse du paysage forestier ne peut se limiter aux seuls aspects visuels : la qualité de l’expérience globale du milieu forestier, la circulation des camions, le bruit, la diversité des espèces végétales, l’entretien des chemins forestiers sont autant de facteurs qui influencent le processus de qualification dont fait l’objet la forêt.

8Ensuite, l’appréciation de ces paysages ne peut se limiter à la prise en compte des seuls critères esthétiques universels puisqu’elle renvoie inévitablement à la connaissance, à la compréhension et à la perception que les individus ont des pratiques d’exploitation. Celles-ci jouent un rôle déterminant dans ce processus d’appréciation des paysages. Dans ces conditions, il est clair que la prise en compte du paysage dans l’exploitation de la ressource forestière doit aller au-delà de simples mesures qui ne considéreraient qu’un seul de ces aspects, la forme des patrons de coupe par exemple.

LA PRISE EN COMPTE DU PAYSAGE DANS L’EXPLOITATION FORESTIÈRE AU QUÉBEC

  • 6 Le RNI a été adopté en 1988 (décret 1627-88, 26 octobre 1988), dans la foulée de la Loi sur les fo (...)
  • 7 Ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs, Outils d’aide à la décision pour cl (...)

9Au Québec, c’est par deux outils principaux que le paysage est pris en compte dans l’exploitation de la ressource forestière. D’une part, et c’est de loin le plus important en termes de superficie concernée, le Règlement sur les normes d’intervention dans les forêts du domaine public (RNI)6 prévoit plus d’une centaine de normes afin de prendre en compte un ensemble de composantes spécifiques dont le paysage. Plus récemment, le ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs (MRNFP), reconnaissant que le « maintien de la qualité visuelle des paysages correspondait à une des principales préoccupations exprimées par la population », était amené à proposer un « outil d’aide à la décision pour classifier les secteurs d’intérêt majeurs et définir les stratégies d’aménagement pour l’intégration visuelle des coupes dans le paysage7 ». Cet outil, la méthode d’inventaire de la sensibilité des paysages (ci-après MISP), vise successivement à déterminer au sein des unités d’aménagement forestier des « paysages sensibles », à établir leur niveau relatif d’intérêt et, sur la base de celui-ci, à définir des modalités spécifiques d’intervention.

Le Règlement sur les normes d’intervention dans les forêts du domaine de l’État (RNI) comme outil de prise en compte du paysage

10Sans entrer dans une description dont la portée dépasserait rapidement les visées de ce texte, quelques précisions s’imposent afin de bien saisir la nature des outils de prise en compte du paysage mis en place par le RNL Ainsi, ce dernier a pour principale caractéristique de prévoir un ensemble de normes propres à des affectations, à des milieux ou à des activités spécifiques, à savoir : les affectations fauniques (habitat du rat musqué, héronnière, etc.) ; les affectations récréatives (camping rustique, base de plein air, etc.) ; les affectations d’utilité publique (prise d’eau, corridor routier, etc.) ; les infrastructures forestières (chemin, camp forestier, etc.) ; les activités de récolte forestière (abattage, débardage, etc.) ; et les « autres activités » (activités minières, travaux d’utilité publique, etc.). Au total, quelque 80 situations sont ainsi visées par ces normes. Pour simplifier, seules les normes relatives aux affectations récréatives seront illustrées ici, étant entendu que tant la philosophie que les principes généraux traversant l’ensemble des normes du RNI demeurent les mêmes.

11Pour ce qui est des affectations récréatives, le RNI vise une vingtaine de situations et prévoit des normes portant sur les sites proprement dits (ex. : centre de ski alpin) ; sur la largeur des lisières boisées à conserver en bordure de ces sites, ainsi que les activités de récolte qui y seront exercées ; et, pour un certain nombre d’affectations (la moitié environ), sur l’encadrement visuel. De manière générale, les principes restent simples : il s’agit d’interdire soit l’exploitation forestière sur les sites proprement dits (ex. : sites de camping rustique), soit encore la circulation des débardeurs et des camions sur les parcours (ex. : sentier de motoneige) ; de prévoir en bordure des sites et des parcours le maintien de bandes boisées ; et de réduire, le cas échéant, l’intensité de l’exploitation forestière dans l’encadrement visuel de ces sites et parcours.

  • 8 C’est-à-dire au moins 500 tiges d’arbres à l’hectare dans le cas des peuplements résineux et, dans (...)
  • 9 La zone d’encadrement visuelle est définie comme une bande de 1,5 km bordant le site.
  • 10 Ministère des Ressources naturelles, Modalités d’intervention dans le milieu forestier, fondements (...)

12À titre d’exemple, dans le cas d’un camping aménagé, l’exploitation forestière est interdite sur le site même. Autour du site, on doit maintenir une bande boisée de 60 m où l’on pourra effectuer des activités de prélèvement dans la mesure où on laissera un certain nombre de tiges8. Enfin, dans la zone d’encadrement visuel9, on doit « préserver la qualité du paysage visible en faisant au moins trois trouées dont les contours respectent la configuration des lieux et dont la superficie totale n’excède pas le tiers de celle de l’encadrement visuel10 » (voir Figure 3.2). Dans le cas des parcours (ex. : sentiers de motoneige, sentiers de randonnée, etc.), il est interdit de circuler sur les pistes avec un débardeur ou un camion, et on doit conserver une bande boisée de 60 m autour d’un refuge et de 30 m en bordure du parcours lui-même, étant entendu qu’on peut prélever des arbres au sein de ces bordures. Par ailleurs, dans le cas des parcours, aucune norme relative à l’encadrement visuel n’est prévue.

13Pour l’essentiel, les principes de prise en compte du paysage dans l’exploitation des forêts prévus dans le RNI demeurent donc simples même si les modalités sont nombreuses. Relevons par ailleurs que le ministre peut imposer une norme d’intervention différente. Ainsi la Loi sur les forêts permet au Ministère d’assigner un objectif de protection ou de mise en valeur des ressources du milieu forestier à une unité d’aménagement ; les modalités nécessaires à l’atteinte de cet objectif pouvant déroger des normes établies par le RNI. Par exemple, l’article 25.2 permet le renforcement d’une modalité, l’agrandissement de l’encadrement visuel ou une modification dans le délai de retour pour effectuer de nouvelles récoltes sur le site, et ce, afin d’assurer une meilleure protection du paysage.

Figure 3.2 : Illustration des normes d’intervention prévues pour les campings aménagés. Les activités d’exploitation sont interdites sur le site mais permises sur les bandes boisées en pourtour des sites (croquis du haut). L’exploitant peut aussi récolter des arbres dans un encadrement visuel (visible depuis des sites ou des parcours déterminés) mais certaines normes doivent être respectées. (Source : Ministère des Ressources naturelles, 2000, p. 78 [croquis du haut] et 88 [croquis du bas]).

Méthode d’inventaire de la sensibilité des paysages

  • 11 U.S.D.A. Forest Service, National Forest Landscape Management, volume 2, USDA, Agricultural Handbo (...)
  • 12 Alberta Forest Service, Forest Landscape Management Strategies for Alberta. Forestry, Alberta, Lan (...)
  • 13 [Anonyme], British Columbia, British Columbia, British Columbia Ministry of Forests and BC Environ (...)

14Par ailleurs, pour appuyer le processus de participation des autres utilisateurs du territoire prévu lors de la préparation des plans quinquennaux d’aménagement forestier (PQAF), le MRN a développé une méthode d’inventaire de la sensibilité du paysage (MISP). Cette méthode est essentiellement une adaptation de la méthode développée aux États-Unis à la fin des années 196011 et reprise ultérieurement en Alberta12 et en Colombie-Britannique13. Elle vise à déterminer, avec les groupes locaux, les secteurs d’intérêt majeurs ; de procéder à leur classification, d’en cartographier les portions de paysage visible, ceci afin de mesurer leur degré de sensibilité, et enfin à définir des mesures d’exploitation plus appropriées. Limitons-nous ici à relever les composantes essentielles pour comprendre la manière dont la MISP assure la prise en compte des paysages.

  • 14 La sensibilité est mesurée à partir d’un système de pointage : sensibilité très élevée : 30,5 à 38 (...)

15Dans un premier temps, la classification des secteurs d’intérêt se fait à l’aide d’une grille qui fait appel à trois critères comportant certains sous-critères. Le premier porte sur la valeur sociale et possède comme sous-critères : l’attrait du produit et l’attente des utilisateurs. Le deuxième porte sur la fréquentation estimée au moyen de la quantité d’utilisateurs, la durée d’utilisation et la durée d’observation. Enfin, le troisième vise l’estimation de l’importance des infrastructures et des équipements telle qu’elle est déterminée par le sous-critère diversité des services. La somme des points accordés selon ces différents critères permet de catégoriser les paysages en fonction de leur classe de sensibilité14. Par la suite, la MISP propose d’utiliser un système d’information géographique afin de procéder à la délimitation du bassin visuel (paysage visible) depuis le secteur d’intérêt. Lorsqu’il s’agit d’un endroit fixe (observatoire ou site de camping, par exemple), le bassin visuel est déterminé en fonction de la topographie, sur un rayon de 360° et cela par rapport à un seul point d’observation. S’il s’agit d’un parcours (ex. : corridor routier), les limites du paysage visible sont calculées en fonction d’un certain nombre de points choisis dans le parcours. Les secteurs « problématiques » sont, quant à eux, étudiés plus en détail, par le biais de visites sur le terrain.

16Cette procédure permet donc de définir, pour le paysage visible de chaque secteur d’intérêt, un objectif de qualité visuelle (OQV) tributaire des classes de sensibilité. C’est ainsi que :

  • pour les secteurs d’intérêt où la sensibilité est très élevée, l’OQV vise la sauvegarde de l’encadrement visuel ;
  • pour les secteurs d’intérêt où la sensibilité est élevée : l’OQV vise l’altération modérée de l’encadrement visuel ;
  • pour les secteurs d’intérêt où la sensibilité est modérée : l’OQV permet une altération acceptable de l’encadrement visuel ;
  • pour les secteurs d’intérêt où la sensibilité est faible, aucune mesure particulière n’est proposée, sauf si le secteur d’intérêt est déjà reconnu dans le RNI.

17Enfin, à chaque OQV correspondent des recommandations spécifiques d’intervention (Tableau 3.1). Cela dit, dans toutes les interventions forestières, et indépendamment du degré de sensibilité des paysages, certains principes doivent être respectés, à savoir :

  • faire en sorte que la forme des coupes s’intègre aux paysages et, à cette fin, éviter les lignes droites de manière à recréer des formes naturelles ;
  • n’effectuer à une seconde coupe que lorsque la régénération subséquente à la première a atteint 4 m (trouées dans un paysage qui n’est accessible qu’en été) ou 5 m (paysage accessible en toutes saisons) ;
  • porter une attention particulière aux lignes de crête et, à cet égard, éviter les arbres épars sur les sommets ou des franges d’arbres clairsemées ;
  • recourir, dans les zones de perception plus rapprochées (environnement immédiat et avant-plan), à un ensemble de mesures susceptibles d’atténuer l’impact visuel des coupes : réduire les superficies des coupes, utiliser d’autres méthodes de coupe que la CPRS, minimiser les bouleversements du sol, éliminer les andains, etc. ;
  • faire en sorte que, dans les zones de perception plus éloignées, les coupes ne dominent pas le paysage visible.

18Pour les éléments considérés d’intérêt par les groupes locaux, un expert détermine ainsi une classe de sensibilité qui conduira à une modulation des pratiques d’exploitation forestière au sein du « paysage visible ».

PORTÉE ET LIMITES DES MODALITÉS D’INTERVENTION

19Une lecture, même rapide, des modalités d’intervention présentées fait ressortir un certain nombre de caractéristiques quant à la prise en compte du paysage dans l’exploitation forestière.

20D’abord, tant dans le RNI que dans la MISP, seule la dimension visuelle est prise en compte, l’accent étant nettement mis sur les impacts visuels de l’exploitation des ressources naturelles. À titre d’exemple, si on statue avec raison que la qualité des activités récréo-touristiques est indissociable de la qualité du cadre forestier, celle-ci renvoie, dans l’optique des modalités d’intervention, uniquement à la dimension visuelle. Il s’agira, dans tous les cas, de chercher à procurer un « coup d’œil agréable » et à faire en sorte que la forêt conserve, à partir du point d’observation, une « apparence naturelle ».

Tableau 3.1 : Synthèse des recommandations en fonction des objectifs de qualité visuelle. (Source : Ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs, 2003, p. 11

Tableau 3.1 : Synthèse des recommandations en fonction des objectifs de qualité visuelle. (Source : Ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs, 2003, p. 11

21Ensuite, si le RNI et la MISP ne portent que sur la dimension visuelle, force est de constater que seul le paysage actuellement visible est, dans les faits, pris en compte. Ainsi, dans le RNI, on prendra pour point de référence l’espace qui s’offre immédiatement à la vue à partir des sites ou des parcours existants. De même, les recommandations résultant de l’application de la MISP ne portent que sur le bassin visuel délimité à partir des points ou des parcours actuels. C’est dire que tout ce qui ne s’offre pas immédiatement au regard de l’observateur est ignoré. C’est dire également qu’on ne tient compte ni de la création potentielle de nouveaux points d’observation (ex. : prolongement du réseau routier) ni des autres manières d’observer le territoire (ex. : vol aérien).

22Enfin, ces modalités ne tiennent compte que de deux catégories d’individus. Ainsi, le RNI reconnaît explicitement que les interventions forestières peuvent avoir un impact sur le cadre de vie des collectivités et sur plusieurs industries récréo-touristiques qui prennent appui sur la qualité du « paysage ». Si les communautés vivant en milieu forestier et les utilisateurs récréo-touristiques du milieu forestier sont bel et bien considérés, ces modalités n’assurent d’aucune façon la prise en compte du point de vue des « non-utilisateurs actuels » du milieu forestier qui font néanmoins partie des titulaires du bien collectif qu’est la forêt publique.

23Ces considérations générales étant faites, attardons-nous sur quelques aspects plus spécifiques.

Les lisières boisées

24Le recours systématique aux lisières boisées fait en sorte que le paysage demeure en apparence naturel à partir d’un point d’observation donné. Toutefois, de telles lisières peuvent rapidement être perçues comme une stratégie de camouflage et choquer dès que l’utilisateur perçoit leurs caractéristiques véritables. Une telle prise de conscience est particulièrement susceptible de se produire dans le cas de parcours récréatifs (ex. : randonnée pédestre) en raison de l’étroitesse des bandes. Par ailleurs, dans le cas de bandes constituées de conifères, la largeur de la lisière boisée peut aussi s’avérer insuffisante et produire l’effet contraire de celui qu’on espérait en attirant l’attention sur l’étendue déserte qui reste apparente puisque les arbres matures sont dépourvus de branches à la base et ne parviennent pas de ce fait à la camoufler.

Les parcours

25Dans le cas des parcours, les modalités prévues ne permettent pas de prendre en compte les effets cumulatifs des coupes. Aucune mesure particulière n’est effectivement prévue pour tenir compte de l’effet négatif qui peut résulter de la vision d’une succession de trouées. Par ailleurs, malgré leurs différences fort significatives tant du point de vue des caractéristiques physico-spatiales que de celui du profil des usagers, on traitera indistinctement les circuits panoramiques, les routes (corridors routiers) menant à des sites particuliers (ex. : camping), les sentiers pédestres, etc. Bien que la perception du milieu est appelée à différer considérablement selon le mode de déplacement (ex. : randonnée à pieds vs en voiture), les différents types de parcours ne sont pas distingués et sont toujours traités à l’aide de normes semblables.

La mise en pratique des normes

26Par-delà les considérations « théoriques », il importe de souligner les difficultés « techniques » que pose la mise en application des modalités décrites. Ainsi, dans le cas des mesures destinées à éviter que les trouées prennent un aspect artificiel (« recréer des formes naturelles »), ces difficultés font en sorte que ces mesures semblent, dans les faits, rarement mises en application. Bien qu’un effort soit porté pour que la forme des trouées soit la plus naturelle possible, il demeure très difficile d’exiger des forestiers d’effectuer des bordures recréant des formes naturelles. C’est d’abord l’ensemble des caractéristiques du milieu (topographie, répartition des peuplements, etc.) qui, en pratique, déterminerait les patrons de coupe. Toutefois, le recours aux nouveaux outils (ex. : GPS portatifs) rendrait plus facile la mise en application de formes complexes.

PERSPECTIVES ET TENDANCES RÉCENTES

27Après avoir passé en revue les principales mesures adoptées au Québec pour favoriser l’intégration de la dimension paysagère à l’exploitation de la ressource forestière, il peut être utile de procéder à un balisage des approches qui semblent particulièrement prometteuses. À cette fin, les paragraphes qui suivent présentent un certain nombre de balises générales en lien avec l’évolution du concept de paysage et des pratiques forestières. Par la suite, on indiquera les enseignements les plus significatifs à tirer de quatre exemples de cas qui s’avèrent particulièrement intéressants pour ce qui est de l’intégration du paysage aux activités forestières.

Les perspectives d’avenir

28Plusieurs auteurs considèrent qu’il est impératif que les approches d’évaluation évoluent afin de dépasser une conception du paysage qui réduit ce dernier à un élément essentiellement biophysique et stable, afin d’en arriver à une conception à la fois plus complexe et plus dynamique. Une telle conception considérerait que l’appréciation de la qualité des paysages résulte bien évidemment des attributs biophysiques (topographie, couvert forestier, etc.) mais aussi des processus humains de perception et de valorisation. Cette interaction peut, par conséquent, conduire à deux formes complémentaires d’action. La première porte sur l’assise territoriale, le fondement biophysique du paysage, ses aspects objectifs. Pour ce qui est de la forêt, elle renvoie principalement aux préoccupations liées à la définition de la forme et de la distribution des parterres de coupe et ce, compte tenu du contexte biophysique (type de peuplement, formes de relief, etc.) dans lequel s’inscrit l’intervention. La deuxième forme d’action porte plutôt sur les perceptions individuelles et collectives, c’est-à-dire sur les aspects subjectifs du paysage. Cette dimension renvoie à la manière dont les individus perçoivent et apprécient les interventions sur le milieu forestier. Sur ce plan, l’appréciation des paysages demeurant foncièrement liée aux dimensions culturelles, elle est susceptible de varier en fonction du temps et des groupes considérés (ex. : résidants, villégiateurs, touristes, etc.).

29Cette façon d’envisager la prise en compte de la qualité des paysages excède largement les mandats et les outils de la gestion traditionnelle du territoire. Alors que les approches d’évaluation des paysages mises de l’avant dans les années 1960 témoignaient d’une aspiration à définir des paysages « acceptables » de manière universelle et intemporelle, le défi que pose cette nouvelle perspective est d’en arriver à tenir compte de deux réalités changeantes : soit une réalité biophysique – évolution des peuplements forestiers avec ou sans intervention humaine – et une réalité culturelle – évolution des préférences et des valorisations par les individus dans le temps.

  • 15 Bell, S., « Landscape Pattern, Perception and Visualisation in the Visual Management of Forests »,(...)

30À cet égard, deux constats peuvent d’ores et déjà être établis pour servir de base aux évaluations menées dans cette nouvelle perspective. D’une part, il s’agira de rendre compte le plus fidèlement possible de la réalité physique du territoire. Ainsi, plusieurs auteurs15 mettent l’accent sur les opportunités qu’offrent les technologies nouvelles pour rendre compte de cette réalité. À ce propos, Danahy (2001) signale avec raison que l’utilisation des visualisations 3D permet de mieux saisir la dimension visuelle du territoire et de favoriser un dialogue informé entre les professionnels et les citoyens ; elles permettent aujourd’hui de simuler des coupes dans le paysage et leur évolution dans le temps en fonction des caractéristiques des peuplements. À l’évidence, les nouvelles technologies fournissent des outils de représentation de l’assise biophysique aptes à favoriser la conciliation de visions divergentes. D’autre part, il est aussi impératif de reconnaître le rôle déterminant de l’information à laquelle l’individu a accès ; information qui constitue en quelque sorte la base à partir de laquelle il évaluera une situation donnée ou une intervention projetée. Une même pratique peut, dans les faits, être perçue tantôt négativement, tantôt positivement selon le niveau de connaissance et de compréhension auquel l’individu a accès. En matière d’exploitation forestière par exemple, toute modification du paysage risque de susciter une opposition certaine tant et aussi longtemps que des individus auront une image des peuplements forestiers comme étant des entités stables et non changeantes dans des conditions naturelles.

Les approches récentes

31Les années 1990 ont vu l’émergence d’un type de gestion inspiré des principes de l’écologie du paysage qui visait à proposer des solutions de rechange durables aux pratiques forestières. La voie ainsi privilégiée visait à passer d’une approche normative et réglementaire à une approche de foresterie écologique. Dans ce cas, et sur la base de la notion de gestion des écosystèmes, il s’agit de calquer les interventions forestières et, conséquemment, le design des patrons de coupe, sur les patrons naturels de perturbation des écosystèmes.

  • 16 Daniel, T. C., « Aesthetic Preference and Ecological Sustainability », dans Forests and Landscapes (...)

32Pour parvenir à mettre en place une telle approche, il importe bien évidemment d’évaluer la dynamique des écosystèmes forestiers mais aussi de pouvoir tenir compte de certains phénomènes liés à la perception. Ainsi, l’expérience révèle que, dans le processus de succession naturelle, certaines phases présentent des caractéristiques peu attrayantes, non seulement sur le plan visuel mais également sur le plan de l’expérience. De même, les agents naturels du changement (feux, insectes, chablis, etc.) ne sont généralement appréciés ni en tant que processus de régénération ni en tant que manifestations visibles sur la forêt. De plus, les phases attrayantes sur le plan visuel sont souvent transitoires, suivies d’autres qui le sont nettement moins. « The forest must be thought as a mosaic of conditions, a dynamic mosaic that naturally and continually changes in response to ecosystem process. But this geographic variability in natural ecosystems may not be especially appreciated by the visiting/residing public, especially if the attractive conditions are not in the locations that the public visits, or if the areas of unattractive conditions happen to be “in my backyard”16. »

33Enfin, la durée des conditions (désirables ou non) dépasse souvent une, voire plusieurs générations. En définitive, le défi que pose la question de la gestion écosystémique des paysages forestiers est celui de la gestion du changement d’un milieu que l’utilisateur voudrait souvent stable, non changeant et inchangé.

34Il importe aussi de noter que les préférences sont toujours abordées par rapport au paysage forestier et non à l’écosystème forestier, le paysage étant considéré ici comme les attributs visibles de l’environnement. Or, il n’est pas toujours simple de concilier ces deux notions. L’expérience révèle effectivement que des mesures de protection du paysage forestier peuvent aller à l’encontre de ce qui est souhaitable pour l’écosystème. Ainsi, des municipalités régionales de comté (MRC) comme celle de Memphremagog, dans le sud du Québec, ont, afin de protéger les paysages forestiers les plus accessibles visuellement, mis en place des mesures visant à limiter le pourcentage de tiges pouvant être prélevées par tranche de dix ans par unité de surface. Or, tout en permettant effectivement de protéger la dimension visuelle, de telles mesures ont dans les faits conduit à une dégradation significative des peuplements et à une surabondance des espèces de début de succession et de tiges de mauvaise qualité au point de vue forestier.

Les pistes récentes

35Par-delà ces considérations générales, un tour d’horizon des pratiques novatrices fait ressortir un certain nombre d’exemples prometteurs. Mentionnons ceux de la Fédération québécoise des pourvoiries, de la Réserve faunique de Portneuf, de la Forêt de l’Aigle et, enfin, du parc Algonquin (Ontario). Ces exemples permettent de dégager trois principales approches pour la prise en compte des dimensions esthétiques et paysagères : une approche normative, une approche d’atténuation avec une forte composante normative et une approche de gestion par objectifs.

36L’approche traditionnelle de prise en compte de la qualité des paysages est évidemment l’approche normative. Pour l’essentiel, cette approche vise, comme dans l’exemple québécois, à définir un ensemble de règles « universelles » visant la prise en compte du paysage dans des situations types. Or, l’expérience révèle que cette approche ne suffit plus à satisfaire les attentes des différents utilisateurs de la forêt. D’une part, et comme on l’a souligné précédemment, les différents groupes d’utilisateurs ou d’observateurs du milieu forestier portent des regards différents sur le milieu forestier et ont des attentes variées par rapport à celui-ci. D’autre part, force est de reconnaître que l’évolution du concept de paysage ces trente dernières années indique qu’il importe de dépasser la simple question de l’encadrement visuel. Au Québec et ailleurs au Canada, apparaissent donc, comme dans les quatre cas mentionnés précédemment, de nouvelles approches comme les approches d’atténuation et celles qui portent sur la gestion par objectifs.

37L’approche d’atténuation a été développée, de la manière la plus achevée, sur le territoire du parc Algonquin en Ontario. Ce parc provincial est considéré comme l’un des hauts lieux du canot-camping en Amérique du Nord. Destination privilégiée des Canadiens anglais depuis les années 1950, le parc fait également l’objet d’une exploitation forestière sur 50 % de son territoire. Au tournant des années 1970, alors que la popularité de cette destination était en croissance rapide, l’exploitation forestière dans les limites du parc fut confiée à une société d’État dans le but de faciliter la conciliation de l’exploitation forestière avec le développement récréo-touristique. Aujourd’hui, le parc accueille plus de 50 000 canot-campeurs chaque été. Comme la clientèle du parc Algonquin est particulièrement sensible aux méthodes de coupe, aux bruits des opérations forestières et à la propreté générale des parterres de coupe, la société d’État responsable de l’exploitation forestière a procédé à un zonage pour déterminer les pratiques sylvicoles permises. On y pratique soit de la coupe partielle, de la coupe de jardinage ou de la coupe progressive. De plus, des mesures de nettoyage des parterres de coupe et des abords de chemin ont été mises en place. Enfin, les opérations forestières sont soumises à un horaire de manière à ne pas interférer avec les activités récréo-touristiques.

38L’approche d’atténuation est également l’avenue envisagée dans les forêts habitées au Québec. Dans la Forêt de l’Aigle, par exemple, la corporation de gestion se tient au courant des attentes et des perceptions de sa clientèle récréo-touristique. Cette sensibilité particulière amène les gestionnaires à s’adapter aux préoccupations paysagères des différents utilisateurs de la forêt. Par exemple, après avoir favorisé la coupe partielle sur l’ensemble du territoire, il s’est avéré que cette pratique n’était pas suffisante pour répondre aux attentes des divers utilisateurs. On privilégie dorénavant d’autres pratiques, comme les coupes progressives, dans les zones les plus sensibles.

39Une telle approche d’atténuation fondée sur une forte composante normative ne peut être efficace que dans la mesure où les attentes des utilisateurs en ce qui a trait à la qualité du paysage sont connues et où les pratiques sont adaptées en conséquence. Par ailleurs, elle semble ne pouvoir s’appliquer que sur les territoires où les activités récréo-touristiques sont gérées par une corporation proactive qui réussit à infléchir les pratiques forestières. Dans de tels cas, une des clés de la réussite est la mise à jour, notamment par le biais d’enquêtes ou d’analyses de perceptions, des attentes spécifiques des groupes d’utilisateurs et le suivi constant de l’évolution de celles-ci.

40L’approche de gestion par objectif, quant à elle, présuppose une négociation entre les tenants d’une certaine qualité des paysages et les exploitants forestiers. Une telle négociation ne peut toutefois être envisageable sans l’existence d’un rapport de force. Au Québec, l’exemple le plus probant de cette approche est fourni par le processus de négociation entre les pourvoiries et les exploitants forestiers. Les pourvoiries, par le biais de leur fédération québécoise, disposent maintenant d’un outil de simulation qui leur permet d’exiger des aménagements adaptés à leurs préoccupations en matière de paysage. Cette approche s’articule autour d’un processus plutôt que d’un ensemble de normes. Le point de départ est un zonage préalable qui permet de déterminer les zones où s’appliquera le processus de négociation. Lorsque des opérations forestières sont prévues dans ces zones, des simulations visuelles sont réalisées. Sur la base de ces simulations, s’amorce une négociation qui conduit éventuellement à un accord qui a force de contrat entre les parties. Bien qu’elle ait été développée pour les pourvoiries, cette approche tend à s’appliquer également dans les réserves fauniques (notamment la réserve faunique de Portneuf) et dans les zones d’exploitation contrôlée (ZEC).

LE PAYSAGE COMME ENJEU DE L’EXPLOITATION DURABLE DE LA FORÊT

41En aménagement et gestion de ressources, la détermination de prescriptions ou de règles d’intervention à portée « universelle » demeure une aspiration récurrente. Or, à la lumière de ce qui précède, on aura compris que la détermination de telles règles exige un travail considérable et relève donc du projet à long terme. Aussi, la question du paysage, et a fortiori du paysage forestier, se pose depuis relativement peu de temps au Québec, et le nombre de travaux est limité. Plus encore, la complexité du concept même de paysage s’accommode mal de règles « universelles » et il n’est pas du tout certain qu’il soit possible, voire souhaitable, d’en arriver à la définition d’une marche à suivre unique. Cela dit, sur la base de la toile de fond dressée dans la première section, des acquis et des limites des méthodes considérées dans les sections suivantes, il est possible de faire ressortir certaines lignes directrices quant à la façon d’assurer la prise en compte du paysage dans l’exploitation forestière. À cet effet, il importe de rappeler que la complexité de cette prise en compte est largement liée aux faits : 1) qu’elle renvoie inévitablement à une double réalité, soit une réalité physique (la topographie, le couvert forestier, etc.) et une réalité sociale (les valeurs, les préférences, les projets des individus et des collectivités ; 2) que chacune de ces réalités est dynamique, changeante dans le temps et ; 3) que les rapports entre elles sont également changeants.

S’appuyer sur les avancées méthodologiques

  • 17 U.S. Forest Service, 1974 ; British Columbia Forest Service, Visual Impact Assessment Guidebook. F (...)

42Cela dit, il ressort que la prise en compte du paysage en exploitation forestière, amorcée aux États-Unis à la fin des années 1960, a essentiellement visé à minimiser les impacts visuels des interventions forestières. À cet effet, nous disposons aujourd’hui d’une série de méthodes éprouvées17 proposant des démarches claires dont on pourra s’inspirer. Plus encore, la mise en application de ces méthodes a permis, au fil des ans, de mettre en évidence certaines règles de base pour minimiser les impacts visuels des interventions forestières. Ainsi, il s’agit de faire en sorte que les interventions s’intègrent le plus discrètement possible au milieu environnant et à cette fin :

  • de s’inspirer des modèles de perturbations naturelles pour procéder au « design » des coupes ;
  • de favoriser les interventions là où la topographie a pour effet de les masquer davantage, c’est-à-dire à l’extérieur des champs visuels ;
  • de respecter (absence d’intervention) les lignes de crête ;
  • d’éviter les parterres de coupe perpendiculaires aux lignes topographiques prédominantes ;
  • d’éviter les parterres de coupe présentant des contours linéaires, etc.

43Par ailleurs, les percées technologiques récentes ont permis de contrecarrer certaines limites méthodologiques initiales. Alors que, par le passé, les simulations visuelles des paysages soumis à des coupes étaient limitées à des images fixes à cadrage étroit, des logiciels simples (QuickTime) permettent aujourd’hui de mettre aisément et rapidement ces interventions en contexte à l’intérieur de l’ensemble du champ visuel (360°). Plus encore, les outils de représentation 3D permettent une représentation fidèle des vues avant et après intervention.

Prendre en compte les dimensions liées à l’expérience

44Sur un plan plus fondamental, il est aujourd’hui admis que l’appréciation des paysages ne passe pas uniquement par la vue mais aussi par l’ouie, l’odorat et l’expérience des lieux. Ainsi, et à titre d’exemple, l’appréciation des paysages par le canoteur ou le randonneur pédestre ne reposera pas uniquement sur ce qu’il voit dans ses randonnées mais aussi sur ce qu’il voit en s'y rendant (ex. : route d’accès bordée de coupes intensives ; croisement de camions de transport du bois, etc.) et sur ce qu’il entend au cours de l’exercice de son activité (hausse du niveau sonore résultant des activités forestières – coupe, débardage, transport). En ce sens, et en se servant de l’expérience acquise dans le parc Algonquin, certains secteurs devront faire l’objet de mesures autres que visuelles.

Informer

45Enfin, il est aussi aujourd’hui largement admis que l’appréciation des paysages et des interventions sur le territoire ne résulte pas de considérations esthétiques universelles. Cette appréciation est d’abord et avant tout culturelle en ce qu’elle est intrinsèquement liée aux valeurs et aux connaissances que partagent les individus et les collectivités. Il s'agit vraisemblablement là du constat le plus important pour ce qui est de la prise en compte du paysage dans l'exploitation forestière. Ce constat a au moins quatre conséquences majeures.

46Premièrement, l’information disponible, la compréhension des interventions menées et l’adhésion des individus et des collectivités aux objectifs visés sont autant de facteurs déterminants pour ce qui est de l’appréciation des paysages et de leurs modifications par des travaux forestiers. Autrement dit, même dans les cas où la forme et la disposition des parterres de coupe seraient optimales selon les critères usuels, les interventions sur les paysages forestiers risquent fort d’être perçues négativement si les individus n’en connaissent pas les caractéristiques, n’en comprennent pas la pertinence et n’adhèrent pas aux finalités visées.

47Deuxièmement, on ne saurait trop insister sur l’importance du rétablissement du lien de confiance entre les gestionnaires de la forêt, les individus et les collectivités. En matière de paysage, ce lien semble actuellement se heurter à deux limites importantes : limite de la connaissance de ce qui se passe véritablement dans la forêt publique ; et limite des connaissances scientifiques sur ce qu’est véritablement une forêt, soit plus particulièrement sur les mécanismes de régénération des peuplements. Ainsi, dans la mesure où la population demeure convaincue qu’un peuplement forestier est une entité stable, permanente dans le temps, une partie significative de celle-ci risque de s’opposer à toute modification de ce qui est perçu comme un paysage forestier naturel.

48Troisièmement, il est indéniable que l’actuelle stratégie québécoise de prise en compte du paysage par le biais de la préservation de bandes boisées est nettement insuffisante et peut, dans les faits, avoir un effet contraire à celui qui est escompté. Dès lors qu’on considère, à tort ou à raison, que la protection de telles bandes ne vise qu’à masquer une dégradation généralisée des paysages forestiers, une contreréaction peut mener à une profonde méfiance, voire à un rejet systématique de toute nouvelle altération des paysages.

49Enfin, puisque l’appréciation des paysages est d’abord et avant tout culturelle et qu’elle dépend des valeurs et des connaissances que partagent les individus et les collectivités, il demeure relativement rare que des paysages suscitent l’approbation de l'ensemble de la collectivité. Ainsi, à l’exception de certains paysages emblématiques (Percé, mont Royal, fjord du Saguenay), l’appréciation pourra varier sensiblement en fonction d’un ensemble de caractéristiques sociodémographiques (secteur d’emploi, motifs de fréquentation des lieux, etc.).

Connaître les usages et les perceptions

50Ainsi, particulièrement dans les cas des secteurs qui ne sont pas voués prioritairement à l’exploitation forestière (secteur de villégiature, réseau pédestre, parcours de canots, etc.), il importe de s’assurer de la connaissance la plus juste des perceptions des publics cibles et de leur mise à jour. Ces attentes peuvent différer significativement d’un groupe à l’autre et s’accommodent mal de normes universelles d’intervention. En ce sens, il est essentiel d’adapter les méthodes dites traditionnelles d’analyse des paysages forestiers, c’est-à-dire celles qui ont été développées à la fin des années 1960, puisque ces méthodes misaient essentiellement sur le nombre de personnes appelées à observer un paysage donné. Or, dans de multiples cas, la question n’est pas tant de savoir quel est le nombre de personnes qui pourront observer un paysage donné à partir d’un point d’observation comme de savoir quelles sont, en termes d’expériences (visuelles, sensorielles ou autres), les attentes spécifiques du groupe visé. Il est donc essentiel de dépasser l’approche dite traditionnelle du « plus grand nombre » pour mieux comprendre, par le biais d’enquêtes, les attentes spécifiques des utilisateurs visés (villégiateurs, canoteurs, etc.). De même, il est inévitable que, d’une région à l’autre (ex. : Côte-Nord vs Lanaudière), il y ait des différences assez profondes sur ce qu’est un paysage forestier de qualité et ce qui est acceptable en termes de modification des paysages.

51Puisqu’il y a rarement de consensus absolu sur la qualité des paysages, leur gestion renvoie inévitablement à un arbitrage politique qui seul permettra de statuer sur les priorités et les points de vue (point de vue du forestier, du villégiateur, du touriste, etc.) à privilégier. Pour susciter l’adhésion, cet arbitrage devra toutefois reposer sur un processus décisionnel aussi transparent que possible, notamment pour ce qui est des caractéristiques de la situation initiale, des différentes positions envisageables, des objectifs visés et des motifs sous-jacents à la position retenue. Ici, les outils de simulation visuelle développés ces dernières années pourraient aider à définir des façons d’agir en milieu forestier aptes à prendre en compte les différentes attentes des usagers.

52Reflétant l’influence historique du domaine des arts picturaux, les premières méthodes d’analyse des paysages ont d’abord et avant tout visé à analyser les vues qui s’offrent à l’utilisateur en un certain nombre de points fixes et ce, en fonction de critères dérivés du domaine de la peinture principalement : composition et importance relative des plans, diversité de la composition, contraste et harmonie des couleurs, etc.

53Or, au cours des vingt dernières années, la montée des préoccupations environnementales et les nombreuses enquêtes auprès des résidants et des usagers ont fait ressortir les limites de cette conception picturale du paysage. Ainsi, dans le cas de la forêt, l’appréciation des paysages ne peut-elle plus se limiter à la prise en compte des seuls critères esthétiques universels. Dans les faits, elle renvoie inévitablement à la connaissance, à la compréhension et à la perception que les individus ont des pratiques d’exploitation. La complexité de la prise en compte des paysages est liée aux faits : 1) qu’elle renvoie inévitablement à une double réalité c’est-à-dire une réalité physique (topographie, couvert forestier, etc.) et une réalité sociale (valeurs, préférences, projets des individus et des collectivités) ; 2) que chacune de ces réalités est dynamique, changeante dans le temps et ; 3) que les rapports entre elles sont également changeants.

54Cela dit, il semble important d’insister sur certains aspects spécifiques. Tout d’abord, si la prise en compte du paysage amorcée aux États-Unis à la fin des années 1960 a essentiellement consisté à atténuer les impacts visuels des interventions forestières, elle aura également permis d’acquérir une série de méthodes aujourd’hui éprouvées dont on gagnera à s’inspirer. La mise en application de ces méthodes a en effet permis de mettre en évidence certaines règles de base pour minimiser les impacts visuels des interventions forestières. Il s’agit ainsi de faire en sorte que les interventions s’intègrent le plus discrètement possible au milieu naturel environnant. À cet effet, on gagnera à s’inspirer des connaissances venues de cette nouvelle discipline qu’est l’écologie du paysage et des enseignements qu’elle apporte sur les cycles et les patrons des perturbations naturelles. Ensuite, il est aujourd’hui admis que l’appréciation des paysages et des interventions sur ceux-ci ne passe pas uniquement par la vue mais aussi, bien qu’à un degré moindre, par l’ouïe, l’odorat et l’expérience des lieux.

55Au moment où, au Québec comme dans la majorité des pays occidentaux, le paysage est en voie de devenir un enjeu de développement majeur, le défi est d’en assurer la prise en compte véritable. Il s’agit alors de dépasser la notion d’encadrement visuel pour en arriver à assurer une véritable prise en compte du paysage en tant que réalité biophysique, culturelle et dynamique.

Notes

1 Gaffield, C., A. Cellard, G. Pelletier, O. Vincent-Domey, C. Andrew, A. Beaucage, N. Fortier, J. Harvey et J.-M. Soucy, Histoire de l’Outaouais, Québec, IQRC, coll. « Les régions du Québec », 1994, 880 p. ; Frenette, P., D. Chevrier, J. M. M. Dubois, P. Dufour, J.-C. Fortin, A. Lepage, J. Mailhot, F. Niellon et N. Perron, Histoire de la Côte-Nord, Québec, PUL-IQRC, coll. « Les régions du Québec », 1997, 672 p. ; Séguin, N. et R. Hardy, Histoire de la Mauricie, Québec, PUL-IQRC, coll. « Les régions du Québec », 2004, 408 p.

2 Commission d’étude sur la gestion de la forêt publique québécoise, Rapport, Québec, 2004, 262 p. et annexes.

3 Rougerie, G. et N. Beroutchachvili, Géosystèmes et paysages, bilan et méthodes, Paris, Armand Colin, 1991, 302 p.

4 U.S.D.A. Forest Service, National Forest Landscape Management, volume 2, USDA, Agricultural Handbook 462, 1974, 47 p.

5 Hunziker, M., « The Spontaneous Reafforestation in Abandoned Agricultural Lands : Perception and Aesthetic Assessment by Locals and Tourists », Landscape and Urban Planning, vol. 31,1995, p. 399-410 ; Brush, R., R. E. Chenoweth et T. Barman, « Group Differences in the Enjoyability for Driving Through Rural Landscapes », Landscape and Urban Planning, vol. 47, 2000, p. 39-45 ; Kaltenborn, B. P. et T. Bjerke, « Associations Between Environmental Value Orientations and Landscape Preferences », Landscape and Urban Planning, vol. 59, 2002, p. 1-11 ;Sheppard, S. et P. Picard, « Visual-quality Impacts of Forest Pest Activity at the Landscape Level : A Synthesis of Published Knowledge and Research Needs », Landscape and Urban Planning, 2005 ; Froment, J. et G. Domon, « Viewer Appreciation of Highway Landscapes : the Contribution of Ecologically Managed Embankments », Landscape and Urban Planning, 2005 ; etc.

6 Le RNI a été adopté en 1988 (décret 1627-88, 26 octobre 1988), dans la foulée de la Loi sur les forêts (1986), puis révisé en 1993, 1996 et 2001.

7 Ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs, Outils d’aide à la décision pour classifier les secteurs d’intérêt majeurs et définir les stratégies d'aménagement pour l’intégration visuelle des coupes dam les paysages, Québec, Gouvernement du Québec, 2003,15 p.

8 C’est-à-dire au moins 500 tiges d’arbres à l’hectare dans le cas des peuplements résineux et, dans le cas des peuplements feuillus, une surface ferrière d’au moins 14 m2.

9 La zone d’encadrement visuelle est définie comme une bande de 1,5 km bordant le site.

10 Ministère des Ressources naturelles, Modalités d’intervention dans le milieu forestier, fondements et applications, Québec, Les Publications du Québec, 2000, p. 91.

11 U.S.D.A. Forest Service, National Forest Landscape Management, volume 2, USDA, Agricultural Handbook 462, 1974, 47 p.

12 Alberta Forest Service, Forest Landscape Management Strategies for Alberta. Forestry, Alberta, Lands and Wildlife, Alberta Forest Service, 1990, 57 p.

13 [Anonyme], British Columbia, British Columbia, British Columbia Ministry of Forests and BC Environment, 1995, 25 p.

14 La sensibilité est mesurée à partir d’un système de pointage : sensibilité très élevée : 30,5 à 38 points ; sensibilité élevée : 25 à 30,5 points ; sensibilité modérée : 17,5 à 24,9 points ; sensibilité faible : moins de 17,5 points.

15 Bell, S., « Landscape Pattern, Perception and Visualisation in the Visual Management of Forests », Landscape and Urban Planning, vol. 54, 2001, p. 201-211 ; Danahy, J., « Considerations for Digital Visualization of Landscape », dans Forests and Landscapes. Linking Ecology, Sustainability and Aesthetics, Sheppard, S. R. J. et H. W. Harshaw (dir.), Vancouver, CABI Publishing, 2001, p. 225-245 ; Hunziker, 1995, op. cit., note 5.

16 Daniel, T. C., « Aesthetic Preference and Ecological Sustainability », dans Forests and Landscapes. Linking Ecology, Sustainability and Aesthetics, Sheppard, S. R. J. et H. W. Harshaw (dir.), Vancouver, CABI Publishing, 2001, p. 18.

17 U.S. Forest Service, 1974 ; British Columbia Forest Service, Visual Impact Assessment Guidebook. Forest Practices Code of British Columbia, British Columbia, British Columbia Ministry of Forests and BC Environment, 1995, 25 p.

Table des illustrations

Légende Figure 3.1 : Vue aérienne de parterres de coupe. (Source : Stéphane Tremblay, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10579/img-1.jpg
Fichier image/, 106k
Légende Figure 3.2 : Illustration des normes d’intervention prévues pour les campings aménagés. Les activités d’exploitation sont interdites sur le site mais permises sur les bandes boisées en pourtour des sites (croquis du haut). L’exploitant peut aussi récolter des arbres dans un encadrement visuel (visible depuis des sites ou des parcours déterminés) mais certaines normes doivent être respectées. (Source : Ministère des Ressources naturelles, 2000, p. 78 [croquis du haut] et 88 [croquis du bas]).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10579/img-2.jpg
Fichier image/, 93k
Titre Tableau 3.1 : Synthèse des recommandations en fonction des objectifs de qualité visuelle. (Source : Ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs, 2003, p. 11
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10579/img-3.jpg
Fichier image/, 244k

Auteurs

Professeur titulaire à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal où il enseigne dans les domaines de l’écologie du paysage et de l’aménagement des paysages ruraux. Directeur scientifique associé à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal ainsi qu’à la Chaire UNESCO en paysage et environnement de la même institution, il est membre du comité de direction de la commission Landscape Analysis de l’Union géographique internationale et co-dirige un vaste projet multidisciplinaire « Haut-Saint-Laurent : Écologie et aménagement ». Auteur de trois livres et de plus d’une centaine d’articles, ses recherches actuelles portent principalement sur la dynamique spatio-temporelle des paysages ruraux du sud du Québec, la reconstitution de la dynamique des territoires agro-forestiers anciens, l’élaboration d’outils de caractérisation des paysages et la gestion écologique des espaces protégés.

Obtenu son Ph. D. en aménagement à l’Université de Montréal en mai 2004. Depuis la fin de sa maîtrise en urbanisme, en 1995, la complémentarité de ses activités professionnelles et académiques l’aide à mener un programme de recherche orienté autour des dimensions culturelles, sociales et politiques des enjeux actuels d’aménagement du territoire, principalement les préoccupations pour la qualité de vie, pour les paysages et pour l’environnement.

Architecte paysagiste et détient une maîtrise en aménagement de l’Université de Montréal. Elle collabore depuis janvier 2003 à la Chaire en paysage et environnement comme agente de recherche. Elle a contribué à plusieurs recherches et publications, portant notamment sur le suivi des paysages autoroutiers soumis à la gestion écologique, les méthodes d’évaluation des paysages autoroutiers et forestiers, et l’aménagement des appareils résultant de l’enfouissement des réseaux câblés dans des milieux d’intérêt patrimonial, culturel et touristique. Elle est aussi chargée de cours à l’École d’architecture du paysage, où elle participe depuis plusieurs années à l’atelier Espace régional. Son expertise en évaluation paysagère est mise à profit pour le développement des méthodes de caractérisation, d’évaluation et d’interventions paysagères dans les milieux ruraux.

Doctorante à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal et assistante de recherche à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur l’intégration des dynamiques spatio-temporelles et socioculturelles des paysages en zone d’intensification agricole au Québec. Elle a récemment contribué à l’ouvrage Front Landscape Research to Landscape Planning : Aspects of Integration, Education and Application dirigé par B. Tress, G. Tress, P. Opdam et G. Fry et publié chez Springer. Elle est également chargée de cours et chargée de formation pratique à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr