Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages en perspective

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Gérald Domon
, 
Sylvain Paquette

Première partie. Paysages en territoires ressources

Chapitre 2. Paysages de l’agriculture en mutation

Julie Ruiz et Gérald Domon

Note de l’auteur

Le présent texte s’inscrit dans une recherche doctorale menée par Julie Ruiz à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal avec la collaboration du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, direction régionale Montérégie, secteur Est, et du Comité de gestion par bassin versant du ruisseau des Aulnages. Il bénéficie du soutien financier du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada attribué à Gérald Domon. Il s’inscrit également dans le cadre d’un projet de recherche de la Chaire en paysage et environnement subventionné sous le couvert des Actions concertées du Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies pour le soutien stratégique à la promotion et à la consolidation de la recherche sur l’environnement rural mené en collaboration avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, et l’Université du Québec à Montréal. Les auteurs tiennent à remercier Cristian Graf pour sa précieuse collaboration dans la collecte des données statistiques.

Texte intégral

1 Moteur de l’expansion de l’écoumène du Québec, a contribué à les l’agriculture largement façonner paysages ruraux. Par ses pratiques, elle aura modelé les formes des territoires, modifié ses contours. Par le défrichement et la mise en culture, elle aura ouvert des vues sur le territoire. Mobilisant le sol, elle aura donné aux régions et aux municipalités une couleur, des rythmes, des odeurs, un caractère et une identité. L’agriculture aura ainsi contribué à construire de multiples paysages ruraux mais aussi parfois à les déconstruire ou à les transformer à un point tel qu’ils sont aujourd’hui loin de l’apparente immuabilité à laquelle renvoie souvent leur image.

2Les cinquante dernières années ont effectivement été marquées par une transformation profonde des territoires ruraux. L’avènement de l’agriculture productiviste, sans en être le seul facteur, y a joué un grand rôle. Elle aura participé à une profonde accélération des dynamiques territoriales tant à l’échelle provinciale qu’à celle des régions et des fermes. Elle aura aussi contribué à générer des pratiques et des territoires au sein desquels l’agriculture est fortement remise en cause. Nombreux sont ceux qui doutent aujourd’hui de la capacité des pratiques agricoles contemporaines à produire des paysages de qualité, à maintenir les caractéristiques qui singularisent les territoires et à prendre soin des ressources (eau, sol, air, biodiversité). Si les préoccupations soulevées par la transformation des paysages ruraux ne sont pas nouvelles en soi, elles trouvent dans le contexte rural actuel une résonance particulière.

  • 1 De nombreux sondages ont relevé ce phénomène comme par exemple l’enquête du Crédoc en France sur L (...)

3La campagne a en effet acquis un statut privilégié dans les représentations contemporaines. Objet de contemplation, symbole de nature et de tranquillité, espaces à vivre, les images véhiculées par la campagne font aujourd’hui l’objet d’un large consensus1. Toute atteinte à ces images suscite dès lors de fortes mobilisations. Devant l’implantation d’une nouvelle porcherie, la coupe d’un espace boisé ou l’abandon des granges traditionnelles, des voix s’élèvent pour dénoncer les pratiques agricoles contemporaines. À travers les changements que connaît l’agriculture, c’est cette campagne, érigée en patrimoine collectif, que l’on altère. Ces changements font de la question du paysage, oubliée des politiques agricoles, un élément central du débat.

  • 2 Domon, G., G. Beaudet et M. Joly, Évolution du territoire laurentidien, caractérisation et gestion (...)

4Entre les craintes d’un abandon massif des terres agricoles et les inquiétudes face à l’industrialisation, les enjeux des paysages ruraux qui interpellent l’agriculture sont multiples. Ces enjeux sont indissociables des transformations actuelles des territoires, de leurs spécificités ainsi menacées mais également de l’évolution des perceptions de ces territoires et des pratiques agricoles modernes. À côté de l’archétype du paysage rural, champêtre et bucolique, les paysages où l’agriculture moderne s’est concentrée tranchent à bien des égards. Peu valorisés sur le plan patrimonial, souvent associés à un environnement dégradé, à des paysages banalisés, les questions qui s’y posent semblent loin des enjeux de sauvegarde et de maintien qui touchent généralement les paysages emblématiques ou identitaires2. Le texte qui suit s’attardera sur ces espaces, qui cristallisent bon nombre des débats indissociables de la crise que l’agriculture traverse aujourd’hui.

  • 3 Dugas, C., L’espace rural canadien, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 1995.
  • 4 Morisset, M., L’agriculture familiale au Québec, Paris, Édition L’Harmattan, 1987. À l’avenir, Mor (...)
  • 5 Jean, B., Territoires d’avenir. Pour une sociologie de la ruralité, Québec, Presses de l’Universit (...)
  • 6 Debailleul, G., « Le processus d’intensification de l’agriculture québécoise et ses impacts enviro (...)
  • 7 Domon, G., A. Bouchard et M. Gariépy, « The Dynamics of the Forest Landscape of Haut-Saint-Laurent (...)
  • 8 Les données du recensement agricole de 1951, pour chacune des municipalités du Québec, ont tout d’ (...)

5De manière à actualiser l’image des pratiques qui façonnent les paysages ruraux, ce texte entend d’abord dresser un bilan des principales transformations survenues dans la physionomie de l’écoumène agricole. Un certain nombre d’études québécoises se sont penchées sur l’évolution générale de l’espace rural3, sur les transformations de la ferme familiale4, sur les impacts sociaux des mutations agricoles5, ou sur les impacts environnementaux de l’agriculture moderne6. Si les travaux menés dans le Haut-Saint-Laurent7 ont fait ressortir certaines tendances lourdes des dynamiques d’occupation des sols en lien avec l’évolution des pratiques agricoles, il reste à voir comment ces tendances se sont déployées spatialement à l’échelle régionale et provinciale. À cette fin, les deux premières parties de ce texte s’appuient sur une analyse spatiale des recensements agricoles de 1951 et 2001 pour révéler l’ampleur des transformations de l’agriculture et des territoires et ce, municipalité par municipalité8. Ce faisant, il s’agit de mieux comprendre comment l’évolution de l’agriculture a touché les régions de manière inégale et de quelle façon ont émergé les espaces d’intensification agricole. Une première section s’attarde ainsi sur les variables qui rendent compte de l’évolution générale de l’agriculture et de ses impacts sur l’écoumène agricole (superficie totale des fermes, nombre de fermes, superficie des terres mises en valeur par l’agriculture). Dans un deuxième temps, des variables plus spécifiques (pâturages, types de culture et productions animales) sont analysées de manière à faire ressortir plus finement les impacts différenciés de cette mutation du secteur agricole sur les territoires. Dans une troisième section, à partir d’un secteur représentatif, ce texte met en lumière les transformations profondes subies par les territoires dans les zones d’intensification agricole. En lien avec les différentes données des recensements agricoles et leur analyse spatiale, cet exemple permet de bien cerner l’ampleur des enjeux que connaissent aujourd’hui les zones d’intensification agricole sur le plan du paysage.

LES TRANSFORMATIONS RÉCENTES DE L’ÉCOUMÈNE AGRICOLE

  • 9 Debailleul 1998 ; Bowler, I. R. et B. W. Ilbery, « Agricultural Landuse and Landscape Change under (...)

6L’évolution des termes qui ont servi à désigner l’unité de production agricole, « ferme », « exploitation », « entreprise », « industrie », traduit à elle seule les mutations qu’a connues le secteur au cours des cinquante dernières années. Concentration, spécialisation et intensification constituent les trois phénomènes reconnus pour rendre compte de cette mutation récente de l’agriculture9. Concentration, puisqu’il y a eu, au cours de cette période, augmentation constante de la taille des fermes et son corollaire, la diminution de leur nombre. Spécialisation, puisque, fortement soutenues par les politiques et programmes agricoles, les exploitations se sont orientées vers un nombre restreint de productions dont les formes extrêmes sont aujourd’hui les élevages hors sol et la monoculture. Intensification finalement, puisque, grâce à l’utilisation croissante d’engrais et de pesticides, à l’amélioration des techniques culturales et à la mécanisation des pratiques, les rendements ont fortement augmenté. Les fermes traditionnelles qui associent culture et élevage ont ainsi disparu, remplacées par des fermes moins nombreuses, plus grandes et spécialisées dans un type de production.

  • 10 Ilbery, B. et I. Bowler, « From agricultural productivism to post-productivism », dans Ilbery, B. (...)
  • 11 Morisset 1987.
  • 12 Debailleul 1998 ; Parent, D., « D’une agriculture productiviste en rupture avec le territoire à un (...)

7Caractéristique des pays industrialisés, l’inégale intégration des fermes au cours de cette mutation du secteur agricole est reconnue pour avoir largement contribué à modifier le visage des zones rurales10. Quels ont été les impacts de cette mutation sur l’écoumène agricole du Québec ? Ces impacts se sont-ils déployés uniformément sur le territoire ? Du tournant des années 1950 marqué par les premières mesures favorisant le passage d’une agriculture traditionnelle à une agriculture marchande diversifiée à l’apogée de l’agriculture spécialisée au cours des années 1970-198011 et jusqu’à la crise actuelle12, il s’agit ici de faire ressortir les tendances générales d’évolution pour ce qui est de la répartition spatiale de l’agriculture et des transformations de la physionomie de l’écoumène agricole.

Une évolution contrastée

  • 13 Un tableau regroupant les principales statistiques sur l’évolution de l’agriculture est présenté e (...)
  • 14 Morisset 1987.

8La chute considérable de la superficie totale des fermes demeure le fait le plus marquant de l’évolution récente de l’agriculture québécoise. Illustrant la disparition quasi totale des exploitations sur de larges pans de territoire, la superficie des fermes va passer de 6,8 millions d’hectares en 1951 à 3,4 millions en 200113. Par ailleurs, passant de 134 000 en 1951 à un peu plus de 32 000 en 2001, le nombre de fermes a également connu une chute majeure qui correspond dans les faits à la disparition de cinq ou six exploitations par jour et ce, tout au cours de ces cinquante ans. Les fermes qui ont survécu ont elles-mêmes subi des modifications importantes, la principale étant le doublement de leur taille moyenne : de 51 ha en 1951, celle-ci est passée à 106 ha en 2001. Les exploitations de petite taille puis de taille moyenne ont ainsi largement disparu, remplacées par de plus grandes14.

9Si la réduction très significative (76 %) du nombre de fermes et la diminution marquée (50 %) de leur superficie totale constituent les tendances de base, ces données masquent l’inégale répartition spatiale des transformations. Bien qu’elles affectent l’ensemble du territoire, leur ampleur n’a pas été la même partout. Ainsi, sur les dépôts pierreux de Saint-Irénée (Charlevoix), 86 fermes occupaient plus de 90 % du territoire en 1951, alors qu’en 2001 leur nombre n’était plus que de 22 et leur superficie ne comptait plus que pour 35 % du territoire. À un autre extrême, la municipalité de Saint-Judes, représentative de la région de Saint-Hyacinthe et d’une part importante des basses terres, a vu la part de son territoire occupée par les fermes augmenter, passant de 75 % à plus de 90 %, et ce, même s’il ne restait en 2001 que 57 des 138 fermes recensées en 1951. Si, comme le montrent ces exemples, la concentration de l’agriculture au sein de fermes de moins en moins nombreuses est une tendance qui se manifeste sur tout le territoire, l’évolution des superficies totales n’a quant à elle pas diminué partout. Sur ce plan, deux tendances majeures se dégagent.

10La première est caractérisée soit par l’expansion soit par une régression faible (perte de moins de 25 %) des superficies totales (Figure 2.1). Localisée principalement dans les basses terres, plus de 150 municipalités sont touchées par cette tendance. La seconde est quant à elle caractérisée par une régression modérée (perte de 25 à 50 %) ou forte (perte de plus de 50 %) des superficies totales (Figure 2.1). La régression modérée concerne près de 200 municipalités essentiellement situées soit à la périphérie des basses terres, soit aux pourtours des municipalités marquées par une régression faible. La régression forte touche quant à elle la plus grande part de l’écoumène agricole et se traduit par la disparition d’un grand nombre de fermes (plus de 75 %) et l’abandon quasi généralisé des terres. Elle touche bien sûr les centres urbains mais surtout les régions périphériques : Gaspésie, Côte-Nord, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Charlevoix, arrière-pays du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches, Laurentides, Outaouais et Abitibi-Témiscamingue.

Figure 2.1 : Évolution des superficies totales des fermes au Québec entre 1951 et 2001. (Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)

Des territoires profondément transformés

11Ces premières tendances concernant les superficies totales et le nombre de fermes sont loin de rendre compte à elles seules de l’ampleur des transformations des territoires. Les boisés de fermes, les marécages et les surfaces inutilisables, soit les occupations recensées dans la catégorie « autres terres », occupent effectivement une part importante des fermes. La prise en compte de leur évolution en relation avec celle des terres mises en valeur par l’agriculture (champs, pâturages et jachères) fournit donc un éclairage plus net des transformations dans la physionomie même de l’écoumène.

12Au cours des cinquante dernières années, la perte de superficie totale des fermes est le résultat d’une diminution de plus de 2 millions d’hectares « d’autres terres » et de 1,4 million d’hectares de terres mises en valeur par l’agriculture. Ici encore, les chiffres masquent des réalités à la fois distinctes et complexes. Alors que les « autres terres » ont constamment diminué au cours de la période considérée, les superficies mises en valeur par l’agriculture ont quant à elles connu des vagues de régression (1951-1971), de maintien relatif (1971-1991) puis de progression (1991-2001). Ces vagues, loin d’avoir touché le territoire de manière uniforme, reflètent en réalité des transformations fortement contrastées au sein de l’écoumène agricole.

L’extension de la friche

13Dans les régions périphériques marquées par une régression forte de l’agriculture, ainsi que dans celles qui ont connu une régression modérée, l’extension de la friche représente la caractéristique la plus marquante. Touchant la plus grande part de l’écoumène agricole, elle se traduit par une double diminution : celle des terres mises en valeur par l’agriculture et celle des « autres terres ». Dans ces régions, le retour à la friche touche le plus souvent de 25 à 50 % des superficies municipales, voire davantage encore (Figure 2.2).

Une urbanisation croissante

  • 15 Les calculs ont été effectués sur la base de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Mont (...)

14L’urbanisation à proximité des centres urbains est un second phénomène qui a conduit à la perte de superficies de terres agricoles. Ainsi, dans l’actuelle région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, c’est plus de 97 000 ha de terres mises en valeur par l’agriculture qui ont été urbanisées depuis 195115. Si la diminution des autres types de terres dans les régions urbaines a touché de plus faibles superficies (48 000 ha dans la RMR de Montréal), les impacts de cette diminution ont néanmoins été importants ; les milieux humides et les îlots boisés jouant des rôles significatifs tant sur le plan visuel que sur le plan écologique ou récréatif.

L’expansion des terres mises en valeur par l’agriculture dans les basses terres

15Parallèlement à la régression des superficies qui résulte de ces deux phénomènes, d’autres secteurs ont plutôt connu une expansion des terres mises en valeur par l’agriculture. Ce faisant au détriment des pâturages naturels, des boisés et des marécages, cette expansion constitue la troisième transformation majeure de l’écoumène agricole et touche plus d’une centaine de municipalités (Figure 2.2). Ainsi, et à titre d’exemple, à La Présentation (région de Saint-Hyacinthe), les terres mises en valeur par l’agriculture ont augmenté de 1 500 ha aux dépens des « autres terres » qui régressaient alors de 500 ha. Les basses terres de la Montérégie sont tout particulièrement touchées par cet accroissement qui se manifeste également mais de manière plus ponctuelle dans des portions de Lanaudière, du Centre-du-Québec, de Chaudière-Appalaches et du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Figure 2.2 : Évolution des terres mises en valeur par l’agriculture (terres en culture, pâturages ensemencés ou artificiels, jachères) au Québec entre 1951 et 2001. (Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)

Premier bilan

  • 16 Morisset 1987 ; Courville, S., Le Québec : genèses et mutations du territoire, synthèse de géograp (...)

16Cette évolution contrastée des territoires a donc considérablement bouleversé les marges de l’écoumène agricole pour en rétrécir l’étendue (Figures 2.3 et 2.4). À l’exclusion des régions urbaines, les secteurs plus traditionnellement agroforestiers, soit ceux qui sont caractérisés par un sol mince, un relief accidenté, des conditions climatiques moins favorables et une distance plus grande par rapport aux marchés ont tous été touchés par un abandon massif des terres. En plus des régions périphériques, l'Estrie, le sud de Chaudières-Appalaches et du Centre-du-Québec constituent les principales régions qui disparaissent presque entièrement de l’écoumène agricole des années 1950. D’une activité qui, sur la quasi-totalité des portions habitées du Québec, dominait très largement le territoire au milieu du siècle dernier, l’agriculture va cinquante ans plus tard demeurer prédominante essentiellement dans certaines parties des basses terres et du littoral du Bas-Saint-Laurent. Si cette concentration se dessinait dès les années 195016, les mutations du secteur (concentration, spécialisation, intensification) l’ont largement accentuée.

L’INTENSIFICATION DE L’UTILISATION DES TERRES AGRICOLES

17Malgré la forte tendance au rétrécissement de l’écoumène agricole québécois, certains territoires ont donc connu une expansion des superficies mises en valeur par l’agriculture. C’est le cas des basses terres où la concentration des fermes s’est doublée d’une plus grande utilisation agricole de l’espace. Ces tendances ont eu pour effet de confirmer une différenciation croissante entre les régions marquées par l’expansion de l’agriculture et celles qui ont été marquées par la régression. Pour bien saisir l’ampleur de ce clivage, il importe de dépasser les seules données sur les superficies mises en valeur par l’agriculture pour se pencher sur les usages mêmes de ces superficies.

La disparition des pâturages et la mise en culture croissante des terres

  • 17 On fait ici référence aux pâturages artificiels et ensemencés.

18Composante essentielle du paysage agricole traditionnel, les pâturages ont connu une régression marquée au cours des dernières décennies. La perte de 80 % de leurs superficies17 est assurément le changement le plus important qui s’est produit parmi les terres mises en valeur par l’agriculture. Cette diminution a touché l’ensemble du territoire, si bien qu’aujourd’hui, les municipalités où le pâturage représente 5 % du territoire ne sont plus qu’une cinquantaine comparées aux 500 de 1951 (Figure 2.5). Les pâturages vont ainsi disparaître de régions entières, notamment dans les basses terres de la Montérégie. Cette diminution est fortement liée aux processus de spécialisation des fermes et aux changements de pratiques, en particulier pour ce qui est de la production animale. Ainsi, pour améliorer la productivité et offrir une alimentation contrôlée, les troupeaux sont aujourd’hui le plus souvent confinés dans les bâtiments, libérant du même coup des superficies autrefois pâturées.

19Si la perte des pâturages a été constante, les terres en culture ont, quant à elles, connu une dynamique différente. Après avoir diminué jusqu’en 1971, elles ont été marquées jusqu’en 1991 par une stabilité relative avant d’augmenter de manière considérable au cours de la dernière décennie.

Superficie totale des fermes

Superficie totale des fermes

Densité de fermes

Densité de fermes

Terres mises en valeur par l’agriculture

Terres mises en valeur par l’agriculture

Figure 2.3 : Principales caractéristiques de l’écoumène agricole au Québec en 1951. (Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture, 1951. Réalisation : J. Ruiz, 2005)

Superficie totale des fermes

Superficie totale des fermes

Densité de fermes

Densité de fermes

Terres mises en valeur par l’agriculture

Terres mises en valeur par l’agriculture

Figure 2.4 : Principales caractéristiques de l’écoumène agricole au Québec en 2001. (Sources : Statistique Canada, recensement de l’agriculture 2001, Réalisation : J. Ruiz, 2005)

20Par ailleurs, leur évolution n’a pas été uniforme sur le territoire (Figure 2.5) : alors que les régions caractérisées par une régression forte à modérée de l’agriculture ont subi des pertes allant jusqu’à plus de 50 % des superficies cultivées, plus de 200 municipalités ont vu leur superficie en culture augmenter sensiblement. De fait, la mise en culture croissante des terres situées à l’intérieur de l’écoumène agricole constitue bien une des tendances majeures des cinquante dernières années. Elle se sera le plus souvent produite au détriment des pâturages, mais aussi des milieux humides et des secteurs boisés.

La chute des cultures traditionnelles et l’expansion des cultures intensives

  • 18 Les cultures fourragères désignent ici les cultures de luzerne, d’autres foins cultivés et d’autre (...)

21Avec la spécialisation des fermes et les changements de pratiques, c’est également les types de cultures qui vont se trouver modifiées. Les cultures fourragères18 et l’avoine qui couvraient 87 % des terres cultivées en 1951 et constituaient ainsi, avec les pâturages, une composante marquante des territoires ruraux, vont connaître une chute importante et une profonde redistribution spatiale. D’une part, elles comptaient pour moins de 50 % des cultures en 2001. D’autre part, sur le plan spatial, les cultures fourragères ont vu leurs superficies chuter presque partout (Figure 2.6) et elles ont aujourd’hui quasiment disparu des basses terres de la Montérégie pour se concentrer essentiellement en Chaudière-Appalaches, dans le Bas-Saint-laurent, en Gaspésie et, dans une moindre mesure, dans le Centre-du-Québec. Quant à l’avoine, cultivée partout en 1951, elle a presque totalement disparu de l’écoumène agricole du Québec et les superficies encore cultivées sont, sauf au Lac-Saint-Jean et dans le Bas-Saint-Laurent (Figure 2.6), le plus souvent marginales.

Figure 2.5 : Les pâturages et les terres en culture au Québec en 1951 et en 2001.(Source :Statistique Canada, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)

Figure 2.6 : Superficies des principales cultures au Québec en 1951 et en 2001. (Source : Staptistique Cananda, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)

22Cette importante diminution des cultures traditionnelles du Québec sera largement compensée par l’augmentation des superficies en céréales et oléagineux, maïs-grain, orge et soya principalement. L’expansion du maïs-grain est particulièrement spectaculaire. Quasiment inexistant au Québec en 1951 alors qu’il couvrait à peine 12 km2, il occupe aujourd’hui plus de 4 350 km2 ! Les basses terres de la Montérégie jusqu’à Nicolet, et celles de Lanaudière, concentrent la part la plus importante de ces superficies (Figure 2.6) ; le maïs-grain couvrant pour plus de 30 % du territoire de ces municipalités. La mise au point constante de variétés hybrides adaptées aux conditions climatiques et l’amélioration des techniques culturales permettent aujourd’hui sa culture au Saguenay-Lac-Saint-Jean et dans la vallée de la Matapédia (Gaspésie). Quant au soya, également inexistant jusque dans les années 1970, il couvre aujourd’hui plus de 1 480 km2, sa culture étant étroitement associée à celle du maïs-grain (Figure 2.6). L’orge, qui n’était cultivée que dans les basses terres de la Montérégie en 1951, a également connu une expansion considérable, puisqu’on le retrouve désormais dans toutes les portions des basses terres mais aussi au Saguenay et en Abitibi (Figure 2.6). Ainsi, à partir des années 1970, les changements considérables des types de cultures sur les basses terres ont largement modifié le visage de celles-ci, laissant place à des monocultures de plus en plus fréquentes de céréales intensives.

Les mutations de la production laitière, l’agriculture traditionnelle du Québec

  • 19 Morisset 1987.
  • 20 Données provenant de l’Annuaire statistique du Québec 1951 citées à lap. 128 dans Perron, N., « Ge (...)
  • 21 Statistique Canada, recensement de l’Agriculture 2001.

23La chute des superficies consacrées aux cultures traditionnelles et l’expansion spectaculaire des cultures intensives sont étroitement liées aux mutations profondes qu’a connues le secteur de la production animale. Au milieu du siècle dernier, les territoires ruraux québécois ont été façonnés par des fermes aux activités diversifiées dominées par la production laitière. Existant alors sur l’ensemble de l’écoumène (Figure 2.7), les fermes laitières regroupaient non seulement la majeure partie des terres en culture mais aussi celle des autres élevages (porcs, poules, poulets, etc.)19. Mais ces fermes aux activités diversifiées vont rapidement disparaître, certaines se spécialisant mais la plupart disparaissant complètement. Ainsi, alors qu’elles représentaient plus de 70 % des exploitations agricoles en 1951 avec plus de 96 000 fermes livrant leur lait ou leur crème à des établissements laitiers20, les fermes laitières ne comptaient plus en 2001 que pour le quart des exploitations avec un peu moins de 8 600 fermes21. La Montérégie, et notamment la vallée du Richelieu, a été particulièrement frappée par cette diminution du nombre des fermes laitières (Figure 2.7).

La croissance des élevages hors sol

  • 22 Bureau d’audiences publiques sur l’Environnement, « Consultation publique sur le développement dur (...)

24Les mutations du secteur agricole à partir des années 1970 vont non seulement transformer profondément les systèmes de production mais également les relations que l’agriculture entretient avec son territoire. Le lien traditionnel sol-plantes-animaux sera progressivement rompu. La production porcine, auxiliaire à la production laitière dans les années 1950, fournit un exemple particulièrement révélateur de ces changements. Si le nombre de fermes porcines a connu une chute constante au cours des cinquante dernières années, le cheptel n’a, quant à lui, jamais cessé de croître pour atteindre plus de 4 millions de porcs en 2001. À cette date, 2 200 entreprises étaient spécialisées dans ce secteur et détenaient 96 % du cheptel. Or, plus de la moitié de celui-ci était propriété d’entreprises ne possédant pas de terres à cultiver. Tributaires des marchés pour l’alimentation animale, 74 % des entreprises porcines se retrouvent aujourd’hui en Chaudières-Appalaches, en Montérégie et dans le Centre-du-Québec22 (Figure 2.7).

Figure 2.7 : Les cheptels laitiers et porcins au Québec en 1951 et en 2001. (Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)

Second bilan

  • 23 Morisset 1987.

25L’écoumène agricole aura ainsi connu trois phases d’évolution qui auront successivement et parfois brutalement contribué à façonner les paysages ruraux actuels. Des années 1950 au début des années 1970, une phase de régression va profondément bouleverser les marges de l’écoumène agricole et en rétrécir les contours. L’agriculture domestique disparaît et, avec elle, plus de 73 000 fermes. Elle laissera place à une agriculture marchande diversifiée23. Les régions les moins productives seront oubliées dans cette première mutation agricole et des pans entiers de territoires situés dans les régions périphériques vont alors disparaître.

26À partir des années 1970 et jusqu’au début des années 1990, l’écoumène va connaître une phase de maintien relatif ; relatif, car les tendances globales masquent dans les faits des changements profonds. Alors que la régression se poursuit toujours sur les sols les plus pauvres et dans les régions urbaines actuelles, les basses terres où est concentrée déjà la majorité des fermes connaissent des modifications majeures. Les fermes restantes, dont le nombre n’a jamais cessé de diminuer, se spécialisent, intensifient leurs pratiques et augmentent la superficie de leurs terres en culture au détriment des pâturages, des boisés et des marécages. Le système traditionnel, associant la production laitière aux cultures fourragères et à l’avoine, en sera profondément bouleversé. Les basses terres de la Montérégie jusqu’à Nicolet vont être les plus marquées par cette mutation. Alors qu’elles constituaient les régions concentrant les plus importantes superficies de foin, d’avoine et d’orge en 1951, le maïs-grain va y connaître une expansion telle qu’il va y devenir la culture principale. Cette expansion s’accompagne d’un développement significatif des productions animales intensives.

27La troisième et dernière phase qui correspond à la dernière décennie est venue accentuer ces tendances et rendre plus nets encore les clivages du territoire agricole québécois. Ainsi, en 2001, les basses terres de la Montérégie, du Centre-du-Québec, de Lanaudière et de Chaudière-Appalaches concentraient-elles la plus grande part de l’agriculture de la province ; les cultures intensives y côtoyant de plus en plus les élevages hors sol alors que presque partout ailleurs, la régression se poursuivait. Ces deux tendances divergentes n’auront donc cessé de se côtoyer sur le territoire québécois au cours des 50 dernières années.

28L’agriculture dominée par la petite production laitière et les cultures fourragères caractéristique de l’agriculture québécoise à l’aube des années 1950 aura donc rapidement laissé place à une agriculture à deux vitesses. La première, qui concentre la majorité des productions agricoles de la province est une agriculture spécialisée et intensive, axée sur la quantité d’aliments produits. La seconde, beaucoup moins importante sur le plan de la production mais touchant la plus grande part des zones rurales, est plus extensive, centrée sur les productions qui ont façonné les territoires ruraux et en régression marquée. Mais, plus encore que deux types d’agriculture, ce sont deux types d’espace qui vont naître de cette mutation : des espaces d’expansion-intensification agricole et des espaces de déprise agricole (Figure 2.8).

Figure 2.8 : Les espaces d’expansion-intensifïcation agricole. (Réalisation : J. Ruiz et G. Domon, 2005)

  • 24 Soucy-Gonthier, N. et al., « Détection de l’évolution des superficies forestières en Montérégie en (...)

29Les espaces d’expansion-intensification agricole sont situés essentiellement dans les basses terres de la Montérégie et de Lanaudière, ainsi que sur de plus faibles étendues dans le Centre-du-Québec, en Mauricie et en Chaudière-Appalaches. L’agriculture y est en expansion ou se maintient ; les terres mises en valeur par l’agriculture augmentent, entraînant la disparition des milieux humides ainsi que la fragmentation, voire l’arasement des secteurs boisés. Ces derniers subissent des coupes intenses depuis quelques années, ce qui entraîne des pertes qui se sont avérées considérables dans certains territoires. Par exemple un peu moins de 15 % de la superficie de la MRC des Maskoutains (Montérégie) étaient encore boisés en 200224. C’est donc une tendance à l'uniformisation de l’occupation des sols qui caractérise ces régions. Mais, plus encore, cette expansion agricole se double d’une intensification dans l’usage des terres qui se traduit par la disparition quasi totale des pâturages et la croissance des cultures intensives et des élevages hors sol. En considérant les types de cultures qui occupent ces terres, deux sous-espaces s’y distinguent. Le premier, caractérisé par un processus d'expansion-intensification marquée caractérise les basses-terres de la Montérégie et de Lanaudière jusqu’à Nicolet. H se démarque par la prédominance des cultures intensives, maïs-grain et soya principalement ; une prédominance qui s’est imposée au détriment des cultures plus extensives (foin et avoine). Le second se caractérise par un processus d'expansion-intensification modérée. Ici, les cultures fourragères sont encore largement présentes, tout comme la production laitière qui coexiste alors avec l’essor nouveau des cultures intensives et des élevages porcins. C’est l’ensemble des terres marquées par un processus d’expansion-intensification qui correspond aux zones d’intensification agricole dont il est question dans ce texte.

  • 25 Le présent texte portant sur les zones d’intensification agricole, le portrait des espaces en régr (...)

30Le deuxième type d’espace présente des tendances opposées aux précédentes. Il est marqué par un déclin de l’agriculture qui se traduit par l’abandon des terres et la disparition d’un nombre important de fermes. L’extension de la friche constitue la principale transformation. Là où l’agriculture s’est maintenue, des cultures plus extensives comme celle du foin dominent. Cela dit, le portrait exact s’avère plus complexe ; certains secteurs (sud-ouest de l’Estrie, Charlevoix) ayant connu un développement considérable des productions animales hors sol. Dans ces espaces, la régression des superficies peut parfois être associée à différentes caractéristiques d’usage, que se soit de l’intensification ponctuelle, de l’extensification ou du déclin généralisé25.

31Les mutations récentes de l’agriculture auront ainsi privilégié certaines portions des basses terres. Dans ces espaces, c’est tout à la fois les phénomènes de concentration, de spécialisation et d’intensification qui auront tous agi sur les territoires. Plus encore, ces tendances ne cessent de se poursuivre et continuent de transformer la physionomie des territoires.

L’ÉVOLUTION FINE DES ZONES D’INTENSIFICATION AGRICOLE

  • 26 Ruiz, J. et G. Domon, « L’évolution du paysage du bassin versant du ruisseau des Aulnages (1950-20 (...)

32Les nombreuses variables décrivant les changements de l’utilisation des terres agissent comme autant d’indicateurs de l’ampleur des transformations dans la physionomie des territoires. L’intensification des pratiques agricoles, la modernisation et la mécanisation des systèmes de production ont conduit à une plus grande uniformisation et à une plus grande homogénéisation des territoires au sein des espaces d’intensification agricole. Après avoir succinctement décrit ces principaux changements, on propose ici une illustration concrète de leur nature à partir d’un bassin versant du sud du Québec actuellement en cours d’étude26.

Des territoires rationalisés pour la production

33L’utilisation maximale des terres en fonction du type d’exploitation, la simplification des structures du territoire, la maîtrise de plus en plus grande du milieu naturel et la standardisation des bâtiments constituent les quatre principales tendances marquant à un niveau plus fin les territoires façonnés par l’agriculture intensive.

Une utilisation maximale des terres

34Si les données générales d’évolution présentées dans les sections précédentes ont montré une tendance lourde à l’uniformisation dans l’utilisation et l’occupation des terres, celle-ci se manifeste également à l’échelle de la ferme. Le système de rotation des cultures caractéristique des exploitations de polyculture-élevage (céréales-foin-pâturages) qui s’étendait habituellement sur sept ans y a effectivement totalement disparu. Avec la spécialisation des fermes, l’ensemble du système d’exploitation est orienté vers un nombre de productions restreint et la totalité des terres possédées est utilisée de manière maximale en fonction de cette spécialisation. La diversité des cultures produites sur une même ferme qui servaient à limiter les risques naturels et commerciaux a donc laissé place à un nombre limité de cultures. Sur un plan plus fin encore, les potagers, vergers et dépressions humides ont largement disparus pour être mis en culture.

La simplification des structures du territoire

35Ces phénomènes se sont également doublés d’une simplification des structures et des formes du territoire. Les secteurs boisés aux contours de plus en plus rectilignes sont un des signes de cette rationalisation du territoire à des fins de cultures intensives. Mais la transformation la plus marquante réside dans l’agrandissement considérable des parcelles et la restructuration complète des structures des territoires qui lui est associée. Au Québec, le découpage cadastral avait déjà mis en place des parcelles rectangulaires. La forme était donc généralement bien adaptée aux méthodes modernes de production ; c’est essentiellement leur taille qui a considérablement augmenté. Avec cet agrandissement, bon nombre de structures linéaires et ponctuelles ont disparu. Les fossés, les clôtures, les haies et les arbres isolés qui dessinaient et ponctuaient les champs ont été comblés, enlevés ou arasés ; laissant place à une grande plaine céréalière uniforme (Figure 2.9).

La maîtrise du milieu naturel

  • 27 Domon, G., « Du déterminisme écologique à la gestion du paysage. Fondements, visées et contributio (...)
  • 28 Domon, G., « La transformation du contexte d’exploitation et l’avenir des paysages agroforestiers (...)
  • 29 Beaulieu, R., « Historique des travaux de drainage au Québec et état du réseau hydrographique », Q (...)

36Pour une meilleure productivité, l’agriculture moderne a peu à peu maîtrisé et remodelé le milieu naturel. C’est autour de l’eau que se retrouvent les modifications les plus considérables avec notamment le drainage souterrain, le redressement des cours d’eau et l’assèchement des zones humides. Les travaux de drainage au Québec se sont considérablement accrus dans les années 197027. Ils se sont majoritairement attachés à favoriser l’égouttement des terres à la fonte des neiges pour permettre un ensemencement hâtif des cultures. Ils auront « conduit à une atténuation sensible des micro-variations et à la mise en place d’une immense plaine uniforme et modérément bien drainée28 ». Les cours d’eau ont été redressés et creusés pour supporter les débits des drains souterrains et leur densité a augmenté de façon significative. Beaulieu29 notait qu’en 1990 les travaux dans les cours d’eau et les travaux de drainage souterrain avaient favorisé la mise en culture d’une superficie de 1 770 000 ha. Selon la même étude, en Montérégie, la densité du réseau hydrographique est passée d’une moyenne de 1 km/km2 à une densité allant de 1,7 à 2,1 km/km2 pour certaines zones cultivées de façon intensive. Ces travaux, toujours en cours, ont largement contribué au développement des cultures céréalières intensives et à l’artificialisation des milieux naturels.

Figure 2.9 : Les basses terres de la Montérégie. (Source : J. Ruiz et G. Domon)

La standardisation des bâtiments agricoles

37La modernisation a également conduit à l’abandon d’un nombre significatif de bâtiments traditionnels. De nombreux bâtiments connexes (poulaillers, porcheries, laiteries, etc.) qui accompagnaient la production principale ont perdu leur utilité et disparu. Cette diminution de la diversité des bâtiments s’est accompagnée de la disparition des modèles régionaux et d’une standardisation des bâtiments agricoles selon le type de production (Figure 2.10). Pour un type de production donné (ex. : production porcine), les mêmes structures d’entreposage et les mêmes bâtiment, s’implantent partout ; participant d’autant à l’uniformisation des territoires.

Figure 2.10 : La standardisation des bâtiments selon le type de production. 1-les silos pour le stockage des récoltes avec en avant-plan un ancien cribe à maïs ; 2-bâtiments d’élevage porcin ; 3-bâtiments d’élevage avicole. (Source : J. Ruiz et G. Domon)

Le bassin versant du ruisseau des Aulnages : étude de cas

38Afin d’illustrer plus précisément l’ampleur et la vitesse des transformations des territoires en zone d’intensification agricole, ce qui suit présente quelques éléments d’une étude récente menée dans le bassin versant du ruisseau des Aulnages. Situé au sud de Saint-Hyacinthe, ce bassin (30 km2) est représentatif des territoires caractérisés par une intensification marquée de leur agriculture. Ainsi, la culture du foin et les pâturages alliés à la production laitière qui étaient largement dominants dans les années 1950 ont laissé place aux cultures céréalières intensives et aux productions porcines hors sol. En 2000, plus de 84 % du territoire était cultivé et 86 % des champs étaient couverts par le maïs et le soya.

  • 30 Des observations similaires ont été relevées dans le Haut-Saint-Laurent : Schmucki, R. et al., « S (...)

39La conversion des fermes à une agriculture intensive et les changements dans les pratiques sont à l’origine des principales transformations des structures du territoire (Figure 2.11). Les modifications du parcellaire agricole constituent une des transformations les plus significatives. De 1100 parcelles en 1950, il n’en restait plus que 390 en 2004. Leur taille moyenne est ainsi passée de 2,4 ha à 6,5 ha et plus d’une centaine d’entre elles ont une superficie de plus de 10 ha. Cet agrandissement des parcelles a notamment conduit à la quasi-disparition des haies vers la fin des années 1970. Depuis, certaines se sont multipliées dans les espaces non cultivés (le long des lignes de propriété, en bordure des champs et dans les fossés de drainage) et sont tolérées tant qu’elles n’entravent pas les travaux agricoles30.

Évoliution d’une portion de rang agricole dans la région de Saint-Hyacinthe (bassin versant du ruisseau-des-Aulnages).
De 1950 à 2000, l’agrandissement des parcellesn la disparition des arbres isolés, d’un boisé et de nombreuses haies constituent les principales transformations des structures du paysage. Le bati a également subi d’importantes modifications : disposition de certaines fermes et de bâtiments isolés, agrandissement des fermes restantes.

Figure 2.11 : Un territoire agricole que se simplifie. (Réalisation : J. Ruiz, 2005)

40Quant aux nombreux arbres isolés qui ponctuaient les terres et les bordures de routes, leur disparition a été quasi totale à la suite du passage à la culture céréalière et des effets de la maladie de l’orme. C’est ainsi que plus de 400 arbres isolés ont disparu au cours des cinquante dernières années. Quant au ruisseau, son redressement aura été à l’origine de la perte de plus d’un kilomètre de méandres. À l’exception de son embouchure, il est aujourd’hui essentiellement rectiligne. Tandis que ses affluents naturels s’étendaient auparavant dans les pâturages, ils sont rapidement devenus des obstacles à la production des cultures. Remblayés pour l’obtention d’une parcelle rectangulaire et uniforme, permettant aux machines agricoles de circuler plus aisément, ils ont été remplacés par les fossés bordant les champs ; c’est ainsi que tout l’écoulement naturel des eaux s’est trouvé modifié pour répondre aux exigences des nouvelles pratiques culturales.

  • 31 Ambroise, R., F. Bonneaud et V. Brunet-Vinck, Agriculteurs et paysages, dix exemples de projets de (...)

41L’intensification et l’uniformisation de l’occupation des sols se sont donc associées à une perte de l’hétérogénéité et de la diversité des structures du territoire. Guidés par les logiques technico-économiques des exploitations, ces territoires sont caractérisés par des formes de plus en plus rectilignes et contrôlées. Ce n’est là que le résultat d’une modernisation agricole fondée sur les concepts de spécialisation, de concentration et d’intensification31. Cette modernisation se trouve aujourd’hui au cœur de nombreux débats et de nombreux enjeux au sein desquels le paysage est en voie de jouer un rôle central.

LE PAYSAGE EN ZONES D'INTENSIFICATION AGRICOLE

  • 32 Montpetit, C., P. Poullaouec-Gonidec et G. Saumier, « Paysage et cadre de vie au Québec : réflexio (...)
  • 33 Paquette, S. et G. Domon, « Le paysage comme agent de recomposition des communautés rurales du sud (...)

42Au sein des espaces d’intensification agricole on en est ainsi arrivé à une situation où une minorité d’agriculteurs gère un maximum d’espace, en fonction toutefois de leur finalité unique. Or, ces territoires sont aujourd’hui exposés à la fois aux profonds changements des zones rurales et à une évolution des rapports des individus aux territoires. Cette évolution a fait de la question du paysage un enjeu de société au Québec32 et un enjeu majeur des dynamiques rurales actuelles33. Afin de bien comprendre la nature des enjeux de paysage au sein des espaces étudiés, il convient de cerner le contexte social dans lequel s’inscrivent les transformations du territoire relevées précédemment.

Vers un territoire multifonctionnel

  • 34 Dugas, C., « L’espace rural québécois », dans Carrier, M. et S. Côté (dir.), Gouvernance et territ (...)
  • 35 Donadieu, P., Campagnes urbaines, Arles, Actes Sud/École nationale supérieure du paysage, 1998. À (...)

43Au cours des dernières décennies, les zones rurales ont connu des restructurations majeures sur le plan sociodémographique34. Si l’espace rural a longtemps été essentiellement un espace agricole, le premier s’est peu à peu dissocié du second tout en entrant dans la « mouvance urbaine35 ». L’espace rural n’est aujourd’hui plus simplement un lieu de production et ne peut plus être perçu uniquement comme tel.

La campagne, cadre de vie et lieu d’aménités

  • 36 Perrier-Cornet, P. et B. Hervieu, « Les transformations des campagnes françaises : une vue d’ensem (...)

44Comme le révèlent les recensements, après d’intenses périodes d’exode, les effectifs ruraux se sont stabilisés à compter de 1971 pour représenter quelque 20 % de la population totale. Mais, dans le même temps, le poids démographique des agriculteurs n’a cessé de diminuer. Alors qu’ils constituaient 58 % de la population rurale en 1951, ils ne représentaient plus que 6 % de ces mêmes effectifs au début des années 2000 ; soit 1,6 % de la population totale. Le rural n’est donc plus seulement agricole, il devient également cadre de vie pour une part croissante de la population, mais également heu de promenade, de récréation et de vacances pour ceux qui ne l’habitent pas36. Dans ce contexte, seule une faible fraction de la population entretient encore des rapports directs de production avec son territoire.

Les représentations du rural

  • 37 Roy, L., S. Paquette et G. Domon, « La campagne des néoruraux : motifs de migration, territoires v (...)
  • 38 Hervieu, B. et J. Viard, Au bonheur des campagnes, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001.
  • 39 Perrier-Cornet 2002 ; Roy 2005 ; Halfacree, K. et P. Boyle, « Migration, Rurality and the Post-pro (...)
  • 40 Luginbühl, Y., « Le paysage rural. La couleur de l’agricole, la saveur de l’agricole, mais que res (...)
  • 41 Paquette 2003 ; Roy 2005.
  • 42 Perrier-Cornet 2002.

45Investi de nouvelles valeurs ou de valeurs anciennes mises au goût du jour, le milieu rural se recompose non seulement sur le plan sociodémographique mais également sur le plan des représentations37. Après avoir été longtemps synonyme de désuétude et d’absence de modernité, la campagne attire de nouveau. Cette nouvelle « mise en désir », pour reprendre les termes d’Hervieu et Viard38, s’expliquerait tout à la fois par une certaine idéalisation de l’espace rural, par la réactivation de stéréotypes ancrés dans le passé et par une certaine idée de la nature. La campagne serait ainsi avant tout perçue comme un « refuge apaisé », havre de paix et de repos, procurant aménités et agréments esthétiques39. En analysant les représentations picturales de l’espace rural en Europe, Luginbühl40 a également montré que les représentations de la campagne s’accompagnaient généralement soit de la disparition des formes agricoles, soit encore de leur idéalisation. Une mise à l’écart des formes modernes de l’agriculture de même que la valorisation de ses formes archaïques caractériseraient donc les représentations modernes de la campagne. On assisterait ainsi à une mise en paysage de l’espace rural, particulièrement chez ceux qui ne travaillent pas la terre. Au Québec41 comme ailleurs42, cette représentation de la campagne en tant que cadre de vie et espace de nature ressort comme une des forces majeures qui guident les dynamiques rurales contemporaines.

  • 43 Montpetit 2002.

46Ainsi, l’espace rural change de sens et n’est plus associé à une qualité de vie médiocre et à des pratiques de survivance comme au temps des épisodes d’exode rural. Ces perceptions se sont également enrichies de nouvelles dimensions. Au contenu désormais pluriel, elles ne réfèrent plus uniquement à des modèles d’exploitation des ressources. Elles prennent également appui sur les préoccupations globales de la société, sur des idéaux environnementaux et sociaux43. Aussi, si ces nouveaux rapports au territoire et cette évolution du regard accordent une place centrale au paysage, ils en modifient tout autant leur appréciation.

Un territoire support d’usages et de regards multiples

  • 44 Bureau d’audiences publiques sur l’Environnement, « Consultation publique sur le développement dur (...)
  • 45 Brandt, J. et H. Vejre, « Multifunctional Landscapes – Motives, Concepts and Perspectives », dans (...)

47Le récent rapport du BAPE sur le développement durable de la production porcine au Québec concluait que « l’ensemble des préoccupations exprimées par les participants touche, de près ou de loin, à la question d’une qualité de vie fiée à l’intégrité du milieu rural dans ses dimensions naturelle, économique, sociale et culturelle44 ». Dans ce contexte, le territoire ne peut plus être dévolu qu’à la seule production de biens alimentaires. Sa finalité doit être multiple ; il doit devenir multifonctionnel. Ce qui signifie, assurer d’autres fonctions (résidentielles, environnementales, culturelles, d’aménités, etc.) et être apte à supporter les valeurs des différents segments de la population, et ce, à la fois dans l’espace et dans le temps45.

48Mais l’expérience réelle du rural ne concorde pas toujours avec ces nouvelles attentes. Cet écart se reflète notamment à travers les tensions entre agriculteurs et nouveaux migrants mécontents du spectacle, des bruits et des odeurs de la campagne. Les conflits et les débats qui ont récemment émergé sur les problèmes d’exploitation des ressources, agricoles ou forestières, témoignent de ce décalage entre des activités qui bouleversent sensiblement les caractéristiques du territoire et une population qui tient davantage à son cadre de vie. En zone d’intensification agricole, ce décalage est particulièrement marqué.

Les enjeux en zone d’intensification agricole

  • 46 Boutin, D. et G. Debailleul, « Quel type d’agriculture faut-il privilégier pour la ruralité québéc (...)

49Comme on l’a noté dans ce qui précède, ces territoires sont caractérisés par une tendance forte vers l’uniformisation et l’homogénéisation. Avec la perte des différents éléments du territoire, ce sont les fonctions écologiques qu’ils remplissaient, leur contribution sur le plan identitaire et les valeurs historiques qu’ils représentaient qui se retrouvent perdues ; des pertes qui suscitent des inquiétudes grandissantes. Dans les zones d’agriculture intensive, l’espace se trouve ainsi réduit à un usage unique de production agricole. Plus encore, il perd progressivement les atouts qui lui permettraient d’accueillir des usages multiples. Ces espaces font également face à des problèmes inhérents à un type d’agriculture qui s’est affranchie des contraintes du milieu naturel et qui a peu à peu perdu son lien au sol. Les problèmes de pollution des eaux, d’érosion des sols, d’utilisation d’engrais et de pesticides, mais également ceux qui touchent la gestion des fumiers et les lisiers sont, là plus qu’ailleurs, devenus des enjeux majeurs. Cette dégradation environnementale met en péril les fonctions de ces espaces et contribue à limiter leurs capacités de les accueillir. Et plus que d’une rupture avec l’environnement, il s’agit d’une rupture avec le milieu rural et la perte des liens de proximité qui caractérisent l’agriculture de ces espaces46.

  • 47 Toublanc, M., Paysages en herbe, le paysage et la formation à l’agriculture durable, Dijon, Éducag (...)

50C’est également le caractère des paysages qui aura été considérablement et rapidement transformé. Avec l’agrandissement des parcelles, la simplification des structures du territoire et l’homogénéisation des pratiques, ces transformations se sont traduites par un changement de perception des paysages. Même si, sur le strict plan esthétique, ils peuvent présenter un intérêt certain, ils sont néanmoins perçus négativement et dévalorisés, puisque les systèmes de production qui les façonnent génèrent des problèmes de pollution, d’érosion, de perte de biodiversité et de cohabitation entre les différents segments de la population. A titre d’exemple, si les vastes plaines céréalières peuvent être appréciées pour leur immensité, leur lumière, leur couleurs et leur régularité, elles demeurent pour la plupart peu attrayantes puisqu’elles symbolisent une agriculture « industrielle » qui, parmi tant d’autres choses, a perdu son lien avec l’environnement, contamine les puits d’eau potable et appauvrit la biodiversité. Au-delà de la qualité plastique se pose donc la question du fonctionnement social et environnemental des systèmes de production47. En définitive, ces territoires ont peu à peu perdu les attraits nécessaires au support des représentations contemporaines du rural et des regards désormais pluriels qu’on leur porte.

  • 48 Pour une présentation détaillée des bases conceptuelles de cette dissociation, on pourra se référe (...)
  • 49 Baudry, J. et C. Laurent, « Paysages ruraux et activités agricoles », Le Courrier de l’environneme (...)

51À l’intérieur de ces espaces, une dissociation croissante s’établit ainsi entre la réalité matérielle du paysage et les usages et les valeurs des différents segments de la population48. Comment alors en arriver à faire cohabiter ces usages et ces valeurs multiples ? Comment également faire en sorte que la dynamique du territoire puisse répondre aux attentes des différents segments de la population ? La réponse à ces questions passe sans doute par la reconnaissance d’une double réalité. D’abord, la reconnaissance du fait que les paysages agricoles sont le résultat de phénomènes multiples et complexes qui font qu’il nous sera toujours impossible de maîtriser totalement leur production et l’ensemble des pratiques qui les façonnent. Reconnaissance ensuite qu’il ne s’agit pas de réduire le paysage agricole à une image révolue que l’agriculteur aurait la charge de perpétuer, ou encore de pérenniser ou de restaurer d’anciennes pratiques agricoles49. Il s’agit plutôt de chercher à requalifier ces territoires et ce, par deux voies complémentaires et indissociables. La première passe par une action sur la matérialité des paysages, c’est-à-dire sur les territoires et les pratiques qui les façonnent. La seconde par une actualisation de la représentation de la campagne.

Requalifier le territoire

  • 50 Naveh, Z., « Ten Major Premises for a Holistic Conception of Multifunctional Landscapes », Landsca (...)

52S’il est impossible de prédire l’avenir des paysages, il semble possible d’aider à façonner leur futur50, c’est-à-dire de définir une gamme de configurations aptes à créer ou à maintenir les éléments que la société valorise ; une gamme de configurations qui permettent également de conserver ou de restaurer les potentialités des territoires à évoluer dans d’autres directions. Au sein de ces espaces d’intensification agricole, l’agriculture est un élément majeur de l’organisation et de la structuration des territoires. Mais la manière et les conditions dans lesquelles l’agriculture peut contribuer à cette production de paysage ne vont pas de soi. S’il s’agit de changer les pratiques, une réflexion doit être menée sur la manière d’y intégrer cette dimension paysagère pour qu’elle devienne à la fois un atout pour la production et qu’elle participe à la requalification des territoires.

53Si le Québec s’est engagé dans ce processus de requalification territoriale, c’est d’abord et avant tout en privilégiant la dimension environnementale. Comme dans la majorité des pays industrialisés, de nombreuses normes environnementales ont ainsi été mises de l’avant au cours de la dernière décennie. Certaines initiatives, comme celle portant sur la gestion par bassin versant, vont plus loin mais elles restent encore ponctuelles et la grande majorité des efforts reste axée sur des innovations technologiques.

  • 51 Debailleul 1998.

54Or, même si la dimension environnementale influence largement l’appréciation des territoires, l’agriculture peut-elle véritablement se limiter à la prise en compte de cette seule dimension ? À l’évidence, un territoire possédant une riche biodiversité et faisant l’objet de pratiques écologiques participe effectivement à des valorisations positives. Mais la diversité des rapports au territoire (rapports d’ordre récréatif, ludique, culturel) force à questionner la portée réelle d’une requalification des territoires d’agriculture intensive axée sur la seule dimension environnementale. Sur ce point, l’exemple de l’industrie porcine est éloquent. Même si des efforts ont été faits dans le sens d’une gestion plus efficace des effluents et des odeurs, cette production a toujours une connotation négative entre autres parce qu’elle est fortement associée à une certaine déstructuration des territoires. L’aspect des bâtiments où est concentré le cheptel, les fosses à lisiers en béton, les terres dénudées au printemps, la présence d’immenses parcelles de maïs qui ferment les vues le long des routes dès l’été, ne correspondent pas véritablement à l’idée d’une agriculture en harmonie avec la nature ; une des dimensions fortes des valorisations contemporaines. De fait, si les efforts consentis soulèvent toujours des doutes quant à leur capacité d’intégrer véritablement la dimension environnementale51, ils ne prennent aucunement en compte les dimensions identitaire, culturelle et expérientielle indissociables d’une requalification véritable de ces paysages.

Requalifier les représentations du rural

  • 52 Nassauer, J. I. et R. Westmacott, « Progressiveness Among Farmers as a Factor in Heterogeneity of (...)

55La seconde voie passe par un infléchissement des perceptions des individus, tant auprès des agriculteurs engagés dans la productivité croissante qu’auprès des autres segments de la population. Le modèle agricole productiviste aura véhiculé une certaine image du territoire chez les agriculteurs. Des études menées en Angleterre et aux États-Unis ont ainsi montré que les agriculteurs se préoccupent de leur image à travers l’apparence de leurs champs et de leur exploitation52. La taille des champs, leur propreté, l'uniformisation des cultures, l’accord entre les pratiques et les qualités agronomiques des sols constituent autant de facteurs qui participent à une valorisation positive. Pour les agriculteurs, la campagne serait ainsi avant tout un lieu de production ; la valeur paysagère des lieux étant mesurée sur cette base. Dans un tel modèle, la prise en compte de nouvelles dimensions environnementales ou paysagères dans les pratiques est ainsi le plus souvent perçue comme une contrainte pour la production. À titre d’exemple, si on sait aujourd’hui que les haies permettent d’augmenter les rendements en protégeant les cultures tout en favorisant une plus grande biodiversité et en limitant l’érosion, elles demeurent largement perçues comme des obstacles. Une actualisation des représentations que le monde agricole se fait du territoire, actualisation qui passe par la reconnaissance des différentes fonctions de ce territoire (cadre de vie, réserve de patrimoine culturel, de biodiversité, etc.), s’avère dès lors nécessaire.

  • 53 Paquette 1999.

56Par ailleurs, les espaces d’intensification agricole se trouvent confrontés à des représentations du rural pour la plupart ancrées dans le passé. En effet, si la perception négative de ces espaces par une part croissante de la population n’est pas étrangère à la montée des préoccupations environnementales et patrimoniales, l’idée du rural champêtre et bucolique se mêle également à ces regards portés sur l’espace. Or, l’agriculture des années 1950 a disparu et, avec elle, les paysages qu’elle produisait. Le décalage entre la réalité et l’image que la population se fait de la campagne est alors d’autant plus grand dans les espaces d’intensification agricole. En ce sens, c’est également une actualisation de ces représentations du rural et de l’image de l’agriculture qui s’impose. En effet, tout comme l’agriculture, la campagne est aujourd’hui multiple et les zones rurales tendent à se différencier53. La campagne des espaces d’intensification agricole ne peut plus être interprétée par une image bucolique et champêtre ; il devient nécessaire d’actualiser l’image de cette campagne moderne.

Le paysage, enjeu et atout pour l’agriculture

  • 54 Parent, D., « D’une agriculture productiviste en rupture avec le territoire à une agriculture dura (...)

57Face aux nouvelles exigences de la société pour un cadre de vie de qualité, pour de nouveaux usages des territoires ruraux, l’agriculture est interpellée dans son rôle de gestionnaire de l’espace rural et des paysages. L’expression visuelle de l’agriculture et l’expérience que procurent les paysages qu’elle façonne jouent en effet un rôle majeur dans les dynamiques rurales actuelles ; elles deviennent en ce sens des dimensions incontournables de l’activité agricole. Plus encore, le paysage constitue la porte d’entrée par laquelle le public apprécie les pratiques agricoles modernes et la qualité des aliments produits. On demande alors à l’agriculture, par exemple à travers la notion de multifonctionnalité, de participer à cette évolution ou du moins de ne pas s’y opposer54. Posée en ces termes, la question du paysage apparaît comme un nouvel enjeu pour l’agriculture, au même titre que l’environnement. Mais elle peut également constituer un atout.

  • 55 Deffontaines, J. P., « Le diagnostic paysager en agriculture », Aménagement et Nature, vol. 141, 2 (...)
  • 56 Deffontaines 2001.

58Les travaux de Deffontaines, d’Ambroise et al. et de Toublanc ont permis de mettre en lumière le rôle du paysage en agriculture55. Il constitue, de par sa réalité matérielle, visible, un outil pour mieux faire comprendre les liens que l’agriculture entretient avec son territoire, soit « un révélateur du fonctionnement territorial de l’agriculture56 ». Le paysage constitue également un atout pour améliorer les systèmes de production et notamment pour y intégrer les dimensions visuelles et expérientielles que les différentes pratiques agricoles sont susceptibles de générer. Enfin, le paysage constitue un outil pour améliorer l’image de l’agriculture et redonner ainsi confiance aux agriculteurs. En tant qu’acteur des communautés et facteur de leurs dynamiques, il doit être mis en valeur.

***

59Si ce n’était pas là son projet premier, l'agriculture aura joué un rôle majeur dans la dynamique des paysages. À l’échelle de la province tout d’abord, les mutations du secteur agricole auront contribué à générer une différenciation croissante entre des espaces aux tendances divergentes : les uns marqués par la déprise, et les autres, situés dans certaines portions des basses terres de la province, caractérisés par une intensification agricole. Dans ce deuxième type d’espace, l’expansion des terres en culture aura créé des territoires presque essentiellement dédiés à la production agricole. Plus encore, ces territoires auront été le lieu privilégié de la modernisation et de l’intensification des pratiques. Bouleversant également les structures et le caractère des paysages, les impacts de cette mutation agricole auront été considérables à une échelle plus fine.

60Si ce modèle productiviste en agriculture montrait déjà ses premiers signes d’essoufflement au cours des années 1980, il continue néanmoins de façonner les paysages. Marqués par des tendances lourdes vers l’uniformisation et l’homogénéisation, ces paysages se retrouvent aujourd’hui exposés aux nouveaux usages et aux nouveaux regards d’une société qui tient de plus en plus à la qualité de son cadre de vie.

61Face à une population agricole qui ne cesse de perdre ses effectifs, une dissociation croissante s’opère ainsi entre la dynamique des territoires, réalité visible du paysage, et celle des usages et des valeurs des différents segments de la population.

62Dans ces territoires, les enjeux de paysage sont ceux de la création d’un nouveau cadre de vie qui passe par une véritable requalification des paysages, soit autant dans sa réalité matérielle que dans les représentations que l’on s’en fait. Ces enjeux font appel à une meilleure compréhension des pratiques de gestion des territoires par les agriculteurs. Mais ils font appel également à une connaissance plus fine des attentes et des perceptions des différents segments de la population ainsi qu’à une mise en relation entre ces deux types de connaissances.

63Mais le monde agricole doit également reconnaître qu’il n’est plus seul à avoir des activités dans les zones rurales et tenir compte des usages et des regards qui se posent sur les territoires et sur ses pratiques. Il se doit alors de relever le défi qualitatif qui lui est posé en termes d’environnement et de paysage. Porte d’entrée par laquelle le public apprécie les pratiques agricoles modernes et la qualité des aliments produits, le paysage est devenu un enjeu incontournable de l’agriculture moderne. Plus encore, il pourrait s’avérer être un atout pour l’agriculture si elle relève ce défi. Mais les paysages façonnés par l’agriculture intensive sont aujourd’hui loin de l’idée du paysage champêtre et bucolique qui attire de nouvelles populations et il ne s’agit aucunement de chercher à reproduire ces représentations de la campagne ancrées dans le passé. En définitive, l’image de ces territoires façonnés par l’agriculture intensive demeure à inventer...

Annexes

Annexe

Principales caractéristiques de l’évolution de l’agriculture au Québec 1951-2001
(Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture, Données agricoles chronologique – Canada et provinces, 2004).

Principales caractéristiques de l’évolution de l’agriculture au Québec 1951-2001(Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture, Données agricoles chronologique – Canada et provinces, 2004).

1. Les terres mise en valeur par l’agricultur contiennent les jachères, les terres en cuture et les pâturages artificiels ou ensemencés
2. Les « autres terres » désignent tous les autres tupes de terres présentent sur une ferme (boisés, marécages, chemin, etc.). Dans le recensement agricole de 1951 cette catégorie comprenait également lea terres ) pacage et en 2001 elle inclut les superficies en arbres de Noël.

Notes

1 De nombreux sondages ont relevé ce phénomène comme par exemple l’enquête du Crédoc en France sur Les Français et l'espace rural citée dans Perrier-Cornet, P. (dir.), Repenser les campagnes, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube/Datar, 2002, 280 p.

2 Domon, G., G. Beaudet et M. Joly, Évolution du territoire laurentidien, caractérisation et gestion des paysages, Montréal, Isabelle Quentin Éditeur, 2000,138 p.

3 Dugas, C., L’espace rural canadien, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 1995.

4 Morisset, M., L’agriculture familiale au Québec, Paris, Édition L’Harmattan, 1987. À l’avenir, Morisset 1987.

5 Jean, B., Territoires d’avenir. Pour une sociologie de la ruralité, Québec, Presses de l’Université du Québec, 1997. À l’avenir, Jean 1997.

6 Debailleul, G., « Le processus d’intensification de l’agriculture québécoise et ses impacts environnementaux : une rétrospective à méditer », Vecteur environnement, vol. 31, no 2, 1998, p. 49-54. À l’avenir, Debailleul 1998.

7 Domon, G., A. Bouchard et M. Gariépy, « The Dynamics of the Forest Landscape of Haut-Saint-Laurent (Québec, Canada) : Interactions Between Biophysical Factors, Perceptions and Policy », Landscape and Urban Planning, vol. 25, 1993, p. 53-74. Bouchard, A. et G. Domon,» The Transformations of the Natural Landscapes of the Haut-Saint-Laurent (Québec) and their Implications on Future Resource Management », Landscape and Urban Planning, vol. 37, 1997, p. 99-107. Domon, G. et A. Bouchard, « The History of Godmanchester’s Landscapes (Quebec, Canada) : Two Centuries of Shifting Relations Between Anthropic and Biophysical Factors », 2005.

8 Les données du recensement agricole de 1951, pour chacune des municipalités du Québec, ont tout d’abord été rattachées à la géographie du recensement de 1956 (la géographie du recensement de 1951 n’étant pas disponible). Par la suite, les découpages des municipalités de 1931 ont été comparés aux subdivisions de recensement unifiées du recensement de 2001. Des regroupements ont alors dû être effectués, d’une part, pour tenir compte de l’évolution des limites administratives et, d’autre part, des données protégées pour des raisons de confidentialité. Au total, les analyses sont ainsi menées sur plus de 605 entités cartographiques. Ainsi, même si, dans le texte, nous parlerons de « municipalités » pour plus de clarté, ce terme pourra également désigner un regroupement de municipalités. L’analyse spatiale a été réalisée avec l’aide d’un système d’information géographique (MapInfo Professional version 7.8). Par ailleurs, la désignation des différentes régions du Québec dans le texte fait référence au découpage des régions administratives actuellement en vigueur à laquelle nous avons ajouté Charlevoix pour plus de précisions. Enfin, lorsque nous désignons les « basses terres », nous faisons référence à la province naturelle telle qu’elle est définie dans le Cadre écologique de référence du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.

9 Debailleul 1998 ; Bowler, I. R. et B. W. Ilbery, « Agricultural Landuse and Landscape Change under the Post-productivist Transition – Examples from the United Kingdom », dans Land-use Changes and Their Environmental Impact in Rural Areas in Europe, Krönert, R. et al. (dir.), Paris, UNESCO et The Parthenon Publishing Group, 1999, p. 121-139.

10 Ilbery, B. et I. Bowler, « From agricultural productivism to post-productivism », dans Ilbery, B. (dir.), The Geography of Rural Change, Essex, Longman, 1998, p. 57-84.

11 Morisset 1987.

12 Debailleul 1998 ; Parent, D., « D’une agriculture productiviste en rupture avec le territoire à une agriculture durable complice du milieu rural », Téoros, vol. 20, no 2, 2001, p. 22-25.

13 Un tableau regroupant les principales statistiques sur l’évolution de l’agriculture est présenté en annexe de ce chapitre.

14 Morisset 1987.

15 Les calculs ont été effectués sur la base de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, telle qu’elle est définie par Statistique Canada pour le recensement de 2001. Elle comprend Montréal et ses municipalités voisines.

16 Morisset 1987 ; Courville, S., Le Québec : genèses et mutations du territoire, synthèse de géographie historique, Québec, Les presses de l’Université Laval et L’Harmattan, 2000, 508 p.

17 On fait ici référence aux pâturages artificiels et ensemencés.

18 Les cultures fourragères désignent ici les cultures de luzerne, d’autres foins cultivés et d’autres cultures fourragères.

19 Morisset 1987.

20 Données provenant de l’Annuaire statistique du Québec 1951 citées à lap. 128 dans Perron, N., « Genèse des activités laitières 1850-1960 », dans Séguin, N. (dir.), Agriculture et colonisation au Québec, aspects historiques, Montréal, Boréal Express, 1980, p. 113-140.

21 Statistique Canada, recensement de l’Agriculture 2001.

22 Bureau d’audiences publiques sur l’Environnement, « Consultation publique sur le développement durable de la production porcine au Québec, volume 1 – L’état de la situation de le production porcine au Québec, rapport d’enquête et d’audience publique 179 », Québec, Gouvernement du Québec, 2003, 245 p.

23 Morisset 1987.

24 Soucy-Gonthier, N. et al., « Détection de l’évolution des superficies forestières en Montérégie entre juin 1999 et août 2002 à partir d’images satellitaires Landsat TM », rapport présenté à l’Agence forestière de la Montérégie (AFM), Faculté de géographie, Université de Montréal, 2003, 31 p.

25 Le présent texte portant sur les zones d’intensification agricole, le portrait des espaces en régression pourra être précisé et spatialisé dans une étude ultérieure.

26 Ruiz, J. et G. Domon, « L’évolution du paysage du bassin versant du ruisseau des Aulnages (1950-2000) », rapport déposé au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Direction régionale Montérégie, secteur Est, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal, 2005, 24 p.

27 Domon, G., « Du déterminisme écologique à la gestion du paysage. Fondements, visées et contribution potentielle de la planification écologique à l’aménagement du territoire agroforestier », thèse de doctorat présentée à la Faculté de l’aménagement, Faculté des études supérieures, Université de Montréal, 1989.

28 Domon, G., « La transformation du contexte d’exploitation et l’avenir des paysages agroforestiers du sud du Québec », Trames, vol. 9, 1994, p. 13-19.

29 Beaulieu, R., « Historique des travaux de drainage au Québec et état du réseau hydrographique », Québec, ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, gouvernement du Québec, 2001,12 p.

30 Des observations similaires ont été relevées dans le Haut-Saint-Laurent : Schmucki, R. et al., « Spatial and Temporal Dynamics of Hedgerows in Three Agricultural Landscapes of Southern Quebec, Canada », Environmental Management, vol. 30, no 5, 2002, p. 651-664.

31 Ambroise, R., F. Bonneaud et V. Brunet-Vinck, Agriculteurs et paysages, dix exemples de projets de paysage en agriculture, Dijon, Éducagri éditions, 2000, 207 p. À l’avenir, Ambroise 2000.

32 Montpetit, C., P. Poullaouec-Gonidec et G. Saumier, « Paysage et cadre de vie au Québec : réflexion sur une demande sociale émergente et plurielle », Cahiers de géographie du Québec, vol. 46, n° 12 8, 2002, p. 165-189. À l’avenir, Montpetit 2002. Paquette S. et G. Domon, « Changing Ruralities, Changing Landscapes : Exploring Social Recomposition Using a Multi-scale Approach », Journal of Rural Studies, vol. 19, no 4, 2003, p. 425-444. À l’avenir, Paquette 2003.

33 Paquette, S. et G. Domon, « Le paysage comme agent de recomposition des communautés rurales du sud du Québec. Nouvelles possibilités, nouvelles exigences », dans Carrier, M. et S. Côté (dir.), Gouvernance et territoires ruraux, éléments d'un débat sur la responsabilité du développement, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2000, p. 190-222.

34 Dugas, C., « L’espace rural québécois », dans Carrier, M. et S. Côté (dir.), Gouvernance et territoires ruraux, éléments d’un débat sur la responsabilité du développement, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2000, p. 13-40 ; Paquette, S. et G. Domon. « Agricultural Trajectories (1961-1991), Resulting Agricultural Profiles and Current Sociodemographic Profiles of Rural Communities in Southern Quebec (Canada) : a Typological Outline », Journal of Rural Studies, vol. 15, no 3, 1999, p. 279-295. À l’avenir, Paquette 1999.

35 Donadieu, P., Campagnes urbaines, Arles, Actes Sud/École nationale supérieure du paysage, 1998. À l’avenir, Donadieu 1998.

36 Perrier-Cornet, P. et B. Hervieu, « Les transformations des campagnes françaises : une vue d’ensemble », dans Perrier-Cornet, P. (dir.), Repenser les campagnes, Gémenos, éditions de l’Aube, DATAR, 2002, p. 9-31. À l’avenir, Perrier-Cornet 2002. Sylvestre, J.-P. (dir.), Agriculteurs, ruraux et citadins, les mutations des campagnes françaises, Dijon, Éducagri éditions, 2003.

37 Roy, L., S. Paquette et G. Domon, « La campagne des néoruraux : motifs de migration, territoires valorisés et usages de l’espace domestique », Recherches sociographiques, vol. 46, no 1, 2005, p. 35-65. À l’avenir, Roy 2005.

38 Hervieu, B. et J. Viard, Au bonheur des campagnes, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001.

39 Perrier-Cornet 2002 ; Roy 2005 ; Halfacree, K. et P. Boyle, « Migration, Rurality and the Post-productivist Countryside », dans Boyle, P. et K. Halfacree (dir.), Migration Info Rural Areas, Theories and Issues, Chichester, John Wiley & Sons, 1998, p. 1-20.

40 Luginbühl, Y., « Le paysage rural. La couleur de l’agricole, la saveur de l’agricole, mais que reste-t-il de l’agricole ? », Études rurales, vol. 121-124, no 1991, p. 27-44.

41 Paquette 2003 ; Roy 2005.

42 Perrier-Cornet 2002.

43 Montpetit 2002.

44 Bureau d’audiences publiques sur l’Environnement, « Consultation publique sur le développement durable de la production porcine au Québec, volume 2 – Les préoccupations et les propositions de la population au regard de la production porcine, rapport d’enquête et d’audience publique 179 », Gouvernement du Québec, 2003, p. 10.

45 Brandt, J. et H. Vejre, « Multifunctional Landscapes – Motives, Concepts and Perspectives », dans Brandt, J. et H. Vejre (dir.), Multifunctional Landscapes, volume I, Theory, Values and History, Southampton, Boston, WIT Press, 2004, p. 3-31.

46 Boutin, D. et G. Debailleul, « Quel type d’agriculture faut-il privilégier pour la ruralité québécoise ? », L’agora, vol. 8, no 4, 2001, p. 19-22.

47 Toublanc, M., Paysages en herbe, le paysage et la formation à l’agriculture durable, Dijon, Éducagri éditions, 2004, 296 p. À l’avenir, Toublanc 2004.

48 Pour une présentation détaillée des bases conceptuelles de cette dissociation, on pourra se référer à : Ruiz, J. et G. Domon, « Integrating Physical and Human Dynamics in Landscape Trajectories : Exemplified at the Aulnages Watershed (Québec, Canada) », dans Tress, B. et al. (dir.), From Landscape Research to Landscape Planning : Aspects of Integration, Education and Application, Dordrecht, Wageningen UR Frontis Series, vol. 12, Springer, 2005, p. 67-81.

49 Baudry, J. et C. Laurent, « Paysages ruraux et activités agricoles », Le Courrier de l’environnement, vol. 20, 1993, p. 5-10

50 Naveh, Z., « Ten Major Premises for a Holistic Conception of Multifunctional Landscapes », Landscape and Urban Planning, vol. 57, no 3-4, 2001, p. 269-284.

51 Debailleul 1998.

52 Nassauer, J. I. et R. Westmacott, « Progressiveness Among Farmers as a Factor in Heterogeneity of Farmed Landscapes », dans Turner, M. G. (dir.), Landscape Heterogeneity and Disturbance, New York, Springer-Verlag, 1987, p. 199-210 ; Deffontaines, J. P., C. Thenail et J. Baudry, « Agricultural Systems and Landscape Patterns : How Can We Build a Relationship ? », Landscape and Urban Planning, vol. 31, 1995, p. 3-10 ; Oreszczyn, S. et A. Lane, « The Meaning of Hedgerows in the English Landscape : Different Stakeholder Perspectives and the Implications for Future Hedge Management », Journal of Environmental Management, vol. 60, 2000, p. 101-118.

53 Paquette 1999.

54 Parent, D., « D’une agriculture productiviste en rupture avec le territoire à une agriculture durable complice du milieu rural », Téoros, vol. 20, no 2, 2001, p. 22-25.

55 Deffontaines, J. P., « Le diagnostic paysager en agriculture », Aménagement et Nature, vol. 141, 2001, p. 9-23. À l’avenir, Deffontaines 2001. Ambroise 2000 ; Toublanc 2005.

56 Deffontaines 2001.

Table des illustrations

Légende Figure 2.1 : Évolution des superficies totales des fermes au Québec entre 1951 et 2001. (Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-1.jpg
Fichier image/, 15k
Légende Figure 2.2 : Évolution des terres mises en valeur par l’agriculture (terres en culture, pâturages ensemencés ou artificiels, jachères) au Québec entre 1951 et 2001. (Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-2.jpg
Fichier image/, 14k
Titre Superficie totale des fermes
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-3.jpg
Fichier image/, 65k
Titre Densité de fermes
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-4.jpg
Fichier image/, 63k
Titre Terres mises en valeur par l’agriculture
Légende Figure 2.3 : Principales caractéristiques de l’écoumène agricole au Québec en 1951. (Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture, 1951. Réalisation : J. Ruiz, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-5.jpg
Fichier image/, 62k
Titre Superficie totale des fermes
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-6.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Densité de fermes
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-7.jpg
Fichier image/, 61k
Titre Terres mises en valeur par l’agriculture
Légende Figure 2.4 : Principales caractéristiques de l’écoumène agricole au Québec en 2001. (Sources : Statistique Canada, recensement de l’agriculture 2001, Réalisation : J. Ruiz, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-8.jpg
Fichier image/, 61k
Légende Figure 2.5 : Les pâturages et les terres en culture au Québec en 1951 et en 2001.(Source :Statistique Canada, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-9.jpg
Fichier image/, 142k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-10.jpg
Fichier image/, 144k
Légende Figure 2.6 : Superficies des principales cultures au Québec en 1951 et en 2001. (Source : Staptistique Cananda, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-11.jpg
Fichier image/, 119k
Légende Figure 2.7 : Les cheptels laitiers et porcins au Québec en 1951 et en 2001. (Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture 1951, 2001. Réalisation : J. Ruiz, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-12.jpg
Fichier image/, 118k
Légende Figure 2.8 : Les espaces d’expansion-intensifïcation agricole. (Réalisation : J. Ruiz et G. Domon, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-13.jpg
Fichier image/, 46k
Légende Figure 2.9 : Les basses terres de la Montérégie. (Source : J. Ruiz et G. Domon)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-14.jpg
Fichier image/, 16k
Légende Figure 2.10 : La standardisation des bâtiments selon le type de production. 1-les silos pour le stockage des récoltes avec en avant-plan un ancien cribe à maïs ; 2-bâtiments d’élevage porcin ; 3-bâtiments d’élevage avicole. (Source : J. Ruiz et G. Domon)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-15.jpg
Fichier image/, 146k
Légende Évoliution d’une portion de rang agricole dans la région de Saint-Hyacinthe (bassin versant du ruisseau-des-Aulnages).De 1950 à 2000, l’agrandissement des parcellesn la disparition des arbres isolés, d’un boisé et de nombreuses haies constituent les principales transformations des structures du paysage. Le bati a également subi d’importantes modifications : disposition de certaines fermes et de bâtiments isolés, agrandissement des fermes restantes.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-16.jpg
Fichier image/, 391k
Légende Figure 2.11 : Un territoire agricole que se simplifie. (Réalisation : J. Ruiz, 2005)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-17.jpg
Fichier image/, 145k
Titre Principales caractéristiques de l’évolution de l’agriculture au Québec 1951-2001(Source : Statistique Canada, recensement de l’agriculture, Données agricoles chronologique – Canada et provinces, 2004).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-18.jpg
Fichier image/, 217k
Légende 1. Les terres mise en valeur par l’agricultur contiennent les jachères, les terres en cuture et les pâturages artificiels ou ensemencés2. Les « autres terres » désignent tous les autres tupes de terres présentent sur une ferme (boisés, marécages, chemin, etc.). Dans le recensement agricole de 1951 cette catégorie comprenait également lea terres ) pacage et en 2001 elle inclut les superficies en arbres de Noël.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10578/img-19.jpg
Fichier image/, 90k

Auteurs

Doctorante à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal et assistante de recherche à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur l’intégration des dynamiques spatio-temporelles et socioculturelles des paysages en zone d’intensification agricole au Québec. Elle a récemment contribué à l’ouvrage Front Landscape Research to Landscape Planning : Aspects of Integration, Education and Application dirigé par B. Tress, G. Tress, P. Opdam et G. Fry et publié chez Springer. Elle est également chargée de cours et chargée de formation pratique à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal.

Professeur titulaire à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal où il enseigne dans les domaines de l’écologie du paysage et de l’aménagement des paysages ruraux. Directeur scientifique associé à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal ainsi qu’à la Chaire UNESCO en paysage et environnement de la même institution, il est membre du comité de direction de la commission Landscape Analysis de l’Union géographique internationale et co-dirige un vaste projet multidisciplinaire « Haut-Saint-Laurent : Écologie et aménagement ». Auteur de trois livres et de plus d’une centaine d’articles, ses recherches actuelles portent principalement sur la dynamique spatio-temporelle des paysages ruraux du sud du Québec, la reconstitution de la dynamique des territoires agro-forestiers anciens, l’élaboration d’outils de caractérisation des paysages et la gestion écologique des espaces protégés.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr