Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages en perspective

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Gérald Domon
, 
Sylvain Paquette

Chapitre I. Le paysage, un concept en débat

Philippe Poullaouec-Gonidec, Gérald Domon et Sylvain Paquette

Texte intégral

  • 1 Les propos rapportés dans ce texte ont pour assise une recherche menée en partenariat avec le mini (...)

1 Le paysage, on le reconnaît aujourd’hui largement, est concept polysémique, ouvrages un foncièrement des entiers ayant été consacrés à la mise à jour et à l’analyse de ses différents sens. Dans ces circonstances, il ne s’agit bien évidemment pas ici de chercher à épuiser les multiples acceptions que recouvre le concept de paysage. Il s’agit plutôt, d’abord, d’effectuer un balisage des principaux repères conceptuels attachés à la notion de paysage afin de mieux cerner l’étendue de ses significations. Il s’agit ensuite, et sur la base de ce premier exercice, de définir la position conceptuelle et opérationnelle qui traverse les textes de ce livre1.

APPROCHES MULTIPLES

  • 2 Voir par exemple : British Columbia Forest Service, Forest Landscape Handbook, Information Service (...)
  • 3 Forman, R. T. T. et M. Godron, Landscape Ecology, New York et Toronto, John Wiley & Sons, 1986.

2Lorsqu’on considère les multiples façons que les différentes disciplines ont adopté historiquement pour approcher le paysage, deux grandes familles ressortent inévitablement. Une première assimile le paysage aux formes matérielles et objectives du territoire. La notion de paysage de l’École française de géographie, celle qui est développée dans les pratiques anglo-saxonnes d’évaluation visuelle2, comme celle qui découle d’une certaine vision de l’écologie du paysage3, doivent y être rattachées. Une seconde famille considère plutôt le paysage comme une manifestation culturelle et, du coup, l’aborde tantôt par l’art, tantôt par l’interprétation du paysage comme un texte culturel à décoder, tantôt encore par le biais des valorisations sociales du territoire. Par-delà ces deux cas de figure historiques, une troisième s’est plus récemment affirmée. Pour celle-ci, le paysage ne relèverait ni seulement d’une réalité physico-spatiale objective, ni seulement d’une qualification subjective du regard, mais également de la relation dialectique qui existe entre les deux.

Le paysage, réalité matérielle et objective

3De la géographie classique à l’écologie du paysage, en passant par les méthodes d’évaluation visuelle, le concept de paysage renvoie fréquemment à une forme donnée et tangible, c’est-à-dire à une réalité (naturelle ou culturelle) à la fois matérielle et objectivable.

Le paysage de la géographie classique...

  • 4 Béguin, F., Le paysage, Flammarion, « coll. Dominos », 1995.
  • 5 Au Canada, le géographe d’origine française Raoul Blanchard – Blanchard, R., L’Ouest du Canada Fra (...)
  • 6 Béguin, 1995, op. cit., note 4.
  • 7 Claval, P., Géographie humaine et économique contemporaine, Presses Universitaires de France, 1984

4En France, l’intérêt pour le paysage apparaît à la fin du XIXe siècle avec le développement de la géographie régionale et l’étude des genres de vie. Des descriptions détaillées des paysages géographiques sont alors réalisées afin de délimiter des unités géographiques et de rendre compte de l’image type qui ressort de la comparaison de multiples panoramas4. Pour l’École française de géographie5, qui dominera jusqu’en 1950, les faits visibles et tangibles qui résultent des activités humaines et façonnent le paysage constituent l’objet premier d’investigation. Le paysage se définit ainsi comme « la physionomie caractéristique d’une région6 ». Il renvoie à une combinaison de traits physiques et humains qui donne à un territoire une physionomie propre. En géographie, « La vue sur la contrée » (Figure 1.1) constituera une source d’informations scientifiques et, au début du XXe siècle, la tâche du géographe classique s’apparente en fait à celle d’un voyageur qui parcourt le pays en tous sens, en apprécie les différentes perspectives, en saisit toutes les formes afin d’en rendre compte7.

  • 8 Ibid.

5Centrée d’abord sur la description des formes, la géographie s’attachera de plus en plus, dans la seconde moitié du XXe siècle, à cerner les causes susceptibles d’expliquer la physionomie des lieux et des paysages, l’aspect du paysage étant envisagé ici comme le reflet de phénomènes plus profonds à investiguer. Parallèlement, un courant géographique naturaliste se confirmera. Motivées par la mise en évidence du rôle des facteurs d’ordre naturel (ex. : géologiques et climatiques), ces approches se sont rapidement butées à la difficulté d’expliquer la variété des formes paysagères, formes pourtant issues de milieux physiques semblables. Devant ces limites, l’intérêt s’est progressivement recentré sur la part des activités humaines, des traditions sociales, des systèmes politiques, des innovations techniques, des causes économiques générales, et ce, à un point tel, que la géographie allait délaisser le paysage au profit de la région économique8.

Figure 1.1 : « La vue sur la contrée », paysage rural. (Source : P. Poullaouec-Gonidec, 2004)

6Si la géographie s’est développée en entretenant une distance objective vis-à-vis de l’objet « paysage », il serait inopportun d’affirmer qu’elle était étanche à l’expérience sensible du territoire. À l’instar de Humboldt qui agrémentait ses descriptions de paysages à l’aide de dessins et de gravures, certains géographes conjuguent observation scientifique et sensibilité artistique. Ainsi et bien que la géographie n’ait pas hésité à recourir à l’expérience sensorielle du territoire afin d’imager ses descriptions de paysages, il faudra attendre l’émergence de la géographie culturelle, au cours des années 1970, pour voir poindre une véritable réflexion autour des rapports d’ordre sensible au territoire.

Le paysage de l’écologie du paysage...

7Bien que ses origines soient dans les faits plus anciennes, c’est principalement au milieu des années 1980 qu’une certaine forme de géographie se croisera avec l’écologie pour donner naissance à l’écologie du paysage.

  • 9 Naveh, Z. et A. S. Lieberman, Landscape Ecology : Theory and Application, New York, Springer-Verla (...)
  • 10 Voir notamment : Tress, B. et G. Tress, « Capitalising on Multiplicity : a Transdisciplinary Syste (...)

8La diversité des thèmes de recherche abordés dans cette école de pensée est à l’image de la variété des interprétations possibles du concept de paysage. Par delà cette diversité bien réelle, la plupart des bilans9 conduisent toutefois à la reconnaissance de deux faits majeurs. D’une part, l’ensemble des travaux relevant de l’écologie du paysage demeurent profondément marqués par la vision du paysage mise de l’avant pas l’allemand Troll. Pour ce dernier, le paysage correspond à « the total spatial and visual entity of human living space », intégrant la géosphère, la biosphère et la noosphère10. D’autre part, et cela étant admis, les travaux actuels relèvent majoritairement de deux courants qui se distinguent principalement par les contextes géographiques et disciplinaires dont ils sont issus.

  • 11 Domon et Leduc, 1995, op. cit., note 9.
  • 12 Forman et Godron, 1986, op. cit., note 3.

9Ainsi, un premier situe sa réflexion dans le prolongement des travaux de l’écologie classique. Qualifié de « courant écologique11 », il aborde le paysage en tant qu’imité spatiale, soit comme un assemblage d’écosystèmes en interaction. Ce courant s’attarde principalement aux processus régissant l’hétérogénéité spatiale qui ne peuvent être véritablement saisis qu’à une échelle de perception plus globale (sous-régionale). Ainsi, pour Forman et Godron, dont l’ouvrage demeure la référence obligée de ce courant, le paysage est « a kilometers-wide area where a cluster of interacting stands or ecosystems is repeated in similar form12 ». Dans ses formes les plus extrêmes, ce courant devient en quelque sorte une « écologie spatiale » des milieux naturels et habités.

  • 13 Souvent qualifié d’aménagiste, voir notamment Domon et Leduc, 1995, op. cit., note 9.
  • 14 Naveh, Z., « What is Holistic Landscape Ecology ? A Conceptual Introduction », Landscape and Urban (...)
  • 15 Naveh, Z., « Interactions of Landscapes and Cultures », Landscape and Urban Planning, vol. 32, 199 (...)

10Le second courant13 situe davantage le paysage à la rencontre des interactions dynamiques entre composantes biophysiques et sociales. Ce faisant, il insiste tellement sur la dimension holistique du paysage qu’un de ses principaux instigateurs, Zev Naveh, utilisera l’expression holistic landscape ecology pour bien le distinguer du précédent14. Plus diversifiés et complexes, les travaux qui s’inscrivent dans ce courant renvoient dans les faits à l’ensemble des préoccupations (écologiques, culturelles, politiques) devant être considérées dans le façonnement de paysages aptes à répondre de manière durable aux aspirations de l’humain. Si, dans ce cadre, le paysage est bien évidemment perçu comme un miroir des relations anciennes et actuelles de l’humain avec la nature qui l’environne, il doit également être considéré comme la résultante de nos aspirations : « not only do cultural impacts shape our landscapes but our view of landscapes is also a product of culture and this, in turn, is affecting our relation to these landscapes15 ».

11Par delà l’extrême diversité des travaux issus de ces deux grands courants, trois principales caractéristiques communes peuvent être dégagées. D’abord, et dans tous les cas, le territoire est appréhendé à partir de ce qui est visible pour l’observateur (photographies aériennes, images satellitaires, etc.). Cette préoccupation est importante puisqu’elle marque une spécificité de l’écologie du paysage. Ainsi, l’espace visible sert en quelque sorte de porte d’entrée pour l’analyse et la compréhension des phénomènes visés par la mise en place de modes d’utilisation durable du territoire. Ensuite, il s’agit dans tous les cas de prendre en compte l’hétérogénéité des relations spatiales, soit, d’une part, d’en arriver à déterminer en quoi les composantes biophysiques influent sur les caractéristiques spatiales du territoire et, d’autre part, d’apprécier par voie de retour, comment ces mêmes caractéristiques spatiales et leur évolution dans le temps influent sur les processus écologiques. Enfin, une troisième caractéristique est cette reconnaissance plus ou moins explicite de la nécessité de remonter, dans l’analyse des phénomènes écologiques, aux dimensions économiques, sociales et aux aspirations de l’humain. Ces caractéristiques mènent, dans les faits, à un spectre très large de travaux qui s’étendent d’une écologie centrée sur l’analyse spatiale à une écologie centrée sur une éthique appliquée à la gestion des territoires.

12Cela dit, et en dépit de l’intérêt suscité par certaines propositions récentes qui, dans la foulée des travaux de Naveh, favorisent une vision holistique, force est de reconnaître qu’au cours des vingt dernières années le paysage de la landscape ecology a d’abord et avant tout été un système concret, spatialisable et objectivable.

Le paysage des méthodes d’analyse visuelle

  • 16 Lothian, A., « Landscape and the Philosophy of Aesthetics : Is Landscape Quality Inherent in the L (...)
  • 17 Les méthodes d’évaluation et de caractérisation visuelles et paysagères sont nombreuses et diverse (...)

13La mise en œuvre, au tournant des années 1960, de mesures de prise en compte des dimensions paysagères dans l’exercice d’aménagement des territoires a constitué le foyer d’émergence d’une autre approche conceptuelle du paysage. Centrée sur l’évaluation et la caractérisation visuelle, cette approche se déploie sous deux formes principales, soit celle des méthodes « expert », venant de la pratique des professionnels de l’aménagement et celle des méthodes « cognitives », fondées sur l’analyse des perceptions et venant notamment de la psychologie environnementale16. Bien que la notion de paysage varie sensiblement suivant les besoins propres à chaque démarche17, deux postures conceptuelles ressortent clairement.

  • 18 Zube, E. H., J. L. Sell et J. G. Taylor, « Landscape Perception, Research, Application and Theory  (...)
  • 19 Dakin, S., « There’s More to Landscape Than Meets the Eye : Towards Inclusive Landscape Assessment (...)

14Ainsi, au sein d’approches de type « expert », le concept de paysage s’apparente d’abord et avant tout à une ressource visuelle à gérer. À cet effet, il peut être utile de rappeler que ces approches résultent largement de l’entrée en vigueur, aux États-Unis, du National Environmental Policy Act (NEPA, 1969) et de la volonté d’atténuer l’impact visuel d’infrastructures ou de projets d’aménagement. Au Canada, des initiatives semblables (ex. : British Columbia Forest Service, ministère des Transports du Québec, Hydro-Québec) conduiront au développement d’une série de méthodes permettant de caractériser les paysages à l’aide d’indicateurs (ex. : contraste, diversité, harmonie, etc.), de concepts et de grilles de lecture spécifiques (ex. : sensibilité visuelle, capacité d’absorption visuelle, etc.)18. Le paysage est ainsi envisagé à partir de ces caractères constitutifs que seul un observateur entraîné (expert) est apte à décoder de manière objective19. Dans le cadre de telles méthodes, la qualité esthétique d’un paysage lui est immanente et se réduit à ses portions visibles.

  • 20 Aoki, Y., « Review Article : Trends in the Study of the Psychological Evaluation of Landscape », L (...)
  • 21 Uzzell, D. L., « Environmental Psychological Perspectives on Landscape », Landscape Research, vol. (...)
  • 22 Berleant, A., Living in the Landscape. Toward an Aesthetics of Environment, Lawrence (KS), Univers (...)

15En réaction au caractère trop arbitraire des approches « expert », les approches « cognitives » vont quant à elles mettre l’accent sur la perception du sujet-observateur. L’apport de ces approches demeure considérable, puisqu’elles auront permis de montrer qu’une même scène paysagère peut être appréciée très différemment d’un individu à l’autre, les caractéristiques de l’observateur (ex. : familiarité par rapport au lieu, antécédent résidentiel, expérience professionnelle, etc.) en modulant l’appréciation de façon significative20. Rappelons que, dans le cadre de telles méthodes, l’observateur est généralement invité, sur la base d’outils d’enquête standardisés, à porter un jugement sur les qualités formelles de certains paysages. Ce faisant, ces approches assimilent les caractéristiques physiques du paysage comme autant de stimuli visuels opérant sur la perception des individus21. Au même titre que les approches « expert », la perspective cognitive présuppose implicitement que le paysage est essentiellement une caractéristique visuelle22. Bien qu’elle cherche à situer le paysage entre le sujet (observant) et l’objet (attributs visibles), cette approche ne permet toutefois pas de cerner les motifs et les significations qui sous-tendent l’appréciation paysagère.

Le paysage, formes construites et intangibles

16Parallèlement à cette première famille d’approches où le paysage est une réalité objective, une seconde famille, que l’on peut qualifier de culturaliste, aborde le paysage comme étant essentiellement une manifestation culturelle. Les domaines de l’esthétique, de la géographie culturelle et de l’ethnologie du paysage participent tous, à leur manière, à cette dernière famille.

Le paysage de l’artialisation...

  • 23 Berque,A. (dir.), Cinq propositions pour une théorie du paysage, Seyssel, Éditions Champ Vallon, c (...)
  • 24 Roger, A., « Histoire d’une passion théorique ou Comment on devient un Raboliot du Paysage », dans (...)
  • 25 Lassus, B., « Les continuités du paysage », Urbanisme, vol. 250-252, 1991, p. 64-69.

17La notion de paysage n’existe ni partout ni depuis toujours, elle se présente plutôt comme le produit d’une invention historique et culturelle. Telles sont les prémisses défendues depuis plus de deux décennies par un noyau de penseurs français23 dont les travaux illustrent une vision qui privilégie l’expérience esthétique comme voie d’accès au paysage24. Cette vision conduit notamment à une dissociation très nette entre pays et paysage25, le premier incarnant le degré zéro du second.

  • 26 Berque, A., « Paysage, milieu, histoire », dans Berque, A. (dir.), Cinq propositions pour une théo (...)
  • 27 Ibid.

18De ce point de vue, seules deux civilisations auraient eu une sensibilité paysagère dans l’histoire de l’humanité : la civilisation chinoise à partir du IVe siècle et la civilisation occidentale depuis la renaissance26. Ces deux cultures se distingueraient des autres sur quatre points : 1) elles font usage d’un ou de plusieurs mots pour dire paysage ; 2) elles possèdent une littérature (orale ou écrite) décrivant des paysages ; 3) elles proposent des représentations picturales de paysages ; et 4) elles créent des jardins d’agrément27 (Figure 1.2).

  • 28 Roger, 1994, op. cit., note 24.
  • 29 L’artialisation est entendue ici comme un processus qui embellit la nature. L’idée d’une « nature (...)
  • 30 Donadieu, P., La société paysagiste, Arles, Actes Sud/École nationale supérieure du paysage, 2002.
  • 31 Corbin, A., Le territoire du vide : l’Occident et le désir de ravage (1750-1840), Paris, Aubier, 1 (...)
  • 32 Donadieu, 2002, op. cit., note 30.

19Dès lors, il devient possible de dater les phénomènes d’invention qui participent à la qualification des lieux en paysage. Pour Roger, ce processus d’invention28 ne peut s’opérer que par la médiation de l’art et ce, à travers une double « artialisation29 ». La première s’exprime par l’inscription directe de la dimension artistique dans la matérialité du lieu, c’est « l’artialisation in situ ». Tout l’art du jardin y est redevable. La seconde est indirecte, puisqu’elle passe par une modification du regard porté sur les lieux, modification qui fera en sorte que le pays, ce lieu, ce territoire, cet environnement sans qualité particulière deviendra paysage. Ce sont les arts (la littérature, la peinture mais aussi, plus récemment, la photographie et le cinéma) qui rendraient possible cette modification du regard, dite « artialisation in visu ». Dans cette perspective, la peinture de paysage aurait modifié considérablement les rapports sociaux et culturels concernant un certain nombre d’espaces30. Ainsi, et à tire d’exemple, les premières figures picturales du rivage en Europe du Nord auraient été un des principaux vecteurs d’invention des pratiques balnéaires, le rivage n’ayant été fréquenté jusqu’alors que pour pêcher31. L’invention du regard contemporain sur la montagne et la forêt – deux modèles paysagers aujourd’hui fortement valorisés – aurait opéré de la même manière32.

Figure 1.2 : L’art du jardin comme impression de paysage. (Source : Parterre de paysage – École d’été de Métis, projet « Oscillation marine » d’Amélie Paquin et Alexandre Rivet, photographie : P. Poullaouec-Gonidec)

  • 33 Genin Bonin, S., Paroles d’habitants, discours sur les paysages : des modèles aux territoires, Thè (...)
  • 34 Tremblay, F. et P. Poullaouec-Gonidec, « Contre le tout paysage : pour des émergences et... des ou (...)

20Si la théorie de l’« artialisation » permet de mieux saisir le rôle des valeurs esthétiques dans l’émergence des sensibilités au paysage, il n’est en contrepartie pas certain que, de nos jours, ces valeurs puissent rendre compte à elles seules de l’appréciation paysagère. Différents travaux ont effectivement montré à quel point la modification des valeurs et des rapports au territoire générait un renouvellement de l’appréciation de certains espaces33. À titre d’exemple, les valeurs environnementales teinteraient aujourd’hui les modes de représentation de l’espace à un point tel que les qualités esthétiques d’un lieu seraient conditionnelles à la qualité écologique de celui-ci. Ainsi, et comme en témoignent plusieurs exemples présentés dans ce livre, l’idée d’une esthétique environnementale semble aujourd’hui s’imposer34 (Figure 1.3).

Figure 1.3 : La « Swamp », expression d’une nouvelle esthétique paysagère. (Source : P. Poullaouec-Gonidec, 2004)

21Quoi qu’il en soit de cette approche conceptuelle, il importe de retenir que, contrairement au pays ou au territoire, le paysage ne saurait être envisagé seulement comme une réalité matérielle et objectivable puisqu’il est indissociable du regard que l’on porte sur lui.

Le paysage de la géographie culturelle...

  • 35 Jackson, J. B., Discovering the Vernacular Landscape, New Haven et Londres, Yale University Press, (...)
  • 36 Besse, J.-M. et G. A. Tiberghien, « L’expérience du paysage », dans Jackson, J. B., À la découvert (...)
  • 37 Jackson, 1984, op. cit., note 35.
  • 38 Meinig, D. W., « The Beholding Eye, Ten Versions of the Same Scene », dans Meinig, D. W. (dir.), T (...)
  • 39 Lewis, P. F., « Axioms for Reading the Landscape : Some Guides to the American Scene », dans Meini (...)

22Pour la géographie culturelle, le paysage est d’abord et avant tout espace vécu et pas seulement espace contemplé par le regard35. Cherchant à dépasser une conception esthétisante qui confine l’idée de paysage à « un beau tableau immortalisant un point de vue sur le monde36 », le culturalisme de cette position situe le paysage comme un espace social habité37. Savoir si un paysage évoque une émotion esthétique positive y est secondaire, l’important étant de comprendre en quoi le paysage s’avère être le reflet des actions, des pratiques et des valeurs d’un groupe social qui habite le territoire. Réceptacle de celles-ci, le paysage est une accumulation d’artefacts38. Aussi, contrairement à l’approche esthétique où elle réside dans les regards et les modèles perceptifs, la dimension culturelle s’inscrit ici dans la matérialité du territoire. Elle s’exprime partout. Tout territoire marqué par l’intervention humaine est paysage, de la campagne pittoresque au quartier populaire, en passant par le secteur industriel, la rue de banlieue, etc. Les empreintes inscrites à l’intérieur d’un paysage, et données à lire, renseignent d’autant plus sur les aspirations individuelles ou collectives qu’elles s’avèrent « more truthful than most autobiographies because we are less self-conscious about how we describe ourselves [through landscapes]39 ».

  • 40 Relph, E., Rational Landscapes and Humanistic Geography, Totowa (NJ), Croom Helm, Londres, Barnes (...)

23Les paysages représentent le « contexte visuel de l’existence quotidienne40 ». À la différence des paysages élitaires des théoriciens de l’esthétique, le paysage de la géographie culturelle a plus en commun avec les espaces ordinaires, vécus, qui produisent un sens pour les groupes sociaux qui y habitent et qui participent à l’articulation des relations sociales ainsi qu’à la construction de l’identité (Figure 1.4).

  • 41 Ley, D., « From Urban Structure to Urban Landscape », Urban Geography, vol. 9, no 1, 1988, p. 99.
  • 42 Duncan, J. S. et N. G. Duncan, Landscapes of Privilege : The Politics of the Aesthetic in an Ameri (...)

24Cela dit, et en parallèle à ce courant dominant, certains travaux à rattacher à cette approche révèlent une distance vis-à-vis des positions qui assimilent le paysage à un cumul d’empreintes tangibles à décoder comme un livre ouvert. Dans le cadre de ces travaux, le paysage revêt plutôt une dimension discursive, « [...] landscapes are seen as the active constructions of social groups, with all of the flux, dynamism, discontinuity, and local nuances which this view implies41 ». Ainsi, de multiples fragments de discours se déploieraient sur un même territoire, révélant la présence de groupes sociaux porteurs de valorisations variées. Pour Duncan et Duncan42 par exemple, la construction sociale des rapports esthétiques au territoire doit être envisagée comme un mécanisme subtil d’inclusion et d’exclusion sociale visant le renforcement identitaire d’une élite. Sur plusieurs aspects, la notion de paysage défendue dans ces travaux s’apparente aux approches qui insistent sur la pluralité des rapports sociaux et culturels en ce qui a trait au territoire.

Figure 1.4 : Scène paysagère du quotidien urbain. (Source : P. Poullaouec-Gonidec, 2003)

L’ethnologie du paysage...

  • 43 Dubot, F. et B. Lizet, « Pour une ethnologie du paysage », dans Paysage au pluriel. Pour une appro (...)
  • 44 Boutinet, J. P., « À propos du projet de paysage, repères anthropologiques », Les Carnets du paysa (...)
  • 45 Genin Bonin, 2002, op. cit., note 33.

25Dans une mouvance à la fois critique et pluridisciplinaire, une troisième posture émerge autour d’approches ethnologiques43 et sociologiques. Reprenant les critiques soulevées par la géographie culturelle quant à la tyrannie des approches visuelles et formalistes, elle considère que, dans ces dernières, le concept de paysage serait captif de l’idée « que tout paysage implique [nécessairement] une perception évocatrice de beauté [...] selon des canons capables de mettre en branle l’émotion esthétique44 ». Or, tous les modes de valorisation du territoire ne passeraient pas forcément par un tel processus. D’autres rapports qualitatifs au territoire, de l’ordre de l’affectif et du quotidien, liés à une mémoire individuelle ou un usage singulier, agiraient également45.

  • 46 Lenclud, G., « Ethnologie et paysage », dans Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique de (...)
  • 47 Dubot et Lizet, 1995, op. cit., note 43.

26Aussi, pour les approches d’inspiration ethnologique et sociologique, il s’agit moins de savoir si, à partir de ces principes esthétiques, un territoire fait ou ne fait pas paysage que de chercher à rendre compte de ce qu’un groupe social ou un individu valorise dans un territoire donné. Les voies à partir desquelles se traduisent ces valorisations sont multiples. Si le discours constitue un moyen d’accès privilégié aux valorisations paysagères, cette avenue n’est pas sans poser un défi considérable. Ainsi, reconnaissant que la notion de paysage est changeante, voire étrangère46 à certains groupes et qu’il peut être difficile de formuler par le seul langage des mots les termes d’une appréciation du paysage, ce dernier sera approché souvent à travers des voies plus indirectes. On le fera par exemple à travers l’analyse des « pratiques locales de façonnement47 », c’est-à-dire les manières par lesquelles une population occupe, aménage, délimite, transforme ou désigne son territoire. On le fera aussi en laissant émerger, à partir d’une expérience individuelle ou collective, un discours sur le territoire, sur les expériences qu’il suscite et les pratiques qu’il suggère.

  • 48 Augoyard, J.-F., « La vue est-elle souveraine dans l’esthétique paysagère ? », Débat, vol. 65,1991 (...)
  • 49 Dakin, 2003, op. cit., note 19.
  • 50 Tremblay et Poullaouec-Gonidec, 2002, op. cit., note 34.
  • 51 Dans les parcours empruntés par les adeptes de ces pratiques, certains toponymes sont particulière (...)

27Comme le montrent différents textes dans ce livre, l’exploration de l’expérience plurisensorielle au paysage, tant en territoires urbains48 que naturels49, semble un axe de recherche particulièrement porteur. Ainsi, des travaux récents50 montrent à quel point les pratiques récréo-touristiques, notamment celles qui sont associées à l’écotourisme, interpellent une expérience paysagère plurielle. Si, par exemple, la qualité visuelle du paysage reste un aspect très attrayant quand on descend une rivière ou quand on choisit un parcours cyclable, la qualité de l’expérience physique recherchée exercerait aussi un pouvoir d’attraction fort significatif. Loin de la contemplation du tableau statique et cadré, l’expérience esthétique se mêle ici au plaisir, au dépassement, au sublime. C’est la singularité des significations portées par ces expériences qui participerait à élever certains milieux, certains territoires au rang de paysage51. La fabrication du paysage, dans les pratiques de tourisme d’aventure, est par conséquent indissociable de l’expérience intime du lieu, de la relation physique, interpellant la vue mais aussi le toucher, l’ouïe et l’odorat. En mettant à distance l’attitude contemplative classique, elle reconnaît que l’individu représente un agent actif dans l’évocation esthétique d’un lieu.

Le paysage, dialectique entre réalités matérielles et formes construites

  • 52 Berque, A., Médiances, de milieux en paysages, Montpellier, Reclus, 1990.
  • 53 Donadieu, P., « Du désir de campagne à l’art du paysagiste », L’espace géographique, vol. 3, 1998, (...)
  • 54 Bourassa, S. C., The Aesthetics of Landscape, Londres et New York, Belhaven Press, 1991, p. 40.

28Derrière ces deux grandes familles d’approches délibérément schématisées se dessinent un certain nombre de passerelles que certains empruntent vers des positions nouvelles et inédites. Dans l’optique de ces positions, le factuel et le sensible, loin de s’opposer, seraient plutôt deux dimensions indissociables du paysage. Du coup, le paysage ne relèverait ni d’une réalité physico-spatiale objective ni d’une qualification subjective du regard. Il renverrait plutôt à la relation entre les deux. Ces dernières années, plusieurs auteurs ont cherché à situer la notion de paysage dans ce rapport dialectique. Ainsi, pour Berque, le paysage se définit comme une « empreinte-matrice52 », le premier terme faisant référence à l’inscription physique, le second à l’expression de schèmes perceptuels. Pour Donadieu, « le paysage est à la fois la réalité et l’image de cette réalité, interprétée, jugée et appréciée à partir de modèles transmis par la culture53 ». Pour Bourassa, « [it] is a matter of the interaction of subject and object54 » et toute recherche de frontières nettes entre dimensions tangibles et intangibles apparaît comme un exercice futile. Cette double nature – objective et subjective – fait en sorte que la pérennité du paysage est sans cesse mise à l’épreuve. À l’épreuve d’abord des profondes transformations que subissent les caractéristiques physico-spatiales du territoire. À l’épreuve ensuite des sensibilités sociales qui émergent, se fixent, se transforment ou disparaissent au gré de l’évolution des relations que les individus entretiennent avec le territoire.

29Aussi intéressante soit-elle sur le plan théorique, cette ouverture conceptuelle pose des défis considérables sur le plan méthodologique. En effet, peu de recherches peuvent prétendre embrasser l’ensemble des dimensions que recoupe une telle conception du paysage. Si la complexité à laquelle renvoie le paysage semble de plus en plus admise, cette complexité présuppose le recours à une diversité d’approches. C’est donc à la possibilité d’établir de véritables lectures transversales et de prendre en compte les dimensions multiples du paysage que renvoie cette troisième famille d’approches.

POUR UNE QUALIFICATION SOCIALE ET CULTURELLE DU TERRITOIRE

  • 55 Luginbühl, Y., J.-C. Bontron et Z. Cros, Méthode pour des atlas de paysage – identification et qua (...)

30Aussi incomplète soit-elle, cette brève revue des approches permet de relever à nouveau deux caractéristiques inhérentes au concept de paysage. D’une part, ce dernier revêt un caractère foncièrement polysémique. Au gré des disciplines et des époques, différentes façons de concevoir et d’aborder le paysage ont émergé et se sont accumulées pour donner cours à l’actuelle diversité de sens. D’autre part, quelles que soient les perspectives et les définitions retenues, le paysage est une notion éminemment complexe. Dans de telles circonstances, même si certains n’y voient que flou et confusion et le considèrent comme un concept séduisant mais inopérant, force est d’admettre que c’est précisément la diversité des sens qui lui ont été attribués qui confère au paysage sa valeur réelle. Ainsi, peu de concepts auront réussi à fédérer des disciplines aussi variées que la géographie, l’anthropologie, l’écologie, l’architecture de paysage et les arts. Dans de telles circonstances, plutôt que de chercher à en arriver à définir ce qu’est véritablement LE paysage, il s’agit plutôt, comme le suggéraient Luginbühl et al.55, de reconnaître la pleine valeur des contributions disciplinaires et de rendre explicite sa propre position. C’est précisément ce dont il s’agit dans ce qui suit.

  • 56 Poullaouec-Gonidec, P., C. Montpetit, G. Domon, M. Gariépy, G. Saumier et D. Dagenais, Concept et (...)

31Prenant acte des différentes positions disciplinaires présentées, ce livre aborde le paysage comme étant d’abord et avant tout un concept de qualification sociale et culturelle du territoire. Il considère le paysage comme un regard porté sur le territoire, qu’il qualifie ou déqualifie. Cette qualification implique la reconnaissance des attributs, des caractères ou des propriétés d’un territoire par un individu ou par une collectivité56 ; étant entendu que cette reconnaissance procède d’une diversité de points de vue (ex. : esthétique, ludique, scientifique, environnemental, patrimonial, économique, etc.), fait appel à l’ensemble des sens (visuel, auditif, olfactif, tactile, kinésique) et demeure essentiellement l’expression des valeurs (individuelles ou collectives) présentes dans un espace-temps donné.

  • 57 Porteous, J. D., Environmental Aesthetics, New York, Routledge, 1996.

32Ce processus de qualification est donc d’abord et avant tout de nature appréciative, puisqu’il résulte de l’intérêt porté par rapport à un lieu ou d’une relation affective envers un espace vécu et ressenti. Cela dit, il fait néanmoins appel à une connaissance et à une compréhension objective des composantes biophysiques qui confèrent à un espace un caractère ou une propriété que le regard sélectionne. Dans le premier cas, l’intentionnalité du regard relève davantage du rapport contemplatif et subjectivant, de l’appréciation esthétique dans ses dimensions sensorielles et expérientielles57, du plaisir des sens associé à la découverte, de l’appropriation et de l’usage des lieux ou des territoires. Dans le second cas, l’intentionnalité du regard est objectivante ou aspire à des visées scientifiques, au sens où il s’agit de connaître, interpréter, analyser ce qui est donné à voir. Cette forme de regard s’inscrit dans la perspective « cadrée » héritée de la Renaissance, qui s’est appliquée tant au développement de règles d’appréciation esthétique formelle qu’à la définition de méthodes d’analyse visuelle des paysages.

33S’interpellant l’une et l’autre et s’informant mutuellement, ces deux formes de regard doivent mobiliser, au cours du processus de qualification du territoire, une nécessaire mise à distance. De fait, regarder un paysage suppose, pour l’indigène comme pour l’étranger, une prise de conscience impliquant un détachement symbolique, un retrait du sujet par rapport à la nature. Cette distanciation se réalise lorsque, pour un temps, le regard s’arrête sur une forme qu’il aura sélectionnée en vertu d’une intentionnalité singulière.

34Ce processus de distanciation fait en sorte que certaines portions de territoire font l’objet d’une véritable qualification, alors que d’autres portions en sont écartées. Or un tel processus ne peut s’accomplir partout ni toujours. Il doit impliquer un sujet/observateur, doit porter sur un territoire donné (échelle et matérialité plurielles) et faire intervenir un mécanisme de perception. Ce dernier mécanisme intègre les dispositifs de la perception visuelle et sensorielle tout autant que les dispositifs de la représentation découlant d’un savoir, d’une expérience, d’un héritage culturel ou d’un rapport affectif particulier. Ce faisant, la qualification est nécessairement sélective et plurielle, et le paysage résultant, polysémique.

  • 58 Tuan, Y. F., « Though and Landscape. The Eye and the Mind’s Eye », dans Meinig, D. W. (dir.), The (...)
  • 59 Bourassa, 1991, op. cit., note 54.
  • 60 Naveh, 1994, op. cit., note 15.
  • 61 Berque, 1994, op. cit., note 23.

35Définir le paysage suivant cette perspective, c’est admettre sa nature foncièrement dialectique, reconnaissant le caractère indissociable du référentiel spatial et factuel dans le regard sensible. Cette définition entretient ainsi des parentés conceptuelles avec certaines positions particulières défendues par exemple en géographie culturelle58 ou en esthétique59, voire en écologie du paysage60, où le paysage se situe entre formes matérielles et constructions sociales. Elle se distingue également par son penchant culturaliste évident, en particulier dans la dissociation/distanciation obligée qu’elle opère vis-à-vis du concept de territoire. Aussi, au même titre que certaines conceptions esthétisantes, articulées autour de la notion d’invention paysagère61, elle soutient que l’idée de paysage ne peut inclure la notion de pérennité, les temporalités du paysage étant plutôt caractérisées par une succession de regards sans cesse renouvelés. Cette définition se démarque toutefois d’une esthétique de la contemplation trop stricte en considérant la fluctuation des regards collectifs sur le territoire comme des phénomènes de qualification paysagère pouvant ressortir de lectures et d’expériences plurielles (ex. : environnementales, patrimoniales, ludiques, affectives, économiques, etc.) par rapport à un espace donné. Ce faisant, elle place clairement le paysage sur un plan pluridimensionnel, poly-sensoriel et expérientiel.

Notes

1 Les propos rapportés dans ce texte ont pour assise une recherche menée en partenariat avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec et Hydro-Québec sous la direction de Poullaouec-Gonidec, P., C. Montpetit, G. Domon, M. Gariépy, G. Saumier et D. Dagenais, Concept et opérationalisation du paysage : Balisage du concept de paysage, des méthodes et des enjeux publics au Québec, Montréal, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, 2001. Ce texte est l’approfondissement de cette réflexion et il constitue une version partielle et remaniée de l’article : Paquette, S., P. Poullaouec-Gonidec et G. Domon, « Le paysage, une qualification socioculturelle du territoire », Material History Revient, 2005, numéro consacré spécifiquement à la question du paysage.

2 Voir par exemple : British Columbia Forest Service, Forest Landscape Handbook, Information Services Branch, Ministry of Forests, Colombie-Britannique, 1981.

3 Forman, R. T. T. et M. Godron, Landscape Ecology, New York et Toronto, John Wiley & Sons, 1986.

4 Béguin, F., Le paysage, Flammarion, « coll. Dominos », 1995.

5 Au Canada, le géographe d’origine française Raoul Blanchard – Blanchard, R., L’Ouest du Canada Français. Province de Québec, Montréal, Beauchemin, 1953 – fait figure de pionnier par ses recherches effectuées sur le Canada français.

6 Béguin, 1995, op. cit., note 4.

7 Claval, P., Géographie humaine et économique contemporaine, Presses Universitaires de France, 1984.

8 Ibid.

9 Naveh, Z. et A. S. Lieberman, Landscape Ecology : Theory and Application, New York, Springer-Verlag, 1984 ; Domon, G. et A. Leduc, « L’Écologie du paysage : nouvelle branche de l’écologie ou nouvelle science du paysage ? », dans Méthodes et réalisations de l’écologie du paysage pour l’aménagement du territoire, Domon, G. et J. Falardeau (dir.), IVe congrès de la Société canadienne d’écologie et d’aménagement du paysage, Polyscience Publications Inc., Université Laval, 1995. p. 5-13.

10 Voir notamment : Tress, B. et G. Tress, « Capitalising on Multiplicity : a Transdisciplinary Systems Approach to Landscape Research », Landscape and Urban Planning, vol. 57, 2001, p. 143-157 ; et Ruiz, J. et G. Domon, « Integrating Physical and Human Dynamics in Landscape Trajectories : Exemplified at the Aulnages Watershed (Québec, Canada) », dans Tress, B. et al. (dir.), Front Landscape Research to Landscape Planning : Aspects of Integration, Education and Application, Dordrecht Wageningen U.R. Frontis Series, vol. 12, printemps 2005, p. 67-81.

11 Domon et Leduc, 1995, op. cit., note 9.

12 Forman et Godron, 1986, op. cit., note 3.

13 Souvent qualifié d’aménagiste, voir notamment Domon et Leduc, 1995, op. cit., note 9.

14 Naveh, Z., « What is Holistic Landscape Ecology ? A Conceptual Introduction », Landscape and Urban Planning, vol. 50, 2000, p. 7-26.

15 Naveh, Z., « Interactions of Landscapes and Cultures », Landscape and Urban Planning, vol. 32, 1994, p. 48.

16 Lothian, A., « Landscape and the Philosophy of Aesthetics : Is Landscape Quality Inherent in the Landscape or in the Eye of the Beholder ? », Landscape and Urban Planning, vol. 44, 1999, p. 177-177-198 ; Daniel, T. C., « Whither Scenic Beauty ? Visual Landscape Quality Assessment in the 21st Century », Landscape and Urban Planning, vol. 54, no 1-4, 2001, p. 267-281.

17 Les méthodes d’évaluation et de caractérisation visuelles et paysagères sont nombreuses et diverses (Rougerie et Beroutchachvili, Géosystèmes et paysages, Bilan et méthodes). Les nombreuses tentatives de classification déterminent globalement quatre grandes familles de méthodes, celles qui prennent appui respectivement sur les paradigmes expert, psychophysique, cognitif et expérientiel. Pour les fins du propos tenu dans ce texte, seules les principales postures conceptuelles qui s’en dégagent seront discutées.

18 Zube, E. H., J. L. Sell et J. G. Taylor, « Landscape Perception, Research, Application and Theory », Landscape Planning, vol. 9, 1982, p. 1-35.

19 Dakin, S., « There’s More to Landscape Than Meets the Eye : Towards Inclusive Landscape Assessment in Resource and Environmental Management », Canadian Geographer, vol. 47, no 2, 2003, p. 185-200.

20 Aoki, Y., « Review Article : Trends in the Study of the Psychological Evaluation of Landscape », Landscape Research, vol. 24, no 1, 1999, p. 85-94.

21 Uzzell, D. L., « Environmental Psychological Perspectives on Landscape », Landscape Research, vol. 16, no 1, 1991, p. 3-10.

22 Berleant, A., Living in the Landscape. Toward an Aesthetics of Environment, Lawrence (KS), University Press of Kansas, 1997.

23 Berque,A. (dir.), Cinq propositions pour une théorie du paysage, Seyssel, Éditions Champ Vallon, coll. « Pays/Paysages », 1994.

24 Roger, A., « Histoire d’une passion théorique ou Comment on devient un Raboliot du Paysage », dans Berque, A. (dir.), Cinq propositions pour une théorie du paysage, Seyssel, Éditions Champ Vallon, coll. « Pays/Paysages », 1994, p. 107-123.

25 Lassus, B., « Les continuités du paysage », Urbanisme, vol. 250-252, 1991, p. 64-69.

26 Berque, A., « Paysage, milieu, histoire », dans Berque, A. (dir.), Cinq propositions pour une théorie du paysage, Seyssel, Éditions Champ Vallon, coll. « Pays/Paysages », 1994, p. 11-29.

27 Ibid.

28 Roger, 1994, op. cit., note 24.

29 L’artialisation est entendue ici comme un processus qui embellit la nature. L’idée d’une « nature artialisée » apparaît pour la première fois chez Montaigne (Essais III, « Sur les vers de Virgile »).

30 Donadieu, P., La société paysagiste, Arles, Actes Sud/École nationale supérieure du paysage, 2002.

31 Corbin, A., Le territoire du vide : l’Occident et le désir de ravage (1750-1840), Paris, Aubier, 1988.

32 Donadieu, 2002, op. cit., note 30.

33 Genin Bonin, S., Paroles d’habitants, discours sur les paysages : des modèles aux territoires, Thèse de doctorat, Paris, Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), 2002.

34 Tremblay, F. et P. Poullaouec-Gonidec, « Contre le tout paysage : pour des émergences et... des oublis », Cahiers de géographie du Québec, vol. 46, no 129, 2002, p. 34-55.

35 Jackson, J. B., Discovering the Vernacular Landscape, New Haven et Londres, Yale University Press, 1984.

36 Besse, J.-M. et G. A. Tiberghien, « L’expérience du paysage », dans Jackson, J. B., À la découverte du paysage vernaculaire, Arles, Actes Sud/École nationale supérieure du paysage, 2003, p. 11.

37 Jackson, 1984, op. cit., note 35.

38 Meinig, D. W., « The Beholding Eye, Ten Versions of the Same Scene », dans Meinig, D. W. (dir.), The Interpretation of Ordinary Landscapes : Geographical Essay, New York et Oxford, Oxford University Press, 1979, p. 33-48.

39 Lewis, P. F., « Axioms for Reading the Landscape : Some Guides to the American Scene », dans Meinig, D. W. (dir.), The Interpretation of Ordinary Landscapes : Geographical Essays, New York et Oxford, Oxford University Press, 1979, p. 12.

40 Relph, E., Rational Landscapes and Humanistic Geography, Totowa (NJ), Croom Helm, Londres, Barnes & Noble Books, 1981, p. 3.

41 Ley, D., « From Urban Structure to Urban Landscape », Urban Geography, vol. 9, no 1, 1988, p. 99.

42 Duncan, J. S. et N. G. Duncan, Landscapes of Privilege : The Politics of the Aesthetic in an American Suburb, New York, Routledge, 2004.

43 Dubot, F. et B. Lizet, « Pour une ethnologie du paysage », dans Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995, p. 225-240.

44 Boutinet, J. P., « À propos du projet de paysage, repères anthropologiques », Les Carnets du paysage, vol. 7, 2001, p. 65-83.

45 Genin Bonin, 2002, op. cit., note 33.

46 Lenclud, G., « Ethnologie et paysage », dans Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995, p. 3-17.

47 Dubot et Lizet, 1995, op. cit., note 43.

48 Augoyard, J.-F., « La vue est-elle souveraine dans l’esthétique paysagère ? », Débat, vol. 65,1991, p. 51-59.

49 Dakin, 2003, op. cit., note 19.

50 Tremblay et Poullaouec-Gonidec, 2002, op. cit., note 34.

51 Dans les parcours empruntés par les adeptes de ces pratiques, certains toponymes sont particulièrement évocateurs du caractère sublime des expériences paysagères offertes : « trous du diable », « pleureur », « porte de l’enfer », « cascades malignes » (Tremblay et Poullaouec-Gonidec, 2002, op. cit., note 34).

52 Berque, A., Médiances, de milieux en paysages, Montpellier, Reclus, 1990.

53 Donadieu, P., « Du désir de campagne à l’art du paysagiste », L’espace géographique, vol. 3, 1998, p. 194.

54 Bourassa, S. C., The Aesthetics of Landscape, Londres et New York, Belhaven Press, 1991, p. 40.

55 Luginbühl, Y., J.-C. Bontron et Z. Cros, Méthode pour des atlas de paysage – identification et qualification, ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Équipement et des Transports, direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, La Défense, 1994, p. 31.

56 Poullaouec-Gonidec, P., C. Montpetit, G. Domon, M. Gariépy, G. Saumier et D. Dagenais, Concept et opérationalisation du paysage : balisage du concept de paysage, des méthodes et des enjeux publics au Québec, Montréal, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, 2001.

57 Porteous, J. D., Environmental Aesthetics, New York, Routledge, 1996.

58 Tuan, Y. F., « Though and Landscape. The Eye and the Mind’s Eye », dans Meinig, D. W. (dir.), The Interpretation of Ordinary Landscapes : Geographical Essays, New York et Oxford, Oxford University Press, 1979, p. 89-102.

59 Bourassa, 1991, op. cit., note 54.

60 Naveh, 1994, op. cit., note 15.

61 Berque, 1994, op. cit., note 23.

Table des illustrations

Légende Figure 1.1 : « La vue sur la contrée », paysage rural. (Source : P. Poullaouec-Gonidec, 2004)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Figure 1.2 : L’art du jardin comme impression de paysage. (Source : Parterre de paysage – École d’été de Métis, projet « Oscillation marine » d’Amélie Paquin et Alexandre Rivet, photographie : P. Poullaouec-Gonidec)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 1.3 : La « Swamp », expression d’une nouvelle esthétique paysagère. (Source : P. Poullaouec-Gonidec, 2004)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Figure 1.4 : Scène paysagère du quotidien urbain. (Source : P. Poullaouec-Gonidec, 2003)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10576/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteurs

Titulaire et cofondateur de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Depuis 2003, il est également titulaire et fondateur de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM). Architecte paysagiste et plasticien de l’environnement, il est professeur titulaire à l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal dont il a été le directeur de 1991 à 1996. Engagé activement à faire reconnaître la portée culturelle et sociale de l’enjeu du paysage auprès des pouvoirs publics, il a obtenu récemment l’un des cinq prestigieux prix de recherche Trudeau (Lauréat 2005 de la Fondation Trudeau).

Professeur titulaire à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal où il enseigne dans les domaines de l’écologie du paysage et de l’aménagement des paysages ruraux. Directeur scientifique associé à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal ainsi qu’à la Chaire UNESCO en paysage et environnement de la même institution, il est membre du comité de direction de la commission Landscape Analysis de l’Union géographique internationale et co-dirige un vaste projet multidisciplinaire « Haut-Saint-Laurent : Écologie et aménagement ». Auteur de trois livres et de plus d’une centaine d’articles, ses recherches actuelles portent principalement sur la dynamique spatio-temporelle des paysages ruraux du sud du Québec, la reconstitution de la dynamique des territoires agro-forestiers anciens, l’élaboration d’outils de caractérisation des paysages et la gestion écologique des espaces protégés.

Chercheur adjoint à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal ainsi qu’à la Chaire UNESCO en paysage et environnement de la même institution. Titulaire d’un Ph. D. (2001) en aménagement à l’Université de Montréal, il a séjourné en 2003, grâce à une bourse de recherche postdoctorale du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), au Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS), unité de recherche affiliée au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et aux Universités de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), 8 et 10. Sur les milieux ruraux, urbains et périurbains, il développe des points de vue qui se réclament du domaine émergent de la « sociologie du paysage ». Ses travaux ont fait l’objet de nombreuses publications dans des revues sur le plan national et international.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr