Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages en perspective

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Gérald Domon
, 
Sylvain Paquette

Introduction

Texte intégral

1Pourquoi, dans le contexte québécois actuel, s’intéresser au paysage ? Poser cette question, c’est chercher à mieux situer les intérêts multiples que la société québécoise porte à son paysage. Plus encore, c’est tenter d’établir une première lecture des enjeux collectifs que suscitent au Québec les milieux de vie et les territoires autour desquels gravitent et s’élaborent de nouvelles demandes sociales.

  • 1 Poullaouec-Gonidec, P., C. Montpetit, G. Domon, M. Gariépy, G. Saumier, et D. Dagenais, Concept et (...)

2Envisagé comme la préoccupation d’un ou plusieurs groupes d’intervenants pour les dimensions qualitatives d’un territoire1, l’enjeu de paysage ne peut exister sans que les qualités initiales d’un lieu, relevées suivant une lecture plurielle (esthétique, scientifique, environnementale, patrimoniale, économique, etc.), ne se traduisent en valeurs pour un groupe social donné et dans un espace-temps donné. Cela dit, toute manifestation de reconnaissance des qualités paysagères, toute marque de valorisation du territoire ne fait pas forcément l’objet d’un enjeu collectif. Il est utile, à ce propos, de distinguer la nature simplement appréciative de certaines formes de valorisation paysagère, du véritable rapport d’engagement qui relève lui d’une attitude active et volontaire se traduisant par des gestes concrets portés sur la scène publique. Aussi, les textes rassemblés dans ce livre envisagent-ils l’enjeu de paysage comme l’expression d’une véritable demande sociale impliquant forcément la mobilisation de divers acteurs territoriaux concernés.

  • 2 Gouvernement du Québec, « Plan de développement durable du Québec », Document de consultation, nov (...)
  • 3 Groupe-conseil sur la Politique du patrimoine culturel du Québec, « Notre patrimoine, un présent d (...)
  • 4 Gouvernement du Québec, « Loi sur la conservation du patrimoine naturel », L.R.Q. C-61.01, 2004.
  • 5 Conseil de l’Europe, Convention européenne du paysage, 2000, <www.namre.coe.int/french/main/paysage/conv.htm>.

3Alors qu’hier encore on ne le considérait que comme émergeant en territoire québécois, l’enjeu de paysage est aujourd’hui déclaré et trouve un écho favorable dans de nombreux documents législatifs, programmes politiques ou initiatives aménagistes. Le projet de Plan de développement durable du Québec2, le Projet de politique du patrimoine culturel du Québec3, la Loi sur la conservation du patrimoine naturel qui introduit le statut de paysage humanisé4, de même que l’adoption de nombreuses initiatives municipales en zone urbaine (ex. : Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal, 2004) comme en zone rurale, constituent des moments forts de cette préoccupation. Aussi apparaît-il clair aujourd’hui que les collectivités n’admettent plus de subir leurs paysages passivement5, mais tendent de plus en plus à jouer un rôle actif dans leur transformation et donc d’infléchir leur dessein.

4Ce livre cherche précisément à révéler les expressions plurielles et singulières qui caractérisent, en ce début de XXIe siècle, l’enjeu de paysage au Québec. Pour ce faire, il prend appui sur une série de cas concrets, interpellant une diversité de contextes géographiques, d’acteurs sociaux, de démarches publiques, à partir desquels un enjeu de paysage particulier est traité. Loin de clore de manière définitive la question des enjeux pluriels que pose le paysage, le présent recueil propose plus simplement un état des lieux. Aussi, ce portrait de l’état actuel des connaissances et des réflexions, évolue-t-il sans cesse, particulièrement dans le domaine émergent des paysages de l’urbain.

5Étant donné la multiplicité des approches qui se réclament du concept de paysage, il apparaît nécessaire de rappeler, au préalable, les principaux repères conceptuels attachés à ce terme et d’adopter une position conceptuelle claire. Le texte de P. Poullaouec-Gonidec, G. Domon et S. Paquette accomplit cette tâche (Chapitre I). Outre la confirmation du caractère pluriel de la notion de paysage qui s’y dégage, se dessine une autre tendance dans l’évolution des préoccupations scientifiques vis-à-vis de cette notion qui mérite une attention singulière. Il est nécessaire de constater en effet que, mobilisant au départ essentiellement un regard expert sur la matérialité, la forme ou le système, le paysage devient progressivement une préoccupation indissociable du regard social, ou à tout le moins, d’un regard commandant une lecture des réalités sociales. Les approches les plus récentes qui examinent les valorisations collectives par rapport à un territoire ou la mise au jour de l’expérience ordinaire au lieu sont l’expression de ce changement de paradigme de la question du paysage. Elles rappellent somme toute qu’en dehors du regard formé de l’expert, d’autres regards existent, interpellant davantage la portée sociale et civique de l’enjeu de paysage.

6Dans l’ensemble des contributions qui se succèdent à la suite de ces premiers propos, trois grandes familles d’enjeux sont abordées : paysages en territoires ressources-, paysages et infrastructures, l’urbain en paysages. L’idée d’aborder ces trois familles d’enjeux dans cet ordre fait écho à l’évolution même de la préoccupation du paysage au Québec.

Paysages en territoires ressources

7L’idée de territoire ressource marque incontestablement l’identité territoriale du Québec. Comme le rappellent d’entrée de jeu G. Domon, F. Tremblay, J. Froment et J. Ruiz, « le développement et l’occupation du territoire ont historiquement été indissociables de la mise en valeur des ressources hydriques, agricoles ou forestières » (Chapitre 3). Ici comme ailleurs, les bénéfices procurés par la plupart des activités liées à l’exploitation des ressources, de quelque nature qu’elles soient, sont évalués presque exclusivement en termes de rendement productif, l’admissibilité aux appuis financiers étant largement conditionnée par la hauteur de ces rendements.

8Sujet à des pressions sociales de plus en plus vives, ce régime d’exploitation des ressources est aujourd’hui remis en cause. Aussi, les nouvelles préoccupations sur l’environnement, le paysage ou le patrimoine sont envisagées davantage suivant la logique de ce régime, en termes de contraintes à la production, voire en termes d’externalités négatives à corriger par l’adoption de mécanismes de contrôle adaptés. Or, les nombreux conflits qui ont cours à l’heure actuelle reposent en grande partie sur le décalage qui persiste entre, d’une part, une vision essentiellement marchande de la ressource donnée (agricole, forestière, hydrique, etc.) et, d’autre part, une vision cherchant à promouvoir une pleine reconnaissance des bénéfices sociaux que procure l’expérience des espaces concernés par leur exploitation.

  • 6 Commission de l’UQCN, 2002, p. 14.

9En agriculture, l’enjeu s’avère d’autant plus préoccupant selon J. Ruiz et G. Domon que les tendances visant la maximisation de la production agricole se poursuivent et mettent en péril les autres fonctions de ces territoires (Chapitre 2). Cette situation pose, comme le soulignent ces auteurs, l’inévitable question des moyens à mettre en œuvre en vue de trouver plus facilement des solutions à l’exercice de la multifonctionnalité agricole à l’intérieur du marché. Elle renvoie notamment aux conditions de prise en compte de la plupart des fonctions liées à l’entretien des paysages, comme à la protection de certaines ressources environnementales ou patrimoniales. Il suffit de penser aux nombreux clichés de paysages d’intérêt façonnés par l’agriculture qui visent à faire la promotion d’une région touristique et pour lesquels « la très grande majorité des agriculteurs ne retirent aucune espèce de retombée économique6 ».

  • 7 Cité dans « Aires protégées au Québec : Contexte, constats et enjeux pour l’avenir », <http://www.menv.gouv.qc.ca/biodiversite/aires_protegees/contexte/partie2.htm>.

10Comme les milieux agricoles, la forêt est perçue aujourd’hui comme un espace qui procure des biens et remplit des fonctions multiples (production de matière ligneuse, lieu d’activités récréatives et touristiques, espaces à habiter et à fréquenter pour ses qualités esthétiques, etc.). Ainsi et à titre d’exemple, une étude réalisée en 1997 aux États-Unis révélait que l’activité récréative dans les forêts nationales allait injecter 100 milliards de dollars dans l’économie américaine en l’an 2000, et seulement 3,5 milliards pour la vente de bois de construction7. Ces chiffres montrent à eux seuls l’ampleur des nouvelles attentes sociales avec lesquelles le monde forestier se doit de composer. Le texte de G. Domon, F. Tremblay, J. Froment et J. Ruiz expose en quoi le ministère des Ressources naturelles du Québec a répliqué à ces exigences par la mise au point d’une série de normes minimales d’intervention et de mesures d’atténuation des impacts en ce qui concerne les ressources visuelles notamment (Chapitre 3). Dans l’optique où le développement de certaines activités en forte émergence dépend largement de la qualité des expériences offertes en milieu boisé, considérant que ces activités sont à même de générer des retombées souvent supérieures à la seule production de matière ligneuse, ce texte en vient à la conclusion qu’une meilleure prise en compte des multiples dimensions paysagères dans l’aménagement et la gestion des forêts publiques s’impose.

11Sous un autre rapport, la conciliation difficile des objectifs de production d’hydroélectricité avec les activités récréo-touristiques en rivière soulève, encore là, la question du rôle central du rapport expérientiel au paysage comme vecteur d’enjeux collectifs. Aussi, ces enjeux renvoient-ils, selon F. Tremblay, à une vision équivoque du bien commun (Chapitre 4). Pour les uns, porteurs de regards hédonistes, les paysages de rivières s’assimilent d’abord et avant tout à un patrimoine commun à partager pour le bien-être individuel et social du plus grand nombre. Pour les autres, qui ont une vision plus orientée vers le développement du plein potentiel hydroélectrique, les rivières participent au bien-être commun, sur le plan des services que cette exploitation rend à la société. Or, force est de constater l’écart qui subsiste bien souvent encore entre les aspirations des uns et les mesures d’accommodement des autres.

12Somme toute, la dégradation, réelle ou perçue, des paysages que certains associent tantôt à l’activité agricole, tantôt à l’exploitation des ressources forestières, tantôt encore aux logiques de production du secteur de l’hydroélectricité, soulève une multitude d’enjeux majeurs sur les plans écologique, esthétique, économique, social, ludique, etc.

  • 8 L.R.Q., chapitre C-61.01.

13Sur un plan plus général, il faut voir dans l’adoption récente du statut de paysage humanisé instauré par la Loi sur la conservation du patrimoine naturel8 un pas dans la bonne voie pour ce qui est de ces enjeux. Cette démarche innove dans la volonté d’assurer le maintien du caractère unique des interactions dynamiques entre nature et culture, de même que la viabilité à long terme des initiatives de développement socioéconomique des collectivités concernées. Le texte de F. Tremblay et G. Domon discute, sur la base d’un certain nombre de modèles d’opérationnalisation du concept de paysage protégé observé ailleurs dans le monde, de la contribution attendue d’une telle désignation territoriale pour le Québec (Chapitre 5). Plus encore, il souligne que le défi opératoire de ce nouveau statut réside dans le dosage optimal des trois pôles d’intérêt impliqués dans cette démarche (sur les plans naturel, culturel et socioéconomique) et dans son aptitude à s’adapter à la diversité des situations et des besoins régionaux.

Paysages et infrastructures

  • 9 Poullaouec-Gonidec, P., « Esthétique des paysages de la modernité », Trames, numéro spécial « Le p (...)

14Le paysage n’existe pas seulement là où certains aménagements ont été projetés au nom d’une quelconque volonté d’architecturer l’espace, mais surgit bien souvent là où les qualités d’un territoire, d’un cadre de vie, d’un environnement sont menacées. Cette propension à associer l’avènement de regards porteurs d’idées de paysage à une certaine esthétique de la sauvegarde9 se confirme chaque fois qu’un élément de perturbation vient bousculer un certain ordre établi. Au Québec, comme le remarque C. Gagnon, l’acte de naissance de l’enjeu de paysage coïncide ainsi pour plusieurs avec les manifestions réactives qui ont pris place au cours des années 1980, dans la foulée d’un projet d’implantation d’une ligne de transport d’électricité au-dessus du Saint-Laurent, à la hauteur de Grondines et Lotbinière (Chapitre 7). Depuis, le projet d’infrastructure, qu’il s’agisse de la prolongation d’un tracé autoroutier, du déploiement d’un réseau de transport d’énergie, ou de la récupération incessante d’espaces pour l’affichage publicitaire, vient souvent attiser, voire heurter les sensibilités paysagères. De plus, il est nécessaire d’admettre que l’infrastructure joue un rôle majeur sur le plan de l’organisation territoriale mais également en tant que support à l’expérience paysagère.

15Chacune des contributions du second volet de ce livre aborde un enjeu spécifique en lien avec cette problématique. L. Desjardins, M. Gariépy, P. Lewis et N. Valois illustrent par exemple en quoi l’enjeu de paysage des entrées routières de Montréal est indissociable du caractère insulaire de cette ville (Chapitre 6). Ce caractère représente, faut-il le rappeler, une opportunité formidable de révélation des emblèmes montréalais, le fleuve, la silhouette du mont Royal, le skyline du centre-ville, etc. Outre le fait indéniable que ces territoires de traverses sont actuellement passablement dégradés, le défi à relever réside dans le fait que les intentions aménagistes initiales ont contribué à réduire la fonction de ces espaces de réseau à une simple logique de fluidité et de circulation des personnes et des marchandises.

16Cette logique, qui apparaissait hier encore comme implacable aux yeux des instances concernées, est aujourd’hui de plus en plus remise en question. Elle est contestable, car les conditions contemporaines des rapports avec le territoire, qu’il s’agisse d’un environnement, d’un champ visuel, d’un cadre de vie ou de travail, ne peuvent plus se satisfaire des objectifs sectoriels de rendement et d’efficacité fonctionnels des projets d’infrastructure. De plus en plus, celles-ci se doivent de composer avec diverses préoccupations, sur les plans écologique, visuel comme sur celui de la santé. À tel point qu’il devient de plus en plus ardu, voire impossible de dissocier clairement, comme le soutient C. Gagnon, l’enjeu de paysage de l’ensemble de ces préoccupations (Chapitre 7).

17Enfin, par delà la singularité des éléments de solution proposés dans les différents contextes étudiés en ce qui a trait à l’encadrement des pratiques aménagistes, une idée nouvelle fait son chemin. De plus en plus, effectivement, plusieurs reconnaissent, comme le soulignent S. Courrier, G. Beaudet et M.-O. Trépanier dans leur réflexion sur le renouvellement de l’enjeu de l’affichage publicitaire, que l’infrastructure dispose d’un potentiel certain, mais trop rarement envisagé, de qualification positive des territoires (Chapitre 8). Cette vision implique de chercher les options d’aménagement envisageables par delà le simple réflexe normatif, en ouvrant au design un chantier encore inexploré. Alors qu’hier encore ils s’articulaient autour de mesures d’atténuation des impacts visuels liés à l’implantation de nouveaux projets d’infrastructures, les enjeux se posent bien davantage aujourd’hui en termes de requalification des réseaux existants et de mise en valeur des qualités paysagères des territoires concernés.

L’urbain en paysages

18Quelles sont les conditions d’existence et les expressions possibles du concept et de l’enjeu de paysage en contexte urbain, telle est la question qu’abordent les deux dernières contributions de ce livre. Si l’adéquation entre paysage et urbanité n’est pas complètement nouvelle sur le plan conceptuel, l’expression paysage urbain serait apparue en littérature comme en géographie dès le XIXe siècle, la reconnaissance d’un enjeu de paysage pour les villes et les métropoles demeure cependant relativement récent. En effet, contrairement à l’expérience magnifiée du monde rural ou de la nature sauvage, la singularité du paysage urbain a été jusqu’à tout récemment occultée en tant que préoccupation aménagiste. Les motifs initiaux d’une des démarches internationales les plus accomplies en matière de protection et de gestion du paysage, à savoir la Convention européenne du paysage (CEP), sont à cet égard fort instructifs. De fait, à l’origine de l’adoption du projet de convention, les préoccupations des États membres témoignaient d’abord et avant tout de la nécessité d’adopter une convention cadre sur le paysage rural européen. Il faudra par conséquent attendre l’adoption de la CEP, en juillet 2000, pour que formellement la question du paysage urbain soit intégrée à l’intérieur des champs d’application qui lui sont reconnus.

19Quelles peuvent être les raisons invoquées qui permettent de mieux comprendre les conditions d’émergence tardive des enjeux de paysage urbain ? D’abord, il faut mettre ces conditions en rapport avec les critères qui définissent traditionnellement le concept de paysage. Or la notion de paysage fait intervenir, dans son acception commune, l’idée d’horizon ou de vue d’ensemble. Les conditions matérielles de la ville ne permettant le plus souvent qu’une prise visuelle sur des fragments d’horizon, l’élévation d’espaces urbains au rang de paysages ne deviendrait dans ces circonstances que plus ardue. P. Poullaouec-Gonidec et S. Paquette montrent toutefois qu’une certaine idée de la beauté ou de l’expérience esthétique a toujours été étroitement liée au dessein de la ville (Chapitre 9). Ils font remarquer plus encore, sur la base d’une lecture de l’identité conceptuelle du paysage en territoire urbanisé dans la littérature, que la figure unitaire suggérée par l’expression paysage urbain traduit mal le caractère hétérogène et dynamique des conditions urbaines contemporaines, et que l’expression plurielle et changeante de paysages de l’urbain serait ici plus appropriée. Ce texte peut s’entendre enfin comme une réponse au défi lancé au départ quant à la portée opératoire à donner au positionnement conceptuel retenu (Chapitre 1). Effectivement, il y a dans la démarche proposée de monitoring des paysages de l’urbain une tentative féconde de traduire la posture conceptuelle de départ à travers l’idée d’intention et de projet de paysage.

20Mettant à l’épreuve la portée opératoire de ce positionnement conceptuel en faveur d’une lecture des enjeux de paysage en territoire urbain, c’est l’absolue nécessité de reconnaître la valeur publique du paysage, de révéler le caractère singulier de ces territoires en tant que bien collectif à part entière qui est traitée dans la contribution finale. C’est dans les nouveaux territoires de l’habitat périphérique que la situation est la plus préoccupante, là où le travail d’évocation de la qualité des cadres de vie ne semble s’accomplir pour l’instant qu’au profit des intérêts privés. Posant un regard critique sur le déploiement récent de l’activité immobilière de la frange périurbaine de Montréal, S. Paquette et P. Poullaouec-Gonidec montrent effectivement à quel point les stratégies de promotion résidentielle participent à des mises en paysage inédites de ces secteurs (Chapitre 10). Aussi, les idées de paysage se construisent-elles le plus souvent, dans ces conditions, au mépris de l’identité et du caractère réels des territoires de l’étalement urbanistique. Dans un contexte où les métropoles connaissent un climat de vive concurrence, où chacune cherche à tirer profit de ses avantages stratégiques sur les plans des marchés résidentiels et touristiques comme sur celui du développement industriel, ces questions sur les formes d’accompagnement à privilégier, voire à inventer en matière d’aménagement des territoires urbanisés sont incontournables.

21Somme toute, les points de vue sur le paysage sont d’actualité. À la croisée de préoccupations environnementales, culturelles, sociales et économiques, les enjeux qui s’en réclament ont sans contredit une portée publique et civique. Ces enjeux aujourd’hui déclarés, encore faut-il en prendre acte. Ce livre témoigne de cette volonté, cherchant à rendre compte de l’expression éminemment plurielle du débat contemporain sur le paysage.

Notes

1 Poullaouec-Gonidec, P., C. Montpetit, G. Domon, M. Gariépy, G. Saumier, et D. Dagenais, Concept et opérationalisation du paysage : balisage du concept de paysage, des méthodes et des enjeux publics au Québec, Rapport de recherche déposé au ministère de la Culture et des Communications et à Hydro-Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, Avril 2001.

2 Gouvernement du Québec, « Plan de développement durable du Québec », Document de consultation, novembre 2004.

3 Groupe-conseil sur la Politique du patrimoine culturel du Québec, « Notre patrimoine, un présent du passé », Proposition présentée à madame Agnès Maltais, ministre de la Culture et des Communications, 2000.

4 Gouvernement du Québec, « Loi sur la conservation du patrimoine naturel », L.R.Q. C-61.01, 2004.

5 Conseil de l’Europe, Convention européenne du paysage, 2000, <www.namre.coe.int/french/main/paysage/conv.htm>.

6 Commission de l’UQCN, 2002, p. 14.

7 Cité dans « Aires protégées au Québec : Contexte, constats et enjeux pour l’avenir », <http://www.menv.gouv.qc.ca/biodiversite/aires_protegees/contexte/partie2.htm>.

8 L.R.Q., chapitre C-61.01.

9 Poullaouec-Gonidec, P., « Esthétique des paysages de la modernité », Trames, numéro spécial « Le projet de paysage au Québec », vol. 9, 1993, p. 29-34.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr