Version classiqueVersion mobile

Paysages en perspective

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Gérald Domon
, 
Sylvain Paquette

Avant-propos

Texte intégral

1L’actualité québécoise regorge de questionnements sur la qualité de son territoire aménagé d’architectures et d’infrastructures, comme sur la valeur accordée à certaines ressources environnementales et à certains lieux emblématiques de son histoire. Tout récemment, on nous conviait même à juger de la laideur du Québec et de sa métropole. Le Québec, est-il laid ? Montréal, est-elle laide ? De fait, ces deux questions révélaient un trait culturel intéressant qui distingue le Québec de plusieurs pays occidentaux : ici, on interpelle le paysage par la négation. Plus d’ode à la beauté. Plus de poèmes extatiques et enivrés sur la nature, de promenades contemplatives et méditatives du voyageur ou de tableaux des paysagistes canadiens et québécois ; la laideur est un appel au paysage, à son invention. Soumis au jugement du « bon goût » de l’individu ou à la bienséance collective, il cristallise les débats sur le mal-être de la société envers son territoire.

2Point noir et sensible de nos milieux de vie, le paysage ne serait plus nécessairement la belle étendue de pays qui s’offre à notre vue. Dans notre hyper modernité, il suscite des points de vue qui dépassent bien évidemment la simple émotion esthétique pour entrer de plain-pied dans les grands dossiers de l’aménagement du territoire au Québec.

3En réponse à cette actualité où se côtoient l’architecture de nos environnements, le patrimoine naturel et culturel, la qualité du cadre de vie et le développement local, les textes rassemblés dans ce livre proposent une lecture des principaux enjeux du paysage au Québec. Ils s’élaborent tous à partir de réflexions développées à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal avec l’aide de ses principaux partenaires (ministères du Québec et Hydro-Québec). Conçues à partir de recherches contextualisées, les contributions des auteurs de ce livre montrent que la conception contemporaine du paysage est ouverte et multiple. La diversité de leurs propos montre la complexité et la portée des enjeux qui sont en cause. Par ailleurs et surtout, chaque point de vue rapporté exprime la nécessité de reconnaître le paysage comme bien collectif d’une société qui doit elle-même assurer sa mise en valeur et son invention à travers une perspective de projets.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search