Version classiqueVersion mobile

Les meurtriers sexuels

 | 
Jean Proulx
, 
Maurice Cusson
, 
Eric Beauregard
, 
et al.

7. Le sadisme sexuel

Jean Proulx, Étienne Blais et Eric Beauregard

Texte intégral

  • 1 « L’expérience d’un plaisir sexuel (incluant l’orgasme) suscité par des actes de cruauté et des pun (...)

1Le terme « sadisme » trouve son origine dans les écrits du marquis de Sade (1740-1814). Il décrit dans ses nombreux ouvrages des scènes de viol, de torture, de cruauté et de meurtre, actes perpétrés en vue d’en tirer un plaisir sexuel. Le terme « sadisme » apparaît dans la documentation médicale française au début du XIXe siècle (Hucker, 1997). Toutefois, c’est après la publication du Psychopathia Sexualis de Krafft-Ebing, en 1886, que l’usage du terme sadisme en tant que catégorie diagnostique sera consacré. Krafft-Ebing (1886) définit ainsi le sadisme: « The experience of sexual, pleasurable sensations (including orgasm) produced by acts of cruelty, bodily punishment afflicted on one’s own person or when witnessed in others, be they animals or human beings. It may also consist of an innate desire to humiliate, hurt, wound or even destroy others thereby to create sexual pleasure in one’s self1. »

2Dans la plus récente édition du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, soit le DSM-IV (APA, 1994), on trouve une définition du sadisme qui s’accorde largement avec celle proposée il y a plus d’un siècle par Krafft-Ebing. En effet, cette définition comporte les deux critères diagnostiques suivants :

  1. Over a period of at least 6 months, recurrent, intense sexually arousing fantasies, sexual urges, or behaviors involving acts (real, not simulated) in which the psychological or physical suffering (including humiliation) of the victim is sexually exciting to the person.

    • 2 « (A) Présence de fantaisies imaginatives sexuellement excitantes, d’impulsions sexuelles, ou de co (...)

    The fantasies, sexual urges, or behaviors cause clinically significant distress or impairment in social, occupational or other important areas of functioning2.

  • 3 « [U]ne préférence pour une activité sexuelle qui implique de l’asservissement, des châtiments corp (...)

3Une autre définition récente du sadisme, celle de l'International Classification of Diseases (ICD-10 ; World Health Organization, 1992), est également compatible avec celle de Krafft-Ebing. Le sadisme y est défini comme étant une « preference for sexual activity that involves bondage or the infliction of pain or humiliation3 ».

4Dans les définitions du sadisme sexuel qui précèdent, on retient que l’origine du plaisir sexuel et de l’excitation sexuelle se trouve dans des fantaisies ou des actes où la torture physique ou psychologique fait souffrir une victime. Toutefois, pour plusieurs auteurs, l’essence du sadisme n’est pas dans la souffrance de la victime, mais dans le pouvoir absolu exercé sur celle-ci (Dietz, Hazelwood et Warren, 1990 ; Fromm, 1973 ; Gratzer et Bradford, 1995 ; Johnson et Becker, 1997 ; Langevin, 1991 ; MacCulloch, Snowden, Wood et Mills, 1983). Ce point de vue est très bien illustré par les propos d’un meurtrier sexuel sadique rapportés dans un article de Dietz et al. (1990) :

  • 4 « L’essence du sadisme ne se trouve pas dans le désir d’infliger de la douleur à autrui. Le désir l (...)

The wish to inflict pain on others is not the essence of sadism. One essential impulse is to have complete mastery over another person, to make him/her a helpless object of our will, to become the absolute ruler over her, to become her God, to do with her as one pleases. To humiliate her, to enslave her, are means to this end, and the most important radical aim is to make her suffer since there is no greater power over another person than that of inflicting pain on her, to force her to undergo suffering without being able to defend herself4.

5Même si le débat quant à l’essence du sadisme n’est pas clos, il y a cm certain consensus en ce qui concerne ses manifestations. En effet, Marshall et Kennedy (sous presse) ont fait le relevé des éléments fréquemment associés au sadisme sexuel dans les études relatives à cette question. En ce qui concerne la scène de crime, ils notent les caractéristiques suivantes : usage d’une arme, enlèvement, séquestration, torture, humiliation et mutilation de la victime, pénétration anale, pénétration avec un objet, actes sexuels bizarres, meurtre et mutilation post-mortem. En ce qui a trait aux fantaisies rapportées par les sadiques, elles incluent des thèmes de contrôle, de violence sexuelle et de sadisme. Finalement, lors d’une évaluation phallométrique, les sadiques manifestent une préférence sexuelle pour les scénarios qui comportent de la violence sexuelle.

6Afin de clarifier le champ des manifestations du sadisme, Hazelwood, Dietz et Warren (1992) soulignent que la victime doit être consciente, sinon elle ne peut pas souffrir et être asservie. De surcroît, ils mentionnent que les mutilations post-mortem ne sont pas nécessairement des manifestations de sadisme sexuel. En effet, elles peuvent avoir une fonction strictement instrumentale, soit éliminer des éléments qui permettraient l’identification de la victime.

7Dans le meurtre lubrique (lust murder), la manifestation extrême du sadisme sexuel, les mutilations post-mortem occupent une place centrale. Elles portent principalement sur la poitrine, l’anus et les parties génitales (Hazelwood et Douglas, 1980). Selon Podolsky (1965), le meurtre et les mutilations remplacent l’acte sexuel comme source de gratification sexuelle chez les auteurs de tels crimes. Parfois, les meurtres lubriques comportent des actes d’anthropophagie (Krafft-Ebing, 1886) et de nécrophilie (Smith et Braun, 1977).

8En dépit d’un relatif consensus quant aux manifestations du sadisme sexuel, Marshall et Kennedy (sous presse) soulignent quelques problèmes au sujet de l’établissement des critères diagnostiques de cette entité nosographique. En premier lieu, les critères considérés pour définir le sadisme varient selon les auteurs. En second lieu, certains critères diagnostiques, tels le contrôle et l’humiliation de la victime, ne sont pas exclusifs aux agressions sexuelles sadiques. Ajoutons qu’il est difficile de se fier à des critères diagnostiques qui reposent sur des informations autorévélées, comme les délits non officiels et les fantaisies sexuelles. Considérant ces problèmes, qu’en est-il de la fidélité de la mesure du sadisme sexuel et plus spécifiquement de l’accord interjuges pour cette catégorie diagnostique ?

  • 5 « Nos résultats nous rendent pessimistes quant à la fidélité du diagnostic de sadisme sexuel chez l (...)

9Les résultats des études sur la fidélité interjuges, relativement au diagnostic de sadisme sexuel, divergent quelque peu. Ainsi, elle est élevée dans celle de Hucker et al. (1988), alors que dans l’étude de Marshall, Kennedy, Yates et Serran (sous presse), elle est modérée. Ces derniers résultats amènent Marshall, Kennedy, Yates et Serran à conclure : « The present results do not encourage confidence in the reliability of the diagnosis of sexual sadism as it is applied to sexual offenders5 .» Afin de clarifier les raisons des divergences entre les résultats de ces deux études, un examen attentif de chacune d’elles s’avère nécessaire.

10Lors de l’étude de Hucker et al. (1988), des agresseurs sexuels (N = 51) ont été évalués par deux psychiatres. Ceux-ci ont utilisé les critères du DSM-III-R (APA, 1987) afin d’établir leurs diagnostics. Quant à leur échantillon, il est représentatif de la population des agresseurs sexuels d’une clinique spécialisée dans la prise en charge de tels criminels. Ainsi, leur échantillon inclut une large proportion de sujets chez qui l’absence ou la présence de sadisme sexuel est facile à établir. Dans un tel cas, il n’est pas étonnant que la fidélité interjuges soit élevée.

11Au cours de l’étude de Marshall, Kennedy, Yates et Serran (sous presse), les dossiers de 12 agresseurs sexuels ont été évalués par 15 psychiatres réputés. Ils avaient pour tâches d’évaluer la présence de sadisme sexuel dans chacun des 12 cas, puis ils devaient identifier des caractéristiques du délit et de l’agresseur qu’ils jugeaient essentielles à l’établissement d’un diagnostic de sadisme sexuel. Les 12 cas, des détenus incarcérés dans un pénitencier canadien, avaient en commun une évaluation psychiatrique visant à déterminer leur niveau de risque de récidive. Le taux de fidélité interjuges moyen est de 75 % quant au diagnostic de sadisme sexuel, et il varie de 60 % à 100 % selon les cas. Un tel taux moyen n’est pas surprenant si l’on considère la nature de leur échantillon, à savoir des agresseurs sexuels dont le degré de dangerosité et de sadisme sexuel est ambigu. En effet, il est de pratique courante de ne recourir à l’avis d’un psychiatre que dans les cas où l’évaluation du degré de dangerosité pose des problèmes. Dans la situation présente, l’ambiguïté découle d’une divergence entre les faibles fréquences de comportements sadiques lors du dernier délit (humiliation : 12,2 % ; torture : 9,8 % ; mutilation : 7,3 %) et les fréquences élevées de fantaisies sexuelles coercitives rapportées par les agresseurs (viol : 22,2 % ; meurtre : 41,5 %) (voir Marshall, Kennedy et Yates, 2002). Une telle divergence implique une incertitude quant au risque de récidive violente chez ces agresseurs sexuels incarcérés. En conséquence, les résultats ne concernent que la fidélité interjuges dans le cas d’agresseurs sexuels dont le degré de sadisme est ambigu ; ils ne peuvent donc pas être généralisés à ceux pour lesquels il n’y a pas de divergence entre les informations officielles et autorévélées. Ainsi, les taux élevés d’accord interjuges obtenus dans l’étude de Hucker et al. (1988) sont probablement plus représentatifs que ceux de l’étude de Marshall et ses collègues.

12Dans le second volet de l’étude de Marshall, Kennedy, Yates et Serran (sous presse), les résultats indiquent que les avis des 15 psychiatres s’accordent sur l’importance des caractéristiques utilisées dans l’établissement d’un diagnostic de sadisme sexuel. Celles considérées cruciales sont les suivantes : (1) le contrôle, la domination et le pouvoir exercés par l’agresseur lors du délit ; (2) l’humiliation de la victime ; (3) la torture de la victime ; (4) un intérêt sexuel sadique (autorévélé ou évalué phallométriquement) et (5) des mutilations sexuelles. Celles qu’on a considérées d’une certaine importance mais jugées non essentielles sont les suivantes : (1) un délit ritualisé ; (2) le décès de la victime ; (3) l’enlèvement et la séquestration de la victime ; (4) le fait d’amener la victime dans un endroit prévu à l’avance ; (5) des mutilations post-mortem ; (6) la sodomisation de la victime ; (7) la conservation d’un souvenir relatif à la victime ; et (8) l’enregistrement du délit. Ces caractéristiques essentielles ou non à l’établissement d’un diagnostic de sadisme sexuel correspondent assez bien à celles retenues par Marshall et Kennedy (sous presse) dans leur recension des écrits sur la question. Toutefois, les résultats de cette étude permettent de distinguer les éléments essentiels de ceux qui ne le sont pas. Ces caractéristiques non essentielles sont néanmoins intéressantes puisqu’elles sont relativement fréquentes lors d’agressions sexuelles sadiques.

13À la suite de cette étude sur les caractéristiques essentielles du sadisme sexuel, Marshall et Yates (soumis) ont proposé des critères différents de ceux du DSM-IV afin d’établir un diagnostic de sadisme sexuel. Ainsi, ils recommandent de ne pas considérer les informations autorévélées, soit les fantaisies sexuelles sadiques, car ils considèrent leur validité douteuse. Puis, ils suggèrent de coter sur un continuum les caractéristiques du délit jugées essentielles à l’établissement du diagnostic de sadisme sexuel selon les 15 psychiatres de l’étude de Marshall, Kennedy, Yates et Serran (sous presse). Ils proposent d’accorder une plus grande importance aux caractéristiques propres au sadisme sexuel (torture, mutilation sexuelle) qu’à celles communes à d’autres types d’agressions sexuelles (pouvoir, humiliation). Malgré l’intérêt de l’approche diagnostique de Marshall et Yates, ceux-ci n’ont pas établi de règles claires afin de distinguer les sadiques des non-sadiques. En outre, leur décision d’exclure les fantaisies sexuelles sadiques des critères diagnostiques ne nous apparaît pas justifiée. En effet, lorsque de telles fantaisies sont exprimées par un agresseur sexuel, elles constituent une indication claire d’un penchant pour le sadisme sexuel. Bref, malgré un certain consensus, la définition du sadisme sexuel reste une question pour laquelle on n’a trouvé aucune réponse définitive.

Épidémiologie

14Il y a très peu d’études sur la prévalence du sadisme sexuel chez les agresseurs sexuels de femmes. Selon Groth et Birnbaum (1979), environ 5 % des violeurs peuvent être qualifiés de sadiques. Pour leur part, Barbaree, Seto, Serin, Amos et Preston (1994) indiquent un taux de 11,7 %. Finalement, les résultats d’une étude de Proulx, St-Yves, Guay et Ouimet (1999) suggèrent un taux de 18 %. Ces différences peuvent s’expliquer par des facteurs relatifs à l’échantillonnage ou bien par d’autres liés à la définition du sadisme sexuel. Néanmoins, il ressort de ces études que le sadisme sexuel est un phénomène relativement rare chez les agresseurs sexuels. En fait, le seul groupe d’agresseurs sexuels où il semble fréquent est celui des meurtriers sexuels sériels (Ressler, Burgess et Douglas, 1988).

Facteurs étiologiques et développementaux

  • 6 « Tous les êtres humains naissent avec une propension archaïque à l’agression et à la destruction, (...)

15Krafft-Ebing (1886) était d’avis que le sadisme sexuel, ce désir d’humilier, de blesser et de détruire autrui, constitue une manifestation atavique inscrite dans nos gènes. Des auteurs contemporains, tel Chessick (1997), défendent une position similaire : « All humans are born with a primal biological archaic aggressive-destructive drive, the gratification of which gives satisfaction just like the sexual drive6 .» Toutefois, le point de vue qui prédomine dans les travaux récents est que cette capacité innée à détruire autrui ne s’exprime que si des facteurs développementaux spécifiques en favorisent l’émergence (Marmor et Gorney, 1999).

16Au sujet des causes biologiques du sadisme sexuel, l’étude des atteintes neurologiques semble une voie de recherche prometteuse. En effet, des physiopathologies du lobe temporal droit sont fréquentes chez les agresseurs sexuels sadiques (Hucker et al, 1988 ; Langevin et al, 1985 ; Money, 1990). Cependant, il n’a pas été établi que ces lésions cérébrales causent le sadisme sexuel. L’origine de ces lésions, qu'elle soit génétique ou due à un traumatisme, est une question qui reste à élucider.

17Par-delà les causes biologiques du sadisme sexuel, des facteurs développementaux semblent impliqués dans l’émergence de cette paraphilie chez des agresseurs sexuels. Ainsi, Brittain (1970) a observé chez ses patients que la petite enfance des sadiques sexuels est caractérisée par des comportements surprotecteurs et contrôlants de la part de la mère, ainsi que par des actes de violence de la part d’un père autoritaire. À la suite de ces interactions inadéquates avec leurs parents, ils développent un style d’attachement insécure qui se manifeste par des attitudes de retrait et de repli sur soi.

18Les résultats d’une étude de MacCulloch, Snowden, Wood et Mills (1983) indiquent que tous les sujets de leur échantillon d’agresseurs sexuels sadiques (N = 13) disent avoir eu des difficultés dans leurs rapports interpersonnels et dans leurs interactions sociosexuelles au cours de leur adolescence. MacCulloch et al estiment que ces échecs relationnels seraient responsables du développement d’une faible estime de soi et d’une accentuation de l’isolement social des sadiques sexuels. C’est dans ce contexte que les fantaisies sexuelles sadiques et les comportements paraphiliques (voyeurisme, exhibitionnisme, fétichisme) s’imposent comme source privilégiée de gratification émotionnelle et sexuelle. Pour une large proportion de leurs sujets (79 %), les fantaisies sexuelles déviantes deviennent de plus en plus violentes et ce, afin de maintenir un niveau de stimulation érotique élevé. Finalement, certains sadiques (54 %) traduisent dans la réalité les éléments initiaux de leurs fantaisies (behavioral tryout) afin de les enrichir. À titre d’exemple, un agresseur sexuel sadique en devenir peut s’introduire par effraction dans l’appartement où habite une femme et l’observer alors qu’elle dort.

Portrait d’un agresseur sexuel sadique adulte au quotidien

19Le portrait que dresse Brittain (1970) de l’agresseur sexuel sadique adulte s’inscrit dans la continuité de son enfance. En effet, il le décrit comme étant un homme timide, anxieux, introverti et isolé socialement. Néanmoins, il est d’une intelligence supérieure. Il est également studieux, ponctuel, méticuleux et prude et il ne consomme pas d’alcool. Sur le plan sexuel, il a peu d’expérience et présente des difficultés érectiles avec une partenaire. Il n’est donc pas surprenant qu’il s’estime inférieur aux autres hommes sur le plan sexuel. En définitive, le seul domaine de sa vie où il est triomphant est son monde secret, lequel est dominé par la répétition de fantaisies sexuelles sadiques, l’actualisation de diverses paraphilies, la torture d’animaux et ultimement la commission d’agressions et de meurtres sexuels. Son monde secret inclut également un intérêt particulier pour des livres ou des films ayant pour thèmes l’asservissement et la souffrance d’autrui (ex. : nazisme, sorcellerie, pornographie sadomasochiste). Sur le plan social, il a de bonnes manières qui peuvent parfois être qualifiées d’efféminées et de pédantes. Il ne manifeste jamais sa colère ouvertement. Néanmoins, il privilégie un emploi lui permettant d’exprimer sa violence d’une manière socialement acceptable (ex. : boucher, chirurgien, embaumeur). Finalement, il a rarement des antécédents judiciaires, sauf parfois relativement à des actes de nuisances sexuelles (ex. : exhibitionnisme, voyeurisme, appels obscènes).

20Le portrait clinique de l’agresseur sexuel sadique de Brittain (1970) a été confirmé, dans ses grandes lignes, par les études empiriques réalisées par Dietz et ses collaborateurs (Dietz, Harry et Hazelwood, 1986 ; Dietz, Hazelwood et Warren, 1990 ; Hazelwood et Douglas, 1980 ; Warren, Hazelwood et Dietz, 1996). Ces études reposent sur un échantillon de 34 sadiques sexuels au sein duquel les meurtriers sexuels sériels sont surreprésentés (N = 20). Dans les deux études les plus récentes, les critères diagnostiques du DSM-III-R (APA, 1987) ont été utilisés afin d’identifier les sujets sadiques sexuels. Ces sujets se distinguent du sadique prototypique présenté par Brittain (1970) quant à leur abus d’alcool et de drogues (50 %) et à leurs antécédents judiciaires (35 %). Ces difficultés additionnelles chez les sadiques de l’échantillon de Dietz et ses collaborateurs sont en accord avec la sévérité de leur déviance sexuelle, à savoir des meurtres sexuels en série.

21Les résultats des études de Dietz et ses collaborateurs permettent également de nuancer et de compléter le portrait clinique du sadique sexuel esquissé par Brittain (1970). Ainsi, la majorité de leurs sujets (80 %) rapportent des fantaisies sexuelles sadiques, alors que les paraphilies sont moins fréquentes (20 % à 45 %). Ces résultats contrastent avec le sadique prototypique de Brittain. Parmi les éléments nouveaux apportés par les études de Dietz et ses collaborateurs, soulignons un intérêt pour les activités policières relatives à des délits violents (30 %) ainsi que des randonnées en automobile sans but fonctionnel (40 %). Ils notent également que certains de leurs sujets avaient la réputation d’être de bons citoyens et ce, en raison de leur implication dans des activités de bénévolat et des œuvres de charité (30 %). Finalement, plusieurs d’entre eux avaient un emploi (75 %) et étaient mariés au moment des délits (50 %).

Profils phallométriques

22Plusieurs études phallométriques au sujet des préférences sexuelles des sadiques indiquent qu’ils ont une préférence pour les activités sexuelles coercitives (Barbaree, Seto, Serin, Amos et Preston, 1994 ; Fedora et al., 1992 ; Proulx, 2001). À titre d’exemple, les résultats de l’étude de Proulx (2001) démontrent que les agresseurs sexuels sadiques de femmes (N = 14), évalués à l’aide de l’échelle de sadisme du MTC-R-3 (Knight et Prentky, 1990), présentent un indice moyen de viol avec violence physique de 1,57, alors que pour les non-sadiques (N = 36), il est de 0,65. En ce qui a trait à l’indice moyen de viol avec humiliation, il est de 1,56 chez les sadiques et de 0,59 chez les non-sadiques. Cependant, les résultats d’autres études indiquent que les non-sadiques ont une préférence sexuelle pour le viol plus marquée que les sadiques (Marshall, Kennedy et Yates, 2002 ; Rice, Chaplin, Harris et Coutts, 1994). Finalement, les résultats des études de Seto et Kuban (1996) et de Langevin et al. (1985) ne comportent pas de différence significative entre les sadiques et les non-sadiques et ce, pour les différents indices de déviances sexuelles. Ces divergences dans les résultats peuvent être liées à des questions de définitions ou d’échantillonnage.

Profils psychopathologiques

23À propos des troubles de la personnalité présents chez les sadiques sexuels, certains auteurs ont conclu qu’ils étaient psychopathes et narcissiques (Dietz, 1986 ; Dietz et al, 1990 ; Smith et Brown, 1977). À ce sujet, les écrits de Dietz et al. (1990) sont éloquents :

  • 7 « On considère la froideur émotionnelle des criminels durant leur délit comme une preuve, si ce n’e (...)

We consider the unemotional, cold tone of the offenders during their crime as evidence if any more were needed of their lack of empathy for their victims. This lack of empathy may reflect psychopathy, narcissism, an extraordinary capacity to dehumanize victims, or a combination of these. Although systematic data were not collected on the features of narcissistic personality disorder in these men, we noted that all were interpersonally exploitive, and many were grandiose, lacked empathy, responded to criticism with rage, and demanded a show of admiration from those victims they kept captive. The narcissistic features are related to the subjects’ self-consciousness of their status as super criminals7.

24Dietz et al. n’ont cependant pas recueilli de données afin d’appuyer leurs hypothèses quant aux troubles de la personnalité qu’ils attribuent aux agresseurs sexuels sadiques. Comme nous l’avons mentionné précédemment, il semble qu’ils évaluent les troubles de la personnalité en relation avec l’actualisation du délit et non pas sur la base du mode de fonctionnement usuel du sadique sexuel (voir chapitre 3).

25Contrairement aux opinions de Dietz et al. (1990), les résultats d’une étude de Holt, Meloy et Strack (1999) démontrent qu’il n’y a pas de lien significatif entre la psychopathie, évaluée à l’aide du PCL-R (Hare, 1991), et le sadisme sexuel, établi en fonction des critères diagnostiques du DSM-IV (APA, 1994), chez des agresseurs sexuels (N = 19) et des criminels non sexuels (N = 22). Toutefois, leurs résultats indiquent un lien fort entre la psychopathie et le trouble de la personnalité sadique évalué à l’aide du MCMI et des critères diagnostiques du DSM-III-R (APA, 1987). Finalement, ils notent un certain lien entre le sadisme sexuel et le trouble de la personnalité sadique.

26Brittain (1970) considère que les agresseurs sexuels sadiques ne sont pas des psychopathes. Toutefois, il ne se prononce pas sur la nature des troubles de la personnalité de ces criminels. Néanmoins, la description qu’il donne du sadique sexuel est compatible avec les critères diagnostiques des troubles de la personnalité évitante (introversion, faible estime de soi) et schizoïde (solitaire).

27Les divers points de vue présentés quant aux troubles de la personnalité des agresseurs sexuels sadiques peuvent être interprétés de plusieurs manières. Tout d’abord, il est possible que l’avis de Dietz et al. (1990) soit non fondé, parce qu’ils n’ont pas évalué les troubles de personnalité de leurs sujets. Une autre interprétation consiste à considérer que, dans leurs rapports interpersonnels au quotidien, les sadiques sexuels présentent un mode de fonctionnement relevant des troubles de la personnalité évitante et schizoïde et que, dans leurs fantaisies et leurs délits sexuels, ils adoptent un mode de fonctionnement psychopathique. Finalement, il est possible qu’il existe deux types d’agresseurs sexuels sadiques, l’un ayant des troubles de la personnalité évitante et schizoïde, et un autre des traits psychopathiques (Knight, 2002, communication personnelle). Siomopoulos et Goldsmith (1976) vont jusqu’à avancer qu’il existe cinq types de sadiques. En raison du peu d’études sur le sujet, il est impossible de trancher en faveur de l’une ou l’autre de ces hypothèses. Néanmoins, les travaux de Millon et Davis (1996) sur les troubles de la personnalité peuvent enrichir notre réflexion sur la valeur respective de ces hypothèses.

28Dans leur modèle théorique du fonctionnement psychique, Millon et Davis (1996) soutiennent que les personnes présentant un trouble de la personnalité évitante et celles ayant un trouble antisocial-sadique ont plusieurs points en commun. En effet, au cours de leur enfance, les uns et les autres ont subi la violence de leurs parents et ils ont été exposés à des modèles de violence. Puis, comme adultes, ils ont en commun de la méfiance et de l’hostilité. Néanmoins, ils diffèrent quant à leurs stratégies d’adaptation.

  • 8 « Au premier abord, nous sommes portés à croire que les polarités (chez les antisociaux-sadiques) s (...)

At first glance, one might be inclinated to note that the polarity focus (in antisocial-sadist) is essentially the same as seen in the avoidant personality, where both pain and active polarities are preeminent as well. However, the avoidant actively anticipates and escapes from abuse, whereas the (antisocial) sadist actively assaults and degrades others8.

29Ainsi, l’évitant et l’antisocial-sadique ont la même propension à la violence. Cependant, le premier ne l’exprime que dans ses fantaisies et ses délits sexuels, alors que le second l’actualise au quotidien dans l’ensemble de ses rapports interpersonnels, ce qui inclut les activités sexuelles. En conséquence, le modèle de Millon et Davis (1996) est compatible avec un fonctionnement psychopathique, ainsi qu’avec un autre dominé par un trouble de la personnalité évitante chez les agresseurs sexuels sadiques. Pour l’évitant, le choix d’une victime faible, une femme, lui convient en raison de son manque de confiance en lui-même. Par contre, l’antisocial-sadique adopte un mode de prédation avec tous les gens qu’il côtoie et qu’il considère comme inférieurs à lui (Feister et Gay, 1991 ; Spitzer, Feister, Gay et Pfohl, 1991).

Phases précrime, crime et postcrime

30Au cours de la phase précrime, l’agresseur sexuel sadique est envahi par des fantaisies sexuelles sadiques (MacCulloch et al., 1983 ; Ressler, Burgess et Douglas, 1988). Il en résulte un état d’intense excitation sexuelle (Brittain, 1970 ; Podolsky, 1965). Selon Brittain, les fantaisies sexuelles déviantes prennent un caractère envahissant en raison d’une baisse de l’estime de soi chez le sadique. Par contre, MacCulloch et al. considèrent que les fantaisies sexuelles sadiques caractérisent la façon d’être usuelle du sadique et que, par conséquence, elles ne sont pas précipitées par des événements extérieurs.

31En ce qui a trait au modus operandi (la phase crime) des agresseurs sexuels sadiques, l’étude la plus complète sur la question a été réalisée par Dietz et al. (1990). Celle-ci inclut 30 sujets, dont 17 tueurs sériels. Les victimes sont des deux sexes et de tous âges. Au tableau 7.1, on trouve des pourcentages pour diverses caractéristiques du modus operandi. Dans tous les cas, les délits sont planifiés (100 %) et la victime est habituellement inconnue (83 %). Celle-ci est torturée (100 %) alors qu’elle est attachée et bâillonnée (87 %). Les actes sexuels sont diversifiés et incluent la sodomie (73 %), la fellation (71 %) et le coït (57 %). Lorsque la victime est tuée, c’est bien souvent par asphyxie (58 %). Brittain (1970) rapporte que cette manière de tuer offre un contact plus intime avec la victime et permet de faire durer le plaisir lorsqu’elle s’accompagne d’interruptions au cours desquelles la victime reprend conscience. Lorsque la victime est poignardée (10 %), les coups portés sont multiples et plus nombreux que nécessaire pour donner la mort (overkill). Finalement, en plus d’enregistrer le crime (53,3 %), certains sadiques conservent des souvenirs (40 %). Il peut s’agir de possessions de la victime (ex. : bijoux, vêtements) (Hazelwood, Dietz et Warren, 1995) ou même d’une partie de son corps (Hazelwood et Douglas, 1980).

32Lors de la phase postcrime, l’agresseur sexuel sadique adopte un comportement normal (Brittain, 1970). En effet, après avoir quitté la scène de crime, il est détendu, il reprend ses activités usuelles et dort bien. Il ressent parfois de la déception lorsqu’il estime qu’il n’a pas obtenu le plaisir anticipé lors du délit. Avant son arrestation, il est vaniteux et il se croit supérieur à la police. Toutefois, lorsqu’il est incarcéré, il est un prisonnier modèle, c’est-à-dire tranquille et obéissant. Malheureusement, sous cette tranquillité apparente, les fantaisies sexuelles sadiques continuent à meubler sa vie psychique.

33Warren et al. (1996) ont publié une seconde étude sur le modus operandi des sadiques sexuels. Celle-ci inclut 20 meurtriers sexuels sadiques sériels dont 16 ont participé à la première étude (Dietz et al, 1990). Bien que les résultats des deux études soient très semblables, certaines caractéristiques sont plus fréquentes chez les meurtriers sériels de la seconde étude que dans l’échantillon mixte de la première. Ainsi, la victime est toujours attachée et bâillonnée et l’asservissement est très fréquent (95 %). De même, ils sont nombreux à insérer des objets dans les cavités corporelles de leurs victimes (65 %). Finalement, chez 30 % de leurs victimes, un coup de couteau a causé le décès.

Comparaison entre des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques

34Plusieurs spécialistes ont établi des comparaisons entre les agresseurs sadiques et non sadiques. Nous les résumons ici.

tableau 7.1. Caractéristiques du modus operandi chez les agresseurs sexuels sadiques de trois échantillons : Dietz, Hazelwood et Warren (1990) ; Gratzer et Bradford (1995) ; Marshall, Kennedy et Yates (2002)

tableau 7.1. Caractéristiques du modus operandi chez les agresseurs sexuels sadiques de trois échantillons : Dietz, Hazelwood et Warren (1990) ; Gratzer et Bradford (1995) ; Marshall, Kennedy et Yates (2002)

Langevin et al. (1985)

35Langevin et al. (1985) ont réalisé une étude sur les caractéristiques sexologiques, psychologiques et développementales d’agresseurs sexuels de femmes. Cette étude inclut 20 agresseurs sexuels (9 sadiques et 11 non-sadiques) ainsi qu’un groupe contrôle constitué de 20 criminels non sexuels et non violents. Les critères retenus afin de considérer un agresseur sexuel comme étant sadique sont soit la reconnaissance de fantaisies sexuelles sadiques (N = 7), soit un délit qui comporte des indices de sadisme (N = 2).

36En ce qui a trait aux caractéristiques sexologiques, les trois groupes de sujets ne se distinguent pas de manière significative quant à l’indice de viol et aux scores aux échelles du Derogatis Sexual Functioning Inventory. Toutefois, les sadiques ont tendance à avoir moins d’expérience, de connaissance et de désir sexuel que les non-sadiques. Les scores aux échelles du Clarke Sex History Scale confirment que les sadiques (75 %) ont moins d’expériences hétérosexuelles non déviantes que les non-sadiques (82 %). Par contre, les sadiques sont les seuls à menacer et à effrayer leurs victimes (25 %). Sur un autre plan, les sadiques se jugent inadéquats sexuellement (63 %) et ils rapportent une baisse du désir sexuel (38 %) ainsi que la crainte d’être homosexuel (38 %). Finalement, les sadiques trouvent difficile de parler aux femmes (75 %) et ils éprouvent de la colère à leur égard (38 %).

37Pour ce qui est des caractéristiques psychologiques, les sadiques diffèrent des non-sadiques sur certains aspects. Tout d’abord, ils sont relativement nombreux à présenter des pathologies cérébrales, à savoir des atteintes au lobe temporal droit (56 %) et des atteintes neurologiques non spécifiques (33 %) (voir également Langevin et al, 1988). Ensuite, la consommation de drogues est réduite. Ils boivent de l’alcool (75 %), mais rarement avant leurs délits (25 %). Finalement, aucun des agresseurs sexuels sadiques ne présente un profil psychopathique (4-9) au MMPI.

38Sur le plan développemental, les sadiques ont subi des punitions pour des crises de colère et ont souffert d’énurésie plus fréquemment que les sujets des deux autres groupes. Ils sont en outre plus nombreux à collectionner les armés. Par contre, ils sont moins souvent violents à l’égard d’autrui, au quotidien, que les sujets des deux autres groupes.

Cratzer et Bradford (1995)

39Gratzer et Bradford (1995) ont réalisé une étude sur les caractéristiques développementales, sociales et criminologiques des délinquants sexuels. Cette étude inclut 28 sadiques (20 meurtriers sexuels et 8 agresseurs sexuels) et 29 non-sadiques (14 meurtriers sexuels et 15 agresseurs sexuels). Bien que cette étude compte 34 meurtriers sexuels, il n’y en a que 4 qui sont sériels (3 sadiques et 1 non-sadique). On s’en est remis aux critères diagnostiques du DSM-III-R (APA, 1987) afin d’identifier les sujets sadiques.

40Les sadiques sexuels se distinguent des non-sadiques quant à leurs caractéristiques développementales et sexologiques. En effet, la proportion de sadiques (42,9 %) abusés physiquement au cours de l’enfance est plus élevée que celle des non-sadiques (12,9 %). À l’âge adulte, les sadiques rapportent des fréquences d’activités sexuelles déviantes (transvestisme, voyeurisme, exhibitionnisme) plus élevées que les non-sadiques.

41En ce qui a trait aux caractéristiques de leurs délits sexuels, de nouveau les sadiques se distinguent des non-sadiques. En effet, les délits des sadiques sont généralement bien planifiés (82,1 %). De plus, ils comportent une diversité d’actions coercitives telles que la torture (78,6 %) et des coups causant des blessures (64,3 %) (voir tableau 7.1). Par ailleurs, leurs délits incluent une variété d’actes sexuels, à savoir le coït (39,3 %), la sodomie (21,4 %) et la fellation (17,9 %). Lors du délit, les sadiques sexuels rapportent généralement avoir vécu un détachement émotionnel (82,1 %) et dans bien des cas, ils ont souffert d’une dysfonction sexuelle (50 %). Il n’y a aucune différence significative entre les sadiques et les non-sadiques quant à la manière dont ils ont tué leurs victimes. Finalement, Gratzer et Bradford rapportent que les sadiques ont reçu un diagnostic de trouble de la personnalité antisociale (86 %) et qu’ils avaient des anomalies neurologiques (55 %). On ne présente malheureusement pas de statistiques à ce sujet pour les non-sadiques.

Marshall, Kennedy et Yates (2002)

42Marshall, Kennedy et Yates (2002) ont effectué une étude sur les caractéristiques psychologiques et criminologiques d’agresseurs sexuels sadiques et non sadiques. Cette étude inclut 41 sadiques et 18 non-sadiques. Les proportions de meurtriers sexuels sont semblables dans les deux groupes (sadiques : 29,3 % ; non-sadiques : 27,8 %). Les critères diagnostiques du DSM-III-R (APA, 1987) ou du DSM-IV (APA, 1994) ont été utilisés afin d’identifier les sujets sadiques. Toutes les victimes des non-sadiques étaient des femmes, ainsi que la plupart de celles des sadiques. Il convient de rappeler que les sujets de cette étude ne sont pas représentatifs des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques incarcérés. En effet, cet échantillon n’inclut que des sujets pour lesquels une évaluation psychiatrique a été réalisée afin de clarifier le risque de récidive.

43En ce qui a trait aux caractéristiques psychologiques, les éléments évalués sont les suivants : diagnostic psychiatrique, préférences sexuelles et fantaisies sexuelles déviantes. Les sujets des deux groupes de délinquants sexuels ont dans des proportions similaires un diagnostic de trouble de la personnalité antisociale (sadiques : 51,2 % ; non-sadiques : 66,7 %). Toutefois, les non-sadiques (50 %) ont reçu un autre diagnostic de trouble de la personnalité plus fréquemment que les sadiques (17,1 %). Lors de l’évaluation phallométrique, un intérêt sexuel pour le sadisme était plus fréquent chez les non-sadiques (44,4 %) que chez les sadiques (17,1 %). Néanmoins, seuls les sadiques rapportent une fréquence élevée de fantaisies de meurtre (41,5 %).

44Pour ce qui est des caractéristiques criminologiques, les deux groupes de délinquants sexuels diffèrent peu. Leurs antécédents judiciaires sexuels et non sexuels sont très semblables. De plus, leur dernier délit ne se distingue significativement que par deux caractéristiques, à savoir la torture et les coups portés à la victime. Pour ces deux actes coercitifs, les pourcentages sont plus élevés dans le cas des non-sadiques (38,9 %, 61,1 %) que dans celui des sadiques (9,8 %, 24,4 %). Il est également important de souligner que les sujets sadiques de cette étude ont commis des délits qui sont beaucoup moins coercitifs que ce qui est généralement rapporté dans les études sur le sadisme sexuel (voir tableau 7.1).

45Selon Marshall, Kennedy et Yates (2002), les faibles pourcentages de comportements coercitifs verbaux et physiques chez les agresseurs sexuels sadiques de leur étude ainsi que les résultats contre-intuitifs obtenus seraient attribuables à des diagnostics erronés. Pour notre part, nous croyons plutôt que cette situation découle du biais d’échantillonnage que nous avons décrit précédemment. On peut ajouter que les pourcentages de comportements coercitifs chez les agresseurs sexuels non sadiques sont eux aussi relativement peu élevés. En conséquence, des rectifications au sujet du diagnostic de sadisme sexuel ne modifieraient pas les faibles fréquences de comportements coercitifs chez les sadiques.

46Au tableau 7.1, on note également que les agresseurs sexuels sadiques de l’échantillon de Dietz et al. (1990) diffèrent non seulement de ceux de Marshall, Kennedy et Yates (2002), mais aussi de ceux de Gratzer et Bradford (1995). En bref, les comportements coercitifs sont plus fréquents dans l’étude de Dietz et al. que dans les deux autres. Une explication de ces résultats est que leur échantillon inclut un nombre particulièrement élevé de meurtriers sexuels sériels (56,7 %). Ainsi, il semble que l’échantillon le plus représentatif de la population des agresseurs sexuels sadiques soit celui de Gratzer et Bradford (1995).

Problématique

47Relativement peu d’études empiriques portent sur le sadisme sexuel, et celles qui ont été réalisées présentent certaines limites. Ainsi, l’étude de Langevin et al. (1985) et celle de MacCulloch et al. (1983) incluent un nombre restreint de sujets. D’autres études ont des échantillons biaisés, composés en grande partie de meurtriers sexuels sériels (Dietz et al, 1990 ; Warren et al., 1996) ou bien de sujets dont la dangerosité est incertaine (Marshall, Kennedy et Yates, 2002). Finalement, plusieurs échantillons sont composés d’agresseurs sexuels de femmes et d’enfants (Dietz et al., 1990 ; Marshall, Kennedy et Yates, 2002). En conséquence, le but de la présente étude est de comparer un large échantillon, non biaisé, d’agresseurs sexuels sadiques de femmes avec un autre de non-sadiques et ce, quant à des caractéristiques développementales, sociales, psychologiques, sexologiques et criminologiques.

Méthodologie

Sujets

48Les deux échelles de sadisme du MTC-R-3 (Knight et Prentky, 1990) ont été utilisées afin de classer les sujets quant au sadisme sexuel. Dans sa version originale, l’échelle de sadisme A comprend huit items. Toutefois, Jean Proulx et Raymond Knight n’ont relevé que cinq items du MTC-R-3 pour lesquels la banque de données du CRR inclut un équivalent. Ces items sont les suivants : (1) présence de fantaisies sexuelles et agressives intenses et récurrentes (critère A du sadisme sexuel dans le DSM-IV) ; (2) torture de la victime avant son décès ; (3) violence ritualisée (ex. : écriture sur la scène de crime) ; (4) coït post-mortem ; (5) mutilation post-mortem.

49En ce qui a trait à l’échelle de sadisme B, des équivalents ont été trouvés pour trois des quatre items du MTC-R-3, soit : (1) marques de violence sur les zones érogènes (anus, vagin, sein) ; (2) brûlures infligées à la victime avant ou après le meurtre ; (3) insertion d’objet dans les cavités corporelles. Afin d’être classé dans la catégorie des sadiques, un sujet devait présenter au moins un des cinq critères du sadisme A ou bien au moins deux critères du sadisme B.

50Au total, 43 sujets se retrouvent dans la catégorie des sadiques (18 meurtriers sexuels et 25 agresseurs sexuels de femmes) et 98 dans la catégorie des non-sadiques (22 meurtriers sexuels et 76 agresseurs sexuels de femmes). L’item qui a été le plus souvent utilisé afin de classer un sujet dans la catégorie des sadiques est l’item 1 du sadisme A, à savoir la présence de fantaisies sexuelles et agressives récurrentes et intenses. En effet, 35 sujets sur un total de 43 ont rapporté de telles fantaisies. De plus, pour 36 sujets, un seul critère de l’échelle de sadisme A était présent. Il est à noter qu’aucun des sujets de la catégorie des non-sadiques en fonction des items de l’échelle de sadisme A n’a été classé dans la catégorie des sadiques en fonction des items de l’échelle de sadisme B. En conséquence, dans le cadre de cette étude, les items de l’échelle de sadisme A ont suffi à répartir les sujets.

51Pour ce qui est du MCMI (Millon Clinical Multiaxial Inventory), il a été rempli par 30 sadiques et 70 non-sadiques. Quant au MMPI (Minnesota Multiphasic Personality Inventory), 21 sadiques et 64 non-sadiques l’ont passé. Les données manquantes découlent soit d’un refus du sujet de remplir le questionnaire, soit d’une incapacité de celui-ci à le faire et ce, en raison d’une déficience de lecture.

Instruments

MCMI

52Les troubles de la personnalité des sujets ont été évalués à partir du MCMI (Millon, 1983). Plus spécifiquement, nous avons utilisé une version française, validée auprès d’un échantillon de Québécois francophones (Landry, Nadeau et Racine, 1996). Ce test objectif consiste en 175 questions auxquelles les sujets évalués doivent répondre par vrai ou faux. Après la première étape de la procédure de compilation, on obtient une quantification brute pour 11 troubles de la personnalité : schizoïde, évitante, dépendante, histrionique, narcissique, antisociale, obsessionnelle-compulsive, passive-agressive, schizotypique, état-limite et paranoïde. Dans une seconde étape, les données brutes obtenues sont transformées en taux basaux, conversion qui repose sur des données relatives à la prévalence de chacun des troubles de la personnalité évalués. Finalement, les taux basaux sont interprétés à partir de seuils de discrimination. Ainsi, un taux basal supérieur à 74 et inférieur à 85 correspond à la présence de caractéristiques propres à un trouble de la personnalité (trait), alors qu’un taux basal supérieur à 84 représente une présence marquée de telles caractéristiques (trouble).

MMPI

53Les psychopathologies des sujets ont été évaluées à l’aide du MMPI (Butcher, 2000). Ce test objectif consiste en 566 questions auxquelles les sujets doivent répondre par oui ou non. Il contient 10 échelles cliniques : hypocondrie (Hs), dépression (D), hystérie de conversion (Hy), psychopathie (Pd), masculinité-féminité (Mf), paranoïa (Pa), psychasthénie (Pt), schizophrénie (Sc), hypomanie (Ma) et inversion sociale (Si). Un score de 50 correspond à la moyenne de la population générale, alors qu’un score de 60 se situe à un écart-type au-dessus de la moyenne. Finalement, un score de 70 est à deux écarts-types au-dessus de la moyenne. À partir d’un score de 70, on considère que le sujet évalué présente des signes clairs de la psychopathologie.

DSM-IV

54Les diagnostics pour les axes I et II du DSM-IV ont été recueillis dans les dossiers cliniques du Centre régional de réception (CRR) pour les violeurs, et dans ceux du CRR ou d’autres institutions carcérales du Service correctionnel du Canada (SCC), région Québec, pour les meurtriers sexuels. Malheureusement, nous n’avons pas d’accord interjuges pour les diagnostics relatifs au DSM-IV, puisque chacun des sujets n’a été évalué que par un seul clinicien.

Phallométrie

55Cette méthode d’évaluation consiste à enregistrer les réponses péniennes d’un sujet à l’aide d’un extensomètre au mercure (Bancroft, Jones et Pullan, 1966) lors de la présentation de stimuli sexuels déviants et non déviants (Proulx, 1989). Le laboratoire d’évaluation psychosexuelle comporte deux pièces. La première contient l’appareil d’enregistrement des données, soit le polygraphe, ainsi que l’appareil pour présenter les stimuli, c’est-à-dire le lecteur de bandes sonores. L’évaluateur est assis dans cette pièce et il procède à la présentation des stimuli ainsi qu’à l’enregistrement des données. Dans un local adjacent, le sujet est installé sur une chaise. On y trouve les écouteurs dont le sujet a besoin pour entendre les bandes sonores.

56Les stimuli utilisés pour évaluer les agresseurs sexuels de femmes sont des traductions françaises des enregistrements en anglais produits par Abel, Blanchard, Becker et Djenderedjian (1978). Leur validité discriminante a été démontrée au cours de deux études (Earls et Proulx, 1986 ; Proulx, Aubut, McKibben et Côté, 1994). Les catégories de stimuli sont les suivantes : (1) relation sexuelle avec une femme adulte consentante ; (2) viol avec humiliation d’une femme adulte ; (3) viol avec violence physique d’une femme adulte ; (4) agression physique non sexuelle d’une femme adulte ; (5) stimulus neutre (ex. : les avantages de porter la ceinture de sécurité dans une automobile). Lors des évaluations, deux bandes sonores pour chacune de ces cinq catégories de stimuli ont été présentées à chaque sujet. La durée moyenne de ces stimuli est de 208,57 s (é.-t. = 29,82).

tableau 7.2. Caractéristiques développementales (avant 18 ans) chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques : exposition à des modèles inadéquats et victimisation

tableau 7.2. Caractéristiques développementales (avant 18 ans) chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques : exposition à des modèles inadéquats et victimisation

* p < 0,05

57Des indices de viol ont été calculés pour chaque agresseur sexuel dont les données phallométriques étaient valides. Un indice de viol consiste en un rapport où le numérateur est constitué de la réponse pénienne maximale obtenue lors de la présentation de stimuli déviants, et le dénominateur correspond à celle survenue lors des stimuli non déviants. Ainsi, pour chaque violeur, trois indices de déviance ont été calculés, soit : (1) viol avec violence physique ; (2) viol avec humiliation ; (3) agression physique.

Résultats

58Le tableau 7.2 présente des pourcentages de sujets relativement à des caractéristiques développementales (exposition et victimisation) avant l’âge de 18 ans et ce, chez des agresseurs sexuels sadiques de femmes et chez des non-sadiques. Les deux groupes de sujets ne se distinguent pas de manière statistiquement significative quant à diverses formes d’exposition à des modèles inadéquats. Néanmoins, il ressort que des proportions importantes d’agresseurs sexuels sadiques et non sadiques ont été exposés à de la violence physique et psychologique ainsi qu’à de l’abus d’alcool. En ce qui a trait à la victimisation des sujets eux-mêmes, les sadiques (62,8 %) étaient plus nombreux que les non-sadiques (43,3 %) à avoir souffert de violence psychologique. En outre, des agresseurs des deux groupes étaient nombreux à avoir été violentés physiquement. Pour finir, des proportions non négligeables de sujets des deux types avaient été agressés sexuellement et abandonnés par leurs parents.

59Le tableau 7.3 présente des pourcentages de sujets relativement à des caractéristiques développementales (comportements problématiques) avant l’âge de 18 ans et ce, chez des agresseurs sexuels de femmes sadiques et chez des non-sadiques. En ce qui concerne les comportements problématiques sexuels, les sadiques se distinguent significativement des non-sadiques sur le plan statistique et ce, quant aux aspects suivants : consommation de vidéos pornographiques (35,7 % vs 14,7 %), consommation de revues pornographiques (35,7 % vs 18,1 %), fréquentation de bars érotiques (31,0 % vs 10,5 %), masturbation compulsive (25,0 % vs 11,7 %) et fantaisies sexuelles déviantes (48,8 % vs 18,6 %). Pour ce qui est des comportements problématiques non sexuels de 0 à 12 ans, les sadiques rapportent plus fréquemment que les non-sadiques une faible estime de soi (46,3 % vs 28,4 %) et des cauchemars (25,0 % vs 9,5 %). De plus, les sujets des deux groupes montrent des fréquences relativement élevées d’isolement social. Finalement, en ce qui a trait aux comportements problématiques non sexuels, entre l’âge de 13 ans et 17 ans, les sadiques se distinguent des non-sadiques par leur isolement social (52,5 % vs 34,7 %) et leurs fréquentes crises de colère (47,5 % vs 25,5 %). Il est aussi important de souligner qu’une grande proportion des agresseurs des deux types ont une faible estime de soi.

tableau 7.3. Caractéristiques développementales (avant 18 ans) chez des agresseurs sexuels de femmes sadiques et non sadiques : comportements problématiques sexuels et non sexuels

tableau 7.3. Caractéristiques développementales (avant 18 ans) chez des agresseurs sexuels de femmes sadiques et non sadiques : comportements problématiques sexuels et non sexuels

* p< 0,05 ; ** p<0,01 ; *** p < 0,001

tableau 7.4. Caractéristiques de la carrière criminelle adulte officielle chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques

tableau 7.4. Caractéristiques de la carrière criminelle adulte officielle chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques

60Le tableau 7.4 rend compte des pourcentages de sujets pour des caractéristiques de la carrière criminelle. Il n’y a aucune différence statistiquement significative entre les sadiques et les non-sadiques. Tous ont des activités criminelles diversifiées et intenses. Il en a résulté de nombreuses condamnations. Finalement, il est intéressant de remarquer que ni les sadiques ni les non-sadiques ne se spécialisent dans les crimes sexuels puisque ceux-ci ne constituent qu’environ 20 % de l’ensemble de leurs activités criminelles.

61Qu’en est-il des indices de violence évalués phallométriquement chez des agresseurs sexuels sadiques et chez des non-sadiques ? L’indice moyen de viol avec humiliation des sadiques (1,7) est plus élevé que celui des non-sadiques (0,6). De même, l’indice moyen de viol avec violence physique des sadiques (1,7) est plus important que celui des non-sadiques (0,7). Cependant, les deux groupes de sujets ne diffèrent pas quant à l’indice de violence physique sans éléments sexuels.

tableau 7.5. Caractéristiques psychologiques (troubles de la personnalité) d’agresseurs sexuels sadiques et non sadiques : évaluation psychométrique (MCMI)

tableau 7.5. Caractéristiques psychologiques (troubles de la personnalité) d’agresseurs sexuels sadiques et non sadiques : évaluation psychométrique (MCMI)

* p < 0,05 ; ** p < 0,01

62Le tableau 7.5 présente les scores et les pourcentages de sujets ayant des taux basaux supérieurs au score de 84 (trouble) pour les échelles de troubles de la personnalité du MCMI chez des sadiques et chez des non-sadiques. Les agresseurs sexuels de femmes sadiques obtiennent un score moyen plus élevé que les non-sadiques pour les échelles suivantes : schizoïde, évitante et schizotypique. Pour leur part, les non-sadiques ont obtenu un score moyen supérieur à celui des sadiques pour l’échelle du trouble de la personnalité histrionique. Finalement, une large proportion des agresseurs sexuels sadiques ont eu un score supérieur à 84 et ce, pour les échelles des troubles de la personnalité dépendante (46,7 %), évitante (33,3 %) et schizoïde (44,0 %). Toutefois, ce n’est que pour cette dernière que le pourcentage est significativement plus élevé que dans le cas des non-sadiques (14,3 %).

63Afin de clarifier les liens entre la nature des troubles de la personnalité et le sadisme sexuel, nous avons effectué des analyses complémentaires. Ainsi, nous avons vérifié si le type de profils de personnalité, établi à partir d’une analyse en classification automatique à K moyennes (voir chapitre 2), est en lien avec le sadisme sexuel. Chez les agresseurs sexuels sadiques, le profil de personnalité le plus fréquent (58,3 %) est constitué d’un amalgame des éléments schizoïde, évitant, dépendant et passif-agressif, tandis que chez les agresseurs sexuels non sadiques, le profil de personnalité le plus représentatif (62,0 %) inclut les éléments narcissique et antisocial. Toutefois, cette association entre le sadisme sexuel et des profils de troubles de la personnalité n’est que marginalement significative (p = 0,08).

64En ce qui a trait aux scores pour les échelles de psychopathologie du MMPI chez des agresseurs sexuels de femmes sadiques et chez des non-sadiques, les analyses statistiques effectuées indiquent qu’il n’y a aucune différence significative entre les deux groupes de sujets. Toutefois, on peut noter que les scores les plus élevés ont été obtenus pour les échelles de paranoïa et de psychopathie, tant chez les sadiques que chez les non-sadiques.

65Nous allons poursuivre avec les diagnostics psychiatriques, établis par des cliniciens selon les critères du DSM-IV, pour des agresseurs sexuels de femmes sadiques et pour des non-sadiques. En ce qui a trait à l’axe I, il n’y a aucune différence statistiquement significative entre les deux groupes de sujets. Cependant, les problèmes liés à l’alcool et aux drogues sont très fréquents chez les sadiques et les non-sadiques. Pour ce qui est des troubles de l’axe II, le trouble de la personnalité antisociale est plus courant chez les sadiques (42,1 %) que chez les non-sadiques (22,0 %). De même, le trouble de la personnalité état-limite a été plus souvent diagnostiqué chez les sadiques (34,2 %) que chez les non-sadiques (13,2 %).

66Au tableau 7.6, on trouve des pourcentages de caractéristiques de la phase précrime (48 heures avant le délit) chez des agresseurs sexuels de femmes sadiques et chez des non-sadiques. Un conflit généralisé avec les femmes était plus souvent observé chez les sadiques (58,5 %) que chez les non-sadiques (21,1 %). De plus, un sentiment de colère a été plus fréquemment rapporté par les sadiques (65,8 %) que par les non-sadiques (39,0 %). Finalement, les fantaisies sexuelles déviantes étaient plus courantes chez les sadiques (46,5 %) que chez les non-sadiques (17,3 %). Bien qu’il n’y ait pas de différence significative entre les deux groupes, on note en premier lieu que la consommation d’alcool et de drogues est fréquente au cours des heures qui précèdent le délit sexuel. En dernier lieu, soulignons que les non-sadiques ont plus souvent (32,5 %) un affect d’excitation sexuelle que les sadiques (13,5 %).

tableau 7.6. Caractéristiques de la phase précrime chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques (48 heures avant le délit)

tableau 7.6. Caractéristiques de la phase précrime chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques (48 heures avant le délit)

* p < 0,05 ; ** p < 0,01 ; *** p < 0,001

67Le tableau 7.7 rend compte des pourcentages de caractéristiques de modus operandi chez des agresseurs sexuels de femmes sadiques et chez des non-sadiques. Tout d’abord, on note que le degré d’organisation du délit est plus élevé chez les sadiques que chez les non-sadiques. En effet, le délit est plus souvent planifié chez les sadiques (86,0 %) que chez les non-sadiques (60,8 %). De surcroît, la victime est sélectionnée en fonction de critères spécifiques chez une plus grande proportion de sadiques (52,5 %) que de non-sadiques (28,7 %). En ce qui a trait au degré de coercition lors du délit, il est plus élevé chez les sadiques que chez les non-sadiques et ce, pour les éléments suivants : (1) enlèvement et séquestration (18,6 % vs 6,1 %) ; (2) victime attachée (23,8 % vs 8,2 %) ; (3) asservissement de la victime (bondage) (16,3 % vs 0,0 %) ; (4) violence expressive (90,7 % vs 58,2 %) ; (5) usage d’une arme (55,8 % vs 37,8 %) ; (6) torture psychologique (humiliation) (53,7 % vs 26,7 %) ; (7) torture physique (mutilations) (30,2 % vs 1,1 %) ; (8) mutilation des zones érogènes (25,6 % vs 1,1 %) ; (9) insertion d’objets dans le vagin (9,3 % vs 1,1 %). Bien que la différence ne soit pas statistiquement significative, le pourcentage de meurtriers sexuels chez les sadiques est plus élevé que chez les non-sadiques. Finalement, il ressort que la diversité des actes sexuels (coït, fellation, cunnilingus, sodomie) est aussi grande chez les sadiques que chez les non-sadiques.

tableau 7.7. Caractéristiques du modus operandi chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques

tableau 7.7. Caractéristiques du modus operandi chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques

* p < 0,05 ; ** p <,01 ; *** p < 0,001

68Le tableau 7.8 présente des caractéristiques de la scène de crime chez des meurtriers sexuels sadiques (N = 18) et chez des non-sadiques (N = 22). La cause du décès la plus fréquente chez les victimes des sadiques est l’asphyxie (strangulation : 50,0 % ; étouffement : 12,5 %). Chez les victimes des non-sadiques, l’asphyxie est significativement moins courante (strangulation : 27,3 % ; étouffement : 9,1 %). En fait, ces derniers ne semblent pas avoir de méthode préférentielle pour tuer. Les victimes des sadiques (88,2 %) sont plus souvent retrouvées complètement nues que celles des non-sadiques (11,8 %). En outre, seuls les sadiques ont eu des rapports coïtaux (31,3 %) avec elles et les ont mutilées (44,4 %) une fois celles-ci décédées. Pour finir, soulignons qu’environ le tiers des meurtriers sexuels ont caché le cadavre une fois leur crime perpétré.

Interprétation des résultats

69Notre étude repose sur un échantillon non biaisé composé de 141 agresseurs sexuels de femmes extrafamiliaux. En effet, notre échantillon inclut 95 % des violeurs évalués au Centre régional de réception entre 1995 et 2000. Rappelons ici que tous les criminels qui reçoivent une sentence de deux ans et plus au Québec passent par cette institution carcérale au début de leur peine d’incarcération. Notre échantillon comprend également 71 % des meurtriers sexuels de femmes incarcérés au Québec en 1999 (voir les chapitres 1 et 8 pour des informations additionnelles). En plus d’être représentatif des agresseurs sexuels de femmes, notre échantillon est homogène puisqu’il n’inclut pas d’agresseurs dont les victimes sont des hommes ou des enfants. En conséquence, le portrait du sadique sexuel qui émerge de nos résultats est probablement plus pur, même s’il est limité à ceux dont les victimes sont des femmes, que celui qui se dégage des études antérieures (Dietz et al., 1990 ; Gratzer et Bradford, 1995 ; Marshall, Kennedy et Yates, 2002).

tableau 7.8. Caractéristiques de la scène de crime chez des meurtriers sexuels sadiques et non sadiques

tableau 7.8. Caractéristiques de la scène de crime chez des meurtriers sexuels sadiques et non sadiques

* p < 0,05 ; ** p < 0,01 ; *** p < 0,001

70Sur le plan développemental, nos résultats indiquent que les agresseurs sexuels sadiques ont grandi dans un environnement inadéquat (voir le cas de Sylvain au chapitre 2). En effet, au cours de leur enfance et de leur adolescence, ils ont été exposés à de la violence physique et psychologique ainsi qu’à de l’abus d’alcool. De plus, une proportion importante d’entre eux ont été victimes de violence physique et sexuelle. Ces résultats sont semblables à ceux obtenus lors d’études antérieures (Gratzer et Bradford, 1995 ; Langevin et al, 1985) et sont compatibles avec le portrait clinique du sadique sexuel présenté par Brittain (1970). Toutefois, les sadiques ne se distinguent pas des non-sadiques en ce qui a trait à ces expériences de victimisation. En contrepartie, les sadiques sont plus nombreux que les non-sadiques à avoir subi de la violence psychologique (ex. : humiliation). Cette forme de victimisation est compatible avec le développement d’un trouble de la personnalité évitante, lequel se caractérise par une peur d’être humilié, critiqué et rejeté par autrui.

71Par ailleurs, au cours de leur enfance et de leur adolescence, les agresseurs sexuels sadiques de notre échantillon se distinguent des non-sadiques par une faible estime de soi et un isolement social prononcé. Ces résultats concordent avec ceux de MacCulloch et al. (1983) ainsi qu’avec la description du sadique sexuel esquissée par Brittain (1970). Il est à noter que ces caractéristiques des sadiques sexuels constituent des manifestations cliniques cruciales du trouble de la personnalité évitante. Néanmoins, les crises de colère du sadique sexuel à l’adolescence ne cadrent pas avec ce trouble de la personnalité. Une explication possible de cette incohérence réside peut-être dans une approche typologique du sadisme sexuel. Ainsi, les sadiques d’un premier type, isolés socialement et dévalorisés, présenteraient un trouble de la personnalité évitante, alors que ceux d’un second type, colériques et violents avec leurs proches, manifesteraient un trouble de la personnalité antisociale.

72La sexualité, sous de multiples formes, domine l’adolescence des sadiques sexuels et les distingue des non-sadiques. En effet, ils sont amateurs de pornographie et ils ont recours à des fantaisies sexuelles violentes lors de leurs activités masturbatoires. Cette prépondérance de la sexualité dans leur quotidien est également rapportée par MacCulloch et ses collègues (1983). Ces derniers estiment que, à la suite d’échecs relationnels, les sadiques sexuels ont recours à la sexualité comme source principale de gratification émotionnelle.

73En ce qui a trait à leurs activités criminelles à l’âge adulte, les agresseurs sexuels sadiques et non sadiques de notre échantillon semblent être des généralistes. En effet, les délits sexuels représentent environ 20 % de l’ensemble de leurs crimes. Marshall, Kennedy et Yates (2002) ont observé un ratio similaire chez les sadiques de leur échantillon. Toutefois, les antécédents judiciaires sexuels et non sexuels de leurs sujets sont beaucoup moins importants que ceux de notre échantillon. Cette disparité n’est pas surprenante si l’on considère le biais d’échantillonnage qui caractérise l’étude de Marshall, Kennedy et Yates (2002). Malgré ces différences quant à l’ampleur de la carrière criminelle des agresseurs sexuels sadiques, un fait demeure, à savoir la polymorphie de leurs activités criminelles. Est-ce à dire que les sadiques sexuels sont motivés par une propension générale au crime et ce, à l’instar des non-sadiques (Gottfredson et Hirschi, 1990) ? Dans ce cas, comment expliquer les spécificités de leur modus operandi ? Si une large proportion de leurs crimes non sexuels sont motivés par des intentions sexuelles, à savoir le vol de lingerie féminine ou la préparation d’un crime sexuel, ils ne sont pas des généralistes. Une autre partie de la réponse se trouve probablement dans les résultats d’études phallométriques.

74Les résultats d’études phallométriques indiquent que les agresseurs sadiques de notre échantillon ont une préférence sexuelle pour le viol (humiliation, violence physique). Celle-ci fait écho à leurs fantaisies sexuelles sadiques envahissantes (35 sujets sur un total de 43). De plus, ces résultats concordent avec ceux de plusieurs autres études phallométriques (Barbaree et al, 1994 ; Fedora et al, 1992 ; Proulx, 2001). Ainsi, la violence exercée par les sadiques lors de leurs crimes sexuels serait le prolongement de leurs fantaisies sexuelles sadiques et de leur préférence pour les activités sexuelles coercitives. Dans ce cas, comment rendre compte des données qui indiquent que les sadiques ne présentent pas de préférences sexuelles déviantes (Langevin et al, 1985 ; Marshall, Kennedy et Yates, 2002 ; Rice et al, 1994 ; Seto et Kuban, 1996) ? Tout d’abord, il est possible que des facteurs relatifs à l’échantillonnage entrent en jeu. Par ailleurs, la validité des stimuli utilisés pour évaluer les préférences sexuelles peut être discutable. Toutefois, l’explication la plus probable réside dans un problème de diagnostic du sadisme sexuel. À titre d’exemple, Seto et Kuban (1996) ont identifié un sujet comme sadique sexuel si, lors du délit, il a fait usage d’une violence expressive et si la victime a été blessée physiquement. Aucun de leurs agresseurs sexuels n’a admis de fantaisies sexuelles sadiques récurrentes. Ainsi, il est probable que leur échantillon de sadiques soit composé de plusieurs types d’agresseurs sexuels, à savoir des sadiques mais aussi des colériques (Proulx et al, 1999). En effet, ces deux types d’agresseurs sexuels utilisent une violence expressive et blessent leurs victimes. Toutefois, chez les colériques, il n’y a pas de préférence sexuelle pour le viol.

75En ce qui a trait au profil psychopathologique des sadiques sexuels, il se distingue de celui des non-sadiques quant aux troubles de la personnalité schizoïde et évitante (voir le cas de Sylvain au chapitre 3). Les personnes qui présentent ce profil de personnalité ont une faible estime de soi et elles s’isolent afin d’éviter d’être critiquées et rejetées. Leur monde intérieur est dominé par l’humiliation, la souffrance, l’anxiété et la colère. Un tel profil de personnalité est compatible avec l’histoire du sadique sexuel, laquelle est dominée par des sentiments de dévalorisation, l’isolement social et le retrait dans un monde de fantaisies sadiques. La fonction probable de ces fantaisies et des délits sexuels sadiques est une compensation pour la souffrance, l’humiliation et la colère ressenties et inexprimées au quotidien. Ainsi, la souffrance physique et psychique (humiliation) de la victime favoriserait, chez le sadique sexuel, une catharsis qui le libérerait provisoirement de sa propre détresse intérieure. Toutefois, en raison de la nature rigide et inappropriée de ses schèmes relationnels, le sadique sexuel est voué à reprendre régulièrement le chemin de la violence sexuelle.

76Nos résultats quant aux troubles de la personnalité des sadiques sexuels, évalués à l’aide du MCMI, contrastent avec l’opinion de Dietz et al. (1990) ainsi qu’avec les données de Gratzer et Bradford (1995). En effet, leurs données indiquent que les agresseurs sexuels sadiques sont des psychopathes et qu’ils présentent des troubles de la personnalité antisociale et narcissique. Dans l’introduction de ce chapitre, nous avons formulé trois hypothèses afin d’expliquer la diversité des points de vue sur les troubles de la personnalité des sadiques sexuels. Nos résultats favorisent l’hypothèse selon laquelle ils ont un mode de fonctionnement relevant des troubles de la personnalité évitante et schizoïde. Comme il est possible de le constater au tableau 7.5, une proportion significative des agresseurs sexuels sadiques présentent des caractéristiques prononcées des troubles de la personnalité schizoïde, évitante et dépendante, alors que très peu d’entre eux manifestent des troubles de la personnalité antisociale et narcissique. Rappelons que plusieurs autres chercheurs ont souligné l’absence de traits psychopathiques chez les sadiques sexuels (Brittain, 1970 ; Holt et al., 1999 ; Langevin et al., 1985).

77Les diagnostics des cliniciens indiquent que les sadiques sexuels se distinguent des non-sadiques quant aux troubles de la personnalité antisociale et état-limite. De tels résultats sont en contradiction avec ceux obtenus à l’aide du MCMI. Cependant, on peut formuler l’hypothèse selon laquelle les cliniciens qui évaluent un agresseur sexuel dans un contexte correctionnel établissent un diagnostic de trouble de la personnalité en s’appuyant sur la nature du scénario délictuel, alors que le MCMI évalue les troubles de la personnalité en tenant compte du mode relationnel usuel d’un sujet.

78Les sadiques sexuels et les non-sadiques ne se distinguent pas quant aux troubles mentaux de l’axe I du DSM-IV. Toutefois, les sujets des deux groupes ont des taux élevés de dépendance et d’abus de substances psychoactives. Ces résultats ne sont pas surprenants puisqu’une proportion importante de ces criminels ont été exposés à des modèles de toxicomanie au cours de leur enfance et de leur adolescence. De plus, ces résultats rejoignent ceux qu’ont obtenus Dietz et al (1990). Il se peut que cette consommation excessive d’alcool et de drogues constitue une autre stratégie d’adaptation inadéquate des agresseurs sexuels afin de gérer leur détresse intérieure.

79Un résultat inattendu est le faible taux de paraphilies chez nos sujets. En effet, ce résultat contraste avec les fréquences relativement élevées observées par d’autres chercheurs (Gratzer et Bradford, 1995 ; Langevin et al, 1985). Ces divergences pourraient tenir à la manière dont on a évalué les paraphilies. Chez Langevin et ses collaborateurs, c’est la présence de comportements paraphiliques qui a été évaluée, alors que dans notre étude nous avons eu recours aux critères beaucoup plus sévères du DSM-IV.

80Au cours de la phase précrime, les agresseurs sexuels sadiques se distinguent des non-sadiques par un conflit généralisé avec les femmes, un sentiment de colère et des fantaisies sexuelles coercitives. Les résultats d’autres études soulignent également la présence de telles fantaisies dans les heures précédant le délit (MacCulloch et al, 1983 ; Ressler et al, 1988). Il reste à clarifier les motifs qui poussent un sadique à actualiser les fantaisies qui ont dominé sa vie psychique durant des années. Une explication possible s’articule autour du profil de personnalité de ce type d’agresseurs sexuels. Ainsi, en raison de ses troubles de la personnalité évitante et schizoïde, le sadique se pense inférieur à autrui et considère que les gens qu’il côtoie, en particulier les femmes, le rejettent et l’humilient. Ces distorsions cognitives engendrent des sentiments de rage, d’humiliation et de souffrance, qui restent cependant inexprimés. Le sadique adopte alors une position de retrait sur le plan relationnel et il se réfugie dans un monde de fantaisies sexuelles coercitives. Comme il consacre beaucoup de temps à ses fantaisies sexuelles, celles-ci sont élaborées et elles constituent un exutoire à ses affects inexprimés : la rage, l’humiliation et la souffrance (Proulx, McKibben et Lusignan, 1996 ; Proulx et al, 1999). Néanmoins, cette stratégie d’adaptation que sont les fantaisies sexuelles coercitives peut s’avérer insuffisante si le sadique est confronté à des stress d’une intensité inhabituelle. La nature de ces stress pourrait être un conflit généralisé avec les femmes, une expérience de rejet ou de dévalorisation. Dans ces cas, l’actualisation des fantaisies dans un délit sexuel sadique constituerait une autre stratégie d’adaptation à laquelle le sadique a recours afin de gérer sa détresse intérieure. Par ailleurs, la colère et un état d’intoxication dû à la consommation de substances psychoactives ont pu jouer un rôle de désinhibiteurs qui ont intensifié l’excitation sexuelle déviante, soit la motivation au passage à l’acte (Barbaree, 1990).

81Pour ce qui est du délit en soi, chez le sadique sexuel, il constitue un prolongement des fantaisies sexuelles coercitives. En conséquence, il n’est pas étonnant que le délit soit habituellement planifié dans les moindres détails. En outre, le modus operandi des sadiques inclut des éléments de violence physique et psychologique qui le distinguent de celui des non-sadiques. Toutefois, les actes sexuels sont diversifiés et nombreux, tant chez les sadiques que les non-sadiques. Ces résultats sont similaires à ceux de Gratzer et Bradford (1995) pour plusieurs des éléments du modus operandi. Cependant, chez les sadiques de notre échantillon, l’humiliation de la victime est plus fréquente que les sévices corporels, alors que nous constatons l’inverse dans leur échantillon. Cette divergence s’explique probablement par le pourcentage plus élevé de meurtriers sexuels dans l’étude de Gratzer et Bradford (71,4 %) que dans la nôtre (28,3 %). En effet, un crime sexuel fatal implique une violence physique élevée.

82Si l’on compare les éléments de la scène de crime des meurtriers sexuels de notre échantillon avec ceux de l’échantillon de Gratzer et Bradford (1995), on constate à nouveau de nombreuses similitudes. Toutefois, ces éléments diffèrent de ceux de l’étude de Dietz et al. (1990). En effet, une proportion plus importante de leurs sujets ont caché le corps de leurs victimes et ont inséré un objet dans une de leurs cavités corporelles. Ces caractéristiques du modus operandi rendent compte d’un degré élevé d’organisation et de ritualisation du délit, ce qui peut être considéré comme un indicateur de la sévérité de la déviance sexuelle des sujets de l’étude de Dietz et ses collègues. Cette hypothèse s’accorde avec le taux élevé de meurtriers sexuels sériels de leur étude (56,7 %), lequel est nettement plus important que ceux de l’étude de Gratzer et Bradford (10,7 %) et de la nôtre (0 %).

83Dans l’ensemble, nos résultats concordent avec ceux de l’étude de Gratzer et Bradford (1995) et démontrent que les agresseurs sexuels sadiques diffèrent des non-sadiques sur plusieurs aspects. Ces similitudes entre nos études peuvent être attribuables au fait que nos échantillons respectifs sont non biaisés. En outre, dans ces deux études, ce sont les critères diagnostiques de l’American Psychiatric Association (DSM-III-R, DSM-IV) qui permirent de distinguer les agresseurs sexuels sadiques des non-sadiques. Malgré une validité discriminante élevée lorsqu’on utilise les critères diagnostiques de l’American Psychiatric Association, Marshall et Yates (sous presse) ont formulé des réserves quant à cette méthode pour évaluer le sadisme sexuel. En conséquence, des études supplémentaires sont nécessaires afin de clarifier les critères diagnostiques du sadisme sexuel et les spécificités développementales, criminologiques, sexologiques et psychopathologiques des agresseurs sexuels qui présentent ce trouble mental.

84Nos résultats sont cohérents et congruents avec ceux d’autres études portant sur le sadisme sexuel. Néanmoins, la validité de nos résultats est limitée par l’absence de consensus quant à la définition du sadisme sexuel. En effet, nous avons utilisé l’échelle de sadisme créée par Knight et Prentky (1990). Or, celle-ci ne fait pas l’unanimité (Hucker, 1997). En conséquence, afin de pouvoir mieux délimiter les spécificités développementales, psychopathologiques et criminologiques des sadiques sexuels, il faudra, au préalable, concevoir une échelle de sadisme ou établir des critères diagnostiques qui fassent consensus.

Notes

1 « L’expérience d’un plaisir sexuel (incluant l’orgasme) suscité par des actes de cruauté et des punitions corporelles infligées à des humains ou à des animaux. Cela peut aussi être un désir inné d’humilier, de blesser, de frapper ou même de détruire autrui pour éprouver du plaisir sexuel. » (p. 53 ; traduction de l’auteur)

2 « (A) Présence de fantaisies imaginatives sexuellement excitantes, d’impulsions sexuelles, ou de comportements, survenant de façon répétée et intense, pendant une période d’au moins 6 mois, impliquant des actes (réels, non simulés) dans lesquels la souffrance psychologique ou physique de la victime (y compris son humiliation) déclenche une excitation sexuelle chez les sujets. (B) La personne a cédé à ces impulsions sexuelles avec une personne non consentante, ou les impulsions sexuelles ou les fantaisies imaginatives sexuelles sont à l’origine d’un désarroi prononcé ou de difficultés interpersonnelles. » (p. 530 ; traduction de l’auteur)

3 « [U]ne préférence pour une activité sexuelle qui implique de l’asservissement, des châtiments corporels ou de l’humiliation » (p. 220, traduction de l’auteur).

4 « L’essence du sadisme ne se trouve pas dans le désir d’infliger de la douleur à autrui. Le désir le plus saillant est celui de dominer complètement une personne, de la réduire à l’état d’objet à notre merci, de la soumettre totalement à notre volonté, de devenir son dieu, d’agir avec elle selon notre bon plaisir. Le moyen de satisfaire ce désir est de l’humilier et de l’asservir et surtout de la faire souffrir, car il n’y a pas de pouvoir plus grand sur une personne que de la faire souffrir sans qu'elle puisse se défendre. » (p. 165 ; traduction de l’auteur)

5 « Nos résultats nous rendent pessimistes quant à la fidélité du diagnostic de sadisme sexuel chez les agresseurs sexuels. »

6 « Tous les êtres humains naissent avec une propension archaïque à l’agression et à la destruction, laquelle procure un plaisir tout comme la pulsion sexuelle. » (p. 612 ; traduction de l’auteur)

7 « On considère la froideur émotionnelle des criminels durant leur délit comme une preuve, si ce n’est suffisant, de leur manque d’empathie pour leurs victimes. Ce manque d’empathie est l’expression de traits psychopathiques et narcissiques, une capacité particulière à déshumaniser les victimes ou une combinaison de tout ceci. Quoique aucune collecte de données systématique sur les caractéristiques de la personnalité narcissique chez ces hommes ne fut réalisée, on note que tous exploitent autrui, présentent de la grandiosité, manquent d’empathie, répondent à la critique par de la colère et qu’ils demandent des démonstrations d’admiration des victimes qu’ils gardent captives. Les traits narcissiques de ces hommes découlent de la conscience qu’ils ont de leur statut de supercriminels. » (p. 175 ; traduction de l’auteur)

8 « Au premier abord, nous sommes portés à croire que les polarités (chez les antisociaux-sadiques) sont essentiellement les mêmes que chez les évitants, puisque dans les deux cas, la douleur et l’action dominent. Toutefois, l’évitant anticipe et échappe aux abus, alors que l’antisocial-sadique agresse et rabaisse autrui. » (p. 482 ; traduction de l’auteur)

Table des illustrations

Titre tableau 7.1. Caractéristiques du modus operandi chez les agresseurs sexuels sadiques de trois échantillons : Dietz, Hazelwood et Warren (1990) ; Gratzer et Bradford (1995) ; Marshall, Kennedy et Yates (2002)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre tableau 7.2. Caractéristiques développementales (avant 18 ans) chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques : exposition à des modèles inadéquats et victimisation
Légende * p < 0,05
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre tableau 7.3. Caractéristiques développementales (avant 18 ans) chez des agresseurs sexuels de femmes sadiques et non sadiques : comportements problématiques sexuels et non sexuels
Légende * p< 0,05 ; ** p<0,01 ; *** p < 0,001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre tableau 7.4. Caractéristiques de la carrière criminelle adulte officielle chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10555/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre tableau 7.5. Caractéristiques psychologiques (troubles de la personnalité) d’agresseurs sexuels sadiques et non sadiques : évaluation psychométrique (MCMI)
Légende * p < 0,05 ; ** p < 0,01
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10555/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre tableau 7.6. Caractéristiques de la phase précrime chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques (48 heures avant le délit)
Légende * p < 0,05 ; ** p < 0,01 ; *** p < 0,001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10555/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre tableau 7.7. Caractéristiques du modus operandi chez des agresseurs sexuels sadiques et non sadiques
Légende * p < 0,05 ; ** p <,01 ; *** p < 0,001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10555/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre tableau 7.8. Caractéristiques de la scène de crime chez des meurtriers sexuels sadiques et non sadiques
Légende * p < 0,05 ; ** p < 0,01 ; *** p < 0,001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10555/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Auteurs

Ph.D. psychologie. Professeur titulaire à l’École de criminologie et chercheur au Centre international de criminologie comparée et ce, à l’Université de Montréal. Chercheur et clinicien à l’Institut Philippe Pinel de Montréal.

M.Sc. criminologie. Doctorant à l’École de criminologie de l’Université de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search