Version classiqueVersion mobile

Les meurtriers sexuels

 | 
Jean Proulx
, 
Maurice Cusson
, 
Eric Beauregard
, 
et al.

Préface

Raymond Gassin

Texte intégral

  • 2 Paris, Odile Jacob, 2003, 250 p.
  • 3 Ibid., p. 121.
  • 4 Ibid., p. 121-122.

1Dans le livre tout récent d’entretien avec le sociologue canadien Robert Leroux Y a-t-il encore une sociologie ?2, Raymond Boudon déclare : « La préface est un genre difficile. Il impose une lecture généreuse3. » Puis à propos de cet exercice qui lui avait été demandé à l’occasion d’une réédition des Lois de l’imitation de Gabriel Tarde, il ajoute : « Ayant été ébloui par l’article de “La croyance et le désir”, je m’attendais à être séduit par une relecture attentive des Lois. Cette fois le charme n’opéra pas. Je trouve aujourd’hui ma préface trop complaisante4. »

2Cette préface ne se veut, à coup sûr, ni complaisante ni généreuse, mais tout simplement sincère et aussi objective que possible. Or, son auteur a été tout particulièrement intéressé par la lecture de ce très important travail de recherche, probablement unique en son genre par son ambition scientifique, du moins en langue française, sur cette « figure du mal » tout à la fois empreinte de « fascination et de dégoût » que sont les meurtriers sexuels. Reste alors la « difficulté » de l’entreprise du préfacier qui est d’expliciter en quoi son intérêt a été éveillé à la lecture attentive de l’ouvrage. Or, considérant que le rôle d’une préface est d’exposer au lecteur potentiel les raisons qu’il aurait de devenir un lecteur réel, il y a, me semble-t-il, de multiples motifs d’entreprendre cette lecture.

3Avant toute chose, indiquons ce que les auteurs entendent par meurtre sexuel dans leur ouvrage. La précision mérite d’autant plus d’être apportée que, en général, les législations pénales ne contiennent pas de qualification spécifique de « meurtre sexuel » ; cette sorte d’homicide y est considérée comme tout autre meurtre, quel qu’en soit le mobile. Les auteurs le relèvent pour le Code criminel canadien (chapitre 1). En France également, le meurtre sexuel est traité comme un meurtre ordinaire ou comme un assassinat lorsqu’il y a préméditation. S’il y a circonstance aggravante, ce n’est que lorsqu’il est concomitant d’un autre crime (dont le viol n’est qu’une possibilité) ou connexe à un délit (dont l’agression sexuelle n’est qu’une variété). Le terme viol n’apparaît dans les dispositions de la section du Code pénal « Des atteintes volontaires à la vie » (articles 222-1 à 221-5.1), aux côtés d’ailleurs des tortures et actes de barbarie, que pour signifier que la Cour d’assises qui prononce une condamnation pour assassinat ou même pour meurtre simple d’un mineur de 15 ans, peut sanctionner sa suraggravation par viol en décidant que la peine de réclusion criminelle prononcée sera incompressible (art. 221-3 al. 2 et 221-4 al. 2) et également que son auteur encourt la sanction du suivi sociojudiciaire (art. 222-9-1), sanction qui est applicable au demeurant pour toutes les infractions sexuelles. Il faut se reporter au paragraphe du viol dans la section « Des agressions sexuelles » pour apprendre que celui-ci est aggravé « lorsqu’il a entraîné la mort de la victime » (art. 222-25). Le droit pénal français reconnaît ainsi le viol mortel mais pas le meurtre sexuel.

4La catégorie du meurtre sexuel est donc une catégorie exclusivement criminologique, ce qui explique sans doute son manque de netteté dans la littérature criminologique où elle est parfois étendue à des meurtres non sexuels (meurtres de masse, meurtres en série) ou au contraire restreinte aux seuls meurtres sexuels sadiques. L’homicide sexuel est celui qui implique une activité sexuelle à la base d’une séquence d’actes conduisant à la mort. Il se révèle par divers indices sur « la scène de crime », tels que le fait qu'il y a eu viol, mutilations des organes sexuels, sévices sexuels ou que la victime est retrouvée nue ou partiellement dévêtue ou encore qu’il y a exposition de ses parties génitales.

5Sous le bénéfice de cette définition, la première raison d’entamer la lecture des chapitres consacrés à la recherche québécoise est que, jusqu’à cette dernière, on ne savait pas grand-chose d’assuré sur le compte des meurtriers sexuels. Sans doute existait-il un grand nombre de théories qui se voulaient explicatives de l’homicide sexuel. À cet égard, le chapitre 1 répertorie non seulement des théories biologiques et psychologiques, mais il relève même une théorie sociohistorique du meurtre sexuel, à fort parfum marxiste, reposant sur des hypothèses de conflits de classes sociales. Mais lorsque l’on fait le bilan de ces théories, on constate que, par-delà leur diversité — et a fortiori leurs contradictions —, soit elles ne reposent sur aucune donnée empirique, soit l’échantillon utilisé en nombre insuffisant n’est pas significatif, soit encore, même nombreux, les échantillons ne sont pas véritablement représentatifs des meurtriers sexuels.

6La recherche québécoise constitue un apport majeur à la connaissance des meurtriers sexuels. Elle porte sur un échantillon de 40 meurtriers sexuels de femmes non sériels, soit presque une population entière de tels sujets, puisque ces 40 meurtriers sexuels représentaient plus de 71 % de l’ensemble des meurtriers sexuels de femmes incarcérés au Québec lors de la collecte des données au cours des années 1998 et 1999. Ces sujets ont été comparés à un groupe de contrôle de 101 agresseurs sexuels de femmes coupables de viol qui représentaient eux-mêmes plus de 93 % des détenus incarcérés au Centre régional de réception du Québec de 1995 à 2000. Les deux échantillons ont donné lieu à tout un ensemble de tests et d’entretiens appropriés ainsi qu’au dépouillement des sources officielles les concernant que sont les dossiers de police et les dépositions des victimes. Ainsi est-on en mesure aujourd’hui de savoir ce qui distingue les meurtriers sexuels de femmes des simples violeurs et, plus généralement, si les meurtriers sexuels sont aussi différents qu’on le croit généralement des délinquants récidivistes polymorphes, bien connus des criminologues. Ce travail souffre toutefois d’une limite non négligeable : l’échantillon de meurtriers sexuels de femmes ne concerne pas ceux qui ont été acquittés pour cause d’aliénation mentale puis transférés dans une institution psychiatrique sécuritaire.

7La deuxième raison qui doit inciter à lire l’ouvrage, c’est la démarche d’exposition suivie par ses auteurs. Après un premier chapitre introductif destiné à poser la problématique de la recherche sur la base des insuffisances des théories antérieures et la méthodologie suivie par les chercheurs, les investigations des chapitres 2 à 9 se développent en quelque sorte en deux temps.

8Le premier temps est celui de la quête du meurtrier sexuel de femmes par comparaison avec les agresseurs sexuels de femmes. Cette quête se déroule progressivement, par touches successives à travers les diverses hypothèses concevables, un peu à la manière d’une enquête policière où les policiers disposeraient de plusieurs pistes et devraient sélectionner la meilleure par éliminations successives. Sont-ce les facteurs développementaux et les antécédents criminels qui singularisent les meurtriers sexuels (chapitre 2) ? Pas vraiment, car il y a davantage de similitudes que de différences entre les violeurs et les meurtriers sexuels. Sont-ce alors des facteurs psychopathologiques (troubles mentaux graves ou troubles de la personnalité) (chapitre 3) ? Pas davantage car, si le fait de les prendre en compte contribue à la compréhension de l’homicide sexuel, il faut aussi considérer leurs interactions avec les autres variables. S’agit-il alors de l’interaction de ces variables contemporaines de l’action que sont la situation précriminelle et les intentions de l’auteur (chapitre 4) ? Pas nécessairement, car le meurtre dans l’agression sexuelle n’est pas toujours voulu par l’agresseur et un certain nombre d’homicides sexuels sont en fait des viols qui ont dérapé de façon fatale. Finalement, ce n’est qu’en recourant à un modèle interactif, prenant en compte simultanément des variables développementales, structurelles (psychopathologie et fantaisies sexuelles déviantes), de trajectoire criminelle, situationnelles et intentionnelles, que l’on peut distinguer le meurtrier sexuel du violeur (chapitre 5). Là s’arrête d’ailleurs l’analogie avec l’enquête de police, car il ne s’agit pas de privilégier une piste par rapport aux autres, mais au contraire de les inscrire toutes dans un même modèle intégratif.

9Vient alors le deuxième temps, celui des distinctions au sein du genre du meurtrier sexuel : distinction entre le meurtrier sexuel à victime unique et le meurtrier sexuel en série qui est un type de criminel exceptionnel (chapitre 6), distinction entre les meurtriers sexuels sadiques et non sadiques (chapitre 7 sur « le sadisme sexuel », la distinction concernant tous les agresseurs sexuels, meurtriers ou simples violeurs et reposant sur la comparaison de tout un ensemble de caractéristiques développementales, sociales, psychologiques, sexologiques et criminologiques), distinction encore, mais sur la base des seules caractéristiques du scénario délictuel et de la scène de crime, entre meurtrier sexuel sadique et meurtrier sexuel colérique.

  • 5 H. Lagrange et Fr. Perrin, « Les délinquances sexuelles », in L. Mucchielli et Ph. Robert (dir.), (...)

10Mais la raison sans doute la plus déterminante de lire l’ouvrage réside dans l’originalité de l’explication qu’il donne des meurtres sexuels et de la personnalité de leurs auteurs et plus largement des agressions sexuelles. Jusqu’à présent, la théorie dominante en la matière consistait à présenter la délinquance sexuelle comme une délinquance spécifique caractérisée par le sadisme qui associe directement la violence à la jouissance sexuelle. Dans cette perspective, les meurtriers sexuels, comme les violeurs, étaient considérés comme une catégorie de délinquants à part dont l’agir criminel était animé par la prégnance de fantaisies associant la cruauté au plaisir sexuel. Aussi, nombre de législations pénales ont-elles saisi les criminels sexuels, par-delà même les malades mentaux pénalement irresponsables, comme des individus à soigner au moins autant qu’à punir. Tel est le cas de la France dont une loi du 17 juin 1998 a créé le « suivi sociojudiciaire » qui entend s’attaquer à un dysfonctionnement psychique5.

11Cette représentation du criminel sexuel tire son origine de l’association de tous les crimes sexuels à des crimes sadiques qui seraient répétés au point de faire de leurs auteurs des tueurs en série si ceux-ci ne sont pas arrêtés avant. Or, la recherche de Jean Proulx, Maurice Cusson et leurs collaborateurs montre que les sadiques ne sont qu’une minorité parmi les meurtriers sexuels et que les sériels parmi eux sont particulièrement rares (un seul tueur en série parmi les 57 détenus pour meurtres sexuels dans les prisons du Québec lors de la collecte des données). En revanche, elle est particulièrement marquée par la constatation que la plupart des meurtriers sexuels de l’échantillon, comme d’ailleurs des violeurs du groupe de contrôle, avaient un passé délictueux fait de délits contre la propriété ainsi que de voies de fait ou de coups et blessures sans rapport avec une agression sexuelle et que le meurtre sexuel (ou le viol) n’était que le passage au stade supérieur dans le cours de leur carrière criminelle (chapitre 9). Ainsi s’est élaborée une théorie novatrice du meurtre sexuel suivant laquelle les meurtriers sexuels (comme les violeurs) sont en majorité des criminels comme les autres, polymorphes et récidivistes « qu’aucun frein n’arrête dans la poursuite du plaisir immédiat et qui réagissent de manière explosive aux frustrations ». C’est là une révision drastique des idées reçues sur la criminalité sexuelle.

12Restent alors les conséquences de criminologie appliquée que l’on peut en tirer. L’ouvrage comprend deux chapitres qui appartiennent à ce registre : le profilage dans l’enquête sur les meurtres sexuels (chapitre 10) et l’interrogatoire en matière d’homicide sexuel (chapitre 11). Mais on devine que le lecteur attend aussi un chapitre sur le « traitement » des meurtriers sexuels. Or, il n’y en a pas. Pourquoi ? Est-ce une lacune de l’ouvrage ou est-ce intentionnel ?

13Le but de la recherche tel qu’il est énoncé au chapitre 1 dans la section « problématique » était de vérifier s’il y a des caractéristiques qui distinguent les meurtriers sexuels des agresseurs sexuels de femmes (violeurs). La question du traitement n’entrait donc pas dans ses objectifs. Mais si l’on suppose que nos chercheurs auraient souhaité prolonger leur étude par un chapitre sur le traitement des meurtriers sexuels, qu’y auraient-ils écrit ? Sans leur attribuer bien entendu des opinions qu’ils n’ont pas exprimées, on peut toutefois conjecturer qu’ils auraient avancé l’hypothèse selon laquelle, puisque les meurtriers sexuels ne se distinguent pas fondamentalement des délinquants récidivistes qui peuplent habituellement les prisons, ils relèvent des mêmes traitements que ces derniers, ce qui remettrait d’ailleurs en cause les mesures spécifiques, telles que le suivi sociojudiciaire.

Notes

2 Paris, Odile Jacob, 2003, 250 p.

3 Ibid., p. 121.

4 Ibid., p. 121-122.

5 H. Lagrange et Fr. Perrin, « Les délinquances sexuelles », in L. Mucchielli et Ph. Robert (dir.), Crime et sécurité, l’état des savoirs, Paris, La découverte, 2002, p. 169.

Auteur

Professeur honoraire de criminologie et de droit pénal à l’Université d’Aix-Marseille III. Directeur honoraire de l’Institut de Sciences Pénales et de Criminologie d’Aix-en-Provence.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search