Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires Larousse

 | 
Monique C. Cormier
, 
Aline Francœur

Les auteurs

Texte intégral

1 Monica Barsi est « professore associato » au Dipartimento di Scienze del Linguaggio e Letteratura Straniere Comparate de l’Università degli Studi di Milano, en Italie. Elle y enseigne la langue française et la didactique du français, langue étrangère. Ses recherches portent sur la lexicographie historique et sur la dictionnairique. Elle a publié en 2003 l’édition critique du Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial de Philibert Joseph Le Roux, chez Honoré Champion, à Paris. Elle a également fait partie du comité de rédaction de plusieurs dictionnaires bilingues italien-français. Elle est membre d’une équipe qui élabore actuellement à l’Université de Milan un ensemble d’outils pédagogiques intitulé Metodi in classe et destiné à la formation des professeurs de langue (à paraître). Ses autres recherches portent sur l’édition de textes historiographiques des XVe et XVIe siècles.

2 Jean-Claude Boulanger est professeur titulaire au Département de langues, linguistique et traduction de l’Université Laval. Il enseigne en linguistique (lexicologie, lexicographie et histoire de la langue française). Ses recherches récentes portent sur l’origine et l’histoire des dictionnaires, sur la question de la norme du français et sur la formation des mots, particulièrement sur les noms propres qui sont à l’origine de noms communs. Il a dirigé la rédaction de plusieurs dictionnaires, notamment le Dictionnaire CEC jeunesse (trois éditions) et le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (Le Robert). De 1992 à 1997, il a été associé à la préparation d’un dictionnaire bilingue canadien. Il est membre d’une équipe qui rédige en ce moment à l’Université de Sherbrooke un dictionnaire du français standard en usage au Québec. Il a publié de nombreux articles et des ouvrages sur la lexicographie et les dictionnaires. Son dernier livre, paru en 2003, a pour titre Les inventeurs de dictionnaires. Il a été professeur invité dans plusieurs universités québécoises et étrangères.

3 Marie Brisebois détient un baccalauréat spécialisé en études françaises et une maîtrise en bibliothéconomie. Elle est bibliothécaire à la Bibliothèque des lettres et des sciences humaines de l’Université de Montréal et est responsable du développement des collections et de la référence en traduction, linguistique, littératures et langues modernes. Elle est également membre du Comité permanent de la politique linguistique de l’Université de Montréal.

4 Yves Garnier est directeur du département Encyclopédies de Larousse et membre du Comité de direction de l’entreprise. Il dirige les équipes rédactionnelles du Petit Larousse, ainsi que les équipes d’encyclopédistes et de lexicographes-terminologues qui travaillent sur les ouvrages encyclopédiques généraux, qu’ils soient publiés sur support papier ou sur support électronique. Il a mené toute sa carrière éditoriale chez Larousse, où il est entré en 1976. Le Grand Larousse Universel (15 volumes, 1982-1985, aux côtés de Claude Dubois), le Grand Larousse en 5 volumes (1987-1988, aux côtés de François Demay), le Mémo (1993), le Nouveau Larousse Encyclopédique (1994), l’Encyclopédie Universelle Larousse (électronique, 1999) sont les principaux chantiers qu’il a dirigés.

5 Chantal Lambrechts, diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Université Libre de Bruxelles, est titulaire d’une maîtrise de Lettres modernes de l’Université de Paris X Nanterre. C’est dans l’édition qu’elle a d’emblée entamé sa carrière, du côté de la transmission du savoir par les dictionnaires, les encyclopédies et les ouvrages pédagogiques. Devenue directrice de l’édition des Encyclopédies Bordas, elle intègre en 2000 le groupe Hachette en tant que directrice du département des publications secondaires et supérieures (Hachette Éducation). Depuis mars 2002, elle dirige le département Langue française et Périscolaire de Larousse avec une équipe de plus de 20 personnes et un très vaste catalogue à développer — qui va des dictionnaires de langue française aux collections parascolaires (Petits classiques Larousse, Aide-Mémoire) en passant par les dictionnaires spécialisés (Synonymes, Étymologie, Citations, Difficultés du français) et pédagogiques (Larousse des maternelles, Larousse Junior, Super Major).

6 Johanne Lamoureux est professeure titulaire et directrice du Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques à l’Université de Montréal, où elle enseigne l’art contemporain et la méthodologie. Elle a publié dans Sightlines. Reading in Canadian Contemporary Art (Artexte, 1994); Anyplace (MIT, 1995); Thinking about exhibitions (Routledge, 1996) et The Blackwell Companion to Contemporary Art Survey (Blackwell, 2004). Elle est l’auteure de L’art insituable. De l’in situ et d’autres sites (Centre 3dd, 2001), qui regroupe des textes sur la rhétorique de l’exposition et la question du lieu. Elle a signé trois expositions accompagnées d’un catalogue: Seeing in Tongues: A Narrative of Language and Visual Arts in Québec (Morris and Helen Belkin Art Gallery, University of British Columbia, 1995); Irene F. Whittome: Bio-Fictions (Musée du Québec, 2000) et Doublures. Vêtements de l’art contemporain (Musée national des beaux-arts du Québec, 2003).

7 Henri Mitterand, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de l’Université, docteur ès lettres, professeur émérite à la Sorbonne nouvelle, professeur émérite de littérature française à Columbia University (New York), a édité les cinq volumes des Rougon-Macquart de Zola dans la Bibliothèque de la Pléiade aux éditions Gallimard. Il a également fait paraître les 15 volumes des Œuvres complètes de Zola au Cercle du Livre précieux, Paris. Il a été conseiller littéraire pour la publication de la Correspondance de Zola, en 10 volumes (Éditions du CNRS et Presses de l’Université de Montréal). Henri Mitterand est aussi l’auteur de nombreux livres sur Émile Zola et sur d’autres romanciers (XIXe et XXe siècles), ainsi que d’ouvrages plus généraux sur le roman (Zola et le naturalisme, Zola, L’Histoire et la fiction, Zola, Fiction et modernité, Passion Émile Zola, Le discours du roman, Le regard et le signe, L’illusion réaliste, Le roman à l’oeuvre) et sur l’enseignement de la langue et de la littérature. À cela s’ajoutent plus de 250 articles de littérature et de linguistique et de nombreuses conférences dans les villes universitaires d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Afrique du Nord, du Proche-Orient et de l’Océan Indien.

8Il a fondé le Centre de Recherche sur Zola et le Naturalisme (item, Centre national de la Recherche scientifique). Il a publié une biographie de Zola en trois volumes (Paris, Éditions Fayard, Grand prix de la ville de Paris, 2000 ; Prix de la biographie littéraire, Académie française, 2003). Il a fait paraître en 2004, au Livre de Poche, une anthologie des Écrits de Zola sur le roman. Il dirige une nouvelle édition chronologique des Œuvres complètes de Zola (20 volumes, Nouveau Monde éditions, Paris ; 10 volumes déjà publiés) et il travaille actuellement à un livre sur L’espace romanesque et à une édition des Chroniques de Maupassant (Le Livre de poche).

9Henri Mitterand est docteur honoris causa de l’Université d’Athènes, chevalier de la Légion d’Honneur, commandeur des Arts et des Lettres, membre de l’Académie du Morvan et de la Société royale du Canada, président d’honneur de la Société internationale d’histoire de l’affaire Dreyfus.

10 Jean Pruvost est professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, en France, où il enseigne la lexicologie et la lexicographie et dirige un laboratoire du cnrs (Métadif,umr 8127) consacré aux dictionnaires et à leur histoire. Il organise chaque année à Cergy la Journée des dictionnaires, rendez-vous international des lexicologues et lexicographes. Auteur de plus de 200 publications dont deux « Que sais-je ? » (Les dictionnaires de langue française ; Les néologismes), et La dent-de-lion, la Semeuse et le Petit Larousse, il a obtenu en 2000 le prix international de linguistique Logos pour Dictionnaires et nouvelles technologies (PUF). Il est directeur scientifique du Nouveau Littré, publié aux éditions Garnier en 2004, et auteur du Dictionnaire du français oublié, à paraître. Membre de divers comités de rédaction de revues internationales, il est aussi codirecteur de collections érudites avec Bernard Quemada aux éditions Honoré Champion (coll. « Lexica » ; coll. « Études de lexicologie, lexicographie et dictionnairique »), codirecteur des Cahiers de lexicologie et rédacteur en chef des Études de linguistique appliquée (Didier érudition).

11 Chantal Robinson détient une maîtrise en bibliothéconomie de l’Université de Montréal. Depuis 1980, elle occupe le poste de bibliothécaire à l’Office québécois de la langue française. En plus des ateliers qu’elle a animés sur la documentation et ses méthodes de recherche et des comptes rendus auxquels elle a contribué pour Terminogramme et la Revue d’aménagement linguistique, elle a rédigé de nombreux articles pour Passerelle, La francisation en marche, et Info Langue. Plus récemment, elle a rédigé un protocole de rédaction bibliographique pour les références électroniques et elle a collaboré à la rédaction de la section « références bibliographiques » des cinquième et sixième éditions du Français au bureau.

12 François Wesemael est professeur titulaire au Département de physique de l’Université de Montréal, où il travaille depuis 1981. Ses intérêts de recherche se situent en astrophysique stellaire, et il s’intéresse plus particulièrement aux propriétés physiques des étoiles naines blanches. Il a reçu la Médaille Herzberg de l’Association canadienne des physiciens en 1988 ainsi que la Médaille commémorative Rutherford en physique de la Société royale du Canada en 1992. Comme enseignant, il a reçu le prix d’excellence en enseignement de la Faculté des arts et des sciences (secteur sciences) en 2001 et celui de l’Université de Montréal (catégorie des professeurs titulaires) en 2003. Il a reçu, en 1989, le prix de l’auteur de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences.

13 Roland Wesemaël est retraité de la fonction publique canadienne. Un parcours varié l’a amené de Metz, où il a été interprète d’allemand au tribunal militaire, à Paris puis à Rocquencourt, à l’état-major du général Eisenhower. Après un séjour en Indochine, où il a été attaché à la liaison auprès du groupe d’assistance militaire des États-Unis à Saigon, il a passé quelques années en France et au grand-duché de Luxembourg. Il y a mené de pair une activité professionnelle en gestion et des études au Conservatoire national des arts et métiers et a obtenu un brevet de technicien supérieur en traduction commerciale et interprétation. Émigré au Canada avec sa famille en 1969, il a fait carrière au Secrétariat d’État, où il a été entre autres directeur général de l’interprétation, des services multilingues et de la traduction parlementaire. Il a pris sa retraite définitive après avoir oeuvré au sein du cabinet de traduction Tessier à Ottawa.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search