Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dictionnaires Larousse

 | 
Monique C. Cormier
, 
Aline Francœur

Les francophonismes dans le Petit Larousse

Yves Garnier

Texte intégral

Nous tenons à remercier Chantal Lambrechts, directrice du Département Langue française et périscolaire de Larousse, Hélène Houssemaine-Florent, Patricia Maire, Christine Ouvrard, Bruno Durand, ainsi que l’équipe éditoriale du Petit Larousse.

1Le Petit Larousse, avec son millésime 2005, vient de fêter son centenaire. Pour des millions de locuteurs francophones, le Petit Larousse n’est pas seulement un dictionnaire. Ce fut souvent un livre d’initiation au monde et aux mots, et souvent aussi l’ouvrage majeur, sinon unique, des maigres bibliothèques familiales avant la seconde moitié du XXe siècle. Livre de mots et livre d’images, le Petit Larousse nous replonge toujours un peu dans notre enfance et nous rappelle les temps heureux de nos apprentissages.

2D’abord témoin d’une langue et d’une culture uniquement métropolitaines, porteur à ses débuts — dans le droit fil des idées de Pierre Larousse — de l’idéologie à la fois universaliste, positiviste et patriotique des instituteurs de la IIIe République, il s’est ouvert progressivement, dans sa partie « langue », à d’autres cultures et à d’autres français. Il n’a pas précédé l’évolution sociale, il l’a enregistrée, notamment dans ses manifestations langagières, et il revendique d’ailleurs depuis longtemps ce rôle de « greffier ». C’est ainsi qu’il s’est — relativement récemment — ouvert aux parlers régionaux de France, aux façons de dire des locuteurs non hexagonaux du français, bref, à ce qu’on appelle aujourd’hui la francophonie.

3C’est ce mouvement que nous allons considérer ici, en plongeant dans le Petit Larousse 2005. Nous n’évoquerons pas ici — mais Larousse a entrepris sur ce sujet une intéressante réflexion — la francophonie dans la partie « noms propres » du Petit Larousse.

les mots pour les dire...

Francophonisme

  • 1 À notre connaissance, l’utilisation de ce mot a été proposée dès 1988 par Loïc Depecker (1988, p. 1 (...)

4Nous avons beaucoup hésité à intituler cet article « Les francophonismes dans le Petit Larousse ». Le mot francophonisme1 ne nous satisfait pas complètement pour trois raisons :

  • Sa dissymétrie par rapport au terme francophonie. Le Petit Larousse définissant le mot ainsi : « Communauté de langue des pays francophones ; ensemble des pays francophones. —Collectivité que forment les peuples parlant le français », il est dommage de réduire le sens de francophonisme à une partie seulement du français parlé dans les pays francophones.

  • La relative rareté de son emploi dans le sens de « mot de la francophonie », si l’on en croit une rapide recherche sur Internet (moteur de recherche Google), mises à part les nombreuses références liées au XIe Congrès de la Fédération internationale des professeurs de français, tenu à Atlanta en 2004 ; par ailleurs, aucun dictionnaire d’usage courant (Petit Larousse, Petit Robert, Hachette encyclopédique) n’a encore enregistré le mot.

  • Son ambivalence, le mot semblant aussi désigner pour certains auteurs l’idéologie de ceux (notamment au Maghreb) qui veulent favoriser l’usage du français ; on trouve aussi, logiquement, le mot antifrancophonisme.

5Mais ce mot a le mérite :

  • d’exister et d’être utilisé dans ce sens depuis de nombreuses années ;

  • d’englober le français « non hexagonal » et les régionalismes hexagonaux.

6Que proposer ? Nous avons pensé à exisme, qui, à côté de régionalisme, ferait référence à tout français non hexagonal. Ainsi, les helvétismes seraient des exismes suisses...

Autres définitions

7Les linguistes et les lexicographes ont créé des mots pour nommer les « faits de langue propres au français » parlé dans telle ou telle région du monde ou en France même. Voici ceux qui sont enregistrés à la nomenclature du Petit Larousse, avec leurs définitions :

acadianisme n.m. Fait de langue propre au français parlé en Acadie.

africanisme n.m. Tournure, expression propre au français parlé en Afrique noire.

(Dans la même série, on relève : américanisme, amérindianisme, anglicisme, arabisme, créolisme, ger

manisme, hellénisme, hispanisme, latinisme.)

belgicisme n.m. Mot, tournure propre au français de Belgique.

canadianisme n.m. Fait de langue, tournure propre au français ou à l’anglais parlés au Canada.

dialectalisme n.m. Linguist. Fait de langue propre à un dialecte ou provenant d’un dialecte.

flandricisme n.m. Construction ou mot empruntés au flamand, employés dans le français régional du Nord ou de la Belgique.

gallicisme (latin gallicus, gaulois) n.m. 1. Idiotisme propre à la langue française (ex. : il y a). 2. Emprunt fait au français par une autre langue.

helvétisme n.m. Mot, idiotisme propre au français parlé en Suisse romande.

québécisme n.m. Fait de langue propre au français parlé au Québec.

régionalisme n.m. [...] 3. Linguist. Mot, tournure propre à une région.

  • 2 Lors du colloque de Toucy en mai 2000, Gérard Taverdet (2002, p. 303) a signalé aussi le « cas des (...)

8L’Amérique du Nord est bien pourvue avec ses trois -ismes ; acadiartisme, canadianisme et québécisme. Nos voisins belges apportent au français leurs belgicismes et leurs flandricismes. Nos amis d’Afrique ne disposent que d’un bien général africanisme, qui ne saurait englober le français d’Afrique du Nord, qui lui, est absent. Faudra-t-il parler de maghrébismes et de subafricanismes ? Pas de mot non plus pour désigner les mots de l’outre-mer francophone (Mayotte, Réunion, Maurice, Antilles, Nouvelle-Calédonie, Polynésie), créolisme ne recouvrant pas tous les faits de langue rencontrés dans ces régions2. On entend parfois parler de domtomisme, comme on entend parler des domtomiens. Dialectalisme et régionalisme, dans la généralité de leur définition, dépassent évidemment les lexiques francophones, ce qui explique la présence du marqueur de domaine « Linguist. » (Linguistique).

les francophonismes du petit larousse

Historique

9Il a déjà été en partie retracé par Jean-Claude Boulanger (2002, p. 210) à l’occasion du colloque international organisé par l’Association Pierre Larousse à Toucy les 26 et 27 mai 2000, dans son perspicace exposé « Le Petit Larousse au Québec : brève histoire et influence » :

Les premiers canadianismes sont répertoriés dans le Nouveau Petit Larousse en 1968. Au total, huit mots exprimant notre américanité sont recensés : bleuet, coureur des bois, débarbouillette, épinette, mille, poudrerie, tuque, verge. Ces mots font référence à la nature, au système des mesures anglo-saxonnes en usage chez nous à cette époque et à la société. Le Canada entre au Petit Larousse par quelques-uns de ses symboles résistants : l’hiver, la neige, le froid, l’espace, la nature.

10Jean Pruvost (2004) dans son histoire du Petit Larousse (La dent-de-lion, la Semeuse et le Petit Larousse), évoque le voyage du Petit Larousse en Belgique (1910), mais sans évoquer les belgicismes.

11Ce qui est relevé par Jean-Claude Boulanger (2002) pour les canadianismes est vrai aussi, globalement, pour les autres -ismes qui nous intéressent. Cette affirmation, fondée uniquement sur notre propre fréquentation des anciens Petit Larousse, mériterait cependant d’être vérifiée par une recherche, qui, si elle n’avait jamais été menée, mériterait de l’être. On peut supposer que quelques belgicismes et quelques helvétismes ont été introduits plus tôt. Quant aux régionalismes, nous avons fait la recherche sur la lettre A du premier Petit Larousse. Sont présents, mais sans marque particulière, agace et après-dîner. On notera aussi la présence d’africanisme.

12Quant aux régionalismes et à leur date d’introduction, Gérard Taverdet (2002, p. 302), lors du colloque de Toucy, déclarait :

On pourrait résumer grossièrement la question ainsi : les premiers dictionnaires de la langue française n’ont fait aucune place aux régionalismes ; d’autre part, les premiers dictionnaires de régionalismes (à distinguer des glossaires de patois) sont avant tout des registres des « fautes », des « erreurs » possibles [...]. Littré est un des premiers à faire entrer les régionalismes dans le dictionnaire et ce n’est que tout récemment que l’on a vu émerger la notion de « francophonie » qui élargira considérablement ce qu’on peut appeler « région ».

Le discours de l’éditeur

13C’est donc en 1988 (Petit Larousse millésimé 1989) que l’éditeur Larousse évoque pour la première fois dans une préface du Petit Larousse « la francophonie hors de France » : « Une part très importante a été faite par ailleurs à la francophonie hors de France (Belgique, Suisse, pays d’Afrique, Québec, Louisiane) ainsi qu’aux vocabulaires français régionaux. » Ces mentions disparaissent avec l’édition 1990 (Petit Larousse millésimé 1991), fort laconiquement préfacée. Puis vient la refonte de 1997 (Petit Larousse millésimé 1998). La préface de cette édition est naturellement largement consacrée aux changements apportés. Dans le chapitre « nomenclature », l’« éditeur » (ou « les éditeurs », ainsi nous désignons-nous parfois non sans grandiloquence quand nous écrivons nos préfaces...) note que la « nomenclature du Petit Larousse 1998 a été entièrement réexaminée » et que diverses suppressions ont « permis un nombre important d’ajouts, qui rendent compte notamment [...] de la vitalité de la francophonie, la part relative des parlers francophones (Belgique, Canada et Suisse, en particulier) augmentant encore dans l’ouvrage ».

14En 1999, le Petit Larousse célèbre (avec une année d’avance, comme tout le monde) le nouveau millénaire. La couverture change, des hors-textes illustrés sont introduits pour marquer l’événement, et la préface est complètement réécrite. Sur la francophonie, le préfacier est plus disert qu’auparavant :

  • 3 Jean-Claude Boulanger (2002, p. 214) remarque à propos de cette préface : « Quant au discours sur l (...)

La langue française appartient à ceux qui la parlent, l’écrivent et l’enrichissent de par le monde, dans les provinces de France, en Suisse, en Belgique et au Luxembourg, au Québec, aux Antilles, en Afrique noire, dans de nombreux pays arabes... Il y a moins un français central qu’une langue française riche de son unité mais aussi de ses variantes régionales. Nous avons consacré à ces variantes, en les indiquant par une marque spécifique, une place réduite mais suffisante pour que chacun, où qu’il soit, ait une relation de complicité avec son Petit Larousse3.

15Notons aussi l’oubli des francophones des océans Indien et Pacifique, oubli réparé dans la préface du Petit Larousse 2002 (année des 150 ans de la Librairie Larousse) : « La langue française appartient à ceux qui la parlent, l’écrivent et l’enrichissent de par le monde, dans les provinces de France, en Suisse, en Belgique et au Luxembourg, au Québec, aux Antilles, en Océanie, dans l’océan Indien, en Afrique noire, dans de nombreux pays arabes... Il y a moins un français central... [...]. »

16En 2004 (Petit Larousse millésimé 2005), nouvelle occasion de fête (les 100 ans du Petit Larousse) et nouvelle préface. Un bref hommage, marqué d’un soupçon d’inquiétude, est rendu aux francophones : « Ce Petit Larousse est également un hommage aux millions de lecteurs francophones qui se reconnaissent dans la langue française, riche de ses diversités à préserver. »

17Mais désormais, la francophonie et ses francophonismes sont là et bien là. Ils n’ont cessé de progresser, comme on va le voir maintenant.

les francophonismes dans le petit larousse 2005

18Les relevés de l’état actuel de la francophonie ont été faits dans le Petit Larousse 2005, en utilisant les fichiers informatiques du Petit Larousse. Dans cette francophonie, nous prenons bien sûr en compte les régionalismes (francophonismes hexagonaux, considérés donc comme appartenant à un français non standard). Ces francophonismes sont repérés, sauf très rares exceptions, par des marqueurs.

Les marqueurs et les francophonismes

  • 4 Nous reprenons ici, pour une grande part, le résultat d’analyses menées sur les contenus du Petit L (...)

19Les régionalismes et mots de la francophonie sont définis dans un français qui se veut standard, de manière à être compris par tous les francophones4. Ils sont traités comme n’importe quel nom commun. Leur définition peut donc être précédée si nécessaire de n’importe quel marqueur : marqueur géographique bien sûr, mais aussi sémantique, normatif, marqueur d’usage, niveau de langue, etc.

Les marqueurs des régionalismes

20Ce marqueur, noté Région, ou région. (pour régional) dans l’ouvrage papier, précède un mot (ou un sens, ou une locution) employé en France métropolitaine, mais dans aucune région en particulier :

  • 5 Les marqueurs figurent ici en italique gras, mais ils sont en romain maigre dans l’ouvrage papier.

patis [...] n.m. (lat. postas, pâture). Région5. Lande ou friche où l’on fait paître le bétail.

21Le plus souvent, l’emploi d’un mot (d’un sens ou d’une locution) est réservé à une partie de la France. Dans ce cas-là, la zone concernée est précisée :

cagouille n.f. Région. (Ouest).Petit-gris (escargot).

minot n.m. Région. (Sud-Est). Enfant, gamin.

22Chaque fois que le mot concerne une région en particulier, cette région est citée :

pécaïre [...] interj. (mot provenç.). Région. (Midi). Sert à exprimer une commisération affectueuse. Pécaïre ! Pauvre petite !

vacive adj.f. et n.f. (du lat. vacivus, vide). Région. (Berry). Se dit d’une brebis de deux ans qui n’a pas encore porté.

23Il arrive que deux zones, deux régions (ou bien une zone et une région) soient concernées ; dans ce cas, les deux sont citées :

toupine n.f. Région. (Provence, Sud-Ouest) ; Suisse. Récipient en grès.

24Un régionalisme peut être aussi employé dans un pays francophone limitrophe à la zone ou à la région française concernée :

panosse n.f. (lat. panuccia, guenille). Région. (Savoie) ; Suisse. Serpillière.

wassingue [...] n.f. (mot flamand). Région. (Nord, Est) ; Belgique. Toile à laver ; serpillière.

25Le régionalisme peut aussi avoir essaimé, par le jeu des migrations, dans un pays autrefois conquis par la France :

beurrée n.f. Région. (Ouest) ; Québec. Tartine de beurre, de confiture, etc.

rester v.i. [auxil. être] (lat. restare, s’arrêter). [...] 3. Région. ; Afrique, Antilles. Habiter, résider quelque part. Il reste près du port. 4. Se maintenir, continuer à être dans la même position, le même état. Elle est restée fidèle à ses camarades. 5. En rester là : ne pas poursuivre une action, une collaboration, des relations. — Il reste que, il n’en reste pas moins que : on ne peut cependant nier que.

26La présentation retenue est « régionalisme ; dialecte francophone ». Dans les millésimes précédents, un ou figurait à la place du point-virgule.

27Enfin, si un terme est propre à une ville, le nom de celle-ci est précisé :

traboule n.f. Région. (Lyon). Passage étroit qui fait communiquer deux rues à travers un pâté de maisons.

28L’emploi de ces marqueurs forme parfois un système très subtil. On a ainsi :

bastide n.f. (provenç. bastida, de bastir, bâtir). [...] 2. Région. (Provence). Maison de campagne.
boucau n.m. (gascon bouco, bouche). Région. (Midi). Entrée d’un port.
bouléguer v.t. [...] (provenç. boulégá). Région. (Sud-Est). Agiter, remuer, secouer. Bouléguer les jetons du loto.
chartreuse n.f. [...] 3. Région. (Sud-Ouest). Maison de campagne, souvent longue et basse.

29Midi, Sud-Est sont sémantiquement (et géographiquement) très proches et doublonnent sans doute.

30Le Petit Larousse 2005 compte 264 mots marqués Région, ou région.

Le marqueur « dialectal »

31Il existe aussi un marqueur noté Dial, ou dial. (pour dialectal) dans l’ouvrage papier et indiquant au lecteur qu’un mot est un dialecte, une variante régionale. Il n’est utilisé qu’à quatre reprises dans l’ouvrage :

accordé, E n. Vx. ou dial. Fiancé, fiancée.
bailler v.t. (lat. bajulare, porter). Vx. ou dial. ; Acadie. Donner. Bailler de l’argent à qqn. [...]
besson, onne n. (du lat. bis, deux fois). Dial. Jumeau, jumelle, en parlant d’agneaux.
bessonnière n.f. Dial Brebis ayant mis bas des jumeaux.

Les marqueurs géographiques

32Ils désignent l’aire géographique d’emploi du mot. Il peut s’agir :

33♦ d’un continent :

ambiancer v.i. [9]. Afrique. Mettre de l’ambiance, de l’animation.
diffa n.f. [...]. Maghreb. Réception des hôtes de marque, accompagnée d’un repas.

34♦ d’un pays :

brûlant, E adj. 1. Qui est très chaud [...]. n.m. Belgique. Brûlures d’estomac.

35♦ d’un État d’Amérique :

bayou n.m. (d’un mot amérindien, petite rivière). Louisiane. Bras secondaire du Mississippi, ou méandre abandonné.

36♦ d’une province du Canada :

achaler v.t. Québec. Fam. Contrarier, incommoder, importuner.

37♦ d’une région historique :

embourber v.t. Acadie. Envelopper, couvrir, empaqueter. Embourrer un cadeau, ◊ v.pr. S’embourrer dans ses couvertures.

38♦ d’une collectivité territoriale française d’outre-mer :

carbet n.m. (mot tupi). Antilles. Petite cabane ou grande case ouverte servant d’abri.
thé n.m. [...] 3. Antilles, Belgique, Suisse. Tisane. 4. Repas léger où l’on sert du thé et des pâtisseries, l’après-midi.

39Toutes les alliances sont envisageables : continent et région d’outre-mer, par exemple :

canari n.m. [...]. 2. Afrique, Antilles. Récipient en terre cuite pour l’eau potable.

40Comme on le voit, un même mot peut être utilisé dans plusieurs pays francophones. Tous les pays concernés sont alors indiqués.

41Le Petit Larousse 2005 compte 1709 francophonismes (mots ou sens) affectés d’un marqueur géographique, y compris les régionalismes. Les régionalismes sont au nombre de 264, dont 169 uniquement métropolitains, les 95 autres étant affectés d’un autre marqueur géographique. Ce nombre est inférieur à la somme des marqueurs géographiques du tableau 1 ci-dessous, en raison de l’affectation possible d’un même mot par plusieurs marqueurs.

42Les marqueurs géographiques s’appliquent au mot lui-même, pas à la réalité que le mot désigne. Un référent propre au pays est signalé dans la définition elle-même :

  • 6 C’est nous qui soulignons.

anomalure n.m. Rongeur arboricole d’Afrique tropicale6 capable de vols planés. (Famille des anomaluridés.)
bled [...] n.m. (ar. blad, pays, région). 1. Intérieur des terres, campagne, en Afrique du Nord. 2. Fam. Village, localité isolés. Un petit bled perdu dans la montagne.
gouverneur, E n. 1. Titulaire du pouvoir exécutif, dans les Constitutions des États fédérés des États-Unis. ◊ Gouverneur général : au Canada, représentant de la reine (ou du roi) d’Angleterre. [...]

43Cette distinction entre mot francophone et référent n’est pas toujours évidente :

2. élan n.m. [...] Grand cerf aux bois larges et plats, qui vit en Scandinavie, en Sibérie, aux États-Unis et au Canada, où il est appelé orignal. (Long. 2,80 m ; poids 1000 kg ; genre Alces, famille des cervidés.)

44La formulation de la définition d’élan laisse à penser que le terme orignal est un mot propre au français du Canada qui désigne l’élan de l’Amérique du Nord. Or, le mot orignal n’est plus précédé d’un marqueur géographique :

orignal n.m. [pl. orignaux] [...] Élan de l’Amérique du Nord.

45La définition d’orignal indique simplement que l’orignal est l’élan d’Amérique du Nord. De ce fait, à la lecture de la définition, on peut penser que l’orignal est une variété particulière d’élan.

46Si l’on compare cerf et chevreuil, le constat est différent :

cerf [...] n.m. [...]◊ Cerf de Virginie : cervidé des forêts d’Amérique du Nord, plus petit que le cerf d’Europe, cour, appelé chevreuil au Canada. (Nom sc. Odocoileus virginianus.)
chevreuil n.m. (lat. capreolus, de capra, chèvre). 1. Ruminant sauvage [...] 2. Québec. Cerf de Virginie.

47Ces deux dernières définitions sont cohérentes, si ce n’est que l’on attendrait un marqueur Canada et non un marqueur Québec devant la définition de chevreuil. En tout cas, dans les deux définitions, on évoque bien une dénomination du cerf de Virginie propre au Canada : cerf de Virginie ou chevreuil, il s’agit du même animal.

Bilan quantitatif des marqueurs géographiques

48Nous avons effectué le décompte des mots (entrées ou sens) affectés d’un marqueur géographique. On ne peut pas additionner ces chiffres, un même mot (ou sens) pouvant être affecté de plusieurs marqueurs géographiques :

Tableau 1. Décompte des mots ou sens affectés d’un marqueur géographique

Marqueur

Nombre

Acadie

30

Afrique

125

Algérie

11

Antilles

45

Belgique

367

Louisiane

11

Maghreb

3

Maroc

1

Nouvelle-Calédonie

5

Polynésie

7

Québec

496

Réunion

18

Sénéga

11

Suisse

492

Tunisie

2

Régional ou Dialectal (France)

264

49Certaines zones francophones sont manifestement sous-représentées par rapport à d’autres : il suffit de comparer les africanismes (125 marqués Afrique, 1 marqué Sénégal) ou les mots français du Maghreb (11 marqués Algérie, 3 marqués Maghreb, 1 Maroc, 1 Tunisie) avec les gros bataillons fournis par les québécismes (496), les helvétismes (492) ou les belgicismes (367). Quant au français du Liban, pourtant pivot de la francophonie dans l’Orient arabe, il n’apparaît pas dans le Petit Larousse. La position du Québec en tête est une victoire toute récente devant la Suisse, qui a longtemps mené la danse. Ces chiffres ne sont donc pas cohérents si on les rapporte au nombre de locuteurs, mais ils le sont un peu plus au regard du nombre d’acheteurs du Petit Larousse dans les zones francophones, comme on peut le constater ci-dessous.

Tableau 2. La diffusion du Petit Larousse dans les zones francophones

Zone

Petit Larousse vendus annuellement

Canada

100 000

Belgique

60 000

Suisse

25 000

reste du monde

hors France

45 000

50Ces chiffres constituent des moyennes annuelles. Le chiffre du « reste du monde hors France » comprend bien entendu des pays non francophones. Quant au chiffre total des ventes du Petit Larousse, il oscille entre 700 000 et 1 000 000 d’exemplaires.

51Cynisme entrepreneurial, realpolitik marketing, qui proportionne les efforts éditoriaux au marché ? Non, bien sûr, et plusieurs facteurs, eux-mêmes corrélés, doivent être pris en compte :

  • Le caractère relativement récent de la préoccupation francophone pour la dictionnairique hexagonale, longtemps centrée sur son propre français instauré comme norme ;

  • La sensibilité et l’attention à la langue variables d’un pays à l’autre ; nous sommes toujours frappés, lors des présentations de l’édition annuelle du Petit Larousse, du sérieux et de l’attention portés par les médias aux choses de la langue au Québec, en Suisse et en Belgique, en comparaison de la « légèreté » et du relatif désintérêt de la plupart de nos grands médias métropolitains ;

  • le développement inégal des institutions francophones d’une zone à l’autre, le Québec étant à cet égard exemplaire et puissant, avec son très actif et créatif Office québécois de la langue française, ses instances universitaires, son ministère de l’Éducation, sa propre production de dictionnaires ;

  • et enfin la proximité géographique de la source éditoriale, qui fait que d’une part la Belgique et la Suisse ont avec la France des aires linguistiques se chevauchant et que d’autre part les échanges institutionnels, voire de personnes, et donc les influences, sont plus nombreuses et plus importantes.

52Nous préciserons plus loin les moyens que nous mettons en œuvre pour travailler avec les pays francophones.

Les cooccurrences

53Les marqueurs des régionalismes et les marqueurs géographiques se combinent avec des marqueurs sémantiques (et syntaxiques), de temps et de fréquence, normatifs et de niveaux de langue.

Les marqueurs sémantiques et syntaxiques

54Les marqueurs sémantiques précisent l’intention du locuteur, quand cette intention n’est pas décelable dans la définition même du mot, indiquent le procédé de style (ou la figure de rhétorique) mis en jeu dans l’emploi du sens d’un mot et précisent l’angle de vue sous lequel un mot est abordé (en informant par exemple sur un éventuel emploi imagé d’un sens ou d’une locution).

55Sont en cooccurrence avec les marqueurs géographiques des ffancophonismes :

56♦ Le marqueur péjoratif : noté Péjor. ou péjor. dans l’ouvrage papier. La connotation péjorative liée à un mot implique qu’il y a un jugement défavorable, négatif, de la part du locuteur. Cette connotation peut s’ajouter, le cas échéant, au niveau de langue. Elle est parfois modulée : « souvent péjoratif, par ex. ».

broussard, E n. Personne qui vit dans la brousse, qui en a l’expérience. Afrique. Fam., péjor. Provincial, péquenot.
fransquillon n.m. Péjor. En Belgique flamande, personne qui parle le français avec affectation.
fransquillonner v.i. Belgique. Péjor. Parler français avec un accent affecté.
welche ou welsche [...] (all. Welsch, étranger, latin) adj. et n. Suisse. Souvent péjor. 1. Étranger, en particulier Français ou Italien, pour les Suisses alémaniques. 2. Romand, pour les Suisses alémaniques.

57♦ Le marqueur figuré : noté Fig. ou fig. dans l’ouvrage papier. Dans le Petit Larousse comme dans tout dictionnaire, le sens propre prévaut : il est donc indiqué par défaut. Pour simplifier, on dira que le marqueur fig. s’applique à un sens qui, par image (métaphore ou métonymie le plus souvent), passe d’un registre concret à un registre abstrait. Cela implique que l’on a précédemment défini le sens concret dont est issu le sens figuré.

bibitte ou bibite (de bête, animal) n.f. Québec. Fam. 1. Insecte, moustique. ◊ Bibitte à patate : doryphore ; coccinelle. 2. Tout animal. Une grosse bibitte. 3. Être étrange, inconnu ; individu suspect. 4. Fig. Problème, ◊ Chercher des bïbittes, des problèmes là où il n’y en a pas.

58♦ Le marqueur par plaisanterie : noté Par plais. ou par plais. dans l’ouvrage papier. À la différence du mot ironique, un mot employé par plaisanterie vise à amuser, à faire sourire, mais non à se moquer. Il s’agit souvent d’un mot attaché à une réalité historique révolue, d’un vocable littéraire, vieux ou vieilli, qui n’est plus ou presque plus employé à l’oral, si ce n’est détourné de son sens premier, pour faire rire.

songé, E adj. Québec. Fam. ou par plais. Réfléchi, intelligent. Texte, personne songés.

Les marqueurs de temps et de fréquence

59Les marqueurs de temps et de fréquence ne sont pas des niveaux de langue, ce sont des marqueurs d’usage. On distinguera les indicateurs de temps (ancien, vieux, vieilli, moderne, etc.), qui donnent en quelque sorte l’âge du mot ou du référent, des marqueurs de fréquence (par ex. : rare), qui précisent la fréquence d’usage d’un mot ou d’un sens. Sont en cooccurrence avec les marqueurs géographiques des francophonismes :

60♦ Le marqueur ancien : noté Anc. ou anc. dans l’ouvrage papier. Ce marqueur s’applique à un mot ou à un sens qui désigne une réalité aujourd’hui disparue ou devenue rare.

milice (latin militia, service militaire) n.f. 1. Du Moyen Âge au XVIIIe s., troupe levée dans les communes pour renforcer l’armée régulière. 2. Belgique, Anc. Service militaire. 3. Suisse. Armée de milice : armée composée de citoyens soldats qui conservent leur équipement à domicile et sont rapidement mobilisables grâce à de fréquentes périodes d’instruction. [...]
godendart (de l’all.) n.m. Québec, Anc. Longue scie que l’on manie à deux, servant à tronçonner.

61Le marqueur vieux : noté Vx. ou vx. dans l’ouvrage papier. Ce marqueur s’applique à un mot qui n’est plus ni compris, ni employé, sauf dans une intention délibérée d’archaïsme :

accordailles n.f. pl. Vx. Conventions préliminaires à un mariage ; fiançailles.

62Le référent (en l’occurrence la célébration des fiançailles) existe encore. En revanche, le mot n’est plus employé (sauf par effet de style), ni même compris par la plupart des locuteurs natifs, car il a été remplacé depuis longtemps par un autre, plus moderne : c’est bien la dénomination du référent qui a changé. Vieux est un indicateur de temps sur le mot.

cométique n.m. Québec, Vx. ou litt. Traîneau tiré par des chiens.

63Le marqueur vieilli : noté Vieilli ou vieilli dans l’ouvrage papier. Ce marqueur précède un mot, un sens ou une locution qui tendent à sortir de l’usage, c’est-à-dire qui ne s’emploient plus dans la langue parlée courante, mais restent compris de la plupart des locuteurs natifs :

légumier, ère n. 1. Producteur de légumes. 2. Belgique, Vieilli. Commerçant en légumes.
lettre (latin littera) n.f. 1. Chacun des signes graphiques dont l’ensemble constitue un alphabet. [...] 6. Message personnel écrit adressé à quelqu’un sous enveloppe. Lettre d’amour. Papier à lettres. <> Belgique, Vieilli. Lettre de mort : faire-part de décès. [...]
coureur, euse n. 1. Personne qui participe à une course. Coureur de fond. Coureur cycliste. <> 3. Québec. Coureur de ou des bois. a. Anc. ou litt. En Nouvelle-France, aventurier se livrant au trafic de pelleteries avec les Amérindiens, b. Vieilli. Chasseur expérimenté adapté à la vie en forêt.

64Comme pour les mots marqués vieux, le référent existe encore, mais la dénomination du référent a changé. Un mot vieilli est encore compris par tous, un mot vieux ne l’est plus forcément. Dans tous les cas, un mot devient vieilli ou vieux parce qu’il est supplanté par une autre dénomination jugée plus moderne.

65♦ Le marqueur courant : noté Cour. ou cour. dans l’ouvrage papier. Ce marqueur, plutôt considéré comme un niveau de langue, précède le plus souvent un sens en langue générale assez répandu, qui se distingue d’un sens spécialisé défini précédemment dans le même article. Dans ce cas, la différence est soulignée entre le sens spécialisé et le sens en langue générale.

épinglette n.f. 1. Québec, a. Vieilli Bijou muni d’une épingle ; broche. b. Cour. Petit insigne muni d’une épingle, représentant un logo ou un emblème, que l’on fixe sur un vêtement. 2. Recommandation officielle pour pin’s.

Les marqueurs normatifs

66Le Petit Larousse n’est pas un dictionnaire normatif, mais un dictionnaire d’usage : tout mot standard largement employé peut trouver une place dans ses pages. Cependant, les indicateurs de la norme signalent à l’attention du lecteur un emploi (d’un mot, d’un sens ou d’une locution) susceptible d’être critiqué. Sont en cooccurrence avec les marqueurs géographiques des francophonismes :

67♦ Le marqueur emploi critiqué : noté Emploi critiqué. Ce marqueur indique au lecteur un emploi, souvent d’usage courant, mais critiqué par les puristes. Le marqueur peut également accompagner un sens correspondant à un calque d’un mot anglais. L’emploi critiqué d’un mot, dans la mesure où il n’est pas unanime, peut être indiqué en remarque.

breuvage (de l’anc. fr. boivre, boire, du latin bibere) n.m. 1. Litt. ou péjor. Boisson. 2. Québec. (Emploi critiqué). Boisson non alcoolisée accompagnant un repas, en particulier au restaurant.
fournaise
(lat. fornax, fornacis, four) n.f. 1. Vx Grand four où brûle un feu ardent. — Québec. (Emploi critiqué). Appareil à combustion servant au chauffage des maisons. ◊ Fournaise à l’huile : chauffage au mazout. 2. Feu, incendie violent. Les pompiers s’élancèrent dans la fournaise.

Les marqueurs de niveaux de langue

68Les marqueurs de niveaux de langue ont essentiellement deux fonctions :

  • Préciser le contexte d’emploi d’un mot, d’un sens ou d’une locution. Ce sont des niveaux de langue liés à la situation de discours. Ils répondent à la question : à qui s’adresse-t-on ?

  • Définir la catégorie de locuteurs. Ils répondent à la question : qui parle ?

69Sont en cooccurrence avec les marqueurs géographiques des francophonismes :

  • Le marqueur didactique : noté Didact. ou didact. dans l’ouvrage papier. Un terme didactique est un terme employé pour la vulgarisation scientifique ou technique. Le niveau de langue appliqué à ces termes est donc un peu atypique. On est là à mi-chemin entre la terminologie et la langue, et le niveau de langue didact. est une passerelle entre les deux. Ce n’est pas un mot d’un domaine particulier, ce n’est pas non plus un mot de la langue courante. Il s’agit souvent d’un mot, d’un sens ou d’une expression employés dans plusieurs domaines spécialisés. Plutôt que de les « enfermer » dans un domaine scientifique ou technique particulier, on préfère les qualifier de didactiques.

nordicité n.f. Québec. Didact. Caractère nordique d’un lieu, d’une région.

  • Le marqueur littéraire : noté Litt. ou litt. dans l’ouvrage papier. Ce niveau de langue s’applique aux mots que l’on rencontre essentiellement sous la plume des écrivains de registre élevé, c’est-à-dire dans la langue écrite élégante. Ces mots sortent complètement du cadre du discours parlé. Leur emploi à l’oral implique une recherche d’effet, de style qui a souvent une valeur plaisante.

cométique n.m. Québec, Vx. ou litt. Traîneau tiré par des chiens.

  • Le marqueur familier : noté Fam. ou fam. dans l’ouvrage papier. Ce niveau de langue s’applique à des mots en principe réservés à la communication entre proches (contexte amical ou familial). Ces mots sont généralement à éviter (restriction de type normatif) dans les situations formelles, notamment celles qui mettent en jeu des relations hiérarchiques. Ce niveau de langue concerne la situation de discours et non l’appartenance sociale. Nous assistons actuellement (au moins en France) à une « standardisation » des mots familiers : leur contexte d’emploi s’étend à mesure que les barrières langagières dues à l’âge, à la fonction hiérarchique, à la position sociale, etc., s’effondrent : élèves qui s’adressent à leurs enseignants ou à leurs parents comme à leurs copains (et vice versa), patrons et employés, supérieurs hiérarchiques et collaborateurs qui emploient pour communiquer entre eux les même mots qu’avec leurs proches, etc.

radiotrottoir n.m. ou f. Afrique. Fam. Rumeur publique ; bouche-à-oreille.
beurre (latin butyrum, du grec) n.m. 1. Matière grasse alimentaire fabriquée à partir de la crème de lait de vache. <> Fam. Faire son beurre : réussir dans les affaires ; s’enrichir. [...]Belgique. Fam. Battre le beurre : s’embrouiller. [...]
balloune ou baloune (anglais balloon) n.f. Québec. Fam. 1. Petit ballon gonflable. 2. Éthylotest. Souffler dans la balloune. 3. Partir sur une balloune : faire la fête, s’enivrer.
batoiller (de battre) v.i. Suisse. Fam. Bavarder.

  • Le marqueur très familier : noté Très fam. ou très fam. dans l’ouvrage papier. Ce niveau de langue est en quelque sorte un « intensif » de Fam. : il s’applique en principe à des mots proscrits (et pas seulement évités) dans les situations formelles et réservés à la conversation entre intimes (et non seulement entre proches). D’une manière générale, les mots très familiers sont d’un emploi peu recommandé. D’ailleurs, seuls les plus courants d’entre eux figurent dans le Petit Larousse : une petite centaine au total. C’est un niveau de langue intermédiaire entre familier et vulgaire.

péter v.i. 1. Vulg. Faire un, des pets. [...] <> v.t. Fam. 1. Casser, briser. Péter une lampe. 2. Péter le (du) feu, les (des) flammes : déborder d’énergie, de dynamisme. — Péter les plombs, les boulons : perdre la tête. 3. Belgique. Très fam. Recaler à un examen.

  • Le marqueur argot scolaire : noté Arg. scol. ou arg. scol. dans l’ouvrage papier. Ce niveau de langue s’applique au vocable employé familièrement par les élèves ou par les étudiants. On trouve donc, regroupés sous un même niveau de langue, des mots employés par les écoliers, les collégiens, les lycéens ou les étudiants. Plus les années d’études passent, plus l’argot scolaire est étoffé ! Pour la plupart, ces mots désignent donc les étudiants des classes préparatoires ou des grandes écoles, leur lieu ou leur niveau d’études, leur place aux concours, etc.

bloque n.f. Belgique. Arg. scol. Période de préparation des examens, dans l’enseignement supérieur.
copion n.m. Belgique. Arg. scol. Antisèche.

Bilan des cooccurrences

70On a relevé dans le tableau 3 les cooccurrences des marqueurs sémantiques et des marqueurs géographiques.

Tableau 3. Nombre et nature des cooccurrences

Marqueur

Coocc.

Nature des cooccurrences

Anciennement

5

1 avec Belgique, 4 avec Québec

Argot scolaire

2

avec Belgique

Au figuré

6

avec Québec

(Emploi critiqué)

8

avec Québec

Courant

1

avec Québec

Didactique

1

avec Québec

Familier

207

3 avec Afrique, 2 Antilles,

26 Belgique, 1 Nouvelle-Calédonie,

102 Québec, 1 Réunion,

64 Suisse, 8 France

Par plaisanterie

1

avec Québec

Péjoratif

3

1 Afrique, 2 Belgique

Souvent péjoratif

2

2 Québec

Très familier

1

avec Belgique

Vieilli

10

7 Belgique, 3 Québec

Vieux ou littéraire

2

avec Québec

71Les résultats contenus dans ce tableau font apparaître un nombre élevé des cooccurrences avec le marqueur sémantique familier. Mais la présence de ce marqueur (qui dénote aussi un usage plutôt déconseillé hors du cercle amical et familial) indique-t-il une prédilection de l’éditeur pour ce registre du discours, ou une vigilance particulière de nos partenaires ? La répartition des résultats en fonction des marqueurs géographiques :

Québec :

102

Suisse :

64

Belgique :

26

72semblerait pencher vers la seconde hypothèse. Nous savons par notre pratique annuelle combien nos amis québécois sont encore sensibles et sourcilleux sur cette question du « bien parler ».

Francophonismes et « façons de dire »

73Nous rangeons sous cette appellation de « façons de dire » toutes les expressions ou syntagmes figés enregistrés par les lexicographes parce que leur sens ne peut se déduire de chacun des mots qui les composent. Il nous a paru intéressant de les identifier lorsque ce sont des francophonismes, comme témoignage complémentaire du niveau de langue francophone général du Petit Larousse.

74D’abord, quelques exemples :

zire n.f. Acadie. Faire zire : causer de la répugnance ; dé goûter.
arbre (lat. arbor) n.m. 1. Grande plante ligneuse vivace dont la tige principale, ou tronc, ne se ramifie en branches qu’à partir d’une certaine hauteur. [...]Afrique. Arbre à palabres : arbre sous lequel se réunissent les anciens du village.
traiter (lat. tractare) v.t. 1. Agir de telle manière envers quelqu’un. [...] 8. Familier ou Antilles. Traiter quelqu’un : insulter quelqu’un.
quart (lat. quartus, quatrième) n.m. 1. La quatrième partie d’une unité. [...]Belgique. Une heure quart, une heure moins quart : une heure et quart, une heure moins le quart.
chaîn e (lat. catena) n.f. I. Attache, bijou. [...] II. Ensemble de personnes ou d’activités. 1. Faire la chaîne, a. Se placer à la suite les uns des autres pour se passer quelque chose, b. Algérie. Faire la queue. [...]
coutume (lat. consuetudo) n.f. 1. Habitude, traits propres aux mœurs d’un groupe, d’un peuple. [...]Nouvelle-Calédonie. Faire la coutume : offrir un cadeau de bienve nue. [...]
noirceur n.f. 1. État de ce qui est noir. [...] 2. Québec. Obscurité.À la noirceur : à la nuit tombée. [...]
diable (lat. diabolus, grec diabolos, qui désunit, divise) n.m. 1. Démon, esprit malin. [...]Suisse. Peindre le diable sur la muraille : noircir la situation, évoquer des dangers imaginaires.

Tableau 4. Marqueurs géographiques de la francophonie et « syntagmes figés »

Marqueurs géographiques

Syntagmes figés

Acadie

6

Afrique

6

Antilles

4

Belgique

72

Nouvelle-Calédonie

1

Québec

93

France (régionalismes)

8

Suisse

70

75Ce nombre de syntagmes figés ainsi que le nombre des marqueurs familier semblent indiquer que les francophonismes retenus par le Petit Larousse concernent largement la langue courante.

MÉTHODES DE TRAVAIL

Les collaborations francophones

76Les collaborations francophones ont été mises en place pour le Petit Larousse 1981. L’ours de cette édition mentionnait :

Les belgicismes ont bénéficié de la contribution de Jean-Marie Klinkenberg, professeur à l’Université de Liège ; les helvétismes ont été sélectionnés à partir d’une importante liste établie par Pierre Knecht, Violaine Spichiger et Dominique Destraz, du centre de dialectologie de Neuchâtel ; les québécismes ont été traités en fonction des recommandations de l’Office de la langue française du gouvernement du Québec, avec l’amical concours de Jean-Claude Corbeil ; pour le domaine africain, l’Inventaire du français d’Afrique établi par l’Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (AUPELF) a fourni une abondante et précieuse documentation.

77L’organisation actuelle reste similaire. Voici l’extrait correspondant de l’ours du Petit Larousse 2005 :

Pour les noms communs, les belgicismes ont bénéficié de la contribution de Jean-Marie Klinkenberg, professeur à l’Université de Liège. Les helvétismes ont été sélectionnés à partir d’une liste établie par Jean-Marie Vodoz. Nous remercions les auteurs et l’éditeur du Dictionnaire suisse romand (Zoé, Genève, 1997), qui nous ont permis de bénéficier de leurs recherches lexicologiques. Pour les québécismes, l’éditeur a pu compter sur un travail de collaboration entre l’Office québécois de la langue française, représenté par Robert Vézina, et le Trésor de la Langue française au Québec, représenté par Claude Poirier, professeur à l’Université Laval, et Steve Canac-Marquis. Pour le domaine africain, l’Inventaire du français d’Afrique, établi par l’AUPELF, a fourni une précieuse documentation.

78Cette organisation est restée centrée sur la francophonie des plus importants pays francophones.

La campagne annuelle

79Chaque année donc, en fonction des objectifs du millésime, un quota d’introductions nouvelles (entrées nouvelles, sens nouveaux de mots déjà présents à la nomenclature) est déterminé par l’éditeur, puis discuté avec nos principaux correspondants. Commence ensuite le travail du choix des nouvelles entrées. La décision finale résulte d’arbitrages entre les propositions des correspondants, les quelques observations recueillies par les lexicographes de Larousse à travers le courrier des lecteurs ou lors de leurs voyages dans les pays concernés. Les apports et responsabilités des uns et des autres sont clairement déterminés : le responsable du choix final de l’entrée et de la rédaction finale de la définition reste Larousse, qui tient évidemment le plus grand compte des travaux et remarques de ses correspondants lors de courriers, de discussions ou de rencontres toujours confraternels, même s’ils sont parfois animés.

80Cette organisation, efficace, demande des ajustements permanents et une écoute attentive et respectueuse des spécialistes locaux. Ils ont une connaissance intime des enjeux idéologiques, culturels et politiques qui façonnent « leur » français et leur avis est donc particulièrement précieux quand il s’agit d’un ouvrage de la stature et du statut du Petit Larousse.

***

81L’inclusion des francophonismes de plus en plus nombreux et la prise en compte d’une langue courante, et pas seulement administrative ou scientifique, démontrent que le Petit Larousse s’inscrit dans le mouvement général de reconnaissance de la francophonie, et participe de la prise de conscience que plusieurs « français » peuvent coexister et s’enrichir, se fertiliser mutuellement. Des collaborations fructueuses se sont mises en place. Et pourtant, rapporté à l’ensemble de la nomenclature du Petit Larousse, le nombre des francophonismes reste peu élevé et certaines zones de la francophonie sont mal représentées ou absentes. À quoi s’ajoute le nécessaire travail sur les définitions, qu’il reste à formuler dans un français plus universel chaque fois que c’est possible.

82Larousse va poursuivre l’effort entrepris, non seulement pour la beauté du geste, mais parce que la multiplication des échanges scolaires, universitaires et commerciaux dans la zone francophone et les immigrations de part et d’autre de la francophonie rendent nécessaire l’enregistrement de ces vocables que désormais tout locuteur francophone est de plus en plus appelé à rencontrer à l’oral ou à l’écrit.

83Il faut s’en donner les moyens humains. Dans les prochains mois, des collaborations nouvelles seront mises en place, avec une priorité donnée à l’Afrique et à l’outre-mer français et francophone. Suivront ensuite les pays arabes francophones du Proche et Moyen-Orient.

84Le Petit Larousse restera ainsi fidèle à sa mission de témoin de la langue réelle.

Notes

1 À notre connaissance, l’utilisation de ce mot a été proposée dès 1988 par Loïc Depecker (1988, p. 10), dans son ouvrage Les mots de la francophonie : « Ce qui frappe en premier lieu, dans la réunion de chacun de ces mots ou expressions, [c’]est la particularité qu’ils ont de désigner une réalité commune à une ou plusieurs communautés francophones, et à laquelle on ne fait usuellement pas référence de cette façon dans l’Hexagone. En considération de cette propriété particulière, on peut proposer d’appeler ces mots ou expressions francophones des francophonismes. » Loïc Depecker (2004) a repris récemment ce terme dans son intervention au XIe Congrès de la Fédération internationale des professeurs de français qui s’est tenu en juillet 2004, à Atlanta : « Le français évolue aujourd’hui dans plusieurs directions. Il traîne ici et là divers présupposés sur ce que ce français devrait être. Il n’est évidemment pas ce qu’on voudrait qu’il soit. Il assimile, il calque, il crée, bref, il s’adapte. C’est en considération de ces évolutions du français que les mentalités devraient elles aussi évoluer. L’exercice est d’autant plus difficile quand on se situe dans une problématique d’aménagement linguistique. Choisir les mots, normaliser des termes, prendre des décisions de politique linguistique doivent se fonder sur une vision de la langue et sur une anticipation de l’avenir. Le meilleur de cet avenir, pour le français, serait qu’il se dise résolument francophone et qu’il se métisse de francophonismes. »

2 Lors du colloque de Toucy en mai 2000, Gérard Taverdet (2002, p. 303) a signalé aussi le « cas des statalismes : on appelle ainsi tout terme dont l’emploi est limité à un seul état de l’aire linguistique ; une grande partie de notre vocabulaire administratif peut être considéré comme formé de statalismes ». Il a encore suggéré : « [...] on pourrait aussi introduire ruralisme, notion bien différente du dialectalisme ; le ruralisme est pour nous un mot employé dans les campagnes pour désigner une réalité rurale » (ibid., p. 309).

3 Jean-Claude Boulanger (2002, p. 214) remarque à propos de cette préface : « Quant au discours sur la francophonie, il offre un nouveau profil qui devient plus neutre, moins hiérarchisé, mais qui place néanmoins le français franco-parisien au-dessus des autres. »

4 Nous reprenons ici, pour une grande part, le résultat d’analyses menées sur les contenus du Petit Larousse par le Département Langue française des Éditions Larousse. Nous remercions en particulier Patricia Maire, Hélène Houssemaine-Florent et Bruno Durand.

5 Les marqueurs figurent ici en italique gras, mais ils sont en romain maigre dans l’ouvrage papier.

6 C’est nous qui soulignons.

Auteur

Directeur du département Encyclopédies de Larousse et membre du Comité de direction de l’entreprise. Il dirige les équipes rédactionnelles du Petit Larousse, ainsi que les équipes d’encyclopédistes et de lexicographes-terminologues qui travaillent sur les ouvrages encyclopédiques généraux, qu’ils soient publiés sur support papier ou sur support électronique. Il a mené toute sa carrière éditoriale chez Larousse, où il est entré en 1976. Le Grand Larousse Universel (15 volumes, 1982-1985, aux côtés de Claude Dubois), le Grand Larousse en 5 volumes (1987-1988, aux côtés de François Demay), le Mémo (1993), le Nouveau Larousse Encyclopédique (1994), l’Encyclopédie Universelle Larousse (électronique, 1999) sont les principaux chantiers qu’il a dirigés.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540