Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dictionnaires Larousse

 | 
Monique C. Cormier
, 
Aline Francœur

Introduction

Monique C. Cormier

Texte intégral

1 Comment ne pas être séduit par Pierre Larousse qui en sept mots avait tout dit de sa mission — on dirait aujourd’hui sa vision : « Instruire tout le monde sur toutes choses. » Sept mots qui dénotent une foi totale dans l’être humain, dans sa capacité et dans sa volonté de satisfaire sa curiosité pour l’univers. Aucune restriction, ni du côté du « monde » à instruire, ni du côté des « choses » sur lesquelles l’instruction doit porter. Indépendamment du siècle où ils ont été conçus, des convictions démocratiques ou du progrès irréversible de l’humanité qui les inspirent, ces mots continuent de communiquer au lecteur un élan infini de confiance envers l’humanité. Ils forment un idéal au sens le plus pur du terme, capable de traverser les âges au fronton de toutes les institutions d’enseignement du monde. Songeons qu’aujourd’hui, dans certaines régions de la planète, avant même de pouvoir être perçue comme utopique, une telle ambition serait simplement reçue comme provocatrice, c’est dire et sa puissance et sa nécessité. Par sa démesure, cette vision dépasse le projet dictionnairique de Pierre Larousse, mais elle donne peut-être le meilleur indice de l’homme qu’il était.

2Aussi est-ce avec beaucoup d’intérêt et d’enthousiasme que nous avons réuni un groupe d’experts passionnés de dictionnaires et de Pierre Larousse, qui ont accepté d’accompagner les amoureux des dictionnaires, que sont les lecteurs de cet ouvrage, dans l’exploration de la vie de Pierre Larousse (1817-1875), dans son époque et dans son œuvre. Cette œuvre, celle de ses successeurs, est relativement peu étudiée si l’on songe à son influence durable sur les peuples ou les personnes qui se réclament de la culture française. Un rapide coup d’œil sur la bibliographie établie par Marie Brisebois et Chantal Robinson en fin de volume en convaincra le lecteur. Des phénomènes moins imposants, mais plus spectaculaires, il est vrai, ont fait couler plus d’encre. Larousse, lui, a eu le désavantage de s’être immiscé dans nos vies avant même que nous ayons conscience de sa présence. C’est l’ouvrage que nos parents consultaient religieusement — une bible sociale et laïque, dira Jean-Claude Boulanger — et qu’ils rangeaient hors de portée des enfants encore incapables de lui vouer le respect dû. Tout de même, ils devaient sentir confusément qu’à travers ce Petit Larousse qu’ils conservaient d’ailleurs longtemps, car la vérité ne change pas tous les ans, ils étaient rattachés à la civilisation française. Et puis ne partons-nous pas à la découverte du monde avant de nous pencher sur un des outils familiers qui nous a rendus habiles à le faire ? Quoi qu’il en soit, le100e anniversaire du Petit Larousse de 1905 nous donne l’occasion de contribuer au renversement de la vapeur, récent mais inéluctable, qui se produit à l’égard de ce qui, tout compte fait, représente un élément constitutif de notre francité, les ouvrages Larousse.

3Ce livre vous propose un grand tour laroussien en sept points : Pierre Larousse, l’entrepreneur ; le paysage lexicographique qui prévalait dans son temps ; les ouvrages d’apprentissage ou pédagogiques ; les illustrations, la science et les francophonismes dans le Petit Larousse illustré et, enfin, l’épopée de ce dernier au Québec.

4Si Pierre Larousse, le lexicographe, vous fascine, attendez de connaître Pierre Larousse, l’entrepreneur et le chef d’entreprise. Grâce à Jean Pruvost, nous assistons à la gestation graduelle du projet lexicographique de Pierre Larousse, lorsqu’il était instituteur dans sa ville natale de Toucy, autodidacte à Paris, propriétaire de vignes, répétiteur, auteur d’ouvrages de grammaire et de lexicologie, libraire, éditeur-imprimeur, fondateur de revues, éditorialiste et pourquoi pas gestionnaire de fonds. Un véritable homme de lettres doublé d’un homme d’affaires en qui se conjugue un grand nombre de qualités pour pouvoir brasser à la fois, comme le dit Jean Pruvost, des mots, des chiffres et des stratégies. À la lumière de cet article, on saisit encore davantage le cheminement d’un autre grand lexicographe-éditeur plus près de nous, Paul Robert qui, on le reconnaîtra aisément à la lecture de l’ouvrage précédent, Les dictionnaires Le Robert. Genèse et évolution, a partagé avec Pierre Larousse un esprit d’entreprise hors du commun.

5La chimie nous l’apprend, il n’y a pas de génération spontanée. C’est vrai aussi en matière de dictionnaire. Jean Pruvost brosse le paysage idéologique, lexicographique, voire éditorial dans lequel baigne Pierre Larousse, paysage que celui-ci connaîtra suffisamment bien pour poser sur lui un regard lucide et en tirer des leçons pour ses propres ouvrages. Pour sa part, Henri Mitterand, à partir de trois mots du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle liés à trois domaines différents, Terreur (avec la majuscule), ouvrier et sublime, éclaire ce même paysage de l’intérieur en nous révélant un pan de l’histoire intellectuelle du XIXe siècle. Ces deux auteurs savent nous montrer en particulier comment Pierre Larousse s’est révélé à la fois l’héritier reconnaissant d’une tradition et un libre explorateur de l’avenir. On complétera avec intérêt ce panorama de l’époque en consultant les grands jalons historiques du Petit Larousse, de 1852 à nos jours, alignés par Yves Garnier.

6La notion d’apprentissage ou de pédagogie est centrale dans l’œuvre de Pierre Larousse. Trois de nos experts nous en proposent chacun une lecture. Après avoir situé la lexicographie scolaire dans l’histoire et, en particulier, du XIXe siècle à nos jours, Jean-Claude Boulanger trace un portrait exhaustif des dictionnaires scolaires et fait ressortir leur originalité propre par rapport aux dictionnaires généraux pour adultes. Instruire tout le monde, cela voulait dire notamment, nous rappelle Monica Barsi, les maîtres, les enfants et les femmes auxquels Pierre Larousse consacrera des dizaines d’ouvrages. À partir de ces ouvrages, Monica Barsi met en relief la méthode pédagogique de Pierre Larousse et la reconnaissance dont il fait l’objet de la part de ses contemporains. Pour sa part, Chantal Lambrechts nous donne le point de vue de l’éditeur quant aux exigences et aux contraintes inhérentes à la conception et à la réalisation d’un dictionnaire pédagogique. Cette incursion à l’intérieur de la maison Larousse confirme non seulement l’originalité et la complexité propres au dictionnaire scolaire, mais aussi sa responsabilité sociale dans l’apprentissage de la discipline qui permet l’acquisition de toutes les autres, le français.

7Sans l’illustration, le Petit Larousse ne serait pas ce qu’il est. Jeunes encore, avant le mot, c’est sans doute l’image qui nous y a retenus, à commencer par la Semeuse. Johanne Lamoureux nous invite à réfléchir avec elle à l’iconographie du Petit Larousse illustré de 1906 à nos jours, notamment à sa nature, ses fonctions, ses procédés et à sa force d’évocation.

8La maison Larousse est réputée pour ses connaissances techniques et scientifiques. Nous avons demandé à un scientifique, François Wesemael, de sonder cette réputation, ce qu’il a fait avec la collaboration de son père, Roland Wesemaël. Rassurons-nous, Larousse est à la hauteur de sa renommée, au point d’en étonner les auteurs. Ceux-ci comparent deux éditions, le Nouveau Petit Larousse illustré de 1955 et le Petit Larousse illustré de 2005. Ils y étudient l’inclusion de mots nouveaux, y compris les noms propres, l’amélioration des définitions et le choix des illustrations. Pour les auteurs, Larousse a peut-être réussi à résoudre la quadrature du cercle en satisfaisant à la fois le généraliste et le spécialiste.

9Depuis longtemps, Larousse a dépassé les frontières de la France pour conquérir toute la francophonie. De ce fait, s’est posée et se pose toujours la question des mots non hexagonaux ou délaissés par l’Hexagone, mais demeurés vivants ailleurs avec ou sans transformation. Yves Garnier, des Éditions Larousse, est bien placé pour nous parler du rôle de « greffier » du français, et donc des francophonismes, que revendique Larousse. Ce rôle exige d’abord un plan d’accueil considérable tourné vers tous les continents et pays où le français s’est implanté. Tout un éventail de marqueurs attendent les mots ainsi accueillis. Les exemples fournis et la multiplicité des sources nous convainquent de la riche variété du français et de la conscience qu’en ont les Éditions Larousse. Celles-ci, tout en la stimulant, sont partiellement tributaires de la conscience de la francophonie par les Français et leur propre effort s’inscrit dans le vaste mouvement de reconnaissance de la francophonie elle-même. Jean-Claude Boulanger ne dit pas autre chose lorsqu’il rappelle, dans son article retraçant l’épopée du Petit Larousse illustré au Québec de 1906 à 2005, que le premier public des dictionnaires français est celui de la France et non celui de la francophonie, pas même celui du Québec. L’épopée que nous raconte Jean-Claude Boulanger est passionnante. Il nous montre que Larousse a relativement bien tiré son épingle du jeu compte tenu de la difficile relation du Québec avec les livres sous la longue et lourde férule du clergé. Les huit fameux mots exprimant notre américanité et apparus dans le Petit Larousse illustré en 1968 devraient être appris par cœur à l’école, comme nous le faisions pour les mots qui se terminaient en ou et qui prenaient un x au pluriel au lieu du s : chou, hibou, genou, etc. Allons, répétez après moi : bleuet, coureur des bois, débarbouillette, épinette, millage (et milage), poudrerie, tuque et verge. Plus sérieusement, le Québec entretient avec la maison Larousse des relations fécondes parce qu’il l’a adoptée, qu’il fréquente ses ouvrages avec assiduité, qu’il la critique et qu’il continue d’exiger d’elle qu’elle s’ouvre à ses mots comme s’il en était le propriétaire. On a connu pire comme illusion.

10Comme pour la 1re Journée québécoise des dictionnaires qui a eu lieu en 2003, consacrée aux dictionnaires Le Robert, les textes réunis dans le présent ouvrage ont fait pour un certain nombre l’objet d’une communication à l’occasion de la 2e Journée québécoise des dictionnaires, sur le thème « Pierre Larousse et les dictionnaires Larousse : tout le savoir du monde », qui a eu lieu le 6 octobre 2005. Cet ouvrage enrichi s’adresse aux amoureux des dictionnaires, qu’ils soient universitaires ou non, car heureusement il s’en trouve en grand nombre en dehors des cercles savants. Le souci d’expliquer, à la manière de Pierre Larousse, a été partagé par tous les auteurs. L’intérêt pour un champ paradoxalement familier et peu connu a intrigué les participants à la journée. Puissent les lecteurs et les lectrices y trouver également les éléments essentiels pour accéder à l’appréciation critique d’une des œuvres les plus importantes que la France nous donne.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540