Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre science et culture

 | 
Yvon Gauthier

Troisième partie. Cultures

5. Structures et constructions

Texte intégral

1Y a-t-il une genèse commune du structuralisme et du constructionnisme ? Le structuralisme a semblé rejeter la notion de genèse et le constructionnisme semble vouloir la récupérer dans les constructions de l’agent social ou de l’acteur social. En tout cas, il y a une filiation du structuralisme au constructionnisme et on peut tenter de faire l’histoire fragmentaire de cet héritage conceptuel. Il est certain que Husserl a inspiré le constructionnisme (ou constructivisme social) des Schutz et Berger, comme il a sans doute inspiré le structuralisme linguistique des Jakobson et Troubetzkoï par l’entremise de G. G. Shpet, son disciple moscovite.

2Si la linguistique et la sociologie doivent être considérées comme des sciences humaines, il faut les penser aussi comme des sciences de la culture (et de la société). Ce sont donc des fragments de l’histoire récente des sciences humaines et de leur philosophie que je veux tenter de thématiser dans cette troisième partie de l’ouvrage. Cette histoire, partielle et partiale, privilégie les œuvres philosophiques qui ont marqué le XXe siècle. Il importe de noter le déplacement géographique du structuralisme, surtout français, au constructionnisme, anglo-saxon et nord-américain. Cette dérive des continents philosophiques a pourtant un point d’origine et c’est dans la tradition philosophique allemande, de Kant et Hegel, jusqu’à Husserl et Heidegger, Gadamer et Habermas que je veux retrouver les racines de la philosophie contemporaine des sciences humaines que l’on peut bien appeler science de la culture, si l’on consent à donner au terme de Kulturwissenschaft la même extension philosophique qu’au terme de la Wissenschaftstheorie ou théorie de la science pour les sciences exactes. Le débat, terminologique ou conceptuel, que peuvent engendrer ces dénominations ne peut trouver de solution qu’à l’examen de la logique interne des disciplines qui se disputent le terrain de la science et les prétentions au savoir ne sauraient être départagées qu’après l’analyse critique des fondements philosophiques de l’entreprise scientifique.

La question de la structure

3Que signifie « structure » ? Le mot est ou a été à la mode, la chose est encore pratiquée dans tous les domaines par un nombre grandissant de modernes. Un observateur qui se voudrait indifférent et malin pourrait qualifier le phénomène de « truc-turalisme », tant il est diversifié et indéfinissable. Mais plutôt que de nous engager dans les méandres, les sinuosités de la pratique, essayons de définir le contenu théorétique, c’est-à-dire la valeur de théorie de la structure, ou mieux, sa teneur en théorie. Il est évident qu’un tel dessein, abstrait et abstracteur, ne peut engendrer qu’une entreprise partielle.

4Les remarques qui suivent se limitent à deux régions théorétiques : la linguistique et les mathématiques. Cependant, ce choix n’est pas tout à fait arbitraire, puisque linguistique et mathématiques constituent deux domaines originaires de la structure ; la linguistique, parce que c’est là que la notion de structure s’est ouvert d’abord un espace d’explication et d’application théorétiques, les mathématiques, parce que c’est là que la structure a accédé à un rôle théorique pur, peut-on dire. C’est sur l’état actuel de la question de structure — pour marquer mes bornes, sur Chomsky pour la théorie linguistique, sur Bourbaki pour la théorie mathématique — que je veux me pencher.

  • 1 Voir London, Everyman’s Library, 1962, p. 137.
  • 2 On pourrait consulter là-dessus M. Dennes, Husserl, Heidegger et l’influence de leur œuvre en Russi (...)

5Tout le monde sait que l’idée de structure a commencé de porter ses fruits d’abord en linguistique. Si on s’accorde pour reconnaître un rôle inaugurateur à la théorie saussurienne de la langue comme système — Saussure n’a jamais employé le mot de structure —, et valeur d’exemple initiateur aux principes phonologiques de Troubetzkoï, on a pu faire remonter l’origine de la thèse structuraliste de la nature différentielle du langage jusqu’à Francis Bacon. Une phrase comme la suivante, tirée du second livre de l’ouvrage The Advancement of Learning, « tout ce qui est susceptible de recevoir des différences suffisantes en plus des différences perceptibles est naturellement destiné à exprimer les pensées1 » peut laisser croire à un tel parrainage. Mais Bacon n’a pas thématisé suffisamment le langage pour qu’il s’agisse plus que d’une intuition isolée chez lui. On pourrait aussi facilement retracer la genèse de la notion de structure jusqu’au Husserl des Recherches logiques. On sait que le disciple de Husserl, G. G. Shpet, a introduit Husserl à Moscou dans les années 1910 et qu’il avait parmi ses étudiants Jakobson et Troubezkoï qui allaient fonder le Cercle de Prague plus tard. Or, il est intéressant de noter que « structure » se dit en russe ᴄᴛpoᴎ (pour ᴄᴛpóᴎᴛb, construire), terme dérivé du latin strui et qui signifie en russe aussi bien structure que construction. Il y aurait sans doute là une piste intéressante pour l’histoire du structuralisme en linguistique et ailleurs2. Je chercherai davantage du côté de Wilhelm von Humboldt, le grand précurseur de la linguistique moderne auquel un Chomsky veut se rattacher. Si Humboldt s’inspire en premier lieu de la pensée kantienne, selon Cassirer, il ne donne pas moins aux suites de cette inspiration une forme hégélienne.

6Humboldt nous donne peut-être la formulation essentielle de sa pensée lorsqu’il écrit du langage :

  • 3 Voir W. von Humboldt, Über die Verschiedenheit Sprachbaues und ihren Einfluss auf die geistige Entw (...)

Car le langage a pour objet propre un domaine infini et absolument sans limites, tout le champ du concevable. Il doit par conséquent faire un usage infini de moyens finis, ce qui lui est possible en vertu de l’identité ou de l’unicité de la force qui engendre en même temps la pensée et le langage3. (Denn sie steht ganz eigentlich einen unendlichen und wahrhaft granzenlosen Gebiete, den Inbegriff alles Denkbaren, gegenüber. Sie muss daher von endlichen Mitteln einen unendlichen Gebrauch machen und vermag dies durch die Identität der Gedanken und Sprache erzeugenden Kraft.)

  • 4 Cambridge, MIT Press, 1965. Voir aussi Current Issues in Linguistic Theory, La Haye, Mouton and Co. (...)
  • 5 Je dirais plutôt « usage effini ».
  • 6 Voir R. Jakobson, Essais de linguistique générale, Paris, Éditions de Minuit, 1963, en particulier (...)

7Ce texte est le premier énoncé de la thèse structuraliste. Ce n’est pas seulement la caution qu’en prend Chomsky dans la préface de son livre Aspects of the Theory of Syntax4 et ailleurs qui autorise ce point de vue, mais la visée profonde du texte semble aller au-delà de la perspective saussurienne de la distinction signifiant/signifié, confusément liée chez Saussure à une psychologie classique, ou pis, à une incertaine philosophie traditionnelle. Chez Humboldt, langage et pensée ne font plus qu’un et la conscience commence à se résorber dans la parole, le langage devient le système compréhensif du pensable. L’idée de structure trouve déjà un lieu d’attente dans la formule « usage infini de moyens finis5 ». De Troubetzkoï à Jakobson, la théorie phonologique parvient à réduire la multiplicité des sons phonétiques à un système d’une dizaine de différences ou d’oppositions phonématiques. Les traits distinctifs (distinctive features) sont alors ces moyens finis dont tous les locuteurs dans toutes les langues font un usage infini. Sur le plan sémantique, les combinaisons syntagmatiques de la chaîne métonymique et les sélections paradigmatiques de l’échelle métaphorique6 reproduisent ce même modèle de relation entre un noyau fini de sens et son rayonnement infini. On pourrait sans doute tenter au terme d’une première étape de définir provisoirement le concept de structure à la lumière de nos considérations préliminaires : une structure est une organisation nodale extensible sur tout un espace radial donné. Cette première définition a une forte teneur métaphorique, elle devra sans doute être révisée en cours de chemin.

  • 7 Pour une vue d’ensemble de la théorie chomskienne du langage, voir J. J. Katz, The Philosophy of La (...)
  • 8 Pour toutes ces notions, voir N. Chomsky, Aspects of the Theory of Syntax, op. cit.
  • 9 Surtout C. R. Karp, Languages with Expressions of Infinité Length, Amsterdam, North Holland, 1964. (...)
  • 10 Voir « On Certain Formal Properties of Grammars », Information and Control, vol. 2, 1959, p. 137-16 (...)
  • 11 Voir « On the Notion Rule of Grammar », I. A. Fodor et J. J. Katz (dir.), Structure of Language, En (...)

8Nous avons enjambé rapidement la théorie phonologique et la théorie sémantique pour venir plus vite à la théorie syntaxique et à Chomsky. Selon Chomsky, la syntaxe constitue le fondement structurel de la théorie linguistique7. Une grammaire générative — on sait que c’est là le concept central de la linguistique chomskienne — est une théorie ou un système qui permet d’engendrer toutes les phrases grammaticales d’une langue donnée. Une grammaire générative se définit en fonction de la description structurelle de la composante syntaxique. Les phrases ou chaînes de symboles d’une langue donnée se prêtent à une caractérisation algorithmique qui permet d’assigner une structure (phrase-marker), ou index propositionnel, aux phrases d’une langue. L’algorithme lui-même se compose d’un ensemble fini de règles ou de conditions restrictives applicables à toute chaîne de symboles possible dans la langue, et ces chaînes ou séries peuvent être en nombre infini. Les dérivations obtenues à partir des règles de réécriture (rewriting rules) sont spécifiées par des règles de transformation qui opèrent à leur tour sur les structures profondes (deep structures) dégagées par l’analyse structurelle et isolées des structures superficielles (surface structures), qui ne sont que l’image de l’ordre apparent de la phrase8. Il ne s’agit pas ici d’exposer dans son ensemble la théorie de la grammaire générative, mais seulement d’extraire la notion de structure de la pensée de Chomsky. Il est assez évident que l’idée de grammaire transformationnelle n’a rien de commun avec le structuralisme taxonomique d’un Bloomfield ou d’un Hockett. Ce qui est importe ici, c’est la thèse chomskienne des grammaires finies pour langages infinitaires (infinitary languages). On sait que certains logiciens ont étudié il y a quelques années les langages de formules infinies à l’aide des méthodes de la théorie de la récursion. Or, le mérite essentiel de l’analyse récursive est qu’elle fait emploi de moyens finis pour traiter des systèmes infinitaires9. C’est de cette théorie de la récursion que s’est inspiré Chomsky10. En gros, on peut dire qu’une grammaire en général est définie par une suite finie de règles transformationnelles et autres qui dominent un champ d’application infini11, la grammaire universelle constituant l’ensemble fini de toutes les conditions formelles imposées sur toutes les langues données.

  • 12 Voir la traduction de Jean Cavaillès, in N. Bourbaki, « L’architecture des mathématiques », in Les (...)

9Nous sommes donc en mesure de préciser la première définition proposée de la structure en disant que l’organisation nodale se résout en énoncés régulateurs et que l’espace radial s’ordonne selon les modalités d’application ou d’effectuation des énoncés régulateurs. À cette définition nous devons adjoindre le caractère générateur du noyau qui irradie ses structures sur une suite ou un ensemble infini d’objets linguistiques. Nous retrouvons donc ici la forme schématique de la définition théorétique : noyau fini/rayonnement infini. Mais il est possible de serrer de plus près encore la notion théorétique de structure, et je veux m’attacher dans une troisième étape à l’examen de la fonction de la structure en mathématiques. Rappelons d’abord que Cantor, dans sa lettre à Dedekind du 28 juillet 189912, affirmait que la totalité du pensable (Inbegriff alles Denkbaren), cette même expression qu’avait utilisée Humboldt pour définir l’objet du langage, est une multiplicité (en allemand Vielheit) absolument infinie ou inconsistante et qu’elle ne peut être considérée comme un ensemble (Menge). Cette remarque veut suggérer que les objets mathématiques ne forment qu’un sous-ensemble de la catégorie du pensable ou du langage.

  • 13 Voir N. Bourbaki, Théorie des ensembles, Paris, Hermann, 1970, chap. IV « Structures », et Fascicul (...)
  • 14 Voir N. Bourbaki, « L’architecture des mathématiques », in Les grands courants de la pensée mathéma (...)
  • 15 Voir G. Bouligand et J. Desgranges, Le déclin des absolus mathématico-logiques, Paris, Société d’Éd (...)
  • 16 On trouvera dans J. Porte, Recherches sur la théorie générale des systèmes formels, Paris, Gauthier (...)

10Nul n’ignore que c’est l’École de Bourbaki qui a introduit la notion rigoureuse de structure en mathématiques13. Les trois grands types de structures mathématiques, les structures-mères, sont les structures algébriques, les structures d’ordre et les structures topologiques. Sans entrer dans le détail de ces structures, on peut essayer d’en dégager la signification générale : la structure apparaît comme un petit noyau de relations elles-mêmes sujettes à certaines conditions formelles qui les rendent capables par là d’imposer une organisation opératoire sur des ensembles dont les éléments eux-mêmes sont indéterminés14. En poussant un peu plus, on peut dire, sur l’exemple de la théorie des ensembles, qu’une structure se définit par rapport aux éléments — pas autrement déterminés — de l’intersection des sous-ensembles d’un ensemble quelconque sur une échelle d’ensembles15, c’est-à-dire qu’ayant pris une classe d’ensembles dont on délimite la base ou les ensembles primitifs, on définit deux conditions pour la classe d’ensembles : 1) elle devra comprendre pour tout ensemble quelconque l’ensemble de ses sous-ensembles, cette condition valant d’abord pour les ensembles finis ; 2) la classe d’ensembles devra comprendre pour un couple d’ensembles leur ensemble-produit ; de là on peut tirer d’un ensemble quelconque « Q » l’ensemble « P » de ses sous-ensembles et lier un élément de « P » aux ensembles de base pour obtenir une structure sur ces ensembles. Pour simplifier, une structure est définie par une ou plusieurs liaisons ou relations qui déterminent par un certain nombre de conditions de nature axiomatique un domaine général d’objets, ici classe d’ensembles en nombre fini ou infini16.

  • 17 Voir J.-T. Desanti, « Remarques sur la connexion des notions de genèse et structure en mathématique (...)
  • 18 Voir J.-T. Desanti, Les idéalités mathématiques, Paris, Seuil, 1968.
  • 19 Voir S. Maclane, Homology, Berlin, Springer, 1963, p. 25. Voir aussi l’article de Seymour Papert, « (...)
  • 20 Voir C. Ehresmann, Catégories et structures, Paris, Dunod, 1965.

11Il serait encore possible, après ce troisième moment, d’embarquer dans une analyse phénoménologique de la structure à la Desanti — phénoménologique, quoi qu’en veuille Desanti —, en distinguant sur le plan des structures mathématiques idéales le geste d’abstraction du champ d’idéalité17, les actes opératoires de leur pôle intentionnel, les positions d’horizon des médiations d’horizon18. Une telle démarche s’installe au coeur des structures idéales de la mathématique, elles les présuppose comme sol épistémologique stable ou du moins se mouvant très lentement. Mais le sol ou le ciel mathématique est-il investi d’une permanence relative ou craque-t-il aussi comme les autres sols de l’épistémè, dans les termes de Foucault ? On commence à penser aujourd’hui que les structures ne sont peut-être pas les organismes mathématiques les plus généraux : la théorie des catégories, par exemple, semble dépasser en généralité la théorie des structures. Une catégorie est constituée (naïvement parlant) par des objets, qui peuvent être des ensembles, et des morphismes, qui peuvent être liés par une loi de composition19. Si la catégorie est plus mobile, plus opératoire encore, plus génératrice que la structure, elle n’est pas moins susceptible d’une approche structuraliste, à preuve un Charles Ehresmann qui peut parler de structuration des catégories et de catégories structurées20. La catégorie, comme la structure, régit un domaine général d’objets au moyen de règles opératoires, les morphismes pouvant être lus comme autant d’indicateurs d’un parcours conceptuel.

12À quoi aboutit notre examen de la question de la structure en mathématiques ? Essentiellement à une définition plus précise de la notion de structure, mais à une définition qui s’accorde avec celle que nous avons dégagée pour la linguistique chomskienne : la structure est un noyau fini de relations ordonnées entre elles et effectuable sur un champ général déterminé par l’opération du noyau sur son espace de rayonnement.

  • 21 Voir là-dessus R. Martin, Logique contemporaine et formalisation, Paris, PUF, 1964, p. 83-85.

13Il nous resterait encore, dans une étape finale, à poursuivre notre recherche dans les régions théorétiques pures de la logique et de la physique. En logique, la notion de structure n’a pas fait l’objet d’une thématisation particulière et il faudrait sans doute tenter de lui faire correspondre la notion centrale de modèle. Cette notion qui joue un rôle fondamental non pas seulement en logique, mais en métamathématique, en physique, en biologie et dans toutes les sciences théorétiques en général, pourrait sans doute aspirer à la généralité de la structure. Un modèle est une interprétation ou une réalisation d’une théorie ou d’un système qui en reproduit les énoncés axiomatiques ou régulateurs, mais en leur donnant une extension limitée ou un champ d’application défini21. Il ne serait pas difficile de voir là un parallélisme avec le caractère fonctionnel de la structure ; il suffirait de montrer que la structure a le même rôle interprétatif que le modèle ou que le modèle définit aussi un noyau d’organisation effective.

  • 22 Voir W. Leinfellner, Struktur und Aufbau wissenschaftlicher Theorien, WienWurzburg, Physica-Verlag, (...)

14En philosophie de la physique tout aussi bien, le modèle a plus cours que la structure. Les philosophies constructivistes du positivisme, de Carnap à Goodman, ne font de la structure qu’un usage programmatique sans la définir autrement. Un Werner Leinfellner, par exemple, dans son livre Struktur und Aufbau wissenschaftlicher Theorien22 s’est arrêté à la description structurelle du monde (Strukturbeschreibung der Welt), mais c’est la pensée de Bourbaki qu’il a suivie avant celle de Carnap.

15Quelles conclusions pouvons-nous tirer à la fin de notre examen théorétique de la notion de structure ? La structure est une notion théorétique, c’est-à-dire quelle n’a de valeur, de validité, qu’insérée dans une théorie. On dira d’une théorie complètement structurée, de part en part tissée de structures, qu’elle forme un système. Il est abusif de voir dans le structuralisme une méthode. La théorie de la structure emprunte trop à d’autres théories, à la phénoménologie — du moins à ses origines chez Troubetzkoï et Jakobson —, à la psychologie de la forme ou au diltheyanisme, pour vouloir en faire une méthode tout à fait originale, autonome. Il serait sans doute possible de retracer les sources lointaines de la thèse ou de l’hypothèse structuraliste jusque dans la pensée hégélienne, comme je l’ai dit plus haut.

  • 23 Tous les travaux de Piaget le disent, trop simplement peut-être. Voir en particulier le dernier ouv (...)

16Si l’on veut à tout prix voir dans le structuralisme une méthode, il faut parvenir à ce moment-là à isoler toute exploration de la structure de ses implications théorétiques. Dans ce cas, c’est une théorie implicite ou inavouée qui dirige l’exploration de la structure, quand la méthode ne réussit pas à déboucher sur une théorie globale de la structure. En réalité, la structure contient déjà une théorie, elle est le modèle d’une théorie ; la structure, c’est déjà un « théorème », en prenant ce mot dans un sens élargi, disons dans son sens étymologique. Qu’on le veuille ou non, la structure est construite, comme son nom l’indique, elle n’est pas trouvée toute faite. Toute théorie est activité de construction. Rien n’est donné. La théorie conjugue le poiein et la praxis dans une médiation continue. Il ne s’agit pas ici de dire simplement que toute structure s’élabore, se développe dans une genèse ou dans une histoire23, mais que l’exploration, la reconnaissance, l’isolement, la thématisation de la structure présupposent une activité théorétique, un theorein à l’œuvre. On ne trouve jamais que ce que l’on cherche.

  • 24 Voir principalement Cartesianische Meditationen, Husserliana I, Martinus Nijhoff, La Haye, 1963, p. (...)
  • 25 Voir J. Cavaillès, Sur la logique et la théorie de la science, Paris, PUF, 2e éd., 1960.

17Que l’investigation de la structure ait rejeté dans l’ombre ou du moins délaissé le thème de la conscience productive ou constitutive, c’est sans doute la suite normale d’une démarche aussi intéressée que la phénoménologie à la constitution de l’objet, mais moins hâtive de rejoindre le pôle constitutif de la subjectivité transcendantale. Sans doute aussi la phénoménologie, avec la venue des théories structuralistes, a-t-elle perdu la tête, a-t-elle été décapitée : je veux dire que l’ego transcendantal est irrémédiablement perdu, ou à tout le moins durablement écarté. Mais l’égologie — c’est le terme qui désignait pour Husserl l’étude de la subjectivité fondatrice24 — signifie aussi langage de l’ego. Si l’ego a été détrôné, il parle encore et sa parole est œuvre de langage. Les structures n’ont de sens, ne signifient qu’à l’intérieur du langage. À la place de l’ego transcendantal, il faut peut-être penser l’œuvre secrète du langage. C’est peut-être le langage qui « constitue » dans l’anonymat d’une dialectique qui rend possible subjectivité et objectivité. À la fin d’un ouvrage qui préfigurait la philosophie structuraliste, si ce n’est que par son refus de la phénoménologie, Sur la logique et la théorie de la science25, Jean Cavaillès écrivait : « Ce n’est pas une philosophie de la conscience mais une philosophie du concept qui peut donner une doctrine de la science. La nécessité génératrice n’est pas celle d’une activité, mais d’une dialectique. »

  • 26 On aura remarqué le rapprochement entre cette définition de la structure et la définition du langag (...)

18Il ne pensait sans doute pas au langage, mais Humboldt aurait pu lui dire comment le langage, sa dialectique, était aussi une activité, energeia disait Humboldt. Le structuralisme linguistique avait mis l’accent sur la fonction diacritique des signes, le structuralisme philosophique a peut-être pour tâche de penser la fonction dialectique du langage26. Non pas revenir à Hegel, mais partir de Hegel est plutôt un pas en avant plutôt qu’un pas en arrière (ein Schritt nach vorn) — en arrière de Hegel s’entend (ein Schritt zurück), comme le voulait Heidegger.

19Les philosophies structuralistes contemporaines de Derrida, de Deleuze ou de Foucault sont des théories de la différence nietzschéenne qui refuse de se laisser penser dans une dialectique où le différent revient au même. Le structuralisme linguistique a été à l’origine une théorie de la différence pour devenir ensuite le système générateur des différences avec Chomsky et Hegel. L’avenir de la théorie philosophique de la différence est-il dans le système unifié des différences, dans l’unistructure, totalité idéale des structures ? Répondre à cette question risquerait d’enlever à la philosophie actuelle sa différence comme pensée de la différence.

La mytho-logique de Lévi-Strauss

  • 27 Je me limite ici surtout aux trois ouvrages : Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, La pens (...)

20Lévi-Strauss ne fait pas mystère de l’influence que le structuralisme linguistique a exercée sur son œuvre. La théorie phonologique de Troubetzkoï, la notion de phonèmes et celle de traits distinctifs ou paires d’oppositions significatives, tout cela revêt une nouvelle dimension dans la théorie ethnologique de Lévi-Strauss27.

21On connaît le point de départ, la thèse de Lévy-Bruhl sur la mentalité primitive, qui correspondait pour lui à une mentalité prélogique sans commune mesure avec la rationalité (occidentale) ; le primitif, dans la perspective de Lévy-Bruhl, vit dans l’univers mystique de la participation ; Lévi-Strauss renverse cette perspective et tente de montrer la continuité ou mieux l’isomorphisme entre pensée mythique et pensée scientifique.

  • 28 Voir La pensée sauvage, op. cit., p. 127. La thèse de l’homologie est illustrée par M. Augé dans La (...)

22L’imité constitutive du mythe est le mythème et le mythème est structure, c’est-à-dire écarts différentiels, coupures, contrastes, oppositions. Le mythe possède donc une structure ; le totémisme qui est une sorte de mythologique régionale est organisé comme système formel de transformations qui permet à l’individu ou au clan de manipuler le code des homologies ou similitudes fonctionnelles entre différences naturelles et différences culturelles. On a ainsi la double entrée (pour une société primitive d’Australie)28 :

pur

sacré

mâle

supérieur

fertilisant pluies

mauvaise saison

impur

profane

femelle

inférieur

terre fertilisée

bonne saison

23Le découpage social est ici homologue au découpage naturel, comme le totem qui va reproduire le sujet dans une figure animale ou végétale ou encore dans quelque représentant objectal.

  • 29 Voir Anthropologie structurale, op. cit., p. 52.

24La grande dichotomie nature-culture perd ainsi de sa teneur métaphysique pour devenir une hypothèse sociologique. Ce ne sont pas tant les appareillages formels, filtres ou tores, qu’il utilise d’ailleurs parcimonieusement, qui font de l’entreprise de Lévi-Strauss une entreprise structuraliste, que la volonté de retrouver les lois d’organisation d’une structure sous-jacente aux manifestations sociales. On le mesurera assez sur l’exemple suivant devenu classique : la théorie de l’avunculat (oncle maternel)29.

25La relation entre oncle maternel et neveu est à la relation entre frère et sœur comme la relation entre père et fils est à la relation entre mari et femme.

26Cet invariant structurel des relations élémentaires de la parenté ne permet pas cependant le passage à une théorie générale de la structure du mythe qu’a esquissée Lévi-Strauss

  • 30 Ibid., p. 252.

Fx(a) : Fy(b)≌Fx(b) Fa-1(y)30,

27où l’on a deux termes a et b, deux fonctions x et y de ces termes et une relation d’équivalence entre situations définies par une inversion des termes et des relations entraînant

  1. qu’un terme soit remplacé par son contraire a-1 ;

  2. qu’il y ait inversion entre valeur de fonction et valeur de terme.

28C’est là, il faut l’avouer, une assez curieuse permutation, et Lévi-Strauss n’est pas parvenu à justifier sa formule générale à nos yeux. La thèse de l’échange exogamique qui expliquait du même coup la prohibition de l’inceste excluant l’échange ou la réciprocité ne se laisse pas généraliser, semble-t-il.

  • 31 Voir La pensée sauvage, op. cit., p. 345-348.

29Mythes, contes de fées (B. Bettelheim), tabous relèvent de la même logique. Mais cette logique n’est pas linéaire, elle est plutôt multilinéaire. Pour Lévi-Strauss, l’histoire subordonnée au système n’est pas le projet d’une raison dialectique qui chercherait obscurément le savoir dans les méandres de quelque destin. L’histoire ici est plutôt un ensemble discontinu d’histoires — thème que l’on retrouvera chez Foucault —, suite d’imagines mundi, images du monde que l’esprit sécrète dans sa dynamique productive31. Le constructivisme latent de Lévi-Strauss tente de réconcilier le rationalisme avec la notion métaphysique d’un esprit pour lequel la structure préexiste au constructeur ou quelle est l’effet d’une construction anonyme. Cet idéalisme constructif d’inspiration brunschvicgienne n’est pas étranger à la démarche de Piaget. La même logique, le même logos, le même discours régirait-il l’inconscient des peuples (primitif et autres), l’inconscient individuel et pathologique ? Lévi-Strauss voudrait le suggérer. C’est l’idéalisme spiritualiste de Lévi-Strauss qui est en faute ici ; comme si l’esprit était un invariant culturel, source intarissable d’où naissent les structures qui ordonnent le monde et d’où émergent les possibles d’un construire neuf. Le formalisme n’a pas le triomphe facile, la vieille métaphysique guette toujours. D’ailleurs Lévi-Strauss, à la limite, n’est pas irréconciliable avec un M. Eliade ou un P. Ricœur. Tant que le vieux plumage (Mallarmé) de l’esprit n’est pas exorcisé, la tentation est grande de ramener à une même origine, à un acte unique la multiplicité, mais c’est seulement en une fin identique (idéale, soit comme simulation) que s’arrangent nos constructions.

La psycho-logique de Piaget

  • 32 Voir J. Piaget, La naissance de l’intelligence chez l’enfant, 9e éd., Neuchâtel, Delachaux et Niest (...)

30Le semi-constructivisme de Piaget semble mieux correspondre à première vue à la conception que je défends. Pour Piaget, la connaissance est un procès (ou un processus) en continuité avec les processus biologiques d’assimilation et d’accommodation qui fondent le développement sensorimoteur et ultérieur de l’organisme, développement qui sera homomorphe, si ce n’est isomorphe, aux étapes de la genèse de l’intelligence32. Les niveaux préopératoire et opératoire de cette genèse sont en bijection avec des schèmes d’actions et des schèmes opératoires qui sont déterminés à partir de l’équilibration et de la coordination des actions antérieures à l’ordination linguistique. L’intérêt de l’entreprise piagétienne d’une épistémologie génétique réside dans l’utilisation de structures logiques et mathématiques pour rendre compte de l’organisation de l’expérience chez l’enfant, de sa construction du réel. Pour Piaget, bien avant le langage, une logique de la coordination des actions comportant les structures fondamentales d’ordre et d’emboîtement est à l’œuvre dans l’intelligence infantile. L’enfant construit l’espace, le temps et le nombre du monde de la perception avec les notions de causalité, de conservation des liquides, etc., avant de formuler explicitement les structures logicomathématiques dont le langage est la condition nécessaire mais non suffisante.

31Quelles sont donc ces structures fondamentales de la genèse de l’intelligence ? Piaget nous dit que ce sont les structures-mères de Bourbaki, les structures algébriques, les structures d’ordre et les structures topologiques. On a, de cette façon, un groupe de quatre transformations INRC

Identité

I : p ⊃ q

Inverse

N : p ∧ ¬ (q

Réciproque

R : q ⊃ p

Corrélative

C : ¬ p ∧ q

32pour les opérations logiques. Différentes lois de transformation sont alors définissables

  • 33 On trouvera dans S. Robert, La logique, son histoire, ses fondements, Montréal, Le Préambule, 1978, (...)

N = RC, R = NC, C = NR, 1 = NRC33.

33Ce sont là les structures opératoires abstraites qui représentent la culmination de l’intelligence après les stades préopératoire, opératoire concret (simple et complexe). Nous ne suivrons pas plus loin Piaget ; nous pouvons déjà formuler une critique pertinente : tout fonctionne chez lui comme si l’enfant était constructiviste et l’adulte formaliste. En effet, les structures-mères de Bourbaki sont des structures arbitraires apparues aléatoirement dans l’histoire des mathématiques ; elles deviennent des moments nécessaires dans la genèse intellectuelle.

  • 34 Paru dans Logique et analyse, vol. 67-68,1974, p. 223-240.
  • 35 Paris, PUF, 1961. On consultera aussi Logique et connaissance scientifique, Paris, Gallimard, coll. (...)

34Philosophiquement, on reconnaîtra l’influence brunschvicgienne dans la théorie du devenir de l’intelligence parallèle à l’histoire du monde (théorie héritière de Vico et d’Auguste Comte). Épistémologiquement, la thèse de Piaget est fragile. On voit mal comment « coordonner » l’invariance des stades évolutifs de l’intelligence infantile avec le caractère arbitraire des structures. On peut mesurer le peu de solidité de l’hypothèse piagétienne en évaluant sa tentative d’intégration de la notion de catégorie dans l’article « Structures et catégories34 » où Piaget ne trouve rien d’autre que l’abstraction réfléchissante, c’est-à-dire l’abstraction portant sur des actions ou des opérations, pour expliquer l’émergence et la nouveauté du concept de catégorie. Dans un livre écrit conjointement avec le logicien E. Beth, Épistémologie, mathématique et psychologie35, ce dernier montre que la logique est autonome et ne relève pas de la psychologie, ce à quoi Piaget ne trouve à répliquer que la psychologie est à son tour indépendante de la logique (on voit là les limites territoriales de l’impérialisme psychogénétique).

  • 36 Voir J. Bélanger, « Images et réalités du behaviorisme », in Philosophiques, vol. V, no 1, 1978, p. (...)
  • 37 Voir F. B. Skinner, Verbal Behavior, New York, Appleton-Century-Crofts Inc., 1957.

35C’est donc un semi-constructivisme que propose l’épistémologie génétique de Piaget : d’un côté construction du réel par l’enfant qui organise en deçà du langage les matériaux de son expérience, de l’autre, structures formelles dont le langage est la condition d’achèvement, mais dont on ne cherche pas le contenu mathématique effectif. Piaget se contente de prendre à Bourbaki ses structures sans tenter de les « constructiviser », de leur donner une interprétation constructive ; c’est là l’approche formaliste ou structuraliste par opposition à l’attitude constructiviste. Le constructivisme piagétien est mitigé, c’est un mélange de structuralisme-constructivisme auquel il manque une justification épistémologique adéquate. Un point de vue fondationnel radical eût sans doute évité les écueils d’une synthèse qui veut joindre trop hâtivement structure et genèse, forme et développement, épistémologie et psychologie. D’autres psychologies ont été plus résolument univoques, de la théorie de la Gestalt de Kohler au behaviorisme de Skinner. Partant du « fait brut » du comportement, Skinner veut s’en tenir à la description (couplée à une prédiction et éventuellement à un contrôle) du comportement qui ne fait intervenir que la situation interactionnelle de l’organisme et de son environnement en plus du schème primitif stimulus-réponse-renforcement36. S’il est vrai que la théorie du langage élaborée par Skinner et fondée sur la combinatoire trine stimulus-réponse médiatisée-réponse est insuffisante37, la théorie behavioriste, plus proche de la neuropsychologie et de la cybernétique, fournit un modèle (par exemple, l’automate fini) de l’apprentissage plus susceptible de satisfaire aux critères de scientificité qu’une hypothèse générale sur les formes de la perception ou les structures de la connaissance, et encore, l’acquis de la théorie de la Gestalt ou de la forme comme totalité perceptive est mieux assuré, de mon point de vue, que l’épistémologie génétique des structures.

La sociologie de la connaissance

36La sociologie de la connaissance s’occupe de l’analyse de la construction sociale de la réalité. Il faut d’abord s’entendre sur le sens du mot réalité. Du point de vue philosophique qui nous intéresse, la réalité est ce qui existe en fait, ou effectivement, ou qui a un effet, une influence sur les sens. Realitas en latin renvoie à res, c’est-à-dire « chose », et l’allemand Wirklichkeit qu’on traduit par redondance en français « réalité effective » ; le réel a des effets parce qu’il y a un agir (Wirken) ou un travail dans le réel. On pourrait dire que le réel, c’est ce qui travaille ou ce qui nous travaille. L’injonction de Durkheim : « Considérez les faits sociaux comme des choses » (Les règles de la méthode sociologique [1895]) signifie, bien sûr, que les faits sociaux sont réels, comme nous l’avons entendu plus haut. Weber a, quant à lui, mis l’accent sur la part active de l’agent social qui produit du sens social, ou mieux, qui produit du sens dans son activité ou agir social. Si la linguistique a servi de paradigme ou de matrice disciplinaire au structuralisme, on pourrait dire que la sociologie (de la connaissance) jouera le même rôle pour le constructionnisme. La sociologie de la connaissance est avant tout une sociologie et on pourra remonter jusqu’à Marx pour définir les enjeux de la sociologie de la connaissance :

  • 38 K. Marx, Contribution à la critique de l’économie politique (1859), Paris, Éditions Sociales, 1978, (...)

Dans la production sociale de leur existence, les hommes entrent en des rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté qui correspondent à un degré de développement déterminé de leurs forces productives matérielles. L’ensemble de ses rapports de production constitue la structure économique de la société, la base concrète sur quoi s’élève une superstructure juridique et politique et à laquelle correspondent des formes de conscience déterminées. Le mode de production de la vie matérielle conditionne le processus de vie sociale, politique et intellectuel en général. Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur être, c’est inversement leur être social qui détermine leur conscience. À un certain stade de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en contradiction avec les rapports de production existants ou, ce qui n’en est que l’expression juridique, avec les rapports de propriété au sein desquels elles s’étaient mues jusqu’alors. De formes de développement des forces productives qu’ils étaient, ces rapports en deviennent des entraves. Alors s’ouvre une époque de révolution sociale38.

  • 39 Voir E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1967, conclusion.

37Comte, dans son Cours de philosophie positive (1830-1846), avait défini la sociologie comme physique sociale parce qu’il voulait fonder une philosophie positive dégagée de toute emprise métaphysique. Par ailleurs, dans son Système de politique positive (1851-1854), il espérait élaborer la « construction religieuse » de l’Humanité. Ainsi, le positivisme comtien s’achève en un mysticisme. Émile Durkheim ne rejettera pas entièrement l’héritage comtien, puisqu’il soutiendra que les faits sociaux (et moraux) doivent être étudiés comme des choses (1re règle du travail sociologique) : « Il nous faut considérer les phénomènes sociaux en eux-mêmes, détachés des sujets conscients qui se les représentent ; il faut les étudier du dehors, comme des choses extérieures39. »

  • 40 Voir P. Berger et T. Luckmann, The Social Construction of Reality, New York, Doubleday, 1967, p. 5- (...)
  • 41 Voir A. Schutz, Der sinnhafte Aufbau der Sozialen Welt, Vienne, 1932.

38Ce langage rappelle aussi Marx qui inspirera un autre philosophe, Max Scheler (1874-1928), qui créera le terme de sociologie de la connaissance ; c’est de Marx que la sociologie de la connaissance dérivera son axiome premier, comme le rappellent Berger et Luckmann40 : la conscience est déterminée par la réalité sociale. De cet axiome dérivent les concepts d’idéologie, de mauvaise conscience, de sous-structure (Unterbau) et super-structure (Überbau). Scheler introduira les notions de facteurs réels et de facteurs idéaux pour rendre compte des relations entre les conditions matérielles de l’existence et les constructions sociales (idéologies, religions, utopies, etc.). Scheler a surtout développé une axiologie ou théorie des valeurs (Nature et formes de la sympathie, 1923) qui déborde la sociologie de la connaissance en une théorie des conceptions du monde (Weltanschauungen) naturalistes et relativistes fondées dans l’historicité (Geschichtlickeit) de l’être humain. Max Weber (1864-1920) mettra l’accent sur l’activité sociale et sa compréhension, il reformulera la distinction marxiste de sous-structure et de super-structure en termes de réel type (Realtypen) et d’idéal type (Idealtypen) qui seront pour lui des constructions ou concepts-limites : les idéaux types sont les constructions culturelles, rites, religions, visions du monde, alors que les réels types ou milieu type (Durchschnittstypen) sont des constructions régulatives qui définissent les médianes du comportement social. Weber a insisté sur une sociologie compréhensive au sens où Dilthey avait assigné la tâche de la compréhension (Verstehen) aux sciences de l’esprit (Geisteswissenschaften). On pourrait sans doute comparer le rôle dévolu à la notion de modèle (en logique) à celui d’idéal type, alors que le concept de milieu type reviendrait à l’interprétation statistique des phénomènes ou des faits sociaux ; mais il s’agit plutôt ici d’une évaluation des comportements sociaux (standards) de la moyenne des agents. Karl Mannheim (1893-1947) est le véritable instigateur de la nouvelle sociologie de la connaissance et il est significatif qu’il se soit intéressé à l’idéologie (Idéologie et utopie) dans la foulée de Marx. Mais c’est toute l’École de Francfort avec les Horkheimer, Adorno, Marcuse et Habermas qui est à l’origine de l’actuelle sociologie de la connaissance. Alfred Schutz (1899-(1899-1957) » plus nettement inspiré de la phénoménologie husserlienne, voudra faire la théorie d’une « construction signifiante du monde social41 » et voudra ériger une ethnométhodologie de la vie courante en se fondant sur le concept central de Lebenswelt ou monde de la vie concrète issu de la phénoménologie du dernier Husserl. P. Berger et T. Luckmann sont d’anciens élèves de Schutz à la New York School of Social Research et ils poursuivent la tâche du maître dans l’étude sociologique du monde ordinaire de la vie de tous les jours, comme ils le disent dans leur ouvrage cité plus haut. La distinction sociale du savoir commun au-delà du sens commun constitue l’objet principal d’une ethnométhodologie de la vie quotidienne. Les constructions symboliques du monde ordinaires des peuples autochtones intéressent plus particulièrement les anthropologues et les ethnologues (C. Lévi-Strauss, George Herbert Mead), mais il n’est pas inutile d’indiquer de nouveau le lien entre la structure du monde social et la construction de l’univers symbolique, un lien qui devient interactif si l’on pense que la structure sociale n’est pas indépendante de l’activité symbolique de la construction sociale dont les agents sociaux sont à la fois la source et la cible, locuteur et allocutaire dans la boucle de rétroaction de la vie en société.

Constructions sociales

  • 42 How to do Things With Words, Oxford, Oxford University Press, 1955.
  • 43 Cambridge, Cambridge University Press, 1969.
  • 44 Voir D. Vanderveken, Les actes de discours, Liège-Bruxelles, Mardaga, 1988 et Meaning and Speech Ac (...)
  • 45 Voir R. Brandom, Making it Explicit, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1994.
  • 46 R. Brandom, « Quelques thèmes pragmatistes dans l’idéalisme de Hegel », Philosophiques, vol. 27, no(...)
  • 47 Ibid., p. 240.

39Au début de leur ouvrage The Social Construction of Reality, Berger et Luckmann posent la question de la conjonction Durkheim et Weber dans les termes suivants : « Comment est-il possible que l’activité humaine (handeln) produise un monde de choses ? » Par choses, on entend évidemment les faits sociaux, selon l’injonction de Durkheim. Si les faits sociaux sont le produit de l’activité humaine d’après Weber, de quelle activité s’agit-il ? Habermas a déjà répondu que c’est l’agir communicationnel qui est au fondement de la vie sociale. John Searle ne dit pas autre chose dans son livre The Construction of Social Reality, il suppose que le langage est essentiellement constitutif de la réalité institutionnelle et la version forte de la thèse qu’il défend stipule que des structures symboliques telles que les mots (phrases et énoncés de la langue) signifient ou représentent par convention quelque chose qui les dépasse. Cette thèse rappelle évidemment celle de Saussure sur l’arbitraire du signe et la distinction signifié-signifiant, mais Searle s’inspire aussi de Chomsky et de son idée de la capacité générative infinie du langage. Il y ajoute la notion de la force illocutionnaire héritée de John Austin42. C’est dans son ouvrage majeur Speech Acts43 que Searle développe sa théorie des marqueurs ou indicateurs de force illocutoire qui constituent la caractéristique essentielle d’une analyse du langage en fonction des énoncés performatifs. C’est en fait une théorie pragmatiste du langage que propose Searle dans le sens où les performatifs sont des actes de langage (p. ex. faire une promesse, faire des excuses, poser une question, donner une réponse, etc.). Un acte de langage est un acte de communication qui comporte une force illocutoire reliée aux raisons ou motivations du locuteur, par exemple, « je te baptise » est un performatif, c’est-à-dire une assertion jointe à un geste qui accomplit le contenu (propositionnel) de l’assertion. À la suite de Searle, Daniel Vanderveken44 a considérablement élargi la théorie en formalisant, par exemple, les conditions de réussite des actes de langage. Frege, avant Austin, avait reconnu la force pragmatique du contenu, tout comme Wittgenstein qui a insisté sur la valeur normative de différents usages linguistiques. On doit bien sûr à Frege la distinction entre sens (Sinn) et référence (Bedeutung) devenus chez Russell connotation et dénotation, et à Wittgenstein le mot d’ordre « la signification, c’est l’usage ». Si nous avons vu la dette que le structuralisme a envers Husserl, il faut noter qu’on a le plus souvent ignoré le rôle qu’a joué la théorie hégélienne du langage dans la tradition linguistique, à la seule exception de von Humboldt, comme nous l’avons encore vu. En philosophie du langage contemporaine, cette ignorance est encore plus grande. Pourtant, une thèse centrale chez Searle, l’expressionnisme ou l’expressibilité de tout contenu propositionnel, pourrait être rattachée à la pensée hégélienne, mais c’est sans doute l’important philosophe du langage, Robert Brandom45, qui a le mieux montré la pertinence de la théorie hégélienne du langage. Pour Brandom, Hegel a introduit une sémantique référentielle avec ses concepts de médiation (Vermittlung) et de négation déterminée (bestimmte Negation), que nous préférons appeler négation locale. Brandom reconnaît surtout en Hegel le philosophe qui a mis l’accent sur la valeur normative du langage. Hegel préfigure ainsi Wittgenstein et on pourrait trouver plusieurs points d’ancrage de la théorie wittgensteinnienne de la signification comme usage dans la Phénoménologie de l’esprit en particulier. Il ne faut pas négliger l’apport de Kant dans l’héritage de la théorie normative du langage ou de l’usage régulateur des actes de langage, des agents linguistiques qui sont en un sens kantien, des producteurs de sens autonomes. Pour Brandom encore, le pragmatisme de Hegel consiste à dire que l’usage des concepts en détermine le contenu46. Comme le dit Brandom après John Haugeland : toute constitution transcendantale est institution sociale chez Hegel47. Il vaudrait mieux dire que les figures de la conscience sont des moments dans l’extériorisation de l’esprit et que l’histoire est la suite des diverses incarnations de la conscience dans son itinéraire vers le savoir absolu. Ou encore que le langage est l’ensemble des « mêmes », dans la terminologie du biologiste R. Dawkins, reprise par M. Dennett en sciences cognitives, qui reproduisent la phylogenèse de l’esprit dans l’ontogenèse d’une conscience individuelle ; les mêmes seraient en quelque sorte des gènes spirituels dans une perspective hégélienne ! L’idéalisme hégélien va plus loin ici que toute théorie pragmatique du langage et on ne saurait l’exporter sans l’expurger sur la scène contemporaine de la philosophie du langage ou des sciences humaines.

Le programme fort en sociologie de la connaissance

  • 48 Voir Y. Gingras et S. S. Schweber, « Constraints on Construction », Social Studies of Science, 16 ( (...)

40Si le langage est autosuffisant comme institution symbolique, la science l’est-elle ? Le programme fort en sociologie de la connaissance soutiendra que non, la science est une construction sociale et on doit analyser les conditions de sa production en étudiant les contextes sociaux et historiques de sa genèse. Il y est donc question d’histoire interne et d’histoire externe. Les historiens des sciences ont pour la plupart défendu une histoire interne de la science, selon l’expression de Koyré. Son classique Du monde clos à l’univers infini tente de montrer que c’est chez les penseurs de la Renaissance (surtout italienne) que s’accomplira le passage du monde clos de la cosmologie ancienne à la vision d’un univers infini. Mais c’est là une histoire interne et ce sont les idées philosophiques d’un Nicolas de Cuse et d’un Giordano Bruno qui ont d’abord proposé une vision du monde qui allait influencer physiciens et mathématiciens. C’est toute la tradition philosophicothéologique néoplatonicienne qui fonde la théorie du monde (theoria mundi) de la modernité. Comment une histoire « externe », c’est-à-dire une sociologie de la connaissance, pourrait-elle rendre compte de la science ? Bien sûr, les universités et plus tard les académies rendent possible la vie des savants, mais ces institutions sont-elles la cause du savoir scientifique ? Le programme fort voudra mettre l’accent sur le conditionnement social de l’activité scientifique, mais il devra souvent se contenter d’explorer l’histoire récente de la science, p. ex. la théorie des quarks (Pickering), la sociologie moléculaire ou la vie laborantine (B. Latour). Mais comme le demande Peter Gallison, le contexte est-il contraignant ? Et les constructions sociales sont-elles elles-mêmes contraintes, comme le demandent encore Gingras et Schweber48 ? Si l’histoire des sciences de Koyré à Bachelard, Kuhn et Lakatos a d’abord été interne, la sociologie de la connaissance tentera de se substituer à la philosophie des sciences en mettant l’accent sur le savoir scientifique comme fait social et non comme produit de l’activité intellectuelle du scientifique, qu’il soit une figure solitaire comme Einstein ou qu’il fasse partie d’une communauté de chercheurs, comme l’équipe de physiciens du laboratoire atomique (p. ex. le Centre européen de recherche nucléaire [CERN]).

  • 49 Paris, Pandore, 1976.
  • 50 Voir P. Ernest, Social Constructivism as a Philosophy of Mathematics, New York, University of New Y (...)

41Karl Mannheim, l’un des pionniers de la sociologie de la connaissance, avait mis en garde contre la volonté de trop embrasser et avait exclu les mathématiques (avec la logique) et la physique (avec les autres sciences exactes) du champ d’investigation de la sociologie de la connaissance. Là où Mannheim parle de logique ou dialectique interne dans Idéologie et utopie, David Bloor y oppose une fin de non-recevoir dans son ouvrage Sociologie de la logique ou les limites de l’épistémologie49. Lakatos, historien des sciences d’inspiration hégélienne (comme Koyré) parlera lui aussi de la logique interne et la reconstruction rationnelle de l’histoire de la science fait en réalité peu de place aux facteurs externes. Selon Bloor, il faudrait une sociologisation de l’épistémologie, un peu comme Quine qui a proposé un programme de naturalisation de l’épistémologie dans une théorie évolutionnaire (ou évolutiviste) de la connaissance sur le modèle de la théorie biologique de l’évolution. La sociologisation de la logique ou des mathématiques50 risque cependant de se limiter à des généralités sur le constructionnisme qu’on ne saurait associer au constructivisme mathématique, dont l’intuitionnisme de Brouwer est une variante importante. Mais Brouwer a défendu une sorte de solipsisme des constructions mentales des mathématiciens difficilement conciliable avec une théorie de la production sociale de la logique interne de l’activité mathématique. Que le mathématicien (ou le logicien) soit influencé par son milieu, nul ne le contestera, mais les traditions de recherche sont davantage liées à une histoire culturelle (qui reste interne). Il s’agit donc bien de culture, et les milieux de culture peuvent renvoyer au concept de culture du milieu pour rendre compte de l’émergence d’une théorie comme celle des quarks en physique des particules élémentaires. Quand une théorie obtient du succès dans ses prédictions théoriques et expérimentales, elle a un pouvoir d’attraction sur les chercheurs qui graviteront autour d’un modèle théorique qui constituera peut-être un modèle standard, c’est-à-dire le plus généralement accepté. La dénotation sociologique du modèle standard désigne un groupe d’intérêts, la communauté des chercheurs qui sera noyautée autour de thèmes, de secteurs ou de paradigmes (p. ex. théorie des quarks ou théorie du Big Bang en cosmologie), laissant pour compte des théories rivales qui deviendront autant de modèles non standard au sens sociologique du terme.

42Kuhn, comme on l’a vu, a autorisé une lecture relativiste de l’histoire des sciences avec sa notion multiforme de paradigme et la sociologie de la connaissance n’échappe pas au reproche dans la mesure où l’on peut la considérer comme un perspectivisme pour lequel les théories scientifiques sont des visions du monde déterminées historiquement et socialement, et dès lors, incomparables ou incommensurables. Bloor voudrait voir dans le relativisme une condition nécessaire de l’évolution des connaissances : si la reconstruction rationnelle du savoir passé est le lot de la philosophie des sciences, la reconstruction sociologique de l’erreur scientifique et des querelles de priorité devrait peut-être tenir lieu d’une herméneutique de l’irrationnel en sociologie de la connaissance. La théorie causale des croyances et des savoirs suppose que les conditions sociales comptent pour une part importante dans la production des connaissances, qu’elles aboutissent ou non à une science véritable. On l’a vu, l’épistémê grecque représentait le savoir vrai, certain ou apodictique des mathématiques et de la logique (Aristote), mais la connaissance empirique est soumise à l’incertitude, elle peut même générer des hypothèses erronées. Bloor semble penser que la sociologie de la connaissance pourrait trouver là un terrain fertile, mais cette herméneutique du savoir incertain ne récolterait que la part congrue de la science pour autant que la connaissance vraie soit le résultat « normal » d’une démarche que l’on qualifie de rationnelle. Quoi qu’il en soit, dans cette perspective, le constructionnisme s’apparenterait davantage au déconstructionnisme derridien qui cherche à démonter l’histoire de la métaphysique et de ses noms inassignables (Dieu, l’âme, l’esprit, la matière, la nature, l’être, le temps, etc.), mais l’ambition déconstructionniste est limitée à la tradition philosophique. Notons toutefois que le déconstructionnisme a ses entrées dans le constructionnisme, puisqu’il fournit des outils conceptuels à une entreprise qui peut relativiser les rationalités scientifiques en en montrant le trajet aléatoire qui ne mènerait pas nécessairement à la vérité scientifique. La téléologie rationaliste de la science doit être révisée, selon Bloor, par une sociologie de la connaissance qui mise sur la mouvance des idées socialement construites. Le constructionnisme, à ce titre, aurait pour mission de se consacrer à retracer la généalogie des concepts à l’instar d’un Nietzsche qui a fait l’histoire philosophique de certaines idées morales ou d’un Foucault qui a démonté à sa manière l’histoire de la folie ou de la prison. Ce sont là en effet des thèmes constructionnistes, et c’est sans doute là que le constructionnisme trouvera son compte en dépit de ses abus de langage et de ses excès conceptuels.

Notes

1 Voir London, Everyman’s Library, 1962, p. 137.

2 On pourrait consulter là-dessus M. Dennes, Husserl, Heidegger et l’influence de leur œuvre en Russie, Paris, L’Harmattan, 1998. C’est évidemment du Husserl de la théorie du langage et de la forme grammaticale des Recherches logiques qu’il s’agit ici.

3 Voir W. von Humboldt, Über die Verschiedenheit Sprachbaues und ihren Einfluss auf die geistige Entwickelung des Menschengeschlechts, Bonn, Dümmler, 1960, chap. 13, p. cxxii.

4 Cambridge, MIT Press, 1965. Voir aussi Current Issues in Linguistic Theory, La Haye, Mouton and Co., 1954, p. 19 et suivantes et Cartesian Linguistics, New York, Harper and Row, 1966, p. 20 et suivantes.

5 Je dirais plutôt « usage effini ».

6 Voir R. Jakobson, Essais de linguistique générale, Paris, Éditions de Minuit, 1963, en particulier chap. 2 « Deux aspects du langage et deux types d’aphasie », p. 43-68.

7 Pour une vue d’ensemble de la théorie chomskienne du langage, voir J. J. Katz, The Philosophy of Language, New York, Harper and Row, 1966.

8 Pour toutes ces notions, voir N. Chomsky, Aspects of the Theory of Syntax, op. cit.

9 Surtout C. R. Karp, Languages with Expressions of Infinité Length, Amsterdam, North Holland, 1964. Sur les problèmes généraux de l’axiomatisation des systèmes infinis, voir aussi Infinité Methods, Warsaw, Pergamon Press, 1959.

10 Voir « On Certain Formal Properties of Grammars », Information and Control, vol. 2, 1959, p. 137-167.

11 Voir « On the Notion Rule of Grammar », I. A. Fodor et J. J. Katz (dir.), Structure of Language, Engelwood Cliffs, Prentice-Hall, 1964, p. 119-136.

12 Voir la traduction de Jean Cavaillès, in N. Bourbaki, « L’architecture des mathématiques », in Les grands courants de la pensée mathématique, Paris, A. Blanchard, 1962. Rappelons que Dedekind avait voulu utiliser cette idée pour introduire sa conception d’un ensemble infini.

13 Voir N. Bourbaki, Théorie des ensembles, Paris, Hermann, 1970, chap. IV « Structures », et Fascicule de résultats, Hermann, Paris, 1970.

14 Voir N. Bourbaki, « L’architecture des mathématiques », in Les grands courants de la pensée mathématique, Paris, A. Blanchard, 1962, p. 40-41.

15 Voir G. Bouligand et J. Desgranges, Le déclin des absolus mathématico-logiques, Paris, Société d’Édition d’Enseignement Supérieur, 1949, p. 64-66. Ma terminologie diffère cependant de celle des auteurs.

16 On trouvera dans J. Porte, Recherches sur la théorie générale des systèmes formels, Paris, Gauthier-Villars, 1965, p. 14, une définition plus générale que celle de Bourbaki, mais plus vague aussi.

17 Voir J.-T. Desanti, « Remarques sur la connexion des notions de genèse et structure en mathématiques », in Entretiens sur les notions de genèse et structure, éd. par Gandillac, Goldmann, Piaget chez Mouton, La Haye, 1965, p. 143-155.

18 Voir J.-T. Desanti, Les idéalités mathématiques, Paris, Seuil, 1968.

19 Voir S. Maclane, Homology, Berlin, Springer, 1963, p. 25. Voir aussi l’article de Seymour Papert, « Structures et Catégories », in Jean Piaget (dir.), Logique et connaissance scientifique, Paris, Gallimard, 1967, p. 486-511. On se référera à mes Fondements..., chap. III, pour une définition plus formelle et un exposé de la théorie des catégories.

20 Voir C. Ehresmann, Catégories et structures, Paris, Dunod, 1965.

21 Voir là-dessus R. Martin, Logique contemporaine et formalisation, Paris, PUF, 1964, p. 83-85.

22 Voir W. Leinfellner, Struktur und Aufbau wissenschaftlicher Theorien, WienWurzburg, Physica-Verlag, 1965, p. 200-228. Dans le même esprit, dont s’est inspiré d’ailleurs Leinfellner, voir P. Destouches-Février, La structure des théories physiques, Paris, PUF, 1951.

23 Tous les travaux de Piaget le disent, trop simplement peut-être. Voir en particulier le dernier ouvrage de celui-ci, Le structuralisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », no 131, 1968.

24 Voir principalement Cartesianische Meditationen, Husserliana I, Martinus Nijhoff, La Haye, 1963, p. 181.

25 Voir J. Cavaillès, Sur la logique et la théorie de la science, Paris, PUF, 2e éd., 1960.

26 On aura remarqué le rapprochement entre cette définition de la structure et la définition du langage comme procès et système que propose L. Hjelmslev, dans L. Hjelmslev, Prolégomènes à une théorie du langage, Paris, Les Éditions de Minuit, 1968. Mais ce qui manque à Hjelmslev, selon moi, c’est une conception dialectique du langage qui intègre langue et parole.

27 Je me limite ici surtout aux trois ouvrages : Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, Les structures élémentaires de la parenté, Paris-La Haye, Mouton et Co., 1967.

28 Voir La pensée sauvage, op. cit., p. 127. La thèse de l’homologie est illustrée par M. Augé dans La construction du monde, Paris, Maspero, 1974, où l’on montre les correspondances fonctionnelles ou homologies entre cosmogonie (et cosmologie) — structures sociales-représentations de la personne dans les sociétés primitives. Par ailleurs, G. Dumézil a formulé la théorie du tripartisme ou trifonctionnalisme du monde, de la société et de l’individu dans les sociétés indo-européennes ; voir G. Dumézil, L’idéologie tripartite des Indo-Européens, Bruxelles, Latomus, 1958.

29 Voir Anthropologie structurale, op. cit., p. 52.

30 Ibid., p. 252.

31 Voir La pensée sauvage, op. cit., p. 345-348.

32 Voir J. Piaget, La naissance de l’intelligence chez l’enfant, 9e éd., Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1977.

33 On trouvera dans S. Robert, La logique, son histoire, ses fondements, Montréal, Le Préambule, 1978, chap. 9, un exposé complet des structures logiques telles que les conçoit Piaget. Rappelons qu’un groupe, dans ce contexte, est simplement la donnée d’un ensemble G muni d’une loi de composition interne qui vérifie les trois conditions suivantes :
1° (a + b) + c = a + (b+c) associativité ;
2° e + a = a élément neutre ;
3° (-a) + a = e élément inverse ou symétrique ;
Le groupe INRC est un groupe abélien, c’est-à-dire commutatif
INRC
Image 10000000000000C100000089E7DFBF60.jpg

34 Paru dans Logique et analyse, vol. 67-68,1974, p. 223-240.

35 Paris, PUF, 1961. On consultera aussi Logique et connaissance scientifique, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1967, publié sous la direction de Piaget et commenté par lui ; l’ouvrage de logique de Piaget, Essai de logique opératoire, 2e éd., Paris, Dunod, 1971, est utile pour l’intelligence de sa conception des structures logiques ; il ne l’est pas pour comprendre ce qu’est la logique formelle contemporaine.

36 Voir J. Bélanger, « Images et réalités du behaviorisme », in Philosophiques, vol. V, no 1, 1978, p. 3-110.

37 Voir F. B. Skinner, Verbal Behavior, New York, Appleton-Century-Crofts Inc., 1957.

38 K. Marx, Contribution à la critique de l’économie politique (1859), Paris, Éditions Sociales, 1978, p. 2-3.

39 Voir E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1967, conclusion.

40 Voir P. Berger et T. Luckmann, The Social Construction of Reality, New York, Doubleday, 1967, p. 5-6.

41 Voir A. Schutz, Der sinnhafte Aufbau der Sozialen Welt, Vienne, 1932.

42 How to do Things With Words, Oxford, Oxford University Press, 1955.

43 Cambridge, Cambridge University Press, 1969.

44 Voir D. Vanderveken, Les actes de discours, Liège-Bruxelles, Mardaga, 1988 et Meaning and Speech Acts, 2 vol., Cambridge, Cambridge University Press, 1990-1991.

45 Voir R. Brandom, Making it Explicit, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1994.

46 R. Brandom, « Quelques thèmes pragmatistes dans l’idéalisme de Hegel », Philosophiques, vol. 27, no 2, automne 2000, p. 231-261.

47 Ibid., p. 240.

48 Voir Y. Gingras et S. S. Schweber, « Constraints on Construction », Social Studies of Science, 16 (1986), p. 372-383.

49 Paris, Pandore, 1976.

50 Voir P. Ernest, Social Constructivism as a Philosophy of Mathematics, New York, University of New York Press, 1988.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10446/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540