Version classiqueVersion mobile

Le fédéralisme canadien contemporain

 | 
Alain-G. Gagnon

Les auteurs

Texte intégral

1 MARIE-JOIE BRADY
Candidate au doctorat à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa où elle prépare une thèse sur les représentations discursives des penseurs des accords du lac Meech et de Charlottetown et la conception du politique au Canada. Elle détient un diplôme de maîtrise du programme Theory, Culture and Politics de l’Université Trent, pour lequel elle a soutenu un mémoire intitulé : « Accommodating Difference : Canadian Liberal Discourse and the Politics of Linguistic Duality ». Elle est présentement boursière de la Fondation Trudeau.

2 MICHAEL BURGESS
Spécialiste du domaine des études fédérales et directeur du Center for Federal Studies à la Kent University, Canterbury, Angleterre, il y enseigne aux cycles supérieurs le fédéralisme comparé. Ses principaux intérêts de recherche sont le fédéralisme comparé, la politique constitutionnelle canadienne et l’Union européenne. Son plus récent livre, Comparative Federalism. Theory and Practice, a été publié par Routledge en 2006. Il a codirigé avec Hans Vollaard un recueil d’essais, State Territoriality and European Integration, dont la publication est prévue chez le même éditeur en 2006.

3 LINDA CARDINAL
Professeure titulaire à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa et titulaire d’une chaire de recherche de l’Université sur la francophonie et les politiques publiques. Elle est aussi Honorary Faculty Research Fellow au University College de Dublin, où elle a occupé la chaire Craig Dobbin en études canadiennes de 2002 à 2004. Elle a codirigé From Subjects to Citizens : A Hundred Years of Citizenship in Australia and Canada (Presses de l’Université d’Ottawa, 2004). Elle a aussi publié de nombreux articles sur le débat linguistique canadien et les rapports entre le droit et la politique.

4 JEAN-FRANÇOIS CARON
Candidat au doctorat en science politique à l’Université Laval, ses recherches portent principalement sur le fédéralisme et la pensée politique. Il a publié Le caractère moniste des identités nationales dans les fédérations multinationales : analyse du cas canadien en 2005 aux Presses de l’Institut du fédéralisme de Fribourg (Suisse). Sa thèse de doctorat porte sur les fondements philosophiques du fédéralisme américain et leurs implications sur la gestion de la diversité multinationale dans les fédérations canadienne et espagnole.

5 MARC CHEVRIER
Professeur au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal depuis 2002. Il y enseigne notamment la politique au Canada et au Québec, les systèmes politiques d’Europe occidentale et le fédéralisme contemporain. Il a publié plusieurs articles et études touchant à l’analyse politique du droit, au fédéralisme canadien et aux politiques linguistiques au Canada, ainsi qu’aux idées politiques au Québec. Il a également contribué à de nombreuses revues comme Argument, Liberté et L’Agora, et a publié un recueil d’essais politiques et philosophiques, Le temps de l’homme fini, chez Boréal en 2005.

6 JOSEPH FACAL
Présentement professeur invité à HEC Montréal, il détient un doctorat en sociologie de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV). Ses recherches portent principalement sur le modèle québécois de développement. De 1994 à 2003, il fut député à l’Assemblée nationale du Québec. Pendant cette période, il fut notamment président du Conseil du trésor, ministre d’État à l’Administration et à la Fonction publique, ministre des Relations avec les citoyens et de l’Immigration et ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes.

7 SARAH FORTIN
Directrice de recherche (politiques sociales) à l’Institut de recherche en politique publique (IRPP), où elle a notamment dirigé le projet Si je me souviens/As I Recall : regards sur l’histoire (1999) et codirigé l’ouvrage Forging the Canadian Union : SUFA and Beyond, en 2003. Elle détient une maîtrise en science politique de l’Université du Québec à Montréal ; son mémoire portait sur l’accord du lac Meech. Elle a suivi sa scolarité de doctorat en science politique à l’Université McGill.

8 ALAIN-G. GAGNON
Professeur titulaire au Département de science politique à l’Université du Québec à Montréal et titulaire de la chaire de recherche du Canada en Études québécoises et canadiennes (CREQC). Il est le coordonnateur du Groupe de recherche sur les sociétés plurinationales (GRSP) et directeur du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité au Québec (CRIDAQ). Parmi ses plus récentes publications, il compte : Québec : État et société, tome 2 (Québec Amérique, 2003) ; avec James Bickerton, Canadian Politics (4e éd., Broadview Press, 2004) ; avec Bernard Jouve, Les métropoles au défi de la diversité culturelle (Presses universitaires de Grenoble, 2006) ; avec Jacques Palard et Bernard Gagnon, Diversité et identités au Québec et dans les régions d’Europe (Presses de l’Université Laval-PIE, 2006).

9 DIMITRIOS KARMIS
Professeur agrégé à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa ; son enseignement et ses recherches se concentrent en théorie politique et en politique canadienne. Ses recherches portent plus spécifiquement sur les aspects normatifs des questions liées à la citoyenneté, à la politique de l’identité, au nationalisme, au fédéralisme, au multiculturalisme et à l’immigration. Il a notamment publié sur ces sujets dans Ethnic and Racial Studies, Politique et Sociétés et la Revue canadienne de science politique. Il a aussi publié en 2005 un ouvrage intitulé Theories of Federalism (ce dernier ouvrage est codirigé avec Wayne Norman) et il travaille présentement à un livre sur les théories normatives du fédéralisme et la diversité culturelle.

10 GUY LAFOREST
Professeur au département de science politique de l’Université Laval, Guy Laforest a été directeur de ce département de 1997 à 2000, et codirecteur de la Revue canadienne de science politique de 1993 à 1996. Il a été professeur invité à l’Université Pompeu Fabra de Barcelone et au Colorado College aux États-Unis. Il a récemment publié Pour la liberté d’une société distincte (Presses de l’Université Laval, 2004), il a enrichi et supervisé la version française de Débats sur la fondation du Canada (Presses de l’Université Laval, 2004), et codirigé avec Roger Gibbins Sortir de l’impasse. Les voies de la réconciliation (IRPP, 1998). Il est aussi l’auteur de Trudeau, la fin d’un rêve canadien (Septentrion, 1992).

11 ANDRÉE LAJOIE
Professeure à la faculté de droit de l’Université de Montréal, Andrée Lajoie est aussi membre du Centre de recherche en droit public dont elle a été directrice de 1976 à 1980. Axés d’abord sur le droit constitutionnel et administratif - appliqués à des champs variés traversant le domaine urbain, et celui de la santé et de l’enseignement supérieur-, ses travaux ont porté plus récemment sur la théorie du droit (pluralisme, herméneutique), induite notamment à partir de corpus de droit constitutionnel reliés entre autres au rôle du pouvoir judiciaire dans la production du droit et aux droits des minorités. Ses travaux actuels portent en particulier sur les droits ancestraux des Autochtones au Canada.

12 KENNETH MCROBERTS
Doyen du Collège universitaire Glendon de l’Université York, il s’est vu décerner un doctorat honorifique par l’Université Laval en septembre 2004. Il est notamment l’auteur de Quebec : Social Change and Political Crisis qui en est à sa troisième édition. En 1993, il a codirigé, avec Patrick J. Monahan, The Charlottetown Accord, the Referendum and the Future of Canada (University of Toronto Press). Il a également dirigé Beyond Quebec : Taking Stock of Canada (McGill-Queen’s University Press). Plus récemment, il a publié Misconceiving Canada : The Struggle for National Unity (Boréal, 1999, sous le titre Un pays à refaire : l’échec des politiques constitutionnelles canadiennes) ainsi que Catalonia : Nation Building Without a State (Oxford University Press, 2001).

13 ALAIN NOËL
Professeur titulaire au Département de science politique de l’Université de Montréal, ses recherches portent sur les politiques sociales et sur le fédéralisme en perspective comparée et, plus largement, sur la politique au Canada et au Québec. Parmi ses publications récentes, notons Labour Market Policy and Federalism : Comparing Different Governance and Employment Strategies (2004), Forging a Canadian Social Union : SUFA and Beyond (2003) et L’aide au conditionnel (2003). En 2001-2002, il était membre de la Commission sur le déséquilibre fiscal et, pendant l’année 2004-2005, professeur invité à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

14 MARTIN PAPILLON
Enseigne à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa ; ses champs d’intérêt en recherche se concentrent surtout autour de questions liées à la théorie et à l’évolution historique de la citoyenneté et du fédéralisme au Canada, aux enjeux entourant l’autonomie gouvernementale des peuples autochtones ainsi qu’aux politiques d’intégration des immigrants. Ses travaux plus récents ont été publiés dans la Revue internationale d’études canadiennes et Politics and Society.

15 BENOÎT PELLETIER
Benoît Pelletier est présentement ministre aux Affaires intergouvernementales canadiennes du Gouvernement du Québec et ministre responsable de l’Outaouais depuis avril 2000. Il est le député à l’Assemblée nationale du Québec de la circonscription de Chapleau depuis novembre 1998. Détenteur de deux doctorats en droit (Panthéon-Sorbonne et Aix-Marseille III) et membre du Barreau depuis 1982, il a enseigné le droit constitutionnel ainsi que le droit du travail et le droit administratif à l’Université d’Ottawa, où il a été doyen de la Faculté de droit de 1996 à 1998.

16 FRANÇOIS ROCHER
Professeur titulaire au Département de science politique à l’Université Carleton, il a écrit de nombreux articles et rédigé plusieurs chapitres d’ouvrages ayant pour thèmes le nationalisme québécois, le fédéralisme canadien et la Constitution, l’impact de l’intégration nord-américaine sur les relations intergouvernementales, l’identité canadienne et les politiques canadienne et québécoise de citoyenneté et d’immigration. Il a également été codirecteur de la Revue canadienne de science politique. Il est membre fondateur du Groupe de recherche sur les sociétés plurinationales (GRSP), membre du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité au Québec (CRIDAQ) et du Centre de recherche sur l’ethnicité, la citoyenneté et l’immigration (CRIEC).

17 MICHEL SEYMOUR
Professeur titulaire au Département de philosophie à l’Université de Montréal, Michel Seymour est spécialiste en philosophie anglo-américaine, et tout particulièrement la philosophie du langage et la philosophie politique. Il est le directeur de l’axe « Nation, nationalisme et diversité » au sein du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité au Canada (CRIDAQ). Il s’intéresse à la conception institutionnelle et communautaire du langage, à la théorie des droits collectifs et au nationalisme. Il a également publié Le pari de la démesure. L’intransigeance canadienne face au Québec (L’Hexagone, 2001), pour lequel il a obtenu le prix Richard-Arès, et La nation en question (L’Hexagone, 1999). Il a dirigé les recueils Une nation peut-elle se donner la constitution de son choix ? (Bellarmin, 1995), Nationalité, citoyenneté et solidarité (Liber, 1999) et États-nations, multinations et organisations supranationales (Liber, 2003).

18 LUC THÉRIAULT
Professeur de sociologie à l’Université du Nouveau-Brunswick (campus de Fredericton), il détient un doctorat de l’Université de Toronto et a enseigné pendant plusieurs années les politiques sociales à la University of Regina. Spécialisé dans l’étude du tiers secteur, il s’intéresse particulièrement aux interfaces entre l’État et les organismes de l’économie sociale fournisseurs de services sociaux et de santé.

19 LUC TURGEON
Candidat au doctorat à l’Université de Toronto, sa thèse porte sur le rôle du secteur volontaire et des pouvoirs locaux dans la gestion des problèmes socioéconomiques au Canada et en Grande-Bretagne. Ses travaux portent également sur la société civile, le nationalisme et les théories du fédéralisme et du constitutionnalisme. Il a publié des articles dans la Revue internationale d’études québécoises et le Journal of Commonwealth and Comparative Politics et dans différents ouvrages, dont Québec : État et société, tome 2 (Québec Amérique, 2003), Transnational Democracy in Critical and Comparative Perspectives (Ashgate, 2003) et The Conditions of Diversity in Multinational Democracies (IRPP, 2003).

20 YVES VAILLANCOURT
Professeur titulaire à l’École de travail social de l’UQAM, il est directeur du Laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques sociales (LAREPPS). Il est responsable scientifique de l’équipe de recherche en partenariat sur la thématique « Économie sociale, santé et bien-être » soutenue par le FQRSC pour les années 2004-2008. Il a fondé et dirigé la revue Nouvelles pratiques sociales de 1988 à 2003. Il est membre du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) et de l’Alliance de recherche universités-communautés (ARUC) en économie sociale. Il a publié de nombreux ouvrages, articles et documents sur les politiques sociales depuis les années 1970.

21 CATHERINE VALUÈRES-ROLAND
Diplômée à la maîtrise en science politique à l’Université Laval, elle s’est intéressée, dans le cadre de son mémoire, au concept d’Europe des régions et à la gouvernance à paliers multiples. Elle étudie à présent les problématiques reliées au fédéralisme multinational, à la sociologie de l’État plurinational et au comparativisme institutionnel fédéral.

22 JOSÉ WOEHRLING
Professeur à la faculté de droit de l’Université de Montréal, il se spécialise en droit constitutionnel, canadien et comparé, et dans la protection internationale des droits de la personne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles en droit constitutionnel, en droit international et en droit comparé, notamment d’un traité de droit constitutionnel en collaboration avec le professeur Jacques-Yvan Morin. José Woehrling est aussi membre du Groupe de recherche sur les sociétés plurinationales (GRSP) ainsi que directeur de l’axe « Droit, institutions et aménagement des rapports intercommunautaires » au sein du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité au Québec (CRIDAQ).

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search