Version classiqueVersion mobile

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 4. Médias indépendants : quelques expériences québécoises

12. La leçon de la fermeture du magazine Recto Verso

Anne-Marie Brunelle

Texte intégral

1En juillet 2004, le magazine indépendant Recto Verso fermait ses portes, mettant fin à 53 années de propriété collective d’un média sans but lucratif. La même semaine, le journal Allô Police disparaissait. Son éditeur Richard Desmarais estimait sa rentabilité insuffisante. Et puis, au coeur de l’été 2004, défrayant la manchette, la bataille du consortium Genex et du morning man Jeff Fillion pour la « liberté d’expression » à CHOI FM faisait rage à Québec.

2La fermeture abrupte du magazine, au beau milieu d’une campagne de financement (la vente des « actions solidaires, à rendement non financier mais démocratique garanti »), a dû décevoir des milliers de lecteurs et ses 600 sociétaires. L’impossibilité de gérer la dette au quotidien avait eu raison du magazine, même si, entre 2000 et 2004, l’équipe de Recto Verso avait ramené cette dette de 330 000 $ à 150 000 $. Aujourd’hui, il n’est plus temps de savoir ce qu’il aurait fallu dire ou faire pour surmonter l’interminable crise financière, mais de se demander quelles leçons tirer de cet échec collectif.

3Lancé en septembre 1997 pour succéder à la Vie ouvrière, Recto Verso était un bimestriel à grand tirage (85 000 exemplaires au Québec et au Canada) de grands reportages et d’information générale. Le magazine se qualifiait lui-même « de gauche ». Les membres de la Corporation Vie ouvrière, une société à but non lucratif, en étaient les propriétaires. Au Québec, Recto Verso restait une des dernières publications indépendantes parmi la multitude de médias appartenant à une poignée de millionnaires.

1. LES EFFETS PERVERS DE LA CONCENTRATION

4La concentration de la propriété des entreprises de presse atteint aujourd’hui un point où nous craignons pour la liberté d’information et d’expression artistique. Elle est la conséquence de la domination des milieux financiers sur les médias et de leur tendance à créer des situations de monopole profitables, au risque de bafouer le droit du public à l’information. Au point, écrivaient les membres du Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information au Québec, présidé par Mme Armande Saint-Jean, en janvier 2003, qu’on :

  • 1 Voir le tome 2 du rapport final du Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information (...)

[...] doit alors s’éloigner d’une conception classique et traditionnelle de la liberté de presse, qui remonte au XIXe siècle, et tendre vers une définition plus large qui rejoint le concept de liberté de l’information, laquelle non seulement garantit une autonomie et une liberté aux journalistes et aux médias mais assure aussi une libre circulation de l’information entre les citoyens et à travers les médias. L’une des avenues à considérer, mais non la seule, consisterait à consacrer le statut fondamental du droit du public à l’information, en l’insérant dans la section des libertés fondamentales de la charte québécoise au lieu de le conserver dans la section des droits économiques et sociaux où il a une portée beaucoup plus relative. Une telle disposition aurait pour effet de confirmer l’importance que l’État accorde à l’information mais poserait l’exigence d’aménager le type de recours dont les citoyens pourraient se prévaloir pour l’exercer1.

  • 2 Le Devoir, 3 novembre 2005.

5La concentration de la propriété des médias et ses effets se constatent de façon plus criante quand on s’éloigne des régions métropolitaines. Même à Québec, les syndicats de journalistes dénonçaient la montréalisation de l’information, en novembre 20052.

6Les artistes et les travailleurs de l’information, en majorité des pigistes sous-rémunérés, en paient le prix, ainsi que les citoyens. Les premiers vivent dans la précarité et dans la crainte des propriétaires et des annonceurs. Les citoyens, eux, derrière l’efflorescence des titres et la réplication des emballages, constatent la standardisation ou le tarissement des sources d’information et de création.

7On peut en accuser la désinvolture avec laquelle le gouvernement de Bouchard, puis Landry a permis et même favorisé, au début des années 2000, le rachat des quotidiens Unimédia par la famille Desmarais et l’acquisition de TVA-Vidéotron par la famille Péladeau. Seule la sortie publique virulente de Claude Ryan au congrès annuel de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), en 2000, avait provoqué la convocation de la Commission parlementaire sur la culture et les communications, à Québec en 2001. Malheureusement, les protestations des télés, radios et périodiques communautaires ou indépendants n’ont pas été entendues par la Commission. Cette commission n’a siégé que pour la forme et pour entériner la décision irrévocable du partenariat public-privé d’un nouveau genre entre Quebecor et l’État québécois. L’indifférence, l’ignorance feinte ou l’impuissance de nos gouvernants accroissent nos inquiétudes face à la diminution de l’espace collectif de liberté d’expression et d’opinion.

8En 1970, le rapport Davey recommandait « la mise sur pied d’une Caisse de prêts pour le développement des publications afin d’aider les nouveaux éditeurs sur le marché à parvenir à la rentabilité », afin « que la voix la plus forte d’une collectivité n’en devienne pas inévitablement la seule ». En 1981, la Commission Kent qualifiait le phénomène de la concentration de la propriété des médias de « monstrueux » : « la situation actuelle est tout à fait inacceptable dans une société démocratique. Le pouvoir, et un pouvoir qui n’a aucun compte à rendre, est concentré dans trop peu de mains », concluait le rapport de la Commission Kent. Or, la situation empire.

9En 2003, le Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information au Québec recommandait aussi la mise sur pied d’un fonds d’aide à la presse indépendante dont « un des mandats serait de contribuer au démarrage et au développement de médias écrits et électroniques en dehors des grands conglomérats financiers ». Voilà un autre rapport sur les tablettes, pour la théorie et l’édification des foules.

10Dans la pratique, le Fonds du Canada pour les magazines de Patrimoine Canada supprimait en 2003 sa petite subvention annuelle de 30 000 $ à Recto Verso. Sans oublier que les plus gros annonceurs du pays – les gouvernements du Québec et du Canada – favorisent exclusivement les conglomérats de presse par leurs achats de publicité et leurs subventions, suivis en cela par les commanditaires privés.

11En fait, les conditions financières sur le marché des médias en réservent l’accès aux entreprises jouissant de puissants appuis commerciaux. Le marché fait peu de cas de la démocratie. Au contraire, les riches propriétaires se servent de leur pouvoir financier pour assujettir les droits démocratiques des gens à leur influence. Les journalistes, les artistes et les simples citoyens ne s’y pliant pas sont rangés dans la catégorie des importuns, des anticonformistes ou des insoumis, voire des individus ou des groupes malfaisants.

12Voilà le règne de la pensée unique, avec, dans son cortège, le cynisme affiché à l’endroit de la politique, la perte de confiance des citoyens en leurs institutions démocratiques et le risque de désaffection de la population, surtout de la jeunesse, pour la conduite de la chose publique, laissée aux mains des puissants, seuls capables de faire entendre leur voix.

2. LA LEÇON À TIRER DE LA FERMETURE DE RECTO VERSO

13Revenons au magazine Recto Verso. Des commentateurs, plus ou moins éclairés, ont questionné le choix de son grand tirage (85 000 exemplaires), de sa distribution gratuite ou de son papier glacé ; critiqué le recours à des subventions ou encore le pari de vivre de la publicité pour un magazine de gauche au Québec. Plusieurs ont dit que sa fermeture était causée par la perte d’un financement annuel du Fonds du Canada des magazines en 2003.

14Cependant, cela est plus simple et plus complexe. Dans les trois ans ayant suivi son lancement (1997), Recto Verso a généré un déficit d’exploitation, comme la plupart des médias. Entre 2000 et 2004, la publication n’était plus déficitaire, mais elle manquait de liquidités, faute de capitaux de départ suffisants. La direction du magazine n’a jamais réussi à échelonner le remboursement de la dette cumulée, pour travailler dans des conditions financières viables.

15Et voici la véritable leçon à tirer de la fermeture de Recto Verso : l’enjeu de la capitalisation des médias indépendants. Certains médias choisissent, pour survivre, de miser sur le militantisme et le bénévolat de leurs collaborateurs, un petit tirage ou la diffusion seulement sur Internet, en attendant de faire mieux et faute de capitaux de départ suffisants. En effet, qui peut se permettre aujourd’hui d’attendre pendant des années qu’une radio, un journal ou un magazine atteigne le seuil de la rentabilité ? Les gros éditeurs ou diffuseurs. Quebecor a attendu plusieurs années que l’hebdomadaire montréalais Ici fasse ses frais avant de l’acquérir. Le conglomérat peut se le permettre. Mais pas un indépendant, sauf s’il est appuyé par les institutions financières, les gouvernements ou des commanditaires fidèles. Ce que de maigres capitaux et une faible diffusion permettent à des diffuseurs ou des éditeurs indépendants, combinés à un engagement militant, est contrebalancé par leur influence restreinte, sans comparaison avec l’ascendant exercé par les consortiums de presse.

16Est-ce le modèle d’information que privilégie la société québécoise ou canadienne ? La domination des marchés par des consortiums nationaux, au prix de la marginalisation, voire de la disparition, des autres voix ? La couverture extraordinaire, et injustifiée sur le strict plan de l’intérêt public, accordée à la une par le Journal de Montréal à l’émission de divertissement Star Académie, diffusée sur les ondes de TVA, est souvent utilisée comme l’exemple de la convergence des intérêts commerciaux entre ces deux entreprises de Quebecor. Une anecdote, dans le deuxième tome du rapport Saint-Jean, est révélatrice.

  • 3 Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information, op. cit.

Même si les journalistes en région affirment ne pas subir de pression de la part de leurs patrons, qu’ils soient dans la même ville qu’eux ou ailleurs, à Montréal ou à Québec, il reste que les effets se manifestent au plan de la promotion croisée. Lors du passage à Rimouski de l’émission Star Académie, produite par Julie Snyder et qui sera diffusée prochainement au réseau TVA, le chef de pupitre de Nord-Est, l’hebdomadaire local, propriété de Quebecor, s’est vu imposer de publier le communiqué au sujet de l’événement. Certes il s’agit d’un incident local, dont la portée n’a rien de catastrophique, mais il est révélateur d’une mentalité qui pourrait aisément se généraliser à l’échelle du Québec tout entier, vu les intérêts importants qui sont en jeu dans les médias3.

17Pouvons-nous sérieusement penser être à l’abri d’autres dérives du genre, sur d’autres sujets, plus importants ? Voulons-nous, ici comme aux États-Unis, d’une alliance entre un Rupert Murdoch et Fox News et un vat-en-guerre comme George Bush, faisant taire tous les dissidents sous un concert de mensonges éhontés, de vérités dissimulées et une campagne de terrorisme médiatique ? Est-ce cela que nous vivrons pendant les débats sensibles sur le système de soins ou le régime de retraite public ?

18Nous pouvons faire preuve de créativité et essayer d’échapper à l’influence indue des consortiums de presse, diffuser nos musiques et notre littérature ailleurs que sur leurs ondes ou dans leurs périodiques. Des artistes et des journalistes ont fait ce choix. Des lecteurs et des auditeurs font l’effort de s’informer et de nourrir leur culture ailleurs. Il y aura encore – c’est cyclique – de savants colloques sur les médias et la démocratie. On lira d’autres sondages sur la concentration de la presse. On entendra universitaires et intellectuels appeler au lancement de médias de masse de gauche comme il en existe dans la plupart des autres pays occidentaux. Mais, tant que n’auront pas été trouvées des solutions concrètes pour favoriser le démarrage et le développement de médias indépendants dans un marché trusté par la presse commerciale, les voix affranchies des grands groupes de presse continueront à se taire ou balbutieront sur des tribunes pour initiés seulement.

19Un pays est libre et démocratique quand sa presse l’est. La liberté de la presse, c’est la liberté de ses propriétaires. La liberté du citoyen, c’est la liberté de savoir pour décider. Ne serait-il pas temps de devenir collectivement propriétaires de notre presse ? D’exiger de nos gouvernants qu’ils mettent en place les conditions qui favorisent la liberté d’expression, et non celles qui permettent la mainmise des consortiums sur l’information et la création artistique ?

20 Recto Verso n’aura finalement pas tenu son pari. Mais son histoire est riche d’enseignements pour d’autres projets, plus nécessaires que jamais.

Notes

1 Voir le tome 2 du rapport final du Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information (janvier 2003). Les Effets de la concentration des médias au Québec : problématique, recherche et consultations, disponible sur : <www.mcc.gouv.qc.ca/publications/rapportst-jeantome_2.pdf>.

2 Le Devoir, 3 novembre 2005.

3 Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information, op. cit.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search