Version classiqueVersion mobile

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 4. Médias indépendants : quelques expériences québécoises

11. Évolution des enjeux de l’immigration à Montréal de 1970 à aujourd’hui : bilan et prospectives

Anna Maria Fiore

Texte intégral

1À Montréal, l’immigration est l’un des aspects importants de la transformation de la dynamique géosociale et politique. Radio Centre-Ville (RCV) a d’ailleurs été à la fois témoin et acteur de la transformation créée par l’immigration en raison de son engagement à refléter la diversité ethnoculturelle montréalaise, tant dans sa programmation que dans la composition de ses équipes de bénévoles. Trente ans après sa création, RCV se trouve, en quelque sorte, à un tournant de son histoire, à l’heure des bilans et de la réflexion sur ses orientations futures dans le souci de demeurer à l’avant-garde et de prendre en compte la nouvelle réalité ethnique de Montréal. Où en est le cosmopolitisme montréalais aujourd’hui ? Quels sont les enjeux et défis contemporains que l’immigration pose à la société montréalaise ? Quels défis posera-t-elle dans l’avenir ? Pour mieux répondre à ces questions nous retracerons l’évolution historique des enjeux de l’immigration à Montréal et présenterons quelques prévisions concernant l’avenir. Ce portrait historique, actuel et prospectif de la diversité montréalaise est directement en lien avec la réflexion de Radio Centre-Ville sur ses orientations futures et son rôle en matière de relations interculturelles.

1. LES DÉBUTS DE LA DIVERSIFICATION ETHNIQUE À MONTRÉAL DANS LES ANNÉES 1970 : ENJEUX POLITIQUES ET LINGUISTIQUES

2Montréal présente des caractéristiques spécifiques sur le plan de la diversité ethnoculturelle qui la distinguent d’autres grandes villes nord-américaines et canadiennes. Selon A. Germain (1997), Montréal serait au carrefour d’une société divisée entre les anglophones et les populations issues de l’immigration, d’une part, et, d’autre part, une majorité de francophones.

  • 1 Selon Linteau (1992 : 47), on observe le phénomène de la polarisation territoriale des anglophones (...)

3Cette division entre les anglophones et les immigrants d’un côté et les francophones de l’autre a fragmenté la géographie sociale de Montréal tout au long de son histoire. Dans l’île de Montréal, nous le verrons plus loin, elle se traduit par la concentration de la population anglophone, plus à l’aise économiquement, à l’ouest, et par la concentration de la population francophone, plus modeste, à l’est1. Encore aujourd’hui, cette division continue de jouer un rôle dans la fragmentation politique de l’île de Montréal. Elle mènera à la « défusion » de Montréal en janvier 2006, cinq ans seulement après la fusion des 29 municipalités de l’île de Montréal en une seule ville. Cette fragmentation a contribué à alimenter les controverses sur les questions relatives à l’immigration. Historiquement, ces controverses se résument à une question : à quel segment de la société l’immigrant s’intégrera-t-il, à l’anglophone ou au francophone ?

  • 2 Immigrant : personne née à l’étranger et ayant le statut d’immigrant reçu au Canada, ou l’ayant déj (...)

4C’est à Montréal que ces grands enjeux québécois en matière d’immigration se jouent puisque neuf immigrants2 sur dix s’y établissent. Ce qui constitue le plus haut taux de concentration de l’immigration dans une seule agglomération urbaine du Canada (Helly, 1996). L’importance de la concentration de la population immigrante à Montréal n’est pas une réalité récente. C’est pourquoi, soutient Linteau, « une histoire des groupes ethniques au Québec doit faire une place particulière à Montréal » (Linteau, 1992 : 23). L’ancienneté de la présence d’autres groupes que celui des francophones y est indéniable. Cependant, ce n’est qu’au lendemain de l’après-guerre que le cosmopolitisme montréalais prend de l’ampleur. En 1971, peu avant la fondation de Radio Centre-Ville, le Québec amorce une transformation importante de ses institutions politiques et de ses rapports avec les populations d’origine immigrante, dont Montréal a été l’épicentre. Comme société francophone minoritaire au sein du Canada et de l’Amérique du Nord, le Québec est alors en pleine période d’affirmation nationale. Portés par le souffle de la Révolution tranquille commencée dans les années 1960, les Canadiens français, devenus pendant cette période les Québécois, prennent de plus en plus le contrôle de leurs institutions politiques et des leviers de leur économie. Selon McNicoll (1998), c’est à partir de 1971 que les « paysages ethniques montréalais » se transforment. Plusieurs éléments politiques, démographiques et législatifs expliquent cette mutation.

  • 3 Personne dont la langue maternelle n’est pas une des deux langues officielles du Canada, soit le fr (...)

5Sur le plan politique, le contexte de sélection et d’établissement de l’immigration évolue au Québec. Si l’immigration était auparavant un domaine de compétence exclusivement fédérale, elle devient un enjeu de plus en plus important pour la majorité francophone. Selon Pinsonneault (2005), l’un des facteurs explicatifs de l’intérêt pour ce domaine des gouvernements du Québec qui se sont succédé de la fin des années i960 jusqu’à aujourd’hui est le déclin démographique important des francophones. À partir de 1970, cela amène le gouvernement du Québec à adopter une série de mesures visant le maintien et le redressement de sa population francophone. Tour à tour, une série de législations sur la langue à l’école, au travail et dans l’affichage changent la donne sur le plan des pratiques et des symboles (Manzagol et Bryant, 1998). Le français devient la langue officielle de travail. Les enfants des immigrants doivent fréquenter l’école française. Dans les commerces et les entreprises, l’affichage extérieur et interne doit aussi se faire en français. Ces législations ont un impact tangible et permettent une visibilité accrue du français dans l’espace public montréalais qui regroupe, comme nous l’avons vu, la majorité des populations allophones3. Dans la foulée, le Québec amorce la récupération d’un ensemble de compétences et de pouvoirs dans le domaine de l’immigration. À partir de 1971, avec le gouvernement du Parti libéral du Québec, dirigé par Robert Bourassa, le Québec va se mettre à exercer un contrôle de plus en plus grand sur l’immigration s’établissant sur son territoire tant en amont du processus, sur le plan de la sélection des immigrants, qu’en aval du processus, sur le plan des conditions de leur établissement. Québec acquiert ces nouvelles compétences au fil d’ententes successives conclues avec le gouvernement fédéral, qui dispose jusque-là de compétences exclusives en la matière. Ce processus s’amorce en 1971, avec l’Entente Cloutier-Lang et connaîtra son aboutissement avec l’Entente Couture-Cullen en 1978 (Gouvernement du Québec, 1990).

6Deux autres facteurs entraînent la transformation du « paysage ethnique montréalais ». Tout d’abord, l’exode d’une partie du groupe anglophone vers d’autres provinces canadiennes. Selon Linteau (1992 :446), cet exode a commencé après la Seconde Guerre mondiale. Il se poursuit dans les années 1960 avec le déplacement du centre de l’activité économique vers Toronto et prend de l’ampleur avec l’élection du Parti québécois en 1976. Le second facteur de cette mutation du paysage ethnique de Montréal est le départ, au fil des ans, des francophones qui quittent Pile de Montréal en direction de la banlieue. Ces pertes de population et l’afflux de nouveaux immigrants issus de groupes européens, notamment italien, juif, grec et portugais, transforment Montréal. Une modification notable des proportions des groupes de populations d’origine française, britannique et autre se produit. La population des groupes britannique et francophone diminue considérablement sur l’île de Montréal, tandis que celle des groupes d’autres origines augmente. Ainsi, la proportion des personnes d’origine française passe d’environ 64 % de la population de l’île en 1951 à 59 % en 1971. Pendant la même période, celle de personnes d’origine britannique passe de 22 à 17 % tandis que la proportion des personnes d’autres origines grimpe de 15 à environ 24 % de la population de l’île (Linteau P.-A., 1982). Comme nous l’avons mentionné, une part importante des personnes d’autres origines ethniques que française ou britannique est européenne et allophone (Voir l’annexe 11.1 : tableaux A.11.1, A.11.2 et A.11.3). Ainsi pendant cette période, les enjeux sociaux liés à l’immigration se polarisent souvent autour des questions linguistiques. En effet, une part importante des immigrants allophones ayant dans le passé adopté l’anglais comme langue de travail résiste aux mesures linguistiques adoptées par le gouvernement du Québec. L’épisode le plus marquant de cette résistance a sans doute été la crise de Saint-Léonard, qui à partir de 1967 oppose au sein de la Commission des écoles catholiques de Montréal (CÉCM) des parents d’origine italienne et des parents d’origine française sur la question de la langue d’enseignement de leurs enfants.

  • 4 Jusqu’en 1967, la politique canadienne d’immigration excluait certains groupes de population, jugés (...)

7La Loi de l’immigration de 1967 constitue un dernier facteur, partagé cette fois avec les autres grandes métropoles canadiennes, ayant contribué à changer la géographie sociale de Montréal (Ley et Germain, 2000). Cette loi va lever les barrières discriminatoires existant jusque-là dans le mécanisme de sélection de l’immigration4 et ouvrir les portes du Canada à l’immigration non européenne (Ledoyen, 1992). À partir des années 1970, cela se traduit par l’arrivée à Montréal d’une immigration plus diversifiée constituée par les groupes haïtien, vietnamien, chilien et libanais fuyant les conflits armés ou la répression qui sévissent dans leurs pays d’origine.

2. LE COSMOPOLITISME MONTRÉALAIS DES ANNÉES 1980 ET 1990 : ENJEUX ÉCONOMIQUES ET RACISME

8Ces deux décennies sont également marquées par de multiples transformations du cosmopolitisme montréalais. Celles-ci découlent de l’interrelation de facteurs économiques, sociaux et politiques intervenant à la fois sur le plan national, international et local.

  • 5 Selon Helly (1996), le terme « communauté culturelle » n’est défini nulle part. Toutefois, il désig (...)
  • 6 Le Québec dispose de compétences en matière de sélection et d’accueil des immigrants depuis 1965.

9Sur le plan national, l’État québécois opère en début de période une certaine réorientation de ses stratégies en matière d’immigration. Selon Helly (1996 : 33), les résultats négatifs du référendum sur la souveraineté de 1980 amènent le Parti québécois alors au pouvoir à vouloir étendre son influence tant auprès des immigrants que des communautés culturelles5. Pour ce faire, il reconnaît l’égalité culturelle entre les différentes communautés culturelles tout en souhaitant favoriser par ses politiques une « convergence culturelle autour d’un pôle majoritaire, “la culture française” » (Helly, ibid. : 34). Concrètement, cette volonté se traduit par l’élargissement de la mission du ministère de l’Immigration qui devient, en 1981, le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles. Dès cette année-là, celui-ci voit étendre ses compétences en matière de sélection des immigrants qui désirent s’installer au Québec, en ce qui a trait à l’accueil de l’immigration6, mais aussi en matière de soutien et de développement de la spécificité des communautés culturelles.

  • 7 La vision communautariste prône la reconnaissance des droits des communautés au sein d’une société. (...)

10Pour leur part, les années 1990 sont marquées par l’adoption de L’Énoncé de politique en matière d’immigration et d’intégration (Gouvernement du Québec, 1990). Cet énoncé, adopté par un gouvernement libéral après une vaste consultation publique, est le premier document élaboré par une province canadienne en vue de préciser les objectifs du gouvernement du Québec en matière d’immigration et d’intégration. Selon Helly (ibid.), dans cet énoncé, le « communautarisme » caractéristique des interventions du gouvernement du Québec au début des années 1980 est mis de côté au profit d’une approche plutôt « universaliste » qui prône la défense des droits de la personne7. L’immigration y est aussi présentée de manière instrumentale comme un levier devant assurer le renforcement de l’État québécois. Dans cette perspective, elle vise à redresser la démographie déclinante du Québec, ou encore, à assurer sa prospérité économique par l’apport d’une immigration sélectionnée pour ses compétences techniques et professionnelles ou pour sa contribution économique. Toujours selon cet énoncé, l’immigration est également un levier permettant de renforcer la pérennité du fait français. L’immigrant idéal doit donc avoir une connaissance préalable du français. Finalement, l’immigration est considérée comme un moyen de renforcer la société québécoise par des apports culturels nouveaux et pour faire connaître le Québec à l’étranger.

11Sur le plan économique, les années 1980-1990 sont marquées par un ralentissement économique et par le retrait partiel de l’État-providence de plusieurs sphères de la vie publique, notamment celle relative à la gestion de la diversité ethnoculturelle. Conséquemment, de nouveaux acteurs sociaux entrent en scène dans ce domaine, comme les organisationss communautaires et les municipalités. Les groupes communautaires prennent, en quelque sorte, le relais de l’État sans disposer de tous les moyens nécessaires pour réaliser pleinement leur tâche.

12Pendant cette période, les municipalités, surtout celles de la région de Montréal, développent des services d’accueil et des programmes d’insertion sociale et économique destinés aux immigrants, ainsi que, dans certains cas, des politiques interculturelles. À titre d’exemple, la Ville (aujourd’hui l’arrondissement) de Saint-Laurent adopte une politique dont les objectifs sont : 1) d’adopter la règle de l’accommodement raisonnable ; 2) de faciliter l’adaptation des divers groupes culturels ; 3) de favoriser le rapprochement interculturel ; et 4) de développer le partenariat. En 2001, cette politique a d’ailleurs obtenu un prix d’excellence de la Fondation canadienne des relations raciales.

13De leur côté, les organismes communautaires prennent un essor particulier et offrent à moindre coût des services d’insertion linguistique et économique aux populations immigrantes. Si, pendant les années 1960 et 1970, les organismes monoethniques desservant une seule communauté sont prédominants, dans les années 1980 et 1990 les organismes multiethniques, desservant un territoire particulier (quartier ou arrondissement) et des personnes de plusieurs groupes ethniques à la fois, les remplacent. Ces derniers reçoivent d’ailleurs la majeure partie des subsides des gouvernements fédéral et provincial.

14Par ailleurs, l’évolution du contexte international amène aussi une modification des mouvements migratoires qui a une incidence directe sur la nature de l’immigration. Comme nous l’avons vu, après la Seconde Guerre mondiale, le principal continent source d’immigration au Québec est l’Europe, surtout méridionale. Pendant les années 1980-1990, les pays sources d’immigration se diversifient considérablement en raison de la multiplication des conflits et des guerres liés, entre autres, au processus de décolonisation du continent africain, aux guerres sévissant en Asie et au Moyen-Orient ainsi qu’aux tensions politiques et guerres civiles affectant les pays d’Amérique latine et les pays de l’ex-URSS.

  • 8 En 1971, ces 15 pays sont l’Italie, le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, la Grèce, la Pologne (...)
  • 9 En 1991, ces pays sont l’Italie, la France, Haïti, les États-Unis, le Liban, la Grèce, le Royaune-U (...)

15Ainsi en 1971, si les 15 principaux pays8 de naissance des immigrants de Montréal représentaient environ 81 % de l’ensemble des immigrants, ils ne représentaient plus que 65 % de l’immigration en 19919 (Helly, 1996 : 53).

  • 10 Minorité visible : la Loi fédérale sur l’équité en matière d’emploi définit les minorités visibles (...)

16Pendant cette période, le flux d’immigration originaire de l’Europe se tarit graduellement au profit de flux en provenance des Caraïbes, du Moyen-Orient, du Maghreb et de l’Asie. Cette diversification des pays d’origine a comme corollaire une diversification des confessions religieuses, une croissance des groupes des minorités visibles10 et une augmentation de la proportion de personnes de langues maternelles tierces (Voir annexe 11.1 : tableaux A.11.4 et A.11.5).

  • 11 L’accommodement raisonnable est une mesure administrative destinée à contrer la discrimination de c (...)
  • 12 Nouvel An juif, célébré au mois d’octobre.
  • 13 Les musulmans doivent prier cinq fois par jour.

17Nous avons vu que dans les années 1970, les enjeux sociétaux soulevés par l’immigration sont centrés sur les questions linguistiques. Par contre, dans les années 1980 et 1990, de nouvelles problématiques émergent, liées à la discrimination et au racisme mais aussi au fait que nombre d’écoles et d’employeurs font face à de nouvelles demandes d’accommodement raisonnable11 relatives à des questions religieuses. Par exemple, les employés juifs peuvent demander des congés, en dehors de ceux prévus dans le calendrier de travail régulier, pour célébrer le Roch Hachana12 ou encore des étudiants musulmans peuvent demander à leur université un espace où ils peuvent faire leur prière13.

  • 14 Anthony Griffin est un jeune Antillais anglophone qui a perdu la vie le 11 novembre 1987, par suite (...)

18Pendant cette période, les tensions sociales liées à la discrimination et au racisme interpellent Fopinion publique. Ces tensions prennent plusieurs formes. Tout d’abord, les relations entre les policiers et les minorités soulèvent des questionnements de fond sur les relations entre la police et les minorités ethniques (Marleau, 1980 ; Lamfalussy, 1981 ; Chérif, 1984). En 1987, l’affaire Anthony Griffin14 donne même lieu à une vaste enquête publique de la Commission des droits de la personne du Québec portant sur les différents corps policiers de la région métropolitaine de Montréal. La Commission a alors conclu que les corps policiers devaient revoir leur approche auprès des groupes ethnoculturels. D’autres indicateurs témoignent de problèmes dus au racisme, entre autres la surreprésentation des enfants issus des minorités, notamment noires, dans les centres d’accueil ; le taux d’incarcération plus élevé de ces mêmes minorités et les tensions raciales dans les prisons et les pénitenciers (Douyon et al., 1988 ; Helly, 1996).

19Les pratiques discriminatoires touchent également le milieu du travail. Au début des années 1980, la « crise du taxi », qui oppose les chauffeurs de taxi, principalement d’origine haïtienne, et l’industrie du taxi, a fait couler beaucoup d’encre. En 1983, à l’issue d’une enquête, la Commission des droits de la personne conclut à l’existence de pratiques discriminatoires tant dans l’industrie du taxi que du côté de la clientèle (CDP-Rochon, Perras et Lescop, 1984a ; 1984b). Plusieurs études montrent aussi que, pendant cette période, les immigrants récents, particulièrement ceux appartenant à des groupes racialisés (antillais, latino-américains, indochinois et indopakistanais), connaissent des difficultés d’insertion socio-économique et vivent de la discrimination en milieu de travail (Ledoyen, 1992 ; Piché, Larose et Labelle, 1983).

  • 15 Ces programmes de discrimination positive ont d’abord été mis en oeuvre aux États-Unis pour corrige (...)

20Par ailleurs, les minorités sont également sous-représentées dans la fonction publique des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral). Pour tenter de remédier à cette situation, ces gouvernements mettent en œuvre des programmes d’accès à l’égalité en emploi vers la fin des années 1980. Il s’agit de corriger la sous-représentation de ces groupes ethnoculturels par la mise en place de mesures de discrimination positive15. Ces programmes sont implantés avec un succès variable, entre autres dans plusieurs municipalités de l’île de Montréal, à la Communauté urbaine de Montréal, à la Société de transport de Montréal et au sein des gouvernements du Québec et du Canada.

21Les groupes ethnoculturels éprouvent aussi des problèmes dans le secteur des communications, en particulier dans le domaine de la télévision, de la radio, de la presse écrite et de la publicité. L’un de ces problèmes est le manque de visibilité des minorités dans les médias aussi bien à l’écran que derrière l’écran. Les professionnels de médias, particulièrement des médias francophones, entre autres les journalistes, sont en très grande majorité issus de la population canadienne-française. Très peu d’entre eux font partie des groupes minoritaires racialisés. En 1970, l’une des mesures visant à changer cet état de choses est mise en œuvre par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). Cette activité qui porte le nom d’Opération Nouveaux Visages entend favoriser le recrutement des journalistes des minorités visibles dans les médias francophones (FPJQ, 1990). La seconde problématique relevée à cette époque dans le domaine des communications est relative à une couverture médiatique qui contribue à renforcer les stéréotypes sur les communautés ethnoculturelles au sein de la population du Québec (CRARR, 1986 ; Antonius, 1986).

  • 16 Voile porté par certaines femmes de confession musulmane.

22Dans le domaine de l’éducation, la croissance de l’effectif des minorités ethniques dans les écoles francophones est remarquable depuis l’entrée en vigueur de la Charte de la langue française en 1977. Pour l’année 1992-1993, un tiers des écoles francophones compte une majorité d’élèves des minorités ethniques (Helly, 1996). Cette concentration accrue des minorités dans les écoles cause certaines tensions sociales, surtout dans les écoles secondaires, bien que dans l’ensemble les relations entre les élèves de diverses origines soient relativement bonnes. Les problématiques touchant les écoles sont liées aux préoccupations linguistiques, à la discrimination raciale et aux divergences dues à la diversification des confessions religieuses. La question du statut des confessions non catholiques et protestantes, notamment celles concernant la confession musulmane, occasionne une première controverse importante à cette époque. En 1994, l’expulsion de l’école Louis-Riel d’une adolescente portant le hidjab16 déclenche un débat de société (Commission des droits de la personne du Québec, 1995) et une réflexion concernant les droits des minorités religieuses sur un ensemble de sujets comme les congés religieux, le port de symboles religieux, les lieux de prière, etc. Ces questions, nous le verrons plus loin, restent encore d’actualité aujourd’hui.

3. LE MONTRÉAL ETHNIQUE DES ANNÉES 2000 : CONSTATS ET PERSPECTIVES D’AVENIR

  • 17 Région métropolitaine de recensement de Montréal (RMR) : territoire composé des municipalités de l’ (...)

23En 2001, Montréal est la troisième région métropolitaine d’accueil de l’immigration au Canada, après Toronto et Vancouver. Comme dans les périodes dont nous avons parlé précédemment, neuf immigrants sur dix arrivant au Québec s’établissent dans le Grand Montréal (RMR)17. Les immigrants représentent environ 18 % de la population de la région de Montréal en 2001, contre 8 % de la population de l’ensemble de la province.

  • En 2001, la RMR de Montréal compte 621 900 immigrants.

    • 18 Ce nombre exclut les personnes résidant dans un établissement.

    Selon le recensement de 2001, le territoire de l’île de Montréal (soit celui de la Ville de Montréal au moment de la fusion) compte le plus grand nombre d’immigrants, soit 492 235 immigrants18 pour une population totale de 1812 723 habitants.

  • Sur l’île de Montréal, un peu plus d’un résident sur quatre est immigrant (28 %).

  • Ces immigrants proviennent d’environ 200 pays.

  • Dans son ensemble, la population immigrante est encore majoritairement originaire du continent européen.

    • 19 Principaux pays en 2001 : le Liban, le Vietnam, la République populaire de Chine, les Philippines, (...)

    Toutefois, entre 1991 et 2001, cette réalité est changeante alors que l’immigration en provenance d’Asie (y compris le Moyen-Orient)19 domine largement celle en provenance des continents africain, américain et européen.

24La moitié de la population immigrante de l’île de Montréal appartient au groupe des minorités visibles. Parmi ces minorités, le groupe afro-antillais est le plus important, et l’un des pays d’origine majeurs est Haïti. Près de la moitié des immigrants connaissent à la fois le français et l’anglais, langue qu’ils parlent à la maison en conjonction avec d’autres langues. Quoique la religion catholique romaine demeure majoritaire surtout chez les non-immigrants, la proportion de personnes d’autres religions comme l’islam, le bouddhisme et l’hindouisme a augmenté au fil des ans, surtout chez les immigrants (Voir l’annexe 11.1 : tableau A.11.6).

25Avec les années, la situation économique des populations immigrantes s’est détériorée. Si avant 1991 le taux de chômage de la population immigrante est inférieur à celui de la population non immigrante, il est maintenant près de deux fois plus important chez la population immigrante tant chez les hommes (13 % contre 8 %) que chez les femmes (14 % contre 7 %). Le revenu moyen de la population immigrante est moins élevé que celui des non-immigrants avec un écart d’environ 15 % (INRS-UCS, 2004).

26Plusieurs des caractéristiques de la diversité ethnoculturelle montréalaise sont comparables à celles observables dans les villes de Vancouver et Toronto (hausse de la proportion d’immigrants des continents asiatique et africain, augmentation des obstacles à l’intégration socio-économique, etc.). Toutefois, cette diversité est à certains égards « distincte » en partie en raison, comme nous l’avons vu, des critères spécifiques de sélection du gouvernement du Québec en matière d’immigration favorisant les immigrants ayant une connaissance du français, mais aussi en raison de l’impact de la Charte de la langue française qui rend obligatoire la fréquentation de l’école française par les enfants des immigrants. Le profil de l’immigration est donc assez différent de celui observé à Vancouver ou à Toronto, car il comprend une part importante de personnes ayant une connaissance du français et qui sont originaires d’Afrique et des Antilles.

  • 20 Mentionnons que ces dernières années la situation s’est détériorée à cause de la crise du logement (...)

27La concentration relative de l’immigration sur l’île de Montréal, surtout dans les quartiers centraux, est un autre élément de sa spécificité. À l’inverse de la situation observée à Vancouver et à Toronto où les nouveaux immigrants s’établissent de manière significative en périphérie des villes-centres, dans la région de Montréal, l’immigration, surtout la plus récente, reste assez concentrée sur l’île de Montréal (Leloup et Ferreira, 2005 : 30). En outre, on trouve à Montréal moins de quartiers « monoethniques » que dans d’autres villes canadiennes en raison de la diversification croissante de l’immigration internationale depuis les 25 dernières années et d’un marché du logement relativement fluide20 pour les nouveaux arrivants (Ray, 1998). Plusieurs quartiers montréalais sont plutôt multiethniques :

Des quartiers réputés il n’y a pas si longtemps pour être le territoire privilégié d’une communauté ethnique donnée, comme le « quartier grec de Parc Extension », abritent aujourd’hui une diversité impressionnante de communautés culturelles. (Germain et al, 1995 :15)

28Sur le plan géosocial, l’île de Montréal présente encore un certain clivage est/ouest, avec une population plus riche et plutôt anglophone à l’ouest et une population plutôt francophone dont les revenus sont plus modestes à l’est. Cependant, les populations issues de l’immigration se répartissent dans l’ensemble de l’île. D’où une variété de modèles d’insertion urbaine de l’immigration couvrant un éventail de statuts économiques, des plus pauvres aux plus aisés (Germain, 1998 ; Charbonneau et Germain, 1998). Les populations issues de l’immigration, plutôt que de se répartir par quartiers ne présentant qu’un seul groupe, s’organisent en voisinages pluriethniques (Renaud et al., 1997). Sur le plan qualitatif, la cohabitation interethnique dans la région de Montréal se révèle de manière générale assez pacifique quoique distante (Germain et al., ibid.).

29Malgré ce climat social somme toute assez convivial, il convient de prendre en considération certains indicateurs de tensions intercommunautaires ainsi que la persistance d’obstacles systémiques à l’insertion sociale et économique des communautés ethnoculturelles à Montréal, tels :

    • 21 Voir à cet effet les articles de Nathalie Petrowski, Louise Cousineau, Louise Leduc, Marc Cassivi e (...)

    Certains incidents à caractère raciste et discriminatoire dans les écoles, les parcs et les médias. Par exemple, l’affaire « Doc Mailloux », ce psychiatre ayant proféré des propos offensants à l’égard des minorités sikh et africaine, entre autres, sur les ondes télé de Radio-Canada (septembre 2005), soulève des questions cruciales sur le rôle des médias dans le renforcement des stéréotypes et du racisme21 ;

  • Un déficit de participation des communautés ethnoculturelles dans les instances de concertation locales comme les tables de concertation intersectorielles de quartier (Germain et Sweeney, 2002) ;

  • Une faible représentation de ces groupes dans la fonction publique provinciale et municipale (CIM, 2005).

  • 22 Poignard symbolique porté par les personnes de sexe masculin de confession sikh, une confession rel (...)

30Plus spécifiquement, la situation socioéconomique plus difficile des minorités visibles est toujours préoccupante. Autre problématique qui a pris une acuité plus grande depuis les événements du 11 septembre 2001, la recrudescence de la discrimination à l’égard des groupes arabophones et musulmans. Avec l’augmentation du nombre de personnes de confessions religieuses autres que chrétienne, les questions liées aux mesures d’accommodement raisonnable, évoquées plus haut, se généralisent à l’ensemble des institutions publiques (municipalités, gouvernements fédéral et provincial, tribunaux). Quelle place les institutions publiques devraient-elles accorder aux pratiques religieuses, chrétienne ou autres ? Quelles politiques adopter en ce qui a trait à l’aménagement de lieux de culte dans les quartiers ? Devrait-on aménager des lieux de prière dans les universités ? Peut-on permettre le port du kirpan22 à l’école primaire ? Les tribunaux islamiques pourraient-ils prendre la place des tribunaux prévus par la législation pour régler les différents familiaux ? Ces questionnements nous amèneront très certainement à réfléchir sur les meilleures pratiques à adopter pour concilier le respect de la différence, la liberté de culte et le respect des valeurs et des institutions démocratiques.

  • 23 Un réfugié au sens de la Convention de Genève est une personne qui, du fait de sa race, de sa natio (...)

31De 1970 à 2001, le cosmopolitisme montréalais s’est passablement transformé. À l’heure de la mondialisation, le profil de l’immigration montréalaise s’est beaucoup diversifié. Il comporte une proportion importante de personnes scolarisées et de travailleurs spécialisés ayant une connaissance du français, mais qui éprouvent pourtant des difficultés à s’intégrer au marché du travail. Il comprend aussi des immigrants plus vulnérables sur le plan économique que le Canada accueille en vertu des conventions internationales relatives aux personnes réfugiées23 ou pour faciliter la réunification familiale.

32L’immigration actuelle se distingue ainsi de l’immigration d’il y a trente ans par la diversité des continents d’origine, des langues maternelles et des confessions religieuses des immigrants qui s’installent à Montréal. En sus des anciennes problématiques de discrimination pour des motifs fondés sur l’origine ethnique et la couleur de la peau, de nouvelles problématiques émergent, liées à l’appartenance religieuse.

  • 24 Ces projections sont obtenues par un modèle de microsimulation qui nécessite la projection simultan (...)

33Un nouvel équilibre social doit être recherché par les Montréalais pour accommoder les différences de sa population, tout en assurant le respect des droits fondamentaux et l’équité pour tous sur le plan des services et de la représentation dans les différents paliers de gouvernement, notamment dans les municipalités et au gouvernement provincial. Ces problématiques demeurent encore d’actualité près de vingt ans après l’adoption de mesures, programmes et politiques à cet effet. Il faudra trouver des solutions créatives car il semble que la diversification de la population montréalaise augmentera certainement dans l’avenir. Les projections sur les groupes de populations de Statistique Canada24 (Bélanger, Caron Malenfant et al., 2005) indiquent en effet que la population des immigrants dans l’agglomération montréalaise passerait de 644 900 en 2001 à 845 300 personnes en 2017. Pour la même période, la croissance du nombre de personnes allophones serait du même ordre tandis que le nombre de personnes des minorités visibles passerait de 453 700 à 748 600. Les groupes de minorités les plus importants seraient les Afro-Caraïbéens (27 %) et les Arabes (19 %), contrairement aux prévisions s’appliquant à Toronto et Vancouver où les Chinois et les Sud-Asiatiques prédomineraient. Par ailleurs, les projections montréalaises indiquent que le nombre de personnes de confessions non chrétiennes augmenterait considérablement, passant de 262 400 en 2001 à 404 800 en 2017. Ces prévisions nous permettent de formuler l’hypothèse selon laquelle la somme des auditeurs et producteurs issus des groupes ethnoculturels qui se cristallisent autour de Radio Centre-Ville augmentera dans les prochaines années. RCV aura donc sans doute un rôle important à jouer dans le futur pour maintenir un dialogue entre les groupes de populations qui constitueront le Montréal de demain.

ANNEXE 11.1

TABLEAU A.11.1. Répartition des groupes ethniques à Montréal et sur l’île de Montréal en 1951

TABLEAU A.11.1. Répartition des groupes ethniques à Montréal et sur l’île de Montréal en 1951

(*) Origine ethnique : groupe ethnique ou culturel auquel les ancêtres d’une personne appartenaient Il est à noter qu’une personne peut déclarer une ou plusieurs origines ethniques. Cette variable ne peut être comparée qu’entre 1951 et 1971. À partir de 1981, cette variable a changé de définition d’un recensement canadien à l’autre.
Source : Recensement du Canada : P. A. Linteau. « La montée du cosmopolitisme montréalais », Question de culture, 1982.

TABLEAU A.11.2. Répartition des groupes ethniques à Montréal et sur l’île de Montréal en 1971

TABLEAU A.11.2. Répartition des groupes ethniques à Montréal et sur l’île de Montréal en 1971

Source : Recensement du Canada : P. A. Linteau. « La montée du cosmopolitisme montréalais ». Question de culture, 1982.

TABLEAU A.11.3. Population immigrée allophone selon la connaissance des langues officielles RMR de Montréal, 1971 à 2001

TABLEAU A.11.3. Population immigrée allophone selon la connaissance des langues officielles RMR de Montréal, 1971 à 2001

Source : Recensements du Canada, 1971, 1981, 1991, 2001 : Marmen L. etJ.-P. Corbeil. Les langues au Canada, Recensement de 2001,2004, p. 96.

TABLEAU A.11.4. Pourcentage de la population connaissant une langue tierce, selon la langue maternelle, Ile de Montréal, 1991

TABLEAU A.11.4. Pourcentage de la population connaissant une langue tierce, selon la langue maternelle, Ile de Montréal, 1991

(*) Langue maternelle : première langue apprise à la maison dans l’enfance et encore comprise par le recensé au moment du recensement.
Source : Recensement canadien de 1991 ; Office québécois de la langue française. Les caractéristiques linguistiques de la population du Québec : profil et tendance 1981-2001.

TABLEAU A.11.5. Pourcentage de la population connaissant une langue tierce, selon la langue maternelle, île de Montréal, 2001

TABLEAU A.11.5. Pourcentage de la population connaissant une langue tierce, selon la langue maternelle, île de Montréal, 2001

(*) Langue maternelle : première langue apprise à la maison dans l’enfance et encore comprise par le recensé au moment du recensement.
Source : Recensement canadien de 1991 ; Office québécois de la langue française. Les caractéristiques linguistiques de la population du Québec : profil et tendance 1981-2001.

TABLEAU A.11.6. Principales religions des populations immigrante et non immigrante, île de Montréal 2001

Religion

Immigrants

Non-immigrants

 %

 %

Catholique romaine

42,4

73,8

Protestante

10,4

7,0

Orthodoxe

7,3

1,7

Autres chrétiens

2,8

1,1

Musulmane

12,4

1,5

Juive

5,5

4,4

Bouddhiste

4,6

0,6

Hindoue

3,1

0,5

Sikh

1,0

0,1

Autres spiritualités

0,0

0,1

Aucune religion

10,5

9,3

Source : Recensement canadien 2001, Compilation spéciale. Direction des affaires interculturelles de la Ville de Montréal, INRS-UCS. Portrait des populations immigrante et non immigrante, 2001.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Antonius, Rachad (1986). « L’information internationale et les groupes ethniques : le cas des Arabes », p. 115-130, dans Études ethniques du Canada, vol. XVIII, no 2.

Bélanger, Alain, Éric Caron-Malenfant et al. (2005). Projections de la population des groupes de minorités visibles, Canada, province et régions 2001-2017, Ottawa, Division de la démographie, Statistique Canada, no 91-541-X1F au catalogue.

Bilge, Sirma (2004). Communalisations ethniques post-migratoires : le cas des « Turcs » de Montréal, Paris, Presses universitaires de Paris III-Sorbonne nouvelle, coll. « Centre d’études canadiennes », 650 p.

Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR) (1986). Mémoire présenté au Colloque sur les médias au Québec : un monde « tricoté serré », Montréal, CRARR.

Chérif, Mohamed S. (1984). And Justice for All: A Report on the Relations Between the MUC Police and Visible Minorities in Montreal, Montréal, Centre de recherche-action sur les relations raciales, 463 p.

Conseil interculturel de Montréal (CIM) (2005). Pour passer du discours à l’action, Rapport synthèse des comités du Conseil interculturel de Montréal, Montréal, Ville de Montréal.

Commission des droits de la personne du Québec (1984a). Enquête sur les allégations de discrimination raciale dans l’industrie du taxi à Montréal, vol. I, Les allégations de discrimination raciale visant les associations de service et des points de service, rédigé par Monique Rochon, Benoît Perras et Renée Lescop, Montréal, CDPQ.

Commission des droits de la personne du Québec (1984b). Enquête sur les allégations de discrimination raciale dans l’industrie du taxi à Montréal, vol. II, Les allégations de discrimination raciale visant les associations de service et des points de service, rédigé par Monique Rochon, Benoît Perras et Renée Lescop, Montréal, CDPQ.

Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec (février 1995). Le pluralisme religieux au Québec : un défi d’éthique sociale, rédigé par Pierre Bosset, Gisèle Cloutier et al, Montréal, CDPDJQ.

Douyon, Emerson et al. (1988). Pratiques d’intervention et minorités ethniques au Québec, Rapport d’étape au secrétariat d’État au Multiculturalisme, Montréal, Centre de recherches caraïbes, Université de Montréal, 97 p.

Fédération professionnelle des journalistes du Québec (1990). Opération Nouveaux Visages - Phase 2 (1990-1992), document de presse, Montréal, FPJQ.

Germain, Annick et Damaris Rose (1995). Cohabitation interethnique et vie de quartier, Rapport final soumis au ministère des Affaires internationales, de l’Immigration et des Communautés culturelles et à la Ville de Montréal, INRS-Urbanisation, coll. « Études et recherches », no 12.

Germain, Annick (1997). Montréal : laboratoire de cosmopolitisme entre deux mondes, Étude réalisée avec le soutien de la Direction de la planification stratégique du ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration du Québec, du projet Métropolis de Citoyenneté Immigration Canada et de la Division des affaires interculturelles de la Ville de Montréal et du Centre Immigration et Métropoles.

Germain, Annick (1998). « L’habitat des immigrés : modes d’insertion urbaine et dynamiques communautaires », dans Actes du séminaire tenu à Montréal du 20 au 22 mai 1998. Les politiques d’immigration et d’intégration au Canada et en France : analyses comparées et perspectives de recherche. Chapitre 6 : L’intégration au quotidien : le rôle des associations et la vie de quartier, sous la direction de Marie McAndrew, André-Clément Decouflé et Coryse Ciceri, France et Canada : ministère de l’Emploi et de la Solidarité de la France et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Germain, Annick et Mary Sweeney (2002). La participation des organismes s’occupant d’immigrants et/ou de communautés culturelles aux instances de concertation de quartier, Montréal, Institut national de la recherche scientifique-Urbanisation, Culture et Société, 174 p.

Germain, A. et al. (2003). Les pratiques municipales de gestion de la diversité à Montréal, Montréal, Institut national de la recherche scientifique-Urbanisation, Culture et Société, 182 p.

Gouvernement du Québec (1990). Au Québec, pour bâtir ensemble : énoncé de politique en matière d’immigration et d’intégration, Montréal, Direction des communications, ministère des Communautés culturelles et de l’Immigration, 112 p.

Gouvernement du Québec (2005). Les caractéristiques linguistiques de la population du Québec : profil et tendances 1991-2001, Fascicule 1, Québec, Office québécois de la langue française, 100 p.

Helly, Denise (1996). Le Québec face à la pluralité culturelle, 1977-1994 : un bilan documentaire des politiques, Québec, Les Presses de l’Université Laval, coll. « Documents de recherche » no 36, 491 p.

Institut national de la recherche scientifique-urbanisation, culture et société (2004). Portrait des populations immigrante et non immigrante de la Ville de Montréal et de ses 27 arrondissements, 2001, fiches réalisées pour la Direction des affaires interculturelles de la Ville de Montréal, coordination du projet Anna Maria Fiore, et direction scientifique de Jacques Ledent.

Juteau, Danielle (1986). « L’État et les immigrés : de l’immigration aux communautés culturelles », p. 35-50, dans Guillaume, Pierre, Jean-Marie Lacroix et Jacques Zylberberg (dir.), Minorités et États, Bordeaux/Québec, Presses universitaires de Bordeaux/Presses de l’Université Laval.

Lamfalussy, Christophe (1981). L’attitude discriminatoire des policiers à l’égard des minorités, Montréal, Commission des droits de la personne, 68 p.

Le Borgne, Louis (1990). « Le bureaucrate et le métèque : les programmes d’accès à l’égalité au Québec », p. 246-265, dans Simon-Barouh, Ida et Pierre-Jean Simon (dir.), Les étrangers dans la ville : le regard des sciences sociales, Paris, L’Harmattan.

Ledoyen, Alberte (1992). Montréal au pluriel : huit communautés ethnoculturelles de la région montréalaise, Québec, Institut québécois de la recherche sur la culture, 329 p.

Ley, David et Annick Germain (2000). « Immigration and the Changing Social Geography of Large Cities », p. 29-32, dans Plan Canada, vol. 40, no 4, juillet-août-septembre 2000.

Linteau, Paul-André (1982). « La montée du cosmopolitisme montréalais », p. 21-53, dans Questions de culture, no 2.

Linteau, Paul-André (1992). Histoire de Montréal depuis la Confédération, Montréal, Boréal, 613 p.

Manzagol, Claude et Christofer R. Bryant (1998). « Perspectives métropolitaines », p. 3-12, dans Claude Manzagol et Christofer R. Bryant (dir.), Montréal 2001 : visages et défis d’une métropole, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 356 p.

Marleau, René (1980). Police, minorités ethniques et droits de la personne, XXVIIIe Cours international de criminologie, Longueuil, 23 p.

Marmen, Louise et Jean-Pierre Corbeil (2004). Les Langues au Canada : recensement de 2001, Ottawa, Patrimoine canadien, coll. « Nouvelles Perspectives canadiennes ».

McNicoll, Claire (1998). « La mise en place des paysages ethniques, 1871-1971 », p. 98-104, dans Claude Manzagol et Christofer R. Bryant (dir.), Montréal 2001 : visages et défis d’une métropole, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 356 p.

Piché, Victor, Serge Larose et Micheline Labelle (1983). L’immigration caraïbéenne au Canada et au Québec : aspects statistiques, Montréal, Centre de recherches caraïbes, Université de Montréal, 189 p.

Pinsonneault, Gérard (2005). « Synthèse des communications présentées dans le cadre de l’atelier portant sur “Les États fédérés et la gestion de l’immigration et de l’intégration : le Québec, modèle ou exception ?”, Genève, 9e conférence internationale du réseau Métropolis, septembre 2004, <http://www.metropolis2004.ch/en/documents/G92_synthese_FR.pdf>.

Renaud, Jean, Alain Carpentier et Ronald Lebeau (1997). Les grands voisinages ethniques dans la région de Montréal en 1991 : Une nouvelle approche en écologie factorielle. Québec, ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, Gouvernement du Québec, coll. « Études et recherches », no 17, 82 p.

Ray, Brian K. (1998). A Comparative Study of Immigrant Housing, Neighbourhoods and Social Networks in Toronto and Montréal, Ottawa, Rapport présenté à la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), 238 p.

Notes

1 Selon Linteau (1992 : 47), on observe le phénomène de la polarisation territoriale des anglophones et des francophones dès le XIXe siècle à Montréal. La rue SaintLaurent séparait alors la ville en deux.

2 Immigrant : personne née à l’étranger et ayant le statut d’immigrant reçu au Canada, ou l’ayant déjà eu.

3 Personne dont la langue maternelle n’est pas une des deux langues officielles du Canada, soit le français et l’anglais.

4 Jusqu’en 1967, la politique canadienne d’immigration excluait certains groupes de population, jugés « non assimilables » pour des motifs liés à des caractéristiques ethniques, religieuses ou raciales. Selon la loi canadienne de 1910, les Noirs, les Asiatiques et les handicapés n’étaient pas admissibles au Canada (voir Bilge, 2003 ; Juteau, 1986).

5 Selon Helly (1996), le terme « communauté culturelle » n’est défini nulle part. Toutefois, il désigne les personnes d’origine autre que française, britannique ou autochtone. Il est en usage au Québec dans les documents officiels du gouvernement et l’appellation du Ministère depuis le début des années 1980. Il présente le désavantage de ne pas inclure certaines catégories d’immigrants comme les Français, qui constituent une part importante de la nouvelle immigration. Disparu du vocabulaire gouvernemental à la fin des années 1990, il est de nouveau utilisé dans l’appellation même du Ministère à partir de 2004.

6 Le Québec dispose de compétences en matière de sélection et d’accueil des immigrants depuis 1965.

7 La vision communautariste prône la reconnaissance des droits des communautés au sein d’une société. Ces communautés sont définies à partir de l’appartenance ethnique ou religieuse. Par contre, la vision universaliste ou républicaine se fonde plutôt sur la reconnaissance des droits égaux des individus.

8 En 1971, ces 15 pays sont l’Italie, le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, la Grèce, la Pologne, l’Allemagne, l’URSS, le Portugal, la Hongrie, la Belgique, la Roumanie, la République populaire de Chine, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie.

9 En 1991, ces pays sont l’Italie, la France, Haïti, les États-Unis, le Liban, la Grèce, le Royaune-Uni, le Portugal, le Vietnam, la Pologne, l’Égypte, le Maroc, l’Allemagne, la Chine et l’Inde.

10 Minorité visible : la Loi fédérale sur l’équité en matière d’emploi définit les minorités visibles comme des personnes, autres que les autochtones, qui ne sont pas de race blanche ou n’ont pas la peau blanche.

11 L’accommodement raisonnable est une mesure administrative destinée à contrer la discrimination de citoyens plus exposés que d’autres aux situations de discrimination, parce qu’ils ont un handicap, appartiennent à une minorité sexuelle, religieuse ou raciale. L’accommodement raisonnable est délimité par un cadre juridique et trouve son fondement dans les chartes québécoise et canadienne des droits et libertés de la personne.

12 Nouvel An juif, célébré au mois d’octobre.

13 Les musulmans doivent prier cinq fois par jour.

14 Anthony Griffin est un jeune Antillais anglophone qui a perdu la vie le 11 novembre 1987, par suite de blessures par balles infligées par un policier. C’est à la suite de ce décès que la Commission des droits de la personne a entrepris cette vaste enquête publique.

15 Ces programmes de discrimination positive ont d’abord été mis en oeuvre aux États-Unis pour corriger la sous-représentation des populations afro-américaines dans la fonction publique dans les années i960. Dans le contexte de ces programmes, les personnes de minorités racialisées sont choisies, à compétences égales, plutôt que les personnes de groupes non racialisés.

16 Voile porté par certaines femmes de confession musulmane.

17 Région métropolitaine de recensement de Montréal (RMR) : territoire composé des municipalités de l’île de Montréal, de l’île de Laval et des municipalités limitrophes des rives nord et sud du Saint-Laurent (régions dites Rive-Nord et Rive-Sud).

18 Ce nombre exclut les personnes résidant dans un établissement.

19 Principaux pays en 2001 : le Liban, le Vietnam, la République populaire de Chine, les Philippines, l’Inde, le Sri Lanka et le Pakistan.

20 Mentionnons que ces dernières années la situation s’est détériorée à cause de la crise du logement qui touche maintenant Montréal et d’autres villes du Québec. Cette crise reste moins critique qu’à Toronto, cependant. Montréal, avec le soutien des paliers de gouvernement provincial et fédéral, est actuellement en voie de combler les lacunes du marché de l’habitation avec l’’Opération 5 000 logements. L’objectif de cette opération est de bâtir 5 000 logements à prix abordable pour les personnes à revenu faible ou modéré.

21 Voir à cet effet les articles de Nathalie Petrowski, Louise Cousineau, Louise Leduc, Marc Cassivi et Pierre Foglia dans La Presse, 29 septembre 2005.

22 Poignard symbolique porté par les personnes de sexe masculin de confession sikh, une confession religieuse originaire de l’Inde.

23 Un réfugié au sens de la Convention de Genève est une personne qui, du fait de sa race, de sa nationalité, de son appartenance à un groupe social ou de ses opinions politiques, craint avec raison d’être persécutée, et ne veut ou ne peut retourner dans son pays ou réintégrer le pays de sa résidence habituelle.

24 Ces projections sont obtenues par un modèle de microsimulation qui nécessite la projection simultanée d’un nombre important de caractéristiques individuelles comme l’âge, le sexe, la région, l’appartenance à un groupe de minorités visibles, la confession religieuse, la langue maternelle, l’âge à l’immigration et la période d’immigration.

Table des illustrations

Titre TABLEAU A.11.1. Répartition des groupes ethniques à Montréal et sur l’île de Montréal en 1951
Légende (*) Origine ethnique : groupe ethnique ou culturel auquel les ancêtres d’une personne appartenaient Il est à noter qu’une personne peut déclarer une ou plusieurs origines ethniques. Cette variable ne peut être comparée qu’entre 1951 et 1971. À partir de 1981, cette variable a changé de définition d’un recensement canadien à l’autre.Source : Recensement du Canada : P. A. Linteau. « La montée du cosmopolitisme montréalais », Question de culture, 1982.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU A.11.2. Répartition des groupes ethniques à Montréal et sur l’île de Montréal en 1971
Légende Source : Recensement du Canada : P. A. Linteau. « La montée du cosmopolitisme montréalais ». Question de culture, 1982.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre TABLEAU A.11.3. Population immigrée allophone selon la connaissance des langues officielles RMR de Montréal, 1971 à 2001
Légende Source : Recensements du Canada, 1971, 1981, 1991, 2001 : Marmen L. etJ.-P. Corbeil. Les langues au Canada, Recensement de 2001,2004, p. 96.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10299/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU A.11.4. Pourcentage de la population connaissant une langue tierce, selon la langue maternelle, Ile de Montréal, 1991
Légende (*) Langue maternelle : première langue apprise à la maison dans l’enfance et encore comprise par le recensé au moment du recensement.Source : Recensement canadien de 1991 ; Office québécois de la langue française. Les caractéristiques linguistiques de la population du Québec : profil et tendance 1981-2001.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10299/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre TABLEAU A.11.5. Pourcentage de la population connaissant une langue tierce, selon la langue maternelle, île de Montréal, 2001
Légende (*) Langue maternelle : première langue apprise à la maison dans l’enfance et encore comprise par le recensé au moment du recensement.Source : Recensement canadien de 1991 ; Office québécois de la langue française. Les caractéristiques linguistiques de la population du Québec : profil et tendance 1981-2001.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10299/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteur

Doctorante en études urbaines à l’Institut national de la recherche scientifique - Urbanisation, Culture et Société sur les thèmes de l’immigration et de l’ethnicité dans la ville contemporaine. Détient une maîtrise et un baccalauréat en anthropologie de l’Université de Montréal. Travaille depuis 1988 à la Direction des affaires interculturelles de la Ville de Montréal à titre de conseillère.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search